Nous entrons maintenant dans une nouvelle phase de la révolution des #giletsjaunes ! Avec l’annonce du moratoire sur la hausse des taxes sur le carburant (reportées sine die ?), le gouvernement fait un geste fort qui s’inscrit dans la mise en œuvre d’une refonte globale du modèle de société dans laquelle nous vivons.
Nous sommes pleinement dans le prolongement des mouvements sociaux qui ont aboutis au BREXIT, à l’élection de TRUMP ou encore à l’arrivée au pouvoir de Salvini. En France, nous avons de la chance, cette colère ne s’exprime pas à l’occasion d’une élection qui amène au pouvoir un président populiste et destructeur. Le moment est venu de saisir cette chance pour rénover le contrat social et s’engager vers un ordre économique nouveau.
En 2016, lors de l’élection de TRUMP, nous avions rédigé un article sur les conséquences à long terme de cette rupture. Nos conclusions s’appliquent parfaitement à la situation du moment.
L’article publié le 09 Novembre 2016 était intitulé « Trump président… De la mutation économique à la mutation sociétale non sans conséquences sur le patrimoine et la fiscalité ? » :
Extrait :
« Systématiquement, ces votes contre le courant dominant des intellectuels, contre la bien-pensance de ceux qui affirment savoir, peuvent être interprétés comme des cris de rages d’un peuple qui affirme savoir ce qui est bien pour lui et refuse de se voir obliger d’être en accord avec l’avis de quelques uns déconnectés de la vie réelle.
Le propos n’est pas ici de disserter, polémiquer, afficher des opinions, simplement de faire le constat suivant, froid et apolitique : Nous pourrions assister dans les prochains mois, années, à une mutation sociétale majeure. Après la révolution économique et financière, nous assistons aujourd’hui à une révolution sociétale.
Les « têtes couronnées » pourraient changer et les politiques financières (via le rôle des banques centrales) et fiscales pourraient bien prendre un tournant inédit (ou du moins opposé aux tendances actuelles).
Je vous propose alors quelques réflexions, idées, sur ces changements de long terme engagés par ces votes successifs :

  • Recherche d’une plus grande réduction des inégalités entre les plus riches et les plus pauvres. Cela pourrait passer par un  ré-équilibrage du partage de la valeur ajoutée entre travail et capital au profit du travail (augmentation des salaires minimums ?), mais également une structure de la fiscalité différente favorisant les revenus du travail au détriment des revenus du capital et le patrimoine.
  • Fin de l’austérité et retour d’une relance par la dépense budgétaire ; 
  • Modification profonde de la fiscalité pour réduire les charges portant sur le travail, c’est à dire charges sociales payées par les salariés, mais également impôt payés par les travailleurs (le chef d’entreprise qui perçoit un revenu de son entreprise – salaire ou dividende – devant bien sur être considéré comme un actif / travailleur). Ces allègements de charges (fiscales et sociales) sur le travail auront pour corollaire une augmentation de l’impôt de tous pour un maintien des prestations à niveau équivalent :
    • La TVA : Au lieu de faire porter certaines dépenses sociétales sur le travail (et donc uniquement sur la population active), on pourrait préférer les faire porter par l’impôt, par la consommation et donc par tous) ;
    • Les revenus du capital financier : C’est alors une possible remise en question de la fiscalité dérogatoire de l’assurance vie qui reçoit aujourd’hui plus de 40% de l’épargne financière des ménages (cf »Les avantages fiscaux de l’assurance vie sont ils toujours justifiés ?« )  et plus globalement de toutes les niches fiscales qui autorisent le contournement de l’impôt ;
    • Les revenus du patrimoine immobilier. Avec la poursuite de la remise en question de la fiscalité de la location meublée (probablement de plus en plus assimilée à une activité professionnelle et donc entraînant l’affiliation au RSI – « Attention, une réforme profonde de la location meublée (LMNP) est en cours. »  et plus globalement la tendance à la réduction des niches fiscales et des autres avantages fiscaux qui encouragent l’investissement immobilier même s’il apparaît impossible d’alourdir encore la fiscalité applicable aux revenus fonciers.
    • La taxation sur la détention de patrimoine via une augmentation de la taxe foncière (et des différentes taxes sur la propriété) mais également de l’ISF. Les rumeurs persistantes, mais démentie, autour de l’imposition d’un loyer fictif sont à l’image de cette tendance lourde à l’augmentation de l’impôt sur la détention de patrimoine « Ouf ! Il n’y aura pas de taxe sur les loyers fictifs de la résidence principale des propriétaires. » ;
    • Et enfin, une remise une augmentation des droits de succession avec la réduction des abattements disponibles applicables au moment de la succession (et probablement, le maintien d’une fiscalité très avantageuse pour les donations afin d’encourager les flux trans-générationnels)

 

  • [AJOUT du 04/12/2018] Une remise en question de l’extrême mondialisation des chaînes d’approvisionnement et de la recherche de la sous-traitance à bas prix peu respectueuse de l’envirronnement et des salariés exploités ! 

 

Deux années plus tard, j’ai l’impression qu’il est urgent de s’engager dans la véritable révolution sociétale ! Il nous faut maintenant réinventer notre modèle économique.

Il nous faut « créer », « innover », faire preuve d’audace et de créativité pour inventer quelque chose. A ce titre, nous allons peut être devoir nous imprégner de la politique engagée par TRUMP depuis 2 années (cf »[Réflexion] Et si TRUMP avait raison ? Le protectionnisme est il une solution ?« ).
Devons nous relire Karl POLANYI, comme nous vous le proposions dans  cet article « Comment réduire les taxes sans détruire les services publics, ni augmenter l’impôt des plus riches ? ».
Hier, Mathieu HAMEL, dans son article « La politique de Trump s’inscrit dans un changement structurel et radical de l’économie monde. Par Mathieu HAMEL« , affirmait que « La politique de Trump et de Mike Pence sur la guerre commerciale s’inscrit donc dans ce changement structurel et radical de l’économie monde ».
Nous y sommes ! Nous sommes entrés dans une grande mutation sociétale ! Nous sommes à un tournant majeur ! Nous allons vivre une resocialisation de l’économie, une remise en cause du libéralisme et de la domination des marchés auto-régulateurs !

Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres & formations 
Investir dans l'immobilier
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Epargne et placement 
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Assurance-vie
Immobilier locatif 
Assurance emprunteur
Crédit immobilier
Expert-comptable Location meublée et SCI

95 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :