Lorsque le leader d’un marché innove et prend le risque de remettre en cause son modèle économique, c’est tout le marché qui doit se remettre en question et s’adapter pour proposer une offre concurrente.

L’AFER est ce leader qui innove. L’AFER vient d’annoncer une rénovation de l’offre tarifaire et financière de ces contrats d’assurance vie qui pourrait profondément modifier le marché de l’assurance vie.

Voici les nouveautés annoncée par l’AFER :

  • Gratuité des arbitrages ;
  • Suppression des frais d’entrée pour les versements en Eurocroissance et Unité de compte ; Seuls les frais d’entrée sur le fonds euros sont maintenus au taux de 0.50%
  • Et surtout référencement d’ETF au titre des unités de compte. Pour mémoire, les ETF sont des produits financiers à faible coût qui répliquent un indice de référence (+ versement des dividendes) ; Il s’agit de l’outil cœur de la gestion passive comme nous l’expliquons dans cet article « Assurance vie : La révolution des parts institutionnelles et des ETF est en marche …« , même si tout cela n’est pas sans poser quelques questions sur les conséquences d’une gestion indicielle massive sur le marché (cf »Faut il se méfier des ETF par simple principe de précaution et suivre son intuition de bon sens ? »).
  • Mais augmentation des frais de gestion sur les unités de compte pour atteindre 0.82% par an (soit un niveau relativement proche, même inférieur, aux frais de gestion du marché – Avant augmentation, les frais de gestion sur UC étaient particulièrement attrayant chez l’AFER à 0.475%).

 

Il s’agit là de conditions qui apparaissent particulièrement compétitives, notamment pour la partie absence de frais d’entrée sur les unités de compte et l’Euro-croissance et la possibilité d’épargner en ETF dans le cadre d’une gestion libre. 

Avec cette nouvelle offre tarifaire, l’AFER s’aligne sur les tarifs des contrats d’assurance vie disponibles sur internet (sauf pour les frais d’entrée sur la partie fonds euros, mais la qualité du fonds euros de l’AFER ne le justifie t’il pas ?) et passe même à l’offensive en proposant l’accès aux ETF dans le cadre d’une gestion libre (alors que nombre de contrats d’assurance vie n’autorisent l’accès aux ETF que dans le cadre d’une gestion sous mandat ou autre gestion pilotée parfois très onéreuses).

L’AFER, c’est 50 milliards d’euros d’encours et plus de 750 000 assurés. Bravo pour l’audace ! Les concurrents n’ont plus le choix face à ces nouveaux tarifs particulièrement agressifs : Justifier la plus grande qualité de leur contrat ou de leur conseil … ou s’aligner en baissant leur frais d’entrée et proposant des ETF (ou des parts institutionnels). – Combien gagne votre banquier / CGPI / courtier sur votre contrat d’assurance vie ?

A suivre…

Barème des meilleurs taux de crédit immobilier

Consultez notre barème des meilleurs taux actuellement proposés par les banques via notre comparateur de crédit immobilier.
 

Comparer les taux immobiliers entre 100 banques


27 Comments

  1. adnstep says:

    On peut saluer le geste, mais si c’est surtout un acte défensif :sans doute les AV vendues sur Internet commencent-elles à prendre dans le public.

  2. Ca me semble plus offensif que défensif, car l’encours du contrat AFER stagne depuis pas mal d’années.

    L’augmentation des frais de gestion sur les unités de compte semble toutefois élevée, surtout pour des ETF dont l’avantage mis le plus souvent en avant est de faibles frais annuels (vers 0.20%, voire moins, certes sans l’enveloppe AV, et les avantages successoraux et fiscaux associés – même si les avantages fiscaux se réduisent à chaque réforme-)

  3. Lucky Luke says:

    Bonjour Guillaume,

    En quoi l’AFER bouleverse le marché de l’assurance vie ? C’est loin d’être les premiers à proposer des ETF et les arbitrages gratuits et la suppression des frais d’entrée sont monnaie courante de nos jours. Et cette augmentation des frais….. c’est surtout ça la bête noire des contrats d’assurance vie, et vous le savez très bien.

    Aujourd’hui pour parler d’une véritable innovation il faut baisser les frais et offrir une plus grande transparence aux épargnants, ce que certains font en proposant des parts cleanshare et institutionnelles…

    Étant lecteur assidu de votre blog et partisan de votre combat pour une évolution du métier de CGP vers un véritable métier de conseil et non de vendeur de produits, je me refuse à croire que vous auriez pu remettre en cause ces valeurs si nobles à cause d’un chèque de l’AFER…
    Mais alors quelle peut être la raison de cet article ? Vous avez laissé votre stagiaire rédiger l’article ? Vous avez momentanément perdu la raison à cause d’un coup de chaleur ?

    • Non, vous avez raison, ce ne sont pas les premiers mais ce sont les plus gros. L’AFER est un marqueu, une référence pour l’ensemble des acteurs du marché.

      Lorsque l’acteur de référence est offensif sur les tarifs, c’est tout le marché qui doit s’adapter.

      Puisque vous citez les parts institutionnelles que « certains » proposent déjà. Donnez nous des noms. Personnellement, je n’en connais pas beaucoup et encore ce sont des « petits ».

      • Lucky Luke says:

        Effectivement nous nous accordons pour dire que les parts institutionnelles sont encore beaucoup trop inaccessibles, surtout pour les petits épargnants…

        En revanche des contrats proposant des parts cleanshare font leur apparition ces derniers temps. Que pensez vous de ce type de parts ?

        • Vous regrettez que les parts institutionnelles soient inaccessibles aux petits épargnants mais si elles l’étaient elles ne seraient plus des parts institutionnelles puisqu ‘accessibles à tous.
          Dites moi si je me trompe.

          • Lucky Luke says:

            À mon sens (je ne suis pas un spécialiste), le schéma serait le suivant : l’assureur souscrit des parts institutionnelles auprès de la société de gestion, avec des montants assez élevés pour avoir accès à ces parts, avec des fonds auprès des petits épargnants. En clair l’institutionnel est l’assureur, et il fait l’intermédiaire pour permettre aux petits épargnants d’accéder à ces parts. Certains assureurs Luxembourgeois le font à ma connaissance.

            Mais c’est au bon vouloir de l’assureur et la pratique ne semble pas aller dans ce sens.

            En revanche des parts « cleanshare » font leur apparition dans certains contrats : en supprimant les retrocommissions que perçoivent traditionnellement le distributeur (CGP en particulier), les frais de gestion sont nettement diminués.

            • Avez vous un exemple de part sans retrocession, je ne vois pas comment les frais non rétrocédés pourraient être versés à l’épargnant.

            • C’est une utopie et vous auriez pu le comprendre tout seul.
              D’abord une part institutionnelle est pas nature d’un montant important et elle n’est pas divisible.
              De plus avec votre système cela voudrait dire que les épargnants s’inscrivent sur une liste et attendent qu’elle soit assez conséquente pour que l’assureur souscrive. La souscription serait donc différée. Mais lors de la souscription l’épargnant peut ne plus vouloir souscrire notamment si la VL à trop monté ou baissé car souscrire c’est le faire à un certain niveau de cours et pas à un autre avec de gros écarts. Et après lorsqu’un particulier veut vendre ses 3 parts peut-il le faire tout seul ??? ou doit il attendre une vente groupé sachant que tout le monde n’est pas d’accord sur le moment ou le niveau de la VL de la vente.
              Désolé mais c’est du grand n’importe quoi.

              • C’est pourtant fait au Luxembourg, une simple recherche google peut vous le confirmer…

                Effectivement ce n’est pas la pratique en France aujourd’hui, mais de là à dire que c’est une impossible…

                • Apportez nous des preuves car il doit y avoir qq chose que vous n’avez pas vu ou pas compris ou qui n’est pas dit ou des conditions bien particulières qui n’existent pas sur les contrats AV en France, comme peut être le fait que tous les épargnants sont engagés sur une même période d’investissement

    • Et bien évidemment ! J’ai rédigé cet article avec la même conviction et indépendance que tous les autres ! Sans aucun contrat publicitaire ou autre.

      L’intérêt de ce site est justement son caractère de « blog », c’est à dire de capacité à exprimer une opinion par nature subjective. Et c’est la raison pour laquelle les commentaires ont une place aussi importante dans mon site : J’exprime mon opinion et j’attends de vous tous que vous exprimiez la votre pour me dire que j’ai raison ou que j’ai tort.

  4. Bonjour
    Et contrairement à beaucoup de ses concurrents, l’AFER commercialise toujours le contrat inauguré il y a 40 ans (en y incorporant régulièrement des évolutions), traite de la même manière ses adhérents anciens ou nouveaux, ne laisse pas les adhérents existants bloqués sur de vieux contrats retirés du commerce en réservant les nouvelles fonctions à de nouveaux types de contrat.
    Pour les frais de gestion, je rappelle que les rendements UC annoncés par l’AFER sont nets de frais de gestion, donc la petite astuce qui consiste à publier un rendement en réduisant régulièrement le nombre d’UCs souscrites n’existe pas chez AFER.
    Bref il y a de très bonnes raisons pour lesquelles 750000 assurés ont adhéré à l’AFER.
    Publicité non payée, je ne suis pas CGP, mais simple adhérent de l’AFER, (et aussi d’autres contrats, hélas pour moi…), j’ai bien l’intention de continuer avec l’AFER.
    Bien cordialement.

    • Oui, accepter les ETF sur un encours de 50 milliards est vraiment un pari courageux. Tous les autres auraient créé un nouveau contrat et progressivement abandonné le rendement des encours pour assurer une rente

  5. Pouvons-nous en conclure que les CGP qui commercialisent des produits financiers ou immobiliers en tant que distributeurs sont à contre-courant de l’histoire et qu’ils ont d’ores et déjà perdu la main?

  6. Gaston OERTEL says:

    Quelques faits
    encours des fonds en U/C : 10 milliards dont plus de 5 milliards pour le fonds SFER
    augmentation des frais de gestion: 0,35 pts , c’est à dire 17 500 000 €
    Les frais de gestion pour le fonds SFER passeront de 0.58 % à 0.93 % soit une augmentation
    de 60 %
    Montant total des droits d’entrée pour 2018: 270 000 €
    Frais d’arbitrage: le premier de l’année gratuit, sinon 2 % plafonnés à 50 €. Les montants en jeu devraient être modestes.
    Questions:
    Qu’est-ce qui justifie l’augmentation des frais de gestion. Serait-elle subitement devenue plus coûteuse?
    Est-ce uniquement pour compenser la diminution des frais d’entrée et d’arbitrage? Auquel cas nous assisterions à un marché de dupe.

  7. julien bonnetouche says:

    Qui ici a une assurance vie AFER ?

    Moi j’en ai une depuis 20 ans, et j’en ai d’autres aussi auprès de CGP pour des raisons souvent amicales ou particulières.

    C’est peut être par ancienneté, mais il y a des années que je n’ai plus de droits d’entrée.

    Je peux donc comparer, et je dois dire que globalement l’AFER est plutôt bien : on s’occupe du client, et de ses intérêts. c’est presque familial malgré la taille des fonds. On vous propose des produits en fonction des vos besoins, et non pas ce qu’ils ont « à vendre »
    J’ai même eu affaire une fois à un » ingénieur patrimonial », vraiment au service de l’adhérent. Cela se sent.

    Tous les ans au moins, ils vous demandent de venir faire le point ( ce n’est pas le cas partout), et sont toujours disponibles avec un conseiller qui vous connait, vous, votre famille, et vos nécessités.

    Depuis plusieurs années ils m’ont convaincu de renoncer majoritairement aux fonds euro pour passer à d’autres ( dont sfer, mais pas seulement, avec des profils moins risqués), et je ne le regrette pas.

    Et on voit bien qu’ils ont des équipes de gestionnaires bien formées. Autant que la performance, leur but est de perdre le moins possible en cas de crise.

    Ainsi, la gestion des fonds action est plutôt bien faite, avec divers produits a risque gradués, et des « cliquets » après des hausses de 5, 10, 20 % au choix.

    Désolé Guillaume pour la publicité de la concurrence, mais beaucoup de CGP pourraient en « prendre de la graine » !!

    • Je vous dirai juste que l’Afer n’est pas la seule compagnie d’assurance à travailler de cette manière. Je remarque juste que les plus grandes (en taille) ne se préoccupent pas des clients, et que le CIF moyen n’a pas la volonté, la compétence, les moyens ou le temps de conseiller de cette manière.

      • Je vous rappellerai juste que AFER n’est PAS une « compagnie d’assurance ».

        Il ne faut pas tout mélanger, et confondre les rôles des différents acteurs.

        Autour d’un contrat d’assurance-vie, outre le souscripteur (le client) et la compagnie d’assurance (qui gère l’argent investi), il y (entre autres) l’acteur qui est supposé conseiller le client, qui est commissionné pour ceci, et qui peut faire son travail plus ou moins bien. L’AFER n’est d’ailleurs pas non plus cet acteur (mais elle peut veiller à ce que les conseillers qui commercialise le contrat AFER ne le fasse pas comporte comment)…

    • Guillaume FONTENEAU says:

      Ce n’est pas de la pub, juste une satisfaction client 😉

      Si vous aviez été courtier AFER, la censure était assurée !

    • Bonjour
      Comme indiqué plus haut, j’ai plusieurs contrats AFER, et je suis entièrement d’accord avec J Bonnetouche.
      J’ai fait une petite analyse de rendements comparés avec d’autres contrats, sur toutes les durées (analyse de 3 à 11 ans) le contrat AFER bat ses concurrents à plate couture.
      Bien cordialement

      • Laurence says:

        JJGLL avez vous pensé à le comparer avec le RES de la MACSF par exemple ? Eux n’ont pas une direction qui se répand dans la presse de leurs bonnes performances, de leurs faibles frais…

        • @Laurence
          Non, j’ai comparé uniquement entre contrats que j’avais effectivement souscrits, sur la base des valeurs de rachat de fin d’année. Donc du réel, du vécu, sans se laisser influencer par les discours marketing.
          Bien cordialement

  8. Moi aussi, jai un contrat AFER depuis plus de 20 ans, et d’autres contrats (mais pas pour faire plaisir à un conseiller).

    Le contrat AFER est compétitif, mais en aucun cas ne bat les autres à plat de couture. Faut pas exagérer ! Vos autres contrats sont sans doute médiocres, et vous auriez dû vous abstenir de les souscrire.

    • Effectivement, je n’aurai pas dû les souscrire, mais c’est facile à dire après coup……
      Rendements frais de gestion déduits et prélèvements sociaux partiellement déduits (prélevés annuellement sur le FG)
      Rendements sur 8 ans, arrêtés à fin 2018:
      mon meilleur AFER: 35%
      le meilleur chez les autres: 19%
      On pourrait dire que j’ai été très maladroit dans mon choix des UCs chez les ‘autres’, mais pourquoi aurai-je été plus adroit chez AFER ?.
      Bien cordialement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.