Vous le savez si vous lisez nos analyses depuis longtemps, la fin du fonds euros n’est pas une surprise, même s’il faut avouer que l’accélération des évènements depuis quelques semaines est source d’interrogations. Les taux d’intérêt négatifs qui semblent vouloir s’installer sont une catastrophe pour des compagnies d’assurance vie qui doivent garantir un capital à tout moment, alors même que le rendement de ces investissements pourrait ne pas le permettre.
Hier, la compagnie d’assurance vie Generali a confirmé sa volonté de ne plus commercialiser le fonds euros et propose de mettre en avant l’eurocroissance. L’eurocroissance, pour simplifier le propos, c’est un fonds euros dont le capital n’ait pas garanti à tout moment, mais uniquement à une échéance comprise entre 8 et 30 ans selon les besoins de l’épargnant.
Depuis le lancement de l’eurocroissance, nous vous avons fait part de notre enthousiasme devant cette perspective nouvelle d’un placement qui semblait répondre aux attentes des épargnants. En effet, l’eurocroissance est un produit simple, à capital garanti qui permet à l’épargnant de valoriser un capital, sans risque sur une longue période. Nous vous expliquons depuis longtemps déjà que l’euro-croissance va remplacer le fonds euros (cf »Assurance vie : Pourquoi l’euro-croissance va remplacer le fonds euros ? » ou encore « L’euro-croissance, une solution équilibrée face à la péremption des fonds euros« .
Tous les développements actuels ne sont donc pas une surprise et ne font que confirmer ce que nous vous expliquons depuis des années : Le fonds euros n’a plus d’avenir (car le coût de la garantie du capital à tout moment est insurmontable pour les compagnies d’assurance vie) et les compagnies doivent proposer de nouvelles solutions pour répondre à l’attente des épargnants qui recherchent un placement garanti et à gestion déléguée. L’eurocroissance est la réponse naturelle à ce besoin.
Mais, car il y a malheureusement toujours un « mais », la question des taux d’intérêt négatifs n’est elle pas en train de changer la donne ? Car, oui, l’Eurocroissance est probablement la meilleure alternative (ou la moins mauvaise) devant la péremption accélérer des fonds euros, mais l’eurocroissance reste une épargne majoritairement obligataire pénalisée par les taux d’intérêt négatifs.
Dans un monde à taux négatifs, l’eurocroissance permet aux compagnies d’assurance vie de continuer à proposer un placement garanti aux épargnants sans remettre en cause leur solvabilité du fait de l’absence de garantie du capital à tout moment. L’intérêt des compagnies d’assurance vie est incontestable ; Elles ont tout intérêt à remplacer les fonds euros par l’eurocroissance.
En revanche, la réponse est moins évidente lorsqu’il s’agit de s’intéresser à l’intérêt des épargnants. L’eurocroissance est une nouvelle proposition d’épargne qui ne règle pas la question centrale de la remise en cause de l’intérêt d’épargner. Celui qui veut épargner, à long terme et qui ne souhaite pas assumer le risque de la volatilité à terme des marchés financiers trouvera dans l’eurocroissance une solution adaptée à son besoin.
Mais, avant de se lancer dans la souscription de l’eurocroissance par arbitrage de son fonds euros, l’épargnant ne doit il pas s’interroger sur l’intérêt d’épargner dans un monde à taux négatifs. Cette réflexion est d’autant plus importante, que le placement en eurocroissance est engageant sur 8 à 30 ans selon les options choisies par l’épargnant : S’engager à épargner pendant plus de 8 ans dans un monde à taux négatifs à t’il encore du sens ? Je ne crois pas, nous sommes pas très loin du suicide patrimonial.
La persistance des taux d’intérêt négatif modifie en profondeur la perspective d’épargne et doit vous obliger à réfléchir différemment. Vous devez abandonner l’idée d’épargner si vous ne voulez pas vous appauvrir à long terme. L’épargne, doit redevenir ce qu’elle aurait toujours du rester : Une accumulation d’argent en vue d’investir ou de consommer.
Accumuler, stocker de l’argent sans objectif, pour le bonheur de thésauriser ne permet plus de s’enrichir (et on peut même se demander comment, il est possible de croire qu’il fut possible de s’enrichir par le simple fait d’accumuler de l’argent, non investi dans l’économie).
Face à ce constat de l’inutilité d’épargner si vous n’avez pas de projet d’investissement ou de consommation, vous devez revoir l’organisation et la composition de votre patrimoine afin de ne conserver en épargne que l’argent que vous souhaitez conserver pour financer une dépense future ou un investissement futur, tout le reste devra être investi dans l’économie réelle ou dépensé de manière intelligente. Malheureusement, placer son argent sur l’eurocroissance, ce n’est pas investir, c’est épargner ; L’eurocroissance sera pénalisé par les taux d’intérêt négatifs comme toutes les autres formes d’épargne.
Dépenser son argent de manière intelligente est une voie à explorer. Il s’agit simplement de réduire la quantité d’argent thésaurisé (thésaurisé = Mettre de l’argent de côté sans le dépenser ni le faire fructifier)
Il pourra s’agir de l’acquisition de biens d’usage tels que les résidences principales et secondaires, dont le rendement sera inestimable, même si non financier (cf »Acheter une résidence secondaire est un investissement immobilier plus rentable que l’assurance-vie »), faire une donation à vos enfants afin de leur permettre d’investir dans l’immobilier locatif par exemple ou dans l’achat de leur résidence principale (cf »Faire une donation à vos enfants pour améliorer le rendement de votre épargne) ou encore prêter de l’argent (avec ou sans intérêt) à vos enfants afin de remplacer la banque (cf »Comment prêter de l’argent à vos enfants ? Peut on fait un crédit sans intérêt à ses enfants ? »), ou encore rembourser vos crédits immobiliers en cours (cf »Avec les taux d’intérêt négatifs, il va être rentable de rembourser vos crédits immobiliers par anticipation« ).
Nous devons renouveler notre manière de concevoir l’épargne et l’organisation de votre patrimoine.

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

11 commentaires