Assurance vie et gestion de patrimoine

Depuis 15 ans maintenant que je rencontre des épargnants et des investisseurs quotidiennement, je perçois une évolution importante depuis quelques années. J’ai le sentiment que vous ne faites plus confiance à la finance et au capitalisme pour gérer leur patrimoine et que vous êtes à la recherche d’alternatives pour investir votre épargne dans une activité économique qui serait en accord avec vos convictions profondes. 

Je rencontre de moins en moins d’épargnants qui croient dans la pertinence des marchés financiers pour valoriser leur patrimoine financier. Au contraire, vous me semblez de plus en plus nombreux à chercher autre chose… mais à ne pas le trouver !



Bref, vous voulez donner du sens à votre épargne mais vous ne savez pas comment ! (un premier indice : « Préparer votre patrimoine à la révolution « écologique » et « développement durable » qui s’impose« ).

 

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à vouloir donner du sens à votre épargne.

La recherche de rendement est parfois secondaire derrière le désir d’utiliser votre épargne pour participer à la mutation de la société

Nous vivons une crise majeure du capitalisme et la gestion de patrimoine est un acteur majeur de cette mutation. Cette crise du capitalisme, c’est l’incohérence des entreprises qui gaspillent leurs bénéfices pour racheter leurs propres actions et augmenter ainsi le bénéfice par action, mais c’est aussi, dans votre quotidien, l’absence de sens et la souffrance au travail qui conduit de très nombreux travailleurs à s’exclure d’un monde du travail ou l’ambition professionnelle devient l’exception.

Donner du sens à votre épargne, c’est investir dans l’économie réelle pour permettre le développement d’activités qui seront en accord avec vos convictions profondes, et probablement à l’encontre des pratiques d’un capitalisme à l’encontre des intérêts des épargnants.

En effet, l’épargnant est en train de se rendre compte de la schizophrénie de sa situation :

  • L’épargnant sera souvent un salarié, c’est à dire un moyen de production au service du capitalisme. De plus en plus souvent, il souffrira au quotidien de cette situation face au capital. C’est la question de la souffrance au travail et de toutes ces démissions de jeunes diplômés qui n’acceptent plus de compromettre leurs convictions profondes par leur travail au service d’entreprises dans lesquelles ils ne se retrouvent pas.  .

 



  • L’épargnant sera également un capitaliste. En investissant son épargne dans l’économie, il devient ce capitaliste dont il déteste le comportement au quotidien dans son travail.

 

Investir en bourse ne fait plus rêver et rares sont ceux qui y investissent une partie de leur épargne avec plaisir et conviction.

Vous y investissez car vous n’avez souvent pas le choix. Votre banque ou votre compagnie d’assurance n’a pas d’autres solutions à vous vendre. Tant que l’industrie de la gestion de patrimoine et de l’épargne se rémunérera grâce aux marchés financiers, vous n’aurez pas d’autres alternatives que d’investir votre épargne sur la bourse. 

Bien évidemment, l’industrie de la gestion financière cherche à vous séduire en vous proposant des produits parfaitement marketés pour vous faire croire que vos investissements ont du sens. Il s’agit par exemple de l’ISR (l’Investissement Socialement Responsable) qui promet à l’investisseur une sélection d’entreprise qui intègrent les enjeux Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance dans la gestion financière (ESG).

Malheureusement, ce n’est que pur marketing ! Comme nous vous le démontrons dans cet article « Comment faire des placements éthiques ou socialement responsables ?« , ces fonds sont investis sur les mêmes grandes entreprises que les autres fonds non socialement responsable telles que l’industrie pétrolière par exemple.

La question doit être la suivante : Est il possible de faire confiance aux marchés financiers (et donc à toute l’industrie de la gestion de patrimoine dont le modèle économique est construit autour de la vente de produits investis sur les marchés financiers) pour gérer votre patrimoine en accord avec vos convictions profondes ? 

 

 

« Donner du sens », c’est investir pour rechercher autre chose que le rendement financier.

C’est alors toute la modalisation de la gestion de patrimoine qui doit être remise en question. Toute l’industrie de la gestion de patrimoine est organisée autour des marchés financiers. Vous ne trouverez donc aucune réponse auprès de la grande majorité de ces acteurs qui ne vous proposeront jamais un placement / investissement sur lequel ils ne perçoivent pas de commissions.

En effet, donner du sens, c’est abandonner l’investissement dans les marchés financiers et préférer d’autres modèles. 



N’est pas la raison principale du succès incroyable de l’investissement immobilier ? Les investisseurs immobiliers ne recherchent t’ils pas tant la rentabilité de leur investissement que le plaisir de savoir ou est leur argent et à quoi il sert ?

C’est le succès de l’investissement dans les groupements fonciers forestiers (GFF)ou groupement foncier agricole (GFA).

C’est le succès de l’investissement dans le crowdfunding local et indépendant (cf »Crowdfunding, l’avenir est local, indépendant et probablement sans plateforme. ») qui consiste à investir dans des petites entreprises locales dont l’activité participent à la cohésion du territoires. Le rendement est un critère de choix important, mais probablement pas le plus important dans le choix de l’épargnant.

C’est aussi le développement de l’investissement dans l’économie sociale et solidaire dont les fondamentaux éloignés du capitalisme séduisent les épargnants (cf »Comment faire des placements éthiques ou socialement responsables ? »)

 

 

Au delà d’un effet de mode, une mutation de la société vers autre chose ?

J’ai besoin de savoir ce que vous pensez de cette réflexion. Suis je dans l’erreur en mettant en avant une perception personnelle ?

Partagez vous ce sentiment de cette crise du capitalisme et donc d’un nouveau modèle pour la gestion de patrimoine ?

Ces autres articles devraient vous intéresser :


15 Comments

  1. Je partage, sauf que
    – c’est mon attitude depuis que je suis sorti de biberonner, qui ne date donc malheureusement pas d’hier
    – je ne suis toujours pas d’accord quand vous dites : « Investir en bourse ne fait plus rêver »
    Vous pensez toujours, et vous avez tort me semble-t-il, que le THF (80% des transactions aujourd’hui) est un investissement alors que ce n’est qu’un placement spéculatif dans le monde virtuel

  2. Bonjour
    Je suis tout à fait d’accord avec votre analyse de la situation,
    et suis certaine que c’est une réflexion très partagée.
    Et de cette analyse, on peut conclure que le projet du
    gouvernement d’orienter l’épargne vers la bourse
    est voué à l’échec.

    • « Et de cette analyse, on peut conclure que le projet du gouvernement d’orienter l’épargne vers la bourse est voué à l’échec. »

      Mais ce n’est pas l’objectif du gouvernement. C’est ce qu’en déduit l’industrie de la gestion financière. Le gouvernement souhaite seulement que l’argent retourne dans l’économie réelle. A chacun de définir ce que cela signifie.

  3. Je rencontre de plus en plus de personnes en quête du sens de leur vie, y compris en matière d’investissement et qui n’ont plus envie d’être de bons petits robots au service du dieu ARGENT. Cependant, pour les « petits porteurs » qui n’ont pas forcément le temps et les compétences d’un capital risqueur éthique, il est loin d’être évident pour eux de trouver des investissements dans l’économie réelle qui respectent leur éthique et qui soient rentables au moins à moyen terme…et il y aurait à mon avis, une niche à prendre dans ce domaine.
    J’attire l’attention sur les risques des GFF et GFA : entre le réchauffement climatique, l’agriculture conventionnelle qui ruine les sols, les évolutions réglementaires et économiques…ce sont des placements à long terme très risqués… cf l’histoire des exploitations agricoles et forestières durant le 20e siècle.

    • « et il y aurait à mon avis, une niche à prendre dans ce domaine ». Oui, je partage !

    • Vous dites: « J’attire l’attention sur les risques des GFF et GFA »
      Désolé de lourdement insister, mais les GFA, GFF ou GFV ne sont pas des investissements en tant que tel, mais de simples placements.

      Si vous voulez vraiment investir, acheter directement des terres agricoles serait la solution si c’était encore possible

  4. opetit94@icloud.com says:

    Ce que vous « ressentez » dans la Gestion de Patrimoine nouvelle éthique etc … n’est que la conséquence d’une recherche de sens plus global des individus.
    Ils seraient préférable, à mon sens (sic), d’abord d’investir sur soit-même (connaissance, formation, style de vie) avant d’envisager ses propres investissements patrimoniaux… qui en découleront naturellement (investissement local, AMAP-style, achat groupé etc.) sans forcément une centralisation des transactions et autres intermédiaires sans réelle valeur ajoutée.

    • C’est un vrai métier de choisir des investissements qui ne sont pas d’emblée voués à l’échec et qui en plus sont éthiques autrement que sur le papier. Ce métier nécessite des années de formation, suivies de mois de travail pour sélectionner des investissements pertinents, sachant que certaines données sont difficilement accessibles à l’investisseur lambda et que le monde est rarement tout blanc ou tout noir.

      Si vous vous formez dans ce domaine, vous ne vous formerez pas dans d’autres domaines tout aussi utiles à notre société (agriculture, bâtiment, éducation, recherche…). J’envisage mal une société où tout le monde aurait le même métier et dans les sociétés où tout le monde touche à presque tous les métiers, l’espérance de vie est courte, le confort des logements minimal et la disette courante…

  5. On retrouve certaines similitudes et comportements dans le domaine de l’alimentation.

    La majorité souhaite une alimentation bio saine et locale mais au passage à l’acte on les retrouve à acheter le moins cher dans les supermarchés…

    Nous tenons parfois des rôles différents face à un même sujet dans des contextes différents et nous adoptons tous alors des comportements différents.

  6. BONJOUR
    Votre analyse est pertinente dans la question soulevée, et il serait logique qu’elle débouche sur quelques solutions ou ébauches permettant de faire confiance dans un process d’investissement utile à l’économie locale. Quand on a la chance d’avoir une possibilité d’épargne, que l’on refuse l’investissement en bourse pour les raisons que vous évoquez, il nous reste l’assurance-vie sécurisée , de la défiscalisation en FIP (je l’utilise avec banque locale), et quelques investissements en FCPI, mais je n’ai rien trouvé , sauf quelques « aides éthiques » comme Terre de Liens, et parts d’une SCI pour l’achat d’une ferme à vocation bio par 4 jeunes. J’aimerai investir localement avec des Entrepreneurs en mal de fonds propres, mais avec un risque fort sur le capital apporté…. Que des interrogations, et pas de réponse évidente.

  7. Fredy Gosse says:

    le capitalisme c’est pas bien ,les projets écolos c’est bien… vous allez pouvoir y mettre vos sous et …..nos impôts
    https://www.contrepoints.org/2017/10/16/301053-eolienne-offshore-naufrage-sens

    l’agri bio c’est v bien..pour le bobos qui ont les moyens et vu les rendements il n’ y’a aucun espoir de voir les prix s’aligner sur le non bio MAIS faut interdire le engrais et les insecticides qui alimentent P-plus de 95 % de la population sans que jamais personne n’ait pu démonter leur nocivité mais principe de précaution constitutionnel oblige ;nous verts on ledit… donc démontrez nous le contraire et malheureux si vous tentez de le faire vous êtes des vendus des multinationales et donc sou n’avez pas droit à la parole suppôts de satan
    Alors oui si vous faite partie du cercle des décideurs ,allez y , y a plein de pognon à prendre dans nos poches pour vos poches:Al a fin de l’histoire le communisme aura été une plaisanterie

  8. Fredy Gosse says:

    je ne résiste pas, désolé
    https://www.dreuz.info/2017/10/17/delingpole-qui-a-revele-le-climategate-lidee-de-catastrophe-climatique-creee-par-lhomme-est-un-mythe/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

    Au fait on aurait pu investir dans la recherche et le développement des énergie fossiles en France mais c’est pas bien…MAIS Total investit massivement en Argentine et aux USA..enfin ça fera quelque emplois à l’extérieur pour nos ingénieurs qui nous coûtent si chers à former.
    Et puis Engie et Total importent déjà du gaz liquide des USA ( on ne peut distinguer dans un tanker l’origine gaz conventionnel gaz de schiste ) ,oui mais nous on ne pollue pas ….c’est vrai la planète s’arrête à nos frontières donc et pour autant que pollution anthropique soit responsable d’une hypothétique hausse dramatique montée des températures, les autres auront les emplois ,les profits et même nos ingénieurs . Nous on aura des impôts et une belle énergie verte qui coute la peau des fesses au frais des contribuables et que l’on ne sait pas stocker

    je vais vous faire une confidence s’il y avait eu la possibilité de participer à l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste mais de manière pérenne je l’aurai fait ,je l’ai déjà fait Mais l’administration a retiré des autorisations minières et j’a i tout perdu .Il faut croire qu’un projet non subventionné en France est un mauvais projet

  9. Les sociétés non ISR sont elles Socialement Irresponsables bien qu’elles donnent du travail, versent des rémunérations pour faire vivre sa famille, permettent d’acquérir de l’expérience et de faire carrière, vendent des produits dont les clients ont besoin … et entretiennent grâce à l’IS tout un tas de parasites au Sénat, L’Assemblée Nationale, etc …

    :))

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*