Depuis quelques années, la chute du rendement du fonds euros a obligé les compagnies d’assurance vie à renouveler leur discours commercial pour attirer l’abondante épargne des Français. C’est alors que le discours de l’indispensable diversification des contrats d’assurance vie vers les unités de compte s’est généralisé.
Au delà même du discours, de très très nombreuses compagnies d’assurance vie interdisent aujourd’hui à l’épargnant d’investir l’intégralité d’un nouveau versement sur le fonds euros ! La diversification n’est plus seulement un conseil, c’est une obligation commercial !
L’épargnant qui clame son aversion aux risques et son souhait de ne pas prendre de risque se voit dans l’obligation de placer 10%, 20% ou 30% de son épargne sur les marchés financiers. (cf »N’écoutez pas votre banquier ! Ne faites pas un transfert FOURGOUS pour diversifier votre assurance vie ! » ou encore « Des compagnies d’assurance vie interdisent d’investir en fonds euros ! Faut il céder au chantage ?« ).
Ces pratiques commerciales sont intolérables et mériteront des actions en défaut de conseil lorsqu’un épargnant qui à clamer son souhait de ne pas prendre de risque sur son capital constatera une perte en capital ! (Bien évidemment, nous sommes en haut de cycle boursier, personne ne s’en rend compte … mais vous verrez lors du prochain cycle de baisse…)
 
Toujours est il que les compagnies d’assurance vie construisent l’après fonds euros en encourageant fortement les épargnants à investir en unité de compte. Il faut avouer qu’elles ont tout à y gagner à court terme : Rétrocommission sur les OPCVM, moindre exigence de fonds propres, frais de gestion plus élevés… l’unité de compte, c’est le paradis de la compagnie d’assurance vie qui voit augmenter ses marges financières … tout en réduisant son risque d’exploitation à court terme.
Avec les unités de compte, plus besoin de gérer le risque à la place du client, plus besoin de s’engager dans une promesse de liquidité ou de garantie puisque le risque et la gestion financière sont transférés à l’épargnant, qui n’y connait rien et qui ne veut pas gérer !
Malheureusement, cette stratégie commerciale à court terme sera un échec à long terme et pourrait même accélérer le déclin de l’assurance vie (cf »Le déclin de l’assurance vie est en marche et c’est de la faute des assureurs !« ). En effet, au delà d’un discours contraire aux intérêts des clients, les compagnies d’assurance vie ont construit un modèle économique dont la fragilité est révélée par la prochaine adoption du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital.
 
 

Avec l’adoption du prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% sur les revenus du capital, l’assurance vie perd son principal argument commercial.

Dans le prolongement de notre article « Faut il continuer d’épargner en assurance vie ou choisir le compte-titres aux frais plus faibles ?« , il est clair que l’assurance vie va perdre son principal argument commercial ! Avec une fiscalité identique entre l’assurance vie et le compte titre (ou tout autre placement bancaire), les compagnies d’assurance vie ne pourront vendre l’avantage fiscal comparatif de l’assurance vie.
Pourquoi un épargnant irait il placer son argent dans un contrat d’assurance vie alors que le compte titre lui permettrait d’obtenir la même chose sans frais de gestion ? Alors que la fiscalité des compte-titres va redevenir « normal » et quasi-identique à l’assurance vie pourquoi continuer de payer 1% de frais de gestion à la compagnie d’assurance vie ? 
Seule l’économie de droit de succession justifie encore de souscrire un contrat d’assurance vie. Mais Etes vous vraiment certain que votre patrimoine soit suffisant pour être le fait générateur de droits de succession ? N’est il pas prématuré de préparer sa succession à 50 ans alors que son espérance de vie est encore de 35 ans ? Faut il arrêter d’épargner en assurance vie après 152500€ par bénéficiaire ? … 
 
Bref, bien au delà de la question de l’application du PFU à l’assurance vie, la baisse de l’impôt sur le capital sur les autres placements fait perdre à l’assurance vie son avantage fiscal comparatif !
 
 

Les compagnies d’assurance vie doivent abandonner la stratégie des unités de compte à tout prix… et revenir aux fondamentaux !

Lorsque les épargnants auront compris, il sera trop tard pour l’assurance vie.
Les épargnants n’aiment pas l’assurance vie. Les épargnants aiment le fonds euros pour sa simplicité et surtout pour la capacité à déléguer le risque à un acteur dont l’ADN est dans la gestion du risque. Pourquoi confier votre argent à une compagnie d’assurance vie ce n’est pour gérer le risque ?
Les assureurs doivent se ressaisir et profiter de la décadence inévitable du fonds euros pour se renouveler et construire un nouveau produit financier dont les caractéristiques intrinsèques répondront aux attentes des épargnants :

  • Garantie du capital ou disponibilité (les deux ne sont pas compatibles et c’est la raison pour laquelle le fonds euros ne peut plus apporter satisfaction à un épargnant de long terme) ;

 

  • Simplicité et délégation de gestion (les épargnants ne veulent pas faire de la gestion financière). Ils veulent confier leur argent à un tiers qui prendra et assumera toutes les décisions à leur place ; Assumer le risque à la place de l’épargnant et l’assurer dans la jouissance différé de son épargne n’est pas le cœur du métier d’assureur ?

 

  • Rendement satisfaisant dans le cadre des exigences ci avant exprimées. Garantie, simplicité et délégation du risque ne peuvent rimer avec performances exceptionnelles. Les épargnants ne se contenteraient t’ils pas d’un rendement simplement un peu supérieur à l’inflation ? N’est ce pas suffisant ? On ne devient pas riche grâce à son épargne … l’épargne n’est qu’une protection, une consommation différée qui ne doit pas perdre en pouvoir d’achat. Pour s’enrichir, on n’épargne pas … on investit. 

 
Le contrat Eurocroissance est alors le réceptacle naturel pour l’épargne des Français ! Simple, garantie à échéance, disponibilité relative … Les assureurs doivent arrêter de rêver aux marges exceptionnelles procurées par les unités de compte et se concentrer à nouveau sur le besoin des épargnants pour s’engager enfin vers l’après fonds euros !

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Gestion conseillée
Livres et formation 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :