Depuis plus de 20 ans que je navigue dans le monde de la gestion de patrimoine, on me parle du « risque » : « On n’a pas de rendement sans risque » ; « Il faut diversifier votre contrat d’assurance-vie vers des placements risqués » ; « Investissement risqué » ; …

Bref, ce mot « risque » est partout lorsque l’on s’intéresse à la gestion de son patrimoine et à ses placements.

Cela fait donc 20 ans que je fais comme tout le monde. J’utilise le mot « risque » à tort et à travers ; Cela fait surtout 20 ans que ce mot m’énerve parce que je ne le comprends pas.

20 ans que je peine à exprimer ce qu’est le risque d’un placement. 20 ans que l’on explique que le risque, c’est le risque de perdre ; Perdre ? Perdre quoi ? Qui a envie de faire des investissements pour risquer de perdre le fruit du travail d’une vie ? Pas moi, et rarement mes clients.

Personne ne souhaite investir pour risquer de perdre son capital. On investit pour valoriser son capital, pas pour le perdre.

20 ans que je déteste ce mot risque tant il est une fausse représentation de ce qu’est l’investissement.

Je viens d’avoir une révélation.

Le risque en réalité c’est ne pas accepter « le prix à payer » pour obtenir le rendement attendu d’un placement ou d’un investissement.

Cette révélation ne m’est pas venue par la grâce de je ne sais qui. Cette révélation m’est apparue à la lecture d’un livre dont je recommande chaudement la lecture tant il exprime parfaitement mon expérience et ces 20 ans d’accompagnement des personnes fortunées.

Ce livre, c’est la psychologie de l’argent de Morgan HOUSEL. Sincèrement, lisez le. Tout y est.

Cette notion de « prix à payer » est développée à la fin du livre. « Le prix à payer » est le terme parfait pour représenter ce « risque » que personne n’aime prendre et que personne ne comprend réellement.

Essayons d’approfondir ensemble ce qu’est « le prix à payer ».

Quel est le prix à payer de vos investissements ?

Le prix à payer d’un investissement, c’est la contrepartie, ce que vous devez accepterr de subir pour bénéficier du rendement élevé ou non de tel ou tel investissement.

Si vous réalisez un investissement sans être prêt à en payer le prix, vous en ressortirez perdant ! Vous n’obtiendrez jamais le rendement espéré, et surtout vous pourriez perdre une partie de votre capital.

Plus puissant que le risque dont la compréhension se limite au risque de perdre, le prix à payer permet d’exprimer la contrepartie du rendement avec des termes plus précis.

Prenons quelques exemples pour comprendre ce qu’est le prix à payer pour obtenir un rendement élevé.

1- L’investissement dans le capital des entreprises : LES ACTIONS.

Dans l’esprit collectif, le risque d’un investissement en actions, c’est la moins-value, le risque de perdre tout ou partie de son capital. Personnellement, c’est un risque que je n’accepte pas.

En revanche, en appréciant le « risque » par « le prix à payer pour obtenir le rendement », l’approche est totalement différente. Pour profiter du rendement élevé de l’investissement en actions, le prix à payer est :

  • De bloquer son capital pendant 15 à 20 ans minimum ;
  • D’accepter le stress de la variation des cours de bourse pendant cette période longue d’investissement ;
  • Réussir à investir dans un nombre suffisant d’entreprises pour éviter d’investir dans la mauvaise.

Ainsi, celui qui accepte ce prix à payer doit pouvoir espérer bénéficier du rendement très élevé de l’investissement dans le capital des entreprises via les actions.

Le véritable « risque » de l’investissement en actions n’est pas tant de « perdre de l’argent », mais plutôt de se surestimer, mal dimensionner son investissement et plus généralement de ne pas être capable d’accepter « le prix à payer » :

  • Celui qui investit en actions pour seulement 5 ou 10 ans ;
  • Celui qui n’est pas capable d’accepter avec sérénité la forte variation des cours pendant la durée de son investissement ;
  • Celui qui n’investit que dans quelques entreprises

==> Prend le risque de ne pas bénéficier du rendement élevé de l’investissement en actions et souvent même de perdre tout ou partie de son capital.

La grande majorité des épargnants investissent sur le marché actions sans être capables d’en assumer le prix à payer. Ils réaliseront donc de mauvais investissements et ne pourront pas profiter du rendement élevé de l’investissement dans le capital des entreprises.

Dommage.

2- L’investissement dans l’immobilier (locatif et/ou résidence principale).

Quel est le prix à payer pour bénéficier du rendement élevé de l’investissement immobilier locatif ? Tout comme l’investissement en actions, l’investissement immobilier est théoriquement très rentable pour celui qui accepte « le prix à payer ».

A mon sens, le prix à payer pour espérer profiter du rendement élevé de l’immobilier locatif est :

  • D’être capable d’investir sur une très longue période (15 ou 20 ans) qui permettra d’amortir les frais de transactions très élevés et un cycle immobilier qui n’est pas toujours favorable ;
  • De consacrer du temps et de l’énergie dans la gestion quotidienne de son bien immobilier et du locataire ; Il faut accepter de s’investir personnellement dans la gestion du bien ;
  • D’accepter le stress de la sélection du locataire solvable ;
  • D’investir régulièrement dans l’entretien et l’amélioration de son bien immobilier ;

Celui qui accepte ce prix à payer se donne les moyens de réaliser un investissement particulièrement rentable. A contrario, celui qui n’accepte pas le prix à payer, pourrait bien connaître un rendement final peu satisfaisant.

3- Le fonds euros du contrat d’assurance-vie. Petit « prix à payer » = petit rendement.

Si vous n’êtes pas disposé à accepter un « prix à payer », vous n’avez pas d’autres choix que de stocker votre argent dans le fonds euros du contrat d’assurance-vie.

Un placement sans prix à payer , garantie, de long terme. Néanmoins, le prix à payer sera un rendement médiocre, voir nulle.

Le seul prix à payer pour bénéficier de ce rendement faible, sera d’accepter de confier votre argent à la solvabilité de la compagnie d’assurance-vie.

Un prix à payer, faible, mais non nul.

Il n’y a pas de secret : Le rendement n’est pas gratuit !

Chacun doit être capable de sélectionner ses investissements en fonction du prix qu’il est prêt à payer. Et si vous ne voulez rien payer, vous n’aurez aucun rendement.

Surtout, et c’est le point essentiel : Celui qui investit sans accepter « le prix à payer » devra assumer le risque d’un rendement médiocre ou même d’une perte en capital.

Ce n’est pas plus compliqué que cela.

A suivre.

Besoin d'un conseil ? Découvrez nos services :
Conseil indépendant 
Bilan patrimonial
Gestion conseillée
Conférences patrimoniales
Livres et formations 
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Optimiser sa Succession
Investir dans l'immobilier

18 commentaires

Vous êtes les meilleurs ambassadeurs !

Depuis quelques mois, j'ai mis en place un système d'avis client (indépendant et certifié).
Un client vient de déposer un nouvel avis. C'est grâce à ce genre de commentaires que j'adore mon métier ! #MERCI :