Il n’aura pas fallu attendre longtemps après les élections Européennes pour attaquer l’acte 2 du quinquennat Macron. On apprend aujourd’hui que la prochaine réforme des retraites, dont nous devrions connaître le contenu exact dans les prochaines semaines, pourrait être l’occasion de repousser l’âge à partir duquel les futurs retraités pourront partir à la retraite avec un taux plein.

Aujourd’hui, peuvent partir à la retraite à taux plein, les personnes âgées de 62 ans (ou 60 ans pour les carrières longues) ET qui ont cotisées au moins 41.50 années (= 166 trimestres) progressivement majoré pour atteindre 43 ans (172 trimestres) en 2035.

La prochaine réforme des retraites pourrait modifier ce mécanisme pour imposer un âge pivot à partir duquel vous pourrez partir à la retraite à taux plein : Les futurs retraités qui prendraient leur retraite avant leur 64 ans en 2025 progressivement majoré pour atteindre 65 ans en 2035 seraient pénalisés et subiraient une décote sur le montant de leur pension retraite. On parle d’âge pivot. 

Le montant de la décote n’a pas encore été chiffrée, mais il semble qu’elle pourrait s’appliquer à vie. A l’opposé un système de surcote est envisagé pour ceux qui accepteraient de travailler au delà de leur 64 ans puis 65 ans.

« Investir dans l’immobilier » Découvrez la nouvelle version enrichie de notre bestseller ! Investir dans l’immobilier, LE livre qu’il faut avoir lu avant d’investir dans l’immobilier !
 
375 pages de conseils, de stratégies, d’analyses juridiques, économiques et fiscales pour vous aider à investir de manière rentable dans l’immobilier !
 

Découvrir le livre et les avis des lecteurs

Bref, il s’agit d’augmenter l’âge de départ à la retraite sans le dire au détriment de ceux qui ont beaucoup travaillé pendant leur vie active, c’est à dire ceux qui ont réussi à obtenir 41.50 ans puis 43 ans de cotisation avant leur 64 ans !

Demain, vous pourrez toujours partir à la retraite à 62 ans mais votre retraite sera décotée si vous partez avant vos 64 ans ou 65 ans.

 

Dans un système par point, on ne parle plus de taux plein ou de nombre de trimestres cotisés.

Il faut bien comprendre que le nouveau régime de retraite par répartition est un régime par point ! Toute votre vie, vous cotisez, c’est à dire que vous épargnez des points qui se transformeront en pension retraite lors de votre départ à la retraite (cf »Comprendre la réforme des retraites avec les comptes notionnels. »).

Ainsi, dans le prochain régime de retraite par répartition, on ne devrait plus parler de taux plein, de nombre de trimestres cotisés ou même de carrière longue. Chacun pourra partir en retraite librement à partir de 62 ans … mais il touchera une pension retraite dont le montant sera fonction du capital de point qu’il aura épargné pendant toute sa vie active !  (Plus vous cotisez, plus votre capital en point augmente, et donc plus votre retraite sera élevée)

Vous l’avez compris, l’âge de départ à la retraite à 62 ans est purement théorique puisqu’il n’est pas la garantie d’une retraite décente : Vous pourrez partir à la retraite à 62 ans mais le montant de votre retraite sera t’il suffisant pour assurer votre train de vie … vous devrez probablement prolonger votre vie active pour augmenter le capital épargné et ainsi améliorer votre retraite (un plus grand nombre de point à « dépenser » sur une espérance de vie plus courte, permet d’espérer une meilleure retraite).

Cet âge pivot est une contrainte supplémentaire dans un système qui se veut sans contrainte : Vous êtes libre de partir à 62 ans, mais vous serez pénalisé et subirez une décote si vous partez avant 64 ans puis 65 ans en 2035.

Ceux qui voudraient se contenter du montant de la pension retraite à laquelle ils pouvaient prétendre à 62 ans seront découragés liquider leur droit à la retraite en seront encouragés à attendre 64 ans ou 65 ans.

Ainsi, le régime de la retraite par point est un régime de capitalisation par répartition dont les gagnants seront ceux qui auront la capacité à beaucoup cotiser (car ils auront des revenus importants) et qui auront d’autres sources de revenus leur permettant de partir à la retraite à 62 ans. En effet, ces derniers pourront, dès 62 ans, liquider leur droit à la retraite, percevoir une retraite fonction du montant cotisé pendant leur vie active … et profiter de leurs revenus autres pour s’assurer une retraite paisible.



Ces derniers seront libérés de la contrainte du nombre de trimestre à cotiser et pourront compenser une durée active plus courte (départ à la retraite plus jeune ou entrée dans la vie active plus tardive) par un niveau de cotisation plus élevé (grâce à leur revenu plus important).

Les autres, c’est à dire la grande majorité de nos concitoyens n’auront pas d’autres choix que de travailler plus longtemps pour capitaliser davantage de points et espérer percevoir une pension retraite suffisante. Pour ces derniers, il pourra être nécessaire de cotiser bien au delà des 41.50 ans ou 43 ans exigé aujourd’hui et c’est pour eux que la question de l’âge pivot à 64 ans ou 65 ans peut paraître inéquitable : Celui qui a commencé à travailler à 18 ans aura cotisé pendant 47 ans !

 

Faut il y voir une réforme qui aurait pour conséquence d’augmenter encore le sentiment d’inégalité dans la société.

Faut il y voir une réforme qui aurait pour conséquence d’augmenter encore le sentiment d’inégalité dans la société entre :

– Ceux (urbains, diplômés, haut revenus) qui profitent de la mondialisation, qui pourront tirer profit de cette nouvelle réforme des retraites pour gagner en souplesse et liberté ;

– Et les autres (employés, salariés, ouvrier, peu diplômé, petit salaire proche du smic, qui commencent à travailler tôt, subissent le chômage) … et qui ne pourront plus espérer partir à la retraite à 62 ans mais devront travailler bien au delà de leur 62 ans ou même 64 ou 65 ans pour espérer avoir les moyens de vivre correctement ; 

 

A suivre … Pour le moment, il est inutile de réaliser trop de projections car nous ne connaissons pas encore le cœur de la réforme à savoir quel est le taux de revalorisation des points capitalisés et surtout qui fixe ce taux de revalorisation ! A quoi bon accumuler des points, si la valeur future du point est aléatoire et fixée selon les intérêts dogmatiques de telles ou telles castes, corporation ou politique….(cf »Réforme des retraites : De l’utopie d’un nouveau régime qui renforce la solidarité à la réalité politique. »)

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques



Posez vos questions et obtenez nos réponses

50 Comments

  1. christian says:

    Bonjour,

    Quand vous dites « Aujourd’hui, peuvent partir à la retraite, les personnes âgées de 62 ans (ou 60 ans pour les carrières longues) ET qui ont cotisées au moins 41.50 années « , c’est pour avoir un taux plein.

    On peut partir aujourd’hui a 62 ans quelque soit le nombre de trimestres cotisés. Dans ce cas, votre retraite est calculée au prorata des trimestres cotisés. Me trompe-je ????

    CB

    • Pour partir sans contrainte de trimestre à taux plein, il faut avoir 65 ans aujourd’hui et 67 ans en 2035.

      • Christian says:

        Tout le monde n’est pas d’accord.

        Relevé sur le site « Notre temps » :

        « Partir dès l’âge légal de la retraite est possible quel que soit le nombre de trimestres engrangés. Mais un salarié qui ne justifie pas du nombre de trimestres exigés pour le taux plein verra sa retraite de base définitivement minorée. »

        Alors ???

        • OUi, nous sommes d’accord. Je me suis mal exprimé.

        • Vous pouvez partir en retraite dès que vous avez atteint l’âge minimum de départ à la retraite. Cependant, si vous ne remplissez pas la condition de durée d’assurance vieillesse exigée pour bénéficier d’une pension de retraite à taux plein, la sécurité sociale calcule votre pension en appliquant un taux minoré (appelé décote). Ce taux varie en fonction :

          du nombre de trimestres qui vous manque pour bénéficier d’une pension à taux plein,
          et de votre année de naissance.

          Si vous êtes nés après 1953 :

          Formule de calcul

          Votre décote est déterminée en appliquant au taux plein un coefficient de minoration multiplié par le nombre de trimestres manquants pour avoir droit au taux plein.
          Coefficient de minoration

          Le coefficient de minoration appliqué au taux plein (50 %) par trimestre manquant est de 1,25 %.

          La diminution du taux par trimestre manquant est de 0,625.

          Le taux de la pension ne peut pas être inférieur à 37,5 % (correspondant à 20 trimestres et plus manquant).
          Déterminer le nombre de trimestres manquants

          Votre caisse de retraite compare :

          le nombre de trimestres manquants entre la date de votre départ à la retraite et la date à laquelle vous atteignez l’âge permettant de bénéficier automatiquement du taux plein,
          et le nombre de trimestres manquants entre la date de votre départ à la retraite et la durée d’assurance retraite ouvrant droit au taux plein.

          Le nombre de trimestres est arrondi au chiffre supérieur. Le nombre de trimestres manquants retenu est le plus avantageux pour vous.

          Par exemple, pour bénéficier d’une retraite à taux plein, un salarié né le 1er septembre 1953, doit :

          soit justifier de 165 trimestres d’assurance vieillesse (41 ans et 3 mois),
          soit attendre d’avoir 66 ans et 2 mois (au 1er novembre 2019).

          S’il décide de partir en retraite dès le 1er septembre 2018 (à 65 ans) en ayant seulement 158 trimestres, il lui manque :

          soit 7 trimestres pour remplir la condition de durée d’assurance vieillesse permettant de bénéficier du taux plein (165 – 158),
          soit 4 trimestres et 2 mois arrondis à 5 trimestres pour remplir la condition d’âge permettant d’obtenir le taux plein automatique (66 ans et 2 mois – 65 ans).

          Le plus avantageux des 2 nombres est retenu pour le calcul, soit 5 trimestres.

          Ce nombre est ensuite multiplié par le coefficient de minoration applicable.

          Ainsi, pour ce salarié, le taux de minoration applicable pour le calcul de la pension est le suivant : 50 % – (0,625 x 5) = 46,875 %.

    • Ducongè says:

      Bonsoir j’ai depuis février 63 ans j’ai pris ma retraite à 62 ans puisque j’étais travailleur handicapé on m’a obligé à la prendre à 62 ans j’avais 7 trimestres de trop c’est-à-dire j’avais cotisé 173 trimestres alors qu’il me fallait que 166 et on m’a dit que 17 trimestre de trop était perdu alors je savais cotiser aujourd’hui je me retrouve avec 833 € de retraite plus 107 € de ma complémentaire et permettez-moi de vous dire que c’est plus que juste j’ai quand même perdu 214 € de plus j’ai la eu j’ai eu la désagréable surprise de recevoir une lettre de la CAF qui me dit que puisque cette année je suis considéré en régime retraite par rapport à l’année dernière je vais percevoir 80 € d’APL au lieu de 253 € d’APL merci je vais faire comment pour vivre déjà que ça n’était pas trop facile la ça ça va être la catastrophe je peux même plus acheter un petit habit à ma petite fille j’allais pendant un temps chez le coiffeur une fois tous les quatre mois juste pour me faire couper les cheveux et une petite teinture aujourd’hui c’est plus possible je regrette qu’une chose c’est d’avoir travaillé autant car ceux qui sont RSA touchant le minimum retraite qui à l’heure actuelle de 803 € j’aimerais qu’on m’explique le comment du pourquoi et ça je l’ai su par la Carsat la personne qui m’a reçue ce n’est pas des mensonges alors aujourd’hui je me demande si vraiment on doit travailler vous restez chez soi avec le RSA rien encourager jeune de travailler bonne soirée

      • Manouche says:

        Vous avez raison ce n était pas la peine de se lever le matin moi je prenais mon cyclo j arrivais au travail mouillée je repartais humide je faisais de la sinusite de la fièvre jet n avais pas d assurance santé aujourd hui ils ont le RSA le CMU APL et ils se plaignent c est écoeurant le pilleur de vieux qu est Macron ferait mieux de se occuper des gens qui ont de l argent planquée à l étranger j en connais à côté de chez moi qui sont entrain de bâtir une maison qui une fois finie va coûter la modique somme de 3 millions d euros et plus et ils ne travaillent pas et aucun contrôles c est à vomir d être français je vous le dis !

  2. Triboulin says:

    Mais si tout le monde peut partir à 72 ans avec une décote s’il manque des trimestres!

  3. Triboulin says:

    Mais si tout le monde peut partir à 62 ans avec une décote s’il manque des trimestres!

  4. adnstep says:

    « Il n’aura pas fallu attendre longtemps après les élections présidentielles pour attaquer l’acte 2 »

    Rhooo, le lapsus !

    Comme quoi, la méthode marketing de Macron (Môa ou l’enfer !) ça fonctionne.

    On ne se souvient d’ailleurs déjà plus du nom de l’inénarrable tête de liste de LREM.

  5. En fait le plus inquiétant dans cette réforme c est la valeur de ces points.
    Que vos un point ?, est il variable même si vous êtes à la retraite ?
    J ai bien peur que le but ultime c est de tirer les gens vers la soupe populaire.
    Cdt

    • adnstep says:

      « En fait le plus inquiétant dans cette réforme c est la valeur de ces points. » Oui, c’est le point essentiel de cette réforme, celui qui va permettre l’euthanasie douce du vieux système de retraite

  6. En marche…en 2017, Macron annonçait qu’il voulait changer le mode de calcul des retraites pour corriger des injustices, mais qu’il n’y avait pas lieu de repousser l’âge de départ, niant les évidences…2 ans après, retour à la réalité. Mais qu’on se rassure. Les points n’auront pas la même valeur pour tous. Ils suivront l’inflation pour les petites retraites, ils seront minorés pour ceux qui partent avant l’âge pivot, ils seront differents pour les futurs ex régimes spéciaux….bref ce sera du en marche vers n’importe quoi, car Macron cèdera à chaque protestation un peu musclée. Quand on ment délibérément pour se faire élire, on le paie. Et quand on ne ment pas, on n’est pas élu.

  7. pierrette says:

    Il me semble que le point actuellement est a 1.25 ce qui est peu.
    étant carrière longue et pensant prendre ma retraite à 60 ans en 2023
    Comment évaluer des points en ayant commencer au bas de l ‘échelle à l’époque catégorie D en collectivité territoriale en 1982 payée au SMIC il m’a fallu 25 années pour arriver a gagner un salaire moyen
    Quelles vont être les montants accordées aux petits salaires (ouvriers ou petits fonctionnaires ) ceux qui vont trouvent nés en 1964 et 1970 à cheval sur leur nouvelle réforme?
    )

    • Du n’importe quoi encore les mêmes qui trinquent ceux qui ont commencés à travailler jeune, moi qui est commencé à travailler à 16 ans je dois aller jusqu’à 60 ans je suis né en 1963 . Faite le calcul en trimestres ou en années. Tout le monde à 42ans de travail et le tour est joué, beaucoup de blabla pour un truc simple

  8. pierrette says:

    Oups!!!
    ceux qui se trouvent nés en 1964 et 1970 à cheval sur leur nouvelle réforme?

  9. Triboulin says:

    « Nous ne connaissons pas encore le cœur de la réforme à savoir quel est le taux de revalorisation des points capitalisés et surtout qui fixe ce taux de revalorisation ! « .

    =>I l n’y a pas de mystère , dans un régime par répartition équilibré , la valeur du point est égale au montant des cotisations (lié à la croissance) divisé par le nombre de points en service (lié au nombre de retraités), cela n’est pas e sujet de la réforme.

    Donc en retardant l’âge de départ, il y a un double effet positif sur la valeur du point :
    -Plus de cotisations
    -Moins de points en service:

    L’évolution future de la valeur du point dépend uniquement de la croissance, de l’âge effectif moyen de départ et de l’évolution de l’espérance de vie.

    C’est aussi simple que cela

    • adnstep says:

      Pas aussi simple. Cotisations des salariés ? Des entreprises ? Quid des fonctionnaires (cotisations « patronales » = budget de l’état) ?

  10. Le problème primordial est bien là : qui fixera la valeur du point et selon quelles modalités ?
    Il y a en un autre : le changement perpétuel des règles dans un sens toujours défavorable (par exemple calcul du taux de décote, changement de l’age pivot ou de l’age de départ).
    Bref, nous sommes obligés de cotiser à un système dont les règles changent sans arrêt. Cette situation détestable sape considérablement la confiance dans le système et incite (pour ceux qui sont lucides ET qui en ont la possibilité) à se débrouiller seul en investissant le long de leur vie active. D’ailleurs il n’est pas impossible qu’à terme ceux qui auront réussi à épargner et à se créer par eux mêmes de confortables revenus se voit interdire de toucher leur pension (vous n’en avez pas besoin Monsieur vous avez des revenus à côté, …)
    Il ne faut pas se leurrer, le pays s’appauvrit (immigration de population pauvre, exil des plus aisés, sécession des élites, …). La situation ne s’arrangera pas. J’aimerai bien être optimiste mais sur ce sujet je n’y crois pas. Je crois en une seule chose pour la retraite (et c’est bien malheureux) se débrouiller seul !(pour rester poli).

    • Triboulin says:

      Il faut bien comprendre que personne ne peut fixer arbitrairement la valeur du point, qui est dictée par la conjoncture économique et démographique et par le nombre de points en service.
      Croissance molle et vieillissement de la population entrainent inéluctablement l’érosion des retraites sauf à travailler plus longtemps

    • adnstep says:

      Je viens d’apprendre que l’île de France s’était appauvrie ces dernières années.
      L’île de France, 30% du PIB français, la région la plus riche de France.

      Peu à peu, ça va se transformer à la Brésilienne…

  11. Johanna richard says:

    Ceux qui partent à 62 ans, pour inaptitude (maladie longue duree) toucheront rien en fait , sils n’ont pas les trimestres obligatoires ????

  12. Labarrz says:

    Problème : les entreprises essaient de se débarrasser des « vieux » car ils ont des salaires plus importants dûs à leur ancienneté. Après 50 ans vous n’interessez plus grand monde. De plus si chacun se sentait bien au travail le problème de l’âge de départ ne se poserait même pas…

  13. Lorsque j’étais jeune, ma mère me parlait sans cesse de la retraite qu’il fallait préparer tôt: pour moi c’était plutôt abstrait et je ne me sentais pas du tout concernée !
    Mais à 30 ans j’ai pris conscience qu’il ne fallait pas attendre après Pierre, Paul ou Jacques pour obtenir une retraite descente et j’ai commencé à investir dans l’immobilier
    De mon expérience
    J’encourage vivement la jeunesse a se faire son propre capital « retraite » et à commencer le plus tôt possible ! C’est la seule façon pour que la retraite du « travail » ne vous préoccupe pas et devienne uniquement de l’argent de poche !
    Allez-y foncez, vous ne pouvez compter que sur vous !

  14. tarquin says:

    Vous classez inéquitable : « Celui qui a commencé à travailler à 18 ans aura cotisé pendant 47 ans ! »
    En quoi travailler dès 18 ans est plus pénible que de faire des études (pendant lesquelles on est parfois obligé de travailler pour les payer). À 18 ans on est généralement encore chez ses parents, on profite de sa paye pour acheter ce que beaucoup d’adultes plus âgés ne peuvent plus se payer, des super baskets, des iphones et des fringues hors de prix, sortir avec ses copains tandis que l’étudiant est obligé de restreindre ses sorties pour bûcher et réviser.
    L’injustice, de mon point de vue, n’est pas de travailler très tôt mais celle de ne pas avoir suffisamment de possibilités d’évoluer dans sa carrière quand on démarre avec un petit diplôme. Elle est là l’injustice dans le maintien dans un petit salaire toute sa vie parce qu’on avait un manque de goût pour les études.

  15. albizia says:

    Merci tarqin pour votre commentaire que je partage totalement depuis de nombreuses années.

  16. Vonvonmoto says:

    Guillaume, votre blog peut être intéressant sur le fond, mais dans sa forme, il concentre des participants (y compris vous-même) vraiment fâchés avec l’orthographe, la grammaire, etc… C’est un extrêmement pénible et nuit à la qualité des interventions…

  17. Vonvonmoto says:

    Guillaume, je suis votre blog depuis plusieurs années, et je le trouve souvent intéressant.
    Cependant, il concentre un nombre impressionnant d’intervenants, dont vous êtes, qui sont plus que fâchés avec l’orthographe, rendant parfois la bonne compréhension des interventions très pénible. C’est dommage, puisque cela nuit à leur crédibilité. Pourrait-on à la fois s’intéresser à l’investissement du patrimoine et faire bon usage de la langue ? J’en viens à en douter, et ça me laisse plutôt songeur… Les difficultés rencontrées dans le jeune âge à l’école primaire susciteraient-elles systématiquement un intérêt pour le pécuniaire ?

    • adnstep says:

      Disons qu’il est difficile d’éviter les fautes et de se relire quand on poste depuis un smartphone. Et encore plus quand on est dans le métro !

      Mais vous avez raison, nous devrions tous faire plus attention. Je ne supporte pas non plus de recevoir des mails ou des notes bourrés de fautes.

  18. Manouche says:

    C est à mourir de rire les gens gueulent pour ci pour ça mais ils ont tous votes pour Jupiter alors ils feront avec j ai entendu dire que il y avait plus 11 % de retraites qui était pour le pilleur de vieux alors qu ils n aillent pas se plaindre ces vieux riches !

    • adnstep says:

      « Ils ont tous votes pour Jupiter »
      Voix « Renaissance » : 5 076 470
      Soit : 10.72% des inscrits et 22.4% des suffrages exprimés.

  19. Manouche says:

    Vous ne me ferez pas changer d avis ! Les français ont la tête comme le cul ils aiment se faire enfler par des mafieux du gouvernement qui ont des casseroles aux fesses ! Qu elle France vous allez connaître de très mauvais jours bientôt moi je m en fiche j ai 74 ans pas de quoi vivre et depuis 10 ans je travaille toujours il ne me reste plus qu a attendre la mort vous ferez avec ce Macron arrogant qui crachent sur la gueule des pauvres que sa clique et lui degagent c est tout !

    • adnstep says:

      Macron n’est pas ma tasse de thé, mais ses prédécesseurs non plus, qui ont fait tant de promesses avec l’agent des autres, on tant dépensé pour s’acheter une clientèle électorale, et ont tant trahi leurs électeurs.

      Des réformes, douloureuses, auraient du être faites bien avant. Elles ne sont faites qu’en partie, et ne ferons que repousser les problèmes.

      Votre situation est certainement difficile, et je comprends votre colère, mais je comprends aussi la tentation de la tour d’ivoire de ceux qui ont bien profité de ce système depuis 40 ans et comptent bien continuer à en profiter, quitte à changer leur vote à la marge, ou de ceux qui ne sont pas encore touchés et dont le vote est une sorte d’incantation censée repousser les problèmes qui se rapprochent.

  20. On parle de décote si départ « anticipé »

    Je prends ce jour le pari que la décote aura lieu AUSSI pour ceux croyant en ce système mouvant qui se ruineront la vie à travailler pour des trimestres en plus…..

    Une arnaque à étages… de toute façon à 50/55 ans plus personne ne veut de vous, alors même avec la meilleure volonté, il est urgent de saisir ce qui peut l’être et de se mettre en retraite dès que possible pour éviter et la spoliation sur tromperie et l’amertume d’une pré-vieillesse usante (si toutefois vous trouvez du boulot)

    Avis :
    Les plus jeunes seront partis à HK ou ailleurs, si possible en cotisant toujours en France mais en ayant un niveau de vie incomparable, et se prépareront parallèlement des revenus annexes pour éviter ce lamentable mensonge qui déchirera encore plus la psyché nationale.

  21. Rodriguez says:

    Problème de vocabulaire : on n’épargne pas des points, on accumule des points.
    Le mots épargne s’emploie pour une action volontaire.

  22. Sur la retraite par point,
    A partir du moment où on réalise que les pensions sont payées par les actifs qui travaillent il ne semble pas choquant d’indexer le montant des pensions sur l’activité économique -> retraites par points, le point étant indexé sur l’économie à la hausse comme à la baisse.

  23. adnstep says:

    Ce système ne pourra fonctionner que pour ceux qui ont un niveau de cotisation suffisant pour encaisser les baisses de la valeur du point.

    Les autres, qui verront leur pension baisser au delà du supportable tomberont dans la « solidarité nationale » que paieront les actifs et les retraités « aisés ».

    Faire varier la valeur du point en fonction de l’activité économique me paraît risqué pour tous.

    Ceux qui ont voulu et qui poussent cette réforme n’ont qu’une vision partielle des diverses catégories de population. Ils font une réforme qui au final je ça profiter qu’aux cadres vouées aux cadres supérieurs capables de se faire une retraite par capitalisation.

    Mais alors si c’est ça le but, pas besoin de grande usine à gaz, il suffit de le dire et de généraliser les PERP, PEE et autres PREFON, ou de créer des fonds de pension.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.