Voici en 12 mots un résumé de la théorie économique qui s’installe en France depuis 2 ans. Depuis deux années, les réformes se succèdent et elles semblent toutes aller dans le sens d’une réduction de la solidarité nationale au profit des plus fragiles, sans que cela ne se traduise encore par des baisses d’impôt massives.

Comme vous le savez, je ne fais pas de politique. J’observe simplement et j’essaie de comprendre. Je suis persuadé que nos gouvernants sont animés par l’ambition de prospérité pour la France ; Je suis certain qu’ils sont animés par l’intérêt collectif et que la politique menée depuis deux ans s’inscrit dans cette démarche. Je vous propose donc d’essayer de comprendre la théorie dans laquelle s’inscrivent les grandes réformes du gouvernement depuis deux ans.

Une réduction de la solidarité nationale, c’est s’attaquer au montant des APL, c’est s’attaquer à l’assurance chômage et faire environ 3 milliards d’euros d’économie sur le dos des chômeurs, c’est précariser les salariés en leur promettant une retraite faible s’ils n’acceptent de travailler plus longtemps et peut être même au delà de ce qu’ils pourront.

Réduire la solidarité nationale, c’est tout simplement réduire le soutien aux plus fragiles. C’est chercher à augmenter les inégalités. Ce n’est pas un jugement, c’est un fait. Depuis deux ans, c’est le sens de la politique menée.

Cette réduction de la solidarité nationale s’inscrit pleinement dans la volonté du gouvernement de réduire le protectionnisme qui empêche les entreprises de créer de la valeur et donc de la richesse. Notre prospérité future viendra de la capacité des entreprises à créer de la richesse. Il faut donc supprimer les freins à cette création de richesse.

Il faut donc :

– Supprimer le protectionnisme fiscal qui fait peser sur les plus hauts revenus une contribution fiscale plus importante que les autres alors même qu’ils sont à l’origine de la création de richesse future ; Au lieu de taxer fortement les plus riches, il faut au contraire leur permettre d’investir leur argent dans l’économie pour créer encore plus de croissance et de prospérité ;

– Supprimer le protectionnisme social qui réduit la capacité des ressources humaines à générer du bénéfice et de la valeur. En réduisant le niveau de protection des travailleurs, on augmente leur productivité et donc la capacité des entreprises à créer de la valeur et donc la prospérité de demain ; La retraite, le chômage, le temps de travail sont des protections sociales qui réduisent la productivité ; En revanche, il faut trouver le moyen d’aider les plus pauvres à vivre sans peser sur leur niveau de productivité : C’est la justification de la prime d’activité qui assure aux plus faibles un revenu universel versé par l’état pour compenser la précarité de leur emploi et sa faible rémunération ;

– Résister aux sirènes du protectionnisme écologique qui réduit la productivité et la capacité des entreprises à créer des richesses ; Le marché est naturellement écologique et développement durable car les entreprises ont intérêt à protéger leur marché et leur matière première pour continuer à réaliser leur objet social ; En aucun cas, le développement durable doit se traduire par une limitation de la capacité des entreprises à créer de la valeur.

 

Dans le cadre d’une mondialisation de la production, cette réduction du protectionnisme conduit les entreprises à être en concurrence avec tous les autres pays du monde ; La productivité passe par un alignement des conditions dans lesquelles la production est réalisée. Mais nous n’avons pas le choix : Notre prospérité future passera par la capacité des entreprises à être compétitives mondialement et donc produire mieux, donc moins cher que dans les actuels pays producteurs que sont les pays émergents.

Malheureusement pour ceux qui produisent, c’est à dire les travailleurs, notre prospérité future passera par notre capacité à abandonner ce protectionnisme social qui réduit la productivité des entreprises. 

Malheureusement pour ceux qui estiment qu’il est important de protéger l’environnement, notre prospérité future ne passera pas part l’écologisme qui au contraire réduirait la productivité des entreprises.

La ressource humaine doit donc accepter de s’appauvrir pour permettre aux entreprises de retrouver de la compétitivité et donc de la prospérité pour tous pour demain.

 

PS : Mais quel est l’intérêt de la prospérité et de la croissance retrouvée, si elle est signe de paupérisation de ceux qui sont à l’origine de cette création de richesse ?

Faut il mesurer la prospérité d’un pays à la richesse créée ou à l’espérance de vie de ses habitants ? L’espérance de vie est un indicateur avancé de la capacité des citoyens à vivre dans la véritable prospérité, car malheureusement ou heureusement, l’argent n’est pas tout dans la vie.

Avoir un environnement agréable respectueux de la biodiversité, avoir des citoyens en bonne santé qui vivent longtemps, faire en sorte que l’espérance anime les citoyens, sont des signes d’une prospérité certaine qui ne se traduit pas uniquement par l’enrichissement pécuniaire ou la croissance du PIB.

La France est alors l’un des pays les plus prospère du monde, loin devant les États-unis et autres pays vendus pourtant comme des modèles de prospérité économique.

 

Espérance de vie et indicateurs de mortalité dans le monde en moyenne 2015-2020
Pays Espérance de vie
à la naissance
Taux de mortalité
(en  ‰)
Taux de mortalité infantile
(en  ‰)
Femmes
(en années)
Hommes
(en années)
Japon 87,2 80,7 10,8 2
Espagne 86,0 80,6 9,1 2
France 85,7 79,9 9,0 3
Suisse 85,4 81,6 8,0 3
Italie 85,4 81,1 10,6 2
Australie 85,0 81,3 6,7 3
Canada 84,4 80,7 7,5 4
Suède 84,4 81,0 9,1 2
Finlande 84,4 78,8 9,8 2
Portugal 84,3 78,6 10,8 2
Norvège 84,3 80,5 7,9 2
Autriche 84,2 79,5 9,7 2
Grèce 84,0 79,0 10,9 3
Pays-Bas 83,8 80,3 8,7 3
Nouvelle-Zélande 83,7 80,5 7,0 4
Belgique 83,7 79,0 9,8 3
Irlande 83,7 79,8 6,6 2
Allemagne 83,6 79,0 11,3 2
Royaume-Uni 83,5 80,0 9,0 3
Danemark 82,8 79,0 9,6 3
Estonie 82,0 73,0 12,2 3
États-Unis 81,9 77,3 8,4 5
Rép. tchèque 81,8 76,0 10,7 2
Pologne 81,7 73,9 10,5 4
Argentine 80,5 73,1 7,6 12
Slovaquie 80,4 73,5 10,1 5
Lituanie 80,0 69,4 14,3 4
Mexique 79,8 75,0 4,9 16
Hongrie 79,5 72,5 13,0 4
Brésil 79,4 72,2 6,3 13
Lettonie 79,4 69,7 15,1 5
Roumanie 79,1 72,2 13,0 7
Bulgarie 78,4 71,5 15,3 7
Colombie 78,3 71,1 6,1 15
Chine 78,1 75,0 7,5 10
Russie 76,8 65,6 13,6 7
Bangladesh 74,7 71,3 5,3 27
Égypte 74,1 69,5 5,8 16
Philippines 72,9 66,0 6,5 19
Indonésie 71,7 67,4 7,2 21
Inde 70,5 67,4 7,4 35
Kenya 69,6 65,0 5,7 35
Tanzanie 68,4 65,0 6,4 39
Papouasie-Nouvelle-Guinée 68,4 63,4 7,1 45
Pakistan 67,8 65,7 7,2 64
Congo (République démocratique du) 66,9 63,6 7,1 39
Afrique du Sud (r) 66,9 60,0 9,4 32
Soudan 66,4 63,1 7,3 44
Nigeria 54,9 53,3 12,0 63
Note : les données de ce tableau sont issues de projections pour la période de 2015 à 2020.
Source : ONU (World Population Prospects: The 2017 Revision).

 

A suivre … Peut être n’avons nous simplement pas le choix ! Ce sont les règles du jeu du monde actuel, nous devons jouer avec pour éviter le déclassement !

 

 

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial


59 Comments

  1. Rhhoooo c’est pas bien d’attaquer la semaine comme ça 🤣🤣🤣. Je sens la tempête arriver. Cette semaine, je passe mon tour. La saison du crowdfunding démarre, et j’aurais peu de temps à consacrer à votre blog.

    Peut-être auriez-vous du titrer : »Faut il laisser les inégalités augmenter pour retrouver croissance et prospérité ? »

    Pas besoin d’agir, il suffit de laisser faire la nature des choses. Quant à la prospérité pour tous…

    • C’est un peu dommage de ne pas se poser la bonne question et de considérer que la croissance est ce qu’il y a de plus désirable.
      Alors que plus personne sauf vous (semble-t-il) ne commence plus aujourd’hui sans se poser D’ABORD cette question.
      À partir de là votre réflexion est au mieux idiote au pire indécente.
      Par ailleurs, je vous invite à lire les travaux de madame Esther Duflot, prix Nobel d’économie (qui à mon avis, ne serait-ce que dans son domaine – et donc dans celui que vous essayez de faire votre – s’y connaît assez correctement) et qui dit exactement l’inverse de votre bouillie ultra-libéral qui n’a jusqu’ici que massivement produit de la pauvreté pour le plus grand nombre et une très grande richesse pour une infime partie et à donné le pouvoir à monsieur Trump et fait triompher le Brexit (n’en jetez plus !) dans deux pays chantre de vos bêtises.

      • Qu’est-ce que disais. Un véritable appeau à couillons, cet article.

        • Est ce pour cela que vous étiez le premier à y répondre ???? 😂😂😂

          • Oh, non, c’est juste pour vous amuser.
            Et visiblement c’est un triomphe.
            Moi, comme l’auteur de l’article : « Comme vous le savez, je ne fais pas de politique ».
            Tartufferie EN MARCHE.

          • Oui, j’aime bien me laisser faire. C’est le jeu.

        • C’est tellement merveilleux l’arrogance et le mépris.
          Cela me fait un peu penser à ce type qui est si brillant qu’il s’est gaufré trois fois à ENS et qui, donc, est devenu paillasson chez un banquier pour pouvoir poser avec ses pléiades sur la photo officielle.

      • Bruno Delpech says:

        LAUNAY, vous croyez sérieusement que la France est un pays libéral ?
        Regardez le niveau de prélèvements, qui s’apparente à un régime socialiste, en vigueur depuis 40 ans et dites moi si c’est une réussite ?

        • Parce que c’est beaucoup beaucoup mieux depuis l’arrivée de votre héros, libéral s’il en est.
          Augmentions de plus 400 000 pauvres en 2019.
          Un triomphe, non ?
          Par ailleurs, Je vous signale que le libéralisme de monsieur Obama est si formidable qu’il a fait triompher monsieur Trump.
          Mieux, il a fait gagner le Brexit !
          Vive le libéralisme !!!
          Je vous signale au passage (vous devriez ouvrir les yeux) que votre formidable libéralisme nous a joyeusement conduit vers la crise de 2008 (pas 10 ans entre l’abrogation du Glass Steagall Act et l’effondrement des banques. Qu’il a bien fallu sauver de votre formidable doctrine mortifère car, à ce moment-là, on est bien content de les trouver les cretins, comme moi, qui paient leurs impôts pour rattraper les conneries de vos FORMIDABLES libéraux).

    • Peut être faudrait il ajouter une colonne Pib /habitant et une colonne pourcentage de prélèvement obligatoire dans le classement… Résumer à l’espérance de vie (surtout à la naissance) pour traduire la prospérité n’est il pas un peu court et déduire qu’on peut aplanir par les prélèvements à l’infini les écarts ? D’une part on sait tous que l’impôt tue l’impôt ne serait ce que par les méthodes d’évitement légales ou non, et parce que sur le moyen terme tous les régimes de collectivisme poussé ont au final échoué y compris pour ceux dont ils voulaient améliorer le sort: tous finissent en pays d’émigration économique (légale ou non) élevée.

  2. Deux reflexions :
    Dans un systeme mondialise –> Il est difficile de ne pas aller vers une harmonisation. On voudrait garder notre systeme unique, humain et decale mais face aux realites, a la concurrence, aux nouveaux modes de consommation, aux dettes qui se creusent –> On approche de la situation que l’on connait. Reformer avant de rentrer dans le mur. Ou aller jusqu’au pied du mur pour voir si on le percutera vraiment?

    Et pour parler de decroissance. De nombreux pays qui ont mises sur une retraite par capitalisation (investissements boursiers, fonds de pensions, hedge funds) ont leur economie qui depend de la croissance et de la capacite de ces actifs a augmenter de valeur dans le temps. Sans cela, les retraites n’ont que peu de pouvoir d’achat et l’activite economique s’en ressent fortement (ainsi que leur esperance de vie car la sante y est souvent chere).

  3. Voilà, tuons les pauvres. Moins de bouches à nourrir, moins de monde autour du gâteau, la prospérité va revenir pour les survivants…

    • Myriam vous oubliez les « vieux » dont je suis qui certes consomment mais qui coutent et dispose d’un patrimoine alors la vie sera belle pour les Ultras néo-libéraux !

  4. Je crois que un des axes de relève du pays est de retrouver du dynamisme , que l’ensemble des citoyens soit au travail plutôt qu’en mode assisté.
    Le bénéfice serait ainsi de réduire les coûts qui pèsent sur la société et augmenter les recettes sur les retraites, le social et les impôts.
    Pour ce faire, si on regarde les pays qui sortent la tête de l’eau, et qui n’ont pas les manifestations que nous avons, une des recettes est de réduire drastiquement les incitations a rester dans le chômage , donc une assurance pour les coups durs, du temps pour sortir la tête de l’eau mais pas de prolongation pour assistanat.
    Bien entendu il faut conserver ailleurs que sur le chômage et sur le social, une poche pour l’aide aux démunis et accidentés de la vie qui n’auraient aucun espoir de remonter un jour dans le monde du travail, mais avouez que cela ne devrait pas faire des millions de personnes
    Je n’appelle pas cela accroître les inégalités, mais faire en sorte que chacun prenne son destin en main sans pourvoir jouer sur l’état comme étant un employeur alternatif déguisé à travers des aides qui se substituent au revenu du travail.

    • D’accord sur les objectifs, toutefois on ne peut pas oublier que nous sommes actuellement encadré par la mondialisation (gérée au seul nom des intérêts des multinationales) à l’intérieure de laquelle ni le bon sens ni l’intérêt général ne sont pris en considération.
      En conséquence soit une monnaie unique est instituée par l’ONU soit on revient aux monnaies locales ce qui, à mon avis, sortir de l’Euro en sorte de redevenir compétitif ce qui permettrai de re-créer des emplois industriels. DILEMNE.
      Une monnaie unique permettrait de mieux appréhender les échanges internationaux et d’arrêter la spéculation sur les monnaies.
      Mais, on peut raisonnablement croire que certains pays refuseraient d’y participer comme la Chine par exemple.
      Alors que le retour au franc, pour ce qui nous concerne, permettrait après dévaluation de l’ordre de 25%.
      Bien sûr cela n’est pas évident car les Saigneurs de nos avoirs (la dette) jouerai sur la peur. Il faudrait donc qu’avant de sortir de l’Euro l’état français rachète une partie significative de la dette détenue par des institutions étrangères. Quant les français posséderaient 2/3 de cette dette la porte du franc serait ouverte.
      Bernard je vous suggère de consulter le site « mouvance-franco.org qui propose des idées.
      Cordialement

  5. julien bonnetouche says:

    Voilà un beau sujet de philo. Bravo Guillaume.

    Mais je suis certain qu’au bac peu le choisiraient, où alors si on veut avoir une note correcte, compte tenu de l’orientation politique des correcteurs, il faudrait prendre totalement le contrepied !!

    « Chassez le naturel il revient au galop »

    Depuis l’origine des temps, la tendance naturelle de la vie sur terre, se caractérise par l’inégalité des espèces , et des individus à l’intérieur des espèces.
    Les forts éliminant les plus faibles.
    Cela porte un nom : la sélection naturelle.

    Depuis Marx, dans l’espèce humaine, on lutte contre cette sélection naturelle, au nom d’un principe égalitariste : tous les hommes doivent être égaux.
    Évidemment, c’est faux, mais le principe plait beaucoup à ceux qui sont « moins égaux que les autres », ( et qui sont majoritaires) car il permet de donner l’illusion temporaire d’un partage du pouvoir et des richesses .

    Comme rien ne tient éternellement contre la tendance naturelle, petit à petit tous les régimes communistes ont volé en éclat. Et persistent aujourd’hui seules quelques dictatures (Cuba, Corée du Nord, …) ainsi que la France qui jusqu’à des temps récents était le dernier pays communiste du monde libre.

    Mais voilà, il n’y a pas que la France dans le monde.
    Et si à force d’égalitarisme forcené, on rend les français aussi vulnérables que la chèvre de monsieur Seguin, les loups de l’étranger ne vont pas tarder à s’en occuper.

    Cela s’appelle la concurrence de la mondialisation.
    Les autres pays, en tous cas les plus forts, eux ne s’embarrassent pas vraiment de grands principes, et misent tout sur le libéralisme et le capitalisme, les deux moteurs de la sélection naturelle moderne.

    Et effet, liberté la plus large possible pour les entrepreneurs et un capital maximum à investir sont à la base de l’expansion des entreprises et au-delà, de celle des pays qui les abritent.
    C’est en prenant ce chemin que les français finiront par toucher leur part de bénéfices.

    D’ailleurs n’avez vous pas remarqué que ceux qui travaillent dans une « boite » riche sont mieux lotis que ceux qui travaillent dans une « boite » qui connaît des difficultés ?

    Alors oui bien sur, si l’on veut qu’il reste de l’argent pour l’investissement, il vaut mieux ne pas trop le dilapider, en le distribuant sans discernement.

    Macron est un homme de gauche de la famille des premiers révolutionnaires, les Girondins.
    N’oublions pas que les Girondins étaient des libéraux .

    Tous les présidents de la 5eme république qui l’ont précédés étaient plutôt de la famille des Jacobins.( vous savez, le genre coupeur de tête comme Chirac ou Mitterrand )

    • Vous êtes vraiment d’un ridicule achevé.
      Il n’y avait rien de moins égalitaire que ce que vous nommer « régimes communistes » (et cela commence à dater un peu, il faudrait vraiment avoir autre chose à proposer que ces vieilleries pour justifier votre pseudo-réflection…)
      qui n’étaient, en fait, pas du tout communiste.
      Quand au pays qui triomphe actuellement, il me semble bien qu’il est…communiste. MDR.
      C’est l’Etat chinois qui fait triompher l’industrie chinoise et ce n’est pas bien difficile face à des nains idiots fervents supporters du libéralisme qui les ratatine scrupuleusement. L’Europe, laboratoire libéral s’il en est, en est un exemple assez accablant.
      Libéralisme qui s’exerce partout sauf…en Chine.

  6. dup 14 janvier 2010 13:21

    c’est le moment de placer un texte vieux de 150 ans ,mais qui a une actualité brulante . Plus il y a de progrès , plus on travaille … pour rien ,

    Une bonne ouvrière ne fait avec le fuseau que cinq mailles à la minute, certains métiers circulaires à tricoter en font trente mille dans le même temps. Chaque minute à la machine équivaut donc à cent heures de travail de l’ouvrière ; ou bien chaque minute de travail de la machine délivre à l’ouvrière dix jours de repos. Ce qui est vrai pour l’industrie du tricotage est plus ou moins vrai pour toutes les industries renouvelées par la mécanique moderne. — Mais que voyons-nous ? À mesure que la machine se perfectionne et abat le travail de l’homme avec une rapidité et une précision sans cesse croissantes, l’ouvrier, au lieu de prolonger son repos d’autant, redouble d’ardeur, comme s’il voulait rivaliser avec la machine. Oh ! concurrence absurde et meurtrière !
    Pour que la concurrence de l’homme et de la machine prît libre carrière, les prolétaires ont aboli les sages lois qui limitaient le travail des artisans des antiques corporations ; ils ont supprimé les jours fériés. Parce que les producteurs d’alors ne travaillaient que cinq jours sur sept, croient-ils donc, ainsi que le racontent les économistes menteurs, qu’ils ne vivaient que d’air et d’eau fraîche ? — Allons donc ! — Ils avaient des loisirs pour goûter les joies de la terre, pour faire l’amour et rigoler ; pour banqueter joyeusement en l’honneur du réjouissant dieu de la Fainéantise.

    Droit à la paresse de Paul Lafargue

    le progrès trouve sa justification si le gain de productivité est redistribué à ceux que la machine prive de leur job . Hors c’est le contraire . celui qui a perdu son job doit être le rival de la machine . c’est la source de tous nos maux

  7. Riche&Célèbre says:

    Euh j’ai rien à dire sur le sujet, normalement mon seul pseudo en tête d’un post devrait me valoir une bordée d’injures de la part de Launay. Vous pariez ? Attendons…

    • 5 lignes pour écrire que vous n’avez rien à dire ?
      « Inutile&ridicule » serait un pseudo plus adapté, non ?
      Évidemment vous êtes un peu déçu, j’imagine.
      Encore que je cherche (dans ce que j’ai écris) ce qui peut bien ressembler à une bordée d’injures. Crise de 2008 ? Banques ? Oui, c’est assez grossier (voir indécent d’oser en parler) mais c’est un peu comme les injures du Capitaine Haddock, elles ne me semblent en être que dans un certain contexte.

  8. Bonjour

    Déjà 17 commentaires. il n’y a pas de questions sottes. Alors il est plus sot de faire des injures que de se taire.

  9. Adrien Michel says:

    Revenons sur terre:
    Avec le taux de prélévement le plus élevé au monde , la France n’est pas un pays liberal mais un pays socialiste (le seul pays communiste qui ait réussi)
    A partir du coefficient de Gini qui compare les revenus des 10 % les plus riches au 10 % les plus pauvres la France est un des pays les plus égalitaires au monde.

    • Tout à fait d’accord avec vous.
      Certains persistent néanmoins à aboyer contre l’ultra-libéralisme qui toucherait la France.

    • N’écrivez pas des trucs comme ça, vous allez gâcher l’après-midi de messieurs Macron, Minc et Darmanin qui œuvrent tellement pour qu’il n’en soit plus ainsi.
      Voulez-vous que l’on regarde, par exemple l’explosion de la part du chiffre d’affaire (d’une entreprise) que l’on consacrait il y a 20 ans aux dividendes et celle que l’on y consacre aujourd’hui ? Ces gens qui s’enrichissent en dormant ? Avec une absolue absence d’imposition au dessus d’une certaine somme ?
      Voulez-vous que l’on regarde l’évolution des revenus de ce cher Monsieur Arnaud et celui du SMIC dans la même période ?
      Arnaud qui a profité très largement des largesses de l’Etat à ses débuts, piétinant au passage la loi (même Madelin qui est loin d’être un gauchiste virulent voulait le traîner en justice !)
      Voulez-vous que l’on regarde comment sont imposés les 0,1 % les plus riches ?
      Ou que l’on compare les 6% d’augmentation de revenus des 10 % les plus riches à la baisse d’un pour cent pour les plus modestes l’an dernier ?
      Allez, soyons sérieux. Notre pays avance à marche forcée vers cet idéal qui détruira la société. Et la planète. Et, pour l’heure, le peuple résiste encore. Il pourrait aussi choisir de se révolter vraiment.
      En 1789, disons en 93, il s’agissait quand même de raccourcir le représentant de Dieu sur Terre. Là, il s’agira juste d’écarter l’un des vendeurs de cravates œuvrant pour les Rothschild. J’ai peur que cela fasse moins hésiter…

  10. Je cherche où sont les questions…
    Un peu comme dans le Grand Débat macronien ?
    Type : Question pour un champion ?
    Ce n’est pas cela s’interroger.
    Ça, c’est juste pousser un peu davantage une sorte d’extrémisme parfaitement indécent qui a conduit le monde dans ses plus grandes erreurs.
    Naïvement, après ce que le XXÈME siècle a produit, il était permis de penser que cela ne reviendrait pas. Que l’affairisme triomphant de la fin du XIXème de reverrait pas le jour.
    Visiblement, ce n’est pas le cas.
    L’intelligence est toujours aussi mal partagée. Surtout lorsque la cupidité la plus enragée s’en mêle.
    Cette fois, ce sera le climat qui sifflera la fin de votre nouveau veau d’or, la croissance !
    Ce ne sera plus très long.

    • pas sûr de suivre votre logique…. vous semblez admirer plus haut la Chine et son dirigisme économique face au libéralisme occidental. En terme d’efficacité, je vous rejoins, mais en terme de démocratie, de respect des droits de l’homme, d’inégalités…et même de lutte contre la pollution (terres rares), faut pas pousser. Il y a plus de millionnaires en Chine que d’habitants en France.
      Sortez de France, allez discuter avec les habitants des autres pays, et comparez leur situation avec la notre, je suis sûr que vous serez surpris…la France est un pays de cocagne ! nobody is perfect et si vous avez une solution, donnez là svp
      PS: la croissance n’est pas un mal, si vous faites de la croissance verte, vous faites de la croissance…..encore heureux avec la population qui augmente. C’est la nature de la croissance qui peut être nocive, pas la croissance en soi

      • Dans une planète qui n’est pas en croissance, elle, la croissance est LE problème. Je suis effaré qu’il faille encore expliquer cela. Le développement durable et la croissance verte sont des hypocrisie inventées par le 0,1 % qui veut continuer à utiliser son jet privé.
        Je n’admire personne (que Dieu disait mon grand-père !) et sûrement pas la Chine. Je répondais à un crétin qui voulait encore nous démontrer que le communisme n’avait pas fonctionné (je crois même qu’il était assez idiot pour penser que la réussite ressemblait à ce qui se passe outre-Manche ou outre Atlantique) et je lui faisait remarquer que son idéal économique mortifère était battu à plate couture par le communisme chinois.
        La France est loin d’être un pays de cocagne. Vous, sortez de chez vous, et allez discuter avec ceux qui galèrent avec à peine 1000€/mois (en travaillant) et à qui on va encore prendre un peu plus (après les municipales, bien sûr) en économisant sur les APL.
        Je vous accorde volontiers que l’on pourrait y être très heureux si on retirait à Macron et à sa clique le droit de tout détruire ce que le conseil de la résistance avait mis en place pour encadrer les bourgeois (qui s’étaient compromis au delà de tout avec les nazis, c’est leur spécialité la compromission, une seconde nature) et leur faire un peu rendre ce qu’ils pillent à la société en dormant sur leur actions et en ramassant les dividendes.

        • La population de la planéte croit tous les jours…dire que la planète n’est pas en croissance, c’est la réduire au nombril de l’Europe ! D’autre part, la France est un des rares pays où l’éducation nationale est gratuite, alors quand les gens galèrent sans formation, ne pensez vous pas qu’ils y sont un peu pour quelque chose ? Il y a certes des accidents de la vie, mais y a pas que ça….l faut que chacun soit acteur de sa vie, accepter de bouger pour trouver un emploi, accepter de se former….j’admets que tout n’est pas parfait, mais tout mettre sur le dos de nos gouvernements quels qu’ils soient est un peu facile.
          Ce que je veux vous rappeler, c’est que ailleurs, c’est bien moins bien, pour ne pas dire pire dans la grande majorité des cas. Allez en Espagne, Italie, Grèce, et même Allemagne et vous verrez…sans parler des pays comme la Chine, l’Inde, les USA….les inégalités sont bien plus fortes.
          Et enfin, vous poussez le bouchon un peu trop loin, laisser entendre que les bourgeois sont des collabos, vous amalgamez un peu tout, d’autant que nombre d’actionnaires de grandes entreprises du CAC sont des fonds étrangers…

  11. Je partage tout à fait l’avis de Launay et ce n’est pas en appliquant la même rangaine, qu’on s’en sortira. Il faut sortir aussi de ces clivages et clichés (socialio, communiste…), le mental a besoin d’étiquettes, de jugements…soyez créatifs, ce système qui exclut ne peut pas survivre au depens des autres!

    • Sortons de la caverne des clichés que vous évoquez.. Mais on ne sera pas les derniers quand on entend le secrétaire général de la CGT nous expliquer que son modèle c’est Lenine (et qu’il fait un choix de moustache à la Staline)…

  12. Parce qu’il doit impérativement ne serait-ce que se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner, l’homme est un consommateur. Il l’est depuis sa conception jusqu’après sa mort – les marchés du prénatal et du funéraire en attesteraient s’il en était besoin – et il se double d’un producteur dès qu’il est en âge de travailler. Il est ainsi, avant toute autre opinion ou considération, un agent économique au service de la société, mais aux dépens de son environnement. Et plus le nombre de ces agents augmente, plus leurs besoins s’accroissent – outre ceux qu’ils s’inventent toujours plus nombreux –, plus ils produisent, consomment, échangent et s’enrichissent, avec l’aide du progrès scientifique et technique, quelles que soient les conditions du partage de leurs richesses. Qu’il s’agisse de ressources non renouvelables ou de pollution, les atteintes à l’environnement augmentent d’autant et s’ajoutent à celles d’une nature jamais avare de catastrophes inopinées ou cycliques.

    Tous les malheurs du monde en découlent.

    Comment nier cette évidence, dans son rapport avec le caractère incontournablement pyramidal de notre société, dû au fait que richesse et pauvreté existe l’une par l’autre et qu’un destin aveugle assigne à chacun, à sa naissance, sa place au sein de cette pyramide sociale dans laquelle les pauvres se multiplient structurellement à une cadence qui est au moins 6 fois celle des riches ? Jusqu’où irons-nous, alors qu’elle s’atrophie toujours plus, sous la pression de 220 000 êtres humains supplémentaires qui viennent s’ajouter quotidiennement à sa population et que son sommet s’éloignant ainsi incessamment de sa base, les écarts de richesse entre ses occupants se creusant inéluctablement d’autant ?

  13. Il est tabou de vouloir faire remarquer la forte influence de la démographie dans les problèmes de sociétés. Au niveau planétaire la démographie débridée de l’espèce humaine pèse sur tous les problèmes dits écologiques: gestion de l’eau, des déchets, des forêts, des ressources énergétiques et alimentaires, de la réduction de la biodiversité… Au niveau national, le débat sur les retraites (débats de pays riche et à volonté égalitaire…) est sous tendu par l’évolution de la pyramide des âges sachant que la fuite en avant par l’augmentation des effectifs cotisants est de courte vue puisqu’ils ont vocation à gonfler le nombre des pensionnés… Et pourtant combien parmi ceux dont le credo est surtout ne touchont pas au système actuel (inégalitaire) de retraite, quitte à laisser le problème à traiter par leurs enfants et petits enfants, tiennent des discours moralisateurs sur les domaines de l’écologie en s’exclamant  » mais quel monde, quelle planète va t on laisser à nos petits enfants? »

  14. Soyons pragmatiques ! pour réduire les inégalités , il convient de mettre au travail ceux qui ne travaillent pas , quelle que soit la raison pour laquelle ils ne travaillent pas !
    Donc il faut arréter de dire que certains sont dans la misére parce que d’autres ont tout pris ! La France est un beau pays ou chacun peut se faire une place a condition de se retrousser les manches ,et les exemples ne manquent pas . Et donc , la redistribution a des limites si elle provoque l’exil de ceux qui par le capital peuvent monter des affaires et creer des emplois . Ensuite , il faut se poser la question , lorsque l’on parle de redistribution , de a qui on prend le plus en pourcentage , et la , oh surprise , ce ne sont pas ceux que l’on croit , mais les classes moyennes supérieures salariées .

    • Soyons surtout honnête intellectuellement et là, d’un coup, on se rend compte que les pays où les inégalités sont les plus criantes sont les pays où le libéralisme est triomphant et les chiffres (bien trafiqués il est vrai. Madame Tatcher changea 27 fois de façon de mesurer le chômage) du chômage sont les plus bas.
      Alors si on pouvait un peu cesser cette tartufferie indécente du « On va remettre au travail ceux qui ne travaillent pas » et enfin comprendre que le chômage est extrêmement avantageux pour faire taire toute revendication des employés qui n’ont strictement aucune marge de manœuvre, là on progresserait vers un peu d’objectivité.
      Si monsieur Aranaud ferme un atelier de couturières scrupuleuses (et détruites par cette ignominie) pour aller gagner encore plus de pognons en faisait faire ses costumes plus au Sud ou à l’Est en continuant de les vendre à un prix indécent (et en ayant bien profité de tout un tas d’aides d’Etat), je pense que c’est lui le problème. Et uniquement lui.
      La redistribution est ce qu’il y a de mieux à condition que l’on cesse de s’en prendre à ceux qui galèrent avec 500€ par mois et que l’on comprenne qui les a conduit dans cette impasse.
      Si votre idéal libéral avait le début d’un tout petit bout de mieux pour le peuple, ni Trump ni le Brexit n’auraient vu le jour.
      Et les inégalités ne seraient pas en train d’exploser de l’autre côté de l’Atlantique.

      • L’augmentation des inégalités sociales résulte systématiquement et structurellement de l’augmentation conjointe de la population de consommateurs-producteurs et de l’enrichissement collectif qui en résulte, quel que soit le régime politique en vigueur, du plus libéral au plus dirigiste. Et ce mécanisme est de portée planétaire, avec incidence d’autant plus marquée que chaque pays est riche.
        Voir à ce sujet mon post ci-dessus et complémentairement :
        https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/01/pyramidologie-sociale-methodologie.html

        • C’est une ânerie. Il n’y a pas d’enrichissement collectif dans un régime dictatorial (et c’es très contestable dans tout un tas d’autres régimes).
          Notre propre pays a vu l’an dernier une infime partie de sa population s’enrichir rageusement dans des proportions inégalée et 400 000 personnes tomber dans la pauvreté.
          De plus, les revenus des plus faible ont diminué de 1% et celui des 10% les plus riches augmenter de 6 %. Ce n’est absolument pas systématique. Bien au contraire.
          Et ce n’est qu’un début.
          On sait parfaitement que la productivité d’un ouvrier a été multiplié par 3 depuis une vingtaine d’année. Pas son salaire. Les actionnaires ont ramassé tout cela. Aucune augmentation du niveau de vie du salarié (puisque le coût de la vie a augmenté (frais d’études des enfants, par exemple)
          Londres s’enrichit (et encore pas tout le monde) et une grande partie de l’Angleterre se paupérise. D’où ce que l’on sait.

  15. A partir de demain je ne met plus d’essence dans le réservoir et ne paie plus l’assurance. Elle va bien finir par être rentable cette voiture !

  16. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    L’intérêt de l’article de Guillaume, va bien au-delà du débat sur un sujet sommes toutes assez récurent, puisque qu’il fait sortir du bois des gens comme Launay, heureusement minoritaires (il est quasiment le seul à soutenir son point de vue).

    Des « Launay » on en trouve encore beaucoup malgré tout. Ils font partie de ce que l’on appelle les intellectuels trotskistes, c’est à dire capables de manipuler des idées qui ne tiennent pas debout, mais d’une manière telle, qu’elles soient convaincantes aux yeux de populations non averties.

    C’est d’ailleurs la même clientèle que celle du RN.

    Mais au-delà, la violence, et l’intolérance de ses propos, nous rappelle clairement le danger que représentent ces extrémismes, et doit inciter chacun de nous, à ne jamais cesser de rester les gardiens de nos libertés.

    • Mort de rire par votre commentaire ! C’est clair que vous touchez le fond. En fait, vous ne parvenez pas à comprendre le message de Launay, car vous restez dans votre petit monde, et au delà ça, çà ne peut être que de l’extrémisme. Vous êtes incapable d’envisager autre chose, point de vue étriqué au possible. Bornage intellectuelle maximum, jugements et étiquettes qui vont avec!
      Incapable de sortir du connu (qui est un vrai marasme), et juste capable de tout opposer. Votre vieux monde va s’effondrer et vous n’y serez pas prêt!
      Bon courage !

      • Pas mieux.
        Aussi trotskiste que je sois (MDR. Je ne sais même pas ce qu’est un trotskiste. Un ancien trotskiste, si, ça je sais. Jospin en est un. Il est aussi le premier ministre qui a le plus privatisé. Est-il besoin d’ajouter autre chose ?), je vous dois sans doute quelque chose, cher Val ? Je suis un trotskiste redevable.
        Mes propos sont violents et intolérants ? Oui, ceux des sieurs Macron et Philippe sont tellement plus policés mais leur reformes, elles, sont d’une violence inouïe. Quelqu’un résumait cela assez bien, il y a quelques jours. Sarkozy, à côté de Macron, c’est Jaurès (un ancien trotskiste ?).

        • LAUNAY, vous en êtes au 8 ou 10 éme message et chaque fois l’absence d’argumentation de votre part est remplacée par un discours aigre visant à dénigrer vos interlocuteurs, dont vous ne connaissez en fait rien, et à vous présenter comme un personnage caché, inclassable, qui a tout compris mais que le peu d’estime que vous portez à vos interlocuteurs empêche d’éclairer . En tout cas volontairement ou pas savez vous que vous apparaissez très frustré ? De quoi ? Il est vrai que les diatribes en forme d’argumentation de votre allié objectif ( votre compère? ) VALS peuvent vous vous convaincre de la pertinence de votre dialectique. Je ne pense pas que vous en convaincrez beaucoup d’autres…

          • Non, je ne convaincs personne.
            A peine des millions qui de par le monde semblent se soulever un peu partout et pensent comme moi que votre système va droit dans le mur. Mais bon, pour le moment votre truc tient encore. Et c’est tellement durable que les plus riches de vos alliés s’achètent des planques ultra-sécurisés en Nouvelle-Zélande pour fuir la catastrophe qu’ils ont engendré et dont ils se sont scandaleusement bâfrés (ça va là, c’est assez aigre ? Le problème c’est que c’est surtout très vrai).
            Quant à ne pas voir, dans ce que j’ai répondu à vos soi-disant arguments, des faits précis et circonstanciés qui mettent à mal vos arguments de DRH, je ne peux rien pour vous.
            Mais à l’impossible nul n’est tenu et il me paraît bien difficile de montrer à quelqu’un qui refuse d’ouvrir les yeux et qui prend ce petit ton compassé en pensant me donner une leçon.
            Je suis assez loin de cela, en effet.
            Plutôt très très loin en fait.
            Et pas trop trop frustré, désolé.
            Et pas moins caché d’ailleurs. Non plus.
            Là où vous avez raison, comme une exception qui confirme la règle, c’est que je n’ai que peu d’admiration pour ce ramassis de bien pensance affairiste. Mais assez peu de mépris, en somme. Je le distribue avec parcimonie. Il y a, vous connaissez la formule, beaucoup de nécessiteux.

            • Juste une question Launay. Comment avez vous atterri dans un blog du …patrimoine ? vous cherchez à vous faire du mal ? ou jouez vous un personnage ? forcément ici, vous ne trouverez que des gens qui cherchent à faire fructifier leur capital, leur patrimoine….donc des affreux qui sont ou actionnaires ou propriétaires !

              • Vous aurez l’air malin avec vos « patrimoines » lorsqu’ils n’y aura plus personne pour vous l’enviez…
                Pas même vos enfants.
                Peut-être que je n’étais là que pour écrire cela.

            • « Et c’est tellement durable que les plus riches de vos alliés s’achètent des planques ultra-sécurisés en Nouvelle-Zélande pour fuir la catastrophe qu’ils ont engendré »

              Comme lui ? : https://www.youtube.com/watch?v=pRJAtj1Yz7k

              On se marre bien tout de même.

              « Mais bon, pour le moment votre truc tient encore. »
              Bah oui, il se transforme sans cesse et devient plus fort à chaque combat. Comme Doomsday !

              Et sinon, on va tous mourir : https://youtu.be/63CMjD_s4QM?t=27

  17. Salut les gars, je ne fais que passer. On vient de finir le figatelli et le pâté maison, et je repart attaquer la tôme de brebis. Y’a des priorités dans la vie.

  18. julien bonnetouche says:

    Mais non Val, le monde et les hommes ne sont pas prêt de changer !

    Et vous serez devenue vieille ( parce que vous êtes encore jeune j’en suis certain ), et vous regarderez derrière vous ce temps où vous aviez des illusions.
    Mais il sera trop tard, car à laisser son esprit vagabonder longtemps sur des chemins de traverse, vous regretterez d’avoir raté la magnifique voie royale qui se présentait devant vous !
    Si évidente pourtant..

    Tu es en Corse adnstep ?

    • Non, à Toulon. Figatelli produit dans l’arrière pays varois avec du cochon d’Auvergne par un corse du continent. Étuvé dans une cave à vin de récupération ! Température et hygrométrie parfaites. Pâté de sanglier fait par son beau-père, pas corse, mais chasseur. La tome vient de Corse, via une super fromagerie du Mourillon.

  19. Je pense que comme vous dites, la théorie de l’effondrement peut faire assez cliché mais en fait, je suis assez concrete dans mes approches ( je suis experte scientifique dans une grosse entreprise), le monde a déjà commencé à changer, et ce qui se passe dans le gouvernement actuel, se passe aussi dans les entreprises. Ceux qui refusent de regarder en face, continuent d’insuffler des directives de plus en plus irrationnelles et sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. Ils refusent de remettre en cause leur modèle et l’imposent dans une fureur digne du Führer… comme juste avant la chute. Les projections qui ont été faites par certains et qui conditionnent le plan stratégique de l’entreprise, n’ont rien à envier au plan retraites de Macron et cie ou autres mesures de relance de l’économie, face à des gilets jaunes, qui n’ont rien lâché.
    Même ma banquière avec laquelle je discutais, il y a deux semaines, faisait des projections assez alarmantes…si je l’écoutais, je m’enrichirai en stockant des biens de consommation, que je revendrai à prix d’or plus tard…voitures, outillages, ….🙂,
    Tant pis si je passe pour une idéaliste, je pense que tout le monde a une compétence à échanger dans ce monde et ce qui est placé dans les poches des gros actionnaires, ne sert pas la société, de même la bulle immobilière, …les lois du marché ne construisent pas l’avenir perenne. Tout le système a été maintenue jusqu’à aujourd’hui en accroissant artificiellement la masse monétaire. Qui vivra, verra!

    • « Ceux qui refusent de regarder en face, continuent d’insuffler des directives de plus en plus irrationnelles et sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. Ils refusent de remettre en cause leur modèle et l’imposent dans une fureur digne du Führer… comme juste avant la chute » »

      Très intéressant comme perception. Votre commentaire mériterait un développement tant ce passage me semble important et d’une lecture parfaite au regard de ce que nous vivons.

      • Merci Guillaume, je vais prendre un exemple vécu actuellement. Le marché Chinois a flanché à partir du premier semestre, ce qui a grêvé la rentabilité globale et pour compenser, la première mesure a été de comprimer les effectifs en Europe et le premier service touché, est le service innovation en Europe. C’est réellement un raisonnement court terme pour assurer le ratio gain sur depense et satisfaire les actionnaires dans l’immédiat.

  20. Et pas sûr sûr qu’on vive.

  21. marmotte27 says:

    Mais qu’est-ce qu’un ramassis d’inepties pareilles fait dans mes suggestions google ?
    Mais c’est intéressant de voir jusqu’où les néolibéraux sont prêts à descendre. Incroyable.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.