Nous sommes le 15/01/2019 et pour la première fois dans l’histoire du paiement des impôts sur le revenu en France, le prélèvement à la source est appliqué sur les revenus fonciers, mais aussi sur les revenus des indépendants et autres professionnels libéraux.

Aujourd’hui, 15/01/2019, est également la date retenue pour recevoir l’acompte de 60% de crédit d’impôt dont le solde sera régularisé en Aout 2019.

Je viens de consulter mes relevés de compte, tout semble parfaitement se dérouler. J’ai bien reçu mon acompte de 60% sur les crédits d’impôts et été prélevés de la somme prévue pour mes revenus d’indépendant et mes revenus fonciers.

Tout semble se dérouler parfaitement et je trouve même que l’interface de gestion du prélèvement à la source dans l’espace impots.gouv.fr est particulièrement intuitive et efficace. 

En deux clics, je peux :

  • Demander ou supprimer l’individualisation du taux de prélèvement à la source afin de tenir compte des différences de revenus au sein du couple ;
  • Modifier mon taux de prélèvement à la source afin de tenir compte de mes évolutions de revenu imposable au cours de l’année 2019 – Bien évidemment, attention à ne pas sous-estimer le montant du revenu afin de ne pas subir de pénalité ;
  • Modifier ma situation familiale tel que déclarer la naissance d’un enfant ou un mariage pour une prise en compte dans le prélèvement à la source ;
  • Opter pour le taux neutre ou accepter de communiquer mon taux de prélèvement obligatoire auprès de l’employeur ;
  • Opter pour le prélèvement trimestriel de mes revenus imposés dans la catégorie des BIC ou des revenus fonciers ;

 

Bref, tout cela me semble vraiment très bien.

 

Et vous ? Est ce que tout se déroule parfaitement ? Pas de bug ?

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


46 Comments

  1. On croit réver ! Mais ou est la simplification ?
    Il y a 3 prélèvements au lieu d’un ! Qui plus est, ces prélèvements vont changer en cours d’année.
    Tout le monde n’a pas que ca à faire que d’aller sur internet pour verifier son impot.
    Et vous oubliez de dire qu’il ne s’agit pas du paiement de l’impot du, mais simplement d’un acompte sur un futur impot à payer
    Bref, une usine à gaz dans laquelle on preleve un impot avec un taux forcement faux puisqu’il a 1 an de retard (au moins)

    • Quinton R-M says:

      En effet, on nous explique que le prélèvement à la source évite le décalage entre le revenu et l’impôt dû. Mais le taux est calculé sur N-1, le décalage existe donc bien !! Personnellement je ne vois qu’une chose : ma retraite payée début janvier et début février est grandement amputée, d’un montant que je n’aurais payé que le 15 février sans ce prélèvement.

  2. Pas de problème pour moi non plus. Accompte de 60% reçu ce matin. J’ai mis à jour mon taux car baisse de salaire. Faut avoir envie car estimer son salaire 2019 n’est pas forcément aisé mais pour ne pas avoir à avancer 1000€ ça peut valoir le coup.
    Sur l’interface j’ai pu voir que le nouveau taux a été communiqué à mon employeur. A priori mon employeur demande le taux tous les mois. Je ne sais si c’est le cas de tous les employeurs.

  3. guy simon says:

    Parfait Acompte 60% reçu ce matin sur dons et réduction duflot.

  4. Acompte de 60% non reçu mais c’est peut être un problème au niveau de ma banque car mon compte est chez ING et ils ont souvent des retards dans les virements !!!

  5. je mets au défi quiconque de savoir combien il aura réellement versé sur une année complète, entre les prélèvements de Monsieur, ceux de Madame et le foncier
    seule solution: se fier à l’administration…. c’est surement cela qu’ils recherchent…
    et je ne parle même pas du taux sur net imposable des retraites !
    On verra en décembre 2019 ; les gens sont d’une naïveté etonnante…

  6. En ce qui concerne bugs et bugs….En tentative pour joindre mon centre des impôts…
    1000 000 d’appels selon Darmanin…. Visiblement, pas simple pour tout le monde.

  7. Il y en a qui semblent avoir plus de chance que d’autres :
    Entre le taux que je ne peux pas modifier, le numéro dédié qui ne répond jamais (sauf à entendre une insipide voix anémiée réciter des banalités pendant 10 minutes), le mail qui ne trouve pas plus de réponse et l’acompte qui n’est pas (encore) versé….. Commence à me peler sec le cocotier, le Darmanin avec son éternel sourire narquois et ses impôts à la c…

  8. bonsoir,
    Pour mon compte personnel cela ne fonctionne pas, impossible de modifier le taux qui est du double de ce que je dois.
    Car contrairement à ce qu’il nous on dit mon taux calculé prend en compte les revenus mobiliers.
    alors qu’il est clairement dit que ceux ci ne rentre pas dans le Prélèvement à la source.
    Je trouve étonnant que cette situation .

  9. Ayant vendu un appartement en 2018, j’ai voulu faire baisser le prélèvement mensuel au titre des revenus fonciers.

    Or, sur le site des impôt, on peut supprimer le prélèvement ou l’augmenter mais pas le diminuer.

    Comment faut-il procéder ?

    Merci

  10. Si vous devez changer votre taux d’imposition, je vous souhaite du courage sur le site des impots. Et finalement le mieux en gain de temps est d’aller directement à votre centre des impots parce que :
    – le 0809401401 est difficilement joignable et saturé; vous êtes en liste d’attente jusqu’au N° 30 et après 10mn d’attente pour arriver à votre tour, on vous raccroche au nez,
    – ce numéro est inaccessible par saturation du centre téléphonique (PABX) des impots,
    – le personnel n’est pas formé et chaque personne donne une version différente des mécanismes autorisant la modification des taux (en ce qui me concerne à la baisse).
    Mes revenus ont été divisés par deux entre 2017 et 2018 et après 10 appels téléphoniques et environ 4H je ne suis pas arrivé à changer mon taux d’imposition. Donc mes prélèvements en janvier 2019 sont pleins pots comme si j’étais en activité à 100%.
    Merci Macron

    • C’est aussi mon constat.
      Pas divisés par 2, mais parti en retraite en 2018. Aussi plein pot sur la déclaration 2018 qui sont sur des revenus d’activité.
      Merci Macron

      • Et pourtant tout le monde a dû recevoir le message des impôts (reçu le 13/01/2019):
        >>>>>
        Le prélèvement à la source permet désormais à votre impôt de s’adapter chaque mois à l’évolution de vos revenus.

        Si vous avez changé de situation de famille depuis le 1er janvier 2018 (naissance, mariage…) ou si vos revenus ont fortement varié, à la hausse ou à la baisse, vous pouvez actualiser votre taux personnalisé pour en tenir compte.
        <<<<<
        Eh bien non ça ne marche pas cette République et il ne faut pas s'étonner ensuite que ça commence à chauffer sérieusement…

  11. Pas de bug mais une très mauvaise communication de l’administration!
    Sur le dépliant du gouvernement il est annoncé que le % serait prélevé sur les revenus net sans autres précisions, or c’est sur le revenu net imposable, c’est à dire en incluant la CSG etc… imposable!
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué!
    Il faudra surement l’aide d’un expert comptable à la fin de l’année pour vérifier si ce que l’on a payé au total est juste.
    Simplification? vous avez dit simplification?

  12. Merci Phil.

    Vous avez tout à fait raison, ça ne marche pas.

    Dès le 2 janvier 2019, j’avais signalé ma baisse de revenus fonciers, via l’espace sécurisé, on m’a répondu qu’il fallait préciser l’ensemble de mes revenus 2018 !

    Et comme je ne connais pas le montant imposable de ma retraite qui est plus élevé le montant perçu, je ne peux tout simplement pas actualiser ma situation.

    Je vais donc devoir me déplacer aux impôts.

    • une usine à gaz…
      il faut estimer tous vos revenus, bien sûr vous connaissez vos salaires (à peu près), vos revenus fonciers (idem), vos revenus mobiliers. Là çà se complique tout dépend des résultats et des décisions des dirigeants de société.
      Je ne parle pas de revenus de profession libérale…..
      La dernière découverte dans ce domaine: Bercy ne semble pas capable de retrouver le compte de prélèvement pourtant enregistré depuis des lustres et qu’ils ont pourtant utiliser pour verser un montant X du crédit d’impôt estimé.
      On croit rêver. Simplification ils ont dit et crié sur tous les toits à grands renforts de publicité payés par…le contribuable.
      Vive le nouveau monde

  13. Pour ma part j’ai réussi à modifier le taux de prélèvement à la source comme suit :
    1. cliquer sur : actualiser suite à une hausse ou une baisse de vos revenus.
    2. Passer la 1ère page (sauf bien sûr personnes concernées) continuer
    3. Il est à cet endroit demandé d’indiquer de manière prévisionnelle les revenus 2019. Les codes sont à remplir sur la base de la déclaration fiscale 2017, MAIS tous ne sont pas répertoriés. Par exemple si vous devez constater un déficit foncier, il convient d’aller en bas de la page dans
    Ajouter un revenu/une charge saisir le code correspondant ici 4BC, le remonter dans les saisies obligatoires et indiquer une somme prévisionnelle. Idem pour tous les autres cas de figure.
    4. Après validation rééditer la même opération pour les revenus 2018 au demeurant moins aléatoires.
    Votre parcours du combattant est terminé et votre nouveau taux s’affiche instantanément .
    Bon courage

    • Ah oui, bravo : Effectivement, j’avais rempli les cases du formulaire pour l’année 2019.
      On valide… Et rien ne se passe. On revient sur le formulaire initial, vide. J’en étais resté là.
      Sauf, il faut le voir, qu’il y a un nouveau petit indicateur en haut du formulaire avec écrit « Situation 2018 ».
      Il faut à nouveau remplir le formulaire en y reportant les chiffres déclarés l’année dernière.
      Et là………. ça marche.
      C’est franchement tordu comme système. Déjà, il faut commencer par estimer ce qu’il faudra mettre dans les cases. Salaires : ok… Mais le reste : les lignes 2BH, 2CK, 2TR, etc Difficile de les estimer.
      Et pour le second formulaire, déclaration 2018…. Comme si les impôts n’avaient pas
      les chiffres!

  14. Merci pour cette réponse.

    J’avais déjà rempli ce formulaire sans y mettre les revenus autres que fonciers.

    Je viens de le remplir à nouveau en y ajoutant des recettes prévisionnelles mais le montant du prélèvement mensuel pour les revenus fonciers n’a pas changé alors que j’ai un loyer en moins !

    C’est la galère

  15. Merci NOGUE,

    Merci pour ces éclaircissements.

    Comme je n’avais rempli que la déclaration prévisionnelle 2019 alors qu’il fallait également remplir celle pour 2018, je ne pouvais pas avoir d’actualisation du taux de prélèvement.

    Cependant, comme je n’avais pas de revenus fonciers pour un appartement en 2018 et en 2019, je n’avais donc pas de baisse de revenus en 2019 donc pas de baisse du prélèvement au titre des revenus fonciers.

    Mais en mettant sur 2018 mes revenus fonciers de 2017, les prélèvements baissent, alors faut-il confirmer l’actualisation de mes prélèvements à la source sachant qu’à la prochaine déclaration de revenus, je déclarerai un montant inférieur pour 2018 ?

    • Concrètement il faut 1) évaluer les revenus fonciers 2019 – pas forcément simple, sauf hébergement vacant, travaux; 2) indiquer les revenus fonciers 2018 qui eux sont connus de vous mais pas encore déclarés.
      A mon sens si vos revenus 2018 sont inférieurs à ceux de 2017, voire un déficit constaté et si vous prévoyez des revenus 2019 eux aussi en baisse ( là encore travaux à exécuter, vacance partielle du bien loué ) vous obtiendrez une baisse significative de votre taux puisque dans votre cas 2017 était une année pleine et que le taux a été calculé sur les revenus 2017 connus de l’administration.
      Pas simple tout çà …..

      • Si vos revenus fonciers baissent, le taux qui est calculé uniquement sur les salaires et pensions ne sera pas revu.
        Ce sont les prélèvements bancaires qui seront revus à la baisse.
        Simplification…

  16. Oui , ca marche bien comme prévu . Un rasoir a 2 lames pour mieux vous tondre , un degré de complexité superieur , une avance de tresorerie a l’état cocasse 1 an ( pas droit aux 60% )
    Je m’explique
    Complexité
    J’ai 4 retraites , des prelevements au taux annoncé mais pas de presentation qui permet de controler chacune car il y a au 1er janvier , l’augmentation de 0,3% , le prelevement et le recalcul des prelevements sociaux . J’ai demandé le detail , 2 caisses sur 4 savent le produire , j’ai bien dit le produire , ^pas l’expliquer
    Pour le foncier prelevement direct sur compte bancaire , c’est juste , mais y en a partout
    Pour l’avance , j’avais ecrit a Darmanin avant la finalisation du texte pour la definition de ce qui entrait dans les 60% , il m’a repondu , mais niet . Conclusion , j’ai fait une defisc Girardin , j’ai payé d’avance mon impot , mais on me preleve a la source sur mes pensions 27% . Mon credit d’impot arrivera en octobre …peut etre ! c’est vrai que je gagne ma defisc et que les taux sont tres faibles .
    Bref ce systeme a été pensé par Sapin pour le jour ou on alignera la CSG avec l’IR . Ils l’ont habillé en disant que chacun pairait en fonction de sa situation du moment , c’est faux , le taux est celui de N-1 , on a transformé les entreprises en percepteur mais on n’a pas reduit les fonctionnaires . Que des inconvenients , mais c’est fait !
    En France on avait ce qu’il fallait le prelevement mensuel , suffisait de le rendre obligatoire et de dire a ceux dont la situation changeait d’aller faire rectifier a leur CDI .
    Reforme inutile et pas au service du contribuable

    • roland garnier says:

      Je m’apprêtais à écrire ce que vous décrivez : mais pourquoi tant d’agitation, d’argent dépensé à construire ce prélèvement à la source alors qu’il suffisait de rendre la mensualisation obligatoire ??

  17. Ca marche says:

    Ça marche bien.
    Effectivement on risque d’avoir Max 38 flux pour régler son impôt : 12 retenue sur le salaire du déclarant 1 / 12 sur déclarant 2 / 12 acomptes mensuels / 2 remboursements crédit d’impots.

    On peut pointer ses bulletins de paies et compte en banque.
    Ou bien consulter sur son site dès impôts le récapitulatif de tous les flux, plutôt bien fait.

    Ps : qui contrôle sur son bulletin de paie que toutes les cotisations sont bien reversés par l’employeur : personne. Alors pourquoi vous énerver ainsi sur les retenues à la source.

  18. Je n’ai pas reçu de notification préalable d’un crédit et avec le détail de ce qu’il y a derrière les chiffres, donc c’est la surprise sur mon compte bancaire et je trouve cela inadmissible.
    Idem, voire encore plus inadmissible lorsqu’il va s’agir de prélèvements.
    Conclusion, c’est bien plus complexe, imprévisible et donc à risque que le système précédent.
    En fin d’année, cela sera » sport » pour retrouver ses petits et faire le point lors e la déclaration fiscale en 2020 avec les régularisations à estimer, comprendre et voir faites.

  19. – J’ai bien reçu mes 60% de crédit d’impôts 2017
    – J’ai pu personnaliser les taux de prélèvement pour mon épouse et moi-même
    – J’ai pu supprimer le prélèvement d’une activité d’indépendant arrêtée courant 2018
    MAIS
    – Je n’ai pas pu indiquer la naissance de mon enfant en 2018 (j’ai un message d’erreur qui me demande de prendre contact avec le centre des finances publiques)
    – Je n’ai pas pu contacter l’administration par téléphone sur le n° national (4 essais de 20/30mn restés infructueux)
    – Je n’ai pas pu contacter mon centre des impôts local (le menu vocal me conduisant systématiquement à un raccrochage de la ligne, très agréable !!)

  20. Pour ce qui me concerne (retraité, avec retraites ARRCO-AGIRC), pas de problème.
    J’ai certes confiance dans l’administration, mais j’ai quand même calculé les montants de PAS attendus.
    Une erreur initiale, j’ai confondu la retraite versée et la retraite imposable. Honte à moi…
    J’ai donc redécouvert les joies des prélèvements sociaux déductibles et non déductibles, et après un calcul correct de ma retraite imposable, les montants PAS attendus et effectifs sont identiques.
    L’avance sur crédit d’impôt a été versée correctement.
    Le PAS semble donc fonctionner correctement pour l’instant.
    Mon principal reproche concerne la déduction des travaux des revenus fonciers pendant la période 2018-2019. Dans le cas courant, seuls 50% des travaux seront effectivement déductibles.
    Cordialement

    • D’accord avec tout cela mais avouez que c’est tout de même léger… aucune notification des organismes de retraites (AGIRC ARRCO) pour l’instant pour nous signifier le montant 2019 de la retraite et le PAS effectué. Votre ténacité au calcul vous honore mais tous n’ont pas ce courage (moi en particulier) et devront attendre la fin de l’année sans doute pour avoir un quelconque décompte des organismes dont la responsabilité est engagée en tant que collecteur d’impôt.
      Quant aux travaux sur revenus fonciers, sans doute une mesure incitative pour en faire ….ou pour attendre 2020 (une mesure de relance de l’activité à coup sûr….)

  21. Oui , les organismes de retraite n’éditent aucun relevé détaillé , donc on ne peut verifier le montant payé . On peut seulement verifier le taux de PAS . Or entre temps , les retraites ont augmenté , enfin facon de parler , et pas a la meme date pour agirc arco et retraite de base . Donc brut differents , PS differents . Aucun relevé envoyé depuis longtemps , donc faut aller sur les sites ou l’on ne trouve pas les relevés detaillés . Et si vous les reclamez , toujours par internet , on vous renvoie par mail ce que vous avez deja visionné sur le site , donc qu’une partie des elements rendant toute verif impossible . La France est un joyeux bordel qui se retrouve a tous les étages !

    • Bonjour
      Pas tout à fait d’accord
      Le site AGIRC-ARRCO propose un relevé très détaillé avec retraite brute, PS déductibles ou non, retraite imposable, taux d’imposition, retraite nette. Il vous faut créer votre espace personnel sur ce site, identifié par votre n° INSEE.
      https://espace-personnel.agirc-arrco.fr/auth/login?service=https://espace-personnel.agirc-arrco.fr/shiro-cas

      Le site CNAV est plus sommaire, et indique la retraite nette avant impôt, le montant du PAS, et la retraite nette après impôt.
      Pour vérifier, il faut calculer la retraite brute (retraite nette avant impôt / 0,909), puis la retraite imposable
      (retraite brute * 0,941), sur laquelle on applique le taux de PAS.

      Bien cordialement

      • Merci pour ces précisions mais vous admettrez qu’on a rien demandé et qu’il faudra bientôt aller en formation pour s’y retrouver d’autant qu’il y a encore des zones blanches en France

  22. Oui sur site acirc arco on a le detail y compris la petite hausse de retraite. Sur le site de la cnav aucun detail et quand on le demande ils répondent par l etat synthétique . Bref des boeufs !

  23. Pour info sur le site de la CNAV , le détail du calcul du net payé avec les différentes cotisations est désormais disponible

    aller dans « Mes Services » –> »Consulter mes derniers paiements »
    en bas de la page –> « Demander un relevé de mensualités » –>Cocher « relevé Détaillé des mensualités » -> Cocher la période souhaitée -> « envoyer votre demande »

    • Pour info le net imposable des retaites est desormais disponible également
      aller dans « Mes Services » –> »Consulter le montant déclaré à l’administration fiscale »

  24. Certes mais vous ne disposez pas d une feuille détaillée comme on nous l 1 doit partant du brut avec tous les prélèvements detailles assiette taux etc

  25. LES NOTES DE SIMONE WAPLER

    Prélèvement à la source et tarissement de la richesse

    Ces jours-ci, les salariés français du secteur recevront un salaire de janvier amputé par le « prélèvement à la source » pour ceux (la moitié des gens) qui payent l’impôt sur le revenu.

    Un nouveau pas vers la route de la servitude est brillamment franchi. Le dirigisme économique nous confisque encore un peu plus de liberté de choix.

    Les dirigeants d’entreprises sont désormais transformés en collecteurs d’impôts de leurs salariés ; auparavant, ils n’étaient que collecteurs d’impôt de leurs clients au travers de la TVA. Ils n’ont pas le choix.

    Les contribuables qui refusaient la mensualisation de leurs impôts se voient désormais contraints et forcés d’accepter la saignée mensuelle plutôt que trimestrielle. Ils n’ont plus le choix.

    Bientôt, tout le monde oubliera…

    Les salariés sauront-ils à l’avenir ce qu’ils valent vraiment et ce qu’ils paient pour les services de l’Etat ?

    Car le même procédé a été appliqué aux assurances sociales et bien peu de gens savent combien elles leur coûtent vraiment.

    Pour 1 700 € de salaire mensuel net perçu, l’entreprise paie 2 988 € par mois (charges salariales et patronales). Le salarié du secteur privé n’empoche donc que 57 % de ce que vaut réellement son travail. S’il touchait son salaire complet – soit 2 988 € par mois – cela lui ferait plus de 75% d’augmentation.

    Evidemment, ces 75% correspondent aux « charges sociales » que l’employeur paie automatiquement aux organismes étatiques en situation de monopole et dépendants de la Sécurité sociale. C’est le fameux mythe de la « gratuité des soins ».

    Il est très dommage que les europhiles soient autant attitrés par l’Europe des normes, des taxation-subventions, du capitalisme de connivence et si peu par l’Europe de la concurrence.

    Car en conservant les monopoles étatiques de l’assurance maladie et de l’assurance chômage nous trahissons les traités internationaux qui nous engageaient à les ouvrir à la concurrence comme le font tous les autres pays de l’Union européenne.

    La réduction des choix enrichissants au profit des monopoles abrutissants

    Dans ces pays, les gens choisissent leurs assureurs. Ceci permet à chacun de prendre conscience de ce que coûtent réellement ces assurances. Les gens choisissent une assurance automobile ou un forfait téléphonique en confrontant les services et les garanties aux coûts demandés par le prestataire. Ils seraient capables de faire la même chose pour les assurances maladie ou chômage.

    Il va sans dire que les prestations de nos services publics étant excellentes, ils ne devraient pas craindre la concurrence ; les gens opteraient naturellement pour les assurances maladie ou chômage étatiques attirés par leurs excellentes garanties (1).

    Comment ? Quoi ? J’entends bêler « solidarité » ?

    Précisons que la partie solidarité des assurances sociales – maladie, vieillesse – est financée par l’impôt et non pas par les cotisations ce qu’ignorent la majorité des gens (2). Hé oui, c’est le mérite du prélèvement à la source, ça permet de tout confondre dans une grosse soupe…

    Avec le prélèvement à la source, un pas de plus dans la confusion, l’ignorance et la déresponsabilisation est donc allègrement franchi.

    On paye, on ne sait plus quoi ni pourquoi et combien ça coûte.

    Par la suite, certains s’étonnent d’avoir un « problème de pouvoir d’achat » ou d’être pris pour des vaches à lait.

    Alors, un jour, ils enfilent des gilets jaunes et se regroupent sur des ronds-points. Puis ils viennent défiler à Paris. Puis ils réclament plus d’aides ou de subventions, plus de services publics, plus d’impôts pour les riches.

    Ils repartent, ils ont déjà oublié que lorsqu’ils payent 1,45 € le litre de gazole, ils acquittent 0,85 € de taxes. Evidemment les 1,45 € qu’ils payent à la pompe, c’est avec ce que l’Etat leur a laissé, après leurs prélèvements…

    img10

    Le prélèvement à la pompe est une variante du prélèvement à la source.

    Le problème, c’est qu’à un moment la source s’assèche. Pour que l’eau se renouvelle, il faudrait qu’il y ait une véritable création de richesse.

    Le monopole n’exige aucun effort et bride la créativité. La suppression du choix abrutit. Mais un économiste du XIXème siècle a dit cela bien plus joliment que moi.

    « Détruire la liberté d’agir, c’est détruire la possibilité et par suite la faculté de choisir, de juger, de comparer ; c’est tuer l’intelligence, c’est tuer la pensée, c’est tuer l’homme. »

    Frédéric Bastiat

    (1) Attention : un soupçon d’ironie dans cette phrase. Je le précise pour éviter de voir le courrier des lecteurs déborder.

    (2) La CMU, l’assurance maladie des plus démunis est actuellement financée par les assurances complémentaires de santé, via la taxe de solidarité nationale (4). L’allocation de solidarité aux personnes âgées versée par le FSV est financée par l’impôt via la CSG. Le RSA est également financé par l’impôt.

    • Jean-Charles says:

      Mais vOuiiii !

      Pour ma part depuis quelques années je me suis « amusé » à calculer le « restant à loisir » (par opposition au restant à charge) à partir de la richesse créée.

      Et le constat est que sur 100 € créé, après déduction de toutes charges, impôts, taxes, prélèvements…, il me reste autour de 12€ de restant à loisir qui, si je les dépenses dans notre incohérente société de consommation, seront une ultime fois taxées à près de 20% en moyenne.

      En synthèse, nous travaillons (Trepalium) pour ne récolter réellement que moins de 10%…

  26. Votre enthousiasme à affirmer que tout se passe bien est surprenant.
    A ce jour, 2,2 M de prélèvements à la source sont faux, ceux des pensions du SSI (2,2 M étant le nombre de bénéficiaires de pensions du SSI). Le 9 février, 4,4 M de prélèvements à la source seront faux. Pourquoi ? je tiens à votre disposition le mail officiel reçu de la Sécurité sociale des Indépendants après ma réclamation datant d’un mois : « Le PAS s’applique sur le montant net de la retraite, après déduction de toutes les prélèvements sociaux, pas seulement de la CSG déductible, comme dans votre exemple ». Incroyable….mais vrai. Et personne ne bouge !

  27. Votre enthousiasme a affirmé que tout va bien…est surprenant : à ce jour, 2,2 M de prélèvements sont faux. Ceux concernant les pensions de la SSI (2,2 M étant le nombre de bénéficiaires de ces pensions). Le 9 février, cela fera 4,4 M. Je tiens à votre disposition la réponse officielle de la Sécurité sociale des Indépendants à une réclamation datant d’un mois : « Le PAS s’applique sur le montant net de la retraite, après déduction de toutes les prélèvements sociaux, pas seulement de la CSG déductible, comme dans votre exemple ». Vous n’en croyez pas vos yeux. Et pourtant, cela est vrai. Et pourtant personne ne bouge. Nous perdons tout sens critique et toute curiosité. Philippe MONDIN

  28. Depuis mon message du 7 février, la Sécurité sociale des Indépendants a confirmer que les PAS sur les pensions qu’elle verse sont faux. Elle les calcule en effet sur le net à payer et non sur le net imposable. Seule nuance : il y aurait 940.000 prélèvements faux et non 2.200.000 (proportion des retraités imposables) soit 1.980.000 à ce jour. Elle explique que son service informatique est capable de calculer les prélèvements sociaux un par un mais est incapable de calculer le net imposable alors que le cahier des charges du PAS est connu….depuis 2017. Et l’on se demande comment la SSI fait pour communiquer à l’Administration fiscale le montant imposable des pensions qu’elle verse pour alimenter les zones préremplies des déclarations fiscales. Mais personne n’en parle puisqu’il n’y a pas de couacs et que les nombreux tests effectués en 2018 n’ont révélé aucun bug.

Répondre à Francis Cancel

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.