Avec le développement des ETF, c’est tout le modèle économique de l’industrie de l’assurance-vie qui est remis en cause. Aujourd’hui, l’industrie de l’assurance vie, comme toute industrie d’ailleurs, repose sur la capacité des distributeurs à vendre des produits sur lesquels les marges sont élevées, c’est à dire des OPCVM via les unités de compte du contrat d’assurance-vie.
Au début des années 2000, les précurseurs de l’assurance-vie sur internet ont contribué à réduire les frais en supprimant les frais d’entrée. 20 ans plus tard, les frais d’entrée n’existent presque plus et quand ils sont encore présents dans les conditions générales, ils sont négociables tant la concurrence des contrats d’assurance-vie sur internet est fortement et de grande qualité.
Depuis quelques années, le combat de l’innovation par la baisse des frais se déroule sur le front des frais de gestion. La véritable source de rémunération de l’industrie de l’assurance-vie repose sur les frais de gestion versés tous les ans par les souscripteurs sans qu’ils ne s’en rendent compte.
Les frais de gestion, c’est la jackpot assuré pour toute la chaîne des professionnels de l’assurance-vie, et notamment pour les vendeurs d’assurance-vie (banque, courtier ou CGP) qui perçoivent des retro-commissions, une véritable rente, prélevées sur les frais de gestion (cf »Combien gagne votre banquier / CGPI / courtier sur votre contrat d’assurance vie ? »).
Dans toutes les industries, que ce soit l’automobile, l’immobilier ou la pharmacie, la forte rémunération du vendeur est essentielle pour assurer le développement de l’industrie. L’assurance-vie ne fait pas exception.
Une récente étude de Goodvalueformoney estime à 3% par année, les frais de gestion payés par un épargnant sur une unité de compte action (cf »Assurance vie : 2.93% de frais de gestion annuels qui détruisent le rendement !). Ces frais de gestion sont exorbitants et pénalisent fortement l’épargnant dont le rendement ne peut être à la hauteur du risque pris.
Aujourd’hui, nous sommes en 2020 et l’industrie de l’assurance-vie est bousculée par l’émergence des ETF, ces produits financiers indiciels, dont les frais de gestion sont très faibles au regard des OPCVM traditionnels.
Malheureusement, sans frais de gestion, il n’est plus possible de rémunérer le vendeur d’assurance-vie dans les mêmes proportions ; C’est toute l’industrie de l’assurance-vie qui voit son modèle économique remis en question à l’aune du développement des ETF et des unités de compte à frais de gestion réduits comme les titres vifs.
 
 

Vers la disparition des OPCVM au profit des ETF ?

Voici une vidéo de Régis Yancovici dont je trouve le propos passionnant sur cette question de la rupture industrielle majeure que représente l’émergence des ETF et la réduction drastique des frais de gestion.
 

 
A suivre.

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

35 commentaires