Cela ne fait plus de doute et nous vous l’écrivons régulièrement dans nos articles, nous vivons actuellement dans un magnifique bulle spéculative… mais contrairement aux précédentes bulles qui ont jalonné l’histoire de la finance moderne, la bulle spéculative actuelle ne touche pas uniquement tel ou tel actif.

Nous avons connu la bulle spéculative des valeurs internet en 2000, la bulle immobilière, la bulle spéculative sur les matières premières et notamment le pétrole, sur l’Or, sur le Bitcoin… L’histoire de la finance est marquée par les excès de spéculation, par les successions de bulles spéculatives qui finissent toujours par éclater.

Au final, ce n’est qu’une question de temps, la valeur d’un actif doit toujours rejoindre sa valeur fondamentale. L’économie réelle finie toujours par dominer la spéculation, mais quand. Faut il se laisser tenter par l’excellent comportement des marchés financiers depuis le début de l’année (+14.46% pour le CAC 40 depuis le 01/01/2015 au moment ou j’écris ces lignes) ? ou au contraire adopter une stratégie davantage long terme pariant sur l’idée fondatrice que la spéculation ne dure qu’un temps et que le bon sens fini toujours par l’emporter.

La bulle spéculative que nous vivons actuellement est différente : Elle est générale. Tous les actifs sont dans une situation de survalorisation par rapport à leur valeur fondamentale. Qu’il s’agisse d’une bulle ou simplement d’une situation de survalorisation des marchés peu importe, la finalité est identique : Il est complexe voire impossible de prendre une décision d’investissement lorsque tous les actifs sont très (trop) chers.

  • Qui peut encore dire que les marchés actions conservent un potentiel de valorisation pérenne ?
  • Qui peut encore dire que les prix de l’immobilier vont continuer à augmenter ?
  • Qui peut encore affirmer qu’il manque des logements en France ?
  • Qui peut encore dire que les taux d’intérêts vont baisser et qu’il faut investir sur des actifs obligataires ?
  • Qui peut encore dire que les fonds euros des contrats d’assurance vie sont sans risque ?

 

Essayons de sortir de notre vision court terme et retrouvons un peu de bon sens. Le long terme seul juge …

Le niveau de l’ensemble des actifs est actuellement en totale décorrélation de leur valeur fondamentale. Cette valorisation excessive trouve une explication unanimement partagée par l’ensemble des experts : Les banques centrales ont toutes adoptées une politique monétaire visant à injecter massivement des liquidités dans une économie qui n’en a pas besoin. Ces liquidités excessives ne pouvant servir une économie mondiale déjà en sur-capacité de production, elles participent à la constitution d’une bulle spéculative mondiale et globale.

Notre analyse n’a pas beaucoup évolué depuis la fin 2013 lorsque nous écrivions cet article « Stratégie d’investissement : La fabrication de la bulle ultime à l’éclatement incertain…« . Dans cet article, nous faisions la constat identique d’une manipulation du prix des actifs par les banques centrales et d’une correction inévitable lors du retour aux fondamentaux.

Notre conclusion de l’époque était :

Le constat de la fabrication de la bulle spéculative ne suffit plus… le vrai défi est maintenant de déterminer quand elle éclatera, c’est à dire le moment ou les taux d’intérêt augmenteront et que la manipulation des banques centrales ne sera plus efficace… 

Nous restons convaincu de cette analyse … ce n’est qu’une question de temps, le bon sens l’emporte toujours.

En 2015, les banques centrales sont toujours à la manœuvre et c’est la Banque Centrale Européenne qui prend le relais de la Banque Fédérale Américaine, mais entre temps, le CAC40 à grimpé de 14%.

 

Mais alors, que faire de son argent en 2015 ? Ou et comment investir ?

Une fois cette prudence affirmée, que faire, comment placer son épargne en 2015 ? Faut il entrer dans la casino de la spéculation ou au contraire s’en extraire, fuir et attendre la prochaine crise ?

Bien évidemment la réponse devra être adapté à la situation patrimonial et au caractère de chacun, mais nous pouvons tout de même dégager quelques grandes tendances :

1 – La priorité est de rembourser vos crédits. Vous ne savez pas quoi faire de votre épargne, marre des rendements médiocres, remboursez vos crédits, comme dit l’adage, qui paye ses dettes s’enrichit. (cf article  » Qui rembourse ses dettes s’enrichit … » et « Remboursement anticipé des crédits : Le meilleur placement sans risque du moment ?« ) ;

1 bis – A défaut de rembourser vos crédits, faites renégocier votre crédit immobilier. (cf « Simulateur : Renégocier son crédit immobilier. Calculer le gain de la renégociation du taux d’intérêt« )

2- Vendez vos biens immobiliers locatifs. Entre baisse des loyers et anticipation de baisse des prix de l’immobilier, l’immobilier locatif ne présente plus un potentiel de rendement attrayant. (cf « En 2014, comme en 2013, les loyers baissent. Avant d’investir en LOI PINEL, il faut l’intégrer ! » et « Prix de l’immobilier : Ou en sommes nous ? Quelles perspectives ? » ;

3- Prudence sur les SCPI. Les valorisations des biens immobiliers d’entreprise sont très élevés, les loyers subissent une forte pression à la baisse et internet bouleverse totalement les besoins d’espace de travail. cf « SCPI : Les 4 risques qui pourraient faire baisser la valeur de l’immobilier d’entreprise. » et « SCPI : Anticiper les mutations du marché de l’immobilier de bureaux avant d’investir« 

4- Dans une période marquée par la déflation, le simple fait de maintenir la valeur de son épargne est déjà un enrichissement. Maximisez votre PEL, PEP, et autres épargne monétaire disponible et garanti. Le rendement ne sera pas exceptionnel, mais votre capital sera disponible et garanti à tout moment.

5- Prudence sur les fonds euros des contrats d’assurance vie. La garanti du capital est toute relative. (cf « Assurance vie, les risques importants qui vous obligent à changer votre manière d’investir !« 

6- Diversifiez votre épargne grâce au Crowdfunding Equity et investissez dans l’économie réelle et notamment dans les entreprises, seules capables de générer de la valeur dans un environnement économique mouvant. Le crowdfunding équity présente un attrait non négligeable et porteur de sens (cf « Comment épargner et investir sans les banques et les assurances ? » et  « Le crowdfunding, une révolution financière pour investir dans l’économie réelle ? » ;

7Pour les joueurs, à l’occasion de la prochaine consolidation, diversifiez votre épargne sur les marchés actions mais avec des gardes fous indispensable tel que le stop loss relatif. (cf « Assurance vie : Comment investir votre épargne ? Fonds euros ? Unités de compte (UC)?« 

Et surtout, n’oubliez pas de changer votre manière de réfléchir et d’investir : « Déflation : Oubliez les sources d’enrichissement du passé et adoptez de nouveaux réflexes« 

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


23 Comments

  1. Laurent Richard says:

    Rembourser ses crédits lorsque les taux d’intérêts sont au plus bas ?… Ne vaut-il pas mieux au contraire emprunter lorsque l’argent est moins cher ?
    Maximiser PEL, PEP, et autres comptes sur livret ?… Merci du conseil !

  2. Quant à moi j’ai décidé d’investir sur le marché des bien commerciaux en Pologne. Les rendements dans la pierre commerciale sont de 7% net d’impôt français et j’ai la garantie pierre. Il s’agit d’un nouveau marché mais sans risque commercial (à l’exception du risque de change)
    Pour l’instant le marché des chaines de magasins de detail et supermarchés en grande partie français n’est pas encore comblé mais c’est pour bientôt donc qui m’aime me suive. Si Carrefour, Auchan, Leclerc, Intermarché et les autres y sont ce n’est pas par hasard.

    Tony

  3. C’est vrai qu’on a eu de belles années sur toutes les classes d’actifs. La BCE rachète les oblig jusqu’à -0.2% de rendement donc c’est le moment de les lui vendre !
    Aux US, les actions deviennent survalorisées , c’est vrai , un peu moins en europe , mais l’europe résistera-t-elle a une baisse des US.
    Ce qu’il y a de sûr c’est que personne ne sait comment cette folie des banques centrales va se terminer : sans doute par un regain d’inflation ou une taxation des épargnants (comme préconisé par le FMI)
    Difficile d’y voir clair quand les banques centrales jouent aux apprentis sorciers …
    Et si tout ça se terminait par un bon vieux krach (yen, euro, actions , obligations : faites votre choix) afin de remettre les pendules à zéro ?

  4. 1,35% sur 6 ans voire 1,25% Hors assurance pour un prêt sur 6 ans….
    Pourquoi se priver de ce financement ?
    Mes clients sont plutôt satisfaits.

  5. Jean Claude says:

    Quitte a étre a contrecourant , je maintiens que l’investissement en immobilier ancien est une bonne solution si on est selectif et quand on est taxé a l’IR en tranche marginale haute ( notamment les celibataires , veufs etc et couples aisés sans enfants ).Par les temps qui courent pas tres compliqué d’acheter un appart ou un pavillon qui n’est pas en tres bon état , on peut negocier car le pouvoir est passé coté acheteur . Il faut le prendre dans une ville moyenne pour ne pas payer trop cher mais ou les loyers se tiennent ( avec internet on arrive a savoir ) . Ce bien decoté est ensuite renové financement par emprunt a 2% , et defisc en TMI jusque 10 000 € . Le rendement de l’opération est bon , vous avez un actif tangible a coté de votre assurance vie . Evidemment , faut ne pas trop faire confiance aux agences et étre selectif sur les artisans .

  6. L’immobilier n’est absolument pas trop cher en France. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les prix de bien similaires en Europe, y compris, désormais, en Allemagne.

    Cette imposture de l’immobilier français surcôté est de même magnitude que celle de la Grèce prétendment « indispensable » à la réussite de l’Euroland. Ce n’est pas l’immobilier qui est cher en France ; ce sont les français qui sont ruinés.

  7. Jean Claude says:

    Bara , bien entendu , tout est relatif , ca depend si vous habitez Knokke le Zoute ou Paris 8e ! un 3 piéces dans les arrondissements de l’est parisien type 19e par ex qui ne sont pas les meilleurs , ca vaut pour un bien correct quasi 500 000 € je ne pense pas que ca prendra beaucoup de valeur et le rendement locatif est celui du PEL et encore , avec bien moins de tranquillité . Et avec cette chére Maire , attendez vous a étre préempté et partager le palier avec des logements sociaux

  8. Jean Claude,

    Même dans le 8ème, la politique du maire se fait sentir. Et ca n’aurait pas été mieux avec sa concurrente.

    Vous avez raison pour le rendement locatif, etc. Mon point de vue est différent, je me place dans une logique de « sauve qui peut' » du capital, pas dans un débat sur quelques pour mille de rentabilité.

    Il est possible que mon pessimisme soit excessif. Mais la France a été incapable de réformer (elle est le seul pays d’Europe qui n’a pas su réduire son ratio déficit public/PIB). La France a le record d’Europe du ratio inflation/croissance (car elle préfère la stagflation à la déflation). La France n’a plus que la prise d’otages (euro faible, exit taxe, taxe d’habitation augmentée pour ceux qui n’habitent pas assez…) et l’impôt sur le capital pour étancher sa soif de solidarité. La France déplore l’inflation trop faible (comme si l’inflation quasi nulle de la Suisse avait empêché ce pays de prospérer) pour pouvoir ruiner les épargnants et les retraités.

    Mais, comme l’a dit Simplet, la France compte sur les bas prix du pétrole pour relancer la consommation…

    Quel bilan, et quelles perpectives !

  9. Jean Claude says:

    Oui Bara , mon raisonnement n’est pas dans une logique sauve qui peut . Nous avons malheureusement quelques ressemblances avec les grecs , et c’est inquiétant !

  10. Jean-Claude,

    La Grèce est revenue à l’excédent budgétaire. Elle n’a que le tourisme, mais elle n’en a pas fait une priorité nationale confiée à des politiciens dogmatiques, clientélistes et rresponsabes.
    C’est de la France que viendra l’effondrement de l’Euroland. Alors, oui, je pense que la sauvegarde du capital est prioritaire sur sa rentabilité.

    • Précision :

      En parlant du tourisme confié à des politiciens irresponsables, je n’évoquais pas L. Fabius, dont R. Barre disait qu’il était le seul capable de présider la France.
      Au moins, L. Fabius a obtenu que les zones touristiques ouvertes le Dimanche soient celles fréquentées par les touristes, et non celles – plus « exotiques » – où certains maires auraient prétendu les attirer (tout en supprimant les bus, en imposant que les vitrines ne soient pas éclairées et en détruisant les marques d’amour qu’ils accrochent aux balustrades des ponts).

  11. Bonjour,R
    Que penser du portage immobilier type stayhome.fr ( vendu avec un rendement de 6,5% net/an) ?

    • Jusqu’à …..6.5% net d’impôt
      L’argent est disponible….. Oui mais……
      Garantie locative…. Si vous pensez que la fisc considère que c’est la même chose qu’un loyer……..

      Soyons précis.
      Cdt

  12. « – Pour les joueurs, à l’occasion de la prochaine consolidation, diversifiez votre épargne sur les marchés actions »

    LA BOURSE NE SERA JAMAIS UN JEU

  13. Cela fait près de 10 ans que j’ai investi dans les SCPI. Tranquillité et renhtabilité
    ( J’ai un TRI 9 ans de 7.92% net au moment
    oú j’écris ces lignes).
    Si j’avais écouté, les cgp et tous ces experts, je n’aurai fait aujourd’hui.
    Pendant que les experts parlent, j’encaisse les loyers tous les trimestres et à partir de janvier 2016 tous les mois pour une scpi en portefeuille!
    L’immobilier d’habitation c’est beaucoup de problèmes, de frais, taxes en tous genres pour une rentabilité qui atteint très difficilement 4% net. Etant moi-même à Nice, j’ai su très tôt que cela ne valait pas le coup dinvestir dans le résidentiel car beaucoup trop cher.
    Exemple: le moindre petit studio de 22 ou 23m carrés valable se négocie entre 120000 euros et 130000euros avec notaire+ frais agence+ petits travaux, charges diverses cela revient à au moins 140000 euros.
    Le loyer net qu’on peut espérer se situe autour de 450 euros mensuel. A l’arrivée vous faites
    du 3.5 % net de tous les frais. La revalorisation du bien est à oublier.
    La chose que 90% des personnes oublient, c’est que le direct ce n’est pas de tout repos: vous aurez des locataire qui vous dégraderont votre bien, mauvais payeurs,
    vacance du bien, hausse des taxes et tous les frais cachés de réparation, etc….
    à l’arrivée, vous perdrez encore un point de rentabilité. Prendre autant de risques pour si peu, ce n’est pas terrible.
    Le direct est intéressant mais il faut faire minimum du 8 à 9% brut. Chez moi cela n’existe quasiment pas!
    C’est pour cette raison que j’ai investi dans les scpi ( 5 scpi) l’èquivalent de 2 studios.
    Ce qui me rapporte un smic net/mois en plus d’autres revenus.
    Les conseils généraux ne servent à rien car chaque cas est différent.

  14. « Si j’avais écouté, les cgp et tous ces experts, je n’aurai fait aujourd’hui. »

    Sans doute n’aviez vous pas écouté les bons professionnels ?
    Je propose des SCPI depuis des années en toute connaissance de cause et bien avant qu’elles ne soient  » à la mode » de ces dernières années.
    Comme quoi.

  15. Jean Claude says:

    @Option Plus conseil ,
    Je vous lis tout au long des articles . Que pensez vous de l’achat de SCPI actuellement ? n’y a t’il pas une grosse crainte de dégonflement de la bulle actuelle sur ces placements ? les scpi de murs de boutique sont touchées par la crise . Les Scpi de bureaux qui encore marchent bien ont une partie non negligeable de leurs locaux inoccupés ne vont elles pas devoir réajuster leur valeur d’actif ? ce d’autant qu’il continue a se construire beaucoup de tours ,
    les liquidités cherchant a se placer

  16. @Jean Claude,
    Je vous trouve pessimiste. Ce n’est pas l’époque 🙂

    Il y a encore une demande et les SCPI pour ne pas se trouver dans un marché « fermé » se diversifient en faisant des acquisitions européennes, ce qui n’était pas le cas par le passé.
    Certaines reçoivent tellement de demandes de souscription qu’elles sont confrontées à un risque dilutif.
    Est ce pour autant qu’il faut les ignorer, je ne le pense pas. Les bureaux vides, les demandes de révision à la baisse des locataires sont pour la plupart des SCPI intégrés dans les revenus distribués qui ont baissé mais qui restent encore attrayants. Sur le plan juridique la pleine propriété a sons sens, la nue propriété pour ceux qui ne veulent pas de revenus est une opportunité et les taux de prêt contribuent à donner du sens a ce type d’investissement. Je ne parle même pas pour la succession, les SCPI sont des outils remarquables.
    En complément dans le patrimoine ou en constitution, il s’agit d’un placement long terme. Ce long terme est un allié.
    Cordialement.

  17. Jean Claude says:

    @Option Plus Conseil ,
    Merci . Effectivement , je n’avais pas pensé aux SCPI diversifiées européennes . L’acquisition en NP peut étre interessant mais le probléme est le meme que pour ce qui se pratique pour les biens dans les montages de Perl ou Cogedim , on n’est pas certain de retrouver la valeur du bien PP 15 ans plus tard , mais ceci est vrai pour tous les biens , sauf que la , on n’aura pas vu les flux .
    Par contre , je ne vois pas a quoi vous faites allusion lorsque vous parlez d’outil remarquable pour les successions ? peut étre tout simplement la répartition des parts entre les heritiers évitant la vente du bien s’il était un actif indivisible

  18. « Par contre , je ne vois pas a quoi vous faites allusion lorsque vous parlez d’outil remarquable pour les successions ? peut étre tout simplement la répartition des parts entre les heritiers évitant la vente du bien s’il était un actif indivisible »

    Tout à fait exact. parfaitement jugé.

    Il faut non seulement penser à l’indivision qui est un vrai pb avec un bien en direct et plusieurs héritiers, ou Mme usufruitière et enfants nu propriétaires, remariage, enfants d’un premier lit etc.

    SCPI, parfait en ce sens. Ne pas oublier, si acquisition en NP et donation, on donne plus en valeur que 100 000 € sans pour autant dépasser ce montant sur la plan fiscal. Beaucoup de bon donc. C’est pourquoi je propose régulièrement des parts à l’acquisition pour mes clients ou prospects.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine