Une récente jurisprudence de la cour de cassation (Cass. civ. 26 juin 2019, n° 18-21383) confirme qu’en cas de co-souscription du contrat d’assurance vie avec dénouement second décès, le contrat d’assurance-vie non dénoué au décès du premier des époux est un actif de communauté qui doit donc être réintégré à l’actif de la succession pour moitié en l’absence de clause du contrat de mariage qui attribuerait ledit contrat d’assurance vie au conjoint survivant avant tout partage.

Il s’agit là d’une position logique à une situation logique qui nous permet de nous interroger sur les raisons pour lesquelles de trop nombreuses compagnies d’assurance-vie refusent la co-souscription dénouement au second décès pour les époux qui ne seraient pas mariés sous un régime de communauté avec clause d’attribution dudit contrat d’assurance vie au conjoint survivant (ce peut être une clause d’attribution intégrale de la communauté au conjoint survivant ou plus spécifiquement une clause de préciput qui porterait précisément sur ledit contrat d’assurance vie non dénoué).
En effet, et c’est le raisonnement que nous vous proposons tout au long de nos livres « Assurance vie et gestion de patrimoine » ou « succession« , les époux mariés sous le régime de la communauté conventionnelle ou les époux mariés sans contrat ont pris la très mauvaise habitude, probablement mal conseillés, de souscrire des contrats d’assurance vie qui ne soient pas en accord avec leur contrat de mariage.
Ainsi, dans la très grande majorité des situations, les époux souscrivent des contrats d’assurance vie nominativement, c’est à dire au nom d’un seul des époux, alors même que l’épargne versée constitue un bien commun aux époux (cf »Succession : Comment distinguer les biens communs et les biens propres ? Quid de l’assurance-vie ? »).
Cette mauvaise habitude à des conséquences importantes qui peuvent réduire l’intérêt fiscal de la souscription du contrat d’assurance vie. Par exemple, le contrat souscrit nominativement par l’un des époux au profit d’un enfant du couple, sera le fait générateur d’une récompense au profit du conjoint survivant qui n’aurait pas été en cas de souscription respectueuse du contrat de mariage (cf »Assurance vie et récompense au profit de la communauté : lorsque le décès fait naître une récompense … ».
Dès lors, les époux qui souhaitent respecter leur contrat de mariage, n’ont d’autres choix que de :

 

  • Souscrire un contrat d’assurance vie en co-souscription, lorsqu’il s’agit d’y placer de l’épargne qualifiée de bien commun (épargne sur salaire ou revenu de biens propres par exemple). Cette co-souscription peut, en théorie, être réalisée avec dénouement du contrat d’assurance vie au premier décès ou au second décès, et cela même en l’absence de communauté universelle avec clause d’attribution intégrale de la communauté au conjoint survivant ou de clause de préciput. Malheureusement, dans la pratique, ce n’est que rarement le cas, car les compagnies d’assurance-vie refusent la co-souscription dénouement second décès en l’absence de telles clauses d’attribution dudit contrat d’assurance vie au survivant des époux.

 
Cet arrêt de la cour de cassation confirme pourtant le bien fondé d’une telle co-souscription avec dénouement au second décès. En revanche, le contrat d’assurance vie qui se poursuivrait ainsi sur la tête du conjoint survivant ne lui est pas attribué « hors succession » et la moitié de la valeur du contrat d’assurance-vie devra donc être intégré à l’actif de succession pour être partagé entre les héritiers.
D’un point de vue civil, les héritiers du défunt auront donc des droits successoraux sur la moitié de cette valeur du contrat d’assurance vie. Dans l’hypothèse courant ou le conjoint est héritier pour 100% en usufruit et les enfants pour 100% en nue-propriété, la moitié dudit contrat d’assurance vie devra suivre cette vocation successorale.
Les enfants seront alors en droit de demander la matérialisation de leurs droits successoraux sur cette moitié. Il pourra s’agir de demander au conjoint survivant de procéder à un rachat afin d’y matérialiser le démembrement de propriété ou l’application d’une convention de quasi-usufruit.
Fiscalement, la réponse ministérielle CIOT exonère de droit de succession le contrat d’assurance-vie ainsi intégré pour moitié dans l’actif de succession : Dans notre exemple, cela signifie, tout simplement, que les enfants deviendront nus propriétaires de la moitié de la valeur dudit contrat d’assurance vie en franchise totale de droits de succession, et cela sans plafond, ni limite d’âge (les abattements de 152500€ de l’article 990I ou le seuil des 70 ans de l’article 757 B sont ainsi contournés). C’est un sujet que nous avons longuement développé dans cet article « La réponse ministérielle CIOT : Une bombe patrimoniale qui permet de réduire les droits de succession, mais … ».
Notez enfin que ce raisonnement porte sur les contrats d’assurance vie en co-souscription avec dénouement au second décès, mais également, et c’est là le plus important, sur les contrats d’assurance-vie souscrits nominativement par le conjoint survivant.
 
A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres & formations 
Optimiser sa Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Investir dans l'immobilier
Epargne et placement 
Assurance-vie
Plan Epargne Retraite (PER)
SCPI
Groupement forestier & viticole
Immobilier locatif 
Assurance emprunteur
Crédit immobilier
Expert-comptable Location meublée et SCI

5 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :