Hier, comme nous vous l’expliquions dans cet article « Bientôt le retour de l’encadrement des crédits immobiliers ? Il pourrait devenir plus compliqué d’emprunter« , le HCSF (Haut Conseil à la Stabilité Financière) s’est réuni afin de prendre des mesures pour réduire l’euphorie du crédit immobilier à laquelle nous assistons depuis quelques mois.

Le verdict vient de tomber et il confirme la volonté de Bercy de refermer le robinet du crédit immobilier, notamment pour les investisseurs immobiliers locatifs. 2020 pourrait bien être une année plus compliqué pour le marché immobilier !

Dans son communiqué, le HCSF précise :

Le Haut Conseil a acté le principe d’une recommandation à l’adresse des établissements de crédit sur les conditions d’octroi de crédit. Il recommande aux banques, après avoir pris en compte les caractéristiques du projet et du ménage emprunteur, de se conformer aux bonnes pratiques établies, à savoir:

  • Un taux d’effort à l’octroi maximal de 33% du revenu net de l’emprunteur;
  • Une durée de crédit qui n’excède pas 25 ans.
  • Jusqu’à 15% de la production pourrait s’écarter du strict respect de ces critères dont les trois-quarts réservés exclusivement aux primo-accédants et aux acquéreurs de leur résidence principale, dans la limite d’un endettement inférieur à sept années de revenus ;

Bref, c’est là une décision du HCSF qui devrait drastiquement réduire l’accès au crédit immobilier pour les emprunteurs immobilier et notamment les investisseurs en immobilier locatif !

Si l’emprunteur n’a pas de hauts revenus professionnels, il ne pourra plus s’endetter pour investir dans l’immobilier locatif !

Cette recommandation est d’autant plus sérieuse que le HCSF précise :

« Si cette recommandation n’était pas suffisamment suivie d’effet, le HCSF pourra ultérieurement recourir aux pouvoirs qui lui sont conférés par le 5° de l’article L-631-2-1 du code monétaire et financier, ou le 4°ter du même article incluant la possibilité de demander aux banques davantage de capital à raison des nouveaux crédits non conformes aux bonnes pratiques établies.Le Haut Conseil souhaite également attirer l’attention des établissements de crédit sur l’importance d’une tarification du crédit immobilier qui ne fragilise pas le modèle français de financement de l’habitat, ce qui implique une couverture appropriée des coûts et risques.

Afin de suivre les pratiques des établissements dans ce domaine, le Haut Conseil demande à l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) de mettre en place un reporting détaillé dans les délais les plus brefs et d’engager en conséquence un travail avec les établissements.L’effet attendu de ces mesures est de préserver des pratiques saines, à même d’assurer la résilience du modèle français de financement de l’habitat et de sécuriser l’accession à la propriété. »

 

Quelles seront les conséquences sur le marché immobilier ?

Dans un marché dans lequel les prix de l’immobilier sur fortement impactés à la hausse par la capacité d’emprunt des investisseurs, il ne faut aucun doute que ce durcissement des conditions d’octroi des crédits immobilier pour les investisseurs locatifs pourrait être de nature à calmer l’euphorie !

Peut on parler de coup d’arrêt ? Il ne faut pas l’exclure même s’il est évidemment trop tôt pour anticiper les conséquences, mais gardez en tête, qu’en 2019, 25% des crédits immobiliers sont octroyés avec un taux d’endettement supérieur à 35% !

Demain, ce taux d’endettement excessif ne pourra pas dépasser 15% de la production de crédit, dont une partie très majoritairement au profit de l’acquisition d’une résidence principale (alors même que nous savons par l’expérience que ces dépassements sont le plus souvent le fait d’investisseurs en immobilier locatif).

Je suis impatient de lire vos analyses et vos commentaires

A suivre …

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


168 Comments

  1. Quel mode de calcul de l’endettement le HCSF prend-il en compte? Quand on sait que selon le calcul et selon les établissements financiers un taux peut varier de plusieurs dizaines de points.

    • Un taux d’effort à l’octroi maximal de 33% du revenu net de l’emprunteur = Vos mensualités de crédit immobilier ne doivent pas dépasser 33% de vos revenus net de charges.

      Cela écarte, me semble t’il, l’option du calcul résiduel parfois pratiqué par 2 ou 3 banques

      • Gilles.DR315 says:

        Combien de dossiers j’ai passé pour des emprunteurs célibataire avec un endettement de 50-55%.
        Un emprunteur qui gagne 6000 euros par mois. Il lui reste 3000 euros de reste à vivre pour lui seul. C’est largement suffisant.
        Se limiter à 33% est une aberration.

        • Ce n’est pas une aberration. Il ne s’agit évidemment pas d’une mesure visant à protéger l’emprunteur ou la banque contre un risque de defaut, mais à protéger le marché immobilier résidentiel contre le gonflement excessif de la bulle spéculative liée aux taux d’intérêts quasi-nuls. C’est plutôt sain.

        • Vous dites que c’est suffisant. Mais s’il y a des travaux à réaliser dans 8 ou 9 ans?
          Sans compter qu’à 72k l’année il paye au moins 10k à 12k d’impôts. Ou peut-être que vous lui avez fait de la défisc?

        • Effectivement, on veut serrer la vis mais de façon contre productive.
          Il ne faut pas trop en demander à nos chers députés et sénateurs.

    • Je comprends la volonté de ne pas créer une bulle et de maintenir un système bancaire sain par contre le taux d’endettement est une abération pour moi.
      Quid du reste à vivre étant donné que 33% sur 3000 euros de revenu et 6000 euros n’est pas du tout la même chose.
      Nous allons encore opter pour une approche dogmatique au lieu d’analyser les choses de façon logique.

      • C’est une manière d’empêcher les très riches de rafler toutes les acquisitions immo d’un coup (au détriment des petits emprunteur).

        • au contraire comment un revenu faible pourras il faire du locatif dorénavant , sachant qu’il ne pourra plus passer au delà de 33 %.
          Je trouve quand même que l’immobilier restait un des pilier pour se construire un patrimoine et se préparer une retraite décente surtout dans le contexte de la réforme actuelle .
          Ce qui serait intéressant de savoir c’est qu’est ce qui fait que le Haut Conseil prenne une décision aussi radicale ?
          Quelle est la situation de nos banques actuelle ? Les taux négatifs sont il en train de venir à bout de leur Business Plan .
          Ne fraudais il pas obliger les banques à de nouveau se prêter entre elle plutôt que de passer par la BCE ?

          • Les revenus faibles, ce n’est pas fait pour faire de l’investissement locatif.

            Obliger les banques à se preter entre elles? Obliger à prêter? :///

            • Je sais qu’obliger est un gros mot, mais mettre en péril notre monnaie parce que les banques ne se font pas confiance entre elles. Cela devrait tout de même nous alerter sur le fait qu’elle ne font leur job et qu’emprunter auprès de la BCE est trop facile.
              Mais la on les oblige bien à ne plus prêter .

            • « C’est une manière d’empêcher les très riches de rafler toutes les acquisitions immo d’un coup (au détriment des petits emprunteur). »

              « Les revenus faibles, ce n’est pas fait pour faire de l’investissement locatif. »

              Y’a pas comme un problème ?

            • Comme t ça les revenus faibles ce n’est pas fait pour faire du locatif ?

          • Faire du locatif quand on a des revenus faibles, c’est suicidaire… Au moindre locataire qui ne paye plus ( et ça arrive souvent, ), ou au moindre travaux un peu lourd ( ravalement, ascenceur, ect…), ou même avec une vacance un peu longue et vous etes pris à la gorge. Faut avoir de l’argent pour faire du locatif.

          • La bonne question me semble être: est-il souhaitable qu’un « revenu faible » investisse à credit dans l’immobilier locatif, qui est risqué et en haut de cycle ?

            • Bah, dans un post précédent, on m’a répondu qu’il n’y avait pas de problème, qu’il leur suffirait de revendre et qu’ils seraient tout de même gagnants, vu qu’ils font du 15-16% depuis des années, et sans période de vacances locatives.

            • Pour élargir le débat, je pense plus sur pour un petit revenu de lui octroyer un prêt pour du locatif (rentable et en cash flow positif) que de lui donner des cartes magasins a tour de bras avec des prets revolving a 17%

              • Accorder un prêt sur 25 ans, pour un seul bien et ce même si le cash flow est positif équivaut à parier qu’il n’y aura aucun gros soucis, ni sur le bien, ni avec l’unique client du service offert par ce bien, et qu’il y aura toujours un client pour ce service pendant 25 ans… Si la personne n’a pas les liquidités pour faire face à des problèmes qui coûtent plusieurs milliers, voire dizaine de milliers d’euros, elle peut vraiment se retrouver en grande difficulté…, surtout si c’est à un moment où il serait catastrophique de vendre…
                Il vaut mieux accorder aux pauvres un prêt pour prendre des parts dans plusieurs PME-PMI : au moins, les risques sont répartis entre plusieurs actifs, chacun avec en général plusieurs clients…

        • Les très riches investissent-ils dans l’immo ?

          • Oui mais cela constitue une petite partie de leur patrimoine.

          • Les plus grosses fortunes se sont baties sur l’immobilier

            • Parmi les 100 plus grosses fortunes françaises, bien peu de sont bâties sur l’immobilier.

              • LVHM possède des immeubles et des hôtels,
                Les frères Bouygues construisent des immeubles, Mac Donald est propriétaire de tous les murs des restos et les louent aux franchisés, Disney construit des quartiers entiers à Marnes la Vallée, Danone possède des hôtels, des immeubles, des résidences services, etc…

                • Et donc ? La fortune d’Arnaud c’est grâce à l’immobilier ? Celle des Bouygues ne dépend pas du cours de bourse de l’action Bouygues, qui pour une bonne part valorise Bouygues Télécom ?

                  Quand aux autres, pourquoi s’embettent-ils donc avec des activités annexes comme vendre de la bouffe ou de l’amusement, alors qu’il leur suffirait de louer des murs…

        • Ce qui n’est pas une si mauvaise idée si on veut empêcher certaines villes de se transformer en San Francisco où des gens à 100 000 $ par an se retrouvent à habiter dans leur voiture.

          • Je ne suis pas sûr qu’un frein au dépassement de 30% d’endettement soit un frein à l’augmentation des prix en zone tendue. Il y a suffisamment de personnes qui n’ont pas besoin de beaucoup emprunter pour acheter à ces prix là.

            Il me semble que bon an, mal an, il n’y a que 45 000 ventes à Paris.

            • « Il me semble que bon an, mal an, il n’y a que 45 000 ventes à Paris » . A paris, il y a un peu plus de 2, millions d’habitants, soit disons 1/30 ème de la population française. Donc, si on ramène la moyenne des ventes, à Paris par rapport à la france entière, 45 000 *30 = 1 350 000 ventes…… . En fait , en france entière, on vent environ 1 million de logements. En proportion, on vend donc plus de logements à Paris que dans le reste de la france. ( Ce qui permet dans les statistiques nationales d’afficher une moyenne de hausses de prix annuelles impressionnante…. 😉 .

      • C’est au contraire tout sauf dogmatique. Il s’agit d’éviter que les ménages les plus aisés ne profitent de leur capacité d’endettement énorme pour faire gonfler le bulle immobilière et n’assèchent le marché résidentiel des classes moyennes.

    • Les banques font normalement le calcul suivant les charges et les revenus d’un coté ce qui gonfle le taux d’endettement . (Charges de crédits+ loyer versé) / (revenu + loyer perçus)

      • Tout dépend des établissements. Le mien pratique le résiduel ce qui est très avantageux (et plus logique à mon sens) que le calcul « classique »

    • La France est un pays qui préfère mettre son peuple dans les HLMs que de leur donner des prets pour acheter de maison.

      • Normal, quand on voit le rendement des organismes HLM et les salaires que se perdent les administrateurs.

        Le système français consiste à mettre les entreprises et les citoyens en coupe réglée au profit d’une sphère de pseudo-services publics bénéficiant de réglementations ad-hoc. Au premier rang desquels on retrouve par exemple les mutuelles ou les bailleurs sociaux.

  2. Mon commentaire, étant en recherche de RP, c’est : wait and see.

    Mais je ne crois guère à une baisse du marché dans mon secteur. D’un côté des biens très peu chers (900 à 1500€/m2) dont personne ne veut, de l’autre, des biens entre 4000 et 7000€ du m2, selon que vous avez vue sur mer ou pas, qui sont long à vendre mais qui se vendent tout de même, avec peu de négo.

    Ça va peut-être coincer pour les Pinel et autres loueurs de colocs, et détourner les investisseurs vers les SCPI ? Je n’en ai aucune certitude.

  3. Est-ce que l’investissement sous SCI aura les mêmes contraintes ?

    • Les SCPI s’achètent relativement peu à credit, et avec des taux sensiblement plus élevés que le locatif physique. C’est une des raisons pour lesquelles les SCPI sont ncore pour l’instant un petit peu moins surévaluéses que l’immobilier résidentiel et locatif.

      • « les SCPI sont ncore pour l’instant un petit peu moins surévaluéses que l’immobilier résidentiel et locatif. »

        Je ne suis pas d’accord avec cette assertion. Je crois le contraire, sauf à Paris pour lequel le marché est comparable entre surévaluation scpi et immobilier d’habitation

        • Homm, Guillaume s’il y a bien un parc immobilier qui est évalué chaque année et surveillé de près, c’est celui des SCPI. Je ne comprends donc pas d’où pourrait venir la surévaluation.

          • Ils font une évaluation concernant la valeur de marché, pas une évaluation de valeur fondamentale.

            • Personne ne fait d’évaluation fondamentale sur l’immobilier. C’est toujours une évaluation en valeur de marché.
              L’évaluation fondamentale c’est le terrain et les matériaux. Ça a ses limites vu que le bâti ne vaut comptablement plus rien au bout de 45 ans.

        • Je me doutais bien que vous ne seriez pas d’accord; pour le coup, je me suis laissé aller à faire un peu le « troll ».

          Desolé ; -)

          Cela dit, plus sérieusement, il me semble tout de même que les SCPI sont moins souscrites à crédit que le locatif (j’avais en tête un tiers, mais je ne me rappelle plus de la source), et que le taux est généralement 1 à 1.5 pt superieur… ?

    • Pour les SCI à l’IR c’est fort probable.

  4. Question : est-ce que cet avis du HCSF sera assez dissuasif?

    Mais plutôt une bonne nouvelle pour les « vrais » investisseurs immo qui ne s’engagent pas à outrance dans le crédit comme des têtes brulées. Un peu de rendement à la clé?

    • Cela va impacter forcément la valeur des biens de façon négative et gonfler artificiellement le taux de rendement car les loyer eux ne baisseront surement pas . Donc en valeur patrimonial il y aura une perte . Honnêtement cela m’inquiète car cette décision ne va que dans l’intérêt de protéger les ratios de solvabilité des banques. Ni l’état ni les collectivités ni les Français n’ont d’intérêt direct à un ralentissement du marché immobilier ( baisse des droits de mutation , flexibilité des salarié en cas de déménagement, valeur patrimoniale, délai de vente des biens , risque de liquidité du marché immo ) .

      • Les français propriétaires ou investisseurs n’ont effectivement pas intérêt à voir le marché ralentir; pour les primo accédants modestes en zone tendue, c’est très différent…

        • Les investisseurs n’ont-ils pas intérêt également à ce que les prix soient moins élevés ? Ça leur permet de revendre et racheter avec moins de frais.

  5. Si Bercy referme le robinet du crédit immobilier locatif pour les français, que pourrait-il se passer?
    On pourrait imaginer que bon nombre d’investisseurs clôturent leurs assurances vies pour acheter sans emprunter et bénéficier de réductions d’impôts plus favorables
    On pourrait imaginer que les détenteurs de livrets investissent dans l’immobilier sans emprunter, histoire de ne pas perdre des années d’économies
    On ouvre la porte aux investisseurs étrangers, et on connait déjà le résultat sur la côte d’azur. Une ville comme Nice : les prix augmentent sans cesse et les actifs sur place ne peuvent plus acheter
    Donc au bout du compte des mesures qui ne règlent pas le problème !
    Et les banques seront perdantes !

    • Le marché sera quand même plus sain.

      On devrait même mettre un seuil indépassable plus bas que 33% : 20 ou 25%.

      • ET s’il n’y avait plus du tout de crédit immo, ce serait encore mieux … c’est une vraie plaie …

        • Nous pourrions aussi rentrer dans un système de caste dans ce cas , le crédit reste quand même le moyen de se créer du patrimoine sans avoir hériter au préalable . Même si dans la réalité l’accès au crédit est beaucoup plus simple quand on a du Capital. Dites vous aussi qu’après ça sans un apport de mini de 30 % , plus d’accès au crédit .
          Et donc les classes moyenne ne pourront pas épargner et payer un loyer en même temps

          • OK pour l’achat de résidence principale.

            Mais les faibles revenus n’ont pas à faire de l’investissement locatif : c’est une abérration.

            • Et en plus, sans crédit ou avec des crédits plus élevés, ils auront des prix d’achat moins élevés.

              Le fait d’avoir un bon rendement leur permettra de s’enrichir plus vite.

              • il ne pourrons presque plus investir , et pour ceux qui ont déjà de l’immobilier l’augmentation du rendement ne leur sert à rien car ils l’auront tout de suite perdu dans la valeur de revente de leur bien. et pour ce qui est de l’aberration pour les revenus faible cette phrase n’appartiens qu’à vous , de plus je pense que faire investissement locatif raisonable avant sa RP peut être même plus judicieux .

            • Ce qui est une aberration pour moi, c’est le système français à la mode « soviétique » qui veut tout régenter !
              Il y a des gens qui avec de petits revenus arrivent à faire de grandes choses pendant que certains qui ont de gros revenus ne font rien si ce n’est de faire les malins.
              Au bout du compte le gagnant sera celui qui aura su économiser et investir et peu importe la mise de départ !

                • Félicitations !!!

                  Le « Paraitre » et le culte de  » l’Image », de ces « Pauvres-Riches », desquels, ma conseillère MACSF, m’explique Qu’Ils possèdent voitures de luxe, villas et autres biens terrestres….Et Que : Lorsqu’elle, les sollicitent pour placer 50 €/ mois, sur un support, ils lui répondent, qu’ils ne le peuvent pas !!!…Les Pauvres d’Esprit…À la gueule bronzée Toute l’Année.

                  Effectivement : Certains font Beaucoup avec Peu et d’Autres ne Font Rien , Que ce soit avec Peu Ou Beaucoup…Ça ne change Rien : l’On vit au Jour le Jour…Tanpis !!!

                  • « Lorsqu’elle, les sollicitent pour placer 50 €/ mois »

                    Pourquoi iraient ils placer 50€/mois sur un produit vendu par quelqu’un dont ils savent très bien qu’il ne leur veut pas que du bien ? Pour placer 50€/mois, on n’a pas besoin d’un placeur de produits maison qui va vous prendre en frais le rendement de votre placement.

                    « Qu’Ils possèdent voitures de luxe, villas et autres biens terrestres ». S’agissant de professionnels de santé, c’est peu étonnant.

            • Qu’appellez vous un faible revenu ???? Que restera t’il aux personnes à faibles revenus pour ce constituer un petit patrimoine pour espérer avoir une retraite plus confortable !?!?
              Votre discours divise les classes…..pour ne pas changer dans ce pays, ce sont les riches qui le reste en appauvrissant d avantage les petits et moyen revenus!!!!

    • Mauvaise opération.
      Mais si vos clients aiment ça pourquoi pas?

  6. Pourquoi mettre dans le titre « pour les investissements immobiliers locatifs »?
    Ces mesures vont concerner l’ensemble des crédits immobiliers.

  7. Membres de droit de l’HCSF:
    – François VILLEROY DE GALHAU: passages chez CETELEM, BNP PARIBAS
    – Bernard DEALS: passages chez CNP, GROUPAMA, CREDIT AGRICOLE,
    – Robert OPHELE: passages par FED de New-York (côté people, beau-père du député Julien DENORMANDIE)
    – Patrick de COMBOURG: expert-comptable Groupe Mazars qui accompagne des centaines d’entreprises cotées…dont probablement des banques ?
    – Bruno LE MAIRE: no comment sur parcours

    Trois femmes économistes en « Personnalités qualifiées », pour contrebalancer le collège masculin.

    Une belle autorité neutre et impartiale.

    • Vous voyez le mal partout, Sénèque ! Je suis sur que tous ces gens ont su prendre une décision impartiale 🤣🤣🤣

    • Vous vouliez certainement y mettre les courtiers immobiliers qui quelle que soit la conjoncture, la rentabilité et l’état des taux qu’ils soient fixes ou variables vont vous dire qu’il faut privilégier l’investissement immobilier?

      • Echangeant avec:

        – des commercialisateurs de produits financiers: ceux-ci avancent des arguments spécieux contre l’immobilier avec l’angle fiscal pour promouvoir leurs produits financiers. Echanger avec eux, les interpeller sur leur analyse biaisée ne sert à rien, sauf avec ceux qui ont des raisonnements intellectuels construits et qui ne servent pas une soupe dénuée de toute analyse critique, et il y en a,

        – des agents immobiliers: il faut monter dans le train de peur de rester scotché sur le quai, d’autant plus avec le bas niveau des taux d’emprunt (j’ai « appris » depuis quelques années que c’est le niveau du taux d’emprunt qui détermine la réalisation d’un investissement immobilier et non les caractéristiques intrinsèques de ce dernier),

        – des courtiers en financement: il est bien plus intéressant de financer à crédit que cash des investissements immobiliers (pour ceux disposant de cash évidemment, ceux qui n’en n’ont pas, l’analyse comparative ne sert à rien), d’autant plus que « l’argent ne coûte rien! »,

        – les banquiers qui préconisent de conserver les assurance-vie et recommandent de s’endetter à des personnes à la retraite…

        bref, j’ai des exemples de ce type quasi hebodmadairement

        Donc, non je ne vois pas le mal partout (ce qui par ailleurs tendrait vers un manichéisme bien-mal, soit un dualisme, ce qui n’est pas du tout mon approche personnelle).

        Je constate juste que les interlocuteurs ont des intérêts matériels souvant antagonistes avec les intérêts de leurs clients.
        Il convient alors d’identifier ceux qui ont discours construit intellectuellement, avec des analyses critiques, des éléments véritablement motivés de ceux qui ne servent qu’un discours commercial transmis par leurs directions, leurs partenaires, les media où ils s’abreuvent…

        Le patrimoine d’une personne appartient à cette personne et non à ses conseillers qui ne feraient d’ailleurs pas les mêmes opérations que celles préconisées.

    • A partir de la minute 7 …

      Et le passage à 14 minutes vous intéressera tout particulièrement

      • Un peu plus de liberté qui s’évapore !
        Des mesures qui risquent de favoriser les prêts entre particuliers, de gré à gré devant notaire, sans frais de banque, juste un courtier pour l’assurance ! Une façon de vider les comptes trop pleins pour les uns (avant réquisition) et de pouvoir investir un peu plus pour les autres !

      • Nous sommes en phase au moins sur cela avec Monsieur de Galhau !

  8. Pour l’investisseur aventurier, ne devient-il pas plus intéressant d’investir à l’étranger, avec un prêt dans une banque étrangère, et en monnaie locale ?

    • En effet investir à l’étranger me semble la panacée, sans compter que la législation locative est beaucoup plus souple qu’en France !

  9. Taxe foncière says:

    A quand un article sur La réforme de la taxe foncière qui va impacter lourdement la rentabilité des biens parisiens . Avec l’indexation sur la valeur réelle des biens , les SCI , LMP et compagnies vont déchanté
    Exemple : Un propriétaire d’un bien évalué 150 000 euros en province paie une taxe foncière de 2000 euros , A paris le propriétaire d’un appartement de 90 M2 évalué 800 KE paie moins de 1000 Euros de taxe foncière .( Cherchez l’erreur) , le citoyen moyen paie beaucoup plus Avec la nationalisation de cette taxe , vous pouvez désormais négocier à hauteur de ce changement qui va corriger très vite cette situation inéquitable !!!

    • Monsieur,

      Renseignez-vous je vous prie, auprès de votre mairie, sur le mode de calcul de la Taxe Foncière .

      À vous lire, vous n’en avez AUCUNE NOTION.

      À commence, par le nombre d’habitants au km2, dans votre région..Et autres paramètres, desquels vous n’avez pas la moindre idée.

      Vous vous basez Seulement, sur le  » Mode Comparatif », de CE QUI N’EST PAS COMPARABLE.

      Je vous invite à quitter votre province , pour Paris ….Vous paierez ainsi une Taxe Foncière moindre. .SELON VOUS !…Car ce que vous avancez est Faux.

      Rendez-vous à la mairie de Grâce !!! Et puis Surtout…Un p’tit conseil, Qui vaut de l’argent : Avant d’acquérir un bien immobilier, quelqu’il soit, où qu’il se situe : Renseignez-Vous au préalable, du coût de la Taxe Foncière de la Commune où se situe ce bien.

  10. Je trouve ce genre de décision très regrettable.
    1) Les banques sont assez « grandes » pour apprécier le risque quand elles accordent des crédits. Que vient faire l’Etat dans la relation client / banque ?
    2) La possibilité pour des particuliers de se constituer un patrimoine va être désormais beaucoup plus difficile. Ne pas oublier que l’immobilier est l’un des rares actifs à pouvoir être financé à crédit. Il n’est pas possible ou alors très dur par exemple d’emprunter sur des durées longues pour acheter des actions.
    La constitution d’un patrimoine passe souvent par l’étape de multiples acquisitions immobilières financées à crédit. Une fois les crédits remboursés les biens sont vendus et le capital récupéré investi sur d’autres supports (ou réinvestis dans d’autres projets immobiliers). Pour de nombreuses personnes cette technique permet d’améliorer ses revenus futurs à la retraite, de développer un patrimoine qui pourra être transmis aux enfants, d’assurer d’autre sources de revenus que leur seul travail et pour certains de devenir indépendant financièrement (à terme) et de pouvoir profiter de la vie sans attendre l’age de la retraite (bref de s’affranchir en quelque d’un travail salarié). Maintenant cela risque d’être beaucoup plus difficile et c’est bien dommage !
    On met des bâtons dans les roues à ceux qui veulent essayer d’entreprendre et de se prendre en main (sans attendre une pension de retraite au montant incertain). C’est bien malheureux, …

    • Par contre Politiquement le message est clair après l’IFI, la Flat tax qui exclut l’immobilier puis cela .

      L’immobilier n’as pas la cote

    • Non, les banques ne sont pas « assez grandes » : elles sont prêtes à se faire harakiri à lo,ng terme pour privilégier le court terme. C’est la course aux prêts non rentables.

      Les banques ont déjà du être sauvées en 2008.

    • En plus on ne constitue pas un patrimoine avec un rendement minable.

      • on investit jamais en regardant uniquement le rendement , la valeur actuelle est espéré du sous jacent est au moins aussi importante car elle déterminera par le suite les rendement futurs . Si le revenu est la seul qui reste cela ne s’appelle plus un investissement mais une rente

    • Il ne s’agit pas de protéger les banques contre d’éventuels risque défaut des emprunteurs, mais de protéger la société contre une bulle spéculative qui empêche les classes moyennes d’accéder au logement… Les banques, en tant qu’entreprises privées, ne peuvent pas tenir compte de ce facteur; seule la puissance publique le peut. Oui, c’est du dirigisme…

      • Bonjour
        C est une véritable absurdité !!
        C est encore une idée idiote !!

        Le reste à vivre est à prendre en compte pas le taux d d’endettement
        Un veritable investisseur comprend parfaitement la nuance.
        lamentable !!

        • Du point de vue gouvernemental, il n’y a pas que le point de vue de l’investisseur individuel qui compte. Il y a aussi l’intérêt général.

          Le fait que les plus aisés soient limités dans leurs achats permet à des plus faibles de pouvoir avoir une petite part.

          • Lol. Non, du point de vue gouvernemental il n’y a que la prochaine élection qui compte.

            Je peux vous assurer que si la décision de cette haute autorité, une de plus, provoque des remous dans le socle électoral de LREM, un cavalier législatif viendra rapidement corriger l’erreur.

          • « Le fait que les plus aisés soient limités dans leurs achats permet à des plus faibles de pouvoir avoir une petite part. »

            Une part de quoi ?

            • Un part de propriété (immo ou pas d’ailleurs).

              • Je ne comprends pas.
                Vous croyez vraiment que cette mesure va faire chuter les prix immo en zones tendues ?

                Et ailleurs, vu le marasme, ça va pas les faire baisser plus bas qu’ils ne sont.

                Si les plus aisés sont limités dans leurs achats, comme vous dites, les promoteurs vont limiter la construction des biens qui leurs sont destinés, de façon à s’adapter à la demande. Ou réduire la surface des biens locatifs. Les plus aisés seront ainsi resolvabilisés. Ils auront toujours plus facilement leur prêt que les « pauvres », puisqu’ils présenteront de meilleurs dossiers. Et puisque leur endettement sera limité à 33% de leurs revenus, il se pourrait bien qu’ils bénéficient de taux encore plus faibles.

    • JacquesHenri says:

      vous omettez de rappler que la France est un pays « socialiste », la création d’un patrimoiine ici immobilier est contraire à l’éthique d’un Etat égalitariste prévalant depuis un certain 10 mai 1981, ceci aussi explique celà.

    • Honnêtement, si j’étais à la place des banques j’aurais abandonné le taux fixe. C’est à mon avis la seule vraie décision à prendre.

  11. bref ca va laisser la part belle aux promoteurs immobilier qui se jettent sur tout ce qui bouge en ce moment, au détriment des investisseurs particuliers qui avaient une chance de se constituer un patrimoine.

    Quid du taux d’endettement si on utilise une SCI à l’IS ?

    • Oui. D’ailleurs, pas mal de promoteurs de moyenne taille sont en ce moment en train de se refinancer à coups de millions pour accélérer leur croissance dans les années qui viennent.

      • En gros pour résumer, si tu n’investis pas grâce à leur nouvelle décision, bah tu dois pouvoir profiter de la superbe retraite ! Par contre si tu investis, bah on te met des bâtons dans les roues. En gros restons devant Netflix et attendons paisiblement la retraite.
        Cordialement

      • Un exemple : H… accompagne le Groupe R…, acteur national d’envergure coté en bourse, au travers d’une levée de fonds à hauteur de 1 500 000 €.

        Aujourd’hui bien implantée dans toute la France avec une concentration de son expertise dans le Grand Ouest (Nantes, Angers, Rennes…), la société compte déjà à son actif plus de 5 000 logements livrés et plus de 6 870 lots en cours de chantier et/ou montage. Fort de plus de 15 années d’expérience, le Groupe peut compter sur la qualité et le savoir-faire de ses 214 collaborateurs. Coté en bourse depuis 2014 sur le marché Euronext Growth, R… enregistre sur l’année 2018 un CA consolidé de 133,6 millions d’euros et devrait atteindre les 160 millions fin décembre 2019.
        En cohérence avec un plan de développement réaliste et maîtrisé, le promoteur sollicite auprès d’H… un financement de structure pour soutenir sa croissance.

  12. JacquesHenri says:

    plusieures banques euopéennes se feront un plaisir de vous accompagner dans vos investissements locatifs même en France… Pour ces banques notamment du BENELUX, seuls comptent le résiduel et le patrimonial, bien evidemment cela ne concernera pas Monsisur et Madame toulemonde.

  13. Les états occidentaux surendettés ont forcé la main des banques centrales pour imposer des taux d’intérêts nuls. Pas de chance, ces taux nuls ont envahi la sphère privée, et la bulle immobilière généralisée est en train d’empêcher la majorité des populations à accéder à un logement abordable (c’était un déclencheur majeur de la crise des GJ). Les gouvernements n’ont pas d’autre solution que de prendre des mesures autoritaires pour restreindre l’accès au crédit aux particuliers…. et on va probablement y venir aussi pour les entreprises.

    On a ouvert la boîte de pandore, et l’effrayante réalité commence à se faire jour. Les taux nuls détruisent l’économie.

    Les États s’arrogaient traditionnellement le privilège de la violence légitime… il vont maintenant s’arroger également celui du crédit à taux nul. C’est ça ou le défaut et la guerre.

    • Poursuivez d’un cran votre raisonnement : chute des prix immo, ou chute du nombre de ventes = chute des revenus pour l’état.

      Quelle va être sa prochaine décision ?

      Aider la pierre ?

      • Oui bien sur, cela signifierait aussi, outre la baisse desagréable des patrimoines (même le mien), la faillite d’un grand nombre de sociétés d’intermédiaires qui vivent de l’immo, donc du chômage…

        Dans la théorie de l’Automatique, on apprend que la transition d’un système entre deux états stables passe parfois par un état transitoire… délicat, voire problématique a gérer.

  14. La restriction du crédit aux particuliers va-t-elle entraîner une baisse des prix immobiliers ?

    • Vous adopterez un plan classique, introduction, développement, conclusion, et appuierez vos idées maîtresses par des exemples pertinents.

      Vous avez quatre heures.

    • Ce serait un effet salutaire, mais le but recherché est ailleurs. Il s’agit d’abord de préserver la solvabilité des banques.

  15. Dans ma copropriété (+ de 200 lots), les impayés proviennent majoritairement des propriétaires bailleurs… Au conseil syndical, un propriétaire bailleur a dû faire des ménages à sa retraite, suite au divorce de ses locataires, avec madame qui restait dans le logement avec les enfants, mais n’avaient pas les moyens de payer le loyer et les charges (il a fallu 5 ans de procédures pour la faire partir…). De plus, nous avons des conflits entre les intérêts des propriétaires habitants (qualité de vie, amélioration de leur habitat) et ceux des propriétaires bailleurs (rentabilité maximale, certitude d’être payé par la CAF ou des associations, tant pis si le logement est surpeuplé ou occupé par des personnes qui souffrent de troubles psychosociaux perturbant tout le voisinage…).
    Bref, restreindre l’accès au crédit pour de l’immobilier locatif me semble salutaire surtout si en contrepartie, on facilite l’accès à la propriété de la résidence principale.

  16. Selon les derniers chiffres de l’ACPR :

    – 33.95% des prêt immobilier locatif ont un taux d’endettement supérieur à 35% ;
    – 18.83% des prêt aux primo accédants ont un taux d’endettement supérieur à 35% ;
    – 29.56% des prêt résidence principale hors primo accédants ont un taux d’endettement supérieur à 35% ;

    • Bonjour
      C est une véritable absurdité !!
      C est encore une idée idiote !!

      Le reste à vivre est à prendre en compte pas le taux d d’endettement
      Un veritable investisseur comprend parfaitement la nuance.
      lamentable !!

  17. Riche&Célèbre says:

    Celui qui est parti de rien et n’est arrivé nulle part n’a de merci a dire à personne. 😎

  18. Pour suivre

  19. 63 commentaires en quelques heures. L’immobilier locatif passionne toujours autant.

    Je me réjouis de cette décision afin de limiter l’accès à la location immobilière de la part de blaireaux qui n’ont comme compétence que leur porte monnaie et un QI de moule (ou d’huitre, au choix).

    • Beaucoup de gens veulent rester locataires ou n’ont pas d’autres choix. C’est bien qu’il reste des investisseurs privés prêts à investir pour leur offrir ce service. Blaireaux ou non. Vous vous prenez pour qui exactement?

      • Reg, je traduis les propos de Laurent : les investisseurs « au QI de moule » sont ceux qui investissent sans faire d’analyse de rentabilité. Ces mauvais investisseurs déstabilisent tout le marché au détriment de tout le monde (au détriment des bons investisseurs et d’eux-mêmes, même s’il ne s’en rendent pas compte car les prix montent grâce aux taux bas).

      • Bien sur. Vous allez faire croire que vous êtes un philanthrope qui aide ceux qui ne peuvent pas se loger ? :-))))))

  20. Quel pourcentage du marché immobilier représente les investisseurs pour la location?
    Si celui-ci est élevé il pourrait y avoir une incidence sur Le niveaux des prix. Dans ce pourcentage quel est la part entre le neuf et l’ancien?
    Et finalement quelle est la part des investisseurs qui empruntent sur plus de 25 ans avec un dépassement des 33% du revenu net?
    A la fin je ne pense pas que cette contrainte fasse chuter les prix de façon significative. Seule un événement très important aujourd’hui pourrait être le déclencheur: crise énorme( économique ou géopolitique), remontée drastique des taux d’intérêts, etc…

  21. Le gouvernement veut protéger les banques mais ne veut pas assumer des mesures impopulaires comme le taux minimum, l’exclusion du coût de l’assurance pour le calcul du TAEG ou un pourcentage d’apport minimal. Donc il fait faire le travail par les banques, puisqu’à terme, c’est plutôt leur intérêt de ne pas acccumuler trop de créances faiblement rémunérées. C’est votre conseiller bancaire qui vous annoncera donc la mauvaise nouvelle que la proposition de prêt ne peut vous être faite. Les effets sur le marché immobilier sont difficiles à modéliser tant que les modalités de mise en oeuvre ne sont pas davantage précisées mais pouraient être importants.

  22. Bonjour,

    Le critère d’octroi de crédit immobilier ne se limite pas aux 33%.
    Le reste à vivre (RAV) est également un critère important.
    RAV = Salaires + Loyer (investissement locatif) – Charge emprunts – Charge Loyer (si vous êtes locataires)
    Si vous avez un endettement supérieur à 33% et un RAV suffisant la banque va tout de même vous octroyer un crédit.

    Codialement

    • Justement, le propos est d’expliquer que ce critère de reste à vivre pourrait bien être marginalisé !

      • Par contre ça ne s’ applique pas au montage en SCI. Où du moins on peut n créer plusieurs pour rester sous les 33% dans chaque.

        • Philippe30 says:

          Non car la banque regarde l’ensemble du patrimoine et des revenus.

          La SCI n’est pas une structure indépendante du patrimoine de l’associé mais vient s’ajouter au % des parts détenues au patrimoine détenu en nom propre.

          Ceci est valable pour de la SCI IS ou IR bien entendu.

          Les 33 % ne veulent rien dire car il s’applique sur les revenus du travail donc la limite est vite atteinte.
          Les banques prennent 70 à 80 % des revenus locatifs en compte dans le calcul de l’endettement moins les emprunts en cours.

          Il ne faut pas oublier la trésorerie disponible qui influe sur les décisions d’obtention de prêts.

          S’endetter sur 2 ou 3 loi machin des différents ministres du logement n’a aucun sens patrimonial.

          Acheter des biens avec travaux pour faire du déficit foncier , moduler avec des locations meublés pour faire de l’amortissement et monter des structures IS permet de limiter considérablement sa fiscalité.

          Structure correctement un patrimoine permet d’aller loin et de dépasser facilement cette limite de 33%

          Cette notion de 33 % n’a de valeur que pour la RP et un achat locatif ensuite les calculs se font autrement comme je l’ai évoqué au dessus

  23. Bref vaut mieux y réfléchir à deux fois avant de s’engager dans le paiement futur de la rente de l’état . Un sacré mirage d’avoir cru à la retraite , c’est pourquoi je rejoins le commentaire de TAXE FONCIERE

  24. Cette décision est positive. Elle assainit le marché en favorisant l’accès à la résidence principale et non à la rente locative.
    J’applaudis des 2 mains.

    • Évidemment que non ce n’est pas une bonne nouvelle il existe aussi des gens qui ont de l’ambition. Une personne qui veut s’enrichir elle sait très bien que le premier investissement ne doit pas être une résidence principale pour ceux qui veulent rester comme tout le monde dans la classe moyenne ça arrange

      • Cette évolution ne vous interdit pas de vous endetter à hauteur de 33% de vos revenus sur 25 ans pour l’achat de biens locatifs tout en restant vous-mêmes locataire. Par contre, elle évite à certain(e)s inconscient(e)s de se mettre en très graves difficultés, voire d’y mettre les autres (locataires, copropriétaires…). J’ai déjà vu des saisies immobilières demandé par un syndic de copropriété, être sans aucun enchérisseur, ce qui obligeait la copropriété à acheter le bien en attendant de pouvoir le vendre à un prix qui ne laisserait pas une note trop salé aux autres copropriétaires !
        Croyez-moi l’immobilier est beaucoup plus risqué qu’il n’en a l’air…

        • « Croyez-moi l’immobilier est beaucoup plus risqué qu’il n’en a l’air… »

          Allons, Miss Tip, vous n’y comprenez rien, comme moi 😉.

          Lisez plutôt : https://www.leblogpatrimoine.com/immobilier/prix/comment-investir-dans-un-bien-immobilier-locatif-a-cashflow-positif-ou-trouver-du-haut-rendement.html

        • Philippe30 says:

          Rester locataire ne permet pas la constitution d’un patrimoine.

          Il faut acheter un petit logement avec travaux en RP et ensuite soit le revendre avec plus value ou le mettre en location pour acheter plus grand.

          Les saisies immobilières sans acheteur peuvent être le fait de copropriété fortement dégradée.
          Je ne vois pas ce que le syndic vient faire dans ce cadre et pourquoi la copropriété irait acheter alors ce bien , sous quelle forme , avec quelle fond , pour une intention spéculative !

          Ce que vous dites n’a aucun sens , le syndic demande une vente quand les arriérés de charges du propriétaire deviennent importantes.

          Et ceci en prenant en compte la valeur du bien afin que sa vente puisse payer les charges
          Il faut tenir compte du fait que la banque dispose du privilège de préteur de denier et sera remboursé en priorité.

          Croyez moi l’investissement rapporte très bien si on sait comment procéder et dans le débat actuel des retraites celui qui a su monter un patrimoine n’est plus concerné par la retraite aujourd’hui.
          Et je sais de quoi je parle en terme de rente immobilière.

          • « Rester locataire ne permet pas la constitution d’un patrimoine. »
            Ça dépend. Si vous bénéficiez pour vous loger d’indemnités de votre employeur, ça permet de se loger bien moins cher qu’en devenant propriétaire et permet de dégager des ressources pour investir.

    • Ou pas. En centre ville, près des facs ou des emplois, ça va favoriser les gros investisseurs locatifs.

      Si cette mesure fait réellement baisser les prix immo, ce que je ne crois pas, ils vont pouvoir acheter des immeubles locatifs bien moins cher, donc pratiquer des loyers moins élevés que leurs concurrents petits propriétaires endettés et dépendants des loyers. Le temps de les rincer.

  25. Bande de voleurs !!!! Vous voulez tellement maintenir tout le monde dans la pauvreté que même ceux qui veulent s’enrichir vous les empêcher !!!!

  26. Bon, on verra bien si ça fait baisser les prix immo.

  27. Le monde de demain says:

    Quand est ce que ce gouvernement comprendra que la France n’ est pas peuplée que de startupper ?
    Il est pas pro immo en.tout cas!
    Bon il faut maintenant trouver des solutions :
    Investir à l’ étranger?
    Se faire financer de l’ étranger ?
    Investir en in fine ? Jusqu’ en 2022 le temps de se debarasser de ces ploucs
    Gonfler le niveau des loyers attendus ?
    What else?

  28. Et si on appliquait des modalités comparables à l’Etat pour éviter le surrendettement public ?

  29. 25%des prêts immobiliers supérieur au %33 du taux d effort en 2019
    Donc en 2020 ces 25 % prêts immobiliers ne se feront plus donc 25% d achat immobilier en moins
    Chute de 25% des des ventes obligé qu une crise immobilière se prépare

    Que ferait ont sans nos dirigeants éclairés

  30. La seule vraie question a se poser , c est que est ce qui va se passer dans ce pays ? Tous les signaux de l immo nous disent ♤ Va voir ailleurs si j y suis♤

  31. Un clapier de 40 m2 a 400k€ , une situation insurrectionnelle, le coupable est tout désigné la finance qui a fait perdre toute notion de valeur . Équation difficile à résoudre mais avec un taux de refi à 2% de la BCE , il n y aurait plus gilets jaunes et moins de mécontents. L euro prendrait 20% , donc le gasoil , le gaz et le pouvoir d achat augmenterait mécaniquement autant de quoi oublier toutes ces heures sombres et passer à autre chose. Il faudrait aussi que les états gèrent mieux suite à cette hausse des intérêts.

  32. Philippe30 says:

    Je voudrais juste rappeler le taux d’endettement de la France …
    C’est 98.4 % du PIB
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

    Le PIB correspondant grossièrement au revenu de l’état , nous sommes donc face à un redresseur de tort qui nous explique comment faire et ne pas faire.
    Tout cela sans remettre en compte une gestion calamiteuse des finances publiques , sans remettre en cause la gabegie financière de ses dépenses.

    Avec le micron qui nous insuffle ( et insulte ) sa vision libérale et le fait qu’il faut être acteur de sa réussite , qu’il plein de millionnaire ( combien de pauvres pour faire un millionnaire ) mais par contre l’état vient ajouter des contraintes étatiques à des organismes privés.

    Ils ont du oublier que la BNP a été privatisé dans les années 90.

  33. Philippe30 says:

    Dernier rappel sur l’inconsistance de l’état

    L’état a reporté sur le privé le soin de loger les personnes , l’état s’est désengagé du locatif en accentuant les mesures de défiscalisation dont le coût est prohibitif , le résultat est exécrable.

    Si cela ne contribue pas à la hausse des prix car la défiscalisation est obtenue par un prix de vente supérieur au marché

    L’état en délégant la location au privé a toutefois mis en place une législation très contraignante pour les bailleurs où globalement le locataire à tous les droits et le bailleur tous les problèmes.

    Imaginons une France où tous les personnes seraient propriétaires , c’est utopique et impossible mais que deviendrait la CSG à 17.2 % sur les revenus du patrimoine , les impôts sur les revenus locatifs ?

    Il trouverait autre chose , c’est certain mais je veux juste dire qu’ils nous fichent la paix , on paye suffisamment d’impôt pour laisser les gens emprunter comme il le souhaite avec l’accord de leur banque et les banques sont assez grande pour faire leur métier.

    • « L’état a reporté sur le privé le soin de loger les personnes  »

      Pourquoi l’état devrait-il s’occuper de loger les gens ? Si on lui demande de s’en occuper, il ne faut pas se plaindre ensuite de ses tripatouillages.

    • Ça c’ est bien dit! Aux proprios les taxes et emmerdes, aux locataires les droits et les aides. A l’ etat tout le pognon pour financer les ripoux

    • « Imaginons une France où tous les personnes seraient propriétaires , c’est utopique et impossible mais que deviendrait la CSG à 17.2 % sur les revenus du patrimoine , les impôts sur les revenus locatifs ?

      Il trouverait autre chose , c’est certain »

      Même pas besoin : taxe foncière.

      Et si ça ne suffit pas, taxe sur la valeur locative.

  34. Riche&Célèbre says:

    Cette mesure n’est qu’un volet de la répression financière sur l’épargne. On veut forcer ceux qui peuvent financer au comptant tout ou partie de leur investissement immobilier, à n’utiliser le crédit qu’en complément de leurs deniers personnels. Actuellement, les taux quasi gratuits ont un effet d’aubaine qui incite d’autant plus à l’endettement immobilier maximum qu’on possède déjà un patrimoine financier susceptible de garantir l’emprunt. Si ça fonctionne, les prix immobiliers baisseront, car on est bien plus regardant sur le prix et la qualité d’un bien quand on le paie en grande partie avec une épargne péniblement accumulée hier.

  35. Bonjour,
    Est ce donc la fin des calculs différentiels pour les banques qui les pratiquent?
    Quid pour ceux qui on emprunter avec ce moyen et qui souhaiteront par la suite emprunter pour une RP? Vaut il mieux rembourser par anticipation les crédits locatifs en cours ou « wait and see » en conservant de quoi les rembourser par anticipation si besoin le moment venu?
    Merci par avance 🙂
    Ps: les articles et commentaires sont tres intéressants, comme toujours 🙂

  36. La retraite j'y crois plus says:

    A l’heure actuelle , il serait tout de même utopique de croire à l’investissement locatif pour la retraite , la ponction ira crescendo ça faudrait être dingue pour ne pas le comprendre . Il y a certaines piste pour préserver le système . C’est comme ces retraités et les cartes vitales factices https://www.valeursactuelles.com/economie/des-retraites-francaises-versees-des-morts-au-maghreb-113990. Une vraie passoire .

  37. Ce genre de mesures risquent de susciter pas mal d’effets pervers. Certains déterminés à emprunter coûte que coûte pour investir vont contourner la barrière des 33% en trichant :
    – fausses déclarations aux banques (multicomptes bancaires du genre un par bien immobilier),
    – prêts simultanés déposés en même temps dans plusieurs banques,

    Sinon financement à l’étranger ou investissement à l’étranger, prêt entre particuliers, crowfunding.

    Reste à voir si la règle des 33% s’appliquera aux investissements réalisés via SCI IS ou SARL .

    • La retraite j'y crois plus says:

      Il y a toujours des imbéciles qui souhaitent se retrouver dans les mailles du filets comme partout , en revanche le troupeau d’investisseurs s’est calmé à Paris car les gens ont compris qu’avec la réforme sur la nationalisation de la taxe foncière et de son indexation sur la valeur réelle des biens cela ne sera pas du tout une bonne affaire , surtout aux prix actuels . Les derniers dindons depuis 2018 sont vraiment à plaindre , car à partir de maintenant ça négocie plein pot .

    • Certains vont contourner, mais au moins leur conseiller bancaire adoré ne vont plus leur offrir un boulevard pour dépasser les 33%. Les options de contournement seront soit illégales, soit plus risquées pour l’emprunter (mais au moment le risque pèsera moins sur « nos » banques).

  38. Le grand retour de la tontine ?

  39. Un chinois en france says:

    Allez en PATAGONIE , côté argentin c’est devenu un refuge de millionnaires et le peso argentin est au plus bas historique .

  40. Un chinois en france says:

    Je regardais Facebook et je vois par hasard qu’il y a des milliers de manifestations un peu partout , gilets jaunes , syndicats , étudiants avec des dommages équivalent voir supérieur à l’année passée , ma seule question est pourquoi on ne voit rien à la télé , on dirait bien que quelquechose de très important se couve et je ne croyais pas ceci possible en france !!

  41. J’ ai sondé des courtiers et ma banque, pour eux ce n’ est qu’ un coup de com du gouvernement. Pas de mesures coercitives pour contraindre les banques

  42. D’un côté, on nous dit : l’état va imposer aux banquiers des règles dont ils ne veulent pas.

    De l’autre, on nous dit : l’état, grand copain des assureurs, va créer une règle pour leur sauver les fesses. (PPB).

    Donc un état pro assureurs et anti banquiers ? 😆😁😁

  43. La vision de Capital (extraits) :

    Les victimes directes de l’application stricte du taux d’endettement sont toutes trouvées, selon Jean-Marc Torrollion, le président de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), un syndicat regroupant tous les métiers de l’immobilier. “Le risque est de brider l’accession à la propriété pour les ménages les plus modestes et notamment pour les primo-accédants, en obligeant à recourir à des apports de plus en plus élevés.” Une peur confirmée par Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer. “Les banques ne sont déjà plus enclines à prêter à des profils risqués” constate-t-elle. Comprendre les primo-accedants à la limite du financement, situés hors des grandes zones urbaines.

    Les chiffres sont parlants. Environ 20% des 1,33 million d’emprunteurs ayant souscrit un crédit en 2019 ont outrepassé le ratio d’endettement, prévient Michel Mouillart. Soit 250.000 ménages. Parmi eux, plus d’un tiers sera “durement mordu” par les recommandation du HCSF. “Nous parlons ici de 90.000 ménages modestes, détenant moins de deux Smic mensuels, vivant dans des zones rurales et même des zones urbaines moyennes assure l’économiste.”

    Entre 8% et 12% des nouveaux souscripteurs pourraient être exclus

    Un autre groupe pourrait pâtir du resserrement des conditions : les 60.000 foyers disposant de peu de moyens d’adaptation. “Environ les deux tiers d’entre eux pourront trouver des moyens de faire baisser leur taux d’effort en décalant leur travaux à plus tard ou en étalant leur crédit sur une plus longue durée. Pour le dernier tiers en revanche, les aménagements ne seront pas suffisants et 20.000 ménages pourraient être mis sur le carreau” poursuit Michel Mouillart.

    Au total donc, si 2020 comptait autant de nouveaux emprunteurs qu’en 2019, à savoir 1,33 million, entre 8 et 12% des souscripteurs seraient écartés de l’accès à la propriété dès cette année, prévient Michel Mouillart. « Disons qu’il y en aura 100.000 sans aucun doute, voire un peu plus” ajoute-t-il.

    Tous les ménages dépassant la règle d’endettement ne seront pourtant pas victimes des recommandations du HSCF. Parmi eux, 40% ont par exemple la possibilité de modifier sans encombre leur plan de financement, “en augmentant leur apport personnel”, voire en “auto finançant l’opération”. Ces emprunteurs aisés, qui disposent parfois de “8.000 ou 9.000 euros de revenus mensuels”, n’auront donc aucune difficulté à diminuer leur taux d’effort et rentrer dans les clous.

  44. Scandaleux says:

    La France, ce magnifique pays où l Etat fait tout son possible pour empêcher les gens de s’enrichir, sauf si tu fais déjà partie de l Elite….

  45. Eliane says:

    Je viens en témoignage de prêt que j’ai reçu, un prêt de 38.000€ chez Mr Dominique Aristide, Incroyable , mais vrai DIEU est toujours Grand. Après plusieurs rejets de ma demande sérieuse par les banques, j’ai bénéficié d’un prêt grâce à ce monsieur Dominique Aristide bien honnête. Pour en savoir plus, veuillez simplement prendre contact avec lui par email: aristide.dominique@yahoo.com

    • Eliane, allez jouer ailleurs, il y a des personnes instruites ici qui ne tomberont pas dans votre arnaque à 2 francs CFA

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine