Nous vivons une période incroyable depuis 2 mois : Plus de 10 millions de salariés sont au chômage partiel ! Cela signifie que depuis 2 mois, l’entreprise n’a plus besoin de ses salariés, que leur contrat de travail est mis entre parenthèse et leur salaire versé à hauteur de 85% par la solidarité nationale.

Cette situation est temporaire, et inédite. Dans les prochaines semaines, les prochains mois, le chômage partiel va disparaître au profit d’une reprise d’activité pour certain … et du chômage complet pour les autres.

Ceux qui reprendront le chemin de l’entreprise auront la chance de retrouver la sécurité apparente de leur CDI. Malheureusement, il pourrait s’agir d’une sécurité bien précaire. Quelle est la valeur d’un CDI dans une entreprise en faillite ou du moins en très grandes difficultés financières ?

Les autres qui ne retrouveront pas leur emploi et devront prendre le chemin de pôle emploi et verront s’envoler leurs rêves d’achat immobilier.

Les banques conscientes de ces risques majeurs pour l’économie et notamment de la remise en cause de la capacité des emprunteurs à rembourser leurs crédits immobiliers se doivent d’être d’une très grande prudence lorsqu’elles accordent des crédits immobiliers. Les banques ne peuvent pas prendre le risque de prêter à un futur chômeur qui pourrait ne pas avoir les moyens de rembourser son crédit immobilier !

Cette prudence des banques est louable et elle doit même être encouragée même si les acteurs du marché immobilier ne peuvent évidemment pas cautionner des telles pratiques ; C’est tout le modèle économique de ceux qui vivent du dynamisme du marché immobilier qui s’écroule si les banques durcissent les conditions d’octroi des crédits immobiliers.

Il est difficile d’être optimiste pour le marché immobilier dans les prochains mois. Au delà du confinement, l’après confinement, c’est affronter la crise économique et la forte hausse du chômage d’ores et déjà prévisibles.

La visibilité est très réduite pour le marché du crédit immobilier ; Les banques se concentrent sur les crédits aux entreprises, garantis par l’état. La tempête économique annoncée par les économistes ne peut encourager les banques à prêter pour financer des projets immobiliers sur les 25 prochaines années.

Ainsi, dans les prochains mois, malgré des taux excessivement faibles (cf »actualisation des barèmes des meilleurs taux de crédit immobilier« ), il pourrait donc être de plus en plus compliqué d’obtenir un crédit immobilier.

Les banques ne peuvent se permettre de prêter massivement à des ménages dans l’incertitude économique du moment ! Seuls les meilleurs dossiers, ceux qui présentent le moins de risque tels que les fonctionnaires pourront sereinement poursuivre le projet d’achat immobilier.

Être au chômage partiel est évidemment un indice défavorable pour le candidat à l’investissement immobilier ; Il s’agit là d’un début de preuve d’une activité économique potentiellement pénalisée par la crise économique qui suivra inévitablement la crise sanitaire du coronavirus.

Les salariés en CDI, mais au chômage partiel dans des entreprises fragiles, les salariés en CDD, les intérimaires et bien évidemment tous les chefs d’entreprises devraient être pénalisés et subir le durcissement des conditions d’accord de crédit immobilier. 

Demain, les banques vont elles sélectionner les dossiers de crédit immobilier en fonction du secteur d’activité de l’employeur ou encore de sa notation banque de France. Dans l’incertitude actuelle, il s’agirait d’une mesure de bon sens pour une entreprise dont le métier est la gestion du risque.

N’est il pas particulièrement risqué d’accorder un crédit immobilier à un salarié ou un chef d’entreprise du secteur de aéronautique, du tourisme, du commerce, des bars et restaurant ? … C’est à craindre.

Les nuages noirs s’accumulent pour le marché immobilier …

A suivre.

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


8 Comments

  1. DIdier says:

    Ou pas…
    J’avais repéré un bien pour un invest avant le Covid. L’agent immo m’a contacté pour me sonder. Je lui ai dis que je pourrais être tenté mais avec un rabais de 10%. No go, il le remet en vente avec des visites de prévues ( mais des acheteurs solvables telles est la question.).
    A ce sujet je vois ma banque demain, j’étais financable avant le Covid, voyons maintenant.
    A suivre!

  2. Sébastien says:

    Bonjour Guillaume,je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre analyse. Les banques vont tout de même vouloir vendre du crédit immobilier. Certes les profils trop risqués seront écartés, mais d’avoir été en activité partielle ne sera pas forcément rédhibitoire et heureusement. Cela fait déjà quelques années que le CDI n’est plus un sésame. Qu’est’ce qu’un CDI ? c’est un contrat à durée indéterminée, c’est tout…. ce n’est pas un « salaire à vie ». Qu’est-ce qui peut arriver à un CDI, et bien il peut s’arrêter à tout moment ou presque. Les banques si elles excluent les candidats au crédit qui sont en CDI dans une entreprise fragile, les CDD, les entrepreneurs, les professions libérales, les auto-entrepreneurs, il ne restera que les fonctionnaires et les retraités… qui eux ont moins besoin du crédit bancaire. Je crois que les banques auront toujours besoin de nouveaux clients. N’oublions pas qu’une crise du crédit comme aux USA au début des années 1930 serait redoutable, et entraînerait l’économie à une récession encore plus forte, et la pauvreté, l’insécurité, etc….
    Autre point, si le crédit devient inaccessible, les prix baisseront d’autant plus, et ça personne ne le souhaite vraiment, l’état en premier.

  3. Roger Cina says:

    Guillaume, pourquoi êtes-vous toujours aussi pessimiste ?
    Je sais que les titres racoleurs – les bandeaux – qui font lire le peuple, parlent d’accident, de sang ou de larmes.
    Ce qui m’intéresse, moi, lecteur inscrit, c’est votre intelligence et votre sens (souvent bon) de l’analyse.
    Investir, c’est être optimiste (et aussi conscient, informé, réfléchi, réaliste).
    Tout investissement à des avantages et des contraintes ( le mariage inclus, surtout après 2 mois )
    Réellement, vous verseriez deux sous pour suivre les conseils de Calimero, vous ?

  4. Cyrille says:

    Les prix immobiliers sont le reflet d’une Offre et d’une Demande :

    Côté OFFRE :
    De nombreuses mises en vente sont à prévoir entre les personnes ne pouvant plus rembourser leur prêts, les divorces et les télétravailleurs choisissant de se mettre au vert.

    Côté DEMANDE :
    Vouloir investir ne suffira pas ; les banques vont devenir très frileuses.
    Oui le CDI dans le privé en 2020 n’a pas la même « valeur » que celui de 2019.
    Sans parler du taux d’endettement de 33% qui arrive très vite pour les investisseurs !

    Pas besoin d’être divin pour connaitre la tendance des prix immo dans les prochains mois …

  5. François says:

    C’est dans ce contexte que joue le côté amortisseur du système social français.
    Les banques regardent bien sur le type de contrat mais également la régularité et les montants versés dans la durée.
    Certes elles seront plus prudentes, mais au regard des premières images du métro ce jour, nous serons obligé d’apprendre à vivre avec le risque de maladie qui, sans galvauder sa gravité, l’est peut-être moins qu’annoncée suivant la date réelle d’introduction.
    La société est beaucoup plus résiliente que ce que l’on croit. Le principal problème est le passage de la crise hyper anxiogène du moment pour retrouver une situation de prudence.
    Peut-être un petit mauvais moment à passer, mais tout repartira.

  6. Bonjour à toutes et à tous ,

    Les prix de l’immobilier vont baissés … c’est mathématique

    Ce qui fait les prix et conditionne le marché , c’est la SOLVABILITE de l’acheteur

    EXEMPLE : En 2010 pour 900 € de remboursement / mois , je pouvais emprunter 150 000 € au
    taux de 4 % , financement à 100 % vois 110 %

    En 2019 : Jusqu’à la fin 2019 , pour le même remboursement de 900 € , je pouvais
    emprunter plus de 250 000 € sur 30 ans au taux 1,5 % , financement 100 % voir 110%

    Désormais , les banques vont restreindre l’accès au crédit , en exigeant 10 à 20 % d’apport ,
    respecter les 33 % de taux d’endettement et tenant peu compte du reste à vivre ,
    la durée de crédit limité à 25 ans , voir 20 ans si la crise économique se durcit .
    Pour l’instant les taux d’emprunt ont augmentés légèrement même restent abordables …La question est : combien de temps les taux vont restés bas ?

    Les prix ont mathématiquement fortement augmentés entre 2010 et 2020 , car les conditions d’emprunt étaient TRES TRES TRES FAVORABLE , les banquiers et autres agences immobilières ont vendus à leurs clients : UNE MENSUALITE .
    Rajouté à cela , les divorces et séparations qui vont bouleverser et modifier très fortement le marché

    Dans ces conditions le prix de l’immobilier ne peut que baisser

    En c’est juste mon avis

    Bonne journée à toutes et à tous

    MAX

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine