Les banques vont elles continuer leur suicide collectif encore longtemps ? Les taux des crédits immobiliers s’effondrent, on annonce ce matin un minimum à 1.05% sur 15 ans, moins de 1.30% sur 20 ans … C’est la folle débandade, la grande braderie sur les taux des crédits immobiliers (cf »tendance des meilleurs taux de crédit immobilier actuels« ).
L’argent gratuit coule à flot pour le bonheur des emprunteurs, de ceux qui renégocient pour le deuxième voir même la troisième fois le taux de leur crédit immobilier ou de ceux qui veulent investir dans l’immobilier mais ne sera pas sans dommage pour les marges des banques.
Un jour ou l’autre, les banques (du moins les plus petites) se rendront peut être compte que proposer des taux si faibles est probablement une bonne solution pour occuper ses salariés mais une très mauvaise opération du point de vue de leur marge d’intérêt et des bénéfices futurs.
 
 

Les banques vont commencer à payer les conséquences des taux de crédit immobilier trop bas et voient leur chiffres d’affaires baisser !

Les premiers signes commencent à se faire sentir et pourrait être un premier appel à la vigilance sur la durabilité des taux bas pour les candidats emprunteurs. 
Ce premier signe pour comprendre pourquoi cette grande braderie sur les taux de crédits immobiliers au plus bas pourrait ne pas durer éternellement c’est l’analyse des résultats de trimestriels en baisse de 10.5% du groupe BPCE (banque populaire caisse d’épargne) .
 
Trois lignes ont attiré notre attention :

– Développement soutenu des encours de crédits en hausse de 4,2 % sur un an après deux années de progression supérieure au marché ;

– Baisse des revenus des métiers cœurs à 5,7 Md€ (- 3,1 %) : performances commerciales de la banque de détail limitant l’impact négatif des taux sur la marge nette d’intérêt et stabilité des revenus des métiers cœurs de Natixis ;

– Bonnes performances commerciales dans un environnement de taux bas et un contexte de marché difficile

résultat BPCE
 
Ce qu’il faut lire entre ces lignes « Les marges sur les crédits immobiliers baissent fortement mais cette baisse des marges est partiellement compensée par l’effet volume » ou  « Les taux bas détruisent notre chiffres d’affaires, et l’augmentation du nombre de prêt n’est pas suffisant pour compenser cet effritement des marges. « 
Dans un marché du crédit immobilier mature, c’est à dire un marché pour lequel la taille du gâteau n’augmente guère, les banques se sont lancées dans une stratégie suicidaire qui consiste à réduire fortement leur marge d’intérêt (différence entre le taux du crédit immobilier et le coût de l’argent pour la banque) en espérant compenser cette baisse de revenu par une augmentation forte du nombre des prêts.
Mais dans un marché mature ou le nombre global de nouveaux prêt n’augmente plus et pourrait même baisser avec le vieillissement de la population, cette stratégie agressive ne profitera qu’aux quelques gros acteurs de la place : Tout le monde ne peut augmenter ses parts de marchés dans un marché qui ne grossit plus ! 
Dans une telle situation deux solutions pour rétablir le chiffres d’affaires de la banque :

– Mettre fin à la tentative de suicide et chercher à augmenter les marges d’intérêt en augmentant les taux d’intérêt et luttant contre les renégociations de crédit immobilier ;

– Accélérer le suicide en baissant toujours plus les taux des crédits immobilier  espérant que c’est le concurrent qui s’effondrera le premier.

Ces indicateurs seront à suivre des les prochains mois car il y a fort à parier que les banques ne pourront durablement accepter une baisse de leur chiffre d’affaires et essayerons probablement d’augmenter le niveau des taux d’intérêt des crédits immobilier pour préserver leur modèle économique

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos servives :
Conseil personnalisé 
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

Investir dans l'immobilier

29 commentaires