Ai je publié l’article de trop avec cet article « #giletsjaunes : L’étrange défaite d’Emmanuel MACRON » ? Suis je sorti de mon domaine de compétence en essayant de comprendre, avec vous, le mouvement des giletsjaunes ?

Hier, quelques heures après avoir publié ce fameux article, vous êtes nombreux à avoir pris contact avec moi en me faisant part de votre mécontentement. Je vous dois donc quelques explications.

Voici par exemple un mail qui fait une synthèse parfaite des très nombreux reproches qui me sont adressé :

« Autant votre questionnement  patrimonial reste intéressant autant votre questionnement sur sur l’actualité reste déplacé. Merci de  rester dans votre domaine de compétence. D’ailleurs la rubrique actualité n’existe pas sur vote blog. Restez libre »

 

Je suis affecté par ces remarques. En 10 ans d’articles, c’est la première fois que vous, mes lecteurs, me faites sentir que je suis hors sol. Que je ne suis pas à la hauteur du sujet. J’en suis confus. Je dois vous expliquer pourquoi je m’obstine à essayer de comprendre et surtout pourquoi nous sommes au cœur du sujet de la gestion de patrimoine.

 

Gérer son patrimoine, c’est essayer de ne pas subir ! C’est anticiper !

Cette crise des #giletsjaunes est un mouvement majeur qui va probablement modifier en profondeur le quinquennat d’Emmanuel MACRON … et peut être même au delà pour ceux qui se projettent dans les prochaines élections de 2022. Cette intuition, nous la partageons ensemble depuis le 14 novembre 2018 via cet article « #giletsjaunes : Essayons de comprendre le phénomène. Un ras-le-bol fiscal qui marquera le quinquennat ? ».

Dès 2016, je crois anticiper les fondements de ce mal-être. En Novembre 2016, j’écris un article sur l’élection de TRUMP intitulé « Trump président… De la mutation économique à la mutation sociétale non sans conséquences sur le patrimoine et la fiscalité ? ».

Dans cet article, écrit il y a plus de 2 ans, je vous propose une analyse d’actualité tout autant « déplacé » que l’article publié hier.

Le propos liminaire de cet article est le suivant « Quelques propos liminaires : Je n’ai pas d’idée politique ; Je ne souhaite pas soulever le débat ou encore apporter un jugement quel qu’il soit. J’aimerai juste vous faire part de quelques réflexions sur les ruptures dont nous sommes les spectateurs ou les acteurs. »

Dans cet article, je vous fais part d’un propos subjectif que je pourrais encore écrire aujourd’hui :

« Le propos n’est pas ici de disserter, polémiquer, afficher des opinions, simplement de faire le constat suivant, froid et apolitique : Nous pourrions assister dans les prochains mois, années, à une mutation sociétale majeure. Après la révolution économique et financière, nous assistons aujourd’hui à une révolution sociétale.

Les « têtes couronnées » pourraient changer et les politiques financières (via le rôle des banques centrales) et fiscales pourraient bien prendre un tournant inédit (ou du moins opposé aux tendances actuelles).

En ce qui concerne la gestion de votre patrimoine, ces mutations ne seront pas sans conséquences et ayez le certitude que la détention de patrimoine sera une cible prioritaire.

Je vous propose alors quelques réflexions, idées, sur ces changements de long terme engagés par ces votes successifs :

…. [vous pouvez lire la suite : Trump président… De la mutation économique à la mutation sociétale non sans conséquences sur le patrimoine et la fiscalité ? ».]

 

 

Il est fondamental de comprendre les conséquences de la révolte des #giletsjaunes pour essayer d’anticiper les conséquences pour la gestion de votre patrimoine.

Le mouvement des gilets jaunes aura des répercussions budgétaires majeures. On apprend par exemple, que pour 2019, les 10 milliards de dépenses publiques annoncées hier par le président MACRON, ne seront pas financées et viendront s’ajouter au déficit public.

En 2020 et suivant, il est peu probable que Bruxelles autorise la France à dépasser les seuils de déficit fixés à 3%. Ainsi, entre la suppression de la taxe d’habitation (23 milliards par an) et cette nouvelle générosité à 10 milliards, toutes deux non financées, ce sont peut être entre de 20 et 30 milliards par an qu’il faudra trouver.

Qui va payer ? La réponse est simple : VOUS ! Directement via des hausses d’impôt ou indirectement via un des conséquences graves pour la zone Euros !

Ces dérapages ne sont pas anodins. Une tribune du journal quotidien Allemand Die WELT illustre parfaitement le basculement prévisible : « Der Präsident macht Frankreich zum neuen Italien » (« Le président fait de la France la nouvelle Italie ») ; La réaction du président français face aux #giletsjaunes doit sonner l’alarme à Berlin: Emmanuel Macron n’est pas un partenaire du sauvetage de l’euro et de l’Europe. Mais un facteur de risque.

Nous y sommes ! Nous sommes nous pas entré dans le cercle vicieux que je vous décrivais dans cet article « Les #giletsjaunes seront ils à l’origine de l’éclatement de la zone Euro sur fond de hausse des taux d’intérêt ? ».

 

C’est dans cette perspective que je m’obstine à essayer de comprendre le mouvement des #giletsjaunes. Personne ne connaît l’avenir. Personne ne sait ce qui va se passer dans les prochains mois. PERSONNE ! En revanche, je crois qu’il est indispensable d’essayer de comprendre, d’essayer d’anticiper ce qui nous attend.

Notre avenir est en train de s’écrire.

Nous devons comprendre ce qu’il se passe. Nous sommes en train d’écrire l’avenir de la zone Euro… et donc de la valeur de vos placements et notamment de vos fonds euros. Vous devriez peut être relire cet article « Épargne : Être capable de prendre des décisions fortes avant qu’il ne soit trop tard ! ».

 

Petit à petit, tout se met en place. Vous devriez peut être relire cet article publié par Patrick ARTUS « Dette publique : Vers un défaut de la France et de l’Italie ? Par Patrick ARTUS ».

Je ne fais pas de politique. Je ne suis pas un anarchiste, un extrémiste de gauche ou de droite. J’ai voté Macron au élections présidentielles. J’ai voté pour LREM aux législatives. Je gagne convenablement ma vie, paye beaucoup d’impôt, et j’en suis très heureux. Je ne demande rien à personne.

En revanche, j’aime comprendre, j’aime essayer d’anticiper avec vous. Je trouve tout cela passionnant. J’aime l’idée selon laquelle l’intelligence collective construite entre l’article et les commentaires d’une grande qualité permette à tous de se faire son idée sur la meilleure manière de gérer son patrimoine.

Essayer de comprendre est fondamental.

 

Je sais que je ne sais rien, mais je m’obstine à croire que je peux essayer de comprendre 😉

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


92 Comments

  1. pour ma part j’ai trouvé votre article tres intéressant et me suis même permise de le publier signé sur ma page Facebook. Continuez comme ça, j’aime beaucoup vos analyses du monde qui nous entoure . Investir ou épargner ne se fait pas contre les autres mais avec eux.

  2. Bonjour,

    En parlant de dette publique, écouter ceci.
    https://www.youtube.com/watch?v=irXaNvHna48
    Il est clair que ceux qui nous gouvernent ne sont pas là pour soutenir le peuple.
    Mais peut-être suis-je hors sujet, en tout cas la gestion de mon patrimoine passe de moins en moins dans des produits financiers.

  3. Bonjour Guillaume,
    Ne changez rien et restez »aware » tant que possible ?
    Merci de partager votre point de vue !

  4. Monsieur,
    Bravo pour votre questionnement et votre interêt à transmettre cette l’actualité fort inquiétante.
    Les gens sont stupides pour ne pas penser que tout est lié!
    Dans le domaine de la finance en se taisant on frole le delit d’initié tout comme en politique d’ailleurs…
    Je suis une « classe moyenne  » laborieuse destinée à payer sans cesse pour tout le monde, oui je suis inquiète et me questionne sur cet euro( rouleau compresseur via Bruxelles),dictateur des lois et des prix pour les non- initiés justement.
    Etrangement je n’ai plus d’épargne et je fremis à chaque facture …
    Mais je sais encore lire votre blog et vous en félicite.

  5. Merci pour vos articles qui analysent bien la situation actuelle.

  6. Fredy Gosse says:

    Ne changez rien surtout.
    C est encore la rançon du succès
    On ne peut parler de gestion de patrimoine en disant moi je ne fais pas de politique..
    Ne pas faire de la politique c est la pire façon d en faire et de gérer son patrimoine à l envers
    Si on ne peut plus exprimer sa pensée alors nos avons déjà changer de système
    Courage et bravo

  7. Donc si un CGP doit voir plus loin que ca com’, il va devoir arrêter de fourguer des AV dont les assureurs vont faire défaut (car obligé de prendre de la date Euro) et de l’immo où les bailleurs auront du mal a trouver des locataires et, pire, avoir un marché pour le revendre …

    Bref, vivement un bon CTO chez un courtier solide avec une formation par soi meme non ?

  8. Merci pour vos articles qui sont de grande valeur et que j’apprécie chaque fois, y compris ceux sur les « gilets jaunes » qui sont certes non conventionnels mais très pertinents. Ne cédez rien !

  9. Bjr,merci pour votre article certaine personnes feraient bien de s’interroger sur le devenir de la sécurité sociale qui fait parti de notre patrimoine;continuer et rester indépendant ou neutre

  10. Merci de continuer à écrire ces articles de questionnements que je lis avec grand intérêt et que je ne trouve pas ailleurs. Persistez, il y aura de toute façon toujours des mécontents.
    Brigitte

  11. Jonathan Kaminski says:

    Bonjour Guillaume, entierement d’accord avec vous sur le fond mais on fait quoi concretement maintenant?

    Mon scenario c’est que la banque centrale va devenir la prochaine BoJ (Japon) et qu’elle n’augmentera jamais ses taux. Les pressions de la dette vont s’accentuer et l’Euro peut chuter voire l’Allemagne ne plus accepter le compromis de l’Euro, et dans ce cas la on revient au Franc…

    L’immobilier (physique) en France on garde? La pierre papier? Les foncieres cotees europeennes sont en chute libre depuis le printemps (voir Unibail…), les SCPI sont encore plus risquees que l’immobilier en direct AMHA.Les actions européennes et tout ce qui se rapporte a l’euro (le cash les obligations) on dégrossit au maximum? Pour remplacer par quoi? Des fonds USD, de l’immobilier a l’etranger (les prix immobilier en Australie semblent intéressant avec la grosse chute du marche actuellement, et le dollar australien est bas en ce moment)? Les cryptos? 🙂
    On reste liquide a plus de 50 pourcents?

    • Sympa les questions… Jveux bien une page dédiée à ce sujet « Et on fait quoi maintenant ? »

        • Guillaume allez voir le dernier articles de Ch Gave.
          Il fait des recommandations à ce sujet.

          Mais je crois que gérer son patrimoine c’est aussi prévoir donc se préparer. Il me semble que maintenant pour beaucoup c’est un peu tard voire trop tard car il faut du temps pour faire la bonne analyse, trouver une bonne solution, la mettre en oeuvre …

          Si personne ne connais l’avenir en revanche il n’est pas besoin d’être un grand génie pour comprendre certaines choses.

          Sur ce point je suis toujours estomaqué par les débats sur les retraites alors que c’est un problème qui grâce à la pyramide des ages est connu depuis plus de 40 ans.

          Ce qui n’ont rien fait n’ont qu’à s’en prendre à eux même.

          Et pour moi une bonne retraite ce n’est surtout pas une assurance vie car on est dépendant de son assureur. Et dans la vie la dépendance fini toujours par couter….

          La baisse je l’attend avec impatience car elle peut rapporter gros et après la remonté est, elle aussi, source de bonnes plus values.

          Finalement c’est la volatilité qui permet de gagner pas les marchés horizontaux…

          • Allé, on va rajouter Olivier Delamarche, une bonne bouffe et on finit l’après midi avec Pablo Servigne et un peu de Jean Marc Jancovici et hop au lit …
            Attention, le tout ensemble risque de donner des indigestions, voire plus …

            • Merci Olivier mais O Delamarche (qui m’insupporte car il n’a rien à dire ou des platitudes pour s’écouter parler) et vos autres copains je vous les laisse.

              A propos avez vous contacté la société de gestion qui fait du non coté dont je vous avais donné les coordonnées ??

          • Pourtant l’assurance-vie c’est être sûr que votre retraite sera très peu taxée pour un revenu que vous définissez vous-même.
            Je ne parle évidemment pas de l’épargne-retraite qui n’est pas si intéressante que cela une fois retraité.
            C’est très difficile de faire mieux que l’assurance-vie si vous avez des capitaux.
            Après vous pouvez investir dans l’immobilier mais quand vous serez vieux et dépendant, qui va gérer pour vous?
            Où allez-vous trouver les fonds pour effectuer des travaux?
            Comment vos enfants vont-ils faire pour appréhender les biens? A moins que vous préfériez les laisser à l’état s’ils ne sont pas vendables.
            En réalité, l’assurance-vie vous permet de gérer l’aléa c’est sa vraie valeur d’usage.
            Une bonne stratégie retraite consiste à diversifier ses sources de revenus.

            • L’AV a plusieurs défauts :
              – Des frais importants
              – Des supports imposés
              – Le risque de blocage de vos capitaux
              – Le risque de l’assureur
              vous ne trouvez pas que cela fait beaucoup ?

              Si vous vous expatriez dans certains pays juste 6 mois pas an au soleil vous payez zéro + zéro d’impot. Je vous assure que pour la retraite c’est mieux que de passer l’hiver en France.

              Et dans l’immobilier vous pouvez aussi faire de super perf mais pas en investissant comme Mr Dupond dans son AV évidement. 20% de TRI depuis 3,5 ans moi cela me convient bien.

              L’AV est devenue un produit pour la masse. Et la masse on lui donne des perf basiques et une fiscalité jamais optimum car il faut remplir les caisses.

              Un bon conseil en investissement : Fuyez la foule

              • Je suis d’accord, de plus, les primes ne vous appartiennent pas, c’est le capital de l’assureur … sans parler de Sapin II.
                Bref, perso, je suis plutot sur des REIT US + Actions Prefs chez IB … bon, c’est pas la meme facilité d’accès …. mais tant que les US auront le budget militaire le plus gros du monde (et de très loin), ils sont et resteront les maitres du monde …
                Comme disait M. Audiard : qd les types de 130 kilos disent certaines choses, les types de 60 kilos les écoutent ….

              • Mis à part les frais et les supports imposés ce que vous décrivez relève du scénario catastrophe. Il faut bien choisir son assureur. Et ne pas s’exposer aux obligations d’États européens.
                Sinon évidemment, il y a de très bonnes options en dehors de l’assurance-vie.
                Mais enlever celle-ci de toute stratégie patrimoniale est idiot. Surtout en France où vous avez un état prédateur qui n’attend que de récupérer ce qui vous appartient pendant votre vie ou à votre mort.

                • Vous dites : Il faut bien choisir son assureur. Admettons, mais expliquez nous sur quelles info avez vous choisi le votre, histoire de voir si vous avez pu le choisir tout en étant certain qu’il tiendra par tous les temps.

                  Vous dites aussi : ce que vous décriez relève du scénario catastrophe.
                  Allez en parlez aux Chypriotes vous verrez ce qu’ils vous en diront …
                  Il semble que vous ne soyez pas bien conscient des conséquences de la situation actuelle. Mais après tout c’est votre affaire. Ce qui est certain c’est qu’il n’est jamais agréable de voir disparaitre son épargne et qu’en toute logique il est préférable de s’en prémunir le mieux possible avant. Croyez vous réellement que la loi sapin II ait vue le jour sans raison sérieuse ???

                  Enfin croire qu’avec les problèmes de budget de notre pays la fiscalité de l’épargne ne sera pas alourdi sur l’AV c’est faire preuve de beaucoup d’inconscience sans parler du seuil d’exonération en cas de décès qui sera abaissé.

                  Alors au final vous verrez ce qu’il restera de votre capital en AV et vous finirez par en partir après vous être fait plumé. Mais mieux aurait valu le faire avant ;-))

                  Personnellement j’avais des AV j’en suis entièrement sorti. Cela devrait vous donner à réfléchir.

                  • Ça ne se passe pas comme vous le décrivez.
                    L’état qui se sert sur les supports euro classique ça se conçoit et c’est même normal puisqu’il est débiteur et qu’il jouit de prérogatives de puissance publique. En revanche, l’état ne prendra pas le risque d’un chaos total en allant chercher son argent dans le bilan des entreprises privées.
                    Ou alors s’il le fait là rien ne vous garantit qu’il ne fera pas sur votre immobilier ou sur vos comptes-titres.
                    Pour choisir votre assureur c’est simple, regardez qui fait de la prévoyance et le poids de celle-ci par rapport à l’assurance-vie..
                    Après je n’ai pas de boule de cristal et rien ne me dit que l’assureur ou mon immeuble ou mes titres résisteront à toutes les crises.

                    • Je crois que vous n’avez pas bien compris. Si la situation financière de votre assureur ne lui permet plus de faire face à ses obligations, comme il est le seul propriétaire de vos unités de comptes et que vous n’êtes que le créancier rien ne vous dit qu’il ne les vendra pas d’office comme une banque peut le faire de vos actions sur votre compte titres. En conséquence votre capital sera perdu. CQFD
                      Comme vous le voyez l’état n’a rien à voir la dedans.

                  • C’est là que je diverge avec vous. Le propriétaire de vos UC c’est la société de gestion et non l’assureur. Ce qui me permet de dire cela est que le risque n’est pas assumé par l’assureur sur les UC, or il s’agit là d’une des propriétés du droit de propriété. En revanche, là où je vous rejoins c’est que si vous liquidez vos positions (un rachat) l’argent revient à votre assureur et c’est à ce moment-là que vous devenez créancier.
                    Moralité : faire le dos rond tant que vos fonds sont sur les UC.

                    • Damien,
                      Vous dites : Le propriétaire des UC c’est la société de gestionmais d’ou sortez vous cette bêtise ???
                      Je suis désolé mais manifestement vous n »y connaissez rien.
                      Cela fait longtemps que le gestionnaire de vos OPCVM et le teneur de comptes sont OBLIGATOIREMENT des entités différentes et le gestionnaire n’est évidement pas propriétaire du fonds ou du capital qu’il gère heureusement. Ce sont les porteurs de parts qui sont les propriétaires évidement. Sauf qu’en AV vous avez transféré cette propriété à l’assureur et lui vous doit l’équivalent. Vous êtres donc créancier de votre assureur.
                      Si vous ne me croyez pas renseignez vous. Demandez à Guillaume ou aux autres. Vous faites vos propres déductions ce qui montre que vous ne savez pas.
                      Dans ce contexte je ne suis pas surpris de vos certitudes sur la supposée sécurité de votre patrimoine financier.

                • J’avais oublié

                  Vous dites : Surtout en France où vous avez un état prédateur qui n’attend que de récupérer ce qui vous appartient pendant votre vie ou à votre mort.

                  La je suis 100% de votre avis mais comme vous l’avez compris l’AV sera peut être le dernier refuge mais pour un temps seulement. Ou croyez vous que l’état ira chercher les sous lorsqu’il aura fouillé toutes les poches ?
                  D’autant que la poche de l’AV est l’une des plus grosses si ce n’est la plus grosse.

                  Donc finalement vous le dites vous même , les avantages fiscaux de l’AV finiront forcément pas disparaitre tôt ou tard, c’est inéluctable.

    • Je ne sais pas.

      Intuitivement, et dans l’ordre des priorités, il me semble important de s’interroger sur la « valeur de la monnaie » et donc sur la valeur de l’épargne monétaire ou quasi-monnaie que sont les placements bancaires (PEL, …) mais aussi les fonds euros composés à -+80% d’actif obligataire.

      Ensuite, comment investir cet argent ? Je ne sais pas. Mais toujours de manière intuitive, je crois qu’il convient de revenir aux fondamentaux, c’est à dire à la valeur d’usage d’un bien. Car, même si la monnaie s’envole, l’usage, c’est à dire l’utilité reste.

      L’usage, c’est évidemment le bien immobilier qui permet de loger une personne. Quelque soit la valeur de l’argent, l’usage semble pérenne. Demain, l’usage restera mais si la valeur monétaire du flux sera différente.

      L’usage, c’est aussi l’investissement en direct dans des entreprises dont les services et biens vendus resteront indispensables. On pourrait parler d’usage par procuration ?
      Bien évidemment, les entreprises exposées à une zone euro en questionnement devrait souffrir dans l’exécution de leur modèle économique… mais, il existe de nombreuses sociétés cotées qui exerce leur métier à l’international.

      L’Or est peut être un sujet, une réserve de valeur incontestée depuis des millénaires. Les crypto ? Je ne sais pas… cela me semble délicat tant la valeur de réserve est aléatoire. Mais pourquoi pas ?

      Pourquoi pas détenir un peu de monnaie internationale tel que le dollar US ou pays solide hors UE (Norvège ? Suède ? )

      … Je ne sais pas.

      • L’usage, c’est aussi quand il y a de la demande pour cela. Allez voir l’immobilier par exemple à Angoulême ou Vichy, ce sont les propriétaires qui cherchent locataires et non l’inverse.
        C’est tout sauf perenne dans, désormais, beaucoup de villes rurales.

        https://immobilier.lefigaro.fr/article/quelles-sont-les-villes-ou-la-part-de-logements-vacants-est-la-plus-elevee-_d04c2c12-c612-11e8-8ab8-0865eb3bb52c/

      • gérer intuitivement un patrimoine c’est un peu comme au casino on pense toujours que l’on a bien choisi , l’intuition provient d’un fait immédiat sans raisonnement alors que pour le cas present c’est beaucoup de lecture, de comparaisons etc, et vous participez activement à mon intuition car je vous lis.
        vous dites : « L’usage, c’est évidemment le bien immobilier qui permet de loger une personne. Quelque soit la valeur de l’argent, l’usage semble pérenne. Demain, l’usage restera mais si la valeur monétaire du flux sera différente. »

        Je pense à tous ces Américains, Espagnols également qu’on a voulu aider à acheter leur logement en leur offrant des prêts mirobolants on à vu le résultat ils n’ont n’y patrimoine immo n’y financier, « l’usage a disparu », tout est lié.

        Il en est de même pour la finance , un trait de plume peut mettre tous les comptes à zéro, il faut donc faire attention a toutes les idées utopistes, un pays ne peut pas faire cavalier seul il est voué à l’échec , bon ou mauvais il faudra suivre l’évolution mondiale. d’ailleurs Russie , Chine, ce sont bien mis au capitalisme.

        Que faut-il penser ? comme vous je dirais je ne sais pas

        • le mecreant says:

          Oui l’usage c’est l’immobilier… tant que bercy ne confisque pas les loyers, que la solidarité nationale n’impose pas des loyers « loi de 48 » qui font que votre bien perenne ne vaut que des clopinettes… et des tonnes d’emmerdements. On a vu la même chose au portugal ou les loyers bloqués par salazar ont conduit a la ruine des immeubles..
          Alors prudence, prudence…

    • Je pense que notre hôte a partiellement répondu ici: https://www.leblogpatrimoine.com/strategie/preparer-votre-patrimoine-a-la-revolution-ecologique-et-developpement-durable-qui-simpose.html

      En 1 ligne: local, dans du réel et en organisation horizontale …

    • « les SCPI sont encore plus risquées que l’immobilier en direct AMHA »: je ne suis pas de cet avis (avis personnel qui vaut ce qu’il vaut, bien entendu 🙂 ).

      L’immobilier locatif français en direct est à mon sens extrêmement risqué – bien plus que ne l’estiment les investisseurs – : les propriétaires n’ont souvent pas conscience qu’ils ne louent pas un ‘bien d’usage’ courant (comme le dit Guillaume) mais un domicile principal: et selon la loi française, le domicile est sacré, Que vous en soyez locataires en règle ou pas, ou même squatteur sans droit (c’est absurde mais c’est ainsi). En fait, de manière strictement légale, ils perdent pratiquement tout droit sur leur bien. Non seulement les procédures d’expulsions sont longues, ultra complexes (c’est voulu) et interminables, mais les jugements d’expulsion ne sont de plus en plus souvent pas exécutés pour des raisons de maintien de l’ordre public. Que disent les GJ: ils sont asphyxiés par les dépenses pré-engagées. Laquelle est la plus importante, et de loin ? Le loyer. Qui peut croire que les locataires dans leur majorité (je ne parle pas de la clientèle minoritaire de cadres en mission qui loue un meublé dans une grande agglomération) pourront encore longtemps continuer à dépenser 30 ou même 25% de leurs revenus dans leur loyer ? Que l’Etat pourra encore longtemps verser 19 Md d’euros par an d’APL ? C’est juste impossible. Parmi les leviers d’augmentation du ‘pouvoir d’achat’, une augmentation sensible des salaires payés par les employeurs (publics et privés) étant exclue, une augmentation des allocations publiques forcément limitée de la part d’un état fauché, que reste-t’il… Les législations de limitation des loyers vont à l’évidence se multiplier et les droits et garanties des propriétaires, déjà bien fragiles, être encore plus réduits. C’est inéluctable. C’est une question de maintien de l’ordre public parfaitement compréhensible tant le logement est devenu un facteur clivant dans le niveau de vie. Entre le droit du propriétaire par définition ‘nanti’ et la paix sociales de pauvres bougres, le premier n’aura jamais gain de cause. Jamais.

      Par comparaison, le bail commercial est beaucoup moins défavorable au bailleur, un locataire qui ne paie plus ne va pas rester des années dans les locaux, il ne s’agit pas d’un domicile privé, l’Etat ne cherchera pas plus que cela à s’immiscer dans un contrat de droit privé, et la mutualisation inhérente aux SCPI apporte un sérieux plus en termes de sécurité vis-à-vis des risques locatifs. AMHA, le plus gros risque pour les SCPI, pur produit de rendement, c’est une remontée des taux; et personnellement, en Europe, je ne pense hélas pas que ce soit pour demain (voir mon analyse plus bas). Cela ne signifie évidemment pas qu’elles ne soient pas risquées (elles le sont).

      Je peux évidemment tout-à-fait me tromper. D’ailleurs, l’immo ne représente qu’une part (relativement) mineure de mon patrimoine, ce qui doit faire de moi une incongruité parmi les lecteurs de cet excellent blog.

  12. Merci et bravo Guillaume. Je lis toujours avec grand intérêt votre blog et les commentaires qui sont souvent si passionnants.
    En tant que médiatrice conventionnelle et judiciaire je suis tellement triste que dans ce pays il soit quasi impossible de se mettre autour d’une table et de trouver des solutions avec des outils comme la Communication Non Violente, l’intelligence collective et bien sûr avant cela l’écoute et la reformulation. Paris, ma ville depuis plus de 50 ans est, dans certains quartiers, un champ de ruines et je fais partie de celles et ceux qui par leurs impôts vont payer les reconstructions et remplacements du mobilier urbain, entre autres.

    • le mecreant says:

      pour ce qu’on en sait la grosse partie des impôts prélevés sur les gueux provinciaux que nous sommes est directement injecté dans « le gross paris » vous me permetrez donc de ne pas verser une larme sur le triste sort des contribuables parisiens qui pour bien plus cher que les dégats des casseurs et non du peuple de france qui se révolte, vont avoir a éponger les dettes faramineuse du maire qu’ils ont élus. J’espere juste que ce n’est pas nous les sans dents qui paierons les violons du bal espagnol.

  13. Guillaume, merci pour vos articles et le blog.
    Libre à vous de nous partager votre expertise sur l’actualité et le rapport à la gestion de patrimoine.
    Certains aimeront et d’autres pas, peu importe à mon avis.
    Je préfère vous remercier de montrer à vos lecteurs qu’on peut être acteur de nos vies et non spectateurs et attendre les « gestes » du gouvernement.
    Continuez Guillaume !

  14. On ne peut pas dissocier la politique de l’économie, il faut faire de l’anticipation long terme et ne pas tomber dans la « gesticulation patrimoniale  » .
    Merci pour votre Blog qui permet à chacun de s’exprimer , d’échanger et d’apprendre.

  15. le mecreant says:

    Bonjour Guillaume, j’ai lu votre article, j’ai parcouru les commentaires.. j’hallucine!!!!
    Les réactions de certains ne justifient même pas qu’on les considèrent. Ils ont décidé de faire le macron… pardon l’autruche. Ca les regarde, quand on a la tête dans le sable et les fesses en l’air, allez savoir ce qui peut arriver…
    Macron a fait un coup de bonneteau. il ne faut pas oublier les compliment de son ancien boss chez rotchild: c’est un manipulateur hors pair… sauf que la hors pair ou pas il ‘na au final pas trompé grand monde.
    Le roi est nu!
    J’ai dit il y a quelque temps , avant les GJ, que macron etait le gorbatchev de la france, c’est un liquidateur, il va baisser le rideau. C’est aussi un pur produit du vieux monde, il ne comprend absolument rien a ce qui se passe. Il nous parle de france numerique, de transition ecolo.. ben oui mais il faut toujour un gars pour conduire le camion poubelle a 6 heue du matin. et a moins de relégaliser l’esclavage et la traite humaine (ce qui est le cas dans la réalité des faits) le pays ne va pas devenir un jeu de rôle sur un écran.
    Peu de gens se rendent compte de ce qui est en train de se passer, pour ça il ne faut pas un gilet jaune sur le pare brise pour avoir la paix il faut aller battre le paver sur le rond point.
    Finalement tous les commentaires de la presse et des experts n’ont plus aucune importance, tous ces gens sont « hors sol ». Il ne pensent que d’apres les critères de l’ancien monde alors que c’est le nouveau qui est en train de naitre, avec des attentes, des exigences, qu’on retrouve dans la pyramide de mazlov. Et bien oui les besoins de l’homme n’ont pas changes depuis un million d’années et il ne devraient pas se modifier dans les 20 ans qui viennent. Il y a un besoin fondamental c’est la reconnaissance, qui donne la demande de RIC. et cette demande est au fond de tout, y compris dans la demande de niveau de vie décent: je veux un salaire qui me rend ma dignité, et c’est encore plus que seulement remplir ma gamelle. 100 euros ce n’est pas rien mais au dela de l’enfummage macronien , la reponse est NON on ne veut pas une prime, on ne veut pas des aides, on veut vivre de notre travail. L’ISF est un indicateur majeur. Même si nous savons que c’est une abération économique, elle dit bien que la population n’accepte plus l’injustice, qui aujourd’hui confine a celle de l’ancien régime ou les plus riches, de fait ne sont plus taxés.
    Alors oui, un investisseur doit reflechir et absolument comprendre ce qui se passe, la question n’est pas de savoir si les GJ enquiquinent les commerçants, gachent les fête de noel ou autre chose. La question est: quelle seront les conséquences de tout cela sur mon patrimoine et la fiscalité qui va en découler… J’ai ma petite idée, mais a chacun de voir pour sa paroisse… Pour les autruches la TVA sur les lubrifiants va baisser ce devient un produit de première nécessité..
    Et en tout cas Guillaume merci de vos article et continuez, les autruches glousses, et la caravane passe.

    • « L’ISF est un indicateur majeur. Même si nous savons que c’est une aberration économique, elle dit bien que la population n’accepte plus l’injustice, qui aujourd’hui confine a celle de l’ancien régime ou les plus riches, de fait ne sont plus taxés. »

      Vous êtes CGP ?
      Ce serait intéressant de développer un peu.

      • le mecreant says:

        Mathe. on ne va pas refaire le débat sur la pertinence de l’ISF. En revanche on constate que c’est un abces de fixation des revendications, même si les montants récoltés sont ridicules eu égard a la demande et aux enjeux. En revanche il est clair que l’idée de base de l’ISF est bien de prendre « aux riches » ce qui traduit une certaine jalousie, et encore plus surement un sentiment d’injustice irrationnel par ailleurs. Ce que nous devons prendre en compte en tant qu’investisseur, c’est cette perception de la majorité de la population qui influencera forcement les politiques fiscales ultérieures, mais aussi le développement économique du pays; les « riches » exilés ont reçus le message 5/5 s’ils avaient des velléités de revenir c’est cuit. Ils ont compris que de toute manière la france les tondras de toute les manières possible « es qualité de riche » Mais les réalités économiques sont tétues aussi, donc pour qu’ils puissent quand même revenir, surtout leurs capitaux, les politiques fiscales permettrons probablement des montages permetant a ces capitaux de ne pas être taxés. A l’inverse, l’individuel resident français et propriétaire immobilier, n’a strictement rien a esperer: c’est un salaud de riche, ils exploite les pauvres locataires, et on sait que le loyer est une variable importante dans le pouvoir d’achat. En outre il ne peut pas exiler ses immeubles, il sera donc la proie révée pour bercy qui est toujours en train de tirer le diable par la queue, entre les attentes sociales et sociétales, la gabegie étatique, et les contrainte de l’europe. Les temps vont être rudes pour les « petits riches » avec un appartement et une maison de campagne…

    • « …les critères de l’ancien monde alors que c’est le nouveau qui est en train de naitre, avec des attentes, des exigences, qu’on retrouve dans la pyramide de mazlov. »

      J’aimerais bien connaître votre vision « du nouveau monde »…. et pourquoi pas votre « petite idée » sur le patrimoine et la fiscalité !

    • moi aussi j’hallucine en lisant votre article qui ne repose sur rien sauf sur un anti Macronisme primaire. vous avez une petite idée vous dites (une grande idée m’aurait étonné) proposez là et je pense qu’elle me fera glousser, pour les moutons ou endoctrinés ils n’ont pas besoins de lubrifiants depuis le temps qu’ils suivent leur gourou

      • le mecreant says:

        Saisix, dans le genre animal bélant, vous êtes une injure aux moutons qui sont doués d’une certaine intelligence, glousser oui, ca vous convient assurement mieux.
        Quand a la taille de mes idées, qu’a l’évidence votre cerveau dont je ne suis même pas certain qu’on puisse le qualifier de reptilien est bien incapable d’appréhender, je n’ai pas besoin de l’appréciation de quiconque pour en évaluer la pertinence, Bercy s’en charge en toute objectivité d’en quantifier les résultats.

  16. Que vous ayez à vous justifier me semble aberrant.
    Je crois qu’il y a des « conseillers » qui n’ont jamais entendu parler de macroéconomie. Je me demande bien de quelle planète ils viennent.

    Sinon, il est intéressant de souligner que Macron devient un facteur de risque vis-à-vis de l’Europe mais pour l’Allemagne. Ceci est un indice de plus qui milite en faveur de l’argument selon lequel l’euro ne profite qu’aux allemands.
    Nous avons donc un risque supplémentaire qui se profile : le risque politique.

  17. julien bonnetouche says:

    Il faut bien prendre un pari

    Moi j’en fais un :

    les choses vont se calmer, car les gilets jaunes restants ne seront que les extrémistes révolutionnaires de la veine de Mélanchon.
    Ils sont finalement très minoritaires et devront rentrer chez eux d’une manière ou d’une autre.
    Je suis loin sous les cocotiers obligé de prendre un peu de recul, n’ayant ni radio ni tété, mais quand même internet pour écrire ici entre deux baignades, et un ami parisien m’a écrit ce matin : nous sommes en 1789.
    Moi je crois qui nous sommes passés en quelques semaines de 1789 à 1793 c’est à dire à l’époque des « coupeurs de têtes. »
    Mais là ils sont loin du pouvoir heureusement, et seront rendus à la raison de gré ou de force.

    Donc : on fait le gros dos ; Pas d’affolement.

    • Pour faire monter la mayonnaise, risquer la confusion, attiser la haine des gilets jaunes envers nos élites politiques et les détenteurs de capital immérité (Cela perçu sur le terrain où je suis allé me faire une opinion), il n’y a pas mieux.
      Contentez-vous du dos rond, c’est facile dans votre situation…

      • Si les GJ avaient bien compris l’histoire ils auraient bloqué l’Elysée. Car le véritable ennemi est l’état qui se fait passer pour un bienfaiteur en vivant sur le dos de ceux qui produisent.

    • le mecreant says:

      Si vous croyez que ça va se calmer, vous n’avez strictement rien compris a ce qui est en train de se passer.. Même macron en OFF a reconnu que c’est un changement absolu de paradigme dont personne ne sais ou il va mener. Si en outre vous croyez que les gilets jaunes ne sont qu’un mouvement franco français de bouseux illettrés je vous conseille de laisser tomber BFM tv et de regarder ce qui se passe au delà des frontières. Et j’irais même plus loin, il vaut mieux que cela ne se calme pas, parce que si c’est le cas, strictement rien n’étant réglé d’autant que les mesurettes macronniennes ne sont que de la poudre aux yeux (n’oubliez pas qu’il a été qualifié de maitre manipulateur par son boss chez rotchild) cela va exploser a nouveau dans quelques semaines ( le temps que les gens comprennent le prélèvement a la source) au pire quelques mois, et la plus rien ne l’arrêtera parce qu’en plus les gens considèreront s’être fait rouler (a tort ou a raison n’a aucune importance) et la republique sautera d’une manière ou d’une autre.

      • Il y a des complotistes jusque sur ce blog … quelle misère

      • « le temps que les gens comprennent le prélèvement a la source »: ils vont comprendre que ce qu’ils payaient en 3 fois (par tiers) ou en 10 fois (mensualisation), ils vont le payer en 12 fois. C’est un peu plus complexe pour ceux qui ont des revenus plus ‘exotiques’ que leur salaire (comme beaucoup d’entre nous ici), mais au final sur une année pleine ça ne change pas grand’chose, surtout pour la majorité des GJ qui ne vivent que – et c’est tout le problème – de leurs revenus salariaux. Donc après une chougnerie habituelle, ils constateront qu’ils n’ont pas perdu d’argent et tout rentrera dans l’ordre.

        Je précise que je n’étais pas particulièrement favorable au prélèvement à la source, d’une part pour des raisons de confidentialité vis-à-vis de mon employeur, et d’autre part précisément parce que ça ne va pas changer grand chose. Mais bon en attendant, étant bien conscient de la différence entre taux moyen et taux marginal plus quelques autres subtilités, j’avoue que j’ai bien optimisé « l’année blanche » (de façon 100% légale bien sûr). ça paiera les vacances 2019 🙂 .

  18. Bonjour Guillaume,
    je ne vois pas pourquoi vous devriez vous cantonner à un champ de compétences supposément défini, a fortiori lorsque qu’il existe une interdépendance aussi limpide entre les événements ; cela d’autant plus que les pistes de réflexion que vous proposez produisent des débats intéressants dans ces pages. Le commentaire que vous citez est une sottise. C’est un peu comme si on demandait à un économistes d’ignorer le réchauffement climatique au prétexte que ça ne relève pas de son domaine premier. De plus, je ne vois pas en quoi cela entamerait votre liberté.

  19. Bonjour Guillaume ,
    Je vous approuve. C’est ainsi , nous sommes des citoyens qui ne pouvons échapper aux tensions du monde ( réchauffement climatique , pollution , tensions politiques nationales et internationales).
    L’effet papillon multiplié x fois nous atteint .
    Oui la dette de la France va augmenter , les taux pourraient aussi monter si la confiance en la France est altérée.
    Il est important de comprendre notre monde , de s’interroger sur les inégalités , d’admettre qu’il faut y remédier , d’essayer d’être utile , d’avoir des engagements altruistes.

  20. Merci Guillaume pour votre blog.
    Vos analyses sont très pertinentes et font naître l’expression des différents points de vue, toujours enrichissants à connaître.
    Bravo pour sa très haute tenue ; preuve en est : la participation de Michel ONFRAY que l’on écoute avec bonheur!
    J’en profite pour glisser mon petit grain de sel :
    Je doute que MACRON puisse continuer dans cette voie car pour exploiter correctement un terrain il faut d’abord et avant tout le connaître et surtout, si l’on a oublié cette précaution, s’y adapter sans tarder pour sauver un minimum de récolte.
    Tous les bons jardiniers vous le diront.
    Je suis inquiet.

  21. Je vous approuve totalement, comme tout ce qui adopte la démarche « du bon sens paysan »… celui des auvergnats, pas radins mais entreprenants et circonspects (j’ai bu le lait du DESS GP de l’AUREP…) et qui pensent qu’on construit sur la confiance, l’esprit d’entreprise et la diversité (faire grossir le gâteau et le multiplier pour avoir plus à partager) dans le style des réflexions d’Alexandre JARDIN dans « Laissez nous faire on a déjà commencé » sans plus rien attendre des « mini-Colbert » à cravate verte….

  22. Guillaume si je vous comprends bien on se dirige à un scénario à la Chypriote ?

    • Je ne sais pas. Les prochains mois vont être très importants.

      • c est à dire en terme de quoi?

        • Plusieurs choses :
          – les effets de l’arrêt du QE qui devrait être décidé demain
          – la position de Bruxelles par rapport aux mesures adoptées par Macron
          – la politique vis-à-vis de l’Italie qui s’est encore fait retoquer
          – le Brexit
          – la hausse attendue des taux BCE automne 2019

          Et encore plein d’autres choses certainement.

          • Je doute fort que la BCE puisse augmenter sensiblement son taux directeur. La croissance mondiale chute, en Europe c’est déjà très nettement perceptible (Allemagne compris), les marchés chutent sévèrement, les entreprises révisent leurs anticipations de CA a la baisse (même si dans l’absolu les niveaux restent très élevés), les commandes à l’industrie et au BTP diminuent… je pense que nous sommes clairement en fin de cycle. Jérôme Powell l’a admis à mi-mots. Sans compter les agitations populistes sévères en France et en Italie – on ne parle plus de la Grèce, là, mais des économies numéro 2 et 3 de la zone Euro (hors GB). La BCE est encore à contretemps : elle a diminué ses taux trop tard, et elle ne va pas avoir le temps de les réaugmenter. Ce qui va mener à une situation intéressante : comment affronter le prochain ralentissement économique en 2019 avec des taux directeurs déjà à zéro ?

  23. Bonsoir

    Je veux simplement suivre le débat.

  24. Moi Guillaume, je suis d’accord avec les critiques désolé

    Vous avez raison de relier gestion du patrimoine et actualités mais vous critiquez beaucoup, très anti Macron
    Comme si vous ne saviez pas qu’il fallait du temps pour juger une politique, comme si vous ne saviez pas que les gilets jaunes réclament tout et son contraire, comme si vous ne saviez pas que le destin de la france n’est pas seulement entre ses mains (comment pouvez vous comparer avec l’epoque Du front populaire ?), comme si Macron était responsable des 3 millions de chômeur, comme si vous ne saviez pas que la plupart des pays à bas taux de chômage ont beaucoup de jobs mal payés et sont plus libéraux que la France (donc l’inverse de ce que demandent beaucoup de gilets jaunes) ….

    Un peu plus d’humilité ou alors lancez vous en politique

    Nb : j’apprecie tout de même beaucoup vos newsletters

  25. Cher Guillaume,

    Vos analyses sont intéressantes, pertinentes et apportent des éléments de réflexion que l’on entend très peu ailleurs. C’est génial !
    Quant aux personnes qui vous critiquent sur vos sujets, ils ne sont pas obligés de lire des articles gratuits où vous proposez votre expertise. Pensez vous que les gens qui vous critiquent sont légitimes. Pas plus et pas moins que vous.

    Continuez à vous questionner, nous questionner… Votre blog est une mine d’or et votre pertinence un vrai bonheur.

    Amicalement
    Nicolas

    • J’ ACH—-ËËËËË —-TE !!!!!!
      (signifie: excellent commentaire, qui plus est : apprécié avec enthousiasme (pour ceux qui ne connaissent pas « Danse avec les stars »).

  26. Guillaume,
    Politique, économique, sociale etc tout doit être pris en compte pour gérer un patrimoine sur le court, le moyen et le long terme sinon on ne maîtrise rien: ne changez rien à vos questionnements et ananlyses vous êtes dans le vrai. Par contre penser que le mouvement des Gilets Jaunes est une révolution qui représente un changement profond de notre société qui pourrait remettre en cause l’europe etc, je pense pour ma part que vous allez un peu vite en besogne et un peu loin. L’avenir nous le dira mais pour le moment je suis surpris qu’un mouvement qui n’a au plus fort de son action sur toute la France rassemblé qu’environ 250 a 300 000 personnes puisse arriver à faire vaciller tout un continent. Mai 68 a fait changer des choses en France 13 ans après mais les fondamentaux sont restés les mêmes.

  27. le lien principal entre gilets jaunes et patrimoine est que les gilets jaunes qui ont acheté leur logement à la campagne, ou dans des petites villes un peu éloignées d’une métropole constatent que leur bien a perdu 20 ou 30% de sa valeur en une dizaine d’année. Ils se rendent bien compte qu’ils ne pourront pas transmettre grand-chose à leurs enfants. Ils se sont fait avoir, on les a encouragés à investir, et ils n’aiment pas ça….

    • Cette réflexion est très intéressante ! Depuis quelques jours, je m’interroge sur la question suivante : Pourquoi les vrais pauvres que sont les habitants des métropoles ne sont ils pas gilets jaunes ?

      La raison peut elle être l’absence d’effet richesse des habitants des campagnes qui ne peuvent plus supporter leur faible revenu puisqu’ils n’ont plus l’espoir de s’enrichir grâce à leur immobilier ?
      Les habitants des grandes villes, ont un salaire tout aussi faible, des conditions de vie probablement moins bonnes … mais possèdent un bien immobilier qui continue de se valoriser … Grâce à leur bien immobilier, l’espoir d’enrichissement persiste malgré un salaire médiocre.

      • le mecreant says:

        reduire ca a une histoire de patrimoine immobilier, c’est passer a coté de l’essentiel, les choses sont assurement beaucoup plus complexes que cela et croire que le potentiel de développement est réservé aux métropoles est sans conteste une erreur de jugement. même si effectivement certaines regions sont sinistrées et en voie de désertification.

  28. Fredy Gosse says:

    Non ils ont des moyens de transport publics subventionnés pas payés à leurs prix de revient et les autres des bagnoles le truc infernal parait il

  29. Geoffroy ROQUES - Courtier en assurance emprunteur says:

    Guillaume,
    tu te pose la question suivantes : »Depuis quelques jours, je m’interroge sur la question suivante : Pourquoi les vrais pauvres que sont les habitants des métropoles ne sont ils pas gilets jaunes ? »
    on a tous lu beaucoup de choses sur les gilet jaunes ici ou ailleurs et c’est vrai que ce mouvement interroge énormément de personne y compris nos chers politiques.
    au final je pense qu’à la base ils ont eu besoin de crier haut et fort qu’ils avaient mal et qu’ils n’ont pas vraiment la solution eux même.
    il est vrai que tout ce qu’ils ont demandé était à la base plus d’argent par rapport au travail qu’ils effectuaient ce qui me semble tout à fait normal.
    effectivement il est normal qu’ils aient un soutien de la population car là aussi personne ne peut être contre le fait que l’on souhaite pouvoir vivre dignement de son activité.
    il y a bien un problème dans notre pays puisqu’il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que dans grand nombre de cas la prestation sociale ajoutée à un peu de black paie mieux que notre fameux CDI de 35 h
    « l’augmentation » de salaire (certe fumeuse) ils l’ont obtenu et 100€ d’un coup cela me semble bien
    concernant le train de vie de l’état et notamment ce que l’on appelle les privilèges (avantage en nature) il y a là aussi un ras le bol de voir des millions d’euros disparaître du pot commun.
    quand on voit des représentant de FO qui passe 50000€ de frais non justifié c’est là aussi l’argent du peuple puisque ceux sont nos salaires qui financent ces syndicats. là aussi bien qu’ils ne représentent plus personne il sont toujours là et c’est toujours à eux que l’état s’adresse pour « négocier ».
    tout le monde en a donc assez que l’on nous prenne pour des imbéciles avec notre propre argent.
    néanmoins personnellement je me suis interrogé sur pourquoi les gilets jaunes veulent rester mobilisé malgré cette première « victoire ». pourquoi ne veulent ils pas quitter les rond point ou station autoroute?
    mon analyse est qu’ils ont retrouvé du lien social.
    nous sommes dans une société de plus en plus individualiste ou l’autre n’est plus rien.
    avec ce mouvement les gilets jaunes se réunissent, parlent, rient et deviennent ami alors que
    3 jours avant ils se croisaient sans même se dire bonjour.
    ainsi je pense que même si ils obtenaient encore des victoires, dire que la nouvelles situation leur convient reviendrais à dire : il est l’heure de nous quitter » et çà au fond d’eux même ils n’en ont pas envie.
    Leur lutte est devenue une raison de rester ensemble.
    cela explique donc selon moi pourquoi le mouvement marche en campagne et moins en ville. en ville on est tellement habitué à l’individualisme que l’on a oublié le plaisir d’être ensemble.
    donc peut importe la réponse politique ils ne seront jamais totalement satisfait car dire « OK ça nous convient » cela veut dire ne plus revoir ses nouveaux amis 😉

  30. Les gens veulent un Smic à 2000 €. Cela montre bien qu’ils ont ce désir de travailler pour autre chose que payer des factures.
    En revanche, cela montre aussi qu’ils n’ont pas conscience de ce que cela implique en termes de charges pour l’entreprise et en termes d’emploi pour les jeunes et les non qualifiés.

    • le mecreant says:

      Ah le beau discours… Combien de foi j’ai eu ce genre d’arguments… ma réponse a toujours été la même: (la je vais transposer) si tu veut que ton usine tourne, vu que c’est moi qui la fait tourner, je te vend mes capacités a tel prix. le reste ce sont tes problemes d’industriels, pas les miens, débrouille toi avec.
      Les salariés n’ont pas a prendre en compte le fait que leur patron ai un prix de revient trop élevé ou pas, il ont a prendre en compte leurs propres besoin. s’ils ont besoin de 2000 il faut qu’ils touchent 2000. apres c’est aux employeurs de faire avec et d’expliquer qu’il faut reduire les charges d’autant pour que le salarié touche ces 2000 ( je rappelle qu’en gros un salaire de 1500 coute 3000 a l’employeur. C’est donc les charges sociales et impots qui doivent baisser. Donc reduction drastique des depenses de l’etat, et sans doute il faudra que les « preteurs a l’etat » s’assoient d’une manière ou d’une autre sur une partie au moins de leurs créances. Ce qui nous amene a la dette publique…

      • Oui, mais vu que l’état ne veut pas baisser ses dépenses, et que l’état se fait passer pour le bienfaiteur, c’est bien l’entrepreneur qui devra trinquer et donc mettre la clé sous la porte… à cause de l’état.
        L’état ne baissera pas ses dépenses tant qu’il y aura des gens qui auront l’oreille attentive des médias mainstream et qui disent en 2018 que les cotisations retraites sont un salaire différé avec 1.7 (je n’ai plus le chiffre en tête mais il me semble que c’est ça) actifs pour 1 retraité.

  31. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Je lis ici beaucoup de commentaires inquiets.
    Le mieux est d’attendre samedi. combien seront ils ?

    Les mesures trop tardives annoncées par Macron, sont tout de même un sacré lâchage de lest, de quoi satisfaire pas mal de gilets jaunes qui ne sont pas des extrémistes.
    De plus il fait froid et c’est bientôt Noël.

    Ne voyez vous pas que après 2 semaines d’observation, ce sont les partisans de France Insoumise qui sont à la manœuvre ? Et qui essayent d’endoctriner les restants sur le terrain. ils se disent sans doute que ça ne mange pas de pain, et récolteront au minimum quelques adhésions de plus.

    Naturellement quelques dizaines de personnes suffisent à bloquer un rond point… jusqu’ à ce que la police en décide autrement.

    alors nous verrons après demain. Jusque là chaque semaine passant, voyait diviser par 2 le nombre de manifestants. Il ne m’étonnerait pas que cette fois ci ce soit par 4.

    Et puis il y a ces « gilets jaunes d’extrême gauche », ce sont tout sauf des gens sympathiques. Ils sont haineux et violents. Cela ne plaide pas en leur faveur.

    Ce n’est pas que je cultive un optimiste béa du au soleil des tropiques (d’autant que je vais bientôt revenir) mais même si nous avons tous été surpris et fascinés, il faut bien le dire, par cette forme de revendication, ce n’est pas la guerre non plus.

    Par contre, ce qui est vrai, c’est que le problème d’une grande partie des français, ne sera pas résolu avant de nombreuses années, et à conditions que l’on y consacre beaucoup d’efforts.

    Espérons que l’État aura compris la leçon

    • le mecreant says:

      Et bien si j’avais une hésitation, merci de la lever, samedi je serais dans la rue…

      • On ne doutait pas que vous soyez un gilet jaune. Et même probablement un violent étant donné la violence de vos écrits qui se rapprochent souvent d’insultes et votre certitude d’avoir raison (le patron doit se débrouiller avec le montant que veut l’employé !!!!)

        Un tel individu ne donne pas envie de continuer à lire les commentaires souvent intéressants

      • Sans être devin, rien qu’a vous lire on s’en doutait un peu……

  32. Il a levé le masque, Le gourou la « République c’est moi » sera certainement là, n’oublie pas le tube .

  33. Je retiens donc que l’impôt sur l’ISF, s’ajoutant aux autres sur le revenu, apparaît injuste eu égard aux risques encourus, aux sacrifices et à beaucoup de travail pour certains.
    Sans oublier d’autres injustices , par exemple celle d’un couple âgé d’agriculteurs qui exploite, heureux, en retraite, un terrain qui a pris beaucoup de valeur dans une zone touristique très prisée, mais dont les revenus ne permettent pas de règler l’ISF qui les surprend.
    Impôt peu rentable, sa suppression gardant de la richesse en France apparait justifiée.
    Compris pour moi, j’avais adhéré à E.M.

    Mais hélas, tout le monde n’est pas prêt à recevoir ces arguments.
    Venant de la part d’envieux qui en sont incapables, il est vain de répondre.
    En revanche, c’est plus difficile envers ceux qui ont eu moins de talent, d’opportunités ou de chance mais ont, malgré tout, également beaucoup travaillé.
    Alors arrivent les arguments à la fois contre le mérite ( cf l’allusion bien connue : « Etre né avec une cuiller d’ argent dans la bouche ») et par ailleurs, la réalité du ruissellement; au point même d’imaginer du ruissellement possible sur des entreprises concurrentes des entreprises françaises.
    Ainsi la métaphore du ruissellement n’est pas forcément convaincante sauf peut-être à passer par un minimum de gardes fous comme je l’invoquais.
    De même la métaphore du premier de cordée montre aujourd’hui une corde rompue avec les derniers en jaune. Les deux groupes risquant de s’affronter!

    En fait, EM use de métaphores qui illustrent des idéaux d’emblée très engageants.
    Mais le citoyen, à priori déjà défiant vis à vis du politique, écoute volontiers l’opposition lorsqu’elle met en exergue le moindre élément ne collant pas exactement avec ce que laissait espérer le discours… S’ajoutant à des mesures sociales non abouties : vous connaissez la suite.
    L’aspect positif du fond remis en cause par la forme ?
    C’est sans doute très prétentieux de ma part mais j’aurai dû plutôt titrer mon premier commentaire : « DU BON USAGE DE LA METAPHORE »

  34. Je n’ai pas placé dans la bonne rubrique mon commentaire ci-avant ,il était en fait une suite à des questions de la rubrique: « L’étrange défaite de E.M. » Veuillez bien m’excuser.

  35. En effet il est très intéressant de se poser ces questions. Connaitre l’avenir serait le meilleur moyen de s’enrichir et de gérer son patrimoine.
    Article nécessaire et intéressant… jusqu’à « J’ai voté Macron » tout le monde ne peut pas être parfait 😉

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.