Les taux d’intérêt excessivement faibles et négatifs sont nuisibles et nous commençons à nous en rendre compte. Comme nous vous l’expliquions dans cet article « En 2020, Face à une politique monétaire nuisible, la politique budgétaire va financer le front populaire écologique« , la politique monétaire actuelle et les taux d’intérêt qui l’accompagne sont destructeurs. Le réveil risque d’être douloureux si les taux d’intérêt n’augmentent pas rapidement.
En début de semaine, nous apprenions que la retraite par capitalisation aux Pays-bas était en grande difficulté et c’est les pensions des retraités qui devront probablement devoir être baissé dès le 01 janvier 2020. La faute aux taux zéro ! Dans un monde sans rendement, et encore davantage dans un monde à rendement négatif, la retraite par capitalisation n’a pas d’avenir. La démographie casse le modèle de la retraite par répartition ; La faiblesse des taux d’intérêt casse le modèle de la retraite par capitalisation.
Aujourd’hui, c’est Patrick ARTUS qui fait preuve d’un grand pessimisme pour l’avenir de votre assurance vie, si les taux d’intérêt n’augmentent pas rapidement. Selon les résultats d’une étude publiée sous le titre « La situation de l’assurance-vie européenne pourra entraîner une remontée des taux d’intérêt de la zone euro« , Patrick ARTUS estime que dans deux ans, il sera trop tard :

« Si les taux d’intérêt à long terme de la zone euro restent très bas deux années de plus avec le ralentissement cyclique et l’absence d’inflation, dans deux ans il sera trop tard pour les investisseurs en obligations de la zone euro, en particulier les assureurs-vie.

On ne change pas la règlementation et l’offre de produits en deux ans, et la faiblesse du rendement des portefeuilles obligataires dans deux ans peut conduire à des sorties très importantes de capitaux d’épargnant.

L’assurance-vie de la zone euro, comme d’ailleurs l’ensemble des investisseurs institutionnels de la zone euro, est essentiellement investie en obligations, ce qui est largement dû à la règlementation.

Si les taux d’intérêt à long terme restent aussi bas qu’aujourd’hui et si la règlementation ne varie pas, l’assurance-vie de la zone euro va être en grande difficulté : perte de clients, d’où nécessité de vendre à perte des actifs.

En deux ou trois ans, il est impossible de changer la règlementation ou de développer de nouveaux supports d’épargne. Il faudrait donc, pour soutenir l’assurance-vie de la zone euro, augmenter progressivement et dès aujourd’hui les taux d’intérêt.

Mais c’est impossible compte tenu des perspectives cycliques dans la zone euro. »

 

 
 

Comment pourrait s’organiser la hausse des taux d’intérêt pour limiter la casse pour l’économie ?

La nécessité d’augmenter les taux d’intérêt est évidente. Mais comment gérer cette remontée sans détruire l’équilibre fragile de l’économie. Remonter les taux d’intérêt brutalement, et ce sont les marchés financiers qui s’écroulent et la croissance qui s’éteint en l’absence de carburant financier.
La banque centrale Européenne à élaboré un début de réponse en début de semaine dernière : M. Draghi a déclaré que si les politiques budgétaires de la zone euro devenaient plus expansionnistes, les taux d’intérêt de l’euro pourraient remonter plus vite.
Le scénario est alors plus clair :

1- Il faut que les états abandonnent la discipline budgétaire pour relancer l’économie à coup de politique budgétaire plus expansionniste ; Ce pourrait alors le prétexte de la protection de l’envirronnement qui pourrait être utiliser pour justifier cette relance budgétaire (cf »En 2020, Face à une politique monétaire nuisible, la politique budgétaire va financer le front populaire écologique« ) ;

2- La relance budgétaire pourrait alors autoriser une nouvelle pentification de la courbe des taux d’intérêt avec la baisse de l’aversion pour le risque, la baisse de la probabilité d’une récession, le retour des investisseurs vers les actions ;

3- et ainsi permettre à la BCE de remonter les taux d’intérêt afin de supprimer les effets destructeurs des taux d’intérêt trop bas (cf »D’où peut venir une remontée des taux d’intérêt à long terme de la zone euro ?« ).

 
Bref, les taux négatifs sont peut être encore plus destructeurs que les conséquences d’une hausse de ces même taux d’intérêt ! Entre deux maux, il faut choisir le moins mauvais !
A suivre…

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

103 commentaires