Formation loi de finances 2018

C’est le constat implacable de la cours des comptes : Le montant des impôts sur le capital financier et immobilier des ménages est très élevé en France, notamment en comparaison avec les standard de la zone Euro, et c’est sur l’immobilier que repose une partie très importante de ces prélèvements. 

 

« Investir dans l’immobilier ». Tous nos conseils dans un livre pour réussir votre investissement immobilier.

J’ai écrit ce livre, non pas comme un livre, mais véritablement comme un outil qui doit vous permettre de vous former avant d’investir. Il est le résultat de 18 mois de travail de rédaction, mais surtout plus de 10 ans d’expérience, de conseils et de formations prodiguées auprès de professionnels de la gestion de patrimoine, notaire, expert-comptable ou d’étudiants.

 
Ce livre doit vous donner les moyens réussir votre investissement immobilier et ce, quelque soit votre niveau de connaissance et votre expérience dans l’investissement immobilier. 

 

Découvrir le livre

 


Selon la cour des comptes : « si l’on prend en compte l’ensemble des prélèvements sur le capital, qu’ils soient acquittés par les ménages ou par les entreprises, le taux implicite de taxation du capital est de 46,9 % (2012), contre 37 % en Italie, 35,7 % au Royaume-Uni, 25,3 % en Espagne et 22,2 % en Allemagne »

Entre :

  • Prélèvements sociaux (PS) et impôt sur le revenu (IR) pour les revenus du capital ;
  • Droits de mutation à titre gratuit (DMTG) sur les successions et
  • Donations et à titre onéreux (DMTO) sur les ventes d’immeubles et de certains biens meubles;
  • Taxes foncières sur le bâti et le non-bâti
  • Impôt de solidarité sur la fortune (ISF),

Ce sont au total près de 80 milliards d’euros qui sont prélevés sur le capital des épargnants.

.

Dans une logique toute administrative, la cour des comptes préconise d’augmenter le montant de ces impôts sur le capital des ménages (qu’ils jugent pourtant trop élevés). 

Incroyable mais vrai ! Après avoir fait le constat d’une imposition trop forte, et notamment d’une imposition qui repose principalement sur l’immobilier, la cour des comptes préconise une série de mesures, non pour baisser l’impôt sur l’immobilier, mais au contraire pour l’augmenter !

 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-bas

2018, devrait être une excellente année pour investir dans l’immobilier pour l’investisseur habille qui saura s’investir dans la recherche d’un bien immobilier capable de traverser les mutations en cours (cf »Pourquoi c’est vraiment le bon moment d’investir dans l’immobilier pour l’investisseur habile’).

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux


Les propositions sont les suivantes :

 

 

 

  • Augmenter les droits de succession afin d’encourager les donations qui pourraient alors bénéficier d’une imposition moindre ; Extrait : « rehausser l’imposition des successions par rapport aux donations (par exemple en diminuant l’abattement, voire en réservant son application aux donations » ; « alléger l’imposition des donations par rapport aux successions »

 

 

  • Réduire les droits de mutation à titre onéreux (= frais d’enregistrement payé lors d’un achat immobilier) mais transférer progressivement les droits de mutation à titre onéreux sur la taxe foncière ;

 

La cour des comptes ne trouve pas mieux que de faire le constat de cette imposition trop lourde qui repose principalement sur l’immobilier pour finalement préconiser d’augmenter encore les impôts sur l’immobilier !

Ils sont exceptionnels !

Ces autres articles devraient vous intéresser :


37 Comments

  1. keith kennedy says:

    les gens de la cour des comptes ne sont pas exceptionnels, ce sont des malades mentaux.
    on constate un fait et pour corriger on fait le contraire. je ne comprend pas la logique.
    la France est droguée à l’impôt. c’est la coke.
    quand je pense que c’est Didier Migaud qui gère cette institution et qu’il a été rapporteur de la commission des finances dans une autre vie, c’est affligeant
    attendons avec intérêt le recession qui ne manquera pas d’arriver ( c’est comme la mort on est sur qu’elle arrive mais on ne sait pas quand).
    c’est un peu comme Big Mac , on augmente les impôts ( voir commentaire Insee sur les 5 M€) mais je ne vois pas arriver la baisse du cout de l’etat. cela devait être fait en MÊME TEMPS

  2. C’est le mal français

    Ses pistes pour réduire les dépenses publiques sont bien plus modestes.

    Sa conclusion c’est donc que les prélèvements sont insuffisants?

  3. Les lois ne sont pas encore votées mais ce sera une des rares préconisations de la cour des comptes qui sera appliquée, j’en suis persuadé !!!!!!

    Au revoir…..

  4. Migaud du sérail socialo, don’t forget it……

  5. Agnes martel says:

    Ce n’est pas une contradiction. Car il n’y a pas de lien entre ce constat et le souhait d’augmenter la taxation sur l’immobilier.
    L’objectif de Monsieur Macron est de faire baisser les prix de l’immobilier qui ont explosé et qui dans un contexte de taux bas et d’économie qui se redresse doucement ne baissent pas. C’est le seul objectif poursuivi. Il veut en outre réorienter l’epargne vers les entreprises (ce qui est le métier des banquiers normalement…) et la consommation.

    • Que vous êtes naïve, peu éduquée économiquement ou… militante peut être ??

      On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif

      • Patrick D says:

        Ce n’est pas très gentil. Je pense que nous pouvons rester cool entre nous même si en ce moment nous avons des raisons d’être très énervés.

      • Je ne suis pas non plus d’accord avec le commentaire d’Agnès Martel, mais il a au moins le mérite de disposer d’au moins un argument, ce qui manque cruellement au vôtre – ainsi que l’élégance…

    • Débutant says:

      Bonjour Mme Martel,

      S’agissant de réorienter l’épargne vers les entreprises (« productif pour l’économie »), outre les arguments déjà largement défendus sur ce blog et que je partage en bonne partie, il faut aussi prendre en compte la réalité de l’investissement intermédié (VS USA par exemple) et ses conséquences (méconnaissance des mécanismes de levé de fonds et son corollaire, l’investissement en dette/entrer au capital, différence entre le marché primaire/secondaire, connaissances nécessaires en analyse fi etc.).

      Finalement, je ne sais si ça profitera plus aux institutions financières qu’autres entreprises.

      Pour ce qui est de l’efficacité de la baissent des prix et son impact positif, je reste dubitatif : évidemment qu’il faut normaliser les prix de l’immo (on atteint des sommets… sommets qui montent depuis 15 ans) mais nous avons un quête de la « propriété » en France et augmenter les impôts sur l’immobilier (au-delà du raisonnable considéré par la cour des comptes elle-même, d’où le ton excédé de cet article AMHA) n’aura, in fine, qu’un impact sur les propriétaires de RP.

      Par ailleurs, une étude très récente publiée par la BdF, démontre que le niveau d’inégalité décroît avec le taux de propriétaires. Ce serait dommageable de dissuader les propriétaires car l’impact macro serait alors négatif :

      https://publications.banque-france.fr/le-role-de-limmobilier-dans-les-inegalites-de-patrimoine-en-zone-euro-les-enseignements-de-lenquete

      En substance, je pense simplement que la chasse à l’immobilier devient un non-sens économique.

  6. Avec 300 jours de soleil par an et des températures de 15-20° en hiver, le Portugal est considéré à juste titre comme la «Floride de l’Europe».

  7. Tous les ans, la Cour des Comptes publie une kyrielle de dépenses inutiles de la part de l’Etat.
    C’est un « marronnier » puisque, non seulement, ces dépenses se perpétuent et il en apparaît de nouvelles sans qu’aucune amélioration ne se produise et qu’aucune sanction ne soit prononcée à l’égard des responsables. Alors, on pourrait commencer par supprimer cet organisme qui constate mais n’a pas le pouvoir de changer les choses. (Excusez moi de suggérer quelque chose qui a maintes fois été évoqué)
    Le constat de l’imbécilité relaté dans cet article montre à l’évidence que nous sommes dirigés par une caste incapable de prendre les décisions salutaires pour notre beau pays. Mais hélas, qu’y pouvons nous ?

  8. Agnes martel says:

    Mr Sven,
    Je ne suis ni naïve ni militante. Pour ce qui est de mon éducation je ne peux me permettre d’en juger ni ne peux accepter que vous le fassiez.
    Je ne porte aucun jugement. C’est un constat seul que je fais. Je dis juste qu’il n’y a pas de lien à mettre en place entre un immobilier surtaxé et une préconisation de taxation supplémentaire. Car l’unique objectif est de faire baisser les prix de l’immobilier.
    Vous conviendrez que si on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, en le privant d’eau on le fait crever! C’est le but recherché par le gouvernement. Peut être plutôt amaigrir l’ane. Le faire crever aurait des conséquences tellement désastreuses.

  9. 1. Il est plus facile de taxer les actifs non délocalisables que ceux qui en quelques clics peuvent aller s’abriter dans des paradis fiscaux. Il ne reste plus qu’aux heureux propriétaires immobiliers français de s’inspirer des multinationales pour échapper à l’impôt (après tout les loyers peuvent se verser à l’étranger et nous pouvons commercialiser nos logements depuis l’étranger…)
    2. Favoriser les donations au détriment des successions me semble une idée judicieuse au vu de l’espérance de vie actuelle, même si je préférerais des montants de droits de succession croissant à mesure que le légataire avance en âge pour favoriser la circulation du patrimoine entre générations sans pénaliser ceux qui auraient le malheur de perdre leurs parents jeunes : c’est quand on est en âge de monter des projets, de contracter des emprunts… qu’on peut faire fructifier un héritage, non quand on entre dans la vieillesse (ou que celle-ci est bien avancée…). En plus cela permettrait de faire des donations au moment opportun : devoir vendre un bien au moment où le marché local s’y prête le moins, juste parce qu’il faut régler la succession est frustrant…

  10. Quand les revenus de l’ensemble des placements se rapprocheront au plus près de zéro (avant même l’impact de l’inflation) ; quand l’imposition des plus-values deviendra insupportable (mobilières et immobilières) nous ferons la chose la plus simple qui soit, la thésaurisation. Pourquoi s’enquiquiner pour gagner des « fifrelins » ? Le grand perdant, l’Etat, l’économie. Il est difficile de comprendre la cour des comptes….

  11. Mais non…rassurez vous, tout ça est une vaste blague puisqu’il n’y aura pas de nouveaux impôts durant ce quinquennat, je l’ai entendu pendant la campagne électorale alors pourquoi douter.

  12. Je suis généralement très intéressé par les analyses proposées sur ce blog qui sont souvent bien argumentées et assez pondérées. C’est pourquoi je trouve celle-ci assez faible. Sauf erreur, il ne semble pas avoir vu, entre les multiples renvois à d’autres articles de ce blog et les nombreux points d’exclamations, de lien vers la publication en question :
    https://www.ccomptes.fr/fr/publications/les-prelevements-obligatoires-sur-le-capital-des-menages
    Cela constitue quand la base de toute cette discussion.

  13. j’ai lu ceci dans la synthèse « La fiscalité encourage le propriétaire occupant, sans justification économique évidente. »

    C’est certain avec un tel postulat, on va dans le bon sens….

  14. et les économies avec le regroupement des régions?
    ça ne devait pas rapporter 60 milliards à l’année; visiblement ça nous coute pour l’instant 40 milliards qui pour confirmer?

  15. keith kennedy says:

    Le Français moyen, moyen+ n’a pas vraiment de choix . les 2 derniers déciles peuvent s’expatrier, avoir des experts fiscalistes parce que cela est rentable. pour nous c’est difficile d’arbitrer car on n’a pas les professionnels pour ca ( excusez moi Guillaume cela n’est pas pour vous)
    pour nous c’est compliqué. en effet il faut passer son temps à regarder les blogs et autres sites pour analyser les meilleurs optimisations fiscales. car il s’agit bien de ca maintenant
    comme en France, il y a une schizophrénie de l’impôt et de la modification, ce qui est vrai un jour ne l’est plus 5 ans après, hors il s’agit d’investissement très long voir bloqué ( immobilier, scpi, perp , perco) pour lequel le risque n’est plus payé ( sauf en impôt).
    j’ai fait le choix il y a quelques temps d’investir en AV luxembourgeoise en ETF correctement réparties mondialement et en fonction des secteurs. je m’en occupe très peu, c’est liquide, ça coute pas trop cher. logique de tout cela, je pars à l’étranger, pas trop loin, Ah oui j’ai 65 ans!!

    • Bravo Keith, je pense que c’est le bon choix….

    • « pour analyser les meilleurs optimisations fiscales. car il s’agit bien de ca maintenant »
      C’est bien là où le bât blesse!
      Optimisation fiscale, évasion fiscale, paradis fiscaux, tout pareil
      Et là où il faudrait ouvrir une page banche et remettre tout à plat

      Mais vous pensez bien qu’avec nos élites qui piochent dans le pot de confiture ……

      • keith kennedy says:

        rappelez vous de notre ami  » mosco » que l’on peut pas traiter de droite :
        trop d’impot tue l’impot.
        il est important que l’impôt soit bien compris et non pas confiscatoire.
        vous avouerez quand meme que depuis mai 2017 ( par hasard) il n’y a jamais eu autant de modifications et d’augmentations ( venant après celle de Flamby).
        de ce fait on ne peut pas voir allez globalement à plus de 6 mois.
        sur des investissements long terme comme ceux mentionné précédemment je trouve risqué au moins pour 2018 de se positionner.
        je ne veux pas être tondu parce que j’essaye de faire fructifier mon argent ( j’ai déjà payer des impôts dessus par différents prelevements ( IR, TF, TH, Essence, TVA, autoroute, fermage, eau, electricité…) .
        regardez le patrimoine de nos chers élus ( je ne parle pas de Darmanin qui est pitoyable.)
        c’est dramatique: ils n’ont jamais été dans une entreprise et ils n’ont pas un sous (retour Mr Darmanin). que connaissent ils donc. ils font quoi ces messieurs…. ils augmentent les impots. c’est plus facile que de regarder la vérité en face. nous sommes trop gros ( enfin l’etat). j’attend le  » en même temps de big mac »
        dans une entreprise on essaye de caler les dépenses sur les recettes. en France on cale les recettes ( impôts) sur les dépenses ( toujours en augmentation). un peu comme au bon vieux de temps de l’armée ou on faisait tourner les camions pour avoir le même budget l’année d’après. ca n’a pas changé.

  16. J’ai décidé de monter un dossier succinct mais précis de l’historique des placements immobiliers, avec des statistiques et des exemples à l’appui et de rencontrer le député de ma circonscription. Je suis pas économiste dont mon dossier sera simple et j’espère convainquant. Il faut faire comprendre que les petits bailleurs, représentant la plus grande partie du parc privé commencent à fuir l’immobilier et cela risque de devenir effectivement problématique. Il est temps que les personnes prenant des risques et travaillant en France soient mieux considérés par nos décideurs. Il suffit peut-être de pointer du doigt les dysfonctionnement. Peut être pouvez vous tenter de faire pareil dans votre ville. C’es des fois bête comme choux, par l’intermédiaire de notre représentants locaux nous pouvons peut-être les faire se rendre à l’évidence que nous allons à la catastrophe. C’est quelque fois utile de faire remonter en haut ce qui se passe en bas, pour certain, ne connaissant pas le prix de la baguette de pain, ce n’est pas une insulte mais une prise de conscience de la réalité.

    • Patrick D says:

      Je suis prêt aussi à aller voir les députés sur mon département, s’ils acceptent de me recevoir. Mais ce sera plus facile avec un dossier argumenté et des chiffres.
      Pensez vous pouvoir me passer votre dossier quand vous l’aurez terminé ?

      • Volontiers, vous êtes de quelle région, donnez moi votre adresse mail sur laquelle je peux vous faire parvenir mon dossier dès qu’il sera terminé. Je vous l’enverrai avant de le présenter, je vous propose de le critiquer, de façon constructive bien évidemment, et d’y apporter des compléments ou des corrections, je ne possède pas la science infuse. Cordialement

  17. Depuis 2008-2009, les prix ont baissé. Depuis 2016-17 qques villes ont connu une certaine augmentation, toutefois modérée, due à leur dynamisme particulier, telles que Paris, Bordeaux et qques unes. Si on cesse ce matraquage fiscal, l’économie du pays redémarrera grâce à l’immobilier entre autres et les citoyens devraient trouver à se loger plus facilement, grâce en partie aux taux d’intérêts historiquement bas et une croissance retrouvée qui devrait permettre de résorber doucement les déficits. Cessons cette « impôtphilie » destructrice.

  18. keith kennedy says:

    vous avez raison, on se focalise sur Paris, Bordeaux, Saint malo ( !!)etc.. parce que ce sont des histoires spéciales ( arrivée du TGV). allez voir l’immobilier en province, c’est catastrophe ( Vichy, Auxerre etc..).
    les gens « montent » à Paris donc delaissent la province.
    c’est aussi simple. je me demande, s’il n’y a pas une volonté délibérée. je ne peux pas croire que ce que nous voyons d’en bas ne soit pas vu « d’en haut ».

  19. KEITH KENNEDY says:

    surement pour les personnes en ayant assez des grandes villes et souhaitant repartir en province. alors comment expliquer que les villes moyennes ou petites se dépeuplent.
    ils vont plutôt dans les grandes métropoles ou villes moyennes
    on prend le cas d’Albi.
    dans cette ville, un gros cabinet d’ingénieur c’est installé. donc CSP +. les personnes majoritairement sont allées sur Toulouse. resultat, le marché à Albi n’est pas bien vaillant.
    j’ai peut être fait un amalgame ancien ( à l’époque on disait  » monter à Paris) mais parlons de 4/5% de villes en France où l’immobilier augmente, 1% dans lequel il augmente fortement pour le reste qui stagne ou baisse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*