Les annonces de lancement du tout nouveau PER se multiplient depuis quelques semaines. Les compagnies d’assurance vie lancent les unes après les autres leur PER (Plan d’Epargne Retraite). Il s’agit du nouveau produit d’épargne de très long terme créé par la loi PACTE qui doit permettre aux français de se constituer un capital qu’ils pourront percevoir, soit en capital, soit en rente au moment de leur retraite.

Il s’agit d’un placement de très long terme qui devrait accompagner les épargnants tout au long de leur vie active. Sur la philosophie, l’idée est plutôt bonne et vertueuse dans un moment ou la retraite par répartition est remise en question. La solidarité nationale est affaiblie et laisse à l’initiative individuelle la démarche de se constituer une retraite complémentaire. Pourquoi pas.

Si les versements volontaires effectués sur le PER sont déductibles du revenu imposable du foyer fiscal du souscripteur, la sortie en capital, tant au moment du départ à la retraite que pour l’acquisition de la résidence principale (unique cas de sortie autorisé en dehors des cas classiques d’accident de la vie), verra l’avantage fiscal annulé et le capital initialement versé imposable à l’impôt sur le revenu selon la tranche marginale d’imposition du souscripteur lors du rachat ; Les plus-values seront imposables au taux du prélèvement forfaitaire unique de 12.8%.

Bref, le PER est le produit d’épargne retraite qui est à la mode en 2020.

 

En réalité, il devrait exister deux types de PER :

  • Le PER bancaire : Commercialisé par une banque, il prend la forme d’un compte titre dans lequel il doit être possible d’investir à long terme dans des OPCVM mais également des titres en direct ; Pour le moment, je n’ai connaissance d’aucune banque qui commercialise le PER Bancaire (Pourtant, je crois qu’il y a là une véritable opportunité complémentaire du PEA) ; Le PER bancaire devrait être construit sur le modèle du PEA ou de compte titre ordinaire, sauf que les capitaux épargnés devraient être bloqués jusqu’au départ à la retraite. Il devrait donc être possible de se constituer un portefeuille d’action en direct dont la détention très long terme correspond parfaitement à la philosophie de la préparation de la retraite et de la capitalisation.

 

  • Le PER assurance-vie : Commercialisé par une compagnie d’assurance-vie, le PER Assurance-vie est construit sur le même principe que le contrat d’assurance-vie avec un fonds euros et des unités de compte. A ce titre, on peut se demander quel est l’intérêt d’un fonds euros pour un produit d’épargne à très long terme ? Je ne vois pas. Notez qu’en cas de décès du souscripteur durant la phase d’épargne, les fonds accumulés sur le contrat seront transmis hors succession, comme ce serait le cas pour l’assurance vie. Le PER Assurance est à l’image du PEA Assurance, c’est à dire la version assurance-vie du PEA ou du PER.

Pour le moment, si les compagnies d’assurance-vie se pressent pour « sortir » leur PER assurance-vie, les banques sont plus timides.

A chaque fois, le PER assurance-vie est un copié du contrat d’assurance-vie, y compris sur la question délicate des frais ! Les compagnies d’assurance-vie ont vite compris qu’elles pourront générer de belles marges sur le PER !

Hier, c’est l’AFER qui a officialisé le lancement commercial de son PER assurance-vie. Quelle déception ! Il n’y a en effet qu’une seule chose à retenir : des frais, des frais, des frais et encore des frais ! Avec autant de frais, il est impossible de trouver de la rentabilité.

Jugez par vous même les frais du PER AFER qui se veut être, en plus, l’un des moins cher du marché :

  • Frais d’entrée sur versement : 3 % maximum du montant de chaque versement.
  • Frais de gestion annuels : 1 % par an sur les unités de compte et le fonds euros. Les frais de gestion sont payés tous les ans sur le montant de l’épargne.
  • Gestion sous mandat : 1.50% de frais de gestion annuels (= Majoration des frais de gestion annuels de 0.50%)
  • Frais de transfert sortant : 1 % maximum de la somme transférée pendant les 5 ans suivant la date d’effet de l’adhésion.
  • Frais de service de la rente : 3% du montant des arrérages.
  • Frais de gestion des unités de comptes retrocédés à l’AFER : Variable selon les UC selon le tableau en lien : Cf tableau de rétrocession des unités de compte  – Les frais de gestion de l’unité de compte rétrocédé à l’AFER (ou au vendeur du PER) oscillent entre 0.50% et 1.50% par an.

Bref, l’épargnant devrait payer entre 2% et 3% de frais de gestion par année pendant toute la durée de l’épargne. Celui qui épargne 100 000€ dans un PER aura payé 2500€ par année de frais de gestion pendant toute la durée de son PER assurance-vie. C’est énorme et surtout injustifié ! (cf »Assurance vie : La révolution des parts institutionnelles et des ETF est en marche … »).

Sur internet, les frais de gestion sont plus faibles, mais ils restent très élevés. Les frais de gestion sur unité de compte sont autour de 0.60% à 0.85%, les frais d’entrée 0%, et le niveau des rétrocessions sur unités de compte reste le même (sauf pour les ETF, mais c’est là un autre débat – Faut il se méfier des ETF par simple principe de précaution et suivre son intuition de bon sens ?).

On comprend mieux pourquoi les compagnies d’assurance-vie trouvent formidable ce nouveau PER.

Ces frais trop élevés ne permettront pas à l’épargnant de tirer pleinement profit de la performance de ses investissements de long terme.

Le salut du PER viendra t’il du PER bancaire et de la possibilité d’y investir sur des actions en direct ? Mais dans cette hypothèse, il devient un mauvais concurrent du PEA dont les plus-values sont exonérées d’impôt sur le revenu après simplement 5 années de détention et dont la rente viagère n’est pas imposable à l’impôt sur le revenu  ! (cf »Le meilleur placement d’épargne retraite n’est pas le PER ou l’assurance-vie, c’est le PEA ! »)

Seul avantage du PER Bancaire par rapport au PEA pourrait être la possibilité d’investir en dehors de la zone euro et sur des titres autres que les actions. Mais faut il encore que les banques se lancent dans la commercialisation du PER bancaire ; Au regard de la structure des frais, elles devraient prioriser le PER Assurance-vie.

 

Allez vous ouvrir un PER ?

Ps : N’oubliez pas de cliquer sur « valider mon vote » pour une bonne prise en compte de votre voix

 

Coming Soon
Allez vous ouvrir un PER ?
Allez vous ouvrir un PER ?
Allez vous ouvrir un PER ?

 

A suivre …

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


7 Comments

  1. Vous ne pouvez pas dire qu’il y aurait 2500€ de frais par an sur le Per que vous citez. Le capital étant constitué petit à petit tout au long de la période de cotisations. Dans votre exemple, c’est comme si le capital était de 100000€ dès le début…

  2. Le fonds en euros est nécessaire pour sécuriser progressivement l’épargne avec l’approche de l’âge de la retraite.
    C’est ainsi que fonctionnent la plupart des contrats de retraite supplémentaires actuels (PERE, Article 83)

  3. Je cite : Bref, l’épargnant devrait payer entre 2% et 3% de frais de gestion par année pendant toute la durée de l’épargne.
    Non…. Vous n’avez rien compris !!!
    Vous additionnez des frais qui ne s’appliquent jamais simultanément… (gestion simple et sous mandat)… Quant aux frais sur rente, l’assiette est la rente et non l’épargne…

    • Guillaume FONTENEAU says:

      Et bien si justement :

      1% de frais de gestion du contrat d’assurance vie

      +

      2% de frais de gestion de l’OPCVM (Unité de compte)

      = 3% par année alors que le potentiel de performance de l’indice sous-jacent est de 6% !

      Il ne reste plus rien pour l’épargnant !

  4. Parfaitement vrai Guillaume ! Pour travailler dans le secteur bancaire je peux vous dire quetrès rare sont les clients qui gagnent de l’argent avec tout ces produits gorgés de frais .

    Ex allocation long terme 50% action/50%obligation d’état , investissement sur 30 ans avec les niveaux de valorisation actuelle :

    -Rendement espéré long terme =0.5×4.5(rdnt action)+0.5×0.7(rdmnt oblig LT)=2.6%/an

    -Les frais de gestion = 1% ; les frais de gestion de l’UC=2% ; je ne tiens même pas compte des frais d’entrée 😉

    Résultat pour le client au bout des 30 ans : 2.6-3= -0.4%/an = -12%

    CQFD

    PS : Posez-vous la question , est-ce qu’on vous vend tous ces produits dans votre intérêt 😉 ?

  5. Gilles.DR315 says:

    Attention aussi aux options basés sur la prévoyance. (exemple exonération de cotisation en cas d’arrêt de travail)
    je prends l’exemple des contrats retraite Madelin sans transparence sur le coût. Les PERin vont suivre la même tendance. Le client devra bien prendre conscience de ce qu’il paye en plus (çà peut aller jusqu’à 8%) des primes investis, comme à l’époque sur les contrats mixtes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.