L’INSEE vient de publier les statistiques relatives à la composition du patrimoine des Français. Ainsi, on apprend qu’en 2018, le patrimoine médian Brut des Français est de 163100€ ; Cela signifie que 50% des français détiennent un patrimoine brut (=sans déduction de crédit et notamment des crédits immobiliers) supérieur à 163100€ ; 50% des Français possèdent donc un patrimoine brut inférieur à 163100€ (CQFD).

Notez que ces 50% des Français qui possèdent un patrimoine brut supérieur à 163100€ détiennent ensemble 92% du patrimoine financier et immobilier de l’ensemble des Français. Les 10% les plus fortunés détiennent ensemble 46% du patrimoine financier et immobilier de l’ensemble des Français.

Dans le détail :

 – 1% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 1941600€ ;

 – 5% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 878900€ ;

 – 10% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 607700€ ;

 – 20% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 392500€ ;

 – 30% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 289600€ ;

 – 40% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 221 200€ ;

 – 50% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 163100€ ;

 – 60% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 96100€ ;

 – 70% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 30300€ ;

 – 80% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 11200€ ;

 – 90% des Français détiennent un patrimoine brut supérieur à 3800€

 

Le patrimoine immobilier, une composante très majoritaire du patrimoine des Français !

Il se fait aucun doute que les Français aime l’investissement immobilier.

 

Mais attention, il s’agit là des patrimoines bruts, c’est à dire sans déduction des crédits immobiliers. Le montant des patrimoines nets est bien différent et varie en fonction de l’âge de son détenteur.

 

A suivre … :

 

Source : 10 % des ménages détiennent près de la moitié du patrimoine total

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial


73 Comments

  1. Misseline says:

    Des statistiques fondées sur un patrimoine brut (hors déduction d’emprunts) n’ont aucun sens …

    • Michel 2 says:

      Complètement d’accord, ça ne veut rien dire; on peut avoir un patrimoine de 1 M d’€ et seulement 100 k€ de propriété, le reste étant de la dette.

    • Johannes says:

      D’accord avec vous, ça n’a pas beaucoup de sens économiquement.

      Mais le problème de l’INSEE et de tous les statisticiens du monde, c’est que pour produire des statistiques, il leur faut d’abord des données, des « data ».

      Là, j’ai l’impression que l’INSEE réutilise des données que lui a transmises – en les anonymant – l’administration fiscale.

      Par exemple, à partir des impôts locaux, on peut estimer la valeur des appartements ou des terrains. Mais on ne peut pas dire si leurs propriétaires ont encore un crédit à rembourser pour finir de payer ces biens.

      D’où cette notion de « patrimoine brut »

  2. Misseline says:

    Et « les français » c’est quoi ?
    Les ménages ? Les individus ?

    Vraiment le genre d’études à objectif idéologico-politique sans le moindre sens économique.

  3. Et donc la moitié des Français est millionnaire. 😃

    En Francs.🙁

    PS : de quoi parle-t-on, des français, des foyers, ou des unités de consommation ?

  4. Bon, faut lire les petits caractères en bas des images : c’est les ménages, et ça date de début 2018.

  5. Badtimes says:

    Encore une étude qui va donner des idées à nos fiscalistes zélés de Bercy😩😩

  6. Grandeur et décadence de l’ancien monde !
    Pauvre France, ces chiffres sont désespérants et peu importe comment ils sont calculés !
    Faire partie des plus riches ne veut plus rien dire !
    On va dire que même bien placé, en faisant partie des 5%, je n’ai toujours pas la sensation d’être riche et peu probable que nous atteignons les 1% sans activité industrielle !
    Peut-on en déduire qu’en tuant l’industrie, on a tué la richesse: probablement mais je ne suis pas une spécialiste de l’économie !

    • Plus il aura de riches, moins il y aura de pauvres.
      – solution Piketti (caricaturée): donnez 1M€ à chaque ménage et on aura que des riches
      – ou dit autrement le seuil de pauvreté passera à 1M€ 🙂

      A la différence de certains autres commentaires, je trouve cette revue de Guillaume bien sympathique. Elle montre la diversité biologique humaine. Qui ose penser encore à une égalité patrimoniale natrurelle ? Si tel eut été le cas, nous aurions tous les mêmes parents, le même lieu de naissance, la même éducation, les mêmes amis et rien autour de nous ne se transformerait. Ni nous d’ailleurs. Bon rêve à ceux qui veulent un monde utopique.

    • Michel 2 says:

      C’est sûr, que quand vous faites partie des 5% ou même des 10% et que l’on vous « pompe » 60 à 80% en taxes et impôts sur vos revenus et patrimoine, on n’a pas l’impression d’être riche et on a plutôt celle de payer pour d’autres qui en définitive vivent mieux que vous.

    • Biensur que la décadence est organisée depuis au moins 40 ans delocaliser la production C se rendre exsangue pour un profit immédiat à destination d’une minorité qui a terme ne sera plus. La maîtrise sera ailleurs, Il est prétentieux de croire à quelque sauvegarde, faudra attendre le sous développement pour végéter. L’emprise du système économique est implacable. Possible que l’ensemble incohérent dans sa globalité s’effondre de lui même.

  7. il y a sans aucun doute des pauvres en France, mais cette etude n’est pas revélatrice du train de vie des gens. Regardez simplement nos politiques qui vivent bien, par le cumul de leurs indemnités par exemple et les facilités octroyées par leur statut et leur réseau…quand je pense au patrimoine qu’affichait M. Valls ….il était dans la partie basse des pauvres ! donc prudence

  8. gilbertG says:

    les terres possédées par les agriculteurs représentent gros patrimoine « immobilier » ou professionnel, sont-ils contents de leur train de vie .

  9. Toujours interessant de ramener les patrimoines a des valeurs nationales. Naturellement, les humains se comparent a leurs semblables et ceux qui gagnent plus qu’eux.
    A 33ans, j’ai constitue un patrimoine brut d’environ 500K – Env 250K net je suis donc dans le « haut », dans les supposes « riches » et pourtant, ce n’est pas du tout le sentiment que j’ai au quotidien…

    • Badtimes says:

      Vous auriez un patrimoine immobilier brut 4 fois supérieur qu’avec la fiscalité francaise vous seriez dans la tranche du haut sans être Riche malheureusement. Il vaut mieux être haut fonctionnaire ou homme politique si vous voulez bien vivre sans avoir à automatiquement disposer d’un patrimoine conséquent.(voir aussi les PDG de grands groupes qui sortent presque tous des grands corps de l’état).
      Par contre le titre de l’étude va encore faire « jaser dans le lanterneau » et l’on n’a pas finit d’entendre parler de ces riches, surtout en ce moment.
      Il suffit de traverser le Channel pour ne plus entendre ces jérémiades. Eux vont s’en sortir et nous regarder sombrer petit à petit, rongés par notre soif d’égalitarisme decliniste.

    • Johannes says:

      Un peu la même impression que vous :

      59 ans, environ 800 k (net), pour moitié par héritage, et vraiment pas l’impression au quotidien de faire partie des « riches ».

      Au final, je trouve même cet article assez inquiétant : si des gens comme vous ou moi sont situés dans le « haut », cela veut dire que globalement le pays ne va pas fort (mais ça on le savait déjà).

      • Michel 2 says:

        Pas l’impression d’être riche, mais dans la rue, en face ou vos amis, tous ont l’impression que vous l’êtes !!!
        Et ne cherchez pas à les convaincre du contraire, on vous rira au nez en vous jetant à la figure: « je ne vais pas te plaindre quand même! »

        • Badtimes says:

          Même dans la famille….c’en est désolant car les gens ne se rendent pas compte, si aujourd’hui j’étais jeune je me poserais la question de rester ou partir de France. C’est surtout cette mentalité de dénigrer les gens qui essayent se faire quelque chose pour améliorer leur niveau de vie. Est ce de la jalousie?
          J’espère que la nouvelle génération va réussir à faire évoluer cette mentalité qui mine ce pays.

          • Commentaire interessant sur l’expatriation. J’ai « fui » en Irlande puis a Malte. La reussite y est beaucoup mieux vu. PS : Mon patrimoine immobilier est en France et les impots et taxes foncieres ne m’oublient pas…

      • Ca va beaucoup plus fort pour ceux qui vivent des différentes aides cumulées, légalement ou illégalement, comme le type près de Montpellier qui cumulait 36 000€ d’allocs familiales mensuelles, pour ceux qui bossent au noir, pour les Delevoye qui cumulent jetons de présence, défraiements, … et retraites, pour les cadres sup de grosses boîtes ou d’anciennes entreprises publiques, ou toujours publiques, ou qui bossent dans le pseudo public, le parapublic, le social, … qui bénéficient soient de salaires éhontés, comme les administrateurs de sociétés HLM, soit d’avantages en nature, logements, véhicules… J’en oublie certainement.

        Le couillon, comme toujours : le Français moyen. C’est bête pour les autres, la classe moyenne disparaît dans nos sociétés mondialisées.

  10. Johannes says:

    Vous devriez préciser – comme le fait l’INSEE – que l’étude porte sur les ménages.

    C’est une classification commode mais qui comporte de nombreux défauts.

    Ce n’est pas exactement la même chose avoir un patrimoine net de 100.000 euros, si on est célibataire, en couple sans enfant, en couple avec deux enfants.

    • Oui, c’est plus difficile d’y arriver pour un célibataire qui ça payer plus d’impôts et ne bénéficiera pas d’aides sociales.

  11. Misseline says:

    Pour l’INSEE, avoir un patrimoine de 1 million d’€ avec 1 million de dette, c’est mieux que d’avoir 800K de patrimoine sans dette.

    La logique des fonctionnaires …

  12. Riche&Célèbre says:

    « Si t’es pas dans les 1% à 50 ans, t’as raté ta vie ». Jacques S.

  13. gilbertG says:

    avec une ROLEX AU POIGNET pour afficher ton rang

  14. gilbertG says:

    avec une ROLEX

    • Bah, on trouve des Rolex d’occasion à partir de 1600€.
      Y’a la Rolex du pauvre et l’autre.

      De toute façon, si t’as pas de Richard Mille, t’as rien compris 🤣🤣🤣

      Ceci dit, les montres d’occasion, c’est un bon placement. Une fois la cote atteinte, ça ne montera pas des masses, mais ça ne baissera pas non plus. Et puis, c’est facile à transporter.

  15. Un patrimoine moyen de 163100€ ne signifie pas que 50% des français sont au dessus et 50% au dessous. Monsieur Fonteneau, révisez vos tablettes.
    Cela confirme que si les statistiques sont des règles mathématiques, leur interprétation peut conduire à nimporte quoi, et à nimporte quelle consequene !
    Cordialement

  16. Ben je fais partie des 5% les plus riches.
    3 petits biens immobiliers loués et ma maison.
    Ça fait 20 ans que mes revenus sont compris entre 31 000 et 41 000 par an.
    En revanche mes impôts :
    8300 euros d’impôts sur le revenu/an
    ISF 8400 euros/an
    Taxe d’habitation dans les 2600/an
    Taxe foncière de ma maison 2500/an

    J’ai aussi dans les 3300 euros de facture d’électricité
    Et 1300 euros de facture d’eau.

    Mon reste à vivre pour me nourrir est d’environ 9600 euros/an depuis 20 ans.

    Et donc ? Je suis riche….
    J’ai pas les moyens de faire les travaux d’isolation chez moi
    Mais je suis riche
    Je pars 5 jours en vacances par an et dans un bnb à 41 euros la nuit
    Mais je suis riche
    Mon seul luxe c’est d’avoir 2 chats et de pouvoir leur payer le vétérinaire très cher, trop cher pour moi…
    Je crois que beaucoup de gilets jaunes et beaucoup de pauvres vivent mieux que moi.

    Je suis de la petite classe moyenne en réalité mais cette étude aimerait me faire croire que ce que j’ai acquis par le travail fait de moi un riche… Et en plus, à ma mort, je ne serai toujours pas paisible car une bonne partie ira non pas à mes enfants mais à l’état. Mes enfants qui devront vendre pour payer les frais de succession.

    Qui pour comprendre ça ?

    • Johannes says:

      Je partage ces sentiments.

    • Michel 2 says:

      Ben moi, je comprends car je suis à peu près dans le même situation mais …. tout le monde s’en fout !!!

      • Michel 2 says:

        Au détail près que je ne paye pas les 8300€ d’IR, car je défiscalise pas mal en FIP et autres FCPI et Sofica. Cela fait 12 ans maintenant et la restitution des anciennes valeurs compense en partie l’investissement dans les nouvelles.

    • Michel 2 says:

      S’agissant de l’IFI, à votre place je vendrais de l’immo pour être en dessous du seuil de 1,3 M€

    • Je comprends.
      Je comprends aussi que l’immobilier, à un moment, faut le vendre, avant d’être trop vieux.

    • Je comprends que cette situation ne vous satisfasse pas et c’est bien normal par contre je ne comprends pas que vous restiez dans cette situation depuis 20 ans sans rien faire. Vu que vous payer l’ISF votre patrimoine est forcément conséquent mais le rendement de vos investissements immobiliers doit être très mauvais. Revendez tout pour le placer différemment par exemple en investissement locatif meublée ou alors consommez une partie de votre patrimoine si vous êtes suffisamment âgé mais ne restez pas à rien faire alors que vous avez les moyens d’ameliorer fortement votre situation

      • Vous avez raison! Dans une telle situation il faut revoir sa stratégie et surtout, à un certain âge, ne pas avoir peur de commencer à consommer du capital !! En vendant un bien immobilier Kly devrait pouvoir largement doubler son reste à vivre pendant 20 ans !

    • @Kly
      Des gens au SMIC qui peine à nourrir leur famille.
      Eux devrait le comprendre…

    • Bonjour Kly,

      Si vous payez 8400€ d’IFI, c’est que votre patrimoine net taxable est supérieur à 2M€. Je ne doutes pas un instant que vous l’ayez gagné en travaillant beaucoup et donc largement mérité, mais soyons honnête : objectivement vous ne faite pas partie de la classe moyenne, mais de la classe (très) aisée… en fait, votre ‘problème’ de revenu relativement faible (eu égard aux impôts élevés que vous payez) saute aux yeux: vous êtes beaucoup trop investie en immobilier, avec des rendements locatifs relativement bas (surtout que j’imagine que vous ne touchez des loyers que sur 2 de vos 3 biens, vous louez probablement le troisième à votre fille à titre gracieux) et une pension de retraite faible (certainement la conséquence de faibles cotisations pendant votre vie active, c’est courant chez les indépendants)… Bref vous avez beaucoup de patrimoine mais un cash flow trop faible. L’immobilier physique, c’est peu liquide, ça demande beaucoup de travail de gestion -pas évident quand on travaille ou au contraire que l’on prend se l’âge -, ça ne peut pas se revendre partiellement, et le taux d’imposition (surtout lorsque l’on est redevable de l’IFI) est juste prohibitif… La solution à votre situation me semble passer inévitablement par la revente d’au moins un, voire 2 de vos biens locatifs. Le produit de la revente pourra être investi sur un ou deux contrats d’assurance vie et/ou de capitalisation. Avec une gestion prudente (mix fond € / pierre-papier / UC) vous pourrez raisonnablement obtenir autour de 3% de rendement, vous n’aurez aucun soucis de gestion, plus d’IFI a payer, vous pourrez faire des retraits partiels très peu imposés de manière à completer votre retraite; ce bol d’air financier vous permettra d’entretenir votre résidence principale, de vivre un peu plus confortablement, et même votre succession (que je vous souhaite la plus tardive possible 🙂 !) sera grandement facilitée (les successions avec beaucoup d’immobilier, physique c’est une galère sans nom; êtes-vous sûre que votre fille voudra consacrer le temps nécessaire, handicaper sa propre carrière pour entretenir un tel parc locatif ?).
      Bref, si j’avais une suggestion à vous faire: mettez un peu plus de liquidité dans votre patrimoine ! Il n’y a pas que l’immo locatif dans la vie !

  17. Si je ne vends pas c’est que je veux laisser un peu à ma fille. Un bien immo plutôt que de l’argent.
    Merci Michel, je vais y travailler.

    • Michel 2 says:

      Si vous ne voulez pas vendre, vous donnez à votre fille, mais attention en pleine propriété, car si vous gardez l’usufruit, c’est la valeur de la pleine propriété qui est retenue pour l’IFI, encore une aberration, heu … du vol de l’institution fiscale.
      Vous donnez jusqu’à concurrence du seuil de 1,3 M€.

      Et si c’est de l’immobilier Parisien, vaut mieux vendre (l’objet très contesté du précédent blog), c’est mon avis en tous cas – Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et surtout quand ils sont déjà très hauts-

  18. Si elle souhaite récupérer la maison, ça se comprend.
    Sinon…

    • Oui, elle aime la maison où elle a passé son enfance. Y est très attachée. Elle ne la vendra pas, elle y habitera. Elle y vit encore alors qu’elle est majeur.

  19. Oui Michel !
    On s’y est intéressé en ce sens. J’attends tout de même de voir ce que le gouvernement Macron va nous proposer pour la transmission.
    Je vois en effet comme sur ce sujet.
    Cependant, pour réduire mon impôt sur le revenu, je vais devoir m’appliquer car je n’ai jamais rien fait. Ce dernier est trop fort par rapport à mon revenu. Je le constate quand je trie les dossiers des locataires potentiels. Ils gagnent mieux leur vie que moi qui suis à la retraite mais paient 1/3 d’impôts en moins…

    • Michel 2 says:

      Hé oui, vous êtes à la retraite, propriétaire et célibataire (je suppose) fiscalement parlant et vous êtes le symbole même du matraquage fiscal !

      • Ajoutez veuve en tant que conjoint collaborateur. J’ai bossé toute ma vie autant que mon mari mais comme l’impôt était déclaré en un ensemble, non seulement on payait les tranches supérieures de l’impôt au lieu de diviser sur 2 têtes mais maintenant, la seule retraite que je perçois est une demi pension…misérable car mari décédé à 56 ans.
        Ajoutez à ça que j’ai pris un comptable dans les beaux quartiers de Paris. Ce dernier s’est toujours attelé à me faire payer le maximum. Ainsi pendant 15 ans, j’ai payé des charges sociales sur les revenus locatifs comme si ces revenus venaient du travail (et personne pour me dire qu’il fallait arrêter)
        La sécu a reçu 70 000 euros en trop, que je ne pourrai jamais récupérer à part sur 3 ans et à condition de prendre un avocat. J’ai abandonné.
        Ma vie, ça a été de travailler pour l’état, faire un gosse que je n’ai pas pu voir grandir car je bossais les samedis, dimanches et ne prenais que 15 jours de vacances fin août. Jamais de chômage, jamais d’arrêt maladie, jamais reçu la moindre aide sociale ou crédit d’impôt. On bossait 72 heures/semaine.
        On s’est fait par le travail, le courage, et en partant de rien. Quand je vois ce qu’il en reste. En fait, nos investissements, j’en vivrais correctement si les impôts n’étaient pas aussi forts ou si nous vivions dans un autre pays.
        Et ce pays semble compliqué à réformer. Je suis résignée avec la sensation d’avoir raté ma vie.
        D’autant plus que nous avions eu de nombreuses propositions pour quitter la France. Notre savoir-faire était très apprécié et demandé à l’étranger. J’ai toujours freiné mon mari en lui disant vouloir rester en France. Je le regrette tellement.
        Ma fille, je ne la force pas à travailler dur. Elle fait ce qu’elle aime. La France est un pays où il ne faut pas trop en faire car c’est mal récompensé. La leçon est reçue.

  20. Bonjour,

    Je ne comprends pas bien les commentaires consistant à expliquer ( démontrer ) que le patrimoine brut dettes comprises n’est pas révélateur de la richesse d’un individu.
    N’en plaise à cette analyse, la dette d’un patrimoine brut , c’est sa capacité à assurer la croissance du patrimoine net.
    La capacité à s’endetter, à lever des fonds à travers de la dette est révélateur de la richesse d’un individu.
    Pas de création de richesse ( de patrimoine ) sans effet de levier.

    • « qui paie ses dettes s’enrichit » serait donc devenu obsolète ?

      • Non.
        C’est exactement ce que je développe.

        • Riche&Célèbre says:

          Salut, Aristide !

        • Je suis d’accord avec la création de patrimoine facilitée par l’effet de levier, la dette. Encore faut-il pouvoir rembourser sa dette.

          Mais une fois le patrimoine créé, la dette ne devient-elle pas handicapante ?

          De plus, la dette est perçue par l’individu lambda (moi, par exemple) comme une certaine contrainte de voir ses revenus obérés pendant de nombreuses années, alors que cet argent pourrait être investi pour générer un revenu supplémentaire.

          Ne pensez-vous pas que lors d’une grosse rentrée d’argent, l’individu lambda aura tendance à vouloir rembourser sa dette par anticipation (j’élimine les frais et indemnités), là où des financiers voudront placer ces sommes (pour leur rentabilité) ?

          L’aspect psychologique est important : une dette doit se rembourser au détriment de toute optimisation.

    • Michel 2 says:

      Vous ne comprenez pas que par exemple un Parisien qui s’endette à 30, 40%, voire plus de ses revenus pour acquérir un appartement de 500 k, juste pour se loger ou même pour louer avec un rendement, taxes et impôts compris quasi nul, avec le risque en cas de baisse ou perte de revenus qu’on lui « pique » son bien, ne puisse être considéré comme riche !

  21. Qui n’a pas de crédit ne s’enrichit pas.
    Lorsque l’on rembourse un crédit, c’est des intérêts et du capital.

  22. Pour être riche, le patrimoine, c’est bien. Le revenu, c’est mieux.

  23. En valeurs absolues, il y a plus de différence à l’intérieur des 10% qui gagnent le plus qu’entre le 1er et le 9e décile. C’est bien pourquoi, pour mesurer la richesse, il faut se concentrer sur les 10% les mieux lotis.

    C’est dans ce décile que la courbe s’infléchit de façon exponentielle pour monter jusqu’au Ciel, défiant les lois de la gravité : le seuil avoisine les 1% de la population, disons 650 000 personnes. Pour un foyer fiscal type, le seuil de la richesse ressort ainsi à peu près 170.000 euros de revenus globaux par an.

    Donc, vous êtes riche si votre foyer fiscal gagne plus de 170 000 euros par an.

    Juste de quoi se payer une Ferrari ou une Patek Philippe.

  24. On est riche tant que l’on peut s’endetter, après …..on devient pauvre.

  25. Bonjour Kly,

    vous payez 8400€ d’IFI, c’est que votre patrimoine net taxable est supérieur à 2M€. Je ne doutes pas un instant que vous l’ayez gagné en travaillant beaucoup et donc largement mérité, mais soyons honnête : objectivement vous ne faite pas partie de la classe moyenne, mais de la classe (très) aisée… en fait, votre ‘problème’ de revenu relativement faible (eu égard aux impôts élevés que vous payez) saute aux yeux: vous êtes beaucoup trop investie en immobilier, avec des rendements locatifs relativement bas (surtout que j’imagine que vous ne touchez des loyers que sur 2 de vos 3 biens, vous louez probablement le troisième à votre fille à titre gracieux) et une pension de retraite faible (certainement la conséquence de faibles cotisations pendant votre vie active, c’est courant chez les indépendants)… Bref vous avez beaucoup de patrimoine mais un cash flow trop faible. L’immobilier physique, c’est peu liquide, ça demande beaucoup de travail de gestion -pas évident quand on travaille ou au contraire que l’on prend se l’âge -, ça ne peut pas se revendre partiellement, et le taux d’imposition (surtout lorsque l’on est redevable de l’IFI) est juste prohibitif… La solution à votre situation me semble passer inévitablement par la revente d’au moins un, voire 2 de vos biens locatifs. Le produit de la revente pourra être investi sur un ou deux contrats d’assurance vie et/ou de capitalisation. Avec une gestion prudente (mix fond € / pierre-papier / UC) vous pourrez raisonnablement obtenir autour de 3% de rendement, vous n’aurez aucun soucis de gestion, plus d’IFI a payer, vous pourrez faire des retraits partiels très peu imposés de manière à completer votre retraite; ce bol d’air financier vous permettra d’entretenir votre résidence principale, de vivre un peu plus confortablement, et même votre succession (que je vous souhaite la plus tardive possible 🙂 !) sera grandement facilitée (les successions avec beaucoup d’immobilier, physique c’est une galère sans nom; êtes-vous sûre que votre fille voudra consacrer le temps nécessaire, handicaper sa propre carrière pour entretenir un tel parc locatif ?).
    Bref, si j’avais une suggestion à vous faire: mettez un peu plus de liquidité dans votre patrimoine ! Il n’y a pas que l’immo locatif dans la vie !

  26. Bonjour Polaris,
    C’est déjà ma fille qui gère les biens, s’occupe des quittances, travaux, de trouver les locataires, payer et vérifier les charges. Je crois qu’elle aime ça. En tout cas elle l’accepte et le fait sérieusement. En plus, ce n’est pas une dépensière.
    Elle est logée chez moi donc tous mes biens sont loués. Il n’y a pas de « perte sèche ».
    J’avoue que si je dois vendre pour vivre mieux, autant quitter la France pour re investir ailleurs. Je n’ai pas confiance dans les assurances et assureurs. Et le soleil me manque !

    • Michel 2 says:

      Si comme le suppose Polaris, vous avez 2M de bien immobiliers, vous en donnez la moitié soit 1M (max <1.3M) et Exit l'IFI !
      De toutes façons, il faudra bien le donner un jour ou l'autre .

  27. Il faut avoir des liquidités pour transmettre.
    J’ai voulu le faire pour 1 appartement. Même en usufruit (moi) et murs (ma fille) c’est trop élevé pour moi. Et cette technique ne dispense pas de l’ifi.
    Et en plus, la prochaine fois où j’aurai la ristourne de 100 000 euros, ce sera après mes 71 ans. Ça tombe toujours mal…

    • Michel 2 says:

      Hé oui, comme dit précédemment, pour éviter l’IFI, il faut faire une donation en pleine propriété.

    • Polaris vous a déjà donné les clés : trop d’immobilier dans votre patrimoine, et pas assez du reste. Ou en tout cas, trop d’immobilier locatif, peu rémunérateur. Vendre est la bonne solution.

      En ce qui concerne l’AV, la question n’est pas d’avoir confiance ou pas dans un assureur, mais d’utiliser une enveloppe pour y placer des fonds en euros, de la pierre papier, SCPI ou OPCI, et des unités de compte). Éviter les assureurs et banquiers traditionnels qui prennent des frais exorbitant, on trouve désormais des contrats en ligne avec quelques années de gestion derrière eux, gage de leur pérennité. En voici une liste : https://www.google.com/amp/s/investir.lesechos.fr/amp/1855833.php

      Vous pouvez également chercher le palmarès du Revenu, le palmarès des assurances vie de plus de huit ans, de francetransactions…

      Ou opter pour une AV luxembourgeoise, c’est à la mode.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.