Le prix de vos parts de SCPI repose sur l’expertise du patrimoine immobilier qu’elle détient. Pourtant, aujourd’hui, on constate un drôle de phénomène sur le marché.

Certaines SCPI constatent une baisse de la valeur de leur parc immobilier et la répercutent logiquement sur le prix des parts de SCPI, d’autres, sur des biens immobiliers comparables, ne font pas le même constat et affirment que la valeur de leur parc immobilier n’est pas affecté par la conjoncture et la hausse des taux d’intérêt.

C’est là une pratique qui me parait surprenante.

Certains se permettent même d’expliquer que leur patrimoine immobilier s’est revalorisé depuis le 31/12/2022, alors même que tous s’accordent à dire que le marché affiche une baisse générale.

Hier, Notapierre, SCPI de 2.8 milliards d’euros de capitalisation et seulement 3.80% de taux de distribution, commercialisée par les notaires via UNOFI, s’est félicitée d’un patrimoine non affecté par la hausse des taux.

Là, c’est trop fort !

Extrait du dernier rapport de Notapierre.

Les expertises, c’est du pipeau ?

Comment une SCPI dont le rendement est de 3.80% peut-elle ne pas constater une baisse de la valeur de son parc immobilier dans cette période de hausse des taux ?

C’est incompréhensible. Le discours n’est pas tenable ou alors c’est moi qui ne comprends rien !

Comment est-il possible pour une SCPI aussi importante, avec un tel patrimoine acquis depuis le début des années 90 et avec un taux de distribution aussi médiocre, de ne pas faire le constat d’une baisse des prix du patrimoine.

Il y a un problème quelque part !

Périal, AEW Patrimoine et PRIMONIAL ne peuvent pas assumer une baisse du prix des parts de 10% à 15% … et dans le même temps, Notapierre ou même Corum expliquer « circulez, il n’y a rien à voir, nous, on est meilleurs que les autres ».

Il y a clairement un problème quelque part.

Soit PERIAL, PRIMONIAL et AEW Patrimoine ont fait une erreur dans leur calcul, soit les expertises sont contestables !

Ce double discours n’est pas tenable. S’il s’agit d’une méthode coué pour continuer d’attirer les épargnants malgré un marché en forte contraction, c’est de la malhonnêteté intellectuelle… pour ne pas dire davantage.

Cette stratégie est suicidaire !

Mieux comprendre pourquoi les valeurs d’expertises sont contestables.

Sans évoquer la question des gestionnaires de SCPI qui ne se cachent pas ne pas faire d’expertise comme demandé par l’AMF, il apparaît clairement que les valeurs d’expertises sont pour le moins subjectives.

Je ne sais pas quel terme utiliser. J’ai parfois l’impression d’une expertise au doigt mouillé 😉

Pour vous en convaincre, je vous propose de regarder cette vidéo passionnante :

Tout cela me semble particulièrement obscur, une boîte noire dans laquelle il est difficile de faire le tri entre communication commerciale, marketing et expertise immobilière.

Je n’arrive pas à me convaincre de leur faire confiance. Quand on voit le changement de discours entre juin et septembre, on peut douter de leur sincérité.

Et je ne parle même pas des gestionnaires de SCPI qui crient plus fort que les autres pour expliquer que leur valeur d’expertise n’a pas baissé… mais qui n’ont pas fait d’expertise à mi-année… Là, c’est très grave.

À suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Gestion conseillée
Livres et formation 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :