Autre mesure importante d’Emmanuel MACRON après la mauvaise nouvelle de la non indexation des retraites sauf pour les « petites » retraites, le président semblait vouloir annoncer une baisse de l’impôt sur le revenu pour les contribuables imposés au début de la tranche à 14% financée par la hausse de l’impôt des contribuables imposés à la tranche supérieure via une nouvelle baisse des niches fiscales.
Le président semblait aussi vouloir insister sur la nécessite de « travailler davantage ».
 

Une hausse d’impôt via la suppression de niches fiscales pour financer un nouveau barème de l’impôt sur le revenu

Selon les informations publiées par Médiapart, le taux d’imposition de 14% pourrait être remplacé par 3 taux et le mécanisme de la décote supprimé afin d’améliorer la progressivité de l’impôt sur le revenu. Médiapart évoque une baisse d’impôt pour un montant d’un milliard d’Euros concentrée sur les contribuables qui seraient au milieu de la tranche à 14%.
Mais pour financer cette baisse de l’impôt sur le revenu, payé par seulement 43% des contribuables, le gouvernement semble vouloir augmenter l’impôt sur le revenu (de ceux qui en payent déjà beaucoup trop) via une nouvelle la suppression de niches fiscales.
Bref, l’impôt sur le revenu risque d’encore augmenter pour les contribuables qui ont déjà l’impression de payer beaucoup d’impôt. Aujourd’hui seuls 43% des contribuables payent de l’impôt sur le revenu… quel sera ce taux demain ?
La révolte fiscale des #giletsjaunes va se transformer en hausse d’impôt ! C’est extra-ordinaire !
 

De la nécessité de travailler davantage …

Mais ce n’est pas tout. Le président évoque également la nécessité de « travailler davantage ». Enfin le président semble insister sur l’idée selon laquelle nous devrions « travailler davantage » pour financer ces baisses d’impôt. Certains médias avancent l’idée de travailler gratuitement à l’occasion d’un ou deux jours fériés (comme c’est déjà la cas pour la journée de solidarité du lundi de la pentecôte) ou encore de revenir sur les 35h.
Il s’agit, ni plus, ni moins que de payer plus d’impôt ! Travailler plus sans gagner plus est une autre manière de payer des impôts. S’il s’agit de mettre fin aux 35H, il s’agit de travailler gratuitement pour son employeur ; S’il s’agit d’une nouvelle journée de solidarité, il s’agit de travailler gratuitement pour les caisses de l’état.
En effet, le mécanisme de la journée de solidarité du lundi de la pentecôte pourrait être simplifié comme étant une journée de travail gratuit au profit de l’état. « Depuis 2004, le lundi de Pentecôte férié est en effet une journée de solidarité non payée pour les salariés. C’est-à-dire que l’employeur verse à l’Etat ce qu’il aurait dû verser au salarié. Cette contribution solidarité autonomie (CSA) s’élève à 0,3 % de la masse salariale de l’entreprise. Cette contribution est collectée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), également créée par la loi de 2004. » explique un article publié dans le parisien.
Travailler plus, sans gagner plus ! est tout simplement une nouvelle manière de payer plus d’impôt.

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

54 commentaires