C’est là une tradition à laquelle on ne peut échapper : Les bonnes résolutions pour l’année qui commence. Après une année 2019, au début de laquelle nous annoncions une hausse des taux d’intérêt et une baisse des bourses et qui se termine par une baisse historique de ces mêmes taux d’intérêt qui devaient augmenter et une exceptionnelle hausse des cours de bourse qui devaient être fragilisée par une conjoncture délicate, il nous faut admettre notre incapacité à prévoir ce qui ne l’est pas.
Bref, en 2020, on arrête d’essayer d’anticiper ce qui ne peut l’être. En réalité, et je crois que c’est toujours le cas, il est possible de nous répartir entre deux camps : Les optimistes et les pessimistes.

  • Les optimistes sont ceux d’entre nous qui voient en priorité le verre à moitié plein et qui considèrent les mauvaises nouvelles comme des obstacles qui pourront être surmontés. Les optimistes pensent que, globalement, le mouvement est favorable et il porte les initiatives. Les optimistes avancent toujours, et si le moment les obligent à reculer, c’est pour mieux avancer. Les optimistes, ne se posent pas beaucoup de question, ils foncent et la gestion du risque ne doit pas être un frein à l’action.

 

  • Les pessimistes sont ceux qui, au contraire des optimistes, ont tendance à voir le verre à moitié vide. Les pessimistes considèrent que le mouvement est globalement défavorable et chaque mauvaise nouvelle est un obstacle supplémentaire qu’il devient de plus en plus délicat de franchir. Les pessimistes n’arrivent pas à avancer ; Ils attendent le bon moment qui ne vient jamais ; Les pessimistes sont paralysés par le risque qu’ils voient partout.

 
Est il possible de forcer sa nature ? Le pessimiste peut il décréter devenir optimiste ? Je ne sais pas. Néanmoins, le pessimiste qui connait sa nature profonde doit pouvoir être capable de lutter contre ses excès pour réussir à avancer malgré son caractère.
Cette différence de caractère entre le pessimiste et l’optimiste est fondamentale lorsque l’on évoque la gestion de son patrimoine. Car si le pessimiste est un épargnant par nature qui préfère thésauriser pour se prémunir contre un avenir qu’il juge sombre, l’optimiste est un investisseur qui sera capable d’utiliser les moyens financier à sa disposition pour générer un revenu futurs pérenne ;
Le pessimiste se prive pour épargner et accumuler de l’argent qu’il pourra consommer dans le futur afin de se protéger, alors que l’optimiste cherche des solutions pour augmenter sa capacité à générer des revenus futurs plus élevés.
Malheureusement, dans un monde ou l’argent accumulée sans objectif précis autre que l’anticipation d’un dépense future liée à une vision pessimiste de son futur, c’est à dire l’épargne, n’est plus rémunérée, le pessimiste doit être capable de se faire violence pour, à défaut de transformer son caractère profond, s’investir dans l’avenir. Le pessimiste doit être capable d’accepter que l’avenir sera meilleur qu’aujourd’hui et qu’il doit abandonner l’idée d’accumuler dans l’attente d’un sombre avenir. Le pessimiste doit comprendre qu’il doit investir et que les risques qu’il voit partout son exagérée et ne doivent pas l’empêcher d’avancer.
L’avenir est à l’investissement ! Celui qui n’investit pas s’appauvrit, et cela ne pas en être autrement. Les risques existe partout, il est important de les identifier pour avancer dans la bonne direction, mais ils ne doivent en aucun cas justifier le renoncement et l’inaction. Il est vain d’attendre l’absence de risque pour investir ; Cela n’existe pas.
Le pessimiste n’a donc d’autre choix que de s’investir s’il ne veut pas s’appauvrir. 
 
Mais attention, si le pessimiste doit forcer sa nature excessivement négative pour espérer réussir à dépasser le risque sclérosant, l’optimiste devra lui également aller contre une nature qui l’encourager à participer à un mouvement euphorique et à minorer le risque au profit de l’illusion d’une situation qui se termine toujours positivement.
Ainsi, l’optimiste devra prendre conscience du risque d’un comportement niant la difficulté d’une situation. Pour ce faire, il devra freiner ses envies d’investissement et lutter contre sa tentation d’aller trop vite et de foncer au delà du raisonnable. L’optimiste doit accepter l’idée selon laquelle le risque existe malgré son incapacité à l’identifier.
Investir est nécessaire pour espérer s’enrichir, mais de la mesure est également indispensable pour financer l’hypothèse d’investir dans un mauvais risque. Si prendre du risque est indispensable pour espérer valoriser son patrimoine, il faut réussir à prendre le bon risque ! et, par définition, tout le monde ne peut pas y arriver ! S’investir dans son patrimoine, c’est aussi accepter de se tromper et de faire de mauvais investissements.
Bref, en 2020, vous devez vous investir dans la gestion de votre patrimoine ! Les pessimistes devront se faire violence et accepter l’aléa de la vie pour espérer augmenter leur capital ; Les optimistes, naturellement investisseurs, devront eux accepter de freiner leur volonté d’investissement pour tenir compte d’un risque qu’il ne sauront pas identifier.
Et c’est là le rôle important d’un conseil en gestion de patrimoine qui aura pour mission de vous apporter une analyse globale capable de dépasser votre nature profonde. Lors des rendez vous d’assistance patrimoniale, je suis très régulièrement confronté à des pessimistes qui me disent être surpris par l’optimisme de mes conseils et projections, mais aussi nombre d’optimistes qui me disent être déstabilisés par le pessimisme du même propos.
Je crois que c’est là la clef du conseil en gestion de patrimoine ! Être capable de remettre en question ses certitudes pour prendre une décision d’investissement sereine. Car, n’oubliez pas que celui qui n’avance pas, recule… tout comme celui qui avance trop vite.
Une très belle année 2020 se dessine devant nous ! A nous d’en profiter en étant réaliste !
 

Et vous, quelle est votre bonne résolution patrimoniale ?

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livre et formations 
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Epargne / Placement 
Assurance-vie
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Immobilier locatif 
Chasseur en investissement immobilier locatif
Crédit immobilier
Assurance emprunteur
Expert-comptable Location meublée et SCI

15 commentaires