Depuis quelques années, j’insiste, parfois lourdement sur la mutation du marché immobilier avec la mise en avant de la notion d’accélération de l’obsolescence immobilière.
Cette notion que nous développons de manière exhaustive dans notre livre « Investir dans l’immobilier » devient de plus en plus simple à comprendre au gré de sa concrétisation.
L’exemple récent de l’engagement du gouvernement à supprimer toutes les chaudières au fioul dans un horizon de 10 ans est parfait : du jour au lendemain, tous les acquéreurs de biens immobiliers vont prendre conscience que l’achat d’une maison avec un chauffage au fioul est une erreur. De manière assez intuitive, ces derniers négocieront une baisse du prix de vente de la maison afin de tenir compte des 15 000€ ou 20 000€ qui seront nécessaires pour la remplacer.
CQFD : du jour au lendemain, les maisons chauffées au fioul subissent une perte de valeur fonction du montant des travaux qui devront être engagés. Les propriétaires qui voudraient maintenir la valeur patrimoniale de leur maison n’auront donc pas d’autres alternatives que de faire changer le mode de chauffage de leur maison.
 
 
L’indispensable prise en compte de l’accélération de l’obsolescence immobilière
Dans les prochaines années, avec l’adoption des nouvelles normes de construction et notamment de la maison à énergie positive (RT2020), nous pourrions assister à une accélération forte de cette obsolescence immobilière : Les futurs candidats acquéreurs exigeront toujours plus de qualité… et la valeur des maisons ou immeubles qui ne respecteraient pas ces normes de confort devrait baisser à proportion des travaux nécessaires.
Mais attention, l’obsolescence immobilière ne concerne pas que la qualité énergétique de votre logement. L’obsolescence immobilière, ce sont aussi tous les changements d’usage liés aux évolutions de la société.
Par exemple, l’obsession à lutter contre la pollution automobile ne va-t-elle pas faire évoluer la demande des candidats acquéreurs au bénéfice d’une plus grande proximité des centres urbains ? N’allons-nous pas assister à la remise en cause de l’étalement urbain afin de réduire les distances parcourues par des véhicules polluants ?
Dans le même ordre d’idée, l’avènement du télétravail (qui est également une solution pour réduire les temps de déplacement et la pollution) ne peut-il pas au contraire encourager une relocalisation des travailleurs dans des zones où la qualité de vie est meilleure ? Dans un tel contexte, l’élargissement de la loi PINEL aux investissements dans l’ancien avec travaux dans les villes moyennes n’est-il pas cohérent ?
 
Au final, l’obsolescence immobilière bouleverse complétement le marché immobilier en obligeant le candidat à l’investissement immobilier à réfléchir à la future valeur d’usage de son investissement immobilier !
Chacun doit essayer d’anticiper les évolutions futures de la société pour se donner les moyens de ne pas faire un mauvais investissement. C’est là une partie importante de nos réflexions pendant les 100 premières pages de notre livre « Investir dans l’immobilier« 

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

39 commentaires