L’assurance-vie, c’est bien plus qu’un placement financier, ni même qu’une solution pour réduire les droits de succession. L’assurance-vie, c’est une stratégie juridique pour contourner le droit civil des successions. En effet, le dénouement d’un contrat d’assurance-vie par le décès de l’assuré/souscripteur est considéré comme étant « hors succession » ; Ce n’est en revanche pas le cas du contrat d’assurance-vie souscrit par le conjoint du défunt marié sous le régime de communauté, considéré comme actif de succession pour moitié en application de la réponse ministérielle CIOT (cf »Assurance vie : Faut il les déclarer au notaire lors d’une succession ? »).

Le dénouement du contrat d’assurance-vie suit des règles dérogatoires qui lui sont propres. Comme nous vous l’expliquons dans cet article « Pourquoi l’assurance vie est « Hors succession » ? Quelles sont les exceptions ?« , cela signifie que les règles civiles, traditionnellement appliquées dans une dévolution successorale, ne trouvent pas à s’appliquer à la transmission d’un capital assurance-vie. Ainsi, l’assurance vie, dénouée par le décès de son souscripteur :

  • Ne fait pas partie de la masse à partager pour le calcul de la réserve et de la quotité disponible, à moins que les primes aient été manifestement exagérées eu égard à ses facultés.
  • N’est pas soumise au rapport à succession, à moins que les primes aient été manifestement exagérées eu égard à ses facultés.
  • Pourra être librement transmise à un tiers indépendamment du lien de parenté avec le souscripteur ;
  • Ne constitue pas une libéralité successorale ;
  • N’est pas concernée par un testament qui désignerait un légataire universel ;
  •  …

Ce sont ces règles civile dérogatoires qui font de l’assurance-vie un outil privilégié pour organiser la transmission de son patrimoine sans être contraint par un code civil qui n’est pas toujours adapté aux nouveaux modèles familiaux. Au final, apporte une souplesse nécessaire à un code civil qui s’adapte parfois trop lentement à l’évolution de la société, le tout au profit d’un équilibre subtil qui apporte une satisfaction générale aux citoyens.

Malheureusement, cet équilibre subtil dans l’organisation des successions repose sur la qualité financière de l’assurance-vie ; La dérogation civile de l’assurance-vie repose sur la pertinence financière de ce placement et sur la solidité financière des compagnies d’assurance-vie ; La baisse tendancielle et inexorable des rendements et la remise en cause de l’intérêt même de l’assurance-vie a pour conséquence de casser cet équilibre successoral pourtant essentiel. Il est probablement urgent de réfléchir à des solutions plus pérennes pour assouplir le code civil.

De surcroît, il ne semble pas d’une grande pertinence que de confier l’équilibre du droit successoral à un acteur privé qui recherche le profit à tout prix. La nécessité d’apporter de la souplesse au droit civil des successions doit pouvoir profiter à tous et ne pas constituer un monopole au profit des seules compagnies d’assurance-vie.

C’est dans ce contexte sociétal fort qu’un récent rapport sur la réserve héréditaire préconise de supprimer le caractère hors succession de l’assurance-vie dénoué par le décès du souscripteur. La suppression du caractère « hors succession » de l’assurance-vie serait la contrepartie de l’augmentation de la quotité disponible et de la diminution de la réserve héréditaire.

En réalité, il s’agit simplement de mettre fin à l’hypocrisie d’un droit des successions qui exige qu’une part d’héritage revienne profite impérativement aux enfants, mais qui en même temps, organise le dévoiement de cette même réserve héréditaire par l’instauration d’un régime dérogatoire qui permet de la vider de sa substance.

Aujourd’hui, comme nous vous l’expliquons dans cet article « Comment deshériter ses enfants en toute légalité ? », il est très facile de déshériter ses enfants, notamment grâce à l’assurance-vie considérée comme « hors succession ». Ce sont alors les compagnies d’assurance-vie qui profitent de ce monopole au profit de leur propre intérêt financier.

La réforme proposée consiste donc à mettre fin à cette hypocrisie en supprimant le caractère hors succession de l’assurance-vie, tout en améliorant la liberté des citoyens à organiser leur transmission de patrimoine via un diminution d’une réserve héréditaire qui ne pourra plus être vidée de sa substance par l’assurance-vie (cf »Succession : Déshériter ses enfants, ce n’est pas une question d’argent. La réserve héréditaire renforce la famille« ).

Ces réflexions sont fondamentales et d’une grande pertinence. Quel est le juste niveau de la quotité disponible minimum ? Elle est aujourd’hui de 50% en présence d’un enfant, de 1/3 en présence de deux enfants et de 3/4 en présence de 3 enfants et plus.

Demain, ne serait il pas envisageable de modifier l’approche en considérant que la liberté de disposer de son patrimoine n’est pas fonction du nombre d’enfant ? Ne pourrait on pas fixer à 50% ou 1/3 la part minimum de la quotité disponible, et cela quelque soit le nombre d’enfant ? En d’autre mots, chacun pourrait librement disposer de 1/2, 1/3 ou 1/4 de son patrimoine, le solde étant impérativement attribué à ses enfants ?

Ce n’est pas la piste retenue par le rapport qui préfère continuer à faire évoluer la quotité disponible en fonction du nombre d’enfant et propose que la quotité disponible (cf »Qu’est ce que réserve héréditaire et quotité disponible ? Comment les calculer, l’éviter ou la contourner ? ») soit abaissée à :

– 1/2 en présence d’un enfant ;

-1/3 en présence de deux enfants et plus ;

 

Le rapport sur la réserve héréditaire précise ainsi :

«  Classiquement, l’assurance-vie était une opération de prévoyance, qui prenait essentiellement la forme d’une assurance-décès. Il s’agissait pour le souscripteur de contracter avec un assureur pour garantir que ses proches, spécialement ses enfants mineurs, seraient à l’abri du besoin s’il venait à disparaître prématurément.

Dans cette forme, le contrat d’assurance est bien aléatoire pour chaque partie et le contrat d’assurance est assurément un contrat à titre onéreux. En 1930, la loi a pris en compte cette spécificité au regard du droit des successions, et ce de deux manières.

D’une part, suivant l’article L. 132-12 du code des assurances, lorsque l’assuré meurt, le capital versé par l’assureur ne fait pas partie de sa succession et le bénéficiaire est réputé y avoir eu seul droit à partir du jour du contrat, quelle que soit la date de son acceptation.

D’autre part, suivant l’article L. 132-13 du même code, ni le capital ni les primes versées ne sont sujets au rapport et à la réduction pour atteinte à la réserve.

Or, depuis une trentaine d’années, les formes de l’assurance-vie se sont diversifiées. A côté de la forme classique, des formes dites modernes sont apparues. Elles sont elles-mêmes variées mais ont en commun d’être des opérations de placement. Il s’agit en particulier d’assurances-vie dites mixtes dans lesquelles « l’assureur s’engage à verser à l’assuré, s’il est en vie au terme du contrat, ou, s’il meurt avant, au bénéficiaire qu’il aura désigné, un capital qui, dans les deux cas, sera égal au montant des primes accumulées, majoré des produits financiers et diminué des frais de gestion ».

La règle du jeu est la suivante : « le capital assuré sera nécessairement payé par l’assureur, mais il ne représentera que la valeur acquise de l’épargne au jour de son paiement »

Dès lors, la question s’est posée de savoir s’il convenait d’appliquer à ces produits de placement les règles dérogatoires prévues par le code des assurances pour des opérations de prévoyance. Elle a donné lieu à une vive controverse. La Cour de cassation a pris position en décidant que les contrats d’assurance-vie sont bien des contrats aléatoires, même lorsqu’ils réalisent des opérations de pur placement, au motif que « le contrat d’assurance dont les effets dépendent de la durée de la vie humaine comporte un aléa ». En dépit des critiques qu’elle a suscitées, la solution est constante en droit positif. La conséquence en est que l’assurance-vie n’est en principe pas prise en compte dans le calcul de la réserve héréditaire.

[…]

L’interprétation jurisprudentielle conduit aujourd’hui à exclure de la réserve héréditaire le capital et les primes versés au titre d’un contrat d’assurance-vie alors même que ce contrat constitue non une opération de prévoyance mais un produit de placement.

Cette solution fragilise la réserve héréditaire et, comme cela a été longuement montré en doctrine, n’est pas fondée en droit. En effet, dans ces contrats, « l’équivalence entre le capital versé et les primes payées, l’absence de tout aléa économique révèlent qu’il s’agit de contrats de fortune faite, qui, lorsqu’ils se dénouent par le décès, opèrent purement et simplement la transmission d’une épargne accumulée, et une transmission dont l’intention libérale constitue l’explication la plus naturelle ». Sans préjudice des dispositions fiscales propres à l’assurance-vie que cette évolution ne remettrait pas en cause, il est donc proposé d’abandonner cette solution jurisprudentielle et de soumettre l’assurance-vie au droit commun des successions et des libéralités.

[…]

Cette proposition permettrait de respecter les catégories juridiques du droit civil et de compenser, moyennant un élargissement de son assiette, la diminution par ailleurs proposée du montant de la réserve héréditaire (v. proposition n°19). Elle ne conduirait cependant pas à regarder tout contrat d’assurance-vie comme une donation mais à le traiter comme telle lorsqu’il constitue une libéralité. […] Il serait utile d’engager une réflexion visant à identifier les critères – tel, par exemple, l’existence d’une faculté de rachat – permettant de faire le départ entre les assurances-vie constitutives de libéralités et les autres.

[…]

Resterait néanmoins la question de la mise en œuvre dans le temps de la réintégration civile de l’assurance-vie dans la succession, si cette proposition devait être retenue. La concernant, il serait sans doute plus difficile que pour les autres libéralités de prévoir l’application de la mesure aux successions ouvertes à compter de l’entrée en vigueur de la loi nouvelle, s’agissant de produits d’assurance bien souvent présentés aux souscripteurs au regard notamment des incidences successorales qui sont les leurs au moment de leur conclusion. La sécurité juridique pourrait ainsi justifier des dispositions transitoires propres, destinées à permettre une entrée en vigueur progressive de la mesure.

Dans ces circonstances, il est permis de penser que, si une réforme législative devait intervenir, elle pourrait prendre le parti de différer l’entrée en vigueur de la loi nouvelle au-delà du lendemain de sa publication et de prévoir l’application immédiate de la loi nouvelle aux successions ouvertes à compter de son entrée en vigueur, y compris aux libéralités faites antérieurement à cette date, sous réserve de ce qui vient d’être dit pour les assurances-vie constitutives de libéralités.

 

A suivre …

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


24 Comments

  1. françois says:

    Bonjour Guillaume,

    Merci pour vos articles toujours très pertinents.

    Concernant la réserve héréditaire et la quotité disponible, je ne vois pas la différence de proportion entre les 2 concernant les préconisations du rapport par rapport à la législation actuelle, il me semble que c’est la même chose en présence de 2 enfants ? Par contre, pour 3 enfants, oui il y a un changement à prévoir. Bien cordialement. François

  2. Ce texte ne m’avait pas échappé , mais quid de l’aspect fiscal ? l’interet des notaires conjugué a celui de l’état n’est il pas le vrai moteur que l’on habille avec des considerations pas necssairement fausses ?

    • Je comprends que l’aspect droit civil et l’aspect fiscal seraient dissociés au dénouement du contrat AV, comme ils le sont déjà pour un contrat AV non dénoué alimenté par des fonds commun.
      – la valeur de rachat du contrat AV dénoué est incluse dans la succession
      – cette valeur est donc utilisée pour calculer la réserve héréditaire et la quotité disponible
      – la fiscalité du contrat non dénoué reste inchangée
      – il faudra attribuer au contrat dénoué le caractère de bien propre (totalement inclus dans la succession du défunt) ou de bien commun (inclus pour moitié).
      On peut supposer qu’un contrat alimenté par des fonds communs sera un bien commun.

      • Correction
        – la fiscalité du contrat dénoué reste inchangée (celle du contrat non dénoué reste également inchangée).
        Donc les abattements et taux de prélèvement des capitaux versés au décès du souscripteur sont inchangés, et ce rapport ne concerne que l’aspect civil (assiette du calcul de la réserve héréditaire.
        Et donc je comprends mal les reproches exprimés dans différents commentaires ci-dessous….

  3. Mais qu’a donc ce gouvernement de vouloir changer systématiquement les choses qui fonctionnent bien ?
    Alors qu’il y a tant de lois autres inadaptées qui seraient à changer.

    • Pour confirmer ma pensée vis à vis de cette incompétence manifeste:

       » Comme prévu, le gouvernement vient d’annuler la taxe GAFA, officiellement en place depuis le 1er janvier 2019.

      Cela aura pris un an. En mars dernier je vous écrivais :
      « Vous pouvez déjà écrire la fin de l’histoire, cette taxe sera annulée, rétrocédée ou compensée par ailleurs. »
      Voilà, nous y sommes.

      Évidemment, cette taxe n’est pas officiellement annulée, elle ne sera simplement pas prélevée.

      Jésuites !

      Je ne vous écris pas ceci pour me faire mousser, il n’y avait aucun doute, aucune difficulté : ils savaient très bien que cela ne passerait jamais.

      Alors pourquoi tout ce foin ?

      Eh bien pour le foin, justement.

      Dans un monde où les grands médias ont depuis longtemps cessé de faire leur boulot pour se transformer en courtisans professionnels, cet aller-retour totalement inutile dans le fonds se révèle très efficace sur la forme.

      Bruno Lemaire se présentait en grand mamamouti de la justice fiscale en mars dernier, en pionnier, en défenseur des opprimés et résistant à l’impérialisme américain.

      En décembre dernier, il gesticulait encore :
      « Nous n’abandonnerons jamais, jamais, jamais »

      Et je suis sûr que ça se regarde dans le miroir en rêvant d’Elysée.

      Si tu n’étais pas si faisandé Lemaire, tu aurais remis ta démission et humblement présenté tes excuses à la France, serviteur mauvais (ministre signifie serviteur… reste à savoir de qui).

      Au lieu de cela, tu pérores à Davos et demain tu t’offriras en sauveur, en grand négociateur pendant que tes services noieront la défaite dans une novlangue nauséabonde et vidée de réalité plus encore que de sens.

      Cette taxe GAFA, ce n’est pas 2 victoires mais une seule et grande défaite de Bruno Lemaire qui montre son allégeance et notre soumission.

      Mais il a le mérite d’occuper l’espace, d’étouffer toute forme de réflexion et d’intelligence. Car le problème, ce n’est pas, cela n’a jamais été Google, c’est Dublin. »

      • C’est le même triste sire qui a présidé à la déconvenue d’Alstom. Un pur produit de l’élite française…

        Enfin, quand on ne sait plus faire il faut surtout faire savoir.

  4. Commence à y en avoir marre de travailler, de se priver pour épargner pour ensuite se faire tondre !!

  5. Kurkowski says:

    Je pense que la clause, Preciput, d’un contrat de mariage, règle tous les problèmes, pour le conjoint survivant,même en matière d’assurance vie. Il hérite de tout et décide lui-même de la répartition.

    • Je crains que cela ne soit pas si simple pour les familles recomposées. Vous semblez oublier l’action en retranchement de l’article 1527 du code civil :

      « Les avantages que l’un ou l’autre des époux peut retirer des clauses d’une communauté conventionnelle, ainsi que ceux qui peuvent résulter de la confusion du mobilier ou des dettes, ne sont point regardés comme des donations.

      Néanmoins, au cas où il y aurait des enfants qui ne seraient pas issus des deux époux, toute convention qui aurait pour conséquence de donner à l’un des époux au-delà de la portion réglée par l’article 1094-1, au titre  » Des donations entre vifs et des testaments « , sera sans effet pour tout l’excédent ; mais les simples bénéfices résultant des travaux communs et des économies faites sur les revenus respectifs quoique inégaux, des deux époux, ne sont pas considérés comme un avantage fait au préjudice des enfants d’un autre lit. « 

  6. bonjour

    Suivre le débat

  7. Communauté universelle avec clause d’attribution intégrale pour protection conjoint survivant.
    Soit accepter que les enfants paient des frais de succession car on ne maîtrise pas sa dépendance ni la date de sa mort!
    Soit donation nue propriété avec dosage équilibré.
    En bonus donner des « cadeaux « non déclaré au fil de l’eau de son vivant pour le plaisir d’offrir …

  8. Si l’assurance vie en arrive là , le but de ce gouvernement étant de prendre de l’argent à tout prix aux petits épargnants il reste encore de la place entre les draps et cet argent là ĺe fisc n’en verra rien car entre 0% entre les draps et 0% voire moins avec les frais de gestion, ils vont au passage tuer tous les indépendants en placement. Finalement on place et on est taxé par des frais, on sort de l’argent on est taxé par la fiscalité et si maintenant on doit rapporter ces sommes à la succession entre le notaire qui prend un pourcentage.peut être 5%, la fiscalité et les droit successoraux….autant tout claqué et être a la charge de la societe

    • Vous avez raison, il faut absolument que ce gouvernement arrête « d’emmerder » les Français et notamment les épargnants, avec leurs lois de « ponctionalisation » à la c.. (et je suis poli) et leur redonne de la liberté !
      Après ils s’étonnent, ces gouvernants, que le peuple soit en colère et se rebelle !
      Si cette loi sur l’AV passe, ce ne sera pas sans conséquences, directes ou indirectes.

  9. Gros lobbying des notaires depuis des années pour récupérer ce pactole qui leur échappe.Tout est fait pour détricoter l’AV ,les taux bas,la tentative de faire migrer vers les UC à capital non garanti(sauf pour ceux qui se seront servi au passage…) et qui ne fonctionne pas ,donc arme finale de destruction massive d’un actif,l’héritage dont les droits sont là aussi en France parmi les plus élevés.
    Rigole a raison ,tout claquer avant de claquer!

  10. Bonjour

    Il est évident que l’assurance vie rentrera dans les successions. On parlait de quote part disponible. Tout ce qui a été dit n’est pas faux mais c’est une belle occasion pour récupérer une partie de tout cet argent qui dort. On en a tant besoin

  11. Qui dort ?il ne dort pas pour tout le monde ,et si il dort tant que cela qu’on les vide tous d’un coup et on verra si cela dort .encore un marcheur qui comme son chef croit que l’argent non dépensé dort ,comme pour l’immobilier,il est vrai que lui a tout claqué et la maison est au nom de sa femme…

  12. Bonjour

    Je répète simplement ce que j’entends !!!!

  13. C est un rasoir a plusieurs lames
    1 on réforme au civil
    2 étape fiscale
    3 réduction drastique de l argent qui circule
    Ça c est pour ceux qui comptent retirer
    et mettre sous le lit ou bas de laine !
    Voilà de quoi désendetter le pays . Avec l argent de l AV on peut résorber n fois la dette , donc on peut faire encore plus de dépenses!

  14. Avant de résorber la dette l’argent de l’AV la garantie déjà,surtout depuis Sapin 2 ,sinon nous serions grecs depuis longtemps!

  15. Oui , Sapin 2 joue le role de caution !
    Dans ce rapport – que je n’ai pas lu – preconisant de mettre l’AV en succession , remet il en question
    l’aspect fiscal de l’abattement ? ou en reste t’il a l’aspect civil ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine