Assurance vie et gestion de patrimoine

Avez vous remarqué que les compagnies d’assurance vie ne se battent plus pour annoncer le rendement de leur fonds euros en avant première dès le milieu du mois de Novembre ? Le temps de la guerre commerciale autour de la communication des rendements du fonds euros est révolu, et c’est très bien.

En 2017, et comme nous vous l’annoncions dès le début de l’année, le rendement réel du fonds euros de votre contrat d’assurance vie devrait être nul, autour de 1.50% brut, soit moins de 1.25% net de prélèvements sociaux au taux de 17.20%. Alors que l’inflation est annoncée autour de 1.10% en 2017 avec un taux de  croissance réel de 1.80%, l’épargnant ne s’enrichira pas avec son fonds euros… et devrait même s’appauvrir par rapport au niveau de création de richesse du pays. (cf »Assurance vie : Des rendements proche de zéro en 2017 et même négatifs en 2018 ? »).



Pour maintenir la valeur relative du patrimoine, l’épargnant devrait chercher à obtenir un rendement minimum, net d’impôt, de 2.90%.

C’est là une réflexion que nous vous proposons depuis plusieurs mois. Lorsque le rendement de l’épargne est inférieur au taux de croissance nominale de l’économie, la valeur du patrimoine de l’épargnant baisse par rapport à la richesse du pays.

Le PIB est une notion statistique que vous connaissez tous et que l’INSEE résume dans une phrase très simple : « Le PIB donne une mesure des richesses nouvelles créées chaque année par le système productif et permet des comparaisons internationales. Le produit intérieur brut est publié à prix courants et en volume aux prix de l’année précédente chaînés. Son évolution en volume (c’est-à-dire hors effet de prix) mesure la croissance économique.

Ainsi, lorsque le rendement de votre épargne est inférieur au taux de croissance nominal (taux de croissance + taux d’inflation), la valeur de votre patrimoine augmente … mais moins vite que la richesse créée par l’économie. 

Bref, avec un rendement net de 1.25% projeté pour l’année 2017 pour le fonds euros de votre contrat d’assurance vie, non seulement l’épargnant s’appauvrit par rapport au niveau de croissance de l’économie … mais surtout le rendement de son fonds euros est à peine supérieur à l’inflation. « L’euthanasie des rentiers » s’accélère et confirme ce que nous vous expliquons depuis le début de la crise de 2008 : Les épargnants payent les conséquences de la crise ! (et ce n’est probablement pas fini). 

Il vous faut agir rapidement pour lutter contre l’appauvrissement de l’épargnant : La première mesure qui doit être prise par l’épargnant qui souhaite maintenir la valeur de son patrimoine est alors d’abandonner l’idée d’épargner (dont le rendement n’est plus suffisant pour maintenir la valeur du patrimoine à long terme comme nous venons de vous le démontrer), pour vous investir dans l’économie réelle. C’est le cœur de la réflexion que nous vous avons proposé dans cet article très récemment « L’épargne va t’elle disparaître ? Elle est le reliquat d’un ancien monde rejeté par la population« , mais aussi dans celui ci « L’épargne est une erreur, débarrassez vous en avant qu’il ne soit trop tard !« ).

 

 



Les beaux discours philosophique ne servent à rien, que faire lorsque vous ne pouvez plus investir ou que vous n’en n’avez pas l’envie ?

S’investir dans la gestion entrepreneuriale de votre patrimoine est une belle idée philosophique, mais concrètement, comment faire lorsque l’on y connait rien, ou que l’on est trop âgé pour investir ?

 

La question de l’âge est une limite indéniable : Investir nécessite du temps, de l’envie et parfois une habilité physique et intellectuelle qui se réduit avec l’âge. La réponse n’est elle pas dans le transfert de votre patrimoine à la génération suivante qui aura le temps, l’énergie et l’envie d’investir dans l’économie pour valoriser ce patrimoine ? 

Est il bien raisonnable de conserver ces sommes importantes dormir sur le fonds euros de votre contrat d’assurance vie alors que vos enfants et peut être vos petits enfants pourrait les utiliser pour investir et continuer à valoriser votre patrimoine ? La question du financement de la dépendance est une vraie question, mais il ne faut pas la surestimer outre mesure.

Si vous n’êtes pas capable de vous investir pour valoriser votre patrimoine, faites confiance à vos enfants et petits-enfants (alors qu’ils en ont encore l’envie et le courage) pour valoriser ce patrimoine familial. Ce n’est pas quand ils auront 70 ans qu’ils pourront investir et utiliser votre patrimoine pour continuer à la valoriser. Dans une famille sans transmission générationnelle, l’appauvrissement n’est il pas inéluctable ?

Attention, il ne s’agit pas de s’appauvrir excessivement et devenir financièrement dépendant, mais je crois possible une réflexion pour accompagner le transfert de patrimoine à la génération suivante qui elle saura investir ! (et si elle n’en a pas les compétence, l’envie… Il est peut être urgent de participer à la « formation » patrimoniale de cette génération qui bénéficiera un jour ou l’autre de votre patrimoine).

 

Enfin, même si le rendement de votre fonds euros est insuffisant et participe à votre appauvrissement relatif, il est confortable d’en conserver une part non négligeable.

Cet appauvrissement petit à petit, n’est il pas un moindre mal pour l’épargnant qui souhaite conserver son épargne disponible pour répondre à des besoins futurs ? C’est la difficulté majeure du moment que nous vivons.

En effet, l’épargne n’est plus rémunérée, mais le risque non plus : L’espoir d’un meilleur rendement grâce une prise de risque supérieure ne devient il pas illusoire lorsque les marchés financiers ou immobilier affichent des niveaux de valorisations très élevés ? 

Comparateur de crédit immobilier : Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier

taux-credit-immobilier-plus-basBonne nouvelle ! Des baisses de taux de crédit immobilier pour ce mois d’Octobre 2017 !

C’est le moment de relancer vos projets car cela ne devrait pas durer !

Les taux sont au plus bas, c’est le moment de s’endetter pour investir et valoriser son patrimoine. Voici le barème des meilleurs taux de crédit immobilier grâce à notre comparateur de meilleur taux de crédit immobilier. 

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux pour votre crédit immobilier ou votre renégociation :

Comparez plus de 100 banques pour trouver le meilleur taux

L’épargnant qui souhaite diversifier ses avoirs en spéculant sur les marchés financiers ou en investissant doit avoir conscience de la complexité du moment. Plus que jamais les performances passées ne sauraient préjuger des performances futures.

Chacun doit alors se prendre en main pour essayer de comprendre ! (et surtout ne pas écouter les beaux discours du commercial en assurance vie qui vous expliquera que vous n’avez pas le choix, il faut investir en SCPI ou en unité de compte pour améliorer le rendement de votre épargne). 

 

 

Investir, ca veut dire quoi ?

Depuis des mois, je radote et suis particulièrement insistant sur l’idée qu’il faut arrêter de penser « épargne » pour penser « Investissement ».

Attention, il ne s’agit pas d’une liste des choses à faire ou à ne pas faire. Ce n’est pas parce qu’il s’agit d’un investissement qu’il s’agit d’un bon investissement ! Chacun devra travailler, se faire une idée pour essayer de déterminer l’opportunité ou non de cet investissement. 

 

Epargne :

  • Assurance-vie (fonds euros et unité de compte). Investir en unité de compte dans un contrat d’assurance vie, c’est investir sur les marchés financiers pour espérer une valeur future plus élevée. C’est simplement la définition de la spéculation. En investissant en unité de compte, votre argent ne profite pas aux entreprises et donc à leur croissance future… mais aux vendeurs de l’action que vous achetez qui matérialise sa plus-value ;

 

  • PEL, et autres placements bancaires ; 

 

 

 

Investissement :

  • Immobilier. Investir dans l’immobilier suppose pour l’investisseur de s’investir dans la gestion de son immeuble (gestion des travaux, amélioration, entretien, gestion des locataires, …) ; L’immobilier est un investissement, car l’investisseur devra avoir une vision, anticiper, comprendre le marché pour réaliser un bon investissement et il ne devrait pas croire à l’enrichissement facile sans rien faire. Investir dans l’immobilier, c’est envisager l’investissement immobilier avec travaux pour réhabiliter un logement délaissé par le marché, la location meublée, la forêt ou la terre agricole, l’immobilier d’entreprise ou le cowordking, …  (cf » Mon livre Investir dans l’immobilier dans lequel je détaille ces sujets fondamentaux)

 

  • SCPI. C’est un investissement puisque l’intermédiaire gérera le patrimoine immobilier de manière active en essayant d’anticiper l’évolution future du marché, l’obsolescence, les travaux, la demande des entreprises locataires et le développement du nomadisme d’entreprise par exemple, … (cf » Mon livre Investir dans l’immobilier dans lequel je détaille ces sujets fondamentaux)

 

  • PEA et compte titre, pour investir à très très long terme dans le capital d’entreprise dont le modèle correspond à votre vision à long terme de la société. Il ne s’agit pas de spéculer à court ou moyen terme dans la valeur de l’entreprise, mais dans un investissement à très long terme (15 ans ?). La valeur à court terme n’a alors plus beaucoup d’importance et l’investisseur profitera de la volatilité du marché pour acheter des parts de cette entreprise lorsque les cours seront plus bas. On parle bien évidemment d’une détention des actions en direct. Les dividendes seront une composante importante du rendement de votre investissement. Il pourra s’agir de petites ou toutes petites entreprises non cotées, ou de très grandes entreprises cotées en bourse.



Ces autres articles devraient vous intéresser :


32 Comments

  1. qu’avez vous contres scpi? c’est plus rentable que l’assurance vie et moins risqué que d’investir dans les entreprises!

    • Je n’ai rien contre … mais il faut être très très très prudent et comprendre le marché et le moteur de la valorisation. Il est pas simple d’en faire la synthèse en quelques mots (Je consacre 23 pages du livre Investir dans l’immobilier » sur ce seul sujet des SCPI.

      Mais pour faire bref : Une très forte dépendance au niveau général des taux d’intérêt fait craindre une moins value avec la prochaine augmentation des taux d’intérêt. Mais ce n’est pas à mon sens le plus grave, car les taux vont augmenter, mais cette hausse va être faible. Ce qui m’inquiète davantage c’est la mutation de la demande des entreprises locataires : Teletravail, baisse du commerce physique au profit d’internet, nomadisme d’entreprise, obsolescence des usages et énergétiques, etc

      • rien n’est c’est sans risque, même l’investissement en entreprises! il n’y a qu’a voir ce qui se passe; fermeture et faillite d’entreprises! les scpi sont plus rentables que la location d’appartement ou le locataire peut ne pas payer!

        • Le rendement estimé en 2017 devrait être proche de 4.50% net de frais mais avant fiscalité (prélèvement sociaux à 17.20% + impôt sur le revenu selon la tranche d’imposition). Je ne crois pas que l’on puisse parler d’un rendement élevé…

          • ça dépend des scpi! pour les scpi européennes le contribuable sera exonéré de la csg a 17.2 ! quand a la location d’appartements auprès des locataires ne pas oublier les charges de plus en chères , les travaux de copropriété, la taxe foncière, l’encadrement des loyers! etc

  2. La seule chose à faire est de convertir son assurance vie en Bitcoins , il n’y en aura pas pour tout le monde , et des rendements de 500% par an pendant les 5 prochaines années au moins ne sont pas à exclure …

  3. Bonjour Guillaume,

    Quid de l’investissement sans descendants?
    Nous sommes encore jeunes, mais la question se pose: notre passion ce sont les voyages, et nous ne souhaitons pas accumuler des biens ou de l’investissement par « finalité ».
    La difficulté est de positionner l’arbitrage sur le moment où nous allons consommer notre épargne et nos investissements.

    Michel
    PS: Tenir un blog n’est pas facile, tous les articles ne se valent pas et j’ai trouvé que celui-ci fait un peu trop « placement de produit » – mon dernier livre.
    Bonne journée.

    • « Nous sommes encore jeunes, mais la question se pose: notre passion ce sont les voyages, et nous ne souhaitons pas accumuler des biens ou de l’investissement par « finalité ». »

      Vous n’avez donc pas d’autres choix que de conserver votre argent disponible pour pouvoir le consommer à terme. Le fonds euros est alors un très bon support.

      • Ou du viager à la fois sur Votre(ou vos) résidences et sur votre patrimoine financier avec certaines Banques : rémunérations jusqu’à votre mort.

      • Nous sommes dans la tranche 45-50 ans.
        Cela correspond « en gros » à ce que nous pratiquons:
        – Le risque est géré dans le PEA:
        – investissement régulier sur des ETF
        – investissement en direct sur des actions dans un but spéculatif
        – L’épargne est géré dans des contrats d’assurances vie: sur le fond en euros exclusivement.
        – L’immobilier locatif : nous sommes dans une démarche de désinvestissement (pour des raisons économiques et philosophiques :).

  4. « La réponse n’est elle pas dans le transfert de votre patrimoine à la génération suivante qui aura le temps, l’énergie et l’envie d’investir dans l’économie pour valoriser ce patrimoine ?  »
    oui, bien sûr.J ai commencé ,mais n oublions le calcul à faire en fct de :
    1/la limite des 100000 euros sur 15 ans glissants / enfant ,( en + de la donation exonere des 31865)
    2/ l avantage de l AV justement qui permet de reduire ses frais de succession, mais qui doivent etre recalculés regulierement au regard de l’actualisation de son patrimoine .
    3/ ses propres besoins à estimer vers la fin de vie et/ou de l augmentation des charges et taxes / revenus , retraite …c
    bon , on ne va se plaindre qd meme !!!

  5. Ma p’tite contribution du jour. Mais vous vous y attendiez.

    Plus je lisais cet article, et plus j’acquiesçais, me disant, flute, je me retrouve dans ce discours, par exemple que faire de mon argent aujourd’hui disponible? le dépenser en numéro1 et le donner en numéro2. Exactement ce que j’ai fait et suis en train de faire.

    Et patatras! je tombe sur ça d’abord: « Depuis des mois, je radote et suis particulièrement insistant sur l’idée qu’il faut arrêter de penser « épargne » pour penser « Investissement ». »
    Et me dis que je vais aussi radoter en disant depuis des lustres non, mais des dizaines d’années, oui, que je n’ai jamais pensé placement de mon épargne mais investissement de celle-ci. 🙂

    Et re patatras, considérer la SCPI comme un investissement, ……… je n’ai pas lu la fin, m’attendant au pire.
    Il faudrait proposer de modifier le nom des SCPI qui ne vous convient pas Guillaume et les appeler des SCII re 🙂

    Pfffff!
    Ils doivent bien rigoler les gestionnaires de ces sociétés.

  6. @Guillaume,

    Je sais que wilipedia ne dit que des âneries, mais pour une fois que je suis en accord, je ne vais pas me priver:

    Une société civile de placement immobilier (SCPI) est, en France, une structure d’investissement de placement collectif.

    « L’objet d’une société civile de placement immobilier est l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier professionnel. »
    C’est donc bien une société de placement et non d’investissement.

    « La société de gestion s’occupe de collecter de l’argent auprès de particuliers, trouver des biens dans lesquels investir, gérer ce parc immobilier et redistribuer les loyers et/ou les avantages fiscaux à ses porteurs de parts, les « associés ». »
    Ce sont donc bien eux qui investissent avec vos sous que vous avez placés, et qui empochent au passage les commissions.

    Une SCPI un investissement? Pfffffff! rigolam!

    • « Une société civile de placement immobilier (SCPI) est, en France, une structure d’investissement de placement collectif. » J’ai mal placé les guillemets

      • @Guillaume

        Pas de réponses?

        Vous n’êtes donc pas d’accord avec la définition de wikipedia?

        Pouvez-vous détailler pourquoi?

        Et éventuellement modifier cette définition, c’est possible.

        • Malheureusement, tous le monde n’est pas capable d’investir directement. Certains préfèrent passer par un intermédiaire qui lui va investir. AU delà de la question du coût de cet intermédiaire investisseur, je crois que l’on peut parler d’investissement indirect.

          Etes vous d’accord pour dire qu’une entreprise est un investisseur … c’est sa raison d’être. Lorsque je deviens actionnaire de cette entreprise, je deviens donc un investisseur indirectement. Il ne s’agit aucunement d’une spéculation de court terme dont l’objectif serait la recherche d’un valorisation à court terme du capital, l’investissement en entreprise, c’est un accompagnement à très long terme dans le modèle économique d’une entreprise. (c’est la raison pour laquelle je fais la différence entre le placement en unité de compte et l’investissement en entreprise).

          Etes vous d’accord ?

          • Partiellement oui, disons que ça va dans le bon sens.

            En reprenant mot à mot:
            « tous le monde n’est pas capable d’investir directement » dans ce cas, il place, mais n’investit pas. Les autres investissent pour lui, en prenant au passage des commissions et sans impliquer spécialement sauf cas rares le client dans ses choix. Effectivement vous me faites penser qu’il y a comme paramètre la notion de direct.

            « une entreprise est un investisseur » Bien entendu. C’est une belle définition. Je répète en permanence que le vrai propriétaire bailleur fait un bilan, en € et non en % et un CE, comme toutes les entreprises.
            La différence doit donc être marquée avec celui qui détient une SCPI qui n’est qu’un simple placement.

            « Lorsque je deviens actionnaire de cette entreprise, je deviens donc un investisseur indirectement »
            Il faut là effectivement distinguer celui qui place son argent dans une entreprise, autrement qu’en achetant via intermédiaire une simple ligne informatique et celui qui s’implique financièrement donc et physiquement dans le développement de la société. Mais un investissement indirect ordinaire ça s’appelle un Placement.

            « un accompagnement à très long terme dans le modèle économique » La durée n’intervient pas sur le mot utilisé, placement ou investissement, mais sur l’aspect fiscal du modèle utilisé.

            « je fais la différence entre le placement en unité de compte et l’investissement en entreprise » Oui, lorsqu’on s’adresse à une population informée, mais on entre là dans la nuance, et j’ai toujours préféré les choses simples.

            • Tout le monde avait compris, mais je corrige quand même ce paragraphe:

              « Lorsque je deviens actionnaire de cette entreprise, je deviens donc un investisseur indirectement »
              Il faut là effectivement distinguer celui qui place son argent dans une entreprise, en achetant via intermédiaire une simple ligne informatique et celui qui s’implique financièrement donc et physiquement dans le développement de la société. Mais un investissement indirect ordinaire ça s’appelle un Placement.

  7. Dans l’inter génération, qui est le mieux placé pour gérer le patrimoine « historique » ?.
    Chaque famille est un cas d’espèce.
    La responsabilité des parents est de transmettre cette responsabilité.
    Je parle de responsabilité car souvent le patrimoine est transmis entre les générations. Par respect (reconnaissance) pour les anciens qui ont épargnés voire se sont privés, nous devons gérer ce qui nous a été transmis.
    je ne comprends pas ceux -, ils sont nombreux- qui sous prétexte qu’ils n’en ont pas le gout sont dans une posture de passivité extrême.
    je le répète toujours …RESPONSABILITE !!!

  8. Certains assureurs donnent encore du 4,5%,contraints par des contrats dont ils voudraient bien se débarrasser. Qu’en est-il ? Pourront-ils faire sauter le verrou juridique ?

  9. jean claude says:

    ils se sont engagés contractuellement
    Au cas ou ils seraient tentés de le faire ça se terminera devant la justice qui s’est déjà prononcée en faveur des épargnants

  10. Bonjour,

    Cet article part du principe des anciens qui ont des sous à la banque en assurance-vie et propose la solution de la transmission à des plus jeunes. Et les plus jeunes, je cite, on peut faire « confiance à vos enfants et petits-enfants (alors qu’ils en ont encore l’envie et le courage) pour valoriser ce patrimoine familial. »

    Justement, pourriez vous préciser ce point sur ce que pourraient faire les jeunes motivés ?
    Car si on fait un petit tour du panorama proposé :

    Assurance-vie :
    entre sapin 2 et la baisse des fonds en euros, ce n’est pas la panacée; si on choisit les UC, on tombe donc dans le monde de fonds actions ou de la pierre papier; le rendement obtenu vaut il le risque réglementaire encouru et les commissions perçues ?

    PEL et autres placements bancaires : risque zéro, effort zéro, rendement réel négatif ou presque; en terme de valorisation de patrimoine on repassera

    LMNP en résidence de service :
    Comme exposé, tout repose sur l’intermédiaire de gestion; on donne ses sous mais ne controle rien et certains de vos articles passés sur les pratiques et dérives de ces intermédiaires ne donnent pas très envie…

    Immobilier
    Rendements moyens faibles, risques maximum sur le locataire et le réglementaire bien trop souvent négligé, effort considérables pour viabiliser le projet

    scpi
    On revient sur la notion d’intermédiaire, comme pour les société de service.

    PEA et titres
    On retombe dans le monde des actions et fonds d’action, qui pose la question des valorisations actuelles délirantes, de la pondération des indices, des milliers de trackers, etc qui ne laissent que peu d’espace à l’analyse fondamentale et saine des profils des entreprises.

    Comment valorise t on le patrimoine dans un monde de taux réels négatifs, basé sur de la dette pure et des réglementations confiscatoires ?

    • Le sujet n’est pas de dire que c’est facile, mais simplement que parfois avec l’âge on a plus envie de s’investir ou on manque d’idée.

      La jeune génération pourra investir en achetant sa résidence principale, rénovant la résidence secondaire de la famille, construisant des immeubles sur les terrains familiaux, vendant le patrimoine immobilier obsolète pour mieux réinvestir, pourra utiliser les fonds pour créer une entreprise ou prendra une part minoritaire dans une entreprise x, …

      Investir n’est pas limité aux offres de placement proposé par un commercial en gestion de patrimoine 😉 L’objet est justement d’en sortir pour aller dans la vrais vie aux opportunités multiples

    • La valorisation s’envisage sur le long terme. Il faut revenir à l’allocation d’actifs. Sur l’immobilier, il faut faire de bonnes affaires et là désolé de vous décevoir mais ce n’est pas le boulot du CGP donc il doit travailler avec un bon agent immobilier.
      Sinon, l’investissement en direct. Mais il faut que vous compreniez et connaissiez tout du secteur dans lequel vous investissez. Encore une fois sur ce point un CGP ne vous sera pas toujours très utile car ce n’est pas forcément son métier.

  11. le fond euros c’est du placement, il y a pleins d’alternatives de placement ou d’investissement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*