Connaissez-vous le secret de Liliane BETANCOURT qui a fait d’elle l’une des femmes les plus riches au monde ? La réponse est tellement simple que vous n’êtes probablement pas capable de la mettre en œuvre.

En effet, au-delà de l’héritage perçu par Mme BETANCOURT (ce qui facilite grandement les choses, avouons-le), elle a mis en œuvre une stratégie terriblement simple et efficace pour faire croître sa fortune;

Son secret, c’est qu’elle n’a rien fait ! Mme BETANCOURT s’est contentée d’hériter des titres de l’entreprise L’OREAL… puis de les conserver toute sa vie en faisant confiance aux dirigeants de l’entreprise, aux salariés et au modèle économique de l’entreprise pour générer toujours plus de bénéfices à long terme … et donc augmenter la valeur fondamentale de l’entreprise.

Voilà une stratégie simple et efficace pour valoriser son patrimoine ! Investir dans le capital d’une entreprise dont le modèle économique apparaît comme solide à long terme puis laisser le temps et le talent des salariés et le marché faire le reste.

Investir en action n’est pas plus compliqué que cela. Il suffit d’avoir confiance dans l’avenir, croire dans la capacité des entreprises à s’adapter à la conjoncture, dans leur capacité à inventer de nouveaux modèles économiques, de nouveaux produits pour générer toujours plus de bénéfices à long terme.

Bien évidemment, les choses ne sont jamais simples et les cassandres trouveront toujours les meilleurs arguments pour expliquer que cette confiance naïve est suicidaire au regard de l’apocalypse qui approche.

Dans un monde de l’hyper-connaissance, cette naïveté indispensable pour investir sereinement en actions est devenue presque impossible. Il faut être foncièrement optimiste pour résister à la tentation de la collapsologie. Pourtant, n’oubliez jamais qu’il faut que tout change pour que rien ne change et dites vous que le monde à traversé des crises tellement plus difficiles que celle que nous traversons et pourtant nous sommes toujours là, et toujours plus forts.

Pensez vous que la situation était plus heureuse à l’époque du choc pétrolier, lors de la dévaluation du Franc en 1981 ou encore pendant la guerre froide sans évoquer les deux guerres mondiales ? Non, le moment était bien plus grave à l’époque… mais comme vous ne le saviez pas et gardez à l’esprit que c’était mieux avant.

Le regard des jeunes est d’ailleurs étonnant. Le mouvement « Ok boomer » qui illustre la jalousie des jeunes générations qui croient que la vie était tellement plus simple dans les années 60/70 est tellement ridicule à ce titre.

Les jeunes générations inondées par l’information hyperabondante se sentent submergées par l’apocalypse qui arrive pourtant, jamais la vie n’a été aussi facile qu’aujourd’hui. Comme je vous l’explique dans mon article de début d’année « Les bonnes résolutions patrimoniales pour 2021.« , il est urgent d’arrêter de perdre vos journées sur internet ou sur les réseaux sociaux car ce n’est pas la vraie vie.

Bref, investir en action n’est vraiment pas compliqué pour celui qui possède la naïveté de croire dans la résilience du système car il suffit d’investir dans le capital des grandes entreprises aux modèles économique solide puis de se laisser porter par la croissance économique à long terme.

La question du bon moment pour investir.

Une fois persuadé de la pertinence de cette stratégie simple et efficace pour investir votre monnaie dans l’économie, il reste la mise en pratique et la décision d’investir. Investir, c’est utiliser le marché, c’est à dire le lieu de confrontation de l’offre et de la demande, pour acheter des actions qui seront ensuite détenues à très long terme.

Le marché n’est pas une fin. Ce n’est que le moyen pour acheter des actions. Le marché fixe le prix des actions en fonction de la quantité d’acheteurs et de vendeurs d’actions. À long terme, le prix fixé par le marché tend à suivre la valeur de long terme de l’entreprise.

Néanmoins, cette fixation du prix des actions est réalisée par une succession d’excès. Des excès pessimistes suivent les excès optimistes et ainsi de suite. L’investisseur en action aime les périodes d’excès de pessimisme pour acheter à bas prix les entreprises dont il juge la valeur élevée.

Ainsi, il est bien évidemment indispensable d’acheter ces actions lorsque les prix sont faibles (c’est-à-dire après une baisse) plutôt que lorsque les prix sont élevés (c’est-à-dire après une forte hausse).

De manière pratique, il fallait investir lors de la forte chute des cours de bourse au printemps et vous devez maintenant vous abstenir tant nous sommes maintenant dans un moment d’excès d’optimisme après avoir touché des excès de pessimisme au printemps.

Il est prudent d’attendre le prochain mouvement pessimisme du marché pour acheter massivement des actions. Dans l’intervalle, vous pouvez toujours investir tout doucement en gardant en tête qu’on ne fait rarement de bonnes affaires en achetant après une hausse des prix de 50%.

Lorsque le marché est en excès d’optimisme, il est facile de vouloir investir. Ce n’est pourtant pas le bon moment. Bien évidemment, cet excès d’optimisme pourrait durer encore quelques semaines, quelques mois, quelques années et le prix des actions atteindre des sommets dans les prochains mois… mais le retour de bâton pourrait être violent car n’oubliez pas qu’il faut que tout change pour que rien ne change.

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

29 commentaires