Alors que le déconfinement n’est intervenu qu’à partir du 11 Mai, l’INSEE révèle que la consommation des ménages a fortement augmenté au mois de Mai 2020. Voilà une excellente nouvelle ! La perspective d’une reprise en V pourrait bien se préciser. 
Selon l’INSEE : « En mai 2020, les dépenses de consommation des ménages en biens rebondissent vivement mais restent en dessous de leur niveau de février (–7,2 % en volume par rapport à février, après –32,0 % entre avril et février) :

  • La consommation de biens fabriqués remonte par rapport à celle du mois d’avril mais sans retrouver son niveau de février (–14,0 % en mai, après –62,4 % en avril, toujours par rapport à février).
  • Les dépenses en énergie demeurent également en retrait par rapport celles de février (–14,3 %), malgré un rebond en mai.
  • La consommation alimentaire se maintient à un niveau élevé par rapport à février (+4,1 %). « 

 

 

Serions nous en train de vivre une reprise en « V » ?

Dans le détail :

 

1- Biens fabriqués : –14,0 % par rapport à février, après –62,4 % en avril

La consommation de biens fabriqués reste relativement basse en mai, principalement du fait du très faible niveau des achats de biens fabriqués durables et, dans une moindre mesure, des dépenses en habillement-textile. En revanche la consommation d’autres biens fabriqués retrouve quasiment son niveau de février.

 

2- Biens durables : –19,0 % par rapport à février, après –69,1 % en avril

En mai, les dépenses en biens durables sont encore très loin de leur niveau de février (–19,0 %). En particulier, la consommation de matériels de transport rebondit nettement mais reste 25,1 % en dessous de son niveau de février, après –76,5 % en avril. En revanche, les dépenses d’équipement du logement retrouvent leur niveau de février (–0,1 % après –58,1 % en avril) : en effet, les ventes de meubles et d’appareils électroménagers ont été très dynamiques en mai, après deux mois de forte baisse.

 

3 – Habillement-textile : –16,9 % par rapport à février, après –74,0 % en avril

Les dépenses en habillement-textile sont en voie de normalisation bien qu’encore nettement en dessous de leur niveau d’avant confinement. En effet, en mai, malgré un net rebond par rapport à avril, les ventes de vêtements et de chaussures sont encore très affectées par la fermeture des magasins au début du mois.

 

4- Autres biens fabriqués : –4,0 % par rapport à février, après –44,1 % en avril

En mai, la consommation d’« autres biens fabriqués » demeure légèrement inférieure à son niveau de février (–4,0 %).

 

5- Énergie : –14,3 % par rapport à février, après –32,8 % en avril

En mai, la consommation d’énergie reste nettement inférieure à celle de février mais augmente par rapport à celle d’avril. En particulier, la consommation de gaz et d’électricité augmente très nettement et retrouve son niveau de février. En revanche, la consommation de carburants ne retrouve pas son niveau d’avant confinement, malgré une forte augmentation en mai.

 

6- Alimentaire : +4,1 % par rapport à février, après +3,4 % en avril

En mai, la consommation alimentaire demeure au-dessus de son niveau de février. La consommation de fruits et légumes frais augmente légèrement, tout comme celle d’aliments transformés de l’industrie agro-alimentaire, après un net repli en avril et une forte hausse en mars.

Une crise économique principalement Parisienne qui frappe le tourisme international et l’aéronautique ?

La crise du coronavirus est violente pour le secteur du tourisme international. Paris est alors naturellement au cœur de la crise du coronavirus alors que les autres régions françaises, qui ne bénéficient que très peu du tourisme international, pourraient être plus épargnées.
La crise du coronavirus, c’est aussi la crise de l’aéronautique et de l’aviation. On pense évidemment à Toulouse et une partie du sud-ouest, mais aussi à nouveau aux aéroports parisiens qui concentrent une grande partie du trafic national.

 
Entre tourisme international et industrie aéronautique, Paris semble concentrer les conséquences de la crise du Coronarivus.
Sachant que tous les médias nationaux sont Parisiens, ne serions nous pas en train de subir les conséquences d’un effet loupe qui met l’accent sur la situation difficile à Paris alors même que la situation est probablement moins difficile ailleurs ?
A suivre…

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Assistance patrimoniale
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Accompagnement patrimonial
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

33 commentaires