– Un article rédigé par Arnaud SYLVAIN, conseiller en investissement financier indépendant  –  Profitez de ces conseils indépendants lors d’un rendez vous de « gestion conseillée » pour 119€ TTC –

 
La crise financière actuelle met vos placements à rude épreuve. C’est dans ces périodes de crise que les risques que vous avez pris se révèlent. Devez-vous craindre pour votre épargne ?

« Le krach boursier de 2020 est un krach boursier qui touche les économies mondiales en mars 2020 durant la pandémie de maladie à coronavirus et en raison des désaccords entre l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie. » (Wikipédia)

Au 21 mars 2020, les grands indices boursiers (CAC 40, Euro Stoxx, Dow Jones…) ont perdu un tiers de leur valeur depuis le début de l’année. Pire, certains OPC (Organises de Placement collectif) ont perdu jusqu’à -80 %. Dans ce contexte, devez-vous craindre pour votre épargne financière ?
 

Vos craintes dépendront de la structure de votre épargne

Votre épargne doit être correctement structurée en trois catégories : l’épargne de précaution, l’épargne projet et l’épargne de long terme destinée à vous constituer un patrimoine. Si cette structure n’est pas respectée, vous pouvez craindre pour votre épargne.

  • L’épargne de précaution sert à couvrir une situation imprévue. D’un montant de 3 à 6 mois de revenus, elle doit être immédiatement disponible et placée sur des supports sans risque. Le livret A est l’enveloppe idéale pour cette épargne.
  • L’épargne projet est dédiée à des projets de moyen terme tels l’acquisition d’une résidence principale, les études des enfants, ou encore financer un voyage. Il n’est pas conseillé de placer cette épargne sur des supports risqués.

L’épargne de précaution et l’épargne projet n’ont pas vocation à être placées dans une optique de rendement. Ce sont des sommes mises de côté sans chercher à en tirer profit. Pour cette épargne, la sécurité prime sur le rendement. Cette épargne ne doit pas être investie.

  • L’épargne de long terme constitue le troisième étage de l’épargne. Elle vise à se constituer un patrimoine (la plupart du temps pour préparer sa retraite) et peut être investie. Si vous décidez de prendre des risques avec votre épargne pour obtenir un rendement significativement supérieur à celui des supports sans risque, ce ne sera qu’avec cette épargne de long terme.

Si votre épargne est correctement répartie, les fluctuations des marchés financiers n’impacteront que votre épargne de long terme. Votre épargne de précaution et votre épargne projets, placées sur des supports sans risque, ne seront pas touchées.
Il est en revanche bien évident que si vous avez investi une part trop importante de votre épargne sur des supports risqués, les conséquences peuvent être sévères. En l’absence d’épargne de précaution, vous pourriez être obligé de céder des investissements et encaisser des pertes en capital. En raison de moins-values sur vos investissements risqués, Vous pourriez aussi être contraint de reporter ou d’annuler vos projets de moyen terme.
Il est donc essentiel que votre épargne soit bien structurée et placée sur les supports correspondants. En cas de crise financière, vous conservez ainsi une épargne pour parer à tout imprévu et vos projets ne sont pas remis en cause.
 

Épargner, pour quoi faire ?


 

Vos craintes dépendront de l’allocation de vos investissements

Cette bonne répartition de votre épargne n’est cependant pas suffisante : vous devez aussi veiller à ce que vos investissements soient cohérents avec votre profil de risque et vos objectifs. Cela demande que vous soyez bien conscient que rendement et risque sont positivement liés : il n’y a pas de placement à rendement élevé et à risque faible. En conséquence, vous ne devez pas chercher le rendement maximum mais adapter vos placements à votre tolérance au risque.
Ce n’est pas le rendement qui doit guider le choix de vos placements, ce sont les risques auxquels ils vous exposent.
Si votre épargne de long terme est cohérente avec votre tolérance au risque, la matérialisation des risques de vos placements (perte en capital, absence de liquidité…) n’aura pas de conséquences insupportables pour vous. Vous subirez des pertes, latentes ou réelles, mais vous pourrez le supporter car vos investissements auront été calibrés en conséquence.
Outre une bonne répartition de votre épargne, il faut donc aussi que votre épargne de long terme ne vous fasse pas courir des risques que vous ne pouvez pas tolérer. Ainsi par exemple, vous devrez bien veiller à la répartition entre fonds en euros et unités de compte au sein de votre contrat d’assurance vie. S’il est tentant de prendre des risques lorsque la conjoncture boursière est favorable, cette prise de risque se paie lors des retournements.
Dans les périodes favorables, le risque paie. Dans les crises, il se paie. Vous devez y être préparé.
Si votre épargne est bien répartie et que vos placements de long terme sont cohérents avec votre tolérance au risque et à votre horizon temporel, vous ne devez pas craindre pour votre épargne lors d’une crise financière. Vous subirez des secousses à hauteur de ce que vous pouvez accepter. Ce ne sera pas agréable, mais pas inquiétant non plus.
La situation sera bien entendue différente si votre épargne est mal répartie et si vos investissements ne sont pas correctement alloués. Vous serez tout d’abord soumis à un risque de perte en capital bien supérieur à votre seuil de tolérance, ce qui induira des biais comportementaux qui vous feront prendre de mauvaises décisions.
 

Quelles protections pour les différents placements financiers ?

En cas de grave crise financière, certains placements possèdent des mécanismes de protection qui renforcent leur attractivité pour votre épargne de précaution ou votre épargne projet. Afin d’instaurer la confiance dans le système bancaire, des fonds de garantie ont été créés en 1999 pour garantir les avoir déposés auprès d’institutions bancaires et assurantielles qui feraient défaut.
Les liquidités qui se trouvent sur vos comptes courants ne courent aucun risque de perte en capital ni risque de marché. Elles sont couvertes par la garantie des dépôts du FGDR (Fonds de garantie des dépôts et de résolution) jusqu’à 100 000 euros en cas de faillite.
Les livrets A et Livret de Développement Durable bénéficient d’une garantie de l’Etat pour l‘ensemble des capitaux déposés. A moins ‘une faillite de l’Etat, ces produits présentent une sécurité absolue.
Les livrets bancaires ainsi que les PEL et CEL sont aussi couverts par la garantie de 100 000 euros du FGDR.
Les PEA et comptes titres sont couverts par une garantie bancaire du FGDR à hauteur de 100 000 euros pour leur partie non investie (PEA espèce). Ils sont couverts par le FGDR à hauteur de 70 000 euros pour les titres détenus.
Les contrats d’assurance vie sont garantis à hauteur de 70 000 euros par le FGAP (Fonds de Garantie des Assurances de Personnes) en cas de faillite de l’assureur concerné, de même que les PER.
 
Pas de risques inutiles, faites appel à un professionnel
Vous pouvez donc craindre pour votre épargne si celle-ci n’est pas correctement allouée. Si vous voulez éviter une telle situation, quoi de mieux que de se tourner vers un professionnel qui saura vous guider et vous accompagner dans le choix de vos placements ?
Un conseiller financier, que ce soit un conseiller bancaire, un conseiller en gestion de patrimoine (indépendant ou non), c’est comme une assurance. Lorsque tout va bien, vous n’en avez pas besoin. En revanche, en temps de crise, c’est là qu’apparaît sa valeur ajoutée.
Si vous n’avez pas jugé bon de faire appel à un professionnel pour votre épargne et que vous êtes fort dépourvu face à la crise, vous n’avez pas besoin d’une assurance mais plutôt d’un pompier. Pas de panique, un conseiller professionnel peut remplir ce rôle et vous aider à prendre les meilleures décisions.
Face à la crise financière actuelle, si votre épargne est mal répartie et que votre épargne de long terme est mal allouée, vous aurez bien compris qu’il et plus que recommandé de faire le point avec votre conseiller.

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

40 commentaires