Voici un article directement inspiré de mon entretien de ce matin avec Benjamin, chef d’entreprise de 40 ans, qui vient de souscrire un forfait d’accompagnement patrimonial.

Benjamin et son épouse affichent une réussite professionnelle particulièrement satisfaisante. Leurs revenus leur permet de très largement subvenir à leurs besoins du quotidien et ils aspirent à changer de résidence principale dans -+ 10 ans, lorsqu’ils quitteront Paris pour finir tranquillement leur carrière professionnelle au bord de la mer en Charente maritime.

Benjamin a souscrit un accompagnement patrimonial afin que je l’aide dans la réalisation de ce projet de vie prioritaire pour la famille.

Actuellement, Benjamin et son épouse épargnent 1000€ par mois et disposent déjà de 200 000€. Ils veulent « accumuler » au moins 600 000€ dans 10 ans pour se payer cette belle nouvelle résidence principale (si les prix de l’immobilier n’augmentent pas trop d’ici là).

Leur question est alors très simple : Comment investir ces 1000€ par mois + 200 000€ de capital pour obtenir 600000€ dans 10 ans ?

Benjamin a déjà beaucoup travaillé sur la question. Il sait qu’il lui faut trouver un rendement de 7.49% par an pendant 10 ans pour réussir.

Il compte donc sur mes conseils pour trouver ces investissements qui lui permettront d’obtenir ce rendement dont il a besoin pour satisfaire son projet de vie.

En théorie, un rendement certes très élevé, mais pas impossible à obtenir si Benjamin accepte de dépendre du niveau des marchés financiers ou des prix de l’immobilier pour changer de vie et acheter sa belle maison en Charente maritime.

En effet, même si les performances passées ne sauraient préjuger des performances futures, il doit être possible d’obtenir ce rendement annuel de deux manières :

  • Soit en profitant pleinement de l’effet de levier du crédit immobilier en achetant un ou plusieurs biens immobilier locatifs ;
  • Soit en utilisant sa capacité d’épargne mensuelle pour acheter des actions ; Le CAC40 dividendes réinvestis depuis 1987 affiche un rendement compris entre 8% à 9%. Idem pour le MSCI world. Il aurait donc suffit d’acheter un ETF CAC40 ou MSCI World dans un contrat d’assurance-vie avec des frais très faibles pour obtenir un tel rendement (passé).

Bref, en théorie, cela ne semble pas totalement impossible.

Pourtant, comme le veut la citation de Pierre DESPROGES : « Un jour j’irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien« . C’est bien le problème avec la théorie.

Deux problèmes sont clairement identifiés dans la situation présentée par Benjamin et son épouse :

  • 10 ans, c’est trop court. Investir dans l’immobilier ou sur le marché action est vraiment trop court. La capacité à obtenir ces rendements élevés suppose d’investir à long terme, c’est à dire sur 15 ou 20 ans minimum. A court terme, des cycles économiques pourraient détruire ces perspectives de rendement. N’oubliez pas que celui qui aurait investi en action en 2000, aurait du attendre 15 pour récupérer le capital investi !
  • Attention aux biais comportementaux. Gérer un patrimoine important, c’est surtout gérer ses biais comportementaux. Vous êtes votre pire ennemi et c’est souvent la mauvaise gestion de vos certitudes, craintes, stress de la volatilité qui vous empêche d’obtenir le rendement théorique que vous visez.

Au final, si l’ambition de Benjamin n’apparaît pas comme inatteignable sur le papier, la vraie vie et l’expérience doit nous obliger à une plus grande prudence.

Mais surtout, et je crois qu’il s’agit là du point essentiel : Viser un rendement maximum, c’est accepter un risque maximum. Un risque qui pourrait payer si tout ce passe bien, mais surtout un risque qui pourrait remettre en cause le projet de vie de Benjamin. Est ce vraiment sérieux ?

La définition même de la notion de risque signifie que tout le monde ne peut pas gagner ; pour qu’il y ait des gagnant, il faut des perdants car si tout le monde gagne, c’est qu’il n’y a pas de risque.

Parier sur l’obtention d’un rendement maximum pour satisfaire votre projet de vie apparaît comme particulièrement aléatoire. Il paraît plus efficace de jouer sur les deux autres leviers :

  • Le temps ;
  • Votre capacité à épargner.

Plus que le rendement, le temps et votre capacité à épargner sont les deux leviers qui vous permettront de vous construire un patrimoine solide.

1 – Le temps

Dans notre exemple, nous avons calculé que pour obtenir 600 000€ dans 10 ans avec 200 000€ + 1000 / mois, il fallait impérativement un rendement de 7.49% par année et donc prendre un risque maximum pour atteindre cet objectif.

Si Benjamin avait commencé son projet d’investissement 5 années plus tôt, la durée totale de sa stratégie d’investissement aurait été de 15 ans : Pour obtenir 600 000€ dans 15 ans avec 200 000€ + 1000 / mois, il faut un rendement de 3.89%.

Il s’agit tout de suite d’un rendement plus facile à obtenir. La prise de risque nécessaire pour atteindre l’objectif apparaît comme plus facilement à obtenir (et surtout le risque de devoir remettre en cause le projet à cause d’une mauvaise conjoncture moins fort).

==> Le temps sera votre allié pour vous construire un patrimoine avec sérénité ; Une variable que vous pouvez maitriser contrairement au rendement du capital ! Le temps permet une meilleure gestion du risque et de la satisfaction de vos projets de vie.

Plus vous avez du temps, plus il est facile d’investir dans des actifs source de valeur à long terme (CQFD)

2- Votre capacité à épargner.

Le second levier sur lequel vous pouvez agir pour maximiser votre capacité à générer un patrimoine à long terme est votre capacité d’épargne.

Dans notre exemple, nous avons calculé que pour obtenir 600 000€ dans 10 ans avec 200 000€ + 1000 / mois, il fallait impérativement un rendement de 7.49% par année et donc prendre un risque maximum pour atteindre cet objectif.

Si Benjamin était capable d’épargne 1500€ / mois (au lieu de 1000€), il pourrait se contenter d’un rendement de 5.80% sur 10 ans ou seulement 2.24% sur 15 ans.

==> Augmenter votre capacité à épargner réduit la nécessité d’assumer un risque élevé qui pourrait remettre en cause la réalisation de votre projet.

Conclusion :

Au lieu de vous focaliser sur votre capacité à générer un rendement maximum, vous feriez mieux d’anticiper et de travailler sur les deux leviers à votre disposition :

  • La durée de votre stratégie d’épargne et d’investissement ;
  • Le montant que vous êtes capable d’épargner.

Depuis maintenant 20 ans que j’accompagne les épargnants dans la gestion de leur patrimoine, ce constat se confirme : Les plus riches d’entre vous ne sont pas ceux qui ont généré le meilleur rendement pour leur épargne ; Ce sont ceux qui ont épargné le plus sur les plus longues durées.

Le rendement est une variable sur laquelle, il est difficile d’avoir la main. Il ne faut pas s’en priver, mais il ne semble pas raisonnable d’en faire la principale variable de satisfaction des projets de vie !

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

Se construire une fortune est un état d’esprit réservé aux économes, aux radins et globalement à ceux dont les besoins de consommation sont très inférieurs à leurs revenus.

Il faut être une fourmi pour faire fortune.

La recherche du rendement maximum est loin d’être suffisant pour se construire un patrimoine ; La recherche de rendement est la solution de facilités des cigales… mais l’expérience montre que les cigales n’arrivent jamais à ce construire un patrimoine, elles aiment trop la satisfaction de l’immédiat pour accepter le temps long nécessaire à la construction d’un patrimoine.

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres et formations 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Investir dans l'immobilier

73 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :