Le traditionnel ajustement du livret A au 1er août nous permet cette année encore de nous émouvoir de son niveau historiquement faible (0,75% depuis le 1er août 2015), tout en tempérant immédiatement ce propos en soulignant que son niveau réel (corrigé de l’inflation) demeure significativement positif. D’après l’Insee en effet, l’inflation sur les 12 derniers mois atteint +0,3 % en juin 2015.

Plus intéressant, cet ajustement nous offre l’occasion de nous pencher plus en détail sur le livret A et sur l’épargne financière des ménages. Les éléments d’analyse qui seront présentés dans cet article sont issus du rapport annuel de l’Observatoire de l’épargne réglementée pour 2014.

 

Le livret A n’est pas le placement préféré des Français

En 2014, les placements financiers nets des ménages ont atteint 74 milliards d’euros. En conséquence, le patrimoine financier détenu par les ménages s’élève à 4 259 milliards d’euros fin 2014.

Le patrimoine financier des ménages est composé pour près des deux tiers d’actifs non risqués. Ceux-ci s’élèvent à 2 674 milliards d’euros, contre 1 585 milliards d’euros pour les placements risqués.

Parmi ces actifs non risqués, l’encours du livret A (y compris livrets bleus) s’élève à 256 milliards d’euros et celui du LDD à 102 milliards d’euros. Le livret A représente donc 6 % des placements financiers des ménages et le LDD, 2,4 %. En comparaison, les supports en euros des contrats d’assurance-vie en représentent près du tiers (1 332 milliards d’euros d’encours à fin 2014).

Cet écart est encore plus criant lorsqu’on examine les flux nets annuels en 2014. Alors que le flux net annuel s’élève à +43 milliards d’euros pour les supports en euros des contrats d’assurance-vie, il est légèrement positif pour le LDD (+1,1 milliard d’euros) et négatif pour le livret A (-3,6 milliards d’euros). L’écart de rendement entre ces deux placements sans risque explique vraisemblablement cette divergence.

OER graphique 4 - placements financiers des menages - taux de remunération reel

source : rapport annuel de l’Observatoire sur l’épargne réglementée pour 2014

 

 

Quel est le placement (financier) préféré des Français ? Les supports en euros des contrats d’assurance-vie, assurément.

 

La baisse de la rémunération du livret A bénéficie au PEL … et aux dépôts à vue ?

Comme le signale l’Observatoire de l’épargne réglementée, « En 2014, les épargnants privilégient le PEL au détriment des livrets A et LDD, arbitrant entre les rendements proposés par ces deux supports d’épargne même si les conditions de disponibilité des fonds sont différentes ». Arbitrer entre le livret A et le PEL sur la base du seul différentiel de rendement, alors que le support en euros des contrats d’assurance-vie semble une alternative naturelle au livret A, il faut oser le conseiller. Bâle 3, quand tu nous tiens …

L’Observatoire de l’épargne réglementée pointe également une hausse des dépôts à vue qu’il explique par la baisse de rendement des dépôts rémunérés et un comportement attentiste en période d’incertitude. On ne peut cependant totalement exclure que la baisse du taux du livret A ait conduit certains ménages à laisser sur leur compte courant des sommes qu’ils auraient auparavant placées sur leur livret A.

 

61,6 millions de livret A fin 2014, pour une valeur moyenne de 4 000 euros

S’il n’est pas le placement préféré des Français, le livret A est certainement le plus fréquent. En effet, 61,6 millions de livrets A étaient détenus par des personnes physiques au 31 décembre 2014. La structure par âge des détenteurs de livret A est proche de celle de la population française. Les plus de 65 ans sont légèrement surreprésentés, et les moins de 25 ans plutôt sous-représentés.

 

OER graphique 18 - ventilation des livrets A par montant

source : rapport annuel de l’Observatoire sur l’épargne réglementée pour 2014

 

 

L’encours moyen des livrets A atteint 4 092 euros. Cet encours moyen masque cependant une grande diversité. Ainsi fin 2014, 45 % des livrets A ont un montant inférieur à 150 euros. Seul un gros tiers des livrets (37 %) ont un montant supérieur à 1 500 euros et 12 % un montant supérieur à 15 300 euros. Un examen de l’encours total dessine cependant une hiérarchie inverse et une forte concentration : Les livrets A dont le montant est inférieur à 150 euros représentent 0,3 % de l’encours total, contre 97 % pour les livrets A dont le montant est supérieur à 1 500 euros. Les livrets A dont le montant est supérieur à 15 300 euros absorbent près de 60 % de l’encours total du livret A.

 

OER graphique 22 - concentration de l'encours au 31 décembre 2014

source : rapport annuel de l’Observatoire sur l’épargne réglementée pour 2014

 

 

Le livret A n’est donc pas le placement préféré des Français. En revanche, il est très certainement le plus fréquent. Sa détention massive masque cependant de fortes inégalités puisqu’une minorité des livrets regroupe une majorité de l’encours.

Par ailleurs, le rapport annuel de l’Observatoire de l’épargne réglementée confirme que l’encours du livret A dépend de sa rémunération relative. Néanmoins, alors qu’un arbitrage en faveur des supports en euros semblerait le plus logique, c’est un transfert vers le PEL qui a été observé en 2014. Osons paraphraser Pascal : les banques auraient-elles des raisons que la raison ne connaît point ?

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


15 Comments

  1. Patrick D says:

    Je rappelle que les fonds du livret A servent uniquement aux sociétés d’HLM. Vu ce quelles en font : logements créés dans des zones surchargées de logements vides ; annonces pour trouver des locataires !!! ; salaire mirobolants des directeurs ; copinage avec tous les partis politiques et embauche des proches.
    Le déficit est énorme et le gain pour les français nul.
    Nous devrions mettre cet argent dans les entreprises pour créer de l’emploi et leur donner les moyens de se loger.
    Quel gachis.

    • Avez-vous des références précises (genre rapport de la cours des comptes, rapport d’enquêtes d’autres sources, journalistiques, universitaires, etc.) pour confirmer vos affirmations (logements créés dans des zones surchargées de logements vides ; salaire mirobolants des directeurs ; etc.) ?

      Si oui, merci de fournir des liens.
      Si non, merci de faire preuve d’un peu plus de mesure (on n’est pas au café du commerce)….

      • GB Lsi tu n’es pas de cet avis apporte nous aussi des chiffres et des faits solides

        • Pour ma part, je me référerais déjà aux délais d’attente (et au nombre de demandes encore non satisfaites) pour l’obtention d’un logement social en France, qui ne semble pas diminuer, si j’en crois l’enquête publiée sur http://www.lejdd.fr/Societe/Social/La-grande-pagaille-du-logement-social-en-France-645151

          Quelques chiffres :
          Paris : 140 000 demandes en attente (7 ans de délai moyen), 200 000 logements sociaux
          Lyon : 23 000 demandes en attente (2 ans de délai moyen), 50 000 logements sociaux
          Marseille : 15 000 demandes en attente (1 an de délai moyen), 80 000 logements sociaux

      • Patrick D says:

        Vous pouvez commencer par lire, par exemple, « L’IMPACT des politiques du logement sur les bailleurs privés de 1914 à 2014 » édition L’HARMATTAN.
        J’avais commencé avant la parution de ce livre à faire une petite recherche sur les collusions entre sociétés HLM et politiques. Cela serait un peu long à mettre sur le Blog, mais si Mr FONTENEAU le veut bien, je lui demande de vous donner mon adresse mail pour que je puisse vous l’envoyer.
        Mais si vous désirez faire quelques recherches par vous même, c’est sur internet.

        Enfin, je ne fréquente pas le « Café du commerce » et je suis désolé si mon ton a pu vous blesser. Mais tout ce gachis a le don de m’énerver prodigieusement et j’ai l’impression que nous ne sommes pas nombreux à voir la chute.

  2. oui ….. le HLM.. gros robinet à fric grand ouvert

    GBL référez vous si vous le désirez à du docment on ne peut plus officiel, comme celui-ci pour mesurer le délire dans lequel nous sommes.

    http://adil49.articque.com/index.php/export/preview/id/20/access/public

    Certes il s’agit d’une région, et la pression est plus forte à Paris/ Lyon etc, et encore, des vacances locatives vous surprendraient pour des motifs….. incompréhensibles. Il y en petite couronne de Paris -de qualité- des logements qui ne trouvent pas preneurs, eh oui….

    Mais on en revient toujours à la notion d’aménagement du territoire, ce qui fait aussi que l’Allemagne et sa dissémination de villes sur le pays, a moins de souci de logement, c’est en fait la raison fondamentale.

    Nous sommes bien loin du café du commerce, voyez…..

    • Pouvez-vous expliquer ce qu’il faut trouver, et sur quelle page, dans le document dont vous citez le lien ?

      J’ai trouvé des loyers moyens, des nombres de logements et nombres de logements vacants (mais pas spécifiquement dans les HLM), la densité de résidences secondaires, etc. mais pas grand chose montrant une forte vacance au sein du parc de logements HLM. Peut-être n’ai-je pas bien cherché…..

      Par ailleurs, s’il y a une liste d’attente pour des HLM à loyer très modérés, et que la société d’HLM a lancé un programme de construction de logements intermédiaires, il ne me semble pas anormal que ces logements ne trouvent pas instantanément preneur, et que dans ce cas les HLM passent des annonces. Une personne en liste d’attente pour un logement à 400€/mois ne pourra pas financer un logement dont le loyer sera à 1000 €, et entre le lancement des projets et leur aboutissement il peut se passer des années, et les listes d’attente peuvent évoluer….
      Ensuite, s’il y a de longes listes d’attente sur un type de logements, et que les HLM lancent des projets avec d’autres types de logements, ne correspondant pas à la principale demande, ça me semble être une erreur (et je ne doute pas qu’il y en ait), peut-être fréquente (certaines communes qui essaient de respecter leur quota de logement sociaux pourraient préférer construire des HLM haut de gamme, même si la demande est ailleurs…) voire une faute de gestion, et il serait intéressant de savoir combien de logement ceci représente.

  3. Là en direct, parfois 14 logements vides dans des communes (VIHIERS)

    http://adil49.articque.com/index.php/export/preview/id/20/access/public

  4. Trélazé en banlieue d’ANGERS = 73 logements vides

    etc….

    Alors la crise du logement, laissez-moi rigoler, car vous pouvez faire la recherche vous mêmes su ces cartes et toucher du doigt le mensonge….

    RQ: certains sont de grande qualité, et il y a du travail dans le coin… alors ???

    Une suroffre en France, mal répartie dans les territoires, voilà tout…

    Mais le lobbying des promoteurs est fort aux deux chambres…..

  5. Patrick D says:

    Je peux parler du marché de Niort que je connais bien : Il y a aussi à Niort une liste des demandes en attente et, dans le même temps, les sociétés HLM mettent des annonces sur LeBonCoin pour trouver des locataires à leurs nouveaux logements. Cherchons l’erreur !
    Mais c’est vrai que Niort correspond beaucoup plus au reste de la France qu’au 15 plus grandes villes de votre enquête.

  6. ROLANG GARNIER says:

    Je souhaiterais concernant la rénovation énergétique que l’on m’explique :
    – je m’aperçois que ceux qui ont pris de l’av

  7. ROLANG GARNIER says:

    Je souhaiterais concernant la rénovation énergétique que l’on m’explique :
    – je m’aperçois que ceux qui ont pris de l’avance dans ce domaine et souvent de façon fastueuse ce sont les sociétés d’HLM (je pense par exemple à un programme dans le centre d’EAUBONNE où a été crée en plus de la rénovation énergétique une loggia fermée + terrasse)
    – avec quel financement ? réponse : à coup de subventions
    En ce qui me concerne b

  8. ROLANG GARNIER says:

    Décidément mes messages partent sans ma permission…
    Je souhaiterais concernant la rénovation énergétique que l’on m’explique :
    – je m’aperçois que ceux qui ont pris de l’avance dans ce domaine et souvent de façon fastueuse ce sont les sociétés d’HLM (je pense par exemple à un programme dans le centre d’EAUBONNE où a été crée en plus de la rénovation énergétique une loggia fermée + terrasse)
    – avec quel financement ? réponse : à coup de subventions
    En ce qui me concerne simple bailleuse dans le privé pour m’intéresser au sujet je ne pourrais obtenir des subventions de l’état (et encore limitées) que si je signe une convention avec l’état avec minoration de loyers.
    Pour y avoir goûté avec des programme tels que les PST, je peux dire que certes l’aide existe mais que vous vous retrouvez dans un système où vos biens sont définitivement voués à la location à loyers conventionnés.
    Je pense qu’en effet il n’y a pas commune mesure entre une société d’HLM (très couteuse pour le contribuable) et le bailleur du privé.
    La redistribution j’accepterai mais avec équité et justice, mais cela fait partie des utopies

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine