La transmission d’un patrimoine familial est un objectif dont l’importance est majeure pour nombre d’entre vous. Vous avez à cœur de transmettre à vos enfants et vos petits enfants ce patrimoine que vous avez construit ou développé pendant toute votre vie.

Malheureusement, on a coutume de dire que la première génération construit le patrimoine, la seconde le développe alors que la troisième le détruit et le gaspille.

Force est de constater que le plus important n’est pas dans la transmission de la richesse financière ou immobilière, mais bel et bien dans la transmission d’un savoir être et d’un savoir faire qui permettront à vos enfants de ne pas avoir besoin de votre héritage pour réussir leur vie.

Réussite qui pourrait être économique ou non, il ne s’agit là que d’une perception de l’importance des choses.

 

La première génération construit le patrimoine, la seconde le développe alors que la troisième le détruit et le gaspille.

La première génération sera partie de zéro et se sera construit un patrimoine élevé à force de travail, d’audace et d’un train de vie inférieur à son pouvoir d’achat (et d’un peu de chance liée à une conjoncture porteuse par exemple) ;

La seconde génération aura hérité d’un petit patrimoine qu’elle aura réussi à valoriser à force de ce même travail, cette même audace et toujours d’un train de vie inférieur au pouvoir d’achat ; Élevé au modèle de la génération précédente, cette seconde génération bénéficiera d’un niveau de vie élevé mais n’aura pas oublié les fondamentaux appris de leur parent qu’ils ont vu travailler (beaucoup) pour réussir (un peu) ;

Enfin, la dernière génération aura hérité d’un patrimoine élevé qu’elle ne saura que gaspiller au gré d’une incapacité à s’investir suffisamment, et d’un train de vie devenu supérieur au pouvoir d’achat ; Cette dernière génération qui aura été élevée dans l’image de réussite de sa famille pourrait oublier l’importance du facteur travail sans lequel la réussite familiale n’aurait pas été. Cette dernière génération protégée par le patrimoine de parents et grands parents n’aura plus faim, elle n’aura pas envie de sacrifier son plaisir pour travailler ; Elle pourrait bien gaspiller le fruit de deux vies de travail.

Cette troisième génération, c’est la génération de ceux qui ont aujourd’hui entre 30 et 40 ans, les petits enfants d’après guerre !! Ma génération, nous qui voulons tout sans être prêt à travailler pour l’obtenir 😉 Cette génération qui recherche du sens dans ses actions car elle a le luxe de choisir de ne pas travailler (beaucoup) pour vivre (confortablement) :

– La première génération est née entre 1930 et 1945 ;

– Le seconde génération est née entre 1950 et 1965 ;

 – La troisième génération est née entre 1980 et 1995

 

Comment éviter que vos enfants gaspillent le patrimoine que vous allez leur transmettre ?

Vous aurez beau avoir les meilleurs conseils en gestion de patrimoine pour organiser la transmission de votre patrimoine vous ne pourrez pas lutter contre cette volonté de vos enfants de ne pas s’investir et sacrifier leur jouissance immédiate.

Est il impossible de lutter contre cette tendance naturelle qui permet un renouvellement dans la détention des patrimoines ? Les uns gaspillent le patrimoine de leurs ainés alors que les autres construisent leur patrimoine.

Comme nous l’évoquions au début de cet article, et si réussir la transmission de votre patrimoine c’était justement ne rien leur transmettre ? L’éducation, le savoir faire et le savoir être ne sont ils pas un héritage autrement plus important que des sommes d’argent accumulées sur votre contrat d’assurance vie ? Et si au lieu d’accumuler, vous dépensiez cet argent dans cet objectif « éducatif » ? Et si au lieu d’accumuler vous dépensiez votre temps autrement ?

Le meilleur héritage n’est il pas la capacité de vos enfants de ne pas avoir besoin de votre argent ? N’est ce pas là le secret comme nous l’évoquions déjà dans cet article « Épargner pour transmettre un capital à vos enfants n’a aucun intérêt ! Vous devez revoir vos priorités ! » ? – et en plus, c’est exonéré de droits de succession 😉

Comment leur donner envie ?

 

Vaste question… Préparer sa succession n’est pas qu’une simple question de droits de succession !

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


23 Comments

  1. Riche&Célèbre says:

    C’est pourtant vrai, cet héritage-là est exonéré de droits de succession ! Parfois, l’optimisation absolue est là qui nous crève les yeux…

  2. Relativement caricatural cet article !
    Il serait intéressant statiquement de connaître le nombre de familles qui répondent à ce schéma sur 3 générations sur les derniers 100 ans !

  3. le mecreant says:

    Je crois que la première sagesse est de transmettre un patrimoine, et d’admettre que c’est le leur et qu’ils en feront ce que bon leur semblera ou ce qu’ils pourront dans le monde qui sera le leur. Mes anciens m’ont transmis un patrimoine, avec comme seule feuille de route: si tu peux, laisse en un peu plus après toi que ce que tu a reçu, mais ne reste pas mourir de faim pour garder un bout de terre. Ce que je laisserais a mes enfants, je ne sais pas s’ils voudrons le garder, ou s’il pourront le garder, dans tous les cas j’espère seulement qu’ils sauront profiter de ce qu’ils auront reçus et qu’après avoir réalisé leurs ambitions, ils en laisseront un peu plus a la génération suivante même si c’est sous une forme différente. Mais la ou je rejoint Guillaume, c’est bien le fait que le principal héritage que j’essaye de leur transmettre, c’est une culture plus que des biens.

  4.  » Et si au lieu d’accumuler, vous dépensiez cet argent dans cet objectif « éducatif » ? Et si au lieu d’accumuler vous dépensiez votre temps autrement ?
    Pas si simple ,
    1/dans la mesure ou le fruit de la succession de la premiere generation intervient au delà de l age de 30 ans de la 3 ieme generation ….(les jeux sont deja faits.. )
    2/le temps consacré a l’ education ne me semble pas affecté à la gestion ou au développement de son patrimoine ,mais plutôt par le travail dans cette tranche de vie de la 2 generation . .

  5. Beaucoup de soucis pour rien
    On fait ce qu on peut et une fois disparu ils feront ce qu ils peuvent ou veulent
    Mais dire ne rien leur laisser et consommer plus dans une société qui doit selon vous décroître me paraît contradictoire

  6. Pour gérer des capitaux issus de transmissions par donation et/ou succession, force est de constater qu’une partie des capitaux transmis (titres, liquidités, assurance vie…) reçu de la génération précédente est en partie réinvestie dans ce qui tient à coeur aux héritiers :

    – ils en profitent pour réaliser des travaux dans leur résidence principale,
    – ils remboursent par anticipation les emprunts immobiliers en cours (lorsqu’il y en a encore)
    – ils achètent une résidence secondaire (ce qui n’est d’ailleurs pas toujours judicieux) ou réalisent des aménagements dans leur résidence secondaire.
    – ils renouvellent le parc de véhicules.
    – ils se paient un beau voyage.

    Ces dépenses sont évidemment fonction du volume d’avoirs reçus. Le reste est épargné au sein des contrats d’assurance vie déjà détenu.

    Il en va assez différemment du parc immobilier locatif reçu…celui ci est souvent conservé dans le patrimoine des indivisaires (sauf s’il y a un seul bien indivis mais c’est un autre sujet).
    Dans la même veine, les SCPI sont très fréquemment conservées par les héritiers.

    Ceci concerne les successions urbaines… le monde agricole pense différemment puisque les investissements sont transgénérationnels (j’ai encore récemment discuté avec un agriculteur qui venait d’acheter un paquet d’hectares de terres inconstructibles en ayant à l’esprit qu’un jour peut être elles le deviendraient pour ses enfants ou plus surement ses petits enfants…qui ne sont pas encore nés ;).

    Sinon je suis assez d’accord avec la Loi des trois générations pour régulièrement constater un train de vie chez des jeunes de la troisième génération qui dépensent sans compter et sans se soucier du lendemain…une fois qu’ils n’ont plus rien la chute est brutale quand la cb ne passe plus dans le terminal de paiement car elle a fait l’objet d’un blocage du fait de l’insuffisance de provisions.

  7. La ils deviennent révolutionnaires c est la faute de la société

    • Ou ça devient la faute du réchauffement climatique, puisqu’ils ont déjà été « conditionnés » sur ce thème dès leur enfance – LoL

  8. julien bonnetouche says:

    Et les Rothschild alors ?

    A priori il ont réussi à tenir plus de trois générations !!

    Au delà de la plaisanterie, l’éducation de l’argent est essentielle.

    « Mon fils (ma fille) ta mission est de faire fructifier dans la continuité le capital que t’est transmis »

    « Tu en as la responsabilité par respect pour la mémoire de tes aïeux et devant les générations futures »

    Il me semble que c’est comme cela qu’il faudrait procéder !!

    Cette éducation doit être progressive, mais commencer jeune.

    Par exemple plutôt que de dire aux enfants :
    « fais ce qui te plait dans la vie »

    Faire un peu de knudging en leur disant :
    « fais dans la vie ce qui correspond le mieux à ta personnalité, tout en gardant à l’esprit la culture de l’excellence »

    Et ne pas hésiter à privilégier l’un des héritiers si d’autres se montrent vraiment incapables à l’age adulte.
    Mais en principe si l’on s’en occupe bien, tous doivent s’en sortir.

  9. Mais qu’ils croquent tout ! Pourquoi m’inquiéter de ce qu’ils en feront ?

  10. julien bonnetouche says:

    Parce que l »éducation consiste à faire en sorte que les enfants réussissent le mieux possible.
    Et la réussite financière fait partie d’un tout.

  11. Faites pour le mieux et advienne que pourra, de toute façon, je ne serai plus là….. pour voir les éventuels dégâts ou les splendeurs de l’accroissement

    La charge héréditaire de la fructification obligée (on parlait des Rothschild, mais vaut pour tous) peut être un fardeau parfois insupportable pour ceux n’étant pas dans le moule requis, on l’a constaté à maintes reprises.

    Le fils prodigue et la fille prospère ou inversement, ce ne sont au final que de grands archétypes qui demandent à être démentis, pour que vive l’Individu qui doit se réaliser dans sa plénitude (je n’ai pas dit « être heureux » mais complet plutôt)

  12. julien bonnetouche says:

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec ce qui est globalement dit plus haut.

    Bien évidemment l’équilibre le l’enfant ( et du futur adulte) dépend d’une infinité de facteurs que l’on ne saurait tous maitriser en temps que parents.

    Mais quand même c’est un vrai travail que d’accompagner ses enfants.

    il faut les observer, beaucoup les aider, les orienter sans en donner l’impression afin qu’ils donnent un sens à leur vie, faute de quoi ceux qui sont « moyens en tout » risquent de rester médiocre alors qu’ils pourraient devenir meilleur.

    C’est sur, si on a des enfants super-intelligents, en principe tout ira bien.
    Mais ce n’est pas toujours le cas.

    • Fredy Gosse says:

      Et pourtant au sein de même famille il ya souvent un mouton noir…mystère des gênes….. je répète on fait du mieux que l’on peut mais chacun a sa vie

  13. Les aider, les orienter, les soutenir, etc, c’est le Rôle du parent avec majuscule obligée.

    Mais ensuite, c’est folie d’orgueil insensé que de croire qu’il suivront ce chemin balisé : ils feront comme bon leur ira si leur intuition et les armes données pointent à l’unisson vers ce qu’ils doivent devenir : eux-mêmes, et cela de manière irremplaçable.

    Ainsi va la liberté de l’individu accompli, qui pourra donner par lui même ce « sens à la vie »

  14. julien bonnetouche says:

    sven,

    Ils feront ce qu’ils veulent, c’est évident.
    Nous sommes d’accord là dessus.

    Mais la liberté c’est comme un couteau : on peut aussi se blesser avec.

    Il faut donc leur donner les outils et la façon de s’en servir.

    Et c’est sur ce point qu’il y a beaucoup de carences de la part des parents.

    • Et puis fait-on vraiment ce qu’on veut ou fait-on ce qu’on veut en fonction de ce que l’on a reçu comme éducation, parents, écoles, copains et copines influenceurs, etc. et bien entendu dans quel environnement a t-on passé sa jeunesse, avec quelles valeurs ?

  15. julien bonnetouche says:

    Oui.

    Par exemple, si l’on est marqué par des vraies valeurs de gauche, que ce soit par l’ambiance familiale, ou comme le dit Michel du fait d’un l’environnement autre.( j’ai les deux cas autour de moi)

    L’argent et ceux qui en ont, sont considérés comme des repoussoirs (sauf évidemment quand il s’agit de dépenser celui des autres, puisque justement on les hait alors autant les punir en en profitant.

    Mais c’est un problème si il s’agit d’ accumuler l’argent pour soi, ou simplement de conserver celui qu’on leur a transmis puisque justement on ne l’aime pas.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.