Comme vous le savez, j’aime simplifier au maximum l’investissement en actions par la distinction entre l’investisseur de long terme et le spéculateur.
Lors de la baisse historique des cours pendant lors de la période de stress incroyable ressentie après les annonces d’un confinement des plus grandes économies mondiales, c’est à dire vers le 15/19 mars 2020, nous vous avons expliqué qu’il était probablement opportun d' »investir au son du canon » (cf »Investir lorsque la bourse chute est très difficile mais n’est ce pas la meilleure stratégie pour l’investisseur de long terme ? » ou encore « Le CAC40 chute de 20% depuis Janvier 2020. Le moment d’investir en bourse au son du canon ?« ).
L’investisseur de long terme, comme le spéculateur, pouvaient alors se retrouver acheteur d’actions. L’investisseur y voyait l’opportunité de devenir propriétaire d’actions de très belles valeurs capable de générer toujours plus de bénéfices à long terme, alors que le spéculateur y voyait l’opportunité de faire un coup de bourse en achetant les entreprises les plus massacrées par l’effondrement de leur cours de bourse.
Cette distinction entre investisseur et spéculateur anime toutes nos réflexions sur l’investissement en actions. Comme vous le savez, je crois que nous, pauvres petits particuliers épargnants, ne devons pas essayer de jouer aux spéculateurs. L’épargnant particulier doit se comporter comme un investisseur de long terme et investir dans le capital d’une entreprise de la même manière qu’il investit dans l’immobilier (cf »Vous devez investir en bourse comme vous investissez dans l’immobilier ! »).
L’épargnant particulier n’a pas les outils et les compétences pour jouer au trader sauf s’il veut perdre à tous les coups.
Ainsi, il semble aujourd’hui acquis qu’il fallait « acheter au son du canon » au milieu du mois de Mars 2020 lorsque le CAC40 approchait les 3600 points. Aujourd’hui, après environ 40% de hausse, il est tentant de « vendre au son du clairon ».
 

Vendre au son du clairon ?

La bourse c’est très simple : Après la hausse, la baisse ; Après la baisse, la hausse. Ce n’est pas plus compliqué que ça.
Ainsi, après 43% de hausse, il est tentant de vendre ses actions afin de sécuriser cette incroyable hausse des cours observée depuis 1 mois. Après une hausse historique, n’est il pas sain de s’attendre à une saine consolidation ? Il n’y aurait rien d’illogique à cela, même si en réalité personne n’en sais rien.
Le spéculateur, celui qui utilise l’irrationalité du marché pour faire des gains à court terme sera donc tenté de vendre tout ou partie de ces actions afin de « vendre au son du clairon ». N’oubliez pas que la spéculateur pratique les arts divinatoires. Il essaie de deviner l’évolution future des cours de bourse pour faire des plus-values à court terme, indépendamment de la capacité des entreprises à générer des bénéfices à long terme.
A l’opposé, l’investisseur de long terme, trop heureux d’avoir réussit à acheter ces belles valeurs à long terme avec une forte décote, ne fait rien. L’investisseur de long terme qui vient d’acheter des actions pour les 15 prochaines années a autre chose à faire que d’essayer d’anticiper l’évolution irrationnelle des cours de bourse dans les 15 prochains jours.
L’investisseur de long terme, content de son achat, est parti à la plage ou à la pêche selon les jours.
L’investisseur est focalisé sur la capacité de l’entreprise à générer des bénéfices dans 15 ans ; L’évolution du cours de bourse depuis 1 mois ne l’intéresse en aucun cas sauf :

  • Si le cours de bourse baisse fortement : C’est là une opportunité pour acheter des actions de très belles entreprises pour les 15 prochaines années ;
  • Si le cours de bourse est manifestement trop élevé : C’est là une opportunité de vendre des actions s’il a besoin d’argent et souhaite financer d’autres projets ; C’est lorsque les marchés sont très chers que l’investisseur finance son train de vie ou ses besoins. Mais l’investisseur dont l’horizon d’investissement est encore loin, n’a que faire de ces cours de bourse manifestement trop élevés qui pourraient donc naturellement baisser (ou pas, car en réalité personne n’en sait rien).

En dehors de ces deux cas, l’investisseur de long terme ne fait rien. Il laisse l’entreprise dont il est actionnaire créer de la valeur et s’adapter à l’environnement pour en créer toujours plus à l’avenir. C’est là sa seule obsession.
Mais, qu’il est difficile de ne rien faire ! Qu’il est difficile de lutter contre les certitudes des analyses graphiques ! Ne rien faire est une lutte de tous les jours.
 

Et vous, allez vous réussir à lutter contre le spéculateur qui est en vous ? Allez vous vendre au son du clairon ?

 

Coming Soon
Allez vous vendre au son du clairon ?
Allez vous vendre au son du clairon ?
Allez vous vendre au son du clairon ?

A suivre…

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Assistance patrimoniale
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Accompagnement patrimonial
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

35 commentaires