Cela fait maintenant des années que je vous fais part de mes réticences autour de l’investissement en SCPI et de son sous-jacent l’immobilier d’entreprise en bureaux, commerces ou autres plateformes logistiques … Pourtant, 2019, comme toutes les autres années depuis 1998, devrait encore être une excellente année pour les détenteurs de parts de SCPI.

La récente mise à jour de l’indice EDHEC IEIF SCPI Immobilier d’entreprise France fait état d’une augmentation de la valeur des parts de SCPI de 1.32% depuis le début de l’année 2019 et d’une performance globale (prix des parts de SCPI + revenus réinvestis) de +3.55% entre le 01/01/2019 et le 31/07/2019.

L’année 2019 s’annonce donc encore comme une très bonne année pour ce placement en SCPI qui semble afficher de perpétuelles performances positives sans jamais défaillir. Les arbres monteraient ils jusqu’au ciel lorsqu’il est question d’immobilier d’entreprise et de SCPI ?

Voici l’historique de l’indice EDHEC IEIF SCPI Immobilier d’entreprise France, l’indice pondéré par la capitalisation mesurant l’évolution de la performance des SCPI (Sociétés Civiles de Placement Immobilier)investissant dans l’immobilier d’entreprise (bureaux, commerces,plateformes logistiques, ..).

  • En bleu, vous pouvez lire l’évolution de la valeur des parts de SCPI depuis 1980 ;
  • En Rouge, la performance globale d’un épargnant qui réinvestirait les revenus distribués par la SCPI dans l’acquisition de nouvelles parts (mais attention, il s’agit d’un indice qui ne prend en compte la fiscalité payée par cet épargnant sur les revenus fonciers perçus). La réalité est moins favorable car avant réinvestissement, l’épargnant doit payer l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux.

 

 

Sur la question de l’évolution de la valeur des parts de SCPI depuis 1980, la constat est sans appel : La performance est très satisfaisante depuis 1998 ! L’indice est passé de 550 en 1998 à 1115 au 31/06/2019, soit un revalorisation totale de 102% en 20 ans et donc un taux de rendement de 3.57% par année pendant 20 ans, et cela sans compter les revenus distribués par la SCPI (4% à 6% chaque année), il ne s’agit que de la revalorisation des parts de SCPI sur la période.

En revanche, celui qui aura acheté des parts de SCPI en 1990 sera moins satisfait de son investissement. En 1992, l’indice EDHEC IEIF SCPI Immobilier d’entreprise France affichait 921 points contre « seulement » 1115 points au 30/06/2019. Pour ce dernier, c’est la stabilité des revenus distribués qui lui aura permis de tirer profit de son investissement en SCPI, à condition de ne pas avoir vendu ses parts entre temps.

Entre 1992 et 1998, l’indice EDHEC IEIF SCPI Immobilier d’entreprise France est passé de 921 points à 550 points, soit une baisse de 40% de la valeur des parts de SCPI en 8 ans. Pour mieux vous rendre compte de la volatilité du prix des parts de SCPI, voici le graphique ci dessus concentré uniquement sur la variation du prix des parts de SCPI depuis 1980.

Vous comprendrez alors pourquoi on ne peut pas dire que l’investissement en parts de SCPI est un investissement sans risque ! Ce n’est pas parce que le prix des parts augmente sans cesse depuis 1998 que la valeur des parts de SCPI ne peut baisser.

 

 

On le sait, nous vivons une drôle de période de taux négatifs qui détruisent nos repères de valorisation. Comme je vous l’explique dans cette interview sur BFM BUSINESS, avec les taux négatifs, il n’y a, en théorie, plus de limite à la valorisation des actifs qui génère un revenu pérenne. La valorisation de l’immobilier d’entreprise et des parts de SCPI ne fait pas exception ! Les valorisations sont élevées et elles pourraient encore augmenter au gré de la persistance des taux négatifs, mais attention aux certitudes !

Néanmoins, c’est le sujet de la qualité des revenus qui doit être soumis au questionnement. La performance de long terme de l’investissement en immobilier d’entreprise repose sur la qualité de la distribution des revenus fonciers, c’est à dire sur la bonne gestion du parc immobilier. Comme le rappelle très bien Guy Marty, dans un récent papier « Performance des SCPI à fin juillet : + 3,54 % … et ensuite ?  » :

« Sous le double assaut de la mondialisation et des technologies, l’économie se transforme rapidement. Les entreprises et les modes de travail changent. À cela, il faut ajouter les préoccupations nouvelles de réduction des dépenses énergétiques et plus globalement de responsabilité environnementale.
Dans l’immobilier d’entreprise d’aujourd’hui (bureaux, commerce, entrepôts logistiques, mais aussi hôtels et résidences pour personnes âgées, pour étudiants, etc.) il ne suffit plus d’acheter des immeubles et de les louer (l’immobilier « rente »), le propriétaire est devenu :

    • Un investisseur actif, qui doit sans cesse adapter ses immeubles, parfois les transformer, pour les maintenir à jour face aux demandes des entreprises et aux exigences environnementales
    • Un prestataire de services, qui n’a plus des locataire comme autrefois mais des clients, et des clients qui eux-mêmes changent, se transforment, n’ont plus les mêmes besoins.

Concrètement, cela veut dire que pour un investisseur immobilier « de détention », donc en particulier pour les SCPI, les loyers sont un chiffre d’affaires dont une part non négligeable est consacrée à « entretenir » le capital, c’est-à-dire les immeubles. »

 

La question ventrale est alors de s’interroger sur le rapport entre l’importance du chiffre d’affaires, c’est à dire le loyer perçu, et les travaux et autres adaptations aux nouveaux besoins des locataires.

En d’autres mots, les loyers seront ils suffisants pour maintenir la valeur patrimoniale du parc immobilier tout en distribuant des revenus aux détenteurs de parts de SCPI. Cette équation ne me semble pas évidente à long terme, surtout lorsque les acteurs offensifs (tel que CORUM dont les pratiques à risque se diffusent à toute la place – SCPI CORUM : Comment expliquer ces rendements trop élevés ? Un risque plus important ?) parient sur la spéculation et la plus-value oubliant, peut être, que la source première de performance à long terme est la qualité du revenu.

C’est là, un sujet majeur que nous développons dans la nouvelle édition de notre livre « Investir dans l’immobilier« .

 

A suivre…

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


12 Comments

  1. Quel est l’intérêt en 2020 d être porteur de parts de SCPI, avec un taux de chargement de 10%, un rendement maxima de 4 % brut, soit à peine 2% en net, une indexation de la valeur qui mettra minima 5 ans pour récupérer la mise de fonds, sans parler pour certains le l’IFI, pour moi depuis la hausse continue de la CSG et autre depuis dix ans, la réponse est simple.

    • C’est la problématique générale de l’immobilier: frais énormes, rentabilité modeste, fiscalité hors de contrôle. Après, lorsque l’on souhaite tout de même y investir, l’article très intéressant cité dans ce poste indique que les SCPI ont tout de même quelques atouts: la tranquillité d’esprit procurée par la mutualisation des loyers, l’entretien du parc immobilier assuré par la société de gestion (à confirmer bien sûr par une lecture attentive des rapports annuels), le fait que le prix des SCPI d’immobilier professionnel à beaucoup moins augmenté que celui des logements et que leur rendement reste plus élevé que celui des logements, ce qui rend leur performance moins basée sur la plus-value et plus sur le rendement, donc moins spéculative…

      • effectivement les SCPI offrent des renta proche de 4% mais certaines offrent de meilleurs perf avec une exonération de PS suite à une belle diversification géographique… Pour l’IFI ainsi que la succession, le démembrement semble répondre à cette problématique…

        Immo direct : (8% + frais d’agence 2 à 6%) + travaux + vacance locative….

  2. C’est la problématique générale de l’immobilier: frais énormes, rentabilité modeste, fiscalité hors de contrôle. Après, lorsque l’on souhaite tout de même y investir, l’article très intéressant cité dans ce poste indique que les SCPI ont tout de même quelques atouts: la tranquillité d’esprit procurée par la mutualisation des loyers, l’entretien du parc immobilier assuré par la société de gestion (à confirmer bien sûr par une lecture attentive des rapports annuels), le fait que le prix des SCPI d’immobilier professionnel à beaucoup moins augmenté que celui des logements et que leur rendement reste plus élevé que celui des logements, ce qui rend leur performance moins basée sur la plus-value et plus sur le rendement, donc moins spéculative…

  3. bonjour

    Suivre le débat

  4. Francois says:

    Bonjour

    Suivre la discussion

  5. remplacer « scpi » par « immobilier » ; c’est la meme chose en pire lol

  6. effectivement les SCPI offrent des renta proche de 4% mais certaines offrent de meilleurs perf avec une exonération de PS suite à une belle diversification géographique… Pour l’IFI ainsi que la succession, le démembrement semble répondre à cette problématique…

    Immo direct : (8% + frais d’agence 2 à 6%) + travaux + vacance locative….

  7. Bonjour,
    Je ne comprends pas vraiment l’objet de cet article. Quel est l’intérêt de présenter la performance hors coupons ré-investit surtout quand l’objet des SCPI est justement de distribuer leur revenus ?
    Oui, les SCPI, comme tout autre placement, peut avoir des périodes de baisse.
    Il faudrait plutot chercher à comparer les valorisations atteintes par l’immobilier d’entreprise et les SCPI par rapports à d’autres paramètres macro-économiques comme les taux d’intérêts et l’évolution du PIB et des revenus médians.

  8. C’est vraiment inventer le fil à couper le beurre !!!

    Oui, il y a un budget travaux dans l’immobilier QUEL QU’IL SOIT, car c’est un bien d’usage, et .. »ne s’use que si l’on s’en sert »

    Quant à l’adaptation aux « nouveaux usages » pour un bâtiment, cela se solde généralement par une vente de ce bien à des spécialistes de la réaffectation/transformation, si la typologie initiale le permet, donc le portefeuille tourne, plus values ou pas (talent du gérant ou hasard)

    Le vrai souci actuel réside en un point toujours soulevé par les bons gérants :

    => avec ces liquidités (contraintes ou pas) y a t il encore des lots valables à acheter dans une vision durable pour conservation, ou moins durable pour rotation ?

    C’est simple et c’est tout.
    Donc difficile.

    A vos devoirs, la discrimination doit exister dans la vie, n’en déplaise aux bien – pensants !!

  9. Peu importe les chiffres, je n’adhère pas aux SCPI, par manque de visibilité de souplesse et de liberté !
    C’est comme être copropriétaire, vous êtes toujours obligé de vous plier aux exigences des autres, donc très peu pour moi !

  10. Il y a trop de Monde sur les scpi pour qu’elles rapportent beaucoup. C’est davantage un placement à rendement moyen. Le Risque eSt limite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.