La Banque de France vient de publier les chiffres du crédit immobilier pour le mois de mai et les chiffres provisoires pour le mois de juin.

Le constat est loin d’être catastrophique. Nous vivons un violent ajustement du marché à la hausse des taux. Mais, rien de plus. Le marché se stabilise à des niveaux encore satisfaisants.

Ce qui est frappant, c’est la forte baisse de l’activité du crédit immobilier (-40% par rapport aux excès de 2021), mais le bon comportement relatif du nombre de transactions immobilières annoncé en retrait de seulement 15%/20% selon la FNAIM, et des prix de l’immobilier qui ne baissent pas beaucoup.

Les emprunteurs qui avaient le choix ont préféré financer cash plutôt que s’endetter. C’est logique. Vous étiez très nombreux à souscrire des crédits immobiliers de complaisance. Nombreux à souscrire des crédits immobiliers pour profiter des taux bas… alors même que vous aviez de l’épargne disponible.

Aujourd’hui, les crédits immobiliers de complaisance, c’est terminé. Ceux qui ont le choix autofinancent leur investissement immobilier ou augmentent leur apport personnel. N’oubliez pas, l’épargne mal rémunérée est abondante.

Il vaut mieux piocher dans les fonds euros des contrats d’assurance-vie plutôt que de faire de crédit immobilier.

Idem pour les parents qui doivent préférer faire des rachats sur leur contrat d’assurance-vie pour en faire profiter leurs enfants, sous forme de donation ou de prêt (cf. « Comment prêter de l’argent à vos enfants ? Peut-on faire un crédit sans intérêt à ses enfants ? » ou Crédit immobilier : Comment aider ses enfants à investir dans leur résidence principale ?« ).

La faiblesse des taux de rendement de l’épargne dans un contexte de forte hausse des taux de crédit immobilier change la donne. Vous êtes nombreux à investir cash en puisant dans votre épargne.

À quoi bon épargner, si l’épargne est source d’appauvrissement, si le rendement de votre épargne est inférieur à l’inflation et à la croissance de l’économie ? (Cf. « La hausse des taux ne change rien, c’est toujours l’euthanasie des épargnants !« )

Voici les dernières données de la banque de France sur le marché du crédit immobilier :

  • En mai, le flux CVS des nouveaux crédits à l’habitat hors renégociations s’établit à 12,1 Mds€, un montant comparable à ceux observés ces derniers mois (12,2 Mds€ en février et mars, 12,6 en avril). La production de crédit se situe ainsi toujours à un niveau supérieur à celui qui prévalait avant la période de taux exceptionnellement bas et de volumes de production très élevés.
  • Le niveau de production provisoire pour le mois de juin est en revanche annoncé en franc retrait avec seulement 1.1 milliard d’euros (y compris renégociation)
  • Le taux de croissance annuel des encours de crédit à l’habitat ralentit logiquement, et ressort à +3,7 % en mai 2023 (après +4,1% en avril) tout en restant supérieur à celui de nos voisins européens.
  • Le taux effectif au sens étroit -TESE-, c’est-à-dire hors frais et assurances, ressort quant à lui à 3,08 % en moyenne en mai pour les nouveaux crédits hors renégociations, en hausse de 16 points de base par rapport au mois précédent, mais toujours en retrait par rapport aux taux moyens pratiqués dans les autres grands pays de la zone euro.
  • Le taux hors assurance pourrait atteindre 3.21% pour le mois de Juin.
  • L’accès au crédit à l’habitat demeure favorable pour les primo-accédants, leur part représente 50 % de la production pour l’acquisition d’une résidence principale en mai, en augmentation par rapport aux années précédentes.
  • Le taux de croissance des encours de crédits à la consommation s’établit à +3,2 % (après +3,5 % en avril).

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Conférences patrimoniales
Gestion conseillée
Livres et formation 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Optimiser sa Succession

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :