Blockchain, bitcoin, investissement productif, bulle immobilière, spéculation, mondialisation, économie, politique, loi de finances, … Nous sommes pollués par cette société de la communication et la narration qui entoure les faits. La vérité n’existe plus. La vérité n’a plus d’importance !

Nous sommes dans une société ou le plus important n’est pas le « fait », mais l’interprétation de ce fait par ceux qui possèdent et maîtrisent les médias. Celui qui maîtrise la narration autour d’un « fait », crée la vérité admise par la société. Pourtant, pour chaque fait, les interprétations, la narration peut être multiple et donc il existe potentiellement autant de vérités que de récits narratifs.

Nos outils pour réussir votre investissement immobilier (locatif, location meublée ou résidence principale)

 

Et toujours, notre livre « Investir dans l’immobilier » (déjà plus de 1000 exemplaires vendus) pour y découvrir nos stratégies et conseils pour investir

Ces médias sont les journaux, la télévision, les blogs, et les réseaux sociaux. Chacun de ces médias interprète un « fait » et impose sa narration. Ici, sur leblogpatrimoine, nous sommes au paroxysme de cette interprétation narrative des faits : Nous vous proposons notre narration, notre interprétation des faits ! Nous créons notre vérité. Est ce la vérité qui sera finalement retenue par la société ? Je ne sais pas. 

Vous êtes ici, sur un blog ! Un site sur lequel, un auteur communique et donne son analyse (sa vérité) autour d’un fait ! Il ne s’agit pas d’une analyse objective et froide (une analyse objective n’est que l’interprétation d’un fait au regard de la narration dominante), mais d’une analyse subjective, c’est à dire que je vous propose ma narration, mon interprétation d’un fait en conformité avec la narration dominante ou non.

A ce titre, il est intéressant de lire la nouvelle définition légale de fakenews : « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable ». Cette définition est liberticide et contraire à la liberté d’expression en ce sens qu’elle interdit la narration alternative à la narration majoritaire ! En contrôlant, la construction de la vérité, on construit le pouvoir et ses opposants ! C’est très grave ! La notion de vérité est par nature subjective ! Personne, et encore moins un juge, ne peut donc déterminer objectivement la « vraie » vérité.

Au final, la vérité est l’analyse narrative qui aura le plus d’adeptes et qui sera reprise par le plus grand nombre ! Tout est narration ! Nous sommes en permanence en « combat » pour faire reconnaître sa narration comme étant la vérité, c’est à dire la narration dominante, reconnue par la majorité. Celui qui investit dans la narration dominante, c’est à dire dans la narration qui deviendra la nouvelle vérité, dominera ce nouveau monde.

L’économie est une narration. La politique est une narration. La vie personnelle est une narration. Il y a la narration libérale, social-démocrate, communiste … Chacun interprète un même fait au regard de sa propre narration.

Ainsi, les médias sociaux bouleversent la construction de la narration dominante (nous sommes ici un exemple parfait de cette remise en cause de la narration dominante – En vous proposant notre propre narration, souvent différente de la narration dominante, nous participons à faire changer la vérité car nous remettons en cause la narration dominante du pouvoir ancien des journaux papiers et autre presse traditionnelle).

 

 

La folie #bitcoin ou #ICO, une narration imposée par les nouveaux maitres des médias numériques.

Pour comprendre, ma réflexion, je vous propose de réfléchir ensemble sur l’euphorie incroyable autour des #bitcoin et autre #ico, en passe de s’imposer comme nouvelle vérité.

En 10 ans, les médias numériques et autres réseaux sociaux ont réussi à imposer une nouvelle vérité au monde ancien. Le succès est tel qu’aujourd’hui, les montants levés sous cette nouvelle forme de financement est en passe de dépasser les moyens anciens de se financer. Mais le succès repose sur la persistance de la narration : Pour que les ICO s’imposent définitivement, il faut que cette nouvelle narration s’impose durablement dans la société.



A ce titre, les commentaires et échanges d’hier autour de cet article « Droit de réponse Lili.am : Pourquoi une ICO (Initial Coin offering) pour lili.am ?« , illustre parfaitement le combat entre les propos narratifs de ceux qui  reconnaissent cette innovation comme nouvelle vérité, et ceux qui ne la reconnaissent pas. Qui a raison ? Impossible de savoir qu’elle narration va réussir à s’imposer et devenir la nouvelle vérité.

 

 

Les bulles spéculatives illustrent parfaitement l’idée de la narration.

Plus généralement, toutes les valorisations sont le résultat d’un vérité imposée par la narration majoritaire. Pourquoi la valeur d’une action est très élevée ? La réponse est simple : La société admet majoritairement (=narration dominante) que le modèle économique développé par cette société est pérenne.

Une situation de bulle n’est elle pas que le résultat d’une adoption massive et rapide d’une nouvelle narration dominante ? La société adopte rapidement une nouvelle narration dominante (intelligence artificielle, numérisation, …) , c’est à dire une nouvelle vérité qui va construire le monde de demain.

Tous les acteurs doivent donc y investir massivement et rapidement pour dominer ce nouveau monde en construction autour de cette nouvelle vérité. Mais cette nouvelle vérité sera t’elle pérenne ? Une nouvelle narration ne va t’elle pas prendre le relais ? C’est alors ce qu’on appelle l’éclatement de la bulle.

Ces autres articles devraient vous intéresser :


63 Comments

  1. emile Duglan says:

    ça alors !

  2. Donc ce qu’affirme cet article n’est peut être pas la vérité et cette phrase aussi !

    :))

  3. Fredy Gosse says:

    Faut juste avoir de la chance-:) Ankou n’était pas d’accord-:)
    Pour la narration l’écologie c’est pas mal ,/tout contradicteur étant immédiatement réduit au silence-:)

  4. Guillaume vient d’intégrer un cercle philosophique… les réflexions sur la relativité de  »toute vérité » guident sa plume.

    Je partage le point de la vue de la narration dominante tant l’être humain est capable de comportements moutonniers… ceci est aussi  »vrai »;) en terme d’investissements…

    en tout cas j’admets comme vérité… »plus les paradigmes changent moins nous vivons dans un  »better world » et moins j’adhère aux paradigmes successifs 😉

  5. La vérité de l’un n’étant pas celle de l’autre, nous pouvons palabrer longtemps. En menant ma réflexion, je cherchais le lien entre action et vérité. Je me suis mis en quête d’une recherche sur le net et là …. Mieux que les ICO et autres 🙂
    Il y a d quoi faire… Tapez action et vérité, ça dépasse la narration 🙂

  6. Damien says:

    Du coup, puisque la vérité n’existe plus et que seule compte la narration, ne serions-nous pas dans une période d’euphorie?
    L’argent est créé désormais ex nihilo, le crédit n’est pas cher. Les actifs sont survalorisés mais ils prennent encore de la valeur. Les années folles en moins glamour en somme.
    Nous sommes bien à la veille d’une crise de la demande, les fonds de private equity ne sont plus très regardant sur les conditions de leurs investissements, ils investissent parce-qu’ils ont trop d’argent. Ils investissent à crédit pour diminuer le risque. Pour autant, la croissance et l’inflation grimpent petit à petit, mais là se pose la question de la poule et de l’oeuf : qui engendre quoi?
    Le crédit et l’abondance des liquidités tirent-ils la croissance vers le haut ou a t-on délibérément choisi de soutenir la croissance avec le crédit et l’abondance de liquidités?
    Je dois avouer qu’on ne sait plus.
    Une chose est sûre, en cas de remontée brutale des taux la demande va s’assécher et tous les actifs seront impactés, aussi les banques rentreront dans une zone de fortes turbulences, les assureurs vont voir leur portefeuille fondre comme neige au soleil.
    Mais après tout, n’est-il pas bon de faire tabula rasa et d’appuyer sur le bouton reset pour assainir le marché et revenir à la réalité en abandonnant la narration?

    • Fredy Gosse says:

      Don’t worry ,si l’euro explose le tabula rasa viendra raser toutes nos économies d’un coup -:) et en même temps si la narration actuelle européenne sur l’impossibilité de faire respecter les frontières continue cette narration aboutira tôt ou tard au chaos -:(

  7. julien bonnetouche says:

    Évidemment, la Vérité existe bel et bien !! (ici en matière d’économie et de bourse)

    Mais je comprends très bien que ceux qui sont adeptes des non-choix, où qui préfèrent lancer des idées au vent sans chercher à apporter de réponse tangible ou au moins argumentées, préfèrent supposer qu’il n’y en a pas vraiment.

    La vérité des médias, celle des réseaux sociaux alimentent les rumeurs auxquelles les esprits faibles adhèrent le plus facilement. Cela ne veut pas du tout dire que ce sont des vérités.

    Et comme les gens adorent dramatiser, broder, on le voit tout au long des blogs, ils s’imaginent que, sous prétexte qu’une idée fait boule de neige dans la média-sphère, elle est forcément vraie puisqu’elle flatte en eux des des bouffées d’angoisses ou au contraire de passivité directement sortis de leur ça.

    Non la vérité existe, mais on doit bien le reconnaitre elle est difficile à cerner : il faut justement s’abstraire de ce que pense le consensus ( ou plus exactement prendre en compte que le consensus en matière boursière va toujours dans le mur).
    Si l’on veut s’approcher au plus près de la Vérité, Il y a toujours une part de réflexion, mais surtout une grosse part de psychologie à froid qui doit s’exonérer de ses propres pulsions mais tenir compte au premier chef de celles des autres et d’en cerner les excès.

    • d’autant plus difficile à cerner qu’il y a autant de vérités que d’individus.

    • Damien says:

      Ce qui ne s’est pas encore produit n’est qu’une possibilité ou une probabilité, ce ne peut être une vérité. Car la vérité est basée sur des faits et non des anticipations. Mais avec l’expérience, il est possible d’anticiper une réalité, et si cette réalité se produit alors c’est que nous étions dans le vrai.
      Le temps est donc un facteur déterminant de la vérité. Je dirais même la temporalité. Ce qui est passé est vrai, ce qui est à venir est soit vrai soit faux, ce qui est à l’instant présent est vrai. Je caricature, il faut nuancer avec la notion de perspective. Bref, la recherche de la vérité est un vaste programme.

      • William says:

        pas si sur ! exemple la narration des négationnistes fait son chemin, malgré une vérité assez démontrée, ce qui pourrait prouver qu’avec le temps, une narration plus forte pourrait effacer la vérité…?

        • Si je puis me permettre, je crois que le négationniste refuse de voir un fait incontestable.

          Il s’agit, dans le cadre de la réflexion de l’article, de ce concentrer sur la narration qui entour un fait incontestable. La question n’est pas tant le fait, que les histoires que l’on se raconte pour expliquer ce fait.

      • Michel says:

        Je m’apprêtai à écrire à peu près la même chose que vous, seule l’histoire, notamment des faits (vérifiés) est vraie, tout le reste n’est que prospective ou spéculation avec grosso modo une chance sur deux que l’avenir vous donne raison.
        Néanmoins, il y a plusieurs sciences de la vie, il y a les sciences exactes pour lesquelles la vérité est (quasi) absolue et les autres dont chacun y spécule en fonction de ses connaissances, sa culture, son intelligence voire ses intuitions.

        Pour ma part, puisque, comme dit GF, ce que je sais, c’est que je ne sais rien, j’essaie toujours de me référer aux fondamentaux ou parfois suivre les pistes de quelqu’un qui maîtrise le sujet et brille par son intelligence et son bon sens (car la vie en somme n’est que logique et bon sens).

  8. Fredy Gosse says:

    @Julien
    vous savez s’approcher seul au plus proche de la réalité c’est philosopher.. et avoir raison trop tôt c’est avoir tort tout de suite 🙂
    vous me direz oui mais tôt ou tard la réalité prend le dessus ,certes certes mais vous pouvez être ruiné ou mort avant…je parle d’expérience.. ( pour la mort ça peut attendre…)
    c’est pourquoi j’en reviens toujours à ma réflexion dans le champ des possibles ou des improbables , il y en a qui passent à travers les gouttes et d’autres pas … comme à la guerre

  9. julien bonnetouche says:

    Ce que dit Damien est exact : la Vérité ne se conjugue qu’au présent.
    Mais le futur en découle selon des règles de probabilité, qui nous disent que l’anticipation, la divination de ce qui peut advenir dépend hautement de l’analyse du moment présent.
    Cela d’une manière statistique naturellement c’est à dire que la part de l’imprévisible, existe mais d’une façon assez marginale.
    Tout ceci si l’analyse du présent est pertinente.
    Et voyez vous, les gens ont des idées…. des idées reçues ou préconçues, et surtout souhaiteraient faire coller la réalité à leurs rêves. c’est exactement le contraire de toute démarche un tant soit peu scientifique.
    Un exemple : le communisme on sait que ça ne marche pas, On le sait aujourd’hui mais franchement on aurait quand même pu s’en douter plus tôt !! Car le « bon sauvage » non plus ça n’existe pas !

    A la réflexion, cet exercice de groupe pourrait se révéler intéressant si nous l’appliquions à la réalité économique et politique de chaque moment, afin d’essayer d’en tirer des éléments susceptibles d’anticiper ce que feront les marchés
    Exemple : que va faire ou dire Trump, que va faire le nouveau gouvernement italien ? etc ….

    • jean claude says:

      conjuguer le futur au présent voilà qui est intéressant pour la vérité…

    • Michel says:

      « Cela d’une manière statistique naturellement c’est à dire que la part de l’imprévisible, existe mais d’une façon assez marginale. »

      Tenez Julien de l’imprévisible marginal comme vous dites:
      Election de Trump, Brexit, Ultra gauche et extrême droite au pouvoir en Italie, Rajoy viré, taux négatifs, rencontre Trump / Kim Jong-un, Poutine au 4ème mandat, Macron Président, affaire Weinstein, etc.. etc.

  10. A l’évidence nous sommes déjà dans le post – Warhol : chacun a, a eu ou aura derechef droit à sa minute de gloire, désormais quasi universelle grâce au Net.

    Extraire la vérité de cette montagne de subjectivité (fessebouquienne et MemyselfIjelevobien) va s’avérer mission quasi-impossible, si tant est que le niveau de mise en abyme cher à l’homme du XVIII ème (et plus que jamais utile) n’est possible qu’avec un degré de réflexion, de connaissances et de synthèse qui hélas se raréfie grandement.

    Partant de cet aplatissement volontaire (oh le complotiste) ou subi de ces qualités de distance et de réflexion sur les années à venir, la plus grande crainte, au delà du choc des narratives se valant toutes, sera bien la survivance du lien d’humanité qui se verra lui aussi aplati, voire éliminé.

    Cela est déjà à l’oeuvre dans les pays dits développés

    Vivre avec la vérité, quête difficile, c’est portant un jour tenter et parvenir de vivre avec les hommes., réconcilier les deux est un des grands buts de la vie.

    Sinon, la redoutée barbarie repointera son nez, et, comme le diable, dans les détails.

  11. Fredy Gosse says:

    Mais non les fakes news vont disparaître en 🤢

  12. La vérité ?! C’est que du point de vue SEO, vous allez cartonner sur la requête « narration »…
    Sauf si Google narre que le mot est cité en excès et decide plutot de contrer votre sémantique ultra narrative. 😉

    • Damien says:

      Je trouve que ce mot est très adapté à notre époque : nous nous racontons des histoires que nous tenons pour vraies.
      Et la métaphore induite par l´idée de narration : une voix off racontant le film de nos vies.
      Très symbolique de l’époque.
      Nous ne sommes plus dans le réel mais le virtuel. Et dans le virtuel toutes les histoires sont vraies si elles sont bien construites.

  13. Géraud says:

    100% d’accord avec vous Guillaume sur le danger de cette loi anti fake news.
    La France étant déjà par ailleurs parmi les pays qui contraignent le plus la liberté d’expression, ça ne va pas s’arranger.

  14. Le Mecreant says:

    Ca sent le temps du bac… épreuve de philo. 🙂 C’est vrai qu’on est en juin.

    Pour le reste, La Vérité, avec une majuscule et absolue, ca n’existe tout simplement pas.
    Même le fait que nous mourrons tous, puisque pour certain ce n’est pas la fin mais le début d’autre chose. (tiens a ce propos, ce sont les religions qui vont en tirer une si il faut répondre a ce critère: « toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable ». C’est bien la preuve que la vérité est intrinsèquement dépendante de celui qui doit la recevoir… ou pas. C’est pourquoi le critère d’opinion majoritaire n’est pas pertinent. Ce n’est pas parce que tout le monde crois que le soleil tourne autours de la terre que c’est vrai. La majorité n’a jamais transformé une erreur ou un mensonge, en vérité. En matière d’investissement c’est encore plus évident, il n’y a pas de vérité absolue, il y a une spéculation sur l’avenir, une prise de risque, un pari sur des scénaris probable ou pas. Le tout en fonction de la situation personnelle de chacun a un instant T. Nous ne somme pas dans le monde de « La Vérité » révélée ou absolue, mais dans ce que j’appelle « la logique floue ». La question n’est pas tant de savoir si les cryptomonnaies ont de l’avenir ou pas, que de choisir de prendre le risque d’y investir et avec quel objectif. Et c’est bien la que peuvent intervenir les CGPI en aidant le client dans sa réflexion. Ce qui est a l’opposé d’une plate forme d’achat dont le but est de vendre un produit. Et si je prend le cas de la plate forme dont nous parlons, la seule question a se poser est de savoir si l’argent que je vais y mettre, sera récupéré(able) , au bout de combien de temps et avec quel intérêt (financier ou autre). Ce me semble être les question basiques pour n’importe quel investissement. C’est ça la seule, la grande et l’unique vérité 🙂

    • Damien says:

      En vous lisant j’ai immédiatement pensé à cet adage : « l’erreur commune ne fait pas droit ».
      Nous qui souffrons de modernisme devrions nous rappeler que si les technologies ont évolué, ce n’est pas le cas de l’intelligence et de l’expérience humaines.

      • Le Mecreant says:

        Un de mes vieux maitres disait: globalement l’homme n’a pas fondamentalement changé depuis l’homme des cavernes (on sait maintenant que c’est depuis, Lucie et Tomaï ) et raisonnablement il ne va pas évoluer dans les 20 ans qui viennent. 🙂

  15. @Le mécréant
    Lol !!!!!

    Vous êtes bien logiquement en phase avec votre pseudo, et d’une cupidité… presqu’identique à la mienne !!!!

    Sur ce je vais relever les compteurs et voir si mes dividendes et loyers sont bien virés sur mes comptes offshore sécurisés……. :=))

    Il y a longtemps on chantait que la solitude n’existait pas; avec vous je me sens moins seul car la Vvwérité, en vérité, ça n’existe pas en effet….. c’est donc votre vérité.Et certains pourront donc accidentellement la partager…

    Bon apéro….

    • Le Mecreant says:

      Ma cupidité, ma cupidité… y a pas QUE l’argent qui m’intéresse dans la vie , il y a ussi le fric le flouze, oseille et le pognon 🙂
      Comme disait Sylvain Floirac, (un auvergnat) une affaire doit laisser du gras, même pas beaucoup, mais elle doit laisser du gras. 🙂

  16. julien bonnetouche says:

    @ le mécréan, sven,

    Et la vérité scientifique, qu’en faites vous ?
    C’est quand même une base plus sure que ce que peuvent penser les uns et les autres !!

    Je me souviens d’un type qui un jour m’a dit :  » j’ai deux médecins, l’un à Asnières, et l’autre au pont de saint cloud. mais celui du pont de saint cloud est bien meilleur que l’autre »
    Ce sur quoi je lui demande : et à quoi avez vous vu cela ?
    « Un idée, comme ça ! vous avez pas des idées vous ? »

    Ce que je peux dire en tous cas, c’est que cette réflexion m’a été utile toute la vie en m’aidant à prendre conscience que les gens tiennent souvent à leurs idées ( stupides ou pas) sans qu’ils cernent vraiment pourquoi.
    Tenir à ses propres idées ne veut pas du tout dire que c’est un vérité pour soi. Cela peut très bien vouloir dire que l’on se trompe.

    • Le Mecreant says:

      Ah la « vérité scientifique »… quand je vois ce que l’on crois savoir aujourd’hui sur l’évolution de l’homme, comparé a ce dont on était absolument certain au temps ou j’étais au collège, je me dit que les certitudes absolues sont relative… et lycée de Versailles 🙂

      • jean claude says:

        De notre temps on distinguait en effet l’homme de l’animal suivant nos professeurs du fait qu’il savait faire des outils!
        on sait maintenant que les singes ,les corbeaux et bien d’autres en sont aussi capables
        Ce que je crains le plus avec cette loi anti fake news c’est qu’on nous restreigne cette liberté de pensée qu’on avait sur internet et que de futurs torquemada en viennent à fermer ces blogs qui ne prêchent pas la pensée unique comme on peut le voir en Chine

      • Lol, oui la fameuse vérité scientifique, intangible jusqu’à la prochaine « découverte » qui va battre en brèche l’édifice construit autour de la vérité précédente.
        Le domaine médical est succulent en la matière, vous qui parliez du « gras » il y aurait à dire en matière de cholestérol si vilain jadis, puis du lait pourvoyeur de calcium (mercimonlobby), et tant d’autres vérités scientifiques….
        Qui le sont jusqu’à renversement partiel ou total….

        L’humilité est le meilleur antidote, et garder à l’esprit que l’observateur scientifique ou pas pourrait influencer le sujet étudié.

        Quantique des quantiques disiez-vous ?

      • Michel says:

        Vous mélangez de toute évidence ce que sont les sciences exactes et les sciences « molles »!!!
        http://www.freesciences.be/lascience6.php

        • Le Mecreant says:

          Les sciences exactes… comme les maths. Pourtant il n’y a rien de plus menteur que les chiffres, n’importe quel chef d’entreprise vous le confirmera (version le bilan pour le fisc et celui pour le banquier. par exemple)

          • Michel says:

            Sauf que ce ne sont pas des maths mais des malversations (pardon des astuces!) comptables, rien à voir avec une science !

    • Fredy Gosse says:

      A condition d’en prendre conscience -:)

    • jean claude says:

      et dito pour les huiles de tournesol et d’olive qui soit disant il y a 30 ans étaient nocives vis a vis du cholestérol pour ceux atteints de maladies cardiaques.
      le comble est atteint en France avec le principe de précaution que le monde entier nous envie!!!!Et pendant ce temps là toute notre recherche agronomique est stérilisée ou s’en va à l’étranger ce qui ne nous empêche pas de bouffer des OGM et d’autres merdes et pesticides dans tous nos produits importés

  17. julien bonnetouche says:

    Dommage,
    c’est un questionnement intéressant et important.
    Or vous restez tous dans le superficiel, la non réponse comme souvent, hors sujet donc, sous prétexte d’un humour à deux balles complétement éculé,
    Et de plus vous vous trompez complètement sur le progrès scientifique des dernières années qui relègue au rang de reliques l’ésotérisme passé, et cela dans tous les domaines.

    • « Et de plus vous vous trompez complètement sur le progrès scientifique des dernières années qui relègue au rang de reliques l’ésotérisme passé, et cela dans tous les domaines. » Et nous dirons probablement cela dans 50 ans concernant la technologie et notre savoir actuel 😉

  18. Fredy Gosse says:

    @julien
    le progrés scientifique est indéniable MAIS c’est juste un marteau…. ensuite ce qu’en feront les hommes….

    Nous nous trompons toujours parce que nous jugeons le futur au regard du prisme du passé , que nous n’arrivons pas à appréhender les conséquences de changements en cours que l’humanité ne peut suivre .
    Vous pouvez être un expert dans votre domaine et être nul dans d’autre domaines…ça ne vous autorise pas à proclamer vos certitudes dans ces domaines-:)
    là je parle d’experts pas de saltimbanques auto proclamés experts du climat par exemple.
    Tout ce que l’on peut faire c’est garder l’esprit ouvert ,lire tout et le contraire de tout pour faire SA VERITE …et point barre.Apres les faits vous jugent ….

    • jean claude says:

      Exact,j’ai entre autre toujours pensé que les prix Nobel qui s’exprimaient en dehors de leur domaine de compétence étaient souvent à côté de la plaque;
      il ne faut surtout donc pas se prendre au sérieux ,dixit Woody ALLEN : »Le futur m’intéresse car je compte y passer mes prochaines années » et ça on en est sûr

  19. Miss Tip says:

    La loi sur les fake news a pour objet de lutter contre la prolifération d’informations reposant sur de la pseudo-science ou totalement infondées, notamment quand cela est susceptible d’avoir de lourdes conséquences : si un blogueur influent annonce qu’il va y avoir un attentat à Cannes cet été (en s’appuyant sur toute une série de conjectures et de suppositions) et que cette information est abondamment relayée sur les réseaux sociaux, les commerçants cannois risquent de devoir financer une solide campagne de communication pour « limiter les dégâts » de ce genre de fausse information…

    Le problème, c’est qu’il n’est pas évident de donner une définition des fake news. En quoi « l’information » de notre blogueur diffère-t-elle par exemple des informations contenue dans le business plan d’une entreprise qui se crée pour commercialiser une innovation ou de l’alerte lancé par un médecin qui constate dans sa patientèle prenant pendant des années le médicament A l’apparition d’un nombre conséquent de maladie rare B ? En effet, dans bien des domaines (business plan, analyses diverses et variées, suspicion d’un lien de causalité…), soit l’on ne dispose pas d’éléments vérifiables (lorsqu’une entreprise se crée pour commercialiser une invention, son business plan repose sur des supputations…), soit l’on manque de moyen pour prouver un réel lien de causalité : notre médecin dispose d’un échantillonnage insuffisant pour rendre le lien vraisemblable et il n’a pas les moyens de lancer une étude sur le sujet…

    En conséquence, comme le constate GF, cette loi, suivant l’usage qui en sera fait, peut s’avérer dangereuse pour la liberté d’expression, les lanceurs d’alertes, les créateurs d’entreprises innovantes, les débats d’idées…

    N’aurait-il pas été plus sage, au lieu de légiférer sur les « fake news », de développer une éducation à l’esprit critique, au bon usage de la liberté d’expression et améliorer la prise en charge des personnes souffrant de paranoïa et de délire de persécution (avec peut-être une limitation de leur liberté d’expression sur les réseaux sociaux, vu que les lecteurs n’ont pas les moyens de savoir si la personne est saine d’esprit ou non…) ?

    • Damien says:

      Il faudrait réformer l’école et apprendre aux gens à être responsables de leurs actes.
      Apprendre le bon usage de la liberté d’expression c’est déjà limiter cette dernière. Puisque le bon usage est différent selon que vous regardiez de l’oeil droit ou de l’oeil gauche.
      Eduquer à l’esprit critique est une perte de temps car tout et son contraire peut être critiqué et il y aura toujours des crédules, ces deux éléments sont d’ailleurs la base des théories complotistes et des fake news.

      • Le Mecreant says:

        Ca va pas , non? si les sans dents et autres gens de rien se mettent a penser par eux même, et pire a devenir responsable , ou allons nous ? (humour très très noir ( pardon, de couleur))

    • Jean Claude says:

      Juste un exemple récent de santé publique.En juin des femmes sur internet se plaignent de maux divers suite à un changement de composition du levothyrox médicament destiné à soigner la thyroïde.Les médecins n en font cas
      L agence du médicament à l origine du changement nie les faits.
      Une forte mobilisation d internautes s échangent des infos.L’artiste Anne Duperay intervient aupres de la Ministre de la santé actuelle qui nie également les faits pour protéger son agence
      Grace aux médias l affaire prend de l’ampleur et on s apercoit qu une modification du médicament est à l’origine des maux constatés
      En revenant à la composition d origine tout revient à la normale.
      Imaginons un moment que la Ministre de la santé ait décrété que les infos des internautes étaient des fake news toutes les souffrances qu’auraient endurées ces femmes
      Arrêtons d interdire et laissons notre esprit critique faire le choix

    • Le Mecreant says:

      Et si, au bout du compte, il y a bien un attentat a Cannes ? 😉

  20. Mon Dieu, c’est reparti avec l’inefficience des vitamines et la surdose en C avec accidents rénaux.
    La doxa officielle n’aime pas être contredite, même par des prix Nobel en la matière…. (Linus Pauling et ses successeurs)

    Demandez aux infirmières ce qu’elles mettent ds leurs injections perso pour tenir la nuit, lol

    • Jean Claude says:

      Linus Pauling a été mon maitre il y a plus de 50 ans en chimie quantique et un des rares a obtenir 2 prix nobel dans des domaines différents.N’empêche c est lui qui a entrainé toute une génération à ingurgiter quotidiennement et inutilement de la vitamine C

  21. Inutilement ?

    • Jean Claude says:

      Parceque Pauling pensait que prendre chaque jour 150 à 200mg de vitamine C sous forme de cachet permettait de mieux résister aux maladies diverses.
      Or en mangeant varié avec des légumes et fruits on atteint facilement les 100 mg nécessaire au corps humain par jour
      Au delà la vitamine C n est plus absorbée et part aves les urines

  22. Fredy Gosse says:

    Sven avez vous bien lu?les infirmières ont besoin de tenir ,c’est pas incompatible
    La vitamine C en excès peut être source d’insomnie, d’excitation et d’accoutumance ; elle peut également donner une intolérance digestive et favoriser les calculs rénaux.

    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/desole-pour-adeptes-complements-multivitamines-cette-etude-scientifique-vient-montrer-qu-elles-ne-font-vivre-ni-mieux-ni-plus-3411974.html#dkBkABIUojc7rLwi.99

    • Oh que oui j’ai bien lu, et le signataire de l’article n’a rien d’un chercheur en la matière, ni spécialiste….

      En C , on peut aller bien au delà des 100 mg….. mais même les médecins (certains chevronnés) le faisant pour eux mêmes ne vous le diront pas !
      Si intolérance digestive, (=intestinale il faut appeler un chat un chat) vous avez atteint votre max, excellent marqueur
      Insomnie ? chez certains comme le café, chez d’autres favorise l’endormissement

      Mais les bienfaits sont incommensurables:
      sur la résistance aux infections (27 hivers sans aucune infection virale ou microbienne pour moi)
      cardiovasculaires
      artériels

      et bien d’autres

      Mais l’acide ascorbique ne coûte pas cher, sauve et maintient beaucoup de choses, et, en son état premier, n’a besoin d’aucun brevet.

      Voilà donc la raison, même si d’aucuns furieux se bourrent sans examen/prise de sang préalable de compléments dont ils ignorent effets, provenance, composition et dangers, il faut bien le reconnaître….

      • Jean Claude says:

        La encore il n’y a pas de vérité toute faite.
        Si la prise d’aspirine a faible dose peut etre intéressante pour certain atteint de problèmes cardio-vasculaires importants ou AVC,en revanche pour des diabétiques cela peut entraîner de graves hémorragies

        • Nous sommes d’accord :
          L’homme est ainsi fait qu’il est communément humain, mais ses combinaisons d’individu ne sont à nulle autre pareilles….

          Try and see, sur le long terme, et faire un suivi avec des gens sérieux.

          Ce sera…. votre vérité, et en matière de santé, c’est bien la seule qui vaille.

      • Fredy Gosse says:

        Je vous ai reconnu M Leclerc😀
        Question infirmières massivement elles ne se font pas vacciner fument comme des pompiers et boivent trop de café 😀lin y a sans doute aucun rapport avec les maladies nosocomiales (plus de 4000 décès/an) si on rajoute les erreurs de diagnostics les erreurs donc de médicaments plus les erreurs chirurgicales je crains que les chiffres imputés aux véhicules soient largement dépassées 😖néanmoins n oubliez pas la priorité c’est 80 à partir du 1er juillet

        • Jean Claude says:

          C’est exact.Vous avez en fait une chance sur vingt en rentrant à l hôpital de récupérer une maladie nosocomiale ou la malchance de une sur dix si vous avez plus de 60ans
          En outre les soignants comme pour les vaccins utilisent très peu les lotions hydroalcooliques à cause du bad buzz et des fake news.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*