La question du paiement des cotisations sociales pour les propriétaires qui louent leur logement en meublé est un sujet d’une rare complexité sur laquelle je vous propose de revenir en détail.

Les choses pourraient être simples, elles ne le sont malheureusement pas : L’affiliation à l’URSSAF ou au régime de la sécurité sociale des indépendants (SSI qui remplace le RSI) ne suit pas la qualification fiscale de la location meublée. La qualification de loueur en meublé professionnel ne suffit pas à déterminer si le loueur en meublé devra payer des cotisations sociales à l’URSSAF ou SSI à la place des prélèvements sociaux.

Une lecture attentive de l’article L611-1 du code de la sécurité sociale permet de comprendre la subtilité du sujet. Sont affiliés au régime de la sécurité sociale applicable aux travailleurs indépendants :

Les personnes exerçant une activité de location de locaux d’habitation meublés dont les recettes sont supérieures à 23000€, lorsque ces locaux sont loués à une clientèle y effectuant un séjour à la journée, à la semaine ou au mois et n’y élisant pas domicile, sauf option contraire de ces personnes lors de l’affiliation pour relever du régime général dans les conditions prévues au 35° de l’article L. 311-3 du présent code, ou lorsque un membre du foyer fiscal au moins est inscrit au registre du commerce et des sociétés en qualité de loueur professionnel ;

 

Ainsi, doivent être affiliés au régime de la sécurité sociale des indépendants et payer des cotisations sociales :

  • Les loueurs en meublé qui exercent l’activité de location saisonnière, définit comme la location de locaux à une clientèle y effectuant un séjour à la journée, à la semaine ou au mois et n’y élisant pas domicile dès lors qu’ils réalisent plus de 23 000€ de recettes d’exploitation. Attention, il s’agit bien des recettes, c’est à dire de la somme des revenus perçus, charges incluse. Il ne faut pas confondre recettes et bénéfice imposable.

 

  • Les loueurs en meublé qui exercent l’activité de location longue durée (= Location de la résidence principale du locataire, y compris les locations meublées pour les étudiants) dès lors que l’exploitation génère plus de 23 000€ de recettes par année civile ET que le propriétaire ou un membre de son foyer fiscal est inscrit au RCS en qualité de loueur professionnel.

 

Les loueurs en meublé qui exercent l’activité de location saisonnière dès lors qu’ils réalisent plus de 23 000€ de recettes d’exploitation.

Il n’est ici plus question de distinction entre location meublée professionnelle ou location meublée non professionnelle ; Le loueur en meublé en location court durée, qu’il soit professionnel ou non professionnel, devra payer des cotisations sociales à l’URSSAF dès lors que cette exploitation génère plus de 23 000€ de recettes par année civile.

Néanmoins, depuis la réponse ministérielle PELLOIS, lorsque la location saisonnière est réalisée par l’intermédiaire d’une agence immobilière disposant de la carte G, l’affiliation à l’URSSAF n’est plus exigée, elle est remplacée par les prélèvements sociaux (Location meublée saisonnière : Pas de cotisations sociales (ex RSI) en cas de location par le biais d’une agence professionnelle avec mandat de gestion).

Ainsi, La réponse ministérielle PELLOIS (Rép. min. n° 3619 : JOAN, 10 juill. 2018, p. 6122, Pellois H.) nuance le texte voté dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale en excluant du paiement des cotisations sociales de la sécurité sociale des indépendants, les loueurs non professionnels qui exerceraient cette activité de manière indirecte, c’est à dire par le biais d’une agence professionnelle bénéficiaire d’un mandat de gestion. Ces derniers sont alors considérés comme gestionnaire de leur patrimoine privé et devront s’acquitter des prélèvements sociaux au taux de 17.20%.

 

Vous noterez :

Que ces loueurs en location saisonnière ou courte durée doivent cotiser à l’URSSAF, mais qu’ils peuvent également opter pour une cotisation au régime général de la sécurité sociale (= régime de sécurité sociale des salariés). L’option pour le régime général est réservée au loueur dont les recettes sont inférieures à 82 000€ par année civile. Les cotisations à l’URSSAF ou au régime général sont calculées en pourcentage du bénéfice réalisé, c’est à dire après déduction des charges et autres amortissements.

Que ces loueurs en location saisonnière peuvent opter pour le régime social des auto-entrepreneurs. C’est le régime social des micro-entrepreneurs. Cette option pour le régime social des auto-entrepreneurs est réservé au loueur en meublé dont les recettes sont inférieures à 70 000€. Le montant des cotisations URSSAF est calculé par pourcentage sur les recettes réalisées (et non sur le bénéfice). Le taux de cotisation sur le chiffre d’affaire des locations meublées de tourisme est de 6% du chiffres d’affaires.

 

Tableau de synthèse des cotisations sociales pour les locations meublées de courte durée

Seuil rendant l’affiliation obligatoire 23 000 €
Régimes Micro-entrepreneur Travailleur indépendant Régime général
Maximum 70 000 € pas de limite 82 800 €
Pour s’affilier autoentrepreneur.urssaf.fr guichet-entreprises.fr Urssaf.fr
Pour déclarer autoentrepreneur.urssaf.fr net-entreprises.fr Urssaf.fr
Base déclarée Recettes Bénéfices Recettes

 

 

Les loueurs en meublé qui exercent l’activité de location longue durée dès lors que l’exploitation génère plus de 23 000€ de recettes par année civile ET que le propriétaire ou un membre de son foyer fiscal est inscrit au RCS en qualité de loueur professionnel.

Cette seconde catégorie de loueurs en meublé qui seront obligatoirement affiliés au régime de la sécurité sociale des indépendants (SSI) intéressera les loueurs en meublé qui proposent à la location un logement qui dans lequel le locataire y affectera son domicile. C’est la location longue durée.

Dans les faits, nous avons à nouveau un déconnexion avec le régime fiscal de la location meublée et la distinction entre location meublée professionnelle et non professionnelle. Dans les textes, sont obligatoirement affiliés à la sécurité sociale des indépendants et devront payer des cotisations sociales :

  • Les loueurs en meublés dont les recettes sont supérieures à 23 000€

et

  • Dont un membre du foyer fiscal est inscrit au RCS en tant que loueur professionnel.

Dans la pratique, seuls les LMP (Loueurs en meublé professionnels) étant inscrits au RCS, nous avions pour mauvaise habitude d’expliquer que tous les LMP devaient payer des cotisations sociales au RSI (Régime social des indépendants) devenu SSI (Sécurité sociale des indépendants).

Depuis le 08 février 2018, cette mauvais habitude s’est révéler au grand jour. En effet, et nous vous l’expliquons dans cet article « Les nouveaux critères de la location meublée professionnelle (LMP) depuis le 08 février 2018« , le conseil constitutionnel considère, pour apprécier la différence entre location meublée professionnelle et location meublée non professionnelle, que l’inscription au RCS ne peut être une condition exigible.

L’activité de location meublée n’étant pas considérée comme l’exercice d’un acte de commerce, l’inscription au RCS est aléatoire et laissée au bon vouloir du greffe du tribunal de commerce créant une source d’iniquité entre les contribuables.

Depuis cette date, les loueurs en meublés professionnels (LMP) sont ceux qui louent des logements en meublés qui génèrent plus de 23 000€ de recettes et pour qui ces recettes sont supérieures aux revenus professionnels imposables.

Cet arrêt du conseil constitutionnel est alors source d’incertitudes pour le loueur en meublé :

 

Première hypothèse : Le loueur en meublé non professionnel devenu automatiquement professionnel du simple fait de la suppression de la condition d’inscription au RCS doit il également considérer être affilié à la sécurité sociale des indépendants.

Le loueur en meublé non professionnel devenu automatiquement professionnel du simple fait de la suppression de la condition d’inscription au RCS doit il également considérer être affilié à la sécurité sociale des indépendants. Si la condition est considérée comme inconstitutionnelle pour le code général des impôts, ne doit elle pas l’être également pour le code de la sécurité sociale qui y fait directement référence.

Dans une telle hypothèse, tous les loueurs en meublés, professionnels ou non professionnels,  dont les recettes excèderaient 23 000€, deviendraient automatiquement affiliés à la sécurité sociale des indépendants et devraient payer les cotisations sociales y afférents. 

Les conséquences sont tellement importantes que l’hypothèse en devient peu crédible.

 

Seconde Hypothèse : Selon qu’il est inscrit ou non au RCS, le loueur en meublé devra payer des cotisations sociales ou des prélèvements sociaux

Le loueur en meublé professionnel, c’est à dire celui dont les recettes d’exploitation en meublée sont supérieures à 23 000€ et lorsque celles-ci sont supérieures aux revenus professionnels de l’exploitant, pourrait être affilié au régime de la sécurité sociale des indépendants selon qu’il est inscrit au RCS ou non.

Ainsi :

  • Le loueur en meublé professionnel (LMP) inscrit au RCS serait toujours affilié à la sécurité sociale des indépendants ;
  • Le loueur en meublé professionnel (LMP) non inscrit au RCS serait redevable des prélèvements sociaux et ne serait donc pas affilié à la sécurité sociale des indépendants.
  • Le Loueur en meublé non professionnel (LMNP) inscrit au RCS mais donc les recettes ne seraient pas supérieures à ces autres revenus professionnel serait automatiquement affilié à la sécurité sociale des indépendants dès lors que les recettes d’exploitation sont supérieures à 23 000€.

Bref, la situation est d’une incroyable complexité. Il semble d’ailleurs peu probable, à mon humble, avis, que les choses restent en l’état. Nous pourrions légitimement nous attendre à une clarification de la situation dans les prochains mois.

Cette clarification prendre t’elle la forme d’une obligation d’inscription au RCS pour certains loueurs en meublé (cf »Vers l’inscription au RCS obligatoire pour certaines locations meublées en LMNP ou LMP?« ) ou la suppression pure et simple du régime fiscal de la location meublée au profit d’une imposition selon le droit commun des bénéfices industriels et commerciaux ? Seul l’avenir nous le dira.

Devant de telles incertitudes, il m’apparaît peu raisonnable de s’engager dans des stratégies d’optimisation sociale qui consisteraient à devenir loueur en meublé professionnel (LMP) sans inscription au RCS afin d’atteindre le meilleur des deux mondes : Le régime de la location meublée professionnelle avec l’imputation des déficits sur le revenu global et exonération des plus-values après 5 années d’exercice sans affiliation à la sécurité sociale des indépendants.

A suivre.

 

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


27 Comments

  1. Cédric says:

    Une petite précision pour les locations meublées de courte durée : les recettes issues de biens confiés en gestion à une agence (carte G) ne sont pas prises en compte (http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-3619QE.htm)

  2. julien bonnetouche says:

    Bon travail Guillaume !!
    c’est très clair.

    Je suis LMP inscrit au RCS et suite à votre article d’hier, j’hésitais sur le choix ; j’ai même questionné moi expert comptable là dessus.

    Je n’ai pas encore de réponse bien sur, mais je vais rester sur mon statut actuel en attendant de voir.

  3. Bonjour,

    Je suis perdu. Malgré votre bel article je ne sais plus que faire.
    Je suis lmnp depuis 4 ans.
    Pour 2018 j’ai perçu 32000 euros de loyers. Mes revenus professionnels sont de 19000 euros par an.
    Je suis donc sensé devenir lmp ? Et devrai cotiser 1600 euros au rsi ?
    Merci de bien vouloir me dire que faire !

  4. Il y a toujours la possibilité de remettre en location nue une partie des biens…

    • Merci pour l’idée !
      Cependant, pour 2018 c’est trop tard.
      En location nue, ça me fera du coup des revenus et j’y perdrai pas mal (apl…. Etc)

  5. Rebonjour,
    Qu’en est il en cas de revente d’un bien dans le cadre d’une sarl?
    Rsi sur la plue value?
    Merci de votre retour

  6. Bonjour, Tout comme Matt, de quoi être perdu !
    Je suis déjà inscrit au RCS et SSI auto-entrepreneur : prestation de services.
    Faut il que je m’inscrive une deuxième fois auto-entrepreneur pour mes locations meublé de tourisme classé si + 23 ke par an ?
    Est il autorisé 2 inscriptions au RCS auto-entrepreneur en simultané ?
    Merci d’avance pour votre retour ou avis.

  7. Si on doit payer les charges sociales rsi ( 30%).
    Elles sont totalement déductible du bénéfice imposable?

    Actuellement le bénéfice en lmp est imposé comme en lmnp? Csg et pas de rsi?

  8. Bonjour,
    puis je différencier les deux? A savoir la location meublée longue durée et la location meublée courte durée (saisonnière)? Car moi je fais les deux et pour le calcul des 23000 de seuil je peux différencier les 2 ou je dois tant pis mettre tout dans le meme sac, dans le meme calcul?
    Merci de votre aide précieuse.

  9. Bonjour,
    En parlant de rsi.
    De quel taux parle-t-on ? 30%, 40% ?
    Pour 15000 de bénéfices, combien devrait on payer?
    Pas moyen de trouver de simulateur.
    Sachant que c’est déductible, l’imposition n’est pas forcément nettement supérieure puisque du coût plus de 17,2% de csg que partiellement déductible.
    Par contre comment cela se passe-t-il en-cas de vente, notamment en sarl à l’ir ?
    Certes il n’y a plus de plus-value fiscale au bout de 22ans, mais qu’en est il du rsi sur les plus-values (amortissement compris)
    Après tout en-cas de décès l’assurance est un revenu exceptionnel taxé
    Merci de votre retour

  10. Sylvain says:

    Petite question subsidiaire:
    Admettons que quelqu’un salarié en France gagne 40000 euros, et génère 30000 euros en location meublée. Si cette personne part à l’étranger et se retrouve non résident fiscal (donc zéro revenu salarié en France), est-ce qu’il est qualifié LMP? ou est-ce que son revenu salarié à l’étranger est pris en compte?

    • Christine HÉLARY says:

      Le ministre a répondu à cette question. Seul les revenus salariés en France sont considérés. Donc oui, si les revenus de locations sont de plus de 23,000 et sont les seuls revenus en France, on est forcément LMP.

  11. Bonjour,
    Au titre de l’année 2019, voici ma situation personnelle: je pense que des personnes comprendrons mieux avec ce cas:

    Salaires 60 000,00 € nets annuels imposables.
    Location meublées longues durées : 95 000,00€ déficit de 30 000,00€ avec UN RCS donc LMP.

    Mes cotisations SSI (ex-RSI) sont déterminées comment (assiette) et à quel taux?
    Merci à vous

  12. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article. Vous écrivez  » Le loueur en meublé en location court durée, qu’il soit professionnel ou non professionnel, devra payer des cotisations sociales à l’URSSAF dès lors que cette exploitation génère plus de 23 000€ de recettes par année civile. »

    J’ai une question sur ce sujet. Dans l’hypothèse de location LMNP « mixte » c’est à dire longue durée (mettons pour 20000€ de revenus) et de courte durée (10000€ de revenus) soit, 30000€ de recettes au total => est ce que l’on doit payer des cotisations sociales à l’URSSAF?

    Merci pour votre réponse,

    Cordialement

  13. Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article. Vous écrivez  » Le loueur en meublé en location court durée, qu’il soit professionnel ou non professionnel, devra payer des cotisations sociales à l’URSSAF dès lors que cette exploitation génère plus de 23 000€ de recettes par année civile. »

    J’ai une question sur ce sujet. Dans l’hypothèse de location LMNP « mixte » c’est à dire longue durée (mettons pour 20000€ de revenus) et de courte durée (10000€ de revenus) soit, 30000€ de recettes au total => est ce que l’on doit payer des cotisations sociales à l’URSSAF?

    Merci pour votre réponse,

    Cordialement

    • Effectivement c’est une tres bonne question?
      Je mis perds completement pour ma futur imposition 2019 qui arrive, je ne sais pas quoi faire ni si je deviens LMP d’office ou pas.
      Comme vous je suis en mixte en Location meublée, 20000 en courte durée de revenus et 12000 euros en longue de durée de loyers. Je suis salarié à hauteur de 30000 euros par mois et je ne suis pas inscris au RCS. Donc est ce que je passe d’office LMP? Est ce que je dois payer de l’URSAFF?
      C’est tres compliqué la dessus, on lit tout et son contraire.
      Merci pour ce formidable article qui nous questionne aussi du coup.
      Merci à ceux qui peuvent m’éclairer plus en détail, peut etre a t§on plus de précision aujourd’hui.

  14. Mathilde says:

    Merci Guillaume, intéressant et cela légitime mon sentiment de confusion !

    Dans le cas suivant : si je loue des biens en meublé long terme (plusieurs mois/années), avec chiffre d’affaire annuel entre 35,000 et 50,000 EUR (loyers, sans autres revenus), en rentrant dans les deux conditions LMP.

    1) en LMP, je ne trouve pas sous quelle type d’activité (et donc si cotisations sociales / URSSAF calculées à 22% ou à 12,8%) la location meublée rentre.. ? Par exemple, dans un simulateur (https://mon-entreprise.fr/simulateurs/auto-entrepreneur) je choisis activité « Commerciale ou industrielle », puis, si je choisis « activité de prestation de service » (l’alternative est « achat-vente de biens »), je dois ensuite indiquer si ‘oui’ ou ‘non’ c’est activité de restauration ou d’hébergement. Qu’est-ce qui est considéré pour la location meublée long terme ?

    2) suis-je obligatoirement considérée en LMP même si non être inscrite au RCS (et est-ce automatique ou je dois faire une certaine démarche) ou puis-je rester en LMNP ?

    3) l’option de s’affilier au régime général de la sécurité sociale pour recette de location meublée ne dépassant pas 82 800 € est-il possible en LMP ou c’est uniquement pour LMNP ?

    Un grand merci par avance pour vos clarifications !

    • Michel 2 says:

      Vous allez trouver votre bonheur dans cette nomenclature.

      file:///C:/Users/USER/Downloads/Nomenclatures_NAF_et_CPF_Edition_2019.pdf

  15. Gwenaël says:

    Bonjour,

    Il semble que ce débat ait été tranché et que le statut LMP devienne automatique dès que les revenus dépassent 23k et la moitié des revenus du foyer.
    Donc dans mon cas qui ne travaille plus et genère environ 50k de recettes avec mes appartements, je comprend que je suis automatiquement LMP cette année c’est exact?

    Faisant de la location longue durée (baux d’un an), quel pourcentage de cotisations sociales dois je payer et sur quelles bases (revenus locatifs/charges à déduire?/amortissements à déduire?) ?

    En vous remerciant pour votre retour car je suis très inquiet, si je dois payer 25 à 40% (je n’ai trouvé nul par un chiffre précis d’ailleurs avec des palliers etc..) de cotisations sociales sur les recettes moins les charges sans prise en compte de l’amortissement, c’est tout le bénéfice final qui s’envole..

    Gwenaël

    • Michel 2 says:

      Normalement depuis juin 2019, vous n’êtes pas (plus) assujetti aux cotisations SSI (ex RSI).

      Par ailleurs la condition de loyers supérieurs aux revenus s’adresse aux revenus PROFESSIONNELS. Si vous n’avez pas de revenu du tout la qualité « professionnel » n’est pas respectée donc …..???

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine