Les réflexions autour de la question des usages est à la mode. Nous entendons partout que la tendance n’est plus à la propriété… mais à l’usage, c’est à dire à la location d’un bien détenu par un tiers. Cette réflexion s’applique à de nombreux actifs, et notamment à la question de la résidence secondaire.

A l’heure d’AirBnb, guesttoguest et autres échanges / locations de maisons, l’accès à la location /jouissance courte durée d’un logement situé en bord de mer ou à la montagne est tellement simple qu’il peut paraître absurde de chercher à en devenir propriétaire de sa résidence secondaire.

Cette réflexion nous l’entendons régulièrement, notamment dans la bouche de ceux d’entre nous qui ne possèdent pas de résidence secondaire (et qui espèrent donc pouvoir jouir à petit prix de la résidence secondaire des autres).

Le sujet est bel et bien celui-ci : Quand on n’a pas les moyens de sa consommation … on préfère toujours l’usage ou la jouissance du bien des autres (c’est à dire la jouissance d’un bien appartenant à ceux qui ont les moyens de leur consommation). C’est le principe de l’économie collaborative.

Nous le réduisons ici à la question de la résidence secondaire, mais elle doit pouvoir s’appliquer à tous les pans de l’économie collaborative : Quand on n’a pas les moyens de sa consommation … on préfère toujours l’usage ou la jouissance du bien des autres (c’est à dire la jouissance d’un bien appartenant à ceux qui ont les moyens de leur consommation). Ainsi, celui qui ne possède pas de résidence secondaire ou pas d’actif à échanger ne voit pas l’intérêt d’en acheter une dès lors qu’il peut aisément jouir de la résidence secondaire d’un autre. CQFD. Mais il faut tout de même que quelqu’un achète ledit actif à partager.

Il est donc intéressant de questionner les propriétaires de résidences secondaires. C’est alors que l’on s’aperçoit que 40% d’entre eux ne veulent pas louer / partager leur résidence secondaire. Nous touchons là, la limite principale du principe de l’économie collaborative : Pour pouvoir jouir du patrimoine des autres à petits prix, faut il encore que le propriétaire veuillent partager sa jouissance avec un inconnu.

Nous pouvons identifier deux types de personnes qui acceptent de partager la jouissance de leur résidence secondaire ou de la mettre en location :

  • Les opportunistes, c’est à dire ceux qui « accepte » de louer leur résidence secondaire lorsqu’ils n’en n’ont pas l’usage, c’est à dire en Juin ou septembre. On ne loue pas sa résidence secondaire en Juillet ou Août, lorsque les enfants ou petits-enfants sont susceptibles d’en profiter.

 

  • Les financiers, c’est à dire ceux qui « recherchent » la location de leur résidence secondaire pour l’obtention de revenus complémentaires maximums. Ces biens sont souvent des biens « non personnalisés » de véritables petites usines à touristes. Ces résidences secondaires sont peu occupés par leur propriétaire qui n’en a plus l’usage et cherche donc à en tirer un rendement financier. Ce ne sont plus des résidences secondaires … ce sont des immeubles locatifs !

 

Pour les autres, c’est à dire les 40% de propriétaires de résidence secondaire, il n’est pas question de louer leur résidence secondaire. En effet, partager la jouissance de sa résidence secondaire, c’est prendre le risque que le locataire casse les verres de la grand-mère décédée, ne prenne pas soin des objets sentimentaux accumulés, et surtout cela oblige à retirer tous les objets personnels tels que la brosse à dents ou les vêtement estivaux des enfants. Bref, c’est retirer l’intérêt même de posséder une résidence secondaire.

Posséder une résidence secondaire, ce n’est pas que posséder un lieu de vacances dans un lieu privilégié… c’est posséder un second lieu de vie dans l’endroit que vous avez choisi. Ceux qui ne peuvent choisir leur lieu d’habitation principale… pourront toujours choisir leur lieu de résidence secondaire.

Un client m’exprimait récemment l’idée de posséder « une fenêtre sur la mer » qu’il conservait en tête au quotidien, dans la galère de la vie parisienne ! J’aime beaucoup cette réflexion qui va dans le sens de cet article que nous vous proposions l’été dernier  « Acheter une résidence secondaire, un investissement au rendement non financier inestimable ») ».

 

Et vous, avez vous envie d’acheter votre résidence secondaire ?




12 Comments

  1. julien bonnetouche says:

    Je pense qu’il faut être propriétaire de sa résidence principale, la plus grosse, la plus chère possible car elle bénéficie encore de la bienveillance de l’État, et que si on souhaite une résidence secondaire il vaut mieux être locataire.

    C ‘est ce que je fais en louant deux maisons les pieds dans l’eau, dans deux endroits du monde ensoleillés ( les mêmes chaque année, une l’été en méditerranée, l’autre l’hiver dans l’hémisphère sud, ) comme cela j’ai l’impression d’être chez moi, en retrouvant la même vaisselle les mêmes petits détails, les mêmes voisins qui deviennent des amis, et la même bonne !!
    Et je peux aussi y inviter des amis et les enfants qui ne se font pas prier pour venir !!

    Globalement c’est beaucoup moins cher et moins de contraintes que d’être propriétaire.

  2. Lol

    Pouyr une fois, tout à fait ok avec Julien Goodtouch, les anglo saxons ont d’ailleurs inventé plein de concepts au delà du time share pour avoir cette sensation du chez soi, bien que partagé , entre happy few

    Joli article pertinent de Guillaume au demeurant

  3. Faut il posséder une voiture, un camping-car, un bateau de plaisance ?
    Cela dépend essentiellement de la fréquence de l’usage que l’on en fait, et de son caractère inopiné .
    Pour la maison secondaire, d’expérience, il faut avoir du goût pour le jardinage, le bricolage…
    Il ne faut pas avoir en tête une quelconque plus value.

  4. C’est déjà fait et on en profite régulièrement depuis plus de 20 ans ainsi que nos familles, amis, copains, amis d’amis …. et ce gracieusement!!! pas question de louer notre maison pour le moment!!!

  5. Ma résidence secondaire c’est ma maison de famille depuis bientôt 50 ans. Pas question de la laisser à d’autres.

  6. Je pense que posseder une résidense secondaire nous pousse à mieux refléchir sur son utilisation. l’utiliser juste pour pouvoir réver d’avoir une résidense secondaire nous coute trés cher( Impots,Taxes…)
    Vaut mieux la louer pour tirer benifice et pourquoi pas tirer avantages et rentes.

  7. Je suis propriétaire de ma résidence principale, mais cela ne me tente pas d’avoir une résidence secondaire à cause des problèmes suivants:
    – Coût d’achat
    – Entretien
    – Assurance habitation
    – facture électricité
    – facture eau
    – taxe foncière
    – taxe d’habitation
    – La crainte d’être cambriolé en mon absence; les cambrioleurs aiment bien les maisons isolées inhabitées.
    Et on ne peut aller en vacances qu’à l’endroit où se trouve sa résidence secondaire, on ne peut pas la déplacer.
    Si on loue, on évite tous les inconvénients cités, et on peut aller où on veut, changer d’endroit de vacances chaque année.
    Voilà pourquoi je n’ai pas de résidence secondaire, bien que, si vraiment je le voulais, je pourrais me l’offrir (je préfère garder mes économies).

    • La résidence secondaire c’est tous les week-end, du vendredi soir au dimanche soir avec la possibilité de faire du voilier en fonction de la météo. Mais il n’y a qu’une heure et quart de route! Ce qui nous laisse le choix de partir ailleurs pendant nos 5 ou 6 semaines de vacances!

      • Tout dépend où se trouve la résidence principale; si la résidence principale est en ville, on peut apprécier une résidence secondaire en campagne pour changer de cadre, mais ma résidence principale est déjà en campagne (tout en n’étant pas éloignée de la ville); si on veut y aller tous les week-ends, il faut qu’elle ne soit pas trop éloignée de la résidence principale, sinon c’est galère pour y aller.
        Et puis moi je m’en fous, je n’ai pas de voilier.

      • Et puis si c’est une résidence secondaire près de la mer pour pouvoir faire du voilier, elle coûte plus cher qu’une résidence plus à l’intérieur des terres; il faut en avoir les moyens.

        • Comme je dis toujours lorsque l’on n’a pas d’argent on a des idées. Nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixé à savoir moins d’1 heure 1/2 entre nos 2 logements pour pouvoir en profiter pleinement et le tout pour moins de 300 000€.
          Résultat notre résidence principale est en plein centre ville et notre résidence secondaire est à 3 kilomètres de la plage et 10 minutes du bateau.
          Un mode de vie agréable pour un budget raisonnable mais qui peut ne pas convenir à d’autres j’en convient!

  8. julien bonnetouche says:

    Chacun son truc !!
    Mais il ne faut pas confondre valeur sentimentale et investissement financier.
    Si il s’agit d’investissement financier, la stratégie est de rigueur et il faut considérer tous les paramètres ( coût, de revient comparatif et plus ou moins-value possible)
    si il s’agit de valeur sentimentale, l’argent n’entre plus en ligne de compte, et en général on en perd (sauf coup de bol)
    L’essentiel est d’être content !!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*