– Cet article nous est proposé par Henri F, lecteur du site, non professionnel de la gestion de patrimoine – Voici sa proposition : « J’aimerais, en ce début 2019, proposer à votre sagacité ainsi que, si possible, à celle de la communauté du « blog du patrimoine », un sujet prospectiviste.

Depuis quelques temps, j’en viens à considérer que les prochaines années, pour la planète et ses habitants, vont être vraiment très dures, et notamment en finance. Je me suis donc livré à un exercice d’exploration d’un scenario financier noir et j’aimerais avoir l’avis d’autres personnes.

En effet, à cause du climat, de la pollution, des déchirements sociaux, et des nombreux autres problèmes auxquels l’humanité doit déjà faire face, et qui vont, à mon avis, aller en s’accentuant, je crois qu’il faut prendre de sérieuses dispositions dans le domaine patrimonial. Des disposition plus fortes que simplement augmenter l’épargne en fonds euros et acheter de l’or ! Ni même de seulement réfléchir à la meilleure façon d’épargner et d’investir en 2019 (compte tenu de Trump, des chinois, de l’Europe, etc.).

Il ne s’agit pas non plus de débattre sur le niveau de probabilité, ou sur les caractéristiques de l’effondrement, car de multiples sites internet et ouvrages y sont consacrés.

L’exercice, donc, serait de réfléchir à la meilleure façon de réorganiser son patrimoine, à partir de 2019, pour résister le mieux possible à un énorme effondrement financier au niveau planétaire susceptible de se concrétiser à relativement brève échéance. Le but est d’avoir un patrimoine financier et immobilier le plus résilient possible.

Qu’en pensez-vous ? Et est-ce que vous proposeriez à votre communauté du blog du patrimoine de contribuer à ce « stress-test » patrimonial « pré-effondrement », sans parano, ni sarcasme ? –

 

Pistes de résilience patrimoniale en vue des bouleversements planétaires à venir.

 

SITUATION

Beaucoup d’indicateurs (climatiques, économiques, sociaux, financiers, etc.) sont au rouge, ce qui laisse présager d’énormes difficultés quasi ingérables, de type effondrement et chaos, sur toute la surface de cette planète (cf « article Wikipédia sur l’effondrement de la civilisation industrielle)
A mon avis, même les efforts entrepris sérieusement (par les gouvernements, les entreprises et les citoyens) n’empêcheront pas le début de l’effondrement, car il est déjà en-cours et il y a une énorme inertie qui empêche d’inverser rapidement la tendance. Ces efforts permettront toutefois d’en adoucir (un peu) les effets, sauver des vies et faciliter une (éventuelle) transition.
Sachant qu’on ne peut fuir nulle part, la question n’est donc plus de savoir comment empêcher ces bouleversements, mais de concevoir comment tenter de s’y accommoder et de les minimiser,
Il n’est pas trop tard pour bien faire, et chaque action, même « petite », compte. En effet, cette phase d’énormes difficultés peut aussi aboutir à un renouveau magnifique, si on se met correctement à l’ouvrage, et ensemble …
 

PROBLÉMATIQUES

Ces bouleversements planétaires vont affecter sérieusement et très rapidement le secteur financier et par voie de conséquence le domaine patrimonial. Voici quelques questions que je me suis posées :

  1. Comment assurer un rendement (de 3 à 5 points net de frais au dessus de l’inflation) sans que les fonds placés ou investis ne se retrouvent bloqués dans le système financier en cas de crash ?
  2. Comment obtenir ce rendement en décarbonant en (quasi) totalité les portefeuilles ? (en d’autres termes, protéger ses liquidités et capitaux ne suffit pas, il importe aussi de contribuer au maximum à la transition écologique, économique et sociale)
  3. Comment continuer à disposer des moyens de financer les moyens de subsistance de base en cas de crash (nourriture, logement éclairé, chauffé et/ou rafraîchi, mobilité), sans devenir égoïste et parano ? (en d’autres termes, comment assurer sa sécurité de façon solidaire et collaborative, pour éviter le scenario noir survivaliste guerrier)
  4. Comment accepter d’opérer cette transformation du patrimoine vers plus de résilience, alors que ça demande de nombreux renoncements (confort, tranquillité, croyance en une croissance infinie, mythe de la supériorité humaine, confiance dans les classes dirigeantes) ?

 

=> Qu’en pensez-vous ?

Voyez-vous d’autres problématiques générales dans le domaine patrimonial privé ? (c’est-à-dire sans s’occuper de ce qui est du ressort des banques, assurances, autorités centrales ou de régulations et autres professionnels du droit et de de la finance)
 

PISTES DE RÉSILIENCE PATRIMONIALE

La résilience est la capacité (d’un corps, d’un organisme, d’une espèce, d’un système) à surmonter une altération profonde de son environnement. Sur un plan psychologique, c’est la capacité, pour un individu affecté par un traumatisme, à en prendre acte pour l’accepter sans résignation et pouvoir assumer ses responsabilités, afin de ne pas avoir à (sur)vivre dans la dépression et être en capacité de se reconstruire d’une façon acceptable, voire à rebondir plus haut après l’épreuve.
Voici quelques pistes de résilience patrimoniale auxquelles j’ai pensées :
 

1.     Sortir des marchés financiers (valeurs cotées, marché des taux, crédit bancaire et, dans une certaine mesure, des assurances-vies)

 

2.     Epargner et investir dans les secteurs suivants :

a)     l’immobilier (surtout résidentiel)

b)     les énergies renouvelables (et le stockage d’électricité)

c)     l’efficacité énergétique (isolation, récupération de chaleur, économies diverses, etc.)

d)     l’agriculture durable (donc plutôt végétale)

 
… tout cela, plutôt de façon participative et citoyenne
 
Le but est que les investissements favorisent la transition, parce que tôt ou tard, bouleversements planétaires ou pas, c’est vers cela que l’humanité, à mon sens, devrait aller. Ces investissements doivent donc à la fois apporter une utilité économique et sociale progressiste avec un rendement modéré, tout en permettant une transformation des mécanismes économiques et sociaux actuels trop productivistes, consuméristes et inégalitaires.
 

3.     Cesser de viser la plus-value à terme (car tout peut être annihilé), mais viser le revenu régulier (loyers, dividendes, coupons, rentes, minibons)

S’il advenait que même le revenu ne pouvait plus être versé, au moins il restera des biens tangibles (immeubles, unités de production, terres cultivées) qui serviront quand même à quelque chose ou à quelqu’un (contrairement à la disparition des valeurs boursières ou obligataires).
 

4.     Acheter en auto-financement, sans chercher à bénéficier de l’effet de levier du crédit, afin de ne pas être étranglé en cas de crise affectant les revenus et donc la capacité à rembourser

 

5.     Disposer, chez soi (et/ou dans une banque faiblement systémique), de liquidités en espèces, en pièces d’or et d’argent, voire en monnaie locale, afin de pouvoir financer sa subsistance si les comptes bancaires et assurances devenaient à accès restreint ou étaient bloqués

 

6.     Accepter de perdre de l’argent en opérant cette transformation (mieux vaut perdre un peu en prévention que tout en situation), mais veiller quand-même à l’optimisation fiscale

=> Qu’en pensez-vous ? Voyez-vous d’autres orientations ?
 
 

AUTRES QUESTIONNEMENTS

A ce stade, je ne sais trop quoi envisager vis-à vis :

  • Des assurances-vie : conserver des fonds euros obligataires ? Immobiliers ?
  • Des SCPI : à conserver en Assurances-vies ? En direct ? Diversifiées ? Thématiques ?
  • De l’immobilier résidentiel : indépendant ou groupé ? Urbain ou rural ?
  • LMNP/LMP ? Bail mobilité ? PINEL ?
  • Du crowdlending (par différence avec le crowdequity) en immobilier résidentiel ?
  • Investir en France ou à l’étranger ?

=> A quels autres aspects faudrait-il faire attention ? Quelles recommandations feriez-vous ?
 
MERCI de votre participation …

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil personnalisé 
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

132 commentaires