Pendant toute l’année 2019, et plus encore au cours du dernier trimestre de l’année, votre banquier ou votre assureur vous a fortement conseillée de diversifier votre assurance-vie pour faire face à la baisse des rendements du fonds euros. Toutes les compagnies d’assurance-vie ont mis en œuvre la même stratégie commerciale : Il fallait profiter de la bonne performance 2019 des marchés actions pour inciter les épargnants à y arbitrer une partie de leur fonds euros dont le rendement devait baisser fortement.
Ainsi, comme nous vous l’expliquions déjà dans cet article publié en Janvier : « Assurance vie : Les versements en unités de compte atteignent des records.. et ce n’est pas bon signe« , les versements en unités de compte ont été massifs pendant le dernier trimestre 2019.
Malheureusement, comme cela était prévisible, ces versements en unité de compte ont été réalisé au pire moment, c’est à dire à la veille d’une baisse massive des marchés. Au moment ou je rédige ces lignes, le CAC40 à chuté de 20% depuis le début de l’année 2020.
Bref, les épargnants ont été les victimes de la stratégie commerciale des compagnies d’assurance-vie, mais aussi de tous les vendeurs d’unités de compte, courtier et autres conseiller en gestion de patrimoine dont la rémunération est d’autant plus élevée que la proportion d’unité de compte est forte.
Une bonne fois pour toutes, vous devez savoir qu’un vendeur (rémunéré par commission sur ce qu’il vend) ne peut pas être un conseiller ! Il est payé pour vendre, pas pour vous conseiller. Si vous voulez obtenir un conseil, il vous faut payer pour être conseillé ! Le conseil gratuit n’existe pas, jamais !
Pour recevoir un conseil, vous devez donc vous adresser à un conseiller indépendant que vous rémunérerez UNIQUEMENT pour ses conseils ! (et ça tombe bien, car c’est justement notre métier via notre service d’assistance patrimoniale ; Accompagnement patrimonial ou gestion conseillée).
 
Au final, vous avez été encouragé à diversifier votre épargne pour échapper à la médiocrité du rendement garanti du fonds euros … et vous vous retrouvez avec une forte chute de la valeur de votre épargne ! Quelle belle affaire !
Et ceux d’entre vous qui ont arbitré au profit d’unité de compte immobilière type SCPI ou OPCI ne devraient, à mon sens, pas se réjouir trop rapidement. Ces produits financiers ne sont pas liquides et si l’illiquidité des marchés devaient se confirmer, vous pourriez bien ne pas pouvoir vendre vos parts dans les prochains mois  – cf »La liquidité des SCPI dans un contrat d’assurance-vie est elle vraiment assurée depuis la loi SAPIN 2 ? »).
En effet, depuis plusieurs années le prix des parts de SCPI (et donc de l’immobilier détenu par ces dernières) n’a eut cesse d’augmenter malgré une valeur intrinsèque constamment contestée tant par la modification des usages que par l’obsolescence immobilière. Cette déconnexion entre prix et valeur des parts de SCPI trouve son origine dans une liquidité important du marché. L’argent abondait de la part d’épargnant à la recherche de placement. (Il s’agit là d’un sujet important que nous traitons abondamment dans notre livre « Investir dans l’immobilier« )
Demain, cette liquidité extraordinaire pourrait être remise en cause et la reconnexion entre prix et valeur pourrait justifier des baisses de prix du fait d’une incapacité à trouver des acquéreurs de parts de SCPI. Un peu comme dans un chaine de ponzi, tant qu’il y a des candidats acheteurs de parts de SCPI, tout va bien….
 
Revenons au cœur du sujet :

Que faire après la baisse des marchés ? Quels conseils pour votre assurance-vie ?

Plusieurs scénarios.
1 – Votre épargne est 100% investie sur le fonds euros et vous avez la capacité d’investir votre épargne pour les 10-15 prochaines années. Vous devez pouvoir tranquillement profiter de la baisse des cours pour investir votre épargne dans des unités de compte action que vous aurez sélectionnées avec votre conseillé financier. Comme je vous l’expliquais hier dans cet article « Le CAC40 chute de 20% depuis Janvier 2020. Le moment d’investir en bourse au son du canon ?« , personne ne sait si c’est le bon moment pour investir, mais en tout état de cause, le moment est meilleur que la semaine dernière.
*Tranquillement : Cela signifie qu’il faut accepter de ne pas savoir si nous avons atteint un point bas ; Peut être est ce le bon moment ; Peut être est ce trop tôt. Il s’agit donc d’investir progressivement, au gré des baisses…
 
2- Votre épargne est investie entre fonds euros et unités de compte ; Vous subissez de fortes baisses sur la valeur des unités de compte mais :

1- Vous n’avez pas besoin de votre épargne et êtes capable de l’investir pour les 10 ou 15 prochaines années ;

2- La baisse enregistrée ne vous empêche pas de dormir ; Vous avez été prudent dans votre diversification initiale ;

Vous devez donc pouvoir profiter de la baisse actuelle pour investir tranquillement et augmenter le niveau d’exposition de votre portefeuille au risque action. Les épargnants en profil équilibre auront peu être intérêt à basculer en profil dynamique considérant qu’il y a plus à perdre qu’à gagner sur la partie « obligataire » du profil équilibre.
 
3- Votre épargne est partiellement investie en unité de compte, et la perte enregistrée vous empêche de dormir; Vous êtes malade à l’idée d’avoir spéculé avec le fruit de votre travail ou l’héritage de vos parents. Dans ce cas, que faire ? La réponse est simple, mais sa mise en exécution délicate. Vous n’êtes manifestement pas fait pour l’investissement en unité de compte. Vous devez donc en sortir… mais, s’il s’agit de l’objectif à terme, il peut paraître dommage d’en sortir alors que les cours sont bas. N’oubliez jamais qu’après la hausse vient la baisse ; Après la baisse vient la hausse.
 
4- Vous méfier de l’illusion des placements garantis, à risque faible et rendement élevé. Cela n’existe pas. Les SCPI, OPCI et autres produits structurés ne sont que des illusions ! Des outils marketing pour vous vendre du risque à l’insu de votre plein gré.
 
5- En tout état de cause, il peut paraître indispensable de faire analyser votre portefeuille par un Conseiller en Investissement Financier Indépendant. Il s’agira d’analyser la structure actuelle de votre portefeuille, sa répartition, son niveau de risque, et de vous accompagner dans la création d’un portefeuille adapté à votre situation personnelle et à vos ambitions ; Il s’agit d’un service de gestion conseillée.
 
A suivre …

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

67 commentaires