Le service des études économiques du crédit agricole vient de publier son analyse trimestrielle du marché immobilier.
Les conclusions des experts du Crédit Agricole font état d’un marché immobilier plein d’incertitudes « face au risque de ralentissement économique, au niveau encore élevé du chômage et aux incertitudes politiques, qui pourrait peser sur la décision d’achat de logement et d’endettement sur longue période d’un certain nombre de ménages (même si l’effet« valeur refuge» joue en sens inverse). »
Même si le service économique du Crédit Agricole préfère ce scénario central plus optimiste pour 2019 :
« Pas d’emballement spéculatif ou de rupture brutale. Le marché reste à la fois sain et soutenu. Il atterrit en douceur, affichant des performances très honorables, mais en deçà des records historiques de 2017.
Principaux facteurs de freinage : moindre capacité d’achat (hausse des prix et risque de légère remontée des taux de crédit), qui rend les acheteurs plus prudents et attentistes ; mesures de soutien moins favorables dans le neuf ; confiance des ménages médiocre ; faiblesse de l’offre.
Mouvement plus accusé dans le neuf que dans l’ancien :

  • Volumes dans l’ancien quasi-stables en 2018 et en repli de 4% en2019.
  • Volumes dans le neuf en repli de 6% par an en 2018 et 2019
    • -2%, puis -6% dans le segment promoteurs,
    • -12%, puis -5% dans les maisons individuelles
  • Prix de l’ancien et du neuf en hausse modérée, +3% en 2018,+2% en 2019. »

 
Cette incertitude et cette perte de confiance des ménages sont d’autant plus étonnantes que les chiffres et statistiques restent encore très favorables. Nous vivons une drôle de période dans laquelle les investisseurs sentent bien que les perspectives économiques s’assombrissent … mais les chiffres et statistiques économiques, par définition en retard, n’indiquent pas encore.
L’intuition collective sera elle plus forte que la théorie et les chiffres ?
 

 
En effet, cette perte de confiance des ménages s’inscrit dans un contexte économique particulièrement favorable :

 

 

 

 

  • Le taux de chômage continue de baisser. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour le marché immobilier, même s’il s’agit d’un indicateur en retard. La dégradation de la confiance des Français doit supposer l’anticipation d’une prochaine hausse du chômage ou du moins d’un arrêt de la baisse du chômage.


 
… A suivre …

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos servives :
Conseil personnalisé 
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

Investir dans l'immobilier

50 commentaires