Le 16 Mars dernier, je vous proposais un article dans lequel j’écrivais « La destruction de l’économie pour sauver des vies. L’épargne mobilisée pour la reconstruction ?« . Il s’agissait d’essayer de comprendre les conséquences économiques de la stratégie de confinement.

Lorsque j’ai rédigé cet article, il y a 22 jours, nous étions collectivement dans la stupeur d’une économie qui s’arrête pour ralentir la propagation du coronavirus et donc sauver des vie. C’était il y a 22 jours, c’était hier, pourtant cela semble une éternité.

22 jours pendant lesquelles l’activité économique s’est arrêtée. 22 jours pendant lesquels les salaires ont été payé par l’état et donc pas nos impôt futurs, 22 jours pendant lesquels nombre d’entreprises se sont arrêtées de créer de la valeur.

22 jours de destruction de l’économie.

22 jours après le début du confinement, cette stratégie de destruction de l’économie pour sauver des vies semble interminable et encore plus destructrice que ne pourrait l’être le coronavirus. Interminable car on n’en voit pas la fin et nous comprenons que le confinement ne pourra pas être levé avant d’avoir trouvé un vaccin dans 12 à 18 mois ou tant que -+70% de la population n’aura pas été contaminée par la maladie.

Plus le temps passe, plus nous comprenons que le confinement est une solution prise dans l’urgence qui ne peut être une bonne réponse de long terme. Plus le temps passe, plus nous devons admettre qu’accepter la destruction de l’économie pour sauver des vies pourrait nous couter beaucoup trop cher, notamment en nombre de vie humaine détruite par l’appauvrissement qu’il découlerait d’un confinement qui durerait éternellement;

Plus le temps passe, plus nous savons que nous ne pouvons continuer avec le confinement et que la vie doit reprendre avec le coronavirus. Nous avons pris l’habitude de vivre dans une société sans risque, nous devons maintenant apprendre à vivre avec.

Si politiquement le déconfinement est impossible à assumer, le principe de réalité va progressivement s’imposer à tous : Salariés menacé de chômage s’ils ne reprennent pas rapidement leur activité ; Chefs d’entreprises qui ne pourront durablement détruire la capacité de leur entreprise à générer des bénéfices ; Consommateurs qui ne peuvent accepter les pénuries et la faim ; …

Tous nous allons progressivement apprendre à vivre avec le risque faute d’avoir d’autres choix. Ne pas mourir du coronavirus pour mourir de faim n’a pas beaucoup d’intérêt.

Le risque fait partie de la vie, nous ne pouvons l’extraire de notre quotidien. Il faut apprendre à vivre avec et ne pas tomber dans l’illusion d’un vie sans risque; Cela vaut bien évidemment pour notre vie du quotidien mais également pour la gestion de votre patrimoine.

Investir sans risque n’a jamais existé et n’existera jamais même si depuis quelques années nous en avions l’illusion. Nous entrons dans une période de révélation du risque. 

C’est la fin de l’utopie d’une société sans risque. Accepter le risque, c’est apprendre à le gérer, à l’intégrer avant de prendre une décision. Accepter le risque, c’est ne plus tomber dans l’illusion d’un risque disparu. Accepter le risque, c’est essayer de le maitriser et modifier sa manière de vivre et de réfléchir pour adapter ses gestes et ses réflexions au regard de ce risque nouvellement identifié.

Cela vaut pour la vie de tous les jours, mais également pour vos décisions patrimoniales. Posez vous la question du risque réel de vos choix patrimoniaux !

Ce discours n’est pas facile à assumer ; Il n’est pas facile à écrire. Je suis même effrayé par cette froideur et ce cynisme, mais avons nous d’autres choix ?

Je ne le crois pas, malheureusement.

A suivre.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


270 Comments

  1. Les émissions de téléréalité étaient donc prémonitoires, espérons qu’on n’en arrive pas à kho-lanta, je ne me sent plus capable de pêcher.

  2. chrysalide says:

    de tout temps, le vivant et ceci depuis la première cellule a du passer par 4 stades,
    assimiler
    s’adapter
    reproduire
    sélectionner

    quelque soit la situation que nous rencontrons au cours de notre vie nous sommes confrontés aux 4 stades pour avancer, si on reste coincé dans un des stades on évolue pas et c’est une fin programmée
     »
    au stade où on est en ce moment c’est l’assimilation de ce virus, et on « essaye » de s’adapter (on tente de s’adapter)
    confinement, évitement, essai thérapeutique, vaccin etc..;
    accepter l’assimilation c’est accepter de mourir, de l’attraper pour faire des anticorps et devenir plus résistant, c’est bien pour çà que l’humain est devenu si fort et si grand prédateur, nous avons toujours bien assimilé notre milieu AVANT de s’adapter
    de nos jours on veut aller trop vite car notre économie mondiale en place est devenue trop dépendante, et qu’au moindre grain de sable (virus, bactérie, ou mauvaise diplomatie, des gourmands, des psychopathe dirigeants etc..) on ralenti la machine et on pleure

    ce qu’il faut c’est d’abord bien assimiler notre situation, et en ce moment ce « grain de sable » nous fait courir en tout sens comme des fourmis paniquées, et ce qu’on fait c’est réprimer…
    un virus est un ennemi naturel qui est justement là pour réguler naturellement une population trop expansive , et notre intelligence, notre compassion, l’a oublié. NOUS SOMMES UN ANIMAL COMME LES AUTRES SUR CETTE PLANETE, on doit accepter que assimiler une nouvelle situation c’est accepter de perdre un petit nombre ou même grand nombre d’entre nous pour survivre, nous sommes 7 milliard croyez vous vraiment que notre prolifération ne va pas finir par créer une très dure situation, « conflit mondial? virus? dégénérescence? stérilité? »
    oui cette nouvelle assimilation à ce covid 19 va nous amener à créer un système différent pour s’adapter et ensuite reproduire la bonne solution et ensuite dans l’avenir sélectionner le bon choix face à une même situation. AU PROCHAIN COVID ? que ferons nous ? si nous ne passons pas , ou trop vite le prochain stade de l’adaptation…

  3. Thierry says:

    A vrai dire, maintenant, à presque 56 ans, je commence à ne plus ressentir bcp d’intéret pour les biens matériels. J’ai fait ma carrière professionnelle à Paris, j’ai des biens immobiliers, à Paris et dans l’est de la france, je peux donc perdre bcp avec cette crise, j’ai bien vécu et bien profité, mais depuis quelque temps, je me fiche de perdre, je sais que le cas échéant, j’ai la capacité psychologique de pouvoir vivre avec très peu, ça soulage de bien des soucis… Tout se passe dans la tête en fait. J’ai de plus en plus l’envie de me retirer au vert dans une petite maison à la campagne, et de vivre une vie très simple. Le simple fait de respirer, la contemplation, la littérature… commencent à suffire à mon bonheur. Avec l’âge, on évolue bcp.

  4. Je trouve les propos tenus indécents et honteux, je suis ravie de constater que personne ne meurt autour de vous. Néanmoins vous semblez très loin de la réalité des hôpitaux au bord de l’implosion. La France est pays riche depuis suffisamment longtemps pour absorber un trimestre d’activité ralentie. Je pense que les actionnaires se remettront de ne pas percevoir de dividendes en 2020. C’est une grande chance de pouvoir vivre protégé contrairement aux pays pauvres où c’est impossible et je m’en réjouis.

    Vous oubliez aussi que énormément de métiers qualifiés peuvent se pratiquer en télétravail, que l’économie de bien des secteurs ne s’est pas arrêtée.
    En plus, le gouvernement n’a pas interdit aux usines de continuer à fonctionner, aux livraisons de se faire. On constate d’ailleurs l’effet direct de ce point sur la mortalité stratosphérique des départements les plus pauvres (Seine Saint Denis).

    Il faut être dangereux et inconscients pour tenir des propos pareils.

    Bref je suis dégoûtée lire ceci ce matin, je me désabonne. Je suis très déçue cela fait 10 ans que je vous suis.

    • Bruno Delpech says:

      Bonjour Madame,
      Vous devez savoir qu’il n’y a pas que des gros actionnaires qui se goinfrent. Il y a aussi des petits investisseurs , non salariés, qui prennent leur risque et qui comptent sur les dividendes pour compléter leurs revenus.

      • Jérémie says:

        Je n’ai pas lu plus cynique … analyse médiocre et sans aucune valeur.
        Je vous laisse avec vos conseils .

        Je me désabonne.

    • Bruno Delpech says:

      Pour faire suite, nous ignorons pour le moment les dégâts économiques de cette crise. Un grand nombre d’entreprises vont fermer, ce qui équivaudra à une mort sociale pour de nombreux chefs d’entreprise. Sachez que 1 point de chômage aux USA équivaut à 40 000 morts. Mais pour ceux là il n’y a personne qui viendra tenir les comptes le soir à la télé.

      • Badtimes says:

        Pour compléter, une étude viens de sortir sur la balance entre sauver des vies comme on le fait aujourd’hui et le laisser faire comme l’ont fait Trump et Boris Jonhson au début de la crise avant de changer de cap.
        En fait il s’avère qu’à long terme « pour l’économie » il vaut mieux avoir une récession grave que de laisser mourir les gens : ils prennent comme exemples les guerres qui ont détruit des générations et les pays par la suite ont perdu leur leadership par manque de créativité, d’innovation, de risque etc.
        C’est pourquoi s’il y a déconfinemment ça passera par les nouvelles technologies et la perte pour un temps de notre liberté chérie afin de tracer les gens sains, les malades etc.

        • Les guerres tuent plutôt les jeunes dans la force de l’âge. Pas le coronavirus. Il me semble que la différence n’est pas neutre sur la reprise économique.

    • TOURAIN says:

      On n’est pas obligé d’utiliser une rhétorique de local syndical :  » le gouvernement n’a pas interdit aux usines de continuer à fonctionner, aux livraisons de se faire. On constate d’ailleurs l’effet direct de ce point sur la mortalité stratosphérique des départements les plus pauvres » .

    • Quel est vôtre problème ?

  5. TOURAIN says:

    Curieusement, il surgit plein d’études pour nous dire qu’il faut 21 jours pour que la réalité s’impose et qu’on accepte de s’y adapter… Il n’y a pas de cynisme (ou une  »honte » humaniste) à se rappeler:
    – 1°) la médecine gagne quelques batailles mais jamais la guerre de chaque individu contre la mort, (les virus aussi meurent… ils sont nombreux mais n’ont sans doute pas nos aptitudes à s’organiser en groupe…)
    – 2°) on ne rentre pas en Ehpad pour être en vacances, regardons en face, les statistiques de présence et le nombre de décès chaque année, dans ces structures (COVID ou pas) a fortiori rapporté au nombre de résidents… (c’est evidemment pas une raison pour en faire un bouillon de culture, une fois qu’on a compris le problème, (voir aussi mon commentaire suivant…), mais les familles ont toujours admis que c’étaient la moins mauvaises des solutions (entre autre, pour elles…) quand on a mis l’aîné en confinement même sans virus…)

    Maintenant, comme on ne va pas oublier le risque de maladie, si, pour le coup cyniquement ( ou froidement et rationnellement), on ne raisonne qu’en investisseur (le confinement est un drame pour de nombreuses familles par seulement au niveau revenus mais par les conséquences psychologiques de  » l’enfermement  », sur les comportements, les pertes de chance scolaire…) , alors l’investisseur doit se poser la question de ce qui va s’imposer dans les choix; et ma réponse c’est la distanciation; on voudra ou on vous imposera d’être à distance les uns des autres a fortiori entre inconnus ( vrais ou pseudos par exemple les collègues dont par nature, on ne maîtrise pas les relations…); Conséquences, de la DISTANCIATION: télétravail, modification des process pour donner de la possibilité de distance (bureaux , mais aussi chaîne d’assemblage plus robotisée, conséquence sur les loisirs de foule (stades, cinémas , centres commerciaux croisières d’entrée de gamme, etc…), transports publics … (Curieusement le taux de chinois rêvant d’acheter une voiture a augmenté de 10% depuis la pandémie, la raison invoquée: le risque sanitaire en transports public – rêve réalisable ou pas mais avant, la 1ére raison de ce rêve chez les chinois était  »le statut de propriétaire  »…)… La réflexion est donc comment  »profiter » de ce besoin de distanciation et combien peut il durer (quelques mois? quelques années,? quelques générations? ).

  6. chepiok says:

    On était probablement pas obligé de freiner l’économie à un degré pour un virus qui certes nouveau, ne sera pas plus destructeur que certains autres…on verra les chiffres plus tard. La grosse différence aura été le traitement médiatique qui en aura été fait et aura permis au pouvoir en place de nous traiter comme des irresponsables jusqu’à nous pénaliser pour une balade en forêt…
    À de très rares exceptions près, ce ne sont pas les forces vives de la nation qui en sont les victimes… et si je ne conteste pas la nécessité d’essayer de préserver la vie autant que faire se peut, je pense que le curseur a été mal positionné.
    Malheureusement, pour le Français moyen l’économie n’existe pas…et il est bien dommage qu’une réelle prise de conscience de sa nécessaire stabilité pour le développement d’une certaine sécurité sociale ne se soit pas encore faite !

  7. Bruno Delpech says:

    Entièrement d’accord. On ne finira pas de compter les dégâts humains, économiques et sociaux si le confinement se prolonge au delà de 2 mois. Au delà de l’aspect sanitaire il faudra remettre en cause notre organisation étatique et administrative qui aura fait la preuve de sa totale inefficacité.

    • « il faudra remettre en cause notre organisation étatique et administrative qui aura fait la preuve de sa totale inefficacité »

      Hélas, j’ai bien peur que rien ne change dans ce domaine.

  8. Cyrille says:

    La bourse ou la vie …

    Si 98% des personnes touchés par le covid ne meurt pas. (99,6% pour les moins de 40 ans).
    50% des PME pourraient mourir du confinement …

    On peut être tenté de penser que l’impact sanitaire n’est pas si important au regard de l’économie.
    Tant que l’on n’est pas intubé et mis en coma artificiel, on peut préférer l’économie (une pensée pour le 1er ministre Britannique qui serrait des mains il y a quelques jours avec le sourire).

    Les pays asiatiques nous enseignent beaucoup sur cette gestion de la crise.
    Le déconfinement sera partiel, localisé et progressif. Les gens vivront avec les mesures barrières tant qu’un vaccin ou un traitement efficace et bien toléré sera disponible.

    La réponse doit être globale, mesurée et raisonnable car l’impact sur les 10 prochaines années sera considérable sur les plans :

    * Sanitaire
    * Economique
    * Financier
    * Social
    * Géopolitique

    • Le Mecreant says:

      Si 98% des personnes touchés par le covid ne meurt pas. (99,6% pour les moins de 40 ans).
      50% des PME pourraient mourir du confinement …

      Et la marmotte… vous connaissez la suite. si c’était la vérité les chinois n’auraient pas confiné on est pas a 10000 individus près quand on a 1,4 mds d’habitants. et le monde ne se serait pas arrêté…

  9. Bonjour Guillaume ,
    Je vous rejoins sur le fond.
    D’ailleurs c’était la réaction politique première au Royaume Uni et aux USA.  » Attendons que la population s’auto immunise » avec son lot de morbidité.
    Mais politiquement c’eût été désastreux.
    Cette crise révèle le caractère virtuel de nos économies .
    La réalité de la fragilité de la vie et de la mort se rappelle à nous.
    Je crains que l’impact économique et financier soit sous estimé par les marchés.
    Les populations les plus fragiles doivent être protégées ; pas seulement d’un point de vue humanitaire , mais pour éviter des révoltes , des pillages , donc pour protéger aussi les populations plus aisées.
    L’impact social pourrait être fort.
    Donc oui pour réfléchir individuellement et collectivement à sa manière de vivre , repenser notre modèle de société .

  10. Ce qui est intéressant dans cette crise, c’est qu’elle nous ramène à notre condition d’être humain, nous sommes vulnérables et mortels.

    Les riches se rendent compte que leur argent ne les protège de rien, ne vaut plus rien et qu’il peuvent tout perdre du jour au lendemain.

    Les pauvres se rendent compte que l’état providence sur qui ils comptent beaucoup en France peut péricliter et qu’il n’y a pas que dans les livres d’histoire que la dégradation du niveau de vie peut arriver.

    Dans les quartiers, on se fout royalement du confinement car le reste du pays est considéré comme une autre planète, et la loi de la jungle, avec ses règles impitoyables, s’applique déjà.

    Les instincts primaires des êtres humains refont surface, les plus riches veulent désormais une maison à la campagne pour labourer la terre, les plus pauvres se débrouillent comme ils peuvent dans l’incertitude et limitent leur surconsommation qui était devenue déraisonnable. Mon balcon donne sur une petite maison HLM, et je suis étonné par tout le matériel accumulé par cette famille : transats, trampoline et piscine dans le jardin, deux barbecue, les enfants ont des rollers de toutes les couleurs, hoverboard, vélos, baskets qui clignotent, survêtement de toutes les équipes de foot d’Europe pour les garçons, et ensemble de produits dérivés reine des neiges pour les filles. Quelle est l’intérêt de toutes ces choses quand on a faim ?

    Nous allons redevenir des êtres sauvages, dont l’objectif sera de survivre, en mettant de coté les futilités. Mais c’est sans compter l’injection de milliers de milliards, qui feront certainement que ce retour à l’état primaire ne sera que de courte durée… et que que tout redeviendra comme avant, jusqu’à la prochaine crise…

  11. Afin de nourrir la réflexion du jour, je recommande cet excellent ouvrage « Penser le risque, Apprendre à vivre dans l’incertitude » de Gerd GIGERENZER qui aide à comprendre et évaluer certain risques.
    Rien de philosophique ou psychologisant, c’est avant tout un livre de vulgarisation de mathématiques à vrai dire (statistique et probabilités conditionnelles notamment) mais sans l’aridité qu’on pourrait craindre : il n’y a aucune équation ni démonstration, mais l’explication en mots simples de ces notions mathématiques appliquées à des domaines de la vie courante, pas exemple, le dépistage précoce de certain cancers.
    Parfois contre-intuitif, souvent rassurant…

  12. Bonjour

    Economie arrêtée, covid 19, autres pathologies délaissées, ………………….la mort de faim dans certains pays qui on décidé un confinement brutal……………. au total ça va être lourd.

    Mais confinement ou non ?? les britanniques sont rentrés en confinement après des prévisions de 300000 morts sans confinement.
    Les premiers acteurs économiques ont décidé de se confiner .
    Qui a tort qui a raison.

  13. chrysalide says:

    n’oubliez pas le virus aussi il assimile son milieu, s’adapte, et se reproduit…avant de sélectionner son meilleur développement… donc attendez vous a avoir les covid 20 plus virulent en faisant plus de dégâts, donc c’est notre capacité d’aujourd’hui a comprendre pour faire face la prochaine fois…

    • Badtimes says:

      La prochaine fois j’espère que l’on sera préparé comme notre voisin Allemand qui doit nous regarder comme des gamins qui n’ont pensé qu’à jouer au lieu de travailler sérieusement. A voir les statistiques de l’épidémie entre chez eux et chez nous « il ne faut pas être sortie de Saint Cyr » pour comprendre.

      • Thierry says:

        Attendez, l’Allemagne n’est pas du tout sortie d’affaire, elle a plus de 2000 morts, elle est juste en retard sur nous, le rythme des morts progresse exactement de le même façon que en France, c’est à dire qu’il a fallu 10 jours pour passer de 250 morts à 2000 morts, dans les deux pays. ( et encore, l’Allemagne ne fait pas de tests post-mortem). La seule différence est que l’épidémie Allemande est en retard d’une dizaine de jours sur la france, c’est tout. Tout comme la France est en retard de 10 jours sur l’Italie.

      • L’Allemagne de l’est semble s’en sortir mieux que l’Allemagne de l’ouest.

        Un effet de la mode du refus de vaccination à l’ouest ?

  14. Bonjour, je pense qu’avant de poser de tels raisonnements extrêmes, il faut d’abord avoir épuisé toutes les possibilités de gestions de cette crise. Par exemple, avec des masques et des mesures de distanciation, on peut continuer à travailler et c’est ce qui a permis à la Chine de garder des activités industrielles, à certains services de fonctionner alors pourquoi pas les autres? Cette situation de sacrifice économique est plutôt dû à un manque de préparation et c’est normal d’en payer un peu les pots cassés. Avec des masques en quantité suffisante, des organisations locales, de la flexibilité sur le télétravail, une ré-organisation urbaine pour limiter les zones de concentration, ça peut fonctionner de manière très fluide.
    Avouons l’enfûmage du gouvernement sur les masques…et sur les traitements (notre expert virologiste Français n’a pas son protocole integré dans l’essai Européen Discovery)…ça fait peur, on reste chez nous…

    • TOURAIN says:

      Vous l’aurez compris, après 21 jours (ce nombre semble souvent avoir de l’importance après une catastrophe -qui ne vous a pas emporté dans ce délai…), il es temps de cessez de répeter:  »c’est la faute à l’impréparation » (des autres naturellement, comme ci vous aviez vu venir et aviez acheté des masques en janvier (c’était possible en pharmacie) avant de faire plutôt des stocks de PQ. en février..), et aussi « ça fait peur restons chez nous « .

      • Badtimes says:

        comme ci vous aviez vu venir et aviez acheté des masques en janvier (c’était possible en pharmacie)
        Désolé mais fin janvier mon pharmacien a répondu à ma demande d’achat de masques qu’il en avais commandé déjà mais qu’il ne les recevait pas et donc qu’il n’en avait pas de disponible à me vendre!

        • TOURAIN says:

          Désolé mais ne vivant pas dans une campagne souvent synonyme de désert médical, mais au contraire dans une banlieue pavillonnaire (je sais c’est ringard. …. Mais tellement adapté au confinement et aussi à la vie d’avant…), il se trouve que dans un rayon de 2km, il y a 6 pharmacies, et donc en janvier, pour partir en voyage, j’ai mis mes 3 masques dans mon sac, au cas où cela serait socialement pas toléré de ne pas en avoir dans l’aéroport… (Un peu comme les foulards dans certains pays..) C’est vrai que voyager plutôt que rester volontairement autoconfiné des années dans un rayon de 20km, cela active la réflexion et les réflexes vis à vis des situations à risques…

          • Badtimes says:

            « C’est vrai que voyager plutôt que rester volontairement autoconfiné des années dans un rayon de 20km, cela active la réflexion et les réflexes vis à vis des situations à risques… »
            C’est vrai qu’à la campagne 20 km c’est énorme, surtout à pied car il n’y a pas de moyen de transports, pas de pharmacies, pas de commerçants, en fait c’est le désert! La prochaine fois que vous voulez voyager, prenez l’avion et venez visiter ce désert, de plus vous n’aurez pas besoin de masques car les gens sont civilisés et vous accepterons tel que vous êtes, vous pourrez respirer l’air pur, sentir les fleurs et l’herbe et la terre et vous découvrirez des paysages merveilleux. Mais bon je ne comprends pas pourquoi la veille du confinement il y a eu une ruée des villes vers la campagne: c’est parce qu’on n’a plus le reflex ni la réflexion à la campagne!!!

      • Manque un E au pseudo non?

  15. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Guillaume pose la question essentielle.

    Depuis le début, les mesures de confinement sont en réalité disproportionnées par rapport à la létalité du virus.
    D’ailleurs avec le confinement le nombre de morts sera sans doute légèrement inférieur, mais surtout plus étalé dans le temps.
    Il s’agit essentiellement d’un problème de capacités d’accueil des services de réanimation, directement lié à l’absence de masques et de tests.

    ( il faut rappeler à ce sujet que plus de la moitié les réanimés lourds avec intubation ne survivent pas)

    Et à l’échelle de la population mondiale le nombre de morts dû au virus est carrément négligeable. ce n’est pas la « grande peste », qui avait tué la moitié de la population de l’époque.

    En face de cette situation les réactions des gouvernements vont tous plus ou moins vers le confinement par nécessité politico- médiatique, même les plus libéraux comme Trump, (qui accepte cependant que 200000 morts seraient acceptables)

    Paradoxalement plus il y aura de morts en un temps réduit aux USA mieux ce sera pour Wall Street et pour les autres marchés.

    Mais l’opinion elle, qu’en pense t elle ?
    Si elle pense comme moi, alors elle se dit que 2 mois d’arrêt de l’économie passe encore mais davantage ce pourrait être mortel pour nombre d’entreprises, donc impossible, épidémie finie ou pas.

    Il faudra reprendre les activités, avec (ou sans) masques, tests ou chloroquine, mais de préférence avec.

    Et c’est ce que semblent aussi commencer à penser les marchés, ainsi que tous les particuliers qui souhaitent ouvrir des comptes comme l’indiquent les gérants débordés par les demandes.

    • Badtimes says:

      « Et à l’échelle de la population mondiale le nombre de morts dû au virus est carrément négligeable ». C’est vrai rien qu’en France il y a en moyenne 16000/17000 morts par jour en temps ordinaire. Ce qui fait qu’aujourd’hui parmi ceux qui meurent de l’épidémie, un certain nombre seraient mort d’autre chose, ce qui nous laisse un nombre de morts assez faible du au virus même si c’est toujours trop et qu’il ne vaut pas mieux faire partie du lot.

  16. Les réponses se décalent dans le fil,ma question était pour TOURAIN.

  17. Bonjour

    1600 à 1700 morts / et non 16000 jour en temps ordinaire.
    A première vue même au niveau mondial le nombre de morts par jour ne parait pas énorme mais 400 à 800/ jour en Italie ça fait beaucoup et puis il y ale confinement qui limite un peu le nombre de morts. Et surtout nous ne savons pas ou nous allons ? Je pense que c’est ce dernier point qui pose problème ! l’avenir nous dira.

  18. Je suis parfaitement d’accord avec l’analyse de ce post, mais pas avec sa conclusion.

    Ce n’est pas cynique de se détacher de l’émotion de la catastrophe actuelle pour être capable de prévenir des conséquences encore pire.
    C’est être responsable et honnête.

    L’histoire montre clairement la corrélation entre l’amélioration de la technique économique et la prospérité générale, par l’accroissement démographique.

    Autrement dit, quand l’économie s’arrête les gens ont faim et les plus fragiles meurent.
    Le vrai cynisme c’est de continuer avec des rengaine extrême (communisme, nationalisme etc…) du 20ème siècle alors qu’il faut créer un monde nouveau.
    Maintenant.
    Avec des solutions viable tout de suite.

    Sinon les plus faibles mourront.

  19. François says:

    Aujourd’hui c’est une pandémie.
    Hier, nous avions des émeutes avec les gilets jaunes ou assimilés
    Avant-hier (et encore un récent) des attentats

    Certains acceptent la mort tous les jours dans ces contextes.
    Donc, nous nous adapterons. D’ailleurs de plus en plus de personnes retravaillent, avec des mesures adaptées. Des chaîne (3 usines Michelin, Airbus, ….) redémarrent.
    Nous aurons une récession et un coût à payer de l’arrêt d’activité, certes.

    Actuellement, le seul remède au COVID est l’immunisation. Notre adaptation, dans un premier temps, est d’étaler ce phénomène dans le temps pour permettre de disposer de moyens médicaux suffisants pour limiter les pertes humaines.
    Dans un second temps, quand les flux de patients le permettront, sera de faire un bilan entre immunisés ou non pour absorber la suite de la trajectoire et éviter (limiter) une reprise, sauf vaccin, mais pas avant un an parait-il.
    Ensuite changerons nous nos manières de vie dans nos comportements quotidiens : masque permanent comme en Asie, plus d’embrassade, moins de queues, décaler les horaires de travail pour éviter l’engorgement des transports en commun, ….. ?

  20. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Comme je le craignais récemment sur le blog, le gouvernement n’a passé aucune commande d’hydrochloroquine dans l’attente des résultats des études sur le sujet.

    Non seulement ils s’exposent à des critiques sur le manque d’anticipation, habituel pour notre gouvernement, alors que dans le cas présent, il ne peut pas dire » qu’il ne savait pas », mais si il est prouvé que ce médicament, a ne serais ce qu’une action modérée et limitée à la phase initiale de la maladie, les chefs d’accusation ne manqueront pas :

    En gradation, un tel niveau d’incompétence pourrait aller de :

    Non assistance volontaire à personne en danger
    à
    Crime contre l’humanité

    Ci dessous la pétition Douste Blazy pour l’usage de l’hydrochloroquine

    https://www.change.org/p/ephilippepm-traitement-covid19-ne-perdons-plus-de-temps-neperdonsplusdetemps

  21. C’est hydroxychloroquine.

    Quelle est votre source ?

    Parce que signer une pétition pour un politique sans vérifier avant … Voilà voilà

  22. Julien bonnetouche says:

    Bonjour disons alors le plaquenil. C’est le traitement du Pr Raoult associé au zythromax. La pétition de Douste Blazy qui le soutient a déjà recueilli plus de 350000 signatures. C’est apolitique. Il y a deux soir tard vers 23 h sur CNEWS j’ai entendu un autre professeur de médecine expliquer qu’il avait sollicité plusieurs fois le gouvernement ainsi que l’administration de la santé pour qu’il commandent le médicament à toutes fins utiles et qu’il avait eu une fin de non recevoir.

  23. l’hydroxychloroquine est une molécule connue, donc déjà en vente, donc commandable sans l’intervention de l’état logiquement ?

    Il faut considérer les effets secondaires à prendre au sérieux, il va y avoir de la casse

    Je suis désolé mais toutes vos sources ne sont pas consultables, c’est des « on dit ».
    Dans ces conditions je ne souhaite pas signer une pétition, en tout cas je vérifierai d’abord les mouvements boursiers sur les entreprises productrices.

  24. François says:

    Pourquoi passer commande quand on peut bloquer les stocks dont certains existent déjà sur une molécule facile à produire en nombre.
    Actuellement, il semblerait que les capacités de SANOFI tourne à plein pour fournir les hôpitaux.
    https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2489467-chloroquine-et-coronavirus-pourquoi-la-suede-limite-son-utilisation/
    A la lecture de l’article, et ayant déjà eu à prendre de la Nivaquine, je ne milite pas pour une distribution open bar, mais contrôlé par protocole, comme c’est le cas actuellement.

  25. Julien bonnetouche says:

    Il s’agit du Pr Christian Peronne chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital de Garches. Chacun est libre de voir les choses à sa façon. Il n’y a pas de traitement aujourd’hui. Raoult dit que pris précocement, dès les 3 premier jours le plaquenyl réduit la charge virale et donc les cas graves. Par ailleurs les effets secondaires sont rares connus et contrôlables. Posez vous la question si en situation vous préférez ne rien prendre ou prendre le plaquenil compte tenu du risque d’aller en réanimation et de ne pas survivre

    • Thierry says:

      depuis que le rhume existe, c’est à dire depuis toujours, personne n’a encore trouvé de médicaments. Que vous preniez des la chimie ou pas, il faut 7 jours. Pour le covid, ce sera pareil, que vous preniez de la chlorodine ou pas, il faut 15 jours. Le truc positif, avec ce  » médicament », c’est bon pour le bussiness, ça fera tourner les usines et les pharmacies, ça fera de l’activité, c’est déjà ça, me direz-vous….

      • adnstep says:

        Mes rares rhumes durent trous jours tout au plus, pas sept.

        Et la chloroquine rapporte beaucoup moins que tous les médicaments en train d’être testés ou qui vont être créés.

        • adnstep says:

          3 jours.

          • Thierry says:

            Alors certainement que chez vous dans le Sud, au soleil, les rhumes sont moins graves que chez nous, à Paris, Paris est plus froid, et surtout l’air en hiver y est horriblement humide. une catastrophe… ;). ( moi qui suis pourtant originaire de l’Est de la France, j’ai eu du mal à m’habituer à l’humidité de l’air Parisien), j’ai eu un rhume au mois de février , une semaine pour m’en débarrasser.

            • adnstep says:

              Heu.
              Orléans, Rochefort, Tours, Bordeaux, Paris, …
              Humide, pas humide, très humide …
              Non, jamais plus de trois jours depuis que j’ai compris qu’on ne soigne pas le rhume autrement qu’avec un chocolat chaud allongé de rhum et un Doliprane😁😁

  26. François says:

    Tout dépend des pathologies précédentes. Donc, je fais des tests cardiaques et autres et après l’on voit.
    D’autres médecins ne relèvent aucune différence avec le traitement du professeur Raoult ou sans.
    Au départ, j’ai 90% de chance de n’avoir que des symptômes bénins, 10 d’être hospitalisé dont 2 d’aller en réa.

    • TOURAIN says:

      Je n’ai aucune opinion sur le fait de savoir si le Professeur Raoult a raison ou tort..Quoique le fait qu’on me présente sa solution comme efficace que si on l’a prend avant d’être malade me questionne… Mais moi, qui suis assailli de propositions par mails pour de petites gélules (payantes …) vantées comme parfaitement adaptées à tous les maux qui sont censés m’accabler vu mon âge (arthrose, prostate, et j’en oublie..) inventées par des génies méconnus voir méprisés par la Faculté, je ne peux pas ne pas me rappeler l’histoire suivante: dans un train de banlieue de Londres, un homme se lève toutes les dix minutes pour jeter par la fenêtre une pincée d’une poudre qu’il sort d’une boîte qu’il transporte… Au bout de trois ou quatre fois, son voisin , nonobstant les règles de vie britanniques qui interdisent de s’adresser à quelqu’un auquel on n’a pas été présenté, n’y résiste pas et demande : mais…excusez moi, que faites vous ? Mais, dit l’autre, je répand de la poudre anti-éléphant ! , Ah? Mais, il n’y a pas d’éléphant sauvage dans la banlieue de Londres! s’étonne le voisin… Alors d’un air inspiré, le premier répond: EFFICACE ! n’est ce pas?

      • adnstep says:

        « Je n’ai aucune opinion sur le fait de savoir si le Professeur Raoult a raison ou tort.. »

        Vraiment ? 😁

        • TOURAIN says:

          Disons, que j’ai compris que bien dosée et sur des sujets suivis l’hydroclhoro… n’est pas mortelle… C’est un point important quand on se rappelle que Louis Pasteur n’avait pas cette certitude quand il injecta son vaccin à Joseph Meister.

  27. Vous reprenez un des éléments de langage favori des détracteurs du Pr Raoult , à savoir qu’il soigne des gens pas malades ou qui ne l’aurait pas été . Son traitement ne doit pas être pris AVANT d’être malade il doit être pris au BON moment ,en tout cas avant que la maladie ne bascule dans sa 2 ieme phase qui conduit en réa , puisque maintenant il est bien établi qu’elle évolue en 2 phases .
    Il est également malhonnête de n’évoquer que le traitement seul celui-ci s’inscrit dans un protocole complet à savoir Dépister ,Isoler , Traiter . Le premier stade n’étant pas le moindre , cf l’Allemagne .

    • Thierry says:

      A la fin de l’épidémie, on verra entre la france et l’allemagne quel est la pays qui aura le plus de morts. En allemagne, le rythme des morts progresse exactement de la même façon que en France, c’est à dire qu’il a fallu 10 jours pour passer de 250 morts à 2000 morts, dans les deux pays. ( et encore, l’Allemagne ne fait pas de tests post-mortem). Dernier exemple: le 27 mars, 2000 morts en france et 2300 le 28 mars. Avant hier, 2000 morts en Allemagne, et 2280 hier. La seule différence est que l’épidémie Allemande est en retard d’une dizaine de jours sur la france, c’est tout. ( et en france, on est en retard d’une dizaine de jours sur l’italie). de plus, l’Allemagne ne fait pas de tests post-mortem.

      • La variation est moins importante même avec un décalage ,je vous l’accorde,Si l’on compare la période où ils en sont avec la notre au même moment nous avions des variations de 30,40 voire plus de 50% de décès , ce qui n’est pas leur cas et pour une population de pres de 18 millions en plus .

  28. julien bonnetouche says:

    Pour compléter ce que dit PCC,

    Cette maladie semble avoir en commun avec les autres virus, la notion de « charge virale ».
    C’est à dire la quantité de virus présente dans l’organisme, que ce soit au moment de l’infestation par contact avec une autre personne ou surtout l’augmentation de cette quantité par multiplication du virus dans l’organisme , ce qui explique l’aggravation souvent constatée entre le 7eme et le 10 eme jour.
    Plus on en a dans son corps plus les symptômes peuvent être graves.

    Le plaquenil ne sert qu’à augmenter la clearance du virus, c’est à dire l’élimination du virus.
    Pris au bon moment, c’est à dire pendant les 6 premiers jours, il permet d’après le Pr Peronne d’en avoir moins en soi, et donc d’avoir moins de malades à envoyer en réanimation.( presque plus du tout dit il)
    Or on sait qu’un patient sur 2 en réa meurt quand même..

    • TOURAIN says:

      Comme quoi, c’est sur, le monde va changer, en effet un blog théoriquement consacré au patrimoine devient celui d’une société savante de médecine, où des relecteurs experts (comme cela se fait d’ailleurs, pour toute publication savante…) nous informent de la bonne façon, du bon timing pour appliquer la prescription… Il est vrai que le blog s’appelle  »Le blog Patrimoine – au service de vos projets de vie  »… mais pour être plus adapté à un monde covidé (19 puis 20, 21…)), on peut, peut être, déjà suggérer à GF
      d’en changer le titre en  »au service de vos projets de survie »…

  29. On a jamais vu un patrimoine suivre un cercueil ,le meilleur des patrimoines étant déjà la santé 😊

    • TOURAIN says:

      Certes mais en général ( enfin un peu moins ces temps -ci…) derrière le cercueil on voit, suivre les héritiers… La préparation de la succession est un des thèmes récurrents du blog…
      Ceci dit, la perte de l’odorat et du goût, (et de l’humour, si on y attribue quelques vertus…), doit alerter… Bon appétit…

  30. adnstep says:

    Je ne sais pas si PACA est en décalage de deux semaines par rapport au Grand Est, à l’IDF où à Rhône Alpes, mais on y meurt moins, pour le moment, alors qu’on y trouve plus de vieux.

    • TOURAIN says:

      Dans quelle région est Mougins ?

      • adnstep says:

        Les morts en EHPAD y compris. C’est pour ça que j’ai précisé qu’on trouve plus de vieux en PACA, donc on devrait avoir normalement plus de décès. Surtout que la région est au contact direct du Piémont, et le Piémont au contact direct de la Lombardie.

        PS : vous imaginez bien que j’avais prévu la remarque…😉

        PS2 : il y a bien d’autres EHPAD, la mortalité n’y est pas celle de Mougins ou de l’EHPAD près de Besançon où on a également enregistré beaucoup de décès. Mauvaise gestion locale ?
        En tout cas, pour Mougins, les familles ont déjà contacté un avocat.

  31. Julien bonnetouche says:

    Tourain, L’article de Guillaume s’intitule « accepter la mort pour sauver l’économie…. » Parler des méthodes permettant de ne pas mourir tout en sauvant l’économie ne me parait pas éloigné du sujet. Par contre votre tirade elle, n’apporte rien au sujet économique même pris au sens large.

  32. Sur toute la façade Ouest de la France, pour le moment, il y a moins de cas et bien sur de décès.
    Mais, nous avons été confiné tôt par rapport à l’arrivée de l’épidémie sur la façade Est et Paris.
    Pour autant, je ne fais pas de pronostic, car IL N’EXISTE AUCUN TRAITEMENT MEDICAL HORMIS L’IMMUNISATION COLLECTIVE.
    La procédure Raoult est de prendre un traitement avant des formes graves qui ne touchent pas tout le monde, puisque pour 90% de la population se ne sera qu’une espèce de grippe.

    Les comptes ne pourront donc être faits de manière réaliste qu’une fois la pandémie passée.
    Les décomptes actuels ne restent que parcellaire, car prenant surtout en compte le milieux hospitalier et pas toujours le milieux des foyers (EHPAD,….). Le cas de Mougins (il me semble sur la côte d’Azur) montre que personne n’est épargné.

    Le seul enseignement du traitement du professeur Raoult pourrait être la montée en bourse de SANOFI (LOL)

    • Le Mecreant says:

      S’il y a relativement peu de cas en Bretagne, c’est quand même que nous avons été parmi les premiers touchés, et que les 2 clusters du 56 sont confinés depuis début mars, ainsi que les écoles fermées dans les cluster et toutes les communes limitrophes, les élèves venant de ces secteurs scolarisés hors secteur ont été prié de rester chez eux…
      Par ailleurs, le confinement est assez bien respecté ici, sauf par les « parisiens » qui sont venus en vacances…
      Alors oui, moyennant ces mesures, nous avons assez peu de cas relativement au grand est.

  33. Ah ! enfin on revient sur une notion d’investissement et de patrimoine.

  34. Julien bonnetouche says:

    François, tout à fait d’accord avec vous concernant l’immunité collective. Mais si nous pouvions réduire le nombre de cas qui passeront en réanimation lourde, cela changerait le profil de l’épidémie puisque ce sont ces 10% de cas graves qui embouteillent les hôpitaux et qui finalement arrêtent l’économie.

    • Badtimes says:

      cqfd

    • François says:

      Je n’ai rien contre.
      Personnellement je limite au maximum les médicaments, faisant confiance à mon système immunitaire et l’habituant ainsi à prendre en charge les maladies.
      Sur les vingt dernières années, les seuls fois où j’ai eu des grippes à me clouer au lit, ce sont les années où mon employeurs m’a obligé à me vacciner (condition pour mission).
      Alors médicamenter des personnes qui sont juste dépistées, je ne vois pas l’utilité et ne pense pas que la plupart sont des potentiels cas graves.
      Sur le panel du professeur Raoult, il y a eu des hospitalisations et un mort, à peu près dans les mêmes proportion que les cas généraux. Donc, je fais confiance au corps médical dans son ensemble pour me traiter au mieux le cas échéant.

      Ce ne sont pas les 10% qui arrêtent l’économie, mais la propagation générale du virus, tant que nous n’aurons pas des tests sérologiques qui permettront de connaître au mieux la population immunisée.

      A titre d’exemple, parmi les départements les moins touchés figurent la Lozère et le Cantal. C’est département ont une forte densité de personnes âgées, et peu de structures hospitalières de haut niveau, voire même un corps médical largement insuffisant en nombre.

      • Badtimes says:

        Mais le virus est capitaliste, c’est à dire qu’il prend en compte la rentabilité de ses efforts de contamination et qu’il s’attaque donc tout d’abord aux zones les plus peuplées donc les plus rentables pour lui: il y a encore un certain temps avant qu’il débarque dans la Lozère et le Cantal!!!!
        A moins que les citadins débarquent en masse.

      • TOURAIN says:

        Probablement que par la géographie, (n’en facilitant ni l’accès, ni la traversée) par leurs densités de population et par leurs activités économiques ces deux départements sont plutôt naturellement déjà auto confinés (au moins au sens où l’île de France est dite confinée actuellement.). par exemple Mende n’a pas d’aéroport international ni de grande arène de spectacle, et une vie nocturne plutôt discrète… Sans doute pas de réunions de 800 évangélistes …(Je précise , c’est un constat… ). Au passage, une forte densité de médecins associée à des structures hospitalières de pointe n’est pas mais alors pas du tout corrélée avec l’absence de maladie… C’est juste que dans un désert médical , il vaut mieux éviter d’avoir des pathologies lourdes ou nécessitant une intervention rapide…

  35. Bonjour

    Lors de la crise des gilets jaunes certains avaient reproché à GUILLAUME de faire du hors sujet. Et bien non l’économie ne peut ignorer l’environnement social. Il en est de même pour le coronavirus puisque ce dernier même vient perturber ou freiner toutes décisions quant à la gestion du patrimoine. Tout est arrêté, à savoir quand et comment ça va repartir.

    Gardons espoir pour la santé ( toutes pathologies confondues et là une question se pose? la focalisation sur ce covid 19 semble faire oublier les autres pathologies et le nombre de morts qui en découlera évidemment).

    Un espoir, je pense les entreprises vont se réorganiser différemment mais progressivement .
    Un exemple (mais d’entreprise en bonne santé).
    L’entreprise ou travaille un de mes proches va reprendre progressivement. C’est une entreprise que j’ai vu démarrer avec 3 personnes ; elle en est à 600 aujourd’hui.
    Cette entreprise fournit la majorité d’un certain type de matériel agricole en France. Elle a une antenne en inde , une autre au brésil. Toutes les entreprises qui la fournissent en matières premières vont reprendre également. Elle importe aussi certaines matières premières et notamment celles provenant d’Italie.
    Durant la période de confinement le niveau de commande n’a pas fléchi. Elle était déjà en 3/8 Mais là Il va y avoir du travail, et elle va embaucher. Malheureusement , comme toujours , elle a du mal à trouver un certain type de personnel spécifique. Pourtant les salaires ne sont pas à la traîne et avec intéressement.
    J’ai bien connu les 2 frères qui l’on fondée et surtout un de meilleurs amis de jeunesse. Il a été formé chez ces 2 frères qui me disait-il ( il y a bien longtemps) avait une manière bien particulière d’intégrer leur personnel (1) dans l’élaboration de ce qu’ ils voulaient faire.

    (1) en fait de personnel il était le seul employé et apprenti).

    Cet ami d’enfance dont je vous parle : c’est péjoratif « mais il ne comprenait pas grand chose à l’école ». ( il me le disait d’ailleurs et m’enviait un peu) Moi j’avais pris un autre chemin mais toujours été étonné de sa progression et de son ingéniosité.
    Autant vous dire qu’il est arrivé loin (pas en administratif) mais en responsable de la production aux cotés des ingénieurs.
    Voilà le résultat et je ne pense pas que ceux là vont avoir beaucoup besoin d’aide du gouvernement.

    Presque du même acabit une entreprise qui a démarré avec quelques personnes en est à plus de 90000. Partie en « nettoyage locaux de petites entreprises), elle interviennent aujourd’hui dans toutes sortes de domaines (et à l’étranger) qu’on on n’aurait jamais imaginé. Ils ont aussi des écoles de formation.
    Donc ne perdons pas espoir et croyons en toutes formes d’intelligence et favorisons leur ascension.( encouragement par nos gouvernants) .
    Parfois de petites mains éclosent……………… ou des petites boutiques deviennent (assez grandes) !!!! Certains se souviennent d’édouard.

    • adnstep says:

      De beaux exemples, quand on fait du seul diplôme l’alpha et l’oméga de la réussite, dans notre pays.

  36. Bonjour

    Il ne manquait plus que ça

    ————–
    Peut-être fake news

    « Coronavirus : tous les masques, même chirurgicaux, seraient inefficaces »

    Alors que plusieurs villes françaises veulent imposer à leurs habitants de porter un masque lors de leurs sorties pour limiter la propagation de Covid-19, une nouvelle étude vient encore semer le doute sur sa véritable utilité.
    Des chercheurs sud-coréens ont mené des tests avec différents types de masques (masque en coton et masque chirurgical classique – on ne parle pas ici des masques N95 avec très haut niveau de filtration) et demandé à quatre patients de tousser sans et avec le masque. La charge virale a ensuite été mesurée à l’intérieur et à l’extérieur du masque. Résultat : «Ni les masques chirurgicaux ni les masques en coton ne filtrent efficacement le SRAS-CoV-2 lors de la toux des patients infectés», rapportent les auteurs.
    Le problème réside dans la taille des particules capables de transporter le coronavirus SARS-CoV-2. Celles du SARS-CoV de l’épidémie de 2003 ont été estimées entre 0,08 et 0,14 μm. Or, de précédentes études ont montré que les particules de 0,04 à 0,2 µm peuvent pénétrer les masques chirurgicaux. L’expérience ne reflète cependant pas la capacité des masques à limiter la transmission du virus. «Il est possible qu’ils limitent quand même la distance de dissémination des gouttelettes», notent les auteurs. Si les masques ont bien une action antiprojection, ils protègent mal le porteur sain des microparticules aéroportées émises par une personne malade car celles-ci sont trop fines, rappellent d’ailleurs la plupart des infectiologues.

    • adnstep says:

      « on ne parle pas ici des masques N95 avec très haut niveau de filtration) »

      Je suis très content de disposer d’un masque N95 pour bricoler ! Il m’a tout de même coûté 11,95€ sur Amazon.

      Sinon, étude qui vient à point nommer alors que le gvt commençait à être débordé sur sa droite par tous ces maires qui voulaient rendre le masque obligatoire, comme dans certains pays asiatiques. Toujours pas suffisamment de stocks ?

      Il faut convaincre la population que le masque ne sert à rien, car « Il y a un risque de pénurie mondiale de masques. Aujourd’hui, les personnes les plus à risques sont les soignants qui sont en première ligne. Il sont exposés au virus à chaque seconde », estime Mike Ryan (OMS). « Nous priorisons l’utilisation des masques pour ceux qui en ont le plus besoin : les soignants », rappelle Maria Van Kerkhove, une des responsables de la réponse de l’OMS au Covid-19.

    • Le Mecreant says:

      «Il est possible qu’ils limitent quand même la distance de dissémination des gouttelettes»,

      En tout état de cause, ce n’est pas possible mais certain, (c’est de la mécanique basique)
      Et le masque c’est mieux que rien et sans risque, ni complication post-prendiale.

  37. adnstep says:

    Le tribunal administratif vient donc de retoquer l’arrêté du maire de Sceaux, suivant en cela l’avis de Castaner.

    La raison invoquée par Castaner : rupture de l’égalité territoriale. Certains maires ont les moyens de fournir des masques à leur population et d’autres non. Et ça, en France égalitariste, c’est pas bien.

  38. Bien dans la logique socialiste collectiviste dont est issu 90% de LREM tout le monde ne peut pas être soigné donc tout le monde sera malade ou pour revenir dans l’esprit de ce blog tout le monde ne peut pas être riche donc tout le monde sera pauvre .

    • C’est pas une doctrine , c’est un fait.
      Il n’y a pas de vaccin et pas de traitement.
      Donc oui potentiellement tout le monde sera malade, c’est une question de temps.

      18 ans après le sars cov premier du nom il n’existe toujours pas de traitement …

      Pour ce qui est de la richesse … Un coiffeur en France est bien plus riche que dans la plupart des pays du monde, donc presque tous les français sont riches.

      Que vous soyez contre un groupe politique vous regarde mais vos arguments ne tiennent pas la route.

      Castaner n’allait pas dire que les français sont en réalité incapable d’utiliser des masques correctement, et c’est pourtant vrai.

      Au cabinet on constate leur incapacité à fermer une porte en plein hiver c’est dire le niveau.

      • Tout le monde sera malade, c’est vrai ( tant qu’on aura pas de vaccin). le problème est que les chercheurs ne savent pas ensuite si l’immunité va durer quelques semaines, ou quelques mois, ou plus.. Du coup, on est pas sorti de l’auberge.

      • C’est normal fermer une porte est très dangereux , paraît-il que Pasteur ne touchait jamais une poignée de porte …
        Quant au port du masque je n’ai jamais dit que c’était la solution miracle cela s’inscrit dans l’ensemble des mesures barrières . L’argument de dire qu’on ne peut pas le généraliser car il y a trop de cons vous classe dans cette catégorie de sachants qui nous font la leçon depuis des années avec le résultat que l’on connaît .
        Lire la presse étrangère permet de sortir de notre endoctrinement national , la presse anglaise qui est bien plus percutante que la notre puisqu’elle n’a pas les subventions de la notre et doit trouver des lecteurs a publié un schéma de modélisation de diffusion de postillons d’une personne qui tousse dans un rayon de supermarché et on voit que cette diffusion est très large et potentiellement contagieuse si la personne est malade d’où l’intérêt du port du masque .
        Ce schéma devrait être aussi diffusé chez nous, pour les cons un bon schéma vaut mieux qu’un long discours

      • Heureusement, Castaner ne contrôle pas tout, et des filières existent pour importer des masques en France sans que les préfets, bras armé de l’état dans les régions, ne s’en emparent…

  39. Un masque n’a aucune utilité s’il n’est pas utilisé correctement.

    Depuis un mois, en ville, j’ai vu seulement deux personnes (des infirmières) porter un masque sans se contaminer tout seul comme des abrutis.
    Sur des centaines de passants…

    Vu qu’un tiers (!) des français ne se lavent pas les mains après avoir été aux toilettes, vous pensez vraiment que la généralisation des masques sera efficace ?

    Je vois tous les jours des gens avec des masques autour du cou, qu’ils touchent avec les mains, rangent dans leur poches etc… Bref ils contaminent le masque et se contaminent tout seuls tout en étant persuadés d’être protégés.
    C’est très très grave comme comportement.

    Masque, plaquenil même combat, les français veulent juste une solution miracle pour éviter d’affronter la réalité.
    Sans traitement ni vaccin, ceux qui doivent mourrir mourront, personne ne peut changer ça.

    Les vrais cyniques c’est les maires qui en profitent pour gagner des votes futur et assurer leurs revenus

    • Vous aurez l’air malin, dans quinze jours, quand le gouvernement va nous demander de mettre des masques pour se préparer au deconfinement !

  40. Le port du masque, même mal porté, démontre une prise de conscience d’un risque . Demain, et pendant certainement plusieurs mois, il y aura de la part des  »masqués » une réticence à interférer avec des personnes non masquées. Il est probable que  »le masqué » soit ressenti comme plus  »sain » , plus attentif à se laver les mains, à ce qu’il touche, à éviter les attroupements non indispensables, etc… Même les  »immunisés – supposés non contagieux » devront le porter pour se faire  »accepter  » des  »masqués vigilants », car l’immunisation ne se voit pas dans les premiers contacts et qu’il faudra du temps pour apprécier la pérennité, sans vaccin, de l’immunisation acquise… Par contre le rendre obligatoire par le maire dans la rue relève de la tentation totalitaire et dénote (au mieux…) un manque de subtilité … Mais le rendre obligatoire dans les transports publics, les magasins, et les lieux de travail à plusieurs, parait de bon sens…

    • Il y a tout de même un avantage à ne pas porter de masque : les gens ne vous collent plus dans les magasins ou ailleurs, et ça, c’est bien.

  41. Le port du masque est indispensable pour les malades afin de ne pas contaminer les autres ,la tradition asiatique longtemps moquée chez nous est surtout pour protéger les autres par respect de l’autre alors que chez nous on porte un masque pour se protéger .
    Pour les non malades en effet l’utilité du masque participe aussi d’une prise de conscience qu’il faille respecter un ENSEMBLE de mesures d’hygind élémentaires qu’ il est bon de rappeler à cette occasion au vu d’une étude très mauvaise sur notre hygiène sortie peu avant le début de cette crise .

    • J’ai noté une tendance genre  »coïncidence statistique  », entre la répartition de l’âge et du sexe dans la population des personnes décédées du coronavirus et une étude du début de l’année 2020 reprenant ces mêmes paramètres vis à vis de la toilette quotidienne…
      « In soap I trust ».

  42. Faire évoluer les consignes sanitaire est une nécessité, depuis plusieurs décennies.

    On va commencer par se laver les mains après les toilettes … Et arrêter de manger avec les doigts aussi.
    Par la suite on pourra envisager des trucs plus compliqué, se laver correctement les dents, s’habiller en fonction de la météo, s’alimenter correctement, arrêter de s’empoisonner (tabac + alcool = 1 000 000 de morts en France depuis le début du siècle, tous ces morts dont évitables) etc …
    Le port d’un masque quand on est malade ce n’est pas a la porté de la population française, c’est une triste réalité mais il faut faire avec.
    Et c’est un peu tard pour faire changer les comportements, il suffit de regarder par la fenêtre.

    Les français viennent de réaliser qu’ils sont crados et ne savent pas s’alimenter.

    Avant le début du confinement une de mes amies enseignante ma dit qu’elle a eu des reproches de la part des parents d’élèves, de ne pas organiser de cours de lavage de main … Au collège !
    (Ça fait parti de l’enseignement des trois années de maternelle et de l’école primaire)

    @ppc les sachants communiquent depuis un demi siècle pour l’hygiène physique, alimentaire, psychique, l’éducation basé sur les découvertes des années quatre vingt etc … vous voyez les petits posters de prévention, les millions de conseils jamais suivit ?
    L’instruction tout au long de la vie.
    Personne ne devient sachant et le reste toute sa vie, il faut en permanence évoluer pour continuer à savoir.
    Un médecin qui prenait sa retraite au début du siècle avait commencé ses études avec un porte plume et sans connaître les antibiotiques et pourtant ils ont travaillé avec des ordis et des IRM .

    Nous en sommes là justement parceque personne n’écoute jamais ces discours.
    La population préfère les solutions toutes faites, simplistes, populistes, sans effort, sans se remette en question.

    Sans jamais prendre en compte le risque

    •  » les sachants communiquent depuis un demi siècle pour l’hygiène physique, alimentaire, psychique, l’éducation basé sur les découvertes des années quatre vingt etc … vous voyez les petits posters de prévention, les millions de conseils jamais suivit ? »

      Il faut croire que les « sachants » ne savent pas communiquer. Et il faudrait peut-être commencer à arrêter de penser que la propagande du style mangibougisme est efficace. A part remplir les caisses des boîtes de com…

      Il faut penser aussi que les injonctions contradictoires sont un tantinet déstabilisantes : https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=doit-on-se-laver-tous-les-jours

    • Je l’attendais celle-ci ,si on met en cause les sachants on se fait traiter de populiste!

    • François says:

      Les dernières études (chinoises) semblent indiquer que les fumeurs seraient mieux protégés. Donc pour l’hygiène collective !!!!
      On attend l’étude italienne ou française sur l’alcool (LOL) ?

  43. Asseyez-vous dans un restaurant , après vous êtes lavés les mains…, même cher et comptez combien de gens vont se laver les mains avant de déjeuner ,quasiment personne .

  44. Bonjour

    « Je vois tous les jours des gens avec des masques autour du cou, qu’ils touchent avec les mains, rangent dans leur poches etc… Bref ils contaminent le masque et se contaminent tout seuls tout en étant persuadés d’être protégés.
    C’est très très grave comme comportement. »

    Effectivement dans ce cas le remède préconisé est pire que rien du tout.

    Mais l’éducation ça peu exister et la cacophonie que l’on voit aujourd’hui à propos de ce masque n’arrange pas les choses.
    Globalement le maximum est fait , mais à propos du masque 75% des français ne sont pas des idiots et pensent que l’exécutif n’est pas très clair à ce propos.

    Personnellement je suis un peu perdu efficace ? pas efficace? dangereux?

    Avec bon sens Bien utilisé ce masque semblerait faire parti des éléments de lutte.

    Dans les médias on parle on parle mais pourquoi ne ferions répétitivement, comme on le fait dans les avions un petite « démonstration »—>  » comment utiliser son masque » . Et ce en quelques secondes mais régulièrement après les principaux journaux par exemple.

    Bon maintenant il faut savoir et ne pas laisser les gens dans le questionnement? Mais si on continue comme ça il est certain qu’on ne va pas y arriver.

  45. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Hier, Macron est allé adouber Raoult à Marseille.

    L’étude de Raoult publiée à cette occasion sur plus de 1000 cas avérés, montre 0,5% de décès. soit nettement moins que le consensus jusqu’ici (entre 1 et 3%) et uniquement des personnes entre 74 et 95 ans, donc pas de jeunes.

    Qu’en sortira t il puisque nous n’avons pas plus d’hydroxychloroquine en France, que de masques ou de tests ?

    • Macron a senti monter l’effet Gillet jaunes. Déjà que lrem ne se porte pas bien dans le sud-est, il ne fallait pas que la contamination se répande. S’afficher avec Raoult permet de contrebalancer les discours parisiannistes des plateaux télé. L’objectif n’est que politique. La méthode est connue : « en même temps ».

      Un autre élément : il commençait à se dire dans une partie de sa propre majorité que Philippe faisait plus homme d’État que lui. D’où la multiplication des visites, et sans doute le « discours du 13 avril » dans lequel il va nous répéter 10 fois : « nous sommes en guerre ».

      « Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n’est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire. Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! […]

      Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances n’empêchent pas qu’il y a dans l’univers tous les moyens nécessaires pour écraser un jour notre ennemi. […]

      Quoi qu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas. Demain comme aujourd’hui, je parlerai à la télé de Paris. »

    • Que peut il en sortir au delà du problème quantitatif industriel que vous soulevez (qui, s’il est avéré n’est que du temps ) ?Je suppose que vous faites allusion à un article lisible sous internet ce matin, (signé H. Garnier); Le détail de la population testée (déclarée positive) n’est pas développé, mais je note que l’age médian 43,8 ans et le ration d’hommes, 46% est proche des valeurs de la population française dans sa globalité, mais différente de celles de la population détectée positive (infection confirmée) âge médian 57 ans dont 56% hommes -site STATISTA … La comparaison statistique sur l’évolution des cas graves est donc à manipuler avec recul… Par contre, la conclusion Du P. Raoult est sur la réduction rapide de la charge virale (peut être encore insuffisante pour certains?…) . Si on admet (je ne sais pas, mais les virologues sont capables de chiffrer cela) ) que la contagiosité augmente avec la charge virale, alors il faudrait traiter en préventif (on est contagieux sans symptôme …) toute une population (tous âges) dès le soupçon de présence de la maladie sur un territoire (Par analogie à la pastille d’iode pour en saturer les thyroïdes des populations proches d’un accident nucléaire? ou du traitement anti-paludéen pour les voyageurs? ) En l’absence de vaccin, est ce médicalement acceptable et praticable et sur quelle durée ?

  46. julien bonnetouche says:

    Si lundi, Macron fait du « en même temps » alors qu’il devrait faire « du De Gaulle » c’est qu’il n’est pas à hauteur

    le pays attend du chef de l’état qu’il organise le dé-confinement le plus vite possible, pas qu’il nous explique que ce sera une guerre de tranchée et que les autres étaient aussi mal préparés que nous ( ce qui est d’ailleurs faux pour certains pays)

    • Badtimes says:

      On va faire comme Guillaume un sondage:
      Pour « de Gaulle »
      Ou
      Pour « en même temps »
      D’après vous avec du recul, quel résultat ?
      J’ai bien peur que malheureusement la deuxième solution l’emporte.
      J’espère me tromper.

  47. J’ai bien aimé le discours de la Reine d’Angleterre, le rappel au passé (elle, elle y était en 45 !) et le souvenir de « we’ll meet again ».

    https://youtu.be/cHcunREYzNY

  48. La question est tranchée : l’IA de Microsoft recommande des stratégies de confinement ferme pour lutter contre les coronavirus.

    On attendra tout de même les avis des IA de Google ou Amazon.

  49. François says:

    La danger n’est pas le même qu’en 1945. Beaucoup plus sournois actuellement car toujours pas totalement délimités.
    Faire du De Gaulle, certes il y a eu 1939-1945, mais en 1947 il démissionnait. Le retour de 1958 est surtout lié à un système politique obsolète (vers lequel beaucoup de tendances poussent avec l’institution de proportionnelles) et l’impossibilité de prise de décision dans un pays en guerre (Indochine, Corée, Algérie). Mais en 1968, il a semblé dépassé, sa position de sauveur était passée. Il n’a géré qu’une phase d’expansion économique, mais n’a pas été confronté aux chocs pétroliers, problèmes de mines, ….
    Les grandes phrases sont une chose, l’application quotidienne une autre.
    L’égocentrisme d’une France toute puissante et totalement autonome n’est plus possible .

  50. julien bonnetouche says:

    Ma comparaison entre Macron et De Gaulle ne visait pas à rapprocher des situations radicalement différentes.

    Contrairement à ce que nous a dit le président, nous ne sommes évidemment pas en guerre.
    le répéter 6 fois frôlait le ridicule.

    Mais ce que l’on attend d’un chef, c’est d’abord la prise de décisions adaptées et proportionnées au danger encouru.

    Or quel est le danger ?

    C’est celui d’un arrêt trop prolongé de l’économie, avec l’incapacité pour bon nombre d’entreprises de redémarrer dans des conditions acceptables voire redémarrer tout court.
    Et je ne parle même pas de tout ce qui concerne les transports aériens….

    ça presse.

    On attend un plan, pas des « on ne sait pas » des  » on apprend tous les jours  » des « on était pas préparés »

    Il faut un planning des reprises sans attendre que l’épidémie soit totalement enrayée, sinon ce sera trop tard, quitte à déclarer qu’il faut accepter des pertes en vies humaines.

  51. julien bonnetouche says:

    PS : La reine d’Angleterre c’est bien, mais elle ne gouverne pas.

  52. François says:

    Au moins le mérite est de dire la vérité. connaissez vous quelqu’un qui sache (à part Trump, LOL) ?
    Même les professeurs et les comités scientifiques nous disent qu’ils ne savent pas.
    Au niveau économique, contrairement à la précédente crise, certes économique, les leçons ont été tirées. Aussi, comme l’Allemagne l’avait fait en 2009, l’état met tout en oeuvre pour préserver les entreprises.
    Vous dites :
    – qu’il faut redémarrer rapidement, quittes à accepter des pertes en vie humaine. Etes vous prêt à prendre personnellement le risque ?
    Moi oui, parce que cela fait partie de mon métier et de mon engagement.
    – que nous ne sommes pas en guerre. Mais quand on parle de risque des pertes de vie humaines, cela signifie une gestion logistique de guerre. Certes elle n’est pas traditionnelle, mais biologique. D’ailleurs les derniers votes institutionnelles donne au gouvernement des pouvoirs très proche de ceux du temps de guerre et les possibilités de réquisitions (médicaments, masques, …) ou d’orientation et d’incitation des capacités de production (respirateur, masques, …) entrent dans le cadre de l’économie de guerre. On peut ajouter les mobilisations logistiques des armées.

    Si je vous rejoins sur la capacité d’en sortir rapidement, avec le bémol de pas à n’importe quelles conditions. Préalablement la dépistage sérologique me semble indispensable. Il pourrait être pratiqué sur le personnel en activité sur le terrain dès que des moyens fiables existeront.

    Le W voire le L sont beaucoup plus risqué que le U.

  53. julien bonnetouche says:

    François,

    Oui je crois qu’il faut accepter de prendre un certain risque afin que les chances de redémarrage de l’économie ne soient pas compromises.

    On voit bien que si l’on attend le mois de juin, juste derrière il y a les vacances, et donc remettre efficacement au travail les entreprises avant sera difficile pour un tas de raisons évidentes.

    Et puis il faudrait que les commerces touristiques puissent fonctionner en été quitte à prendre des mesures d’éloignement des tables dans les restos par exemple..

    En réanimation il y a actuellement 6000 personnes, la moitié vont mourir d’ici un mois, il faudrait absolument éviter qu’un trop grand nombre n’y rentre à nouveau.

    Donc des tests sérologiques le plus vite possible, et en nombre, des masques obligatoires, même bricolés, car pour le commun qui n’est pas soignant, ce serait déjà une barrière correcte, et surtout le traitement de Raoult pour tous les nouveaux cas nécessitant hospitalisation pour réduire le flux en réa.
    si le ciel nous est favorable c’est à dire si il continue à faire chaud cela aidera.

    Si nous faisions cela, avec une organisation progressive de la reprise selon les secteurs, on devrait pouvoir commencer en mai.

    Je dirais il faut le faire, et prévenir les populations que le risque n’est pas fini et qu’il y aura quand même des morts !!

    Et puis on arrête de mettre Salomon tous les soirs à la tété, il est déprimant, ( et je suis gentil )

    • Le Mecreant says:

      « On voit bien que si l’on attend le mois de juin, juste derrière il y a les vacances, et donc remettre efficacement au travail les entreprises avant sera difficile pour un tas de raisons évidentes. »

      A votre avis, combien d’entreprises survivront a 6 mois sans activité ou presque (mars a septembre) ?

  54. François says:

    Pour le tourisme, il sera difficile de faire revenir du monde tant que la pandémie ne sera pas vaincue au niveau mondiale. Le seul ressort sera interne et peut être européen (et on pourra dire merci). Mais comment faire respecter les distances sur les plages, les sites historiques, …..?
    Regardez la Chine qui par peur, justifié à mon sens, de résurgence oblige une « quatorzaine » avant toute entrée (même au pilote d’Air France qui viennent seulement récupérer des masques).
    La France fera de même. Le gouvernement, déjà taxé d’oeuvrer pour les riches, ne peut pas se permettre d’envoyer à l’abattoir la population, sauf, peut être, à confisquer les profits.
    De plus, il sera confronter au droit de retrait et aux gardes d’enfants, sans compter l’absentéisme pour maladie justifiée ou non.
    Hormis le volontariat, déjà en cours, je ne voies pas la solutions, d’autant plus que pour certaines entreprises les mesures gouvernementales et européennes peuvent présenter des effets d’aubaines.

    La seule solution reste les tests sérologiques, quand ils seront fiables, pour permettre d’identifier les immunisés qui pourraient reprendre sans problèmes.
    Les masques sont un faux problèmes à moins de faire reprendre les malades.
    Quand au traitement Raoult, libre à vous d’y croire, mais le généraliser sans contrôle pourrait générer d’autres pathologies pour les urgences (cardiaques, ….).

    Les populations sont prévenues du risque, et plus que vous ne le pensez peut-être bravent le risque. Beaucoup de secteurs redémarrent lentement par internet, mais également en production, en adaptant des mesures d’éloignement et de décontamination. Mais avant de retrouver le fonctionnement nominal, il faut changer certains états d’esprit. En ce domaine, je comparerai au réforme. Tout le monde s’accorde sur la nécessité de réformer, mais il ne faut pas être touché par les mesures. Il est de même pour la reprise, nécessaire, mais pourquoi moi ?

    Le docteur Salomon n’est certes pas réjouissant (de nature je pense) mais gestion de guerre (ou de crise) oblige. Mais, vous ne l’êtes guère plus avec votre pronostique de 50% de décès en réanimation. Je sis bien que c’est le constat statistique, mais j’ose espérer que l’âge moyen semblant rajeunir, les miracles augmentent.

    • Les tests sérologiques, soit, mais personne ne sait combien dure l’immunité, ( de quelques semaines pour certains spécialistes, à quelques mois pour d’autres, quelques uns disent même qu’il y a eu des cas où des malades l’ont été 2 fois).

    • Le Mecreant says:

      50% de décès en réa… je crains que ce ne soit beaucoup plus… hélas. Mais saura t’on les vrais chiffres un jour?

  55. julien bonnetouche says:

    François,

    Si vous avez raison, et il est tout à fait possible que les gouvernements par « prudence » suivent un chemin tel que vous le décrivez, alors nous serons plus ou moins confinés jusqu’en septembre au moins.
    Le redémarrage économique se fera très lentement, et il n’y aura pas de retour à la normale avant le premier trimestre 2021 au mieux.

    Je crois alors que les économies mondiales ne s’en remettront pas, ou plus exactement qu’il faudra plusieurs années pour éponger les dégâts.

    On va bientôt voir ce que les « grands » de ce monde vont décider pour nous.

    Les conséquences au niveau de nos investissements financiers sont considérables :

    Je viens d’écrire dans un autre article récent du blog, que les marchés étaient actuellement en phase de reprise, avec possibilité de remontée jusque vers 5000 sur le CAC.

    Si vous êtes dans le vrai, il va falloir vendre à ce niveau, car notre ami Michel aurait alors raison avec un CAC pouvant redescendre à 2000. et l’OR monter à 100.000 ou 200.000€/Kg

  56. François says:

    J’espère que l’on pourra aller plus vite, mais cela dépend avant tout de la recherche médicale entre la réalisation des tests sérologiques qui permettra de calculer le taux d’immunité et la durée de cette immunité. en espérant que cette dernière soit longue.
    Après la décision politique de prise de risque doit être préalablement concertée.
    En effet, moins nous serons collectivement immunisés, plus la prise de risque sera grande, mais peut-être acceptée car difficilement contournable. Mais pour cela comme le dit l’article joint, il convient d’ouvrir une très large concertation citoyenne, en l’absence de confiance aux politiques et syndicats.
    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200411.OBS27387/tribune-covid-19-une-concertation-democratique-est-desormais-necessaire.html?cm_mmc=Acqui_MNR-_-NO-_-WelcomeMedia-_-edito&from=wm#xtor=EREC-10-%5BWM%5D-20200411

  57. La Vénétie a reussi a juguler l’épidémie, avec relativement peu de morts, et compte bien rouvrir avant que le gouvernement italien en donne l’ordre. En tout cas fera pression en ce sens.

  58. Hypothèse :
    A part les 3 gros clusters, le reste du pays ne connait aucune variation significative de mortalité par rapport à 2019, et même on y meurt moins qu’en 2018, année de forte grippe.

    Dans 15 jours, ces régions pourront être déconfinées

  59. julien bonnetouche says:

    François,

    Nous ne voyons bien avec les études « randomisées » sur le Plaquenil et les antiviraux, ainsi que les médicaments qui sont sensés augmenter les défenses immunitaires, tout cela relève du temps long.
    En tous cas nettement plus long que celui de la « guerre » bactériologique actuelle.

    Le résultat des études commenceront à venir en mai.
    Que diront elles ? peut être que certains de ces médicaments améliorent un peu la situation.
    Mais on n’aura toujours pas de plaquenil pour tous, et les autres médicaments sont encore bien plus difficiles à produire.

    En juin nous commencerons seulement à avoir des masques, surement pas encore pour tous.
    Le début des tests sérologiques c’est peut être pour mai. (mi mai, fin mai ?) mais pas suffisamment pour tester la plus grande partie de la population comme ce doit être si l’on veut que ce soit utile.
    Quant au « traking » il faut aussi des masques et des tests pour le rendre efficient.

    Par conséquent si l’on veut réellement attendre d’y voir un peu plus clair, ce sera pour septembre au mieux..

    C’est ce que disent tous les médecins invités sur les plateaux virtuels de télévisions.

    Tous disent :  » le confinement le plus total possible » en attendant que les urgences se désengorgent,et que les études arrivent.

    Ils sont médecins, et de leur point de vue, celui de la santé des malades ils sont raison.

    Mais ils ne sont ni économistes, ni décideurs politiques.
    Remarquez bien, nous non plus.

    Mais on peut quand même se poser la question suivante :

    Qu’est ce qui sera plus dommageable à l’humanité ?

    Un désastre économique mondial, avec un appauvrissement général à commencer par les plus précaires, dont 1 milliard dans le monde sont déjà sous alimentés.

    Ou quelques dizaines/centaines de milliers de morts de plus dans cette pandémie.

    je crois que cette notion de désastre économique potentiel n’est pas encore abordée dans les médias, tellement nous sommes le nez dans les commentaires des médecins.

    Et d’ailleurs c’est l’inconnu.

    Mais si l’on peut penser que 2 mois d’arrêt avec – 6% de croissance peut se rattraper qu’en serait il de -15% ou -20% -30% avec les entreprises redémarrant difficilement, les avionneurs et compagnies aériennes en faillite, les transports mondiaux réduits à rien ou presque, avec un endettement véritablement colossal cette fois, mettant en péril le système financier du monde par abandon de la confiance qu’on lui apporte, avec sa conséquence connue : une inflation phénoménale et un bank run général. ?

    Vous savez, ce confinement, me fait penser à cette période de 1939 qu’on appelle la « drôle de guerre »
    Nous sommes chez nous, finalement pas si mal, ceux qui travaillent en télétravail le font à leur rythme, les autres sont payé à ne rien faire, les plus fortunés sont à l’île de Ré ou dans leur maison de campagne.

    Le réveil pourrait être hyper douloureux si demain tout ce qui a de la valeur aux yeux des européens et des américains, leur maison (plus d’acheteurs), leurs économies, leurs assurances vies….., tout ça ne vaut plus rien.
    Et peut être un chômage de masse aussi parce que les entreprises auront fermé leurs portes.

    Qui a la réponse ? qui veut prendre le risque ?

    • Le Mecreant says:

      « leur maison (plus d’acheteurs),  »

      M’est avis que c’est surtout l’appart de 45m² a 1M€ qui ne trouvera plus preneur. Parce que la maison pas trop mal placée en campagne avec un grand jardin, ça je crois que ça pourrait trouver preneur facilement après 1 mois (au moins) de détention dans le précédent…
      Je pense que le pavillon de banlieue ne vas pas se casser la figure tout de suite… (enfin si les banquiers prètent)

  60. Les chiffres sont faux de toute façon,j’ai trouvé un peu curieux aussi la façon dont Salomon s’est astreint à donner les décès dans les EHPAD on aurait dit que ça le gênait ,les décès à domicile ne sont pas comptabilisés et il n’y a pas de tests post mortem systématiques contrairement à l’Italie par exemple.

  61. François says:

    Julien,

    Votre analyse est très juste, c’est pour cela que le gouvernement pousse à travailler tout en se confinant.
    Au niveau de l’humanité, malheureusement, cela ne change pas grand chose dans les pays en voie de développement. Compte tenu de la promiscuité locale, le confinement à peu de sens.

    Pour les pays développé, il en a davantage, même si la question peut se poser pour certaines cités. Dans ces contrées, l’état providence est là, même les sans abris sont mieux logé qu’en plein hivers, avec nourriture assurée.
    Pour ceux qui ont un travail, ils touchent 84% de leur salaire sans débourser de frais (transport, ….) et des syndicats ne cessent d’appeler à la grève pour mise en danger de la vie.

    L’équation n’est pas simple. Toutefois on assiste quand même à une reprise progressive très lente. Mais rien ne pourra revenir à la normale tant que l’éducation Nationale ne reprendra pas, garde d’enfant(s) oblige.

    Le seul moyen semble donc de couper l’assistanat économique et mettre en place le plan de relance. Vous croyez que le risque sera pris, sans un certain garde fou du corps médical, d’où les tests ou au minimum le désengorgement des urgences pour accueillir la possible deuxième vague ?
    D’après les chiffres d’hier, il semblerait que le nombre de personnes en réa baisse. Donc cela pourrait donner une reprise début mai.
    Une présence rapide de tests sérologiques ne pourra qu’accélérer la processus.

    En revanche, pour le tourisme, je pense que la saison sera difficile, voire pire.

  62. Quand l’Allemagne va-t-elle déconfiner ?
    Il serait économiquement désastreux de le faire après eux.

    • Le Mecreant says:

      le principal c’est que ce ne soit pas désastreux humainement, parce que 6 pieds sous terre, on a pas grand chose a faire des résultats de l’économie ou de son portefeuille de valeur.

  63. Question masques, ça commence à arriver.
    Depuis hier, 20 millions de masques sont livrés à Marignane, et à Roissy aujourd’hui et demain par Ceva international, filiale de CMA CGM. Autant par Geodis ces deux derniers jours. 600 millions de masques sont en train d’arriver par bateau, avec du matériel médical moins urgent, et arriveront à Marseille, toujours via CMA CGM.

    Quand les réserves de masques seront suffisantes, et la production en Chine adaptée, on pourra commencer à déconfiner.

    • si les masques arrivent de chine par bateau, faut pas être pressé, le voyage dure 35 à 40 jours. Et 600 millions de masques, c’est pas grand-chose, pour 65 millions de français, de quoi durer 5 jours, à 2 masques/jour/Français. si on attend que les réserves de masques soient suffisantes pour commencer à déconfiner, faudra être patient…

  64. Déconfinement : l’Allemagne s’y prépare et vise le 19 avril

    La population allemande est cloîtrée chez elle depuis le 22 mars – soit cinq jours après la France. Le déconfinement pourrait intervenir le 19 avril, Berlin préparant une série de mesures accompagnatrices.

    Ouest-France avec Reuters.
    Modifié le 06/04/2020 à 15h46

    Le gouvernement allemand a dressé une liste des mesures qu’il va instaurer lorsque le pays entrera dans une phase de déconfinement, une mesure qu’il entend mettre en œuvre dès le 19 avril.

    L’objectif est de maintenir le taux de reproduction du coronavirus, c’est-à-dire le nombre moyen de personnes contaminées par un seul malade, en dessous de 1, soit le seuil en deçà duquel une épidémie recule.

    Steffen Seibert a cependant assuré lors d’une conférence de presse que le gouvernement n’était pas en mesure de donner la moindre de date de sortie de confinement en vigueur en Allemagne depuis le 22 mars.

    Commerces et écoles pourraient rouvrir
    Selon un document officiel, que l’agence de presse Reuters a pu consulter et qui considère que la pandémie ne prendra pas fin avant 2021, l’Allemagne prévoit un retour progressif à la normalité et la mise en œuvre de dispositifs permettant de suivre à la trace 80 % des contacts d’une personne contaminée 24 heures avant le diagnostic.

    Les personnes contaminées et celles avec lesquelles elles ont été en contact seront alors placées en quarantaine, chez elles ou dans des hôtels.

    En contrepartie, les commerces pourront rouvrir, de même que les écoles dans certaines régions, même si les règles de distanciation sociale seront maintenues.

    Le gouvernement entend par ailleurs alléger les contrôles aux frontières, mais continuera d’interdire les grands rassemblements et les fêtes privées.

    En outre, dès que suffisamment de masques seront disponibles, leur usage sera obligatoire dans les trains, dans les bus ainsi que dans les usines et dans les bâtiments publics.
    __—————

  65. François says:

    Les Allemands étant plus disciplinés que nous, pas de surprises.

  66. chrysalide says:

    a lire tous ces messages, personnes n’est d’accord et les chiffres c’est du n’importe quoi.
    on ne saura jamais la vérité car les français ne veulent pas les entendre, ce qu’ils voient c’est comment ils vont payer les charges FIXES si il n’y a pas de CA.
    c’est tout simple, pour faire le minimum il faut au moins un minimum de CLIENTS quelques soit le niveau du bas au haut, du petit ouvrier, petit patron, artisan, pme, multinationale, rien ne tournera si il n’y a pas de clients…
    les échanges avec les autres pays producteurs de matières premières ou main d’œuvre, qui les transportera, qui les touchera, qui les travaillera??????
    on pourrait être déconfinés, çà nous donnera pas aussi vite la confiance aux autres qui viendraient de l’exterieur de l’hexagone,
    quant aux autres si c’est vous qui allez chez eux, auront il confiance en vous???

    c’est tout le systême d’echanges humains et marchandises qui va être remis en cause avant de « retrouver » une confiance.
    l’économie on peut tjs la réguler en utilisant les avoirs de chaque pays, tout au moins au début car malheureusement on sera pas tous au même niveau du déconfinement et donc impossible de bouger sur cette planète sans prendre des risques
    quant aux masques ils sont une barrière au moins aux postillons de chacun, et même si c’est pas fiable c’est mieux que rien et c’est la grosse erreur du début on aurait du laisser les couturières en faire pour chaque entourage, famille, amis, voisinage, en deux exemplaires de tissu çà tient chaud, mais c’est efficace, et au moins çà se lave, les masques chirurgicaux, il faut les repasser chaque fois qu’on revient chez soi, 600 millions de masques çà pas beaucoup sachant que rien que dans l’hospitalier et tout ce qui tourne autour de la santé il leur en faut 6 millions PAR JOUR
    alors en donner au commun des français, il y a peu de chance!!
    heureusement il y a bcp de couturières en France!!! et j’en fais partie..;
    quant au dérivé de quinine avec antibio, bien sur que çà marche mais seulement au début des premiers symptômes pas quand les poumons sont pris

    la quinine çà vaut en coût des roubles, peanuts, cacahuètes et donc les labo n’en retireraient aucun bénéfice, et çà ils veulent pas, en afrique le mélange c’est quinine + aspirine, et roule ma poule!!!nous il faut que la boite ait un nom compliqué, une approbation scientifique, un prix exorbitant (au moins) sinon on y croit pas!!!

    quant a accepter les morts (50%) de ceux qui sont en réa, qui sont maintenant triés car à quoi bon faire (essayer) survivre une personne de plus de 80 ans qui si on lui demandait son avis, préfèrerait donner sa place à un plus jeune
    c’est au moins çà que nous apprend cet épisode covid 19, on est plus attentif à l’autre (pour savoir si il semble sain ou malade), on s’entraide, on trouve des idées pour se protéger, on troc de la nourriture, on se nourrit mieux, car on veut soutenir nos petits producteurs.. enfin on essaye, on s’occupe de nos enfants, on se découvre des aptitudes de pédagogie, bref on se trouve pas malheureux… et on est pas dupe, on sortira de cette mer….que au début de l’automne
    bien préparés, pour le covid 20!!!mdr

    vous voulez spéculer??? mais bientôt les prix des actions çà sera quoi le bon prix? pour acheter, vendre ?

    seule la valeur du travail est une bonne base, saine et qui mérite qu’on s’y interesse

    l’Etat lui ce qu’il veut c’est maintenir son train de vie (exorbitant, dispendieux, et inégal)
    donc où trouver l’argent??????????????,
    la petite fourmi est comme un œuf, et on ne tond pas un œuf
    la classe moyenne ?? elle en a marre de se faire raser et donc va chercher à esquiver, ou régresser en petit fourmi
    la classe supérieur, va donner « un peu » mais est susceptible de s’exporter…
    le haut du panier, celui qui n’aura pas trop perdu de plume dans cette histoire, ne verra pas la différence, il vit dans l’hexagone mais paye ses impôts ailleurs
    les fonctionnaires? ils veulent juste se faire petit et trouver leur paye en fin de mois, donc une petite ponction et ils diront rien
    les planqués… ah cela il va falloir les débusquer car ils ont des appuis, malheureusement on les connait, ce sont nos dirigeants ELUS!!! et eux intouchables
    donc que croyait vous qui va payer ce beau monde???? vos actions en banque?, l’épargne? les assurances vie? la TVA? un impôt sté ..??
    ceux qui savent ce qu’il faut faire ne sont pas nés, on avance à l’aveuglette, car on ne sait pas encore comment les autres pays vont faire.. dont la chine en tête, qui reprend un peu, mais qui n’est pas et de loin dans sa vitesse de croisière!!!
    bon dimanche a tous!!

    • Vous avez complètement raison. quoiqu’il arrive, il va y avoir de nombreuses faillites, et tout le monde va perdre de l’argent, les biens immobiliers vont perdre de leur valeur, les assurances vies n’en parlons pas, puisqu’il n’y aura pas de dividentes, ect… Mais faut relativiser, c’est rien par rapport à ce qu’on surmonté nos aieux, avec les guerres, les épidémies, les destructions physiques du pays, on est quand même un peu des mauviettes par rapport à nos anciens, je trouve.. ( certains ne supportent même pas le confinement) On reconstruira, ou bien on changera de mode de vie, épicétou…

  67. chrysalide says:

    bien dis Thierry!!!!!!!!!!!on s’adaptera chacun à sa manière, avec ses moyens.
    je souhaite juste que le gouvernement prenne conscience que çà sera vraiment pas le moment de nous parler « de faire des efforts »… (quand il entend encore des taxes de plus!!)

    nous faire confiance sans nous taxer est ce que ce sera possible?

  68. Il va falloir faire des efforts : pas de vacances au mois d’août. 😁

  69. Coronavirus en Italie : pourquoi la Vénétie lutte mieux que la Lombardie

    En dépistant systématiquement et en isolant les cas sans symptômes, la région de Venise mène une politique qui semble plus efficace que sa voisine.

    A Vo’Euganeo (Vénétie, Italie), bourgade d’où était originaire la première victime italienne du coronavirus, tous les habitants ont subi des tests.

    Par Marc Payet
    Le 24 mars 2020 à 07h26

    La région de Venise a-t-elle trouvé la bonne marche à suivre pour combattre l’épidémie de coronavirus?

    Les deux régions de l’Italie n’ont pas la même approche. En Vénétie, la politique sanitaire consiste à miser sur un dépistage généralisé. Dans la bourgade de Vo’Euganeo, 3 300 habitants, d’où était originaire Adriano Trevisan, un maçon de 78 ans, première victime italienne, décédé le 21 février, il a été décidé de tester de façon obligatoire tous les habitants.

    En Vénétie, des tests d’immunité pour amorcer le déconfinement
    CORRIERE DELLA SERA – MILAN
    Publié le 02/04/2020 – 20:11

    Le président de cette région du nord de la péninsule a annoncé le lancement d’une vaste campagne de tests sérologiques pour la population. L’objectif est de permettre à certaines catégories professionnelles de retourner au travail. Une stratégie commentée par la presse italienne.

    C’est une des régions italiennes qui, le plus tôt, a connu des cas de positivité au coronavirus ; mais aussi une de celles qui a su le mieux endiguer l’épidémie, grâce notamment à la grande quantité de tests de positivité au Covid-19 effectuée. Mais désormais, la Vénétie (la région de Venise) est déjà projetée dans le futur, comme l’explique le quotidien milanais Corriere della Sera.

    “Le président de la Vénétie, Luca Zaia, a annoncé que la région allait effectuer des centaines de milliers de tests sérologiques sur ses citoyens afin de permettre à un certain nombre de personnes de retrouver leur activité”, annonce le journal, qui décrypte cette stratégie…

    Si Lombardie, Emilie-Romagne, Vénétie et Piémont « ne repartent pas à court terme, le pays risque d’éteindre définitivement son moteur », ont prévenu cette semaine des responsables du patronat (Confindustria) dans ces régions. Ils ont exigé « une feuille de route pour une réouverture ordonnée et en toute sécurité du cœur économique du pays ».

    Celle dessinée vendredi par Giuseppe Conte risque de ne pas leur convenir. « Je sais que nous sommes tous impatients de repartir » et « j’espère qu’on pourra le faire après le 3 mai avec prudence et de façon graduelle », a déclaré le responsable, qui n’a pas détaillé cette hypothétique reprise.

    Considérables, les conséquences de cet arrêt prolongé sont difficiles à mesurer exactement. La Confindustria s’attend à un recul de 6 %, à condition toutefois que la machine reparte effectivement en mai.

    « Les dernières prévisions du FMI parlaient d’une baisse du PIB de 7 % en 2020, très proche de celle de l’Allemagne (-6,8 %), les deux chiffres les plus mauvais en Europe. Ces deux pays ont une spécialisation très élevée dans le secteur industriel, et sont donc les plus touchés », a dit vendredi à des journalistes Andrea Boitani, professeur de macroéconomie à l’Université catholique du Sacré-Cœur à Milan.

  70. Toyata Valenciennes rouvre le 21 avril :
    «Nous avons pris la décision de redémarrer notre production en deux équipes de façon progressive à compter du 21 avril, convaincus que les mesures sanitaires mises en place nous permettront de nous remettre en ordre de marche avec nos trois équipes le plus rapidement possible», écrit le président de Toyota Motor Facturing France (Toyota Onnaing près de Valenciennes), Luciano Biondo, dans un courrier adressé aux salariés et mis en ligne par plusieurs syndicats.

  71. Il est probable que l’utilisation des outils statistiques dont l’industrie se sert pour contrôler les productions permettent avec des nombres (très) restreints de tests de se faire une très bonne idée du taux et su stade d’infection d’une population connue, ciblée (à historique géographique établi) et ceci avec le taux de validité de la réponse. Pour assurer « une feuille de route pour une réouverture ordonnée et en toute sécurité du cœur économique du pays » (jolie formule qui ne veut dire toute seule, puisque chacun comprends que tout ne peut repartir comme avant: ( fin des rassemblements, (évenements sportifs, congrès, etc…)), distanciation réclamée par beaucoup et imposée aux autres, mesures barrières imposées et contrôlées..), il faudra définir des grandes lignes faisant sens: comme c’est sans avenir de déconfiner très localement, en étant entouré de territoires confinés, il faut envisager de déconfiner, en simultané, une zone d’intérêt économique faisant sens, l’espace Scheugen parait bien adapté. (A part le tourisme, les déplacements d’humains entre reste du monde et cette zone sont modestes voire facile à remplacer ou à contrôler….)

    • Les Pays-Bas ne sont pas confinés, l’Autriche va déconfiner rapidement, les Lander allemand idem…
      Le confinement peut être très réduit, à seulement les zones réellement touchées. Manque de pot pour la France, pays hypercentralisé, la tête est parmi les régions les plus touchées. Ça ne facilite pas la prise de décisions.

  72. Renault et PSA peaufinent secrètement leurs scénarios de reprise en France. Ils envisagent un redémarrage industriel à partir de la mi-avril. Début mai, tous les sites devraient fonctionner dans l’Hexagone. Mais à petites cadences…

    Bref, l’industrie française n’attend pas les annonces gouvernementales pour redémarrer.

    Le commerce, lui va devoir s’adapter et livrer à domicile.

    Malgré les tentatives d’arrêt des syndicats, les fermetures prononcées des entrepôts Amazon par les direccte ont été retoquées par le gvt. Seule la poste est à l’arrêt, mais recrute des intérimaires pour palier les défections des syndicalistes.

  73. François says:

    Pour aller au travail, en France, j’ai deux conditions depuis le début du « confinement » :
    1- mon entreprise me propose une activité. Sachant que pour nombre le télétravail existe ;
    2- je remplis une autorisation de sortie pour m’y rendre.
    Sur place, nous réduisons le nombre de présent, par bordée et la restauration collective fonctionne avec mesures de distanciation, de lavage et de désinfection obligatoires.
    Pour les repas, la restauration collective n’
    Hormis certains secteurs où l’activité correspond à une forte concentration de personnes, la reprise semble plus être une affaire de volonté personnelle, que d’interdiction.
    Bien entendu, restera l’éducation nationale et les gardes d’enfants.

  74. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Il semble que l’idée selon laquelle le dé-confinement et son corolaire une reprise de l’activité (progressive mais ordonnée et rapide ) progresse dans l’opinion, aussi bien française que dans les autre pays européens.
    Les pays les plus industriels et travailleurs se sentant concernés au premier chef évidemment.

    le problème économique engendré par la pandémie est lui aussi mondial.

    N’importe quel objet, comme les smartphones, les voitures mais jusqu’au crayon à papier comporte des éléments provenant des 4 coins de la planète.
    Il va donc de soi que la reprise de l’activité doit être mondiale elle aussi.

    Or nous avons l’impression que chaque pays crée ses propres règles dans son coin.
    C’est absurde.

    Demain soir nous aurons le discours de Macron.

    Nous verrons si il sera capable de quitter la traditionnelle vision étriquée franco-française axée sur le principe de précaution, le parapluie administratif, et la confiance inaltérable de L’État sur l’endettement à outrance, pour arborer une stature de chef visionnaire et audacieux.

    ( je n’y crois pas hélas)

  75. julien bonnetouche says:

    adnstep,

    ils ont donc des tests sérologiques en Vénétie ?

    • « ils ont donc des tests sérologiques en Vénétie ? »

      Très attendus, les tests de sérologie sont notre passeport pour sortir du confinement.

      C’est l’une des clés pour ouvrir le verrou du déconfinement : les tests de sérologie, qui permettront de dire si quelqu’un a eu le Covid-19 et peut retourner travailler, sont l’un des enjeux internationaux majeurs des semaines à venir.

      Ouest-France avec AFP
      Publié le 02/04/2020 à 18h29

      Cette sérologie, nous l’attendons tous, dans le monde entier, a assuré le ministre français de la Santé, Olivier Véran. Toute la recherche mondiale est focalisée sur ces nouveaux tests, pour les industrialiser le plus vite possible, a-t-il ajouté, en jugeant que cela pourrait prendre de quelques jours à maximum quelques semaines.

      Course effrénée
      Objet d’une course effrénée entre les entreprises de biotechnologie, les tests sérologiques sont en train d’être développés et ne sont pas encore évalués, a souligné l’Organisation mondiale de la santé.

      Basés sur une analyse génétique, les tests actuels, dits RT-PCR, permettent de dire qu’un malade est infecté au moment où on les réalise.

      Plus légers (une prise de sang suffit), les tests de sérologie n’ont pas le même objectif : ils visent à déterminer après coup si un individu a été en contact avec le virus, et s’il est donc a priori immunisé.

      Pour cela, ils détectent les anticorps, c’est-à-dire la réponse qu’a apportée le système immunitaire pour se défendre contre le virus, explique le Dr Andrew Preston, de l’université de Bath (Angleterre).

      Ces anticorps sont de deux types, ajoute-t-il : Les IgM (pour immunoglobulines M), qui sont produites dans un premier temps et peuvent être détectées une semaine environ après l’infection, puis les IgG (immunoglobulines G), produites ensuite.

      Cette analyse a posteriori est d’autant plus importante que de nombreuses personnes ont pu être infectées sans le savoir. Car dans le cas du nouveau coronavirus, il arrive souvent qu’on ne développe que peu voire pas de symptômes, tout en étant contagieux.

      Déjà utilisée pour d’autres maladies, la technique de sérologie (de sérum, partie liquide du plasma sanguin) peut être réalisée de façon automatisée dans n’importe quel laboratoire d’analyses, dès lors que les tests spécifiques au nouveau coronavirus auront été évalués.

      Une fois généralisés, ils pourront être utilisés pour déterminer qui peut sortir du confinement auquel la moitié de l’humanité est aujourd’hui soumise.

      « Comment on sécurise tout le monde ? »
      La question centrale, c’est comment on sécurise tout le monde pour retourner au boulot, dit le Dr François Blanchecotte, président du Syndicat français des biologistes, qui représente les laboratoires d’analyses.

      En Italie, le président de la région Vénétie, Luca Zaia, a ainsi proposé d’accorder aux travailleurs une licence après le test sérologique, pour certifier qu’ils ne sont pas contagieux.

      Et en Allemagne, une sorte de carnet de vaccination pour les personnes immunisées pourrait voir le jour, qui leur permettrait de reprendre leurs activités, a expliqué au journal Der Spiegel Gérard Krause, du Centre de recherche sur les maladies infectieuses Helmholtz.

      Un médecin généraliste me disait hier que si je lui fais un test sérologique et qu’il est prouvé qu’il est immunisé, il ira proposer ses services à l’hôpital voisin dans une unité Covid sans boule au ventre, renchérit le Dr Philippe Hérent, directeur général de Synlab Opale, un groupe de neuf labos dans le nord de la France.

      Après avoir commandé 2 000 tests sérologiques il y a plusieurs semaines, il assure avoir été livré d’une petite partie de la commande par deux fournisseurs, américain et italien, et être en train de les évaluer.

      Il craint toutefois un risque de pénurie : La demande mondiale devient énorme et la production limitée.

      • François says:

        Il semblerait qu’outre la fiabilité des tests sérologiques, dans un premier temps, la pénurie pourrait davantage provenir des réactifs d’analyse.

  76. Comment une mauvaise lecture de Jean Fourastié a conduit à l’erreur de la désindustrialisation

    FIGAROVOX/TRIBUNE –
    Nous avons eu tort de démanteler notre tissu industriel, estime l’économiste Claude Sicard. Celui-ci a été abandonné au profit du tertiaire au motif que celui-ci génère plus d’emplois, mais Fourastié n’a pas encouragé l’émergence d’une société dépourvue d’activité industrielle.

    Par Claude Sicard

    Publié le 08/04/2020 à 15:41, mis à jour le 08/04/2020 à 15:41

    Docteur en économie, Claude Sicard a enseigné à l’Université Paris Dauphine et dans plusieurs écoles de commerce.

    La crise du coronavirus, comme toute crise, fait un effet de loupe. Elle nous montre, soudain, combien nous sommes dépendants de l’étranger: nos médicaments sont originaires, à plus de 90 % de la Chine ou de l’Inde, nous ne fabriquons pas d’appareils respiratoires à poste fixe, comme le font les Allemands et les Suisses, alors que ces appareils sont tout à fait indispensables pour sauver de nombreuses vies, et nous devons recourir à des aéronefs russes pour aller chercher en Chine les masques dont ont absolument besoin pour se protéger tous les soignants dans nos hôpitaux. Cette crise va-t-elle changer notre modèle de développement? Dans l’adresse qu’il a faite à la nation le 16 mars dernier, Emmanuel Macron nous dit: «Déléguer notre alimentation, notre protection, notre capacité à soigner, notre cadre de vie, au fond, à d’autres, est une folie.» Et notre ministre de l’Économie nous rappelle cette réalité: «Il n’y a pas de souveraineté politique sans souveraineté technologique.»

    Notre « secteur secondaire » s’est vu amputé de plus de la moitié de ses effectifs.
    Cette crise a donc fait faire à notre Président un virage à 180 degrés dans sa façon de voir l’organisation du monde. Dans son discours à Angers, le 31 mars, à l’occasion de la visite qu’il a rendue à l’entreprise Kolmi qui fabrique des masques, il nous a avertis: «Le jour d’après ne ressemblera pas au jour d’avant.» Avec la mondialisation, la France, bien plus encore que tous les autres pays développés, a vu fondre son secteur industriel ; il occupait à la fin des trente glorieuses plus de 6,5 millions de personnes et représentait 24 % de notre PIB. On en est, à présent, à 2,7 millions de personnes et notre secteur industriel ne contribue plus à la formation du PIB que pour 10,5 % seulement, alors que sa participation devrait s’élever à une vingtaine de pour cent, comme c’est le cas pour l’Allemagne ou la Suisse. L’ouverture des frontières a mis nos entreprises industrielles en concurrence avec les entreprises étrangères, et un très grand nombre d’entre elles n’ont pas résisté: les charges fiscales et les dispositions du droit du travail de notre pays les ont rendues non compétitives, notamment face aux productions asiatiques, et les pouvoirs publics n’ont pas réagi. Notre «secteur secondaire» s’est donc vu amputé de plus de la moitié de ses effectifs, et, ce, en deux ou trois décennies seulement!

    Il faut en venir, alors, à la responsabilité de nos élites qui se sont fourvoyées en interprétant mal les résultats des travaux de ce fameux économiste français, Jean Fourastié, qui était devenu célèbre avec la publication en 1949 de son ouvrage Le grand espoir du XXe siècle. Il a enseigné à Sciences Po et à l’ENA, et beaucoup de ses élèves se sont trouvés aux commandes, dans notre pays, dans la période du dernier quart du XXe siècle, c’est-à-dire juste après les «Trente glorieuses», locution due, d’ailleurs, à Jean Fourastié, lui-même.

    Une confusion a été faite entre les emplois et les valeurs ajoutées.
    Nos élites ont retenu des enseignements de Fourastié que l’économie des pays est constituée de trois secteurs d’activité: le secteur primaire, l’agriculture, le secteur secondaire, l’industrie, et le secteur tertiaire, les services, et qu’il existe une loi qui veut que dans son évolution toute société passe, inéluctablement, du secteur primaire au secteur secondaire, puis du secteur secondaire au secteur tertiaire, en sorte qu’un pays moderne est une société «post industrielle» où toutes les activités relèvent du secteur tertiaire. Il s’agit, là, d’un schéma simplificateur où une confusion a été faite entre les emplois et les valeurs ajoutées. Et cette confusion est due au fait que Fourastié a adopté, imprudemment, la classification de Colin Clark qui se base, elle, sur la nature de la production, alors que sa classification, avec les mêmes termes, se base sur l’évolution de la productivité.

    Pour Jean Fourastié, une économie s’articule bien en trois secteurs, mais ces secteurs sont caractérisés, chacun, par la façon dont évolue le progrès technique:

    – le secteur primaire, où le progrès technique est moyen: PTM (Progrès Technique Moyen) ;

    – le secteur secondaire, où le progrès technique est élevé: HPT (Haut Progrès Technique) ;

    – le secteur tertiaire, où le progrès technique est faible: PTF ( Progrès Technique Faible)

    Pour Fourastié, le progrès technique domine l’histoire économique des pays.
    Selon lui, le problème de la productivité était fondamental. Il a expliqué, tout au cours de sa carrière, que le progrès technique domine l’histoire économique des pays: il en a conclu que «Le progrès technique modifie inlassablement les bases naturelles et les effets du travail.» Et, en 1949, il a créé le «Comité provisoire de la productivité» pour inciter nos entreprises à tirer parti, du mieux possible, des progrès pouvant être apportés par les technologies modernes.

    Nos dirigeants ont donc cru bon de laisser fondre notre secteur industriel, se réjouissant en somme de voir la France accéder aussi rapidement au rang de nation moderne, une société donc «post industrielle» constituée uniquement de services. Ce fut une erreur fatale, et on ne l’a jamais suffisamment dit. Dans cette vision du monde, on considérait que les pays développés seraient indéfiniment les seuls détenteurs des savoirs, laissant aux pays en voie de développement le soin de produire, d’une façon besogneuse, tous les produits manufacturés dont nous aurions besoin. En somme, nous leur vendrions nos technologies et avec le produit de ces ventes nous leur achèterions leurs productions.

    Malheureusement, les choses ne se sont pas passées ainsi: les Chinois, les Indiens, etc., ont exigé des transferts de technologie de la part de nos grandes entreprises, et, ayant pris le soin d’ envoyer leurs meilleurs étudiants se former dans les plus grandes universités américaines, ils en sont venus à posséder, à leur tour, tous les savoirs modernes, au point que la Chine est le pays qui, aujourd’hui, dépose le plus de brevets dans le monde, bien plus que les États-Unis.

    Jean Louis Harouel, dans son excellent ouvrage Productivité et richesse des nations, paru chez Gallimard en 2005, nous dit: «On confond puissance d’un secteur économique et nombre d’emplois dans ce secteur. Le fait qu’il y ait moins d’emplois dans l’industrie ne veut pas dire que la France se désindustrialise.» La France qui a laissé fondre son tissu industriel est à présent le pays européen le plus désindustrialisé, la Grèce mise à part. Ce que n’ont pas vu pendant très longtemps nos élites c’est que l’industrie, précisément, est le secteur où la productivité progresse le plus rapidement. On peut le voir par exemple avec la robotisation extraordinairement importante qui s’est opérée dans l’industrie automobile, où ce sont des robots qui assemblent les carrosseries, les hommes surveillant simplement leur travail.

    Nos dirigeants, faute d’avoir saisi la portée du message de Jean Fourastié, ont donc laissé filer le secteur de notre économie où le progrès technique est le plus rapide, pour s’axer sur celui où il est le plus faible. Le niveau de richesse de notre pays en a, par conséquent, pâti: nous sommes en Europe, aujourd’hui, en onzième position seulement en matière de PIB/capita, et la Suisse qui est le pays où la production industrielle par habitant est la plus élevée a le PIB/capita le plus important de tous les pays européens ( le Luxembourg mis à part). L’intérêt de l’industrie se voit dans la corrélation que l’on peut établir entre la production industrielle des pays, lorsqu’on la calcule per capita, et le PIB/tête de ces pays. Cette corrélation montre que la production industrielle est la variable explicative clé pour engendrer de la richesse dans les pays.

    Il va donc falloir tenter de réindustrialiser quelque peu notre pays. Cette relocalisation des activités a déjà commencé, d’ailleurs, et entre 2014 et 2018 les pouvoirs publics ont recensé 98 cas. On cite notamment celui de Lucibel, le spécialiste des lampes LED qui a rapatrié en Normandie sa production qui se faisait à Shenzhen, les chaussettes Olympia qui sont revenues dans les Vosges, les chocolats Terry’s qui étaient allés s’expatrier en Pologne, etc.

    Pour réindustrialiser la France, il va falloir nous dégager des réglementations paralysantes de la Commission européenne, et obtenir des autorités de Bruxelles qu’elles veuillent bien consentir, compte tenu de la situation sinistrée dans laquelle se trouve notre pays, que l’on crée des zones franches où les entreprises bénéficieraient de conditions fiscales exceptionnellement avantageuses, et que l’État soit autorisé à soutenir ses entreprises industrielles, voire investir lui-même lorsqu’il n’y a pas d’acteurs.

    Il faut rappeler que la France, outre le fait d’être le pays de l’Union européenne où la production industrielle est la plus faible par rapport au PIB, est aussi, mais cela n’en est que la conséquence, le pays où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés de tous les pays développés. Les autorités de Bruxelles qui réclament avec insistance que nos budgets nationaux cessent d’être déficitaires n’ont pas saisi que nos dépenses publiques sont dues, pour une très large part, à nos dépenses sociales, des dépenses beaucoup plus importantes que partout ailleurs, précisément en raison de l’obligation de pallier les effets d’appauvrissement de la population résultant de la très forte désindustrialisation du pays. La France a un très fort secteur tertiaire, avec un très grand nombre de fonctionnaires, mais il s’agit d’un secteur où, précisément, les progrès de productivité sont les plus faibles. Le secteur des services, d’ailleurs, n’a pas à se relocaliser, car l’extension des sociétés se fait, dans ce cas, d’une façon que les économistes qualifient de «multi-locale», c’est-à-dire par la multiplication d’établissements à l’étranger. Cela se voit dans toutes les activités du tertiaire: restauration collective, location de voitures, cliniques pour les soins de santé, villages de vacances qui se multiplient, comme le fait le Club Med, dans de nombreux pays exotiques, etc.

    Il est désolant que nos « élites » n’aient pas su interpréter le message de Jean Fourastié. […]

  77. François says:

    Il manque le volet formation au message de Fourastié.
    L’arrivée de la gauche au pouvoir s’est traduit par un souci d’égalité de formation en décrétant le bac pour tous en dévalorisant du même coup les diplômes techniques.
    Résultat trois ans de perte sur les travaux manuels, où les jeunes arrivent plus tard, avec des certitudes « académiques » déconnectées de la réalité.
    De plus, l’on assiste à une sorte de rejets des métiers salissants.

    Quand on parle de délocalisation et maintenant de relocalisation. C’est surtout le choix de certaines sociétés pour rester compétitives. Maintenant l’augmentation des coûts du travail et de transports rendant le différentiel moins conséquent, le retour devient rentable, sous réserve de disposer des savoir faire.

  78. Bonjour

    Sur ce blog quelqu’un parlait de « DE GAULLE »

    Bien qu’étant petit Général personne ne connaissait le Brigadier DE GAULLE!

    « Mais les grandes occasions font les grands hommes »

    A voir si ce que je lis s’avérera

    « une stature de chef visionnaire et audacieux. »

  79. François says:

    Pas tout à fait.
    Le colonel De Gaulle avait réussit à arrêter l’avancée des panzers avec son régiment de char et avait repris des points stratégiques jusqu’à l’aviation allemande arrête la contre offensive.
    Il se distinguait par une conception différente de manoeuvre des troupes pour l’époque et se distingue encore lors de la bataille d’Abbeville
    Appelé par le général Weygand au ministère de la Défense, il est chargé des négociations avec l’Angleterre, qu’il rejoint en désertant.
    Bien qu’inscrit à la liste, il n’a jamais été nommé officiellement général.

  80. julien bonnetouche says:

    Il nous manque un chef privilégiant les intérêts de la France et des français, c’est certain.
    Mais cela ne date pas d’aujourd’hui.
    On va dire que ça commence en 1981 voire 1974.

    Les propos de jean Fourastié, reproduits par adnstep ci dessus, (merci) entrent en résonance dans la mémoire de nombreux participants à ce blog, qui depuis longtemps analysent les raisons du déclin économique et industriel de notre pays.

    Une articulation de la pensée de l’auteur est à souligner :

    Je résume avec mes mots :

    Plus la production de richesses est faible, plus les prélèvements obligatoires doivent être élevés, afin de fournir davantage de prestations sociales en compensation.

    Et l’on pourrait ajouter, ce que Fourastié ne pouvait prévoir :

    Plus les prestations sociales sont élevées, plus des populations étrangères démunies on tendance à venir chez nous pour en profiter.
    Ce qui aggrave la situation…

    Alors ? le monde d’après qui ne sera plus le même qu’avant, selon Macron, prendra t il en compte toutes ces données ?

    On aura surement des stocks de masques à ne plus que savoir en faire, mais cela m’étonnerait beaucoup qu’on aille vraiment plus loin.

  81. François says:

    Les intérêts de la France et des français se trouvent dans la conduite d’un certain nombre de réformes, demandés par beaucoup et rejetés aussi sec car touchant des intérêts particuliers.
    Mais on peut aussi s’interroger si l’avenir de la France doit rester nombriliste ou s’ouvrir aux autres pays ?
    Celle des français est peut-être l’égocentrisme, mais alors il y un problème structurel dès lors que le pays n’a pas le même intérêt que sa population.
    La taille de la France dans le monde, tout importante qu’elle soit au niveau diplomatique, l’est-elle, seule, au niveau économique ?

    En revanche, l’immigration ne touche pas que la France, mais tous les pays « développés ». Ces flux ne cesseront que lorsque les pays d’origine seront stables, démocratiques et permettront de vivre localement.

  82. Bonjour

    On en apprend toujours et effectivement on parlait du brigadier DE GAULLE ( en fait c’est vrai il était général de brigade à titre temporaire)

    Bon Bref PETAIN était MARéCHAL lui ( mais est ce sûr !!)

    Bref aujourd’hui on aime bien les titres. Je pense peut importe en ce temps là ce colonel général fût plus utile que le maréchal retraité.

    ———
    De Gaulle était-il général ?
    Publié le 30 mai 2012 par Yves-André Samère
    La culture de nos contemporains n’en finira jamais de me ravir. En matière historique, la récolte des perles entendues à la radio ferait la fortune de n’importe quel joaillier de la Place Vendôme.
    Aujourd’hui, j’ai eu le bonheur de tomber sur une précieuse qui, voulant faire une plaisanterie à propos d’un chef cuisinier, a dit au micro qu’il avait presque autant d’étoiles (au guide Michelin) que le général De Gaulle, lequel, a-t-elle précisé avec une assurance fatale – pour elle –, en avait cinq ! Ouarf !
    De Gaulle n’a jamais porté cinq étoiles sur son képi et ses épaulettes, car il était seulement général de brigade, l’échelon le plus bas par conséquent, et qu’à ce grade, on n’a que deux étoiles. C’est le général d’armée qui a droit aux cinq. Mieux, De Gaulle, au début de la guerre, n’avait été nommé général qu’à titre temporaire. Le décret de nomination précisait qu’il ne porterait ce grade que pour la durée de la guerre. Autrement dit, s’il avait respecté les règles de l’armée, il aurait dû redevenir colonel à la fin, après l’officialisation de la capitulation, le 8 mai 1945.
    Oui, mais, à ce stade, il exerçait les fonctions de chef du gouvernement lui aussi provisoire ! Il n’allait pas se dégrader lui-même. Et puis, les Français s’étaient habitués à entendre parler du « général De Gaulle », et devoir changer leurs habitudes les aurait défrisés un peu…

    _______________________

    Par contre puisqu’on en était il a peu en débat sur les retraites

    Voilà ce qui revient à Pétain

    La retraite par répartition a été instaurée par le régime de Pétain !
    Par DM • janvier 5, 2019 • Aucun commentaire
    En consultant des livres d’histoire, nous sommes tombés sur une surprenante révélation: le fameux régime de retraites par répartition dont on nous parle tant en cette période de grève date en fait de 1941 et donc il a été mis en place par le régime du maréchal Pétain. Pourtant, nous étions certains que ce régime encore en vigueur en 2017 datait de la libération avec les ordonnances sur la Sécurité Sociale de 1945. C’est incroyable comme l’on nous cache encore des choses sur ce régime de répartition, présenté comme un modèle que le monde nous envie. C’est donc Vichy qui a créé le système des retraites par répartition en France. Sans rentrer dans un débat théorique sur quel est le meilleur système: répartition ou capitalisation, il nous semble important d’apporter un éclairage sur ce système par répartition hérité de Vichy.
    Dans le cadre de la Révolution Nationale de 1941, le régime de Vichy avait crée un décret portant sur une pension de retraite par répartition pour les assurés du commerce et de l’industrie et les professions agricoles ainsi que la mise en place du minimum vieillesse.
    C’est René Belin, un ancien dirigeant de la CGT, nommé ministre du Travail sous Vichy qui a mis en place le premier régime par répartition en France. Il s’est inspiré de Bismarck qui avait mis au monde le premier régime par répartition à la fin des années 1870. A partir de 1941 en France “Les cotisations ne donneront plus lieu à un placement, mais seront utilisées au fur et à mesure de leurs rentrées dans les caisses pour le service des pensions” Auparavant, le régime par capitalisation était en vigueur depuis 1930 mais malgré les 7 millions de salariés qui capitalisaient, le régime n’arrivait pas à verser des pensions décentes. Il fallait du temps pour que ce régime de capitalisation produise des effets positifs pour les retraités. En 1941 il fut très facile de supprimer la capitalisation pour passer à la répartition. On a puisé dans les réserves précédemment constituées pour compléter les pensions des retraités au cas où les cotisations seraient insuffisantes.
    Bizarrement, le gouvernement provisoire d’Alger, dirigé par le Général de Gaulle était contre ce régime par répartition hérité de Vichy car il le critiquait en ces termes “Cette innovation qui a été présentée par Vichy comme une amélioration importante n’a été en réalité qu’un expédient”
    Pourtant et ce malgré ces critiques la loi du 22 mai 1946 a institué les régimes de base de tous les assurés sociaux. On a donc préféré pour des raisons évidentes de prendre cette date de naissance du système actuellement en vigueur en France.
    Les livres d’histoire n’en parlent peu ou pas. Héritage honteux ? Surement, dans tous les cas, si vous demandez à des personnes dans la rue ou même à des retraités: qui a instauré notre système de retraite? Les personnes vous répondront certainement : c’est à la Libération, c’est De Gaulle et les communistes. Et bien, non…C’est Vichy et c’est Pétain.

    Publié dans Histoire, Curiosités, Absurdités, Médias, Culture, Télévision, Bobards, Radio

    • Bah, comme la fête des mères 😁

    • Puisqu’on en est à faire l’Inventaire, je vous laisse consulter l’article de Wikipedia sur Alexis Carrel. Pas reluisant, à l’aune de nos critères moraux actuels, mais néanmoins édifiant.

      • Vous remarquerez que la naturopathie fait un retour en force, surtout chez les tenants du changement de société.

  83. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Une lueur d’espoir

    Macron sera t il bon ce soir ?
    Ce serait étonnant, il n’est pas fait pour ce genre de situation.
    Quelle importance finalement !

    Un peu partout le dé-confinement commence faire son chemin dans les esprits. Par étapes, par secteurs, mais il commencera courant mai en Europe. C’est cela l’essentiel.
    Les entreprises recommenceront à tourner progressivement.

    les masques et les tests viendront en leur temps.

    Un énorme paquet de milliers de milliards sera déversé pour accompagner la reprise.

    Donc cela ira mieux un peu partout, sauf chez nous bien sur, puisque les syndicats se mettront immédiatement en grève. Laurent Berger l’a déjà dit, ce n’est pas aux salariés de payer pour le coronavirus !! (c’est qui qui doit payer au fait ?)

  84. Il n’est pas bon depuis le début de cette crise ,cette crise met en évidence criante l’incurie et l’incompétence de notre classe dirigeante , élus et administrations de ce pays censés être des pros de la gestion d’un pays . Ce sont des tocards finis qui d’habitude pour résoudre un problème inventaient une taxe , un nouvel impôt ou lâchaient des avantages aux syndicats , pour la première fois depuis une vraie guerre on leur demande d’assumer leurs responsabilités et il n’y a personne .Et si une voix tente de s’élever on la dénigre ,voire crée une amende spéciale comme pour les pharmacies qui si elles donnent quelques masques à des malades sur prescription médicale sont punies de 6 mois de prison Et
    7 000€ d’amende .

    • A part les affidés du régime, bien peu de gens prêtent encore un quelconque crédit à cette « élite » autoproclamée. On les subit, et on en prend notre parti, c’est tout.

  85. François says:

    La critique est facile.
    Citez moi un pays dans le monde où la classe dirigeante a été compétente ?
    A priori la Corée de Nord 1 cas parait-il, aucun mort ! Serait-ce votre exemple, j’ai des doutes.
    En dehors, je n’en voit aucun.
    https://www.la-croix.com/France/Politique/Coronavirus-logiques-comptables-mene-cette-situation-selon-Xavier-Bertrand-2020-04-12-1301089106
    https://www.la-croix.com/Economie/Si-veut-vaincre-coronavirus-faut-vaincre-partout-2020-04-12-1201089117?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=welcome_media&utm_content=2020-04-13
    Mail il ne me semble pas que la CFDT appelle à la grève. Pour la CGT, le prévis couvre tous le mois d’avril, pour les fonctionnaires, donc pas d’inquiétude !
    http://www.leparisien.fr/economie/laurent-berger-repond-au-travailler-plus-du-medef-indigne-12-04-2020-8298558.php

  86. Si la critique est facile la caricature , en évoquant la Corée du Nord ,est ridicule . Par contre il est intéressant de regarder celle du sud et sans aller si loin il suffit de voir l’Allemagne souvent moquée par nos spécialistes de tout bord de la gestion d’un pays pour sa discipline et ses excédents budgétaires « anormaux » .
    Pour un virus dont on nous a expliqué qu’il ne connaissait pas les frontières il faudra comprendre pourquoi à Mulhouse Et dans tout l’Est français cela a été une catastrophe alors que de l’autre côté du Rhin il n’a pas eu la même contagiosité.
    Donc oui je critique élus et ponctionnaires sensés dirigés un pays sur lequel ils prélèvent 56% de PIB pour ce résultat , que je finance indirectement et directement et dont des membres sans équivalent ni en titre ni en salaires comme Toubon,Jouanno, Saal and co ….continuent de toucher des sommes exorbitantes meme actuellement sans rien apporter au pays en temps normal et encore moins actuellement .

  87. chrysalide says:

    Entièrement d’accord avec vous, nos gouvernants, sont bien « ponctionnant » ils ne gèrent rien du tout, Cela se paiera un jour ou l’autre, mais je me demande ce qu’aurait fait la lepen, sarko et hollande???
    pas mieux parce ce ne sont pas eux qui prennent les décisions, mais ceux qui les influencent, et qu’on connait moins…les petites voix sans scrupule. elles sont nombreuses, s’en mettent plein les fouilles, et laisse le merdier aux autres, tous les 5 ans on fait rebelotte, car les petites voix fonctionnaires non élues en arrière plan sont inamovibles et personne ne les dénonce car amis d’amis « haut placés » tous sortis de l’ena et autres grandes écoles, çà s’appelle « renvoi d’ascenseur »
    tant que ce système sera en place on pourra pas faire de réforme et rien ne changera

  88. Nous sommes bien d’accord , c’est pour cela que j’ai dit de tout bords, Et la situation sanitaire actuelle qui éclate au grand est la même dans tous les autres secteurs Et ce malgré des prélèvements et des budgets sans cesse en hausse depuis 40 ans , d’où le fait que bien que nos dirigeants se vantent que nous soyons la 5ieme puissance mondiale ramené au PIB nous sommes …40ieme .
    L’Allemagne a le même ratio de dépenses de santé que nous , 11% du PIB à peu de choses près, mais plus de 1100 milliards de PIB de plus ,soit 110 milliards de plus rien que dans la santé .
    Cette haute ponction publique inamovible qui se cache derrière les élus doit rendre des comptes mais elle contrôle tout avec l’accord de ces meme élus eux mêmes y faisant des allers retours en fonction de leurs besoins et notamment en cas de défaite électorale.

  89. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Macron hier, a été à la hauteur de ce que j’espérais : Compatissant, théâtral à souhait, et bien sur beaucoup trop long.
    On voit qu’il aime faire des discours.
    Pour dire que l’on reprendrait le 11 mai, 5 minutes suffisaient.

    Une chose tout de même : il nous refait le même coup avec les tests qu’avec les masques :
    On ne testera pas tout le monde car ce n’est pas nécessaire (comprendre il n’y aura pas de tests pour tous, alors que nous, nous savons qu’il est essentiel de savoir qui est porteur ou pas, qui est immunisé ou pas)

    Mes amis, je lis vos propos ci dessus, et je partage votre sentiment sur la médiocrité de notre personnel politique depuis des générations.

    Mais Montesquieu, et Toqueville l’ont déjà dit bien avant : les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent.

    Les français veulent tout avoir et rien payer. Il obtiennent donc le contraire : ils n’ont rien et payent beaucoup, parce qu’ils élisent des dirigeants qui leur promettent ce qu’ils ont envie d’entendre, et qui bien évidemment ne peuvent leur donner.

    Et c’est pour cela qu’à Mulhouse c’est l’hécatombe et que juste de l’autre côté du Rhin ils s’en sortent beaucoup mieux !!

    Certains disent qu’après la crise rien ne sera plus comme avant.
    Souhaitons que nos concitoyens comprennent qu’ils doivent d’abord améliorer leur réflexion politique.

    Vœux pieux, évidemment, puisque ce sont des « veaux »

  90. Vous remarquerez que pour se procurer des masques, les initiatives privées (relance des chaînes, machines 3d, couture, en gros fabrication locale d’initiative privée), communauté chinoise qui se mobilise, là encore initiative privée en collaboration avec le personnel public local et les instances publiques locales qui tractionnent avec la collaboration de groupes privés, ça fonctionne mieux que le système jacobin étatique français (j’allais ajouter millénaire !) que tout le monde subit, y compris dans les administrations.

    _—–_——-

    « Macron hier, a été à la hauteur de ce que j’espérais : Compatissant, théâtral à souhait, et bien sur beaucoup trop long. »

    Éducation jésuite et cours de théâtre avec maman. Le mélange est indigeste : un histrion récitant la messe.

  91. chrysalide says:

    les français ont tjs été des moutons, on leur a dossé de droit de vote en pensant qu’ils sont décisionnaires, malheureusement les dés sont pipés d’avance, ceux qui se présentent (et ont le charisme) sortent de la même école de « formatés politiquement correcte »
    on est subjugués par leur voix ou ce qu’on a envie d’entendre, voire leur look!!!
    personne n’aimerait voter..; si le candidat disait: je ferais des réformes qui ne vont pas plaire à certains!!!
    de plus la place est lucrative…il y a qu’à voir le nombre de candidats!!! et remarquez qu’ils ont tous déjà les moyens financiers, mais en veulent toujours plus!!!
    si vous les prenez tous un par un à la loupe et vous verrez que leur patrimoine n’est pas smicard, cela veut il dire que l’on vote pour des gens déjà riche donc « désintéressé »?? qu’ils parlent vrai?? qu’ils vont faire ce qu’ils disent?? ne voyez vous pas à chaque élection que nous n’y croyons plus, nous n’avons plus envie de voter car le résultat est tjs identique quelque soit le bord politique, l’âge, et bientôt le sexe, une femme à la tête de la France?? on a pas essayé… mais laquelle pourrait avoir la main de fer dans un gant de velours!!!! car face à toutes les « mauvaises petites voix dans son oreille » elle fera comme les autres!! malheureusement.

    • Oui, les français n’ont pas encore compris que pour les 18 mois qui viennent ( le temps pour avoir un vaccin), l’économie MONDIALE, c’est foutu. Certains veulent pourtant le déconfinement, alors que le japon vient tout juste de commencer son confinement total ( depuis le 7 avril), avec 100 morts. Nous, on parle de déconfinement avec presque 16 000morts, et 700 morts/jour, alors que au début du confinement, le 16 mars, on avait que 175 morts au total . Au point de vue économique, tout va changer, mais la plupart refusent ce changement, ils ont peur. L’espagne n’avait que 133 morts au total le 14 mars, date de leur confinement, et maintenant , ils parlent de déconfiner avec 18 000 morts, et 500 morts/jour, ils sont complètement cinglés, et ils vont le payer trés trés cher. Il faut bien se mettre dans la t^te, que pour plus d’un an, l’économie, ce n’est plus la peine d’en parler. Après, on verra, on s’adaptera.

      • Grippe de HK, 25 000 morts en décembre 69 en France.
        A-t-on arrêté le pays pour ça ?
        La plus grande erreur a été de tout arrêter. Car, maintenant, comment convaincre des gens a qui on a insufflé la peur de reprendre leur activité ?

        Sur certains chantiers, le redémarrage est effectif, j’en ai justement un sous les yeux. S’agissant de la déconstruction d’un bâtiment amianté, chaque ouvrier est dans sa machine et s’abrite derrière un masque et une combinaison antipoussières. Mais remettre les syndicalistes SNU et compagnie au boulot, soit il va falloir lacher le pognon, soit il va falloir changer une ou deux lois. Gageons que c’est la première voie qui sera choisie.

        • « Grippe de HK, 25 000 morts en décembre 69 en France.
          A-t-on arrêté le pays pour ça ? » Mais 25 000 morts au total pour une grippe, ce n’est rien, comparé à ce qui nous attend. Puisque en confinant, on est déjà à 16 000 morts ( sans compter les morts à domicile), et que ce n’est pas près de finir. Combien aurait-on eu de morts sans confinement? Certainement bcp plus que vos pauvres 25 000 de 1969 , malheureusement… POurquoi donc à votre avis le Japon a commencé à confiner, avec seulement 100 morts, pour 120 millions d’habitants ? Je crois même que HONg KOng sont en confinement, avec 4 morts… Vous avez peur de voir la réalité en face, comme tout le monde, vous cherchez encore des comparaisons avec la grippes, alors que pourtant tous les experts commencent à expliquer que ça n’a rien à voir, et c’est humain, je vous l’accorde… L’Allemagne, ils ont 300 morts/jours ( ils sont très forts, ils font bcp mieux que nous !!) , et ils veulent déconfiner, laissez-les faire, ça ne durera pas longtemps,

          • « Vous avez peur de voir la réalité en face,  »
            Non. VOUS avez peur. Si vous attendez un vaccin pour sortir de chez vous, attendez-vous à y rester longtemps.

            • OK, alors déconfinons, puisque ce n’est guère pire que la grippe de 1969 selon vous, remettons tous en service, on verra bien ce qui se passera… (quant à moi, il est vrai que je resterais chez moi, je surveillerai tout ceci à distance).

          • Pensez vous regarder la réalité en face? Combien de temps pensez vous qu’on va tenir sans que le taux de chômage imposé ne se traduise par des » queues de soupes populaires » et pire?
            Pensez vous que cela ne se traduira pas en victimes?
            Le problème n’est pas  »auront nous nos trois semaines de congés en été », mais est ce que les médecins et les syndicats laisseront travailler s’il y a du travail? Petite statistique ; la population d’âge > 45 ans, en France, (48% de la population) est représentée à hauteur de 68% parmi les malades et 99% parmi les décès…
            ( si > 65 ans , c’est 35% des malades et 90% des décès… ) Sachant qu’il s’agit de population infectée pré confinement ou en cours de confinement, par la famille…. Demander à la population de retourner au travail (quand il y en a…) en télétravail ou pour les moins de 45 ans avec des mesures barrières basiques (masques, lavage (ce point est primordial si on veut bien se poser quelques questions sur d’autres aspects de la statistique de la maladie…) est un risque acceptable quand on a compris l’utopie d’une  » guerre à 0 morts dans son camp ». Concernant les Ehpad et les personnes agées (disons >75 ans – 11% de la population – 21% des malades – 73% ! des décès) ( 45% de décès chez les malades >75 ans !!!!) la solution du  »sous marin en plongée » – isolement sans contact humain extérieur… est à ce jour la plus efficace…(sur l’aspect non contagion… sur l’aspect envie de continuer… chacun aura son opinion…)

      • Après 4 semaines de confinement le bilan d’hier est à plus de 700 morts et on nous parle d’effet du confinement,dont on nous avait dit à 15 j compte tenu du délai de 14 j d’incubation avec une moyenne de 5 à 7 j nous verrions la différence.

  92. « le temps pour avoir un vaccin »
    Vous n’aurez pas de vaccin. Ou un vaccin aussi efficace que celui de la grippe commune.

  93.  » Le monde d’après : pour sa réouverture, la boutique Hermès de Guangzhou a battu son record de chiffre d’affaires, 2,7 millions de dollars, c’est vrai que le monde a bien changé… »
    MF.

  94. julien bonnetouche says:

    Thierry,

    Votre commentaire est intéressant, car il traduit certainement l’opinion d’une grande partie de la population.
    vous vous concentrez sur le nombre de morts que J Salomon nous assène chaque soir, et qui produit une sorte d’effet loupe, de telle manière que les gens ne le relativisent pas.

    Vous pouvez dire 10000, 50000, 100000 morts, qu’importe, car de toutes façons cela ne représente, et continuera de représenter, avec ou sans confinement, et tant que l’épidémie durera , entre 1 et 2 pour mille de la population contaminée( si l’on compte les asymptomatiques)

    C’est assez invariable sur le plan mondial.

    C’est à dire un nombre statistiquement négligeable.

    Cela d’autant plus que pour la plupart les décès sont des personnes très âgées ou/ très malades, et qui seraient mortes de toutes façons un peu plus tard.

    Notez bien, que je ne me place pas en disant cela sur le plan moral ou philosophique, quant à la nécessité ou pas de soigner et de prolonger la vie de tous, mais uniquement sur le plan des choix politico-économiques.

    On fait du confinement en 2020, alors qu’en 1968/69, cela ne serait venu à l’esprit de personne, parce que la politique « de précaution » est devenue la nouvelle religion mondiale.

    Or cette nouvelle attitude, est une erreur dans les objectifs même qu’elle se donne :

    En effet, cela ne se mesure pas encore, mais, on peut estimer d’ores et déjà qu’il y aura beaucoup plus de morts du fait des conséquences délétères du confinement et de la récession économique qui va s’en suivre que par le virus lui même.

    Chômage, appauvrissement d’une grande partie de la population mondiale, à commencer par les plus faibles, que ce soit dans nos pays ou dans les pays encore pauvres, voilà ce que nous aurons dès l’année prochaine.

    « quand le gros maigrit, le maigre meurt » !!

    Et cela, c’est si tout se passe bien !! c’est à dire si l’économie repart après la crise du virus.

    Parce qu’il y a l’autre option :

    C’est la perte de confiance dans les monnaies, surtout les monnaies dites faibles, mais mêmes l’euro et le dollar sont à risque. Cela pourrait donner une perte de contrôle des monnaies par les banques centrales, avec une hyperinflation, et un appauvrissement généralisé.

    Vous avez entendu que Macron propose de rayer d’un trait de plume la dette de l’Afrique. Ce n’est pas sans raison : il risquent de ne plus rien avoir à manger.

    Je vous laisse imaginer les conséquences sociales.

    • Même si l’Inde confine, en sachant très bien que de nombreux pauvres vont mourir de faim, et que les conséquences sociales seront innombrables c’est quand bien qu’il doit y avoir une excellente raison, ne croyez-vous pas ? Je ne pense pas que les dirigeants Indiens soient des idiots. Je suis persuadé que nous sommes tout au début d’une énorme catastrophe mondiale, sanitaire et économique, oui . On a encore rien vu. Quant à nous, dans les pays occidentaux, on déconfinera certainement avant l’été, mais on reconfinera, et ceci, plusieurs fois

  95.  »Je ne pense pas que les dirigeants Indiens soient des idiots, en sachant très bien que de nombreux pauvres vont mourir de faim, c’est quand bien qu’il doit y avoir une excellente raison »
    Je cite …. Merci de nous éclairer sur cette excellente raison … Peut être un reflexe de sauve qui peut? De chacun pour soi ? Si vous pouvez (si vous en avez les moyens), restez confiné (pas d’interférence avec plus de 5 individus de l’extérieur et toujours avec masque et à 1 mètre, plus confinement 72 h à 96 h de toute livraison -si on accepte de vous livrer – ) – Peut être êtes vous moine dans une abbaye stricte et riche- … Sinon, n’empêcher pas d’autres d’imaginer d’autres stratégies pour vivre….

    • l’excellente raison, c’est que si l’épidémie s’étend en Inde, le nombre de morts se monteraient en millions, voire en dizaines de millions, vu que le système sanitaire là-bas ne doit pas être au top. (je pensais que cette raison était évidente, et je n’en vois pas d’autre). Et je n’empêche personne d’imaginer d’autres stratégies pour vivre, je n’en ai pas le pouvoir, ni l’envie.

      • François says:

        Nous ne connaissons pas le niveau d’immunité des plus pauvres. Ces derniers étant plus que tout autres soumis aux maladies, épidémies, …. ne développeraient-ils pas davantage d’anticorps que dans le confort ?
        Autre élément à prendre en compte le climat.
        Le coeur de l’Afrique semble être relativement épargné.

        Si nous ne connaissons pas la fin de cette pandémie, nous avons des exemples historiques de siècles d’épidémie. Des parties de populations ont toujours été épargnées. Cas asymptomatique, plus grande résistance, …. ?

  96. François says:

    La reprise existe entre les entreprises qui :
    – s’adaptent à la demande ponctuelle en modifiant leur production, et parfois embauchent (fabrication lit hôpitaux, de masque, d’impression 3D) ;
    – reprennent progressivement leur activité en s’adaptant (vente à emporter ou livraison, télétravail, distance entre les postes, protections) ;
    – n’ont jamais arrêtées.
    Auxquels j’ajouterai le monde agricole, qui n’a jamais arrêté et cherchais des bras pour les récoltes printanières. Les ont-ils trouvés en suffisance ?
    Toutefois pour la généralisation du 11 mai, je vois mal comment faire sans dépistage sérologique préalable.
    Il existe actuellement une frange de la population potentiellement immunisée qu’il conviendrait d’observer en terme de durée potentielle d’immunisation.
    Parallèlement, des tests sérologiques augmenteraient cette tranche, en connaissant si possible l’aspect de contagion possible des porteurs asymptomatiques. Dans ce cadre, la base pourrait être les 14 jours d’incubation après test, à défaut de pouvoir remonter à la date origine, ou les 7 jours préconisés après un éventuel contact.

    En revanche, la politique annoncée de ne tester dans le cadre du déconfinement que ceux qui présenteraient des symptômes pour les isoler me semblent inadaptée. Elle peut laisser des cas asymptomatiques contagieux dans la nature, sauf à considérer qu’après un mois il sont sains. Surtout, s’il l’on considère que le confinement n’est pas absolu compte tenu de la continuité d’activités, dont médicale, sécuritaire, bénévole, … heureusement ……. et en les en remerciant.

    Le déconfinement devient incontournable, sauf comme cité préalablement, à connaître une augmentation des morts dus au confinement (violence familiale, manque d’assistance, solitude, ….). Mais l’anticipation pour le 11 mai devait commencée dès hier pour identifier la salubrité de la population autrement que par des statistiques.

  97. chrysalide says:

    sachant que les chiffres sont faux quant aux morts du covid 19, dans le monde c’est une hécatombe et pour nous on a dépassé les morts d’une grippe en UN AN , mais en deux mois seulement et c’est pas fini (de plus on ne recense pas dans ce décompte les personnes mourant à domicile….

    le 11 mai tous les enfants et ado vont retourner a l’école pour que les parents puissent bosser, sauf que justement c’est eux qui ne pourront pas résister à se toucher!!!! quant aux profs, vous allez leur dire de le faire avec un masque et se laver les mains des qu’un gosse touchera quoi que ce soit!!
    seuls les universitaires (donc presque adulte) auraient du reprendre le chemin de la fac ou grande ecole, car eux auraient été conscients du « metre » de distance, du masque du non « tripotage »!!!
    donc de ce fait l’épidémie va repartir de plus belle sur ceux qui ne l’avaient pas encore eut!!!

    il faut donc s’attendre à un taux important d’arrêt de maladie pour cause de covid 19!!mdr

    croyez vous donc que l’économie va repartir comme si rien ne s’était passé…???

    les entreprises veulent des clients, donc des commandes, l’Etat veut des sous!!!! c’est compatible dans une économie d’échange normal, pas dans un monde a demi souffreteux!!!

    il va falloir que nos gouvernants pense à supprimer les charges lourdes , il faudrait revenir à l’imposition des années 50, c’est à dire la reprise après guerre!!!!!!!!!!!!

  98. « sachant que les chiffres sont faux quant aux morts du covid 19, dans le monde c’est une hécatombe »

    Et bien s’il y a des centaines de milliers de morts malgré le confinement, c’est que le confinement n’est d’aucune plus-value. Donc n’est pas la bonne solution.

  99. François says:

    Les chiffres sont faux, mais la mortalité en France serait inférieure sur les quatre premiers mois de l’année à celle de 2017, malgré le conoravirus.
    La plus-value du confinement n’a jamais été de faire baisser directement la mortalité, mais d’étaler dans le temps le pic épidémique pour assurer une meilleure prise en charge, et par ce biais d’augmenter les chances de guérison.
    Donc c’est une réussite.
    Mais comme le dit le professeur Raoult et Donald Trump (lui il le disait mais cela peut revenir) avec le beau temps, le virus va s’arrêter tout seul. Libre à vous d’essayer sans protection, mais j’ai de sérieux doutes, puisque même localement il est contredit.

    • Je vous rappelle ( puisque tout le monde oublie tout très vite) que le prof Raoult, fin février, expliquait que le coronavirus ferait moins de morts en france que les accidents de trottinettes. Le beau temps, je veux bien, mais l’épidémie commence en Amérique du Sud
      qui a été touchée bien après l’Europe), le Brésil a officiellement 1700 morts, en équateur, les cadavres jonchent les rues, et c’est l’été là-bas.

      • À Thierry ,
        À condition de faire ce qu’il faut face à une maladie contagieuse à savoir dépister, ISOLER et traiter . Il faut prendre l’approche du Pr Raoult dans son ensemble et pas extraire une bribbe de phrase comme font les journalistes si souvent ce qui dénature les propos .

        2 mois après on envisage d’ouvrir des hôtels vides pour y mettre des malades peu graves mais contagieux , alors que depuis 2 mois on les renvoie chez eux !
        En Chine les hôpitaux qui ont été construits en un temps record n’étaient pas des hôpitaux au sens strict mais surtout des lieux d’isolation des contagieux .

  100. Mi Mai c’est fini dans les facs , seul reste un peu d’administratif ppur gérer les résultats d’examens , faire revenir des gens qui n’ont pas l’habitude de bosser à cette période vous rêvez .
    Quant aux plus jeunes cela démontre bien que l’école est devenue une garderie gratuite pour beaucoup ,sauf pour ceux qui la finance via l’impôt mais ce n’est pas la majorité .

  101. La mortalité en France inférieure à 2017 montre donc que ce n’est pas une hécatombe.

    Donc, soit cette proposition est fausse : « sachant que les chiffres sont faux quant aux morts du covid 19, dans le monde c’est une hécatombe  »

    Soit cette proposition est fausse : « [Le confinement] c’est une réussite »

    • Les vrais chiffres en France, on pourra en parler d’ici quelques mois, quand l’INSEE aura fait son travail. Je vous rappelle que en 2003, suite à la canicule, les vrais chiffres, on les a su très longtemps après. Pour la grippe saisonnière, c’est pareil, les chiffres officiels sont assez bas, de l’ordre de quelques centaines, ( cette année, le chiffre officiel n’est que de 55 personnes, http://www.francesoir.fr/societe-sante/combien-y-aura-t-il-de-morts-de-la-grippe-en-2020,) mais quand on fait le compte quelques mois plus tard, on en trouve jusque 10 000, puisque alors, on compte tout ceux qui sont morts des suites de la grippe. C’est ces chiffres que vous confondez depuis le début . ( Réfléchissez, Si il n’y avait pas plus de malades du Covid que de la grippe, les services de réa ne seraient pas submergés).

  102. Prendre en compte peut-être la mortalité routière qui a baissé de pres de 40% , le nombre d’infarctus et d’AVC graves seraient en chute libre aussi ?
    Quant au confinement une réussite ? Voir les chiffres d’hier près de 1500 décès !!!dont pres des 3/4 en EPAHD , si il y a bien un endroit déjà à l’écart du monde avant le confinement ce sont bien les maisons de retraite .
    Le confinement est une solution du moyen-âge avec les mêmes résultats .

    • Quant au confinement une réussite ? Question difficile, mais pour avoir une petite idée, il faut regarder la Suède, et ses 2 voisins qui l’entoure, , la norvège et la Finlande . ( l’épidémie est arrivée dans les pays nordiques bien après nous) En suède, le confinement n’est pas une obligation ( juste recommandé), 1200 morts pour 10 millions d’habitants. En Norvège + Finlande, confinement obligatoire) pays qui comptent chacun environ 5 millions d’habitants, 220 morts seulement ( 150 en Norvège et 70 en Finlande), pour donc aussi 10 millions d’habitants. Hier, en Suède, 200 morts en une journée.

  103. L’Insee cet organisme très indépendant et pas du tout politique qui fait ses recensements à la louche comme les sondages pour éviter de verser aux communes les budgets dont elles ont besoin .

  104. chrysalide says:

    je viens de jeter un œil sur santé publique,
    les chiffres c’est quand même + que 17000 décès, environ 10000 en hôpital et 7000 en ehpad
    la grippe 2019 c’était environ 9000 dont bcp au dessus de 75 ans sur une période de janvier a fin mars

    donc je voudrais donc savoir comment vous pouvez comparer ce qui nous arrive a « guère plus que la grippe saisonnière »

    1 la on est a 17000 morts en 6 semaines du 1 er mars au 15 avril
    2 meme si çà regresse GRACE AU CONFINEMENT çà n’est pas fini
    3 il se peut qu’on ait encore des morts jusqu’à le fin de l’année
    4 ce virus se fiche pas mal de la saison chaude ou pas, et on pourra l’attraper en plein été
    5 le confinement c’est une connerie, c’est notre façon de vivre qu’il faut changer RADICALEMENT
    6 il va falloir qu’on réinvente comment se dire bonjour, comment se donner des marques d’affection sans se toucher , avoir des règles d’hygiène draconiennes, portez des masques en permanences quand on tousse a cause d’un simple rhume etc.…
    7 avoir des contrôles rigoureux aux aéroports, une désinfection de toutes nos importations etc..
    8 on sera OBLIGE d’inventer des nouveaux métiers, de nouvelles machines, de nouveaux robots etc.. contre ses virus en tout genre A VENIR

    alors vous croyez réellement que le déconfinement et la reprise de votre boulot, de vos activités boursière va nous faire revenir sans souci à notre petit confort de début d’année où on était juste préoccupé par la réforme des retraites????????

    • Oui, je le pense. On en reparle en fin d’année ?

    • François says:

      Regardez les chiffres de la grippe en 2017 : 27000 morts.
      La différence est que la grippe est « connue », même si le virus mute chaque année et que les patients sont plus rarement en réanimation.
      Pour les EHPAD, comme tous lieux accueillant du public (voire les paquebot de croisière et le porte avion Charles de Gaulle), le confinement est efficace tant que le virus n’est pas à bord. dès lors qu’il pénètre, cela peut virer à l’hécatombe, surtout pour une population âgée en fin vie. Ce sont malheureusement des personnes âgées bien portante dans les EHPAD. Dans ces lieux, le virus est le plus souvent importé par du personnel extérieur. Combien d’EHPAD ont confiné les soignants ? Comment sont-ils approvisionnés ?
      Le confinement n’a que pour but de réguler les urgences. Si vous estimez que c’est une connerie, vous pouvez vous portez volontaire pour aider dans les hôpitaux, faire les courses pour les personnes à risque, aider les maraîchers ou simplement aller travailler.

      En revanche, il est certain que certaines traditions tactiles pourraient évoluer : plus de poignée de main, plus d’embrassade y compris à nos enfants, généralisation des dons de sperme pour la GPA systématique (difficile de procréer à 1 plus d’un mètre de distance), …..

      Pourquoi arrêter vous les désinfection aux importations ? La maladie existe aussi en France. Vous devriez aussi interdire le tourisme, les échanges culturels, les manifestations sportives (coupe du monde de rugby 2023, jeux olympique 2024), ….. En fait transformer la France en ermitage.

      Donc, oui cela reprendra comme avant à un iota près : rapprochement d’industries dans les pays de l’Est pour raisons d’activités polluantes ou SEVESO.

  105. Les anglais ont réussi à construire deux hôpitaux de 4000 places en peu de temps, à Londres et Birmingham. Mais c’était facile, puisque la manoeuvre était anticipée et planifiée. Il n’y avait plus qu’à dérouler.

    En France, dans l’est, alors même que les hôpitaux se disaient submergés, les cliniques étaient vides. On a préféré transporter a grands risques des gens en train… La directrice du SMUR était toute contente. Elle s’autocongratulait, même ! « Nous avons pu le faire, car nous avons un SAMU qu’ils n’ont pas ailleurs » euh, déjà, c’est faux. Et si les autres n’ont pas fait ce genre de transports, c’est parce qu’il y a des hélicoptères pour ça. Comme en France, d’ailleurs (sécurité civile).

    Le pb est clairement plus un pb d’organisation, des querelles de chapelles, de pouvoir, que d’un besoin insatisfait.

    • Encore une fois, vous mélangez tout, ce n’est pas tellement de lits d’hopitaux qui manquaient en France, c’est les places en réanimation.

      • Coronavirus : ces lits qui restent vides dans les cliniques

        En Alsace, où les hôpitaux publics sont débordés, les établissements privés, lucratifs ou non, sont prêts à accueillir des malades du coronavirus. En région parisienne, le secteur privé s’est également préparé pour la vague épidémique qui arrive.

        Par
        Solveig Godeluck
        Publié le 19 mars 2020 à 7h00Mis à jour le 19 mars 2020 à 17h04

        Certains sont dans la tempête ; d’autres l’attendent. Alors que les établissements hospitaliers publics alsaciens sont débordés par l’afflux de malades du coronavirus, avec pour certains une détresse respiratoire qui nécessite un lit de réanimation pour deux, voire trois semaines, le secteur privé tourne au ralenti. Faute de patients atteints du Covid-19.

        « Nous avons dix lits armés, avec des respirateurs, des anesthésistes-réanimateurs, des infirmières de réanimation. Ils sont prêts depuis vendredi mais ils sont vides car on ne nous a pas envoyé de malades, ce que je ne m’explique pas », témoigne Christophe Matrat, directeur général de la Fondation Saint-Vincent à Strasbourg. A ces places s’ajoutent 150 lits de médecine ou de chirurgie qui ont été vidés pour accueillir des malades du coronavirus dans un état moins grave.
        _———-_

        Il a fallu attendre que ce genre d’anomalie fasse tâche dans les journaux pour que l’ARS se fasse taper sur les doigts et qu’enfin ces lits soient utilisés !

        • Non, mais vous avez seulement regardé la date de votre article ? Publié le 19 mars 2020 à 7h00Mis à jour le 19 mars 2020 à 17h04. Merci bien, le 19 mars, en france, on était au début, il n’y avait même pas 400 morts dans l’hexagone. Maintenant, il faut commencer à être un peu sérieux, là, ça devient n’importe qui, ce blog…..

          • A Thierry,

            Dans ma région,ces jours ci ,pas le 19/03 ,un infirmier de réa de clinique me dit qu’il attend chez lui car tout a été déprogrammé, sa clinique est vide et ils ne sont pas sollicités alors que l’hôpital est plein!Il faut que ce soit le préfet qui les réquisitionne.
            Plus haut vous citez les pays scandinaves ,on ne va pas citer l’Allemagne car on se ferait presque insulter,pays qui en plus a l’outrecuidance d’avoir des excédents budgétaires ,c’est presque populiste tant les vertus du déficit et de la dette sont chantées chez nous,mais que dire de l’Islande qui a appliqué exactement ce qu’il fallait faire !

            • François says:

              Quelle région ?
              En effet, le recours à l’industrie privé demande une réquisition pour les prises en charge économiques.

        • François says:

          Les premiers transferts ont eu lieu les 18 mars.
          L’évolution des chiffres dans le grand Est peut justement laisser penser à une anticipation logistique de traitement des patients.
          Conserver une capacité immédiate locale pour gérer les degrés d’urgence par une répartition des malades en fonction de leur transportabilité.
          Je vous concède toutefois que cette crise n’a pu qu’améliorer une coordination public privé certainement insuffisante. Le grand Est ayant été en première ligne, il a essuyé les plâtres, contrairement à l’Ile de France qui a certainement mieux géré.
          A ma connaissance, le directeur de l’ARS du Grand Est a été remercié. Peut-être que cela permettra de modifier la désignation sur ces postes en désignant des spécialistes plus que des financiers !

  106. Le confinement généralisé serait-il une erreur ?
    ANALYSES

    13 AVRIL 2020
    PAR JEAN-FRANÇOIS TOUSSAINT

    La moitié de la population de la planète est confinée depuis de longues semaines pour se protéger de la pandémie de coronavirus. Alors que certains pays ont choisi d’autres voies ou sont en train de procéder au déconfinement de leur population, en France le président de la République va vraisemblablement annoncer lundi soir un renforcement des mesures de confinement. Cette situation a mis l’économie à l’arrêt. C’est du jamais vu, avec une multitude de conséquences que l’on n’arrive pas encore à imaginer. Rares sont ceux qui remettent en cause la stratégie d’enfermement de la population prise par les États. Le confinement serait un postulat face à l’épidémie.

    Pourtant, le professeur Jean-François Toussaint, professeur de physiologie, médecin à Hôtel-Dieu et Directeur de l’IRMES scrute avec son équipe de statisticiens, depuis le tout début de l’épidémie, les avalanches de données qui lui arrivent du monde entier. Pour lui, le confinement généralisé serait inefficace et conduirait à des dégâts collatéraux immenses. Preuves à l’appui, Il préconise de sortir du confinement « aveugle » et de nous orienter vers un confinement « personnalisé » qui permettrait de faire repartir le pays avec le minimum de risques.

    TRIBUNE LIBRE

    Le système de soin français montre chaque jour admirablement sa capacité à aligner ses escadres face à la tempête, à réorganiser ses unités pour passer l’œil du cyclone et, par la puissance de ses solidarités et la maîtrise de ses équipes de réanimation, sauver le maximum de ceux qui, jeunes ou vieux, se présentent éreintés à ses portes. Aucun de ses membres n’en sort indemne. Plusieurs ne s’en sont pas relevés.

    Que leur soit ici rendu l’hommage que tous méritent.

    Une décision fondée sur la simulation numérique ou sur la vie réelle ?

    Les mesures prises pour freiner les conséquences de l’épidémie sur les systèmes de santé ont été suggérées par un groupe de l’Imperial College de Londres. Tournant le dos à l’adaptation et à l’inventivité différenciées, gages de résilience du vivant, ce cercle a conseillé une réponse uniforme à tous les gouvernements du monde, par le biais de l’OMS, qui se repose sur cette communauté pour développer les modèles mathématiques de prévention des pandémies.

    La première estimation des effets de ce confinement, unique dans l’histoire de l’humanité à cette échelle, vient d’être publiée pour l’Europe. On attend les publications suivantes, pour le continent africain notamment.

    Selon ces simulations, les mesures auraient contribué à « épargner » 2500 vies en France soit environ le dixième d’une vague qui risque d’en emporter de 25 à 30 000.

    Or certains postulats de ces estimations numériques sont incohérents : les contaminations ne diminuent pas dès le premier jour du confinement (ceci ne s’est vu dans aucun pays) et l’intensité comme la durée de l’effet ne sont jamais les mêmes partout. Ces deux hypothèses sont pourtant à la base des simulations publiées.

    Alors que l’on ne connaît toujours pas la diffusion (R*0 ou taux de reproduction: nombre de personnes contaminées par un porteur) ni la létalité précises (IFR, infection fatality rate: nombre de décès rapporté à la totalité des sujets contaminés par le virus, qu’ils aient été testés & validés ou non) de cette maladie, les auteurs annoncent ainsi 69 vies épargnées au Danemark, proposant des données qui ne font pourtant apparaître aucune différence avec les valeurs rapportées par ce pays et sans intégrer aucune des limites de telles mesures “en vie réelle”.

    De la même façon, ce groupe avait prédit un possible total de 70 000 morts pour la Suède. Or, à sa dixième semaine d’épidémie, ce pays n’en est qu’à 870 décès. On a connu démonstrations plus probantes… mais voilà sur quelles erreurs repose la décision de confiner 3 milliards d’humains.

    Il faut donc se reporter à la répartition réelle, maintenant bien décrite, de la mortalité du Covid pour comprendre la nature de ces vies numériquement « épargnées ». Dans le récent registre français on retrouve une distribution similaire à celle des patients décédés en Chine ou en Italie, avec un âge moyen proche de 80 ans (un sur six a plus de 90 ans) avec un taux extrêmement faible (0,1%) pour les sujets de moins de 45 ans sans facteur de risque.

    Les cibles du SARS-CoV-2 sont souvent des patients à risque métabolique ou cardio-vasculaire (homme, sédentaire, obèse, diabétique ou hypertendu), ce qui explique les ravages actuels aux États-Unis. On peut donc penser que parmi les 2500 vies « épargnées » par le confinement global, la moitié soit à risque cardio-vasculaire et ait atteint les 80 ans, soit l’espérance de vie des hommes en France.

    Vers un confinement personnalisé
    La maladie peut être vécue sans grand symptôme chez quatre personnes sur cinq mais elle tourne à un combat de boxe acharné de 15 jours pour le cinquième. Le but d’une mesure de prévention efficace est alors de proportionner le confinement à ceux qui ne peuvent supporter cette épreuve : personnes de plus de 65 ans, malades cardiaques et vasculaires, insuffisants respiratoires ou rénaux, transplantés, personnes obèses, etc. Ces risques particuliers étaient d’ailleurs déjà présents en 2009 lors de la pandémie H1N1 sans que nous ayons en quoi que ce soit modulé nos conseils de prévention.

    Sans immobiliser 80% de la population active et surtout pas ceux qui en sortent guéris et immunisés après deux semaines – et contribuent, avec les jeunes et les plus actifs, à éteindre l’épidémie en réduisant la taille de la population cible – on peut alors diriger la prévention vers les seules personnes à haut risque, tandis que l’épidémie ralentit, comme elle l’a fait en Chine, Corée et Australie.

    Transmettre et expliquer cette information maintenant connue de tous, pour que chacun d’entre nous comprenne son risque, l’évalue et décide en conséquence de se confiner ou pas est le meilleur gage de réussite. Il permet aussi de considérer les citoyens français pour ceux qu’ils sont : des adultes responsables en capacité de voter et d’agir.

    Car l’épidémie n’a peut-être été ni différente ni mieux contenue en Europe que dans les états n’ayant pas eu recours à ces mesures. La pandémie est en effet tout sauf confinée : elle concerne maintenant tous les pays, toutes les régions et tous les cabinets médicaux (on estime à plusieurs millions le nombre de Françaises et Français ayant été en contact avec le virus).

    Alors que la France et le monde ont passé la crête de vague entre le 3 et le 4 avril (et entre le 6 et le 8 pour le nombre de décès dans notre pays), l’issue finale pourrait donc ne pas même avoir été modifiée : aucune courbe nationale ne montre d’inflexion différenciée mais un parcours toujours semblable, quelles qu’aient été les décisions prises (seul le masquage des contaminations initiales apparaît dans certains pays comme l’Iran, pour des raisons de politique locale).

    Les deux pays qui ont refusé la voie du confinement sont en voie de réussir leur pari en 3 semaines, là où les autres ont effectué le parcours en 4 ou 5 (une semaine d’épidémie supplémentaire correspond à 10 fois plus de décès). Les Pays-Bas ont en effet amorcé une décrue le 2 avril rejoignant ainsi la Corée. Pour ces pays, le taux de mortalité au jour du pic est de 25 par million d’habitants contre 177 pour les principaux pays confinés (France, Espagne, Italie).

    Quant à l’Allemagne, qui n’a pas confiné toute sa population, elle considère, par la voix de son président Frank-Walter Steinmeier, qu’elle n’est « pas en guerre » (aucune guerre ne laisse survivre 99,4% de ses soldats) mais dans un moment révélant notre degré d’humanité. Il est vrai que ce pays disposait avant la pandémie de 22 000 lits de réanimation – contre 5 000 en France (étendu en urgence à 12 000 au cœur de la tempête). Il a pu affronter la vague avec d’autant plus de sérénité et pense donc déjà, comme le Danemark, l’Autriche et l’Espagne, aux étapes d’un très prochain déconfinement.

    Or la phase d’extension de la maladie dépend aussi de facteurs environnementaux et populationnels qui n’ont pas été pris en compte dans les modèles. Exemple : des cas sporadiques sont bien rencontrés mais l’épidémie « ne prend pas » sur le continent africain. L’expansion lente y suit un régime certes exponentiel mais avec des pentes beaucoup plus faibles qu’en Europe, sans doute pour des raisons climatiques et démographiques.

    Même si l’on peut contester l’exactitude du nombre de décès déclarés, on ne peut expliquer les deux ordres de grandeur qui séparent ces chiffres : il s’agit bien du même virome mais sa dynamique est très ralentie non pas par les mesures de confinement mais en raison d’un environnement physique, biologique et humain très différent et défavorable à la transmission du SARS-CoV2.

    Les appels au secours pour tenter de « sauver l’Afrique » ont peut-être cherché à servir d’autres agendas, à moins que certains n’aient su se confronter à la réalité pour y observer la très lente ascension de la maladie. Le risque, à ne pas tenir compte de cette réalité, est de détourner les scientifiques et les financeurs de l’objectif principal car ce continent a plus que jamais besoin d’un soutien massif et constant dans sa lutte contre d’autres prédateurs, à commencer par le Paludisme, la Tuberculose et le Sida. Or ce soutien est d’autant moins assuré que le cadre financier de ses donateurs s’écroule.

    Enfin le confinement, appliqué parfois de façon outrancière dans de nombreux autres pays du monde, aura aussi servi au renforcement des régimes autocratiques, jusqu’au cœur de l’Europe. Et malheureusement ce mode de fonctionnement des sociétés humaines prolifère durant leurs effondrements.

    Synchronisations délétères.
    Pour être utile à la décision publique et proportionner la réponse, les modèles pertinents doivent désormais prendre en compte les émergences et les inter-dépendances entre tous les niveaux, sus- et sous-jacents, y compris quand elles résultent d’une synchronisation inappropriée entre les états (paniques, confinements, affrontement, effondrement). Car c’est principalement de ce côté que va maintenant croître le décompte des victimes.

    Nous nous savions instables face au gouffre. Nous avons cependant enclenché la touche “Faites un pas en avant”. Les centaines de milliards d’euros envolés avec la chute d’une économie, qu’on savait pourtant d’une extrême fragilité, interrompront aussi le flux des financements nécessaires aux équipements des hôpitaux et des autres services publics. Car les équipes de réanimation, de soins et leurs administrations, qui ont contribué à sauver des vies bien réelles méritent toute notre admiration pour l’engagement qui fut le leur mais elles vont maintenant avoir besoin de moyens pour toutes les autres.

    Il faudra donc, après le confinement, également prendre en compte son impact sur les patients souffrant d’une leucémie non diagnostiquée, d’un infarctus pris en charge trop tardivement, d’une drépanocytose mal suivie, parmi toutes les pathologies qui manquent à l’appel. Les effets psychologiques (refus de tout déplacement par peur de la contamination) ou contre-productifs (réduction ou arrêt des consultations) de ces mesures devront se confronter aux choix des Néerlandais et des Suédois qui continuent de vaquer, prudemment certes mais librement, à leurs occupations. La perte de chance risque d’être lourde.

    Les auteurs de ces simulations, tout à la charge de démontrer la qualité de leurs modèles, auront toutes les peines du monde à accepter d’inclure ces dégâts collatéraux auxquels s’ajouteront les conséquences sur la recherche et l’annulation de tous les grands rendez-vous scientifiques, culturels ou climatiques, mais aussi la solitude des artistes qui, de théâtre en scènes musicales, ne trouveront plus les moyens de gagner leur vie ni d’enchanter la nôtre et surtout l’abattement des personnes seules qui se seront laissées glisser lentement dans l’abandon.

    Paradoxe que de tenter de sauver des vies par des moyens qui en auront peut-être tout autant détruit.

    Jean-François Toussaint, Directeur de l’IRMES, Médecin à Hôtel-Dieu, AP-HP, Université de Paris avec Andy Marc, Chercheur en Biostatistiques à l’IRMES.

    • François says:

      L’Allemagne, cité en exemple, est quand même en partie confiné et préconise d’interdire les rassemblements collectifs jusqu’en 2022.
      Donc pour enchanter les foules, il n’ont peut-être pas gagné.

  107. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Il parait que nous sommes en guerre.
    Dans toute guerre il y a des pertes humaines.
    Ces pertes doivent être estimées, de sorte qu’à la fin on gagne la guerre.

    Tout le monde a maintenant compris, que le nombre de morts à la fin de l’épidémie ne sera pas beaucoup moins élevé avec le confinement qu’il ne l’aurait été sans.

    Mais bien sur, nous aurions eu les caméra des télévisions jusques dans les couloirs des hôpitaux montrant les malades mourant d’asphyxie faute d’avoir suffisamment de matériel respiratoire.
    ( alors qu’avec réanimation il n’en meurt qu’un peu plus de 1 sur 2.)

    Macron et les autres dorment par conséquent la conscience tranquille, se disant qu’ils ont fait tout leur possible.

    Mais ce n’est pas vrai.
    Pour obtenir ce résultat médiocre, qui consiste à sauver quelques milliers de vies supplémentaires, tous les politiciens en charge, ont décidé de ruiner l’économie mondiale, sans prendre la mesure des dégâts évidents qui nous attendent, y compris en matière de mortalité induite, ni des risques à terme sur la stabilité du monde.

    Un jour dans les manuels scolaires ( si il en a encore) nos descendants auront peut être chapitre avec un titre comme :
    « 2020 la folie du confinement »
    Et on développera les conséquences:
    la grande crise économique de 2022, l’hyperinflation, l’appauvrissement général mais surtout dans les pays pauvres mais aussi dans les populations pauvres des pays riches, les émeutes avec la ruée sur les denrées alimentaires et le pillage des supermarchés, tant et si bien qu’il fallut envoyer l’armée tirer sur les populations aux USA…
    J’arrête là pour ne pas déprimer ceux qui me liront.

    D’autant plus qu’avec un peu de chance d’ici deux mois, les virus se sera à peu près éteint de sa belle mort, vaincu par l’approche de l’été, comme c’est souvent le cas des virus pulmonaires.

    Nous regarderons alors les ruines encore fumante de cette guerre d’un nouveau genre, et l’on dira : Tout ça pour ça !

    • François says:

      Comme pour ceux qui jugent le confinement inutile, je suppose que à défaut, peut-être de pouvoir travailler en entreprise, vous êtes volontaire et sortez pour aider les autres : personnes à risques, …..

      La richesse de la plupart des entreprises sont les Hommes qui la composent. Cette richesse doit être préservée.
      L’Histoire parlera peut-être aussi d’un épisode de refondation du système sanitaire permettant une évolution de la logistique humaine ou d’une période de grande solidarité qui débouche vers une révolution commerciale.

      Je lisais dans un poste précédent que l’exemplarité était de mise.
      J’attendrai donc de ceux qui juge le confinement catastrophique pour leurs investissements et prônent son arrêt à tous prix qu’ils nous racontent leur quotidien, hors de chez eux, ………. je suppose, mais ……………sans illusions.

    • Badtimes says:

      C’est pas grave ça fera de bons films d’angoisse! En attendant je ne suis pas loin de penser comme vous. Et pour en revenir au Professeur Raoult, d’après le Professeur Perrone le taux de mortalité à Marseille est plus faible qu’ailleurs et le nombre de victimes d’effets secondaires du traitement à la chloroquine est infinitésimal.
      Qu’attend t on pour valider le protocole?
      Devinez…..on en n’a pas.

  108. Bonjour

    Je n’ai pas envie de réécrire ce qui a été déjà écrit et qui n’apporterait que peu d’informations supplémentaires. J’ai lu très rapidement ceux qui comme moi apportent leur avis qui peuvent diverger et c’est normal puisque c’est un débat.

    Quant’à la gue guerre privé public effectivement là ça a cafouillé c’est certain. J’ai mon voisin qui est radiologue en clinique privé. Tout avait été préparé. Sauf les opérations d’urgence, tout avait été annulé et aujourd’hui tout est resté en l’état. Son activité: 15 % il a perdu 85%. J’ai une fille qui est aussi dans le domaine médical libéral : même punition ; C’est un peu mieux elle a perdu seulement 30%. Quel gâchis.
    Je pourrais écrire plus longuement mais je me retrouve bien dans le « discours de François » donc pas de réécrire ce qui a été déjà dit.

  109. Étant au boulot depuis mardi, je confirme que pas plus loin qu’à 10m des fenêtres de mon bureau, les travaux de « déconstruction » d’un vieux bâtiment pour le remettre à neuf ont repris.

    Il y a un peu moins de contrôleurs des travaux finis qu’avant, les ouvriers ont mis des masques de protection, type N95. Masques que de toute façon ils portent habituellement pour se protéger des poussières, malgré le jet d’eau qui arrose la structure à détruire.

    En ce qui concerne mon boulot, la reprise sera progressive à compter du 10 mai, mais on sent déjà les « donneurs d’ordre » dans les starting-blocks. Si je les écoutais, je fais revenir tout le monde la semaine prochaine ! Donc maintenant, je vais devoir gérer l’impatience…

    Calme et méthode.

  110. Bonjour

    Pas si simple. J’ai vu des réservistes proposer plusieurs fois leur service sans réponse. Est ce que c’est une gestion administrative défaillante ou une courte formation spécifique à la réa. Toujours-est-il que dans ma région la deuxième la moins affectée après la corse. Tout était prêt pendant ce temps là je voyais des hélicoptères décoller avec 2 patients alors qu’un train équipé pour une vingtaine de personnes Pouvait faire l’affaire. Et au fait de la solidarité ?? Quand enfin un train est arrivé quelques protestations ici ou là. « Mais ils vont prendre nos places ».

    A la télé on voit de tout : les élans de générosité ici ou là , ce n’est pas faux. Mais le chacun pour soi rôde encore. J’en ai un bel exemple concret ( même plusieurs) mais j’en reparlerai plus tard.

  111. François says:

    Bien entendu des réflexes individuels, des escrocs et des opportunistes vont profiter de la situation.

    Je connais des infirmières dont les structures ont été mises en sommeil qui ont proposé leur service sur la réserve sanitaire. sans réponse, elle se sont rendu dans une structure de proximité (EHPAD, ….) où elles ont été accueillies à bras ouvert.
    Je peux aussi comprendre qu’une structure, s’il elle estime ces moyens suffisants, ne veuille pas « s’embouteiller » (terme exagéré) de personnes à former. Il se peut aussi que le nombre de bonnes volontés soit supérieur au besoin.

    C’est peut-être comme sur le marché de l’emploi, en fonction des secteurs, la démarche directe est plus porteuse que la simple inscription sur le site.

  112. julien bonnetouche says:

    François,

    Vous prenez ce que j’écris au premier degrés, alors que j’essaye toujours de pousser la réflexion un peu au delà.
    Jouez le jeu : faites un effort d’imagination !!

    PS j’ ai eu le Covid il y a un peu plus d’un mois 1 mois et demi, ainsi que mes proches évidemment. Ma fille qui est venue se réfugier à la maison puisque c’est plus grand ici que chez elle, a eu une anosmie caractéristique.
    Je vous dis cela pour donner une information à ceux qui ne l’ont pas encore eu : Il faut un bon mois voire 5 semaines pour évacuer le virus. chacun en fonctions de la gravité de l’atteinte voit les symptômes réapparaitre périodiquement entre des phases d’amélioration : après une atteinte initiale d’une petite semaine, les rechutes durent 1 ou 2 jours avec une fatigue marquée.

  113. François says:

    Julien,

    Vous y alliez quand même très fort ce coups ci. Particulièrement sombre (pessimiste) et peu humaniste, reconnaissez le.
    D’où ma réaction épidermique.

    J’espère surtout que la santé de toute votre famille s’est améliorer pour retrouver une vie « normalisée » pour les temps qui courent. Heureusement de notre côté malgré une famille disséminé un peu partout, rien pour le moment. Mais je dois avouer que pour certains confinés seuls dans un petit appartement le temps est long, mais un moindre mal par rapport à votre « expérience ».

  114. En tout cas, les premiers textes pour remettre la France au boulot vont bientôt sortir. Notamment l’ordonnance relative à « la prise de jours de réduction du temps de travail ou de congés dans la fonction publique de l’État et la fonction publique territoriale au titre de la période d’urgence sanitaire »

    Concerne les RTT des fonctionnaires d’état, territoriaux, et magistrats, qui devraient se voir imposer l’utilisation de RTT et de jours sur CET pour les jours passés en confinement. Ce qui mathématiquement en laisse moins, voire pas du tout, pour le reste de l’année.

    Concerne également l’imposition d’une partie des congés par le chef de service afin d’assurer la continuité de service.

    L’objectif est de disposer rapidement du plus de monde possible dans la fonction publique pour accompagner « la relance de l’activité dans notre pays et cela nécessitera la mobilisation et l’implication de l’ensemble des agents publics. Il convient donc d’anticiper dès à présent cette sortie pour garantir la continuité des services publics en évitant toute désorganisation. »

    « Alors que certains agents publics sont appelés à s’investir de manière exceptionnelle dans
    la gestion de la crise sanitaire et dans un esprit de solidarité avec les salariés du secteur privé
    appelés à consentir d’importants efforts pour la sauvegarde de leurs entreprises et de leurs
    emplois, la présente ordonnance comporte diverses dispositions destinées à organiser, pendant la
    période de confinement national, la gestion des jours de réduction du temps de travail et de
    congés annuels des agents aujourd’hui placés en autorisation spéciale d’absence et, le cas échéant, de ceux exerçant leurs fonctions en télétravail. Ainsi à l’instar de ce qui est prévu dans le secteur privé, l’ordonnance impose que des jours de réduction du temps de travail et des jours congés ordinaires soient imposés aux agents de l’État. »

    Vous avez bien lu : « appelés à consentir d’importants efforts pour la sauvegarde de leurs entreprises et de leurs emplois »

    C’est peut-être un fake, mais ça va faire hurler les syndicats 🙂

    • julien bonnetouche says:

      Moi évidemment tout cela me semble normal !!
      Mais il faut dire que dans l’ensemble je suis plutôt favorable au travail !!

  115. julien bonnetouche says:

    Vous avez entendu les déclarations de Luc Montagner sur le covid 19 fabriqué artificiellement à partir de coronavirus et de virus du sida ? ?

    Et on ne peut pas dire qu’il ne connaisse pas le virus du sida !!

    la partie sida lui confère sa virulence particulière, mais bonne nouvelle la nature n’aimant pas les créations artificielles , celle ci à tendance à disparaître par mutations au fur et à mesure des transmissions, ce que l’on voit dans l’ouest des USA.

    aÏe aïe aïe !!!

  116. Elle a été signée et publiée au JO hier soir.

    https://www.google.com/amp/s/amp.ouest-france.fr/economie/jusqu-dix-jours-de-rtt-imposes-pour-certains-fonctionnaires-pendant-le-confinement-6810077

    Ceci dit, pour le moment, on attend des éclaircissements car complexe à appliquer.

  117. julien bonnetouche says:

    adnstep,

    les ordonnances sont en principe faites pour être appliquées.
    Et il faut se remettre au travail d’urgence.
    Les gens l’ont d’ailleurs compris, et depuis cette semaine le confinement est moins appliqué. + de voitures et de gens dans les rues.
    les flics sont aussi moins présents.

    Mais je voudrais revenir sur la lueur d’espoir donnée par le Pr Montagner :
    le virus devrait perdre assez rapidement ses propriétés de virulence.

    Et de toutes façons, Cette affaire va devenir le sujet N°1

    • C’est un peu plus complexe que ça.
      En fonction de la position de chaque personnel (asa, garde d’enfants, télétravail, …), tout au long de de la période confinement, sachant que les gens travaillent 15 jours et sont remplacés, des jours fériés, des astreintes et permanences des uns et des autres, … on va arriver à un calcul individualisé ! Donc c’est ch…

      Sans compter que l’objectif est bien, jusqu’à la fin du confinement, de préparer la remontée en puissance estimée de l’activité à partir de la fin du confinement et de durer. Donc de calculer le personnel en activité au juste besoin.

      Et je vous confirme, ça commence à frétiller dans la mare syndicale. C’est rassurant de voir que des choses ne changent pas…🙄🙄

      Au sujet du Pr Montagner, toutes les hypothèses sont permises, même si les centres spécialisés ayant étudié le virus n’y trouvent rien d’artificiel.

      Que le virus se soit échappé du labo P4 plutôt que du marché est une hypothèse à ne pas rejeter entièrement, mais plus par accident que par réelle volonté (« j’ai glissé, chef »).

  118. François says:

    Le risque de cette ordonnance est une grève (la CGT est déjà en préavis pour tout avril).
    Comment voulez vous contrôler des grévistes confinés ?

  119. Un personnel en grève doit se déclarer.
    S’il se déclare : pas payé, confiné ou pas.
    S’il ne se déclare pas : pas en grève.

  120. François says:

    Oui, n’ayant jamais pratiqué, j’oubliais.
    Dans ce cas, entre les arrêts maladies pour garde d’enfants et les recours du style impossibilité d’accès à l’espace de travail.
    Est-il prévu quelque chose pour les confinés qui se sont portés volontaires dans les différents domaines ?

  121. Pas a ma connaissance.

  122. Ce professeur Raoult est vraiment étonnant et particulièrement intéressant.

    Voici sa dernière vidéo. Elle est pleine d’enseignement et de justesse. S’il a raison, c’est un bouleversement ; S’il a tort, c’est un guignol.

    • Le Mecreant says:

      Je crois qu’il faut écouter ce qu’il dit, et non pas ce que dit la presse de ce qu’il dit, c’est très différent. Il n’annonce pas la fin de l’épidémie, il dit que c’est UN des scénario POSSIBLE.

      • autant pour la canicule de 2003, je prenais des paris que cela serait fini avec la fin de l’été… Là….
        Ce qu’il dit n’est: je suis sur que ma presciption marche (*), mais vu les délais il fallait réflechir (vite) à essayer quelquechose de simple et de disponible et ne pas rester à dire «  »j’attends des tests et la validation officielle des pairs »… Validation dont il montre qu’elle est de plus en plus by-passée par des formes nouvelles d’échanges et d’analyses des résultats, et confinement aidant, des analyses pertinentes, validant ou non les conclusions, venant d’horizons nouveaux et inconnus des pairs traditionnels d’où leurs réactions…
        (*) veut dire qui guérissent des personnes qui n’auraient pas guéries sans …

        La réactivité du corps médical des hôpitaux a été du même ordre: on met en place rapidement ce qu’on pense de mieux quite à bousculer l’organisation des services et même si, après deux mois, on se demande si le bénéfice statistique de la réanimation est le bon choix, il fallait faire ce qu’on sait faire de mieux…
        On aimerait rencontrer dans le style  » remise en cause  »de son quotidien, la même démarche constructive et positive pour d’autres professions dont on sent dans les propos de leurs  »représentations syndicales  »que l’idée de retravailler a fortiori différement à partir du 11 mai n’alimente juste que la colonne  » pourquoi je ne peux pas faire  »….

        • Il faut lire  »Ce qu’il dit n’est  »PAS … bien sur…

        • C’est toute la différence qu’il y a entre une organisation opérationnelle et une administration la calculatrice au poing.

          C’est ce que je disais plus haut, le 16 avril : « Le pb est clairement plus un pb d’organisation, des querelles de chapelles, de pouvoir, que d’un besoin insatisfait.

    • François says:

      Une option.
      On verra à la fin de la Guerre.

  123. Il faut voir l’interview du Dr Marty, sur CNews, ce soir.

    C’est terrible pour Salomon.

    Et le Professeur Michael Peyrolaure (chef du service urologie à Cochin) en remet une couche sur la transformation en administration des hôpitaux. L’ajout de strates administratives, le contrôle de l’hôpital par 9 instances différentes, le remplacement de 35 000 soignants par 35 000 administratifs, pour « économiser »,…

    C’est terrible, et c’est le reflet de ce qu’on retrouve dans les autres ministères, les entreprises…

    Et tous ces gens sur les plateaux télé qui semblent découvrir l’incroyable gabegie de cet état obèse qui punit tout ce qui ne lui convient pas…

    Ça va être règlement de comptes à OK Corral, dans quelques semaines. Le fusible Salomon devrait sauter.

  124. julien bonnetouche says:

    Le mille-feuille administratif !!

    De plus en plus de gens sont » remontés » contre cet Etat tentaculaire peu réactif du fait des règles a respecter avant toute action et dont le coût apparaît inversement proportionnel à l’efficacité.

    Pourquoi les chargements de masques sont ils bloqués 24 heures sur les tarmacs avant de pouvoir être dispatchés ? seuls les fonctionnaires impliquée doivent le savoir.

    Et c’est naturellement tout ce que nous avons pu observer dans l’attitude du gouvernement qui fait écho aux propos des Dr Peyraumaure et Marty.

    Il n’y a même pas matière à discussion : avec un budget équivalent à celui de l’Allemagne l’Hôpital français fait nettement moins bien.

    Et il parait que l’idée était justement de faire des économies en multipliant des contrôles alors que toutes cette structure administrative non seulement freine l’efficacité sur le terrain, mais encore coûte plus cher que si elle n’existait pas !!!

    Mais bien sûr comme le suggère adnstep nous pouvons supposer sans trop de risques de se tromper, que la totalité du territoire est gangrenée de la même façon.

    le gouvernement patauge, et c’est un euphémisme

    Le confinement commence à ne plus être respecté bien avant la date prévue. les gens sont exaspérés.

    En sortira t il quelque chose de positif ?

    • Pour l’instant, l’Allemagne fait mieux que la France. ( et encore, on ne connait pas les chiffres de l’Allemagne dans les maisons de retraite). Attendons la fin de l’épidémie, dans un an ou deux si tout va bien, on pourra ensuite voir quels Etats ont fait le mieux… 😉 ( pour l’instant, on en est que au tout début, ce que la majorité des gens n’ont toujours pas pris conscience, malheureusement)

    • Je crois qu’on atteint le point où les injonctions gouvernementales, sont de moins en moins écoutées…

  125. François says:

    Le confinement reste respecté.
    En revanche, il y a plus de monde dans les rues. Mais le confinement n’empêche pas d’aller au travail. L’on peut donc considérer que les employeurs et les salariés concernés ont pu mettre en oeuvre des gestes barrières et de la distanciation dans le travail.
    Comme quoi l’on progresse.

    En revanche, je m’interroge de plus si le meilleur déconfinement ne pourrait pas simplement s’appuyer sur le bon sens individuel.
    En effet, j’espère que les français on compris la gravité du virus. Cela semble être le cas dans les magasins en tout cas.
    Ainsi individuellement, chacun n’est-il pas capable d’adopter un comportement responsable ?
    De même les professions « touristiques » (restaurateur, hôtelier, musée, ….) ne sont-il pas capable de mettre en place un dispositif ajusté à leur établissement ?

    Bien entendu, cela n’empêche pas parallèlement de rabâcher l’importance de la situation et de tester la population pour surveiller la propagation de l’épidémie ou l’immunisation.

    Finalement la confiance, mais mesurée, est peut-être une solution.

    • L’adaptation des établissemens  » tourisitiques  » au comportement  »reoponsable  »de la clientèle peut rendre sans solution l’équation économique. Il est probable que pour beaucoup de restaurants, hotels, (mais aussi d’ailleurs Ehpad..) actuels la mise en place de mesures de distanciations spaciales et temporelles soient impossible dans l’architecture actuelle de leurs bâtiments et ceci avec leurs modèles économiques actuels… Or pour peu qu’il y ait une rechute du nombre de cas, l’exigence de la clientèle sera installée pour une très longue période . Par ailleurs en pratique la fréquentation de tels établissements est une décision souvent collective (Qui ira au restaurant si l’invité s’y sent mal à l’aise ? Qui mettra un de ses parents en Ehpad si le conjoint ou un membre de la fratie ne le sent pas en sécurité ?) En pratique, tout ce qui est « loisir de masse » va devoir revoir son modèle économique et de façon contraire au concept  » de masse  ». A supposer que ces establissements puissent supporter trois ou quatre mois sans chiffre d’affaires, ils ne pourront pas redémarrer à 100 % de leurs potentiels même s’ils le voulaient et que la clientéle soit présente …

      • François says:

        Pour l’adaptation, certains restaurants d’entreprise ferme un siège sur deux en quinconce.
        Il est certain que l’impact psychologique et la sur prévention laisseront des traces durant un moment, au moins pour les restaurants.
        Pour les EHPAD le problème étant également lié à la possibilité de maintien à domicile de pathologie parfois lourde, le problème est un peu différent. Ne pas sentir OK, mais alors prendre en charge ou prendre sa part de charge.

        • Les Ehpad (dont nombre sont l’objet d’investissement type SCPI…), en France n’existent qu’à travers une autorisation départementale qui disparait si l’offre ne correspond plus aux normes officielles .. Si demain une norme demande des chambres isolées en dépression, des logements pour le personnel à l’intéreur de l’Ehpad et que techniquement et financièrement l’adaptation d’un bâtiment existant est trop lourde et bien, beaucoup de gestionnaires abandonneront le bâtiment déclassé à leurs investisseurs,.. Quant aux restaurants d’entreprise, ils n’ont pas vocation à faire vivre leurs propriétaires et par définition ils peuvent imposer des règles et des horaires aux salariés utilisateurs… Globalement, pour ces types d’activités, il y aura de façon durable voire permanente une forte sous occupation du bâti par rapport aux standarts pré COVID 19, déjà des hotels n’envisagent de réouvrir qu’en garantissant 1 à 3 nuitées vides dans une chambre entre 2 clients (pour désinfection), quelle peut être la rentabilité avec la gamme de tarif actuel , a fortiori si le taux de remplissage, du fait de la localisation, varie beaucoup dans l’année. C’est clairement un sujet de reflexion pour tous ceux qui ont investi directement ou indirectement dans ces activités…

          • de toute façon, même si on autorisait à ouvrir sans contrainte les restos, cafés, salles de spectacles, je ne crois pas qu’il y aurait bcp de monde tentés de s’y rendre.. Pour ma part, les restos, cinés,ect…. c’est fini pour un bon moment.

            • Cela n’a pas validité de sondage, mais pour ce que je saisis des messages des urbains de tous âges, parmi les activités de  »loisirs  », c’est bien, derrière le non contact direct avec la famille proche, la non possibilité de fréquenter ces lieux en particulier restaurants, (dont celui du lieu de travail..) café, bars, (a fortiori en groupe et/ou en famille) qui revient vite parmi les manques du au confinement. Par contre concernant Les salles de spectacles ou stades, les salles de sport loisirs qui certes ont besoin d’un public (mais finalement anonyme) réagissant en communion, le commentaire est que cela s’apprécie aussi très bien à domicile travers l’écran et internet… Quant aux Ephap, ma remarque concerne la grande fragilité d’un investissement dans une activité tenue de fait, en sous main, par une autorité publique gourmande de nouvelles normes (surtout en agitant le grelot du principe de précaution), même si on estime le marché en croissance…

          • François says:

            En total accord pour les EHPAD, c’est d’ailleurs pour cela que je n’investirai pas dans ce type de produit.
            Un de mes fils loge dans un ancien EHPAD. Après deux cycle d’exploitation (d’après mes calculs entre 14 et 18 ans), le gestionnaire a rendu le bâtiment au propriétaires pour reprendre en gestion un neuf situé de l’autre côté du parking (max 100 m).
            Heureusement le bâtiment est à proximité d’un centre thermal (St Paul les Dax), même si les normes sont différente de l’immobilier classique. De fait beaucoup de place perdue (largeur des couloirs et des portes), salles difficilement occupables (lieux de loisirs et restauration) et coût d’entretien élevé (ascenseurs).

      • La seule solution, bien souvent, sera la vente à emporter.

        Ensuite, si les gens décident de s’attrouper sur le trottoir, un peu plus loin, pourra-t-on en faire grief au commerçant ?

  126. A Julien,

    Le budget en pourcentage de PIB des dépenses de santé entre nous et l’Allemagne est le même,un peu plus de 11%,c’est le PIB qui n’est pas le même!!!!ils ont plus de 1100 milliards de plus que nous ,ça fait quelques masques,tests,lits de réa en plus….

  127. Des diplomates chinois ont approché des responsables du gouvernement allemand afin de les inciter à exprimer des opinions positives sur la gestion par Pékin de l’épidémie de coronavirus, selon les déclarations du ministère allemand de l’Intérieur dans une lettre que Reuters pu consulter ce dimanche.

    «Le gouvernement allemand est au courant de contacts individuels pris par des diplomates chinois dans le but d’exprimer publiquement des opinions positives sur la gestion du coronavirus par la République populaire de Chine», peut-on lire dans ce courrier daté du 22 avril. «Le gouvernement fédéral ne s’est pas plié à ces requêtes», ajoute cette lettre envoyée à la députée écologiste Margarete Bause en réponse à une question sur le sujet.

    Selon quatre sources et courriers diplomatiques européens obtenus par l’agence de presse, la Chine a également tenté de bloquer la diffusion d’un rapport de l’Union européenne alléguant que Pékin avait alimenté la désinformation sur l’épidémie de coronavirus.

    • François says:

      A priori le rapport n’aurait pas été édulcoré mais sujet à des modifications d’après certaines presses

  128. La question n’est pas de savoir si on est pour ou contre les services publics (comme la santé ou l’éducation), mais de déterminer le montant de dépenses qui va nous donner le plus de ces services publics. La courbe montre que peut venir un moment où davantage de dépenses publiques produit moins, et pas davantage, de services publics.

    Comment est-ce possible ? On peut évoquer trois pistes, trois virus, trois maladies.

    LA PRÉCAUTIONITE : EMPÊCHER LES AUTRES DE MAL FAIRE
    La première est la précautionite. De plus en plus, l’action publique ne consiste pas à bien faire, mais à empêcher le reste de la société de mal faire. Elle prend la forme de règles, de normes, de contraintes, d’autorisations, de prescriptions, de préalables, d’interdictions. L’image des avions pleins de masques bloqués par les douanes est un symbole de cette maladie.

    La délocalisation de l’industrie pharmaceutique a semble-t-il été motivée autant ou davantage par des différences de contraintes que par des différences de salaires, par Nicolas Hulot plus que par Philippe Martinez.

    L’ADMINISTRATIVITE : EMPÊCHER DE FAIRE SON TRAVAIL
    L’administrativite est une autre maladie qui affecte la production des services publics. Parkinson avait montré que l’administration fonctionne et grossit indépendamment de ses finalités ; par exemple, le nombre de fonctionnaires du ministère anglais de la Marine est au cours des années inversement corrélé au nombre des vaisseaux de Sa Majesté.

    James Buchanan a expliqué que les bureaucrates, comme tous les agents économiques, sont motivés par leur intérêt propre, qui implique l’augmentation de leurs budgets ; cette observation, qui fait depuis toujours le fond de la conversation des cafés du Commerce, lui a valu un prix Nobel d’économie.

    L’actualité nous a appris que plus du tiers des agents des hôpitaux français ne voient jamais un malade. S’ils faisaient des cocottes en papier, il n’y aurait que demi-mal ; mais ils travaillent dur, à organiser, orienter, contrôler, surveiller, etc. et finalement empêcher médecins et infirmières de faire leur métier.

    Un autre symbole : l’Hôtel-Dieu à Paris. Cet hôpital était depuis Saint-Louis consacré à soigner des malades ; il a été en partie vidé de ses praticiens pour faire place à l’administration des hôpitaux et à un projet immobilier.

    LA POLITISATIONITE : L’ÉTAT S’OCCUPE DE TOUT, PARTOUT
    Un troisième virus, pas le moins paralysant, est la politisationite. Les politiciens veulent s’occuper de tout : de la recherche, de la solitude, de la culture, de l’alimentation, du sport, des entreprises, de la reconstruction de Notre-Dame de Paris comme de Boko Haram, et des masques.

    Dans un monde de plus en plus complexe et incertain, leur temps et leurs connaissances sont limités ; plus ils les étalent sur un champ d’intervention large, et plus la couche est mince – et insuffisante. Le tout-politique est alors le tout-superficiel. Les politiques ont, comme disait ma grand’mère, « les yeux p’us gros que l’ventre ». Ils le savent parfois, et mettent leur talent à le cacher, derrière de belles phrases ou de vilains mensonges.

    Ce déficit de gestion est en France encore aggravé par le jacobinisme. La crise du covid-19 l’a bien montré, puisque les régions et les départements, qui ne sont pourtant pas des parangons d’efficacité, ont fait mieux que l’État.

    Notre État, qui est obèse parce que malade, et inefficace parce que obèse, s’apprête à prendre une dizaine de kilos : cela n’est pas très rassurant.

    R. Prud’homme.

  129. julien bonnetouche says:

    Très bien décrit adnstep.

    Pour rajouter ma petite touche personnelle, nous pouvons comparer les entités organisationnelles, quelles soient publiques ou privées à une tour de plusieurs dizaines d’ étages.

    Eh haut les dirigeants, CIO, ministres…

    En dessous et quasiment jusque vers les premiers étages, toute la chaîne de l’administration.
    les chefs de services, les sous chefs.. Tous ces gens là n’ayant comme principale préoccupation que de garder leur job, leurs avantages ou prébendes.

    Ici le travail est organisé par tache. chacun devant rendre des comptes à son supérieur.

    Pour ce faire, ils doivent satisfaire leur hiérarchie, en leur apportant résultats, mais aussi études, compte rendus d’experts prouvant si possible la validité de leurs (in)actions.

    C’est comme cela que l’on peut voir des rapports sur tel ou tel sujet commandés à des organismes extérieurs hors de prix, arriver sur les bureaux des derniers étages et finir directement dans un placard, le patron se disant qu’il pourra toujours le montrer au conseil d’administration si il le faut.

    Mais les « cadres » doivent aussi prendre garde à ce que d’autres « dents qui rayent le parquet » ne prennent pas leur place.

    Chausse trappe, rapports sur les fautes plus ou moins graves, chantage, mise au placard , mutations, rien ne manque à l’arsenal de celui qui veut garder son poste et ce qui naturellement occupe une bonne partie de son temps, qui normalement devrait être consacré à un plus grande productivité.

    Mais comme le dit adnstep, la finalité d’une administration, n’est pas la productivité, mais le maintien de son existence et même son développement.

    Et tout en bas de la tour ?
    Les contremaîtres et le mains ouvrières. Il y en quand même quelques uns qui travaillent pour nourrir les autres.

    Cela c’est le mode de fonctionnement traditionnel (vertical) y compris des grandes entreprises privées.

    S’y oppose le mode de fonctionnement des nouvelles entreprises de la tech. ( horizontal) :

    beaucoup plus productif, car organisé en petites équipes (une dizaine) où les taches ne sont pas définies par poste , mais uniquement par objectif et par groupe.( avec un chef de groupe quand même)

    les groupes sont d’ailleurs en général composés de personnalités disparates provenant d’horizons différents de manière à enrichir par leurs idées différentes le travail collectif.

    C’est comme cela que fonctionnent les GAFA par exemple. On voit les résultats !!!

    Ce serait un tel changement d’habitudes que l’Etat jacobin devrait remettre en cause qu’il est Inutile de rêver nous n’aurons jamais ça chez nous !!!

  130. François says:

    Et bien si, car pour meubler, on créé des dites fonctions transverses qui rajoute une tâche de complexité, voire des experts dont la consultation obligatoire rallonge les circuits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine