J’ai bientôt 39 ans. Je fais partie de cette génération qui est arrivée sur le marché immobilier après l’envolée des années 2000. Certains de ma génération expliquent que nous sommes les victimes de la bulle immobilière des années 2000, ceux qui ne pourront jamais se constituer un patrimoine immobilier élevé et que la génération précédente s’est enrichie sans effort sur le dos des générations futures.

Ainsi, une forme de jalousie intergénérationnelle s’installe et le point goodwin est atteint avec l’utilisation permanente du terme « Ok Boomer » par les jeunes d’aujourd’hui.

L’optimisme et la capacité de s’investir dans le futur sont indispensables.

Je ne partage pas du tout cette vision. Vivre dans la jalousie du passé et dans la frustration permanente ne permet pas d’avancer et de s’investir dans le présent. Je ne crois pas que les choses étaient plus faciles avant ; Chaque génération à des opportunités ; Chaque génération à ses difficultés. Rien n’est jamais facile.

Se construire un patrimoine est avant tout une question de posture. Celui qui vit dans la jalousie et dans le « c’était mieux avant » n’arrive pas à s’investir dans la vie présente et passe à côté des opportunités offertes à sa génération. Que penser de tous ces jeunes qui reprochent aux générations d’avant d’avoir détruit l’environnement, qui se construisent dans ce ressentiment et oublient qu’ils jouissent d’une aisance et de la vie facile héritées du travail acharné de ceux qu’ils accusent. C’est tellement facile de reprocher aux autres ce que nous ne sommes pas capables de construire.

Gérer son patrimoine doit s’envisager dans la même dynamique positive. On ne peut construire un patrimoine dans la jalousie. Pour se construire un patrimoine, il faut être optimiste, opportuniste et être capable de profiter des opportunités offertes à chacun pour créer de la valeur. On ne construit rien dans le ressentiment et la jalousie du passé.

Réussir n’est pas une question de génération, c’est une question de posture. Dans une même génération, il y a toujours ceux qui réussissent et ceux qui n’arrivent jamais à rien.

Depuis 16 années que j’exerce ce métier passionnant, cette posture, cette volonté d’avancer, de s’investir, cet optimisme permanent et la naïveté de croire que l’avenir est favorable est le point commun partagé par nombre de mes clients.

Le travail. Pour se construire un patrimoine, il faut beaucoup travailler.

Ceux qui réussissent à se construire un patrimoine ont souvent un point commun : Ils ne sont pas posés 1000 questions existentielles pour savoir s’il était rationnel de faire tel ou tel choix. Ils l’ont fait. Ils se sont trompés, ils ont fait des erreurs, ont beaucoup travaillé, beaucoup travaillé et encore beaucoup travaillé. Il n’y a aucun secret.

Cette seconde qualité n’est pas dans l’ère du temps tant la mode est à la rente et au vain espoir de vivre dans l’aisance financière sans travailler. Malheureusement, j’ai une mauvaise nouvelle. Je n’ai jamais rencontré un client qui n’ait construit son patrimoine sur le travail (ou sur le travail de ses aïeux).

Le travail est au cœur de tous les patrimoines. Le travail qui permettra de dégager un revenu suffisant pour épargner, emprunter et investir ; Le travail qui permettra de créer une valeur entrepreneuriale élevée pour celui qui saura créer et développer une entreprise rentable.

Le travail est au cœur de tous les patrimoines. Le reste n’est qu’illusion et mensonge.

La naïveté. Pour se construire un patrimoine, il faut agir et moins réfléchir.

Comme écrit juste avant, pour se construire un patrimoine, il faut arrêter de se poser 1000 questions existentielles pour savoir si c’est le bon moment ou si c’est la bonne décision. Il faut agir. Et pour agir, il faut un peu de naïveté et arrêter de réfléchir. En effet, plus on réfléchit, moins on agit.

C’est là une discussion parfois difficile que j’entretiens avec mes clients ingénieurs; Les ingénieurs sont des mathématiciens, souvent des hommes brillants qui ne peuvent pas prendre une décision qui ne soit pas validée par une théorie mathématique aboutie ou un tableur excel.

Au final, ils tombent trop souvent dans le piège de l’inaction car plus ils travaillent sur le tableau excel, moins ils arrivent à prendre un décision. Par exemple, l’achat d’une résidence principale, qui pourtant est à la base de tout patrimoine, est un passage à l’acte compliqué tant il s’agit d’un investissement irrationnel et non rentable sur excel.

Se constituer un patrimoine suppose d’être capable d’écouter son bon sens et de prendre des décisions qui ne sont pas rationnelles ou validées par une simulation excel. Il faut être capable de prendre des risques et accepter l’aléa de ne pas savoir.

Une partie non négligeable de mes clients est devenue riche de manière involontaire. Leur patrimoine est le résultat de choix de vie, de décisions irrationnelles à l’époque, mais qui se sont avérées excellentes avec le temps, leur talent et surtout le travail injecté pour valoriser la décision.

S’il était possible de se construire un patrimoine élevé à partir d’une feuille excel… alors tout le monde ferait fortune. La prise de risque et l’acceptation de l’aléa sont indispensables pour vivre sereinement son patrimoine à long terme.

La prise de risque et l’aléa suppose une forme de naïveté et d’inconscience qui seules permettent de supporter le stress temporaire que cela engendre.

Optimisme, Travail et Naïveté.

Et selon vous : quelles sont les qualités indispensables pour se construire un patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com vous conseille dans la gestion de votre patrimoine
Bilan patrimonial
  • Conseil en gestion de patrimoine INDÉPENDANT
  • Un tarif unique de 119€ TTC, sans surprise
Découvrir le service
Accompagnement patrimonial
  • Un forfait de 3 ou 5 heures pour bénéficier d’un conseil patrimonial dans le temps

Découvrir le service
Livres et formations

3 livres pour vous former et apprendre à gérer votre patrimoine

Découvrir les livres

52 commentaires