Depuis quelques semaines, les vendeurs de SCPI, tantôt déguisés en journalistes, tantôt déguisés en conseillers en investissements financiers (CIF), banquiers ou assureurs, ne cessent de nous expliquer que l’investissement en SCPI est un investissement très sûr qui aura réussi à traverser la crise du coronavirus avec succès.

Comment peut-on avoir l’irresponsabilité de tenir de tels propos alors même que nous sommes au cœur d’une crise historique qui remet en cause nombre de nos certitudes ?

Comment peut-on oser faire croire aux épargnants que c’est le moment d’investir dans des immeubles de bureaux ou de commerces alors qu’on annonce tous les jours que l’activité économique est dégradée, que de nombreuses entreprises vont faire faillites et que, plus particulièrement pour l’immobilier de bureaux, le télétravail pourrait avoir pour conséquence de revoir en profondeur notre usage des bureaux ?

L’immobilier d’entreprise est un actif qui est particulièrement sensible à la bonne santé des entreprises. Si les entreprises locataires font face à des difficultés économiques, dans le meilleur des cas, elles demanderont une baisse du loyer pour espérer survivre et dans le pire des cas, elles ne payeront plus leur loyer.

L’immobilier d’entreprise est directement touché par la crise économique dans laquelle nous sommes depuis 6 mois. Il ne sert à rien de le nier : Oui, les SCPI vont traverser des moments particulièrement délicats dans les prochains mois !

Oui, il y a de fortes chances que le prix des parts de SCPI baisse dans les prochains mois. Il ne sert à rien de le nier. Personne ne peut honnêtement affirmer que c’est le bon moment pour investir en SCPI.

La valeur des immeubles de bureaux devrait baisser, cela ne fait presque aucun doute ! Il est une honte de vouloir cacher la situation aux épargnants pour pouvoir continuer de leur vendre des SCPI !

Dans le meilleur des cas, même si demain la valeur des parts de SCPI devait se maintenir aux niveaux élevés actuellement atteints, il n’y a aucune urgence pour investir. Attendons tranquillement d’y voir plus clair avant d’investir.

Nous sommes au cœur d’une crise historique et la valeur des parts de SCPI est toujours la même qu’avant la crise. Et la raison est simple : La valorisation des parts de SCPI n’intervient qu’une fois par an, et la prochaine valorisation est prévue dans quelques mois.

Celui qui achète des parts de SCPI en septembre 2020, les paye au prix de décembre 2019, alors que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Ce n’est clairement pas une bonne idée.

Il est urgent d’attendre les prochaines valorisations et peut-être même celles de 2022 avant d’y voir plus clair sur les conséquences de la crise du coronavirus sur le prix des parts de SCPI.

Et pour ceux qui croient que le prix des parts de SCPI ne peuvent pas baisser, il est important de bien analyser le graphique de l’évolution passée des prix (extrait de cet article « SCPI : Attendre une baisse de la valeur des parts de SCPI avant d’investir ?« ).

ps : On retrouve la même euphorie sur l’immobilier d’habitation parisien et immobilier d’entreprise en 2019/2020 qu’en 1990/1991. La spéculation serait elle le point commun entre les prix de l’immobilier parisien et les prix de l’immobilier d’entreprise ? (cf. « Vers une baisse des prix de l’immobilier à Paris, Lyon, Bordeaux, et une hausse ailleurs ?« ). L’avenir nous le dira.

Qu’en pensez vous ? Quelle baisse pour le prix des parts de SCPI en 2021 ou 2022 ?

Coming Soon
Quelle sera l'évolution du prix des parts de SCPI d'ici à 2 ans ?
Quelle sera l'évolution du prix des parts de SCPI d'ici à 2 ans ?
Quelle sera l'évolution du prix des parts de SCPI d'ici à 2 ans ?
Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

82 commentaires