Depuis 2008, nous savions tous que les épargnants et les détenteurs de patrimoine paieraient au final les conséquences de la crise financière : Hyper-inflation, Faillite et défaut général des états surendettés, Ponction sur l’épargne pour sauver les états de la faillite, Bail in… Rien de cela n’est arrivé et n’arrivera car la solution est ailleurs : Les taux d’intérêt négatifs.
Les taux d’intérêt négatifs, c’est la stratégie trouvée par les banques centrales pour régler le problème du surendettement des états et faire payer les conséquences de la crise aux seuls agents économiques qui en ont encore les moyens. La crise de surendettement sera réglée par une destruction du patrimoine des rentiers (même si je déteste ce mot, car il ne reflète pas la situation des détenteurs de patrimoine en 2016) au profit des emprunteurs.
Avec les taux d’intérêt négatifs :

– En 2016, les détenteurs de patrimoine devront payer pour le posséder ;

– En 2016, les emprunteurs et les agents économiques structurellement en demande de financement seront payés pour emprunter.

La situation est bien celle-ci : En 2016, il est plus simple de ne pas posséder de patrimoine et de s’endetter pour se le constituer que de jouir des revenus d’un patrimoine déjà constitué. 
Les taux d’intérêt négatifs, soit en réel, c’est à dire après imputation de l’inflation, soit en nominal, c’est à dire brut, sans prise en compte de l’inflation, permettent à l’agent économique structurellement endetté (état, mais également entreprise et certains ménages en constitution de patrimoine) de s’enrichir sans rien faire. L’évolution du coût de la vie suffit à rembourser tout ou partie de ses crédits.
Un état qui emprunterait 100€ au taux d’intérêt négatif de -1% verrait sa dette anéantie en 100 ans. Plus besoin de rembourser ses crédits, les taux d’intérêt négatifs le font pour vous. 
 
Bien évidemment, si l’emprunteur et l’agent économique structurellement en demande de financement est le grand gagnant des taux d’intérêt négatifs, le détenteur d’un patrimoine passif (monétaire et ou obligataire et/ou fonds euros des contrats d’assurance vie et même immobilier locatif) paiera ce taux d’intérêt négatif.
Le détenteur de patrimoine verra son patrimoine baisser au rythme du taux d’intérêt négatif.
Les taux d’intérêt négatifs opèrent un transfert de patrimoine entre créancier et débiteur : Le débiteur, c’est à dire celui qui en endetté, est payé par le créancier, c’est à dire celui qui prête. 
 
 

Immobilier, obligation, placement bancaire, fonds euros des contrats d’assurance vie sont touchés par les taux d’intérêt négatifs et détruisent la valeur du patrimoine de leurs détenteurs.

Lentement mais surement, un peu à l’instar d’un impôt invisible sur le capital, les taux d’intérêt négatifs ponctionnent la valeur du patrimoine des détenteurs d’un patrimoine passif (=-+ rentiers). Un patrimoine passif (terme inventé à l’instant par votre serviteur), c’est un patrimoine qui n’est pas géré et qui ne peut s’adapter à l’évolution de la conjoncture.
Reprenons la définition LAROUSSE de la rente : « Revenu périodique, non obtenu par le travail, contrepartie du droit du propriétaire d’user de sa terre (rente foncière) ou provenant d’une ressource rare (rente pétrolière) ».
Un patrimoine passif c’est un placement bancaire dans un livret A, un PEL, les obligations, un fonds euros des contrats d’assurance vie dans la mesure où ils sont constitués à plus de 80% d’obligations, et même un bien immobilier locatif.
En effet, dès lors qu’il coûte de détenir une épargne monétaire ou une obligation, votre patrimoine se détruit irrémédiablement avec le temps.
Pour l’immobilier, les conséquences sont identiques, même si elles sont à mon sens moins visibles : Les loyers baissent un peu partout en France, les charges augmentent, les impôts sur les revenus fonciers toujours très élevés. Au final, le revenu généré par le bien immobilier peine à couvrir les charges annuelles générés par ce dernier.
Au gré des années, et la mécanique s’accélère avec la baisse des loyers induite par la déflation, et le propriétaire immobilier locatif doit payer pour mettre son bien immobilier en location car les charges sont supérieures aux revenus. Cet excès de charges consomme et a pour conséquence de réduire le patrimoine du propriétaire immobilier. 
Le propriétaire immobilier qui se considère comme bénéficiaire d’une rente (= Revenu périodique, non obtenu par le travail) se verra ponctionné par les taux d’intérêt négatifs. Pour éviter ces conséquences désastreuses pour la valeur finale de votre patrimoine, vous devez vous considérer comme entrepreneur de votre patrimoine et de votre actif immobilier (cf »Pour devenir riche, il ne faut pas épargner, il faut investir !« ).
Investir dans l’immobilier locatif, ce n’est plus bénéficier d’une rente, vous devrez « travailler » pour en tirer un profit. Ce pourrait être la réalisation de travaux pour adapter l’immeuble aux besoins du locataire et donc assurer la pérennité des loyers, envisager la location meublée ou la location saisonnière avec services annexes pour majorer le revenu obtenu de l’actif immobilier, …
 
 

Pour ne pas subir les taux d’intérêt négatifs, il faut s’endetter ou investir dans l’entreprise, structurellement en demande de financement

 S’il est admis que les taux d’intérêt négatifs détruisent la valeur du patrimoine passif ou du rentier, ces derniers pourraient faire la force des agents économiques structurellement endettés.
Les plus jeunes ménages en constitution de patrimoine pourraient être naturellement les gagnants des taux d’intérêt négatifs puisque les crédits immobiliers seront remboursés par les taux négatifs : Vous êtes payés pour emprunter !
La seule solution pour ne pas subir les affres des taux d’intérêt négatifs ne serait elle pas de s’endetter pour investir et devenir entrepreneur de son patrimoine et d’investir dans un actif structurellement en demande de financement, c’est à dire dans l’entreprise.
Face aux taux d’intérêt négatifs et cette ponction latente sur les patrimoines des rentiers, il faut réagir et modifier sa manière d’investir.
Investir dans l’entreprise, c’est investir dans un agent économique structurellement endetté et investisseur : La survie à long terme d’une entreprise repose sur sa capacité à investir, à s’adapter à un monde économique profondément bouleversé. L’entreprise qui se considère comme la rentière de son marché n’a pas d’avenir.
Investir dans l’entreprise me semble être la seule solution pour éviter les conséquences des taux d’intérêt négatifs et la destruction patrimoniale qui en découle. Il faut alors disposer d’une vision entrepreneuriale de la gestion de son patrimoine :

– Avoir une gestion active de son investissement immobilier et ne plus le considérer comme une rente ;

– Investir à long terme dans le capital d’une entreprise (action) ;

– Investir dans les PME grâce au crowdfunding ;

– … Bref ne plus se considérer comme un rentier de son patrimoine (rente = Revenu périodique, non obtenu par le travail).

Et vous qu’en pensez vous ?

Les taux d’intérêt négatifs sont ils la solution trouvée par les banques centrales pour régler le problème de l’endettement des Etats sur le dos des détenteurs de patrimoine ?

 

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 89€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Assistance patrimoniale
  • Un abonnement pour un accompagnement patrimonial PREMIUM
  • Un tarif unique de 350€ / mois, sans surprise, sans engagement de durée
Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

35 commentaires