Vous ne connaissez strictement rien aux marchés financiers pourtant vous sentez bien qu’il y a là matière à investir à long terme. Je vous propose donc une nouvelle expérience : Nous allons nous constituer un portefeuille d’action que nous allons choisir selon une objectivité assumée. L’objectif est ici de profiter des niveaux relativement bas des marchés financiers pour investir à long terme dans le capital d’entreprises que l’on juge capables de générer toujours plus de bénéfices à long terme et capables de s’adapter à une conjoncture en pleine mutation.
Attention, il ne s’agit pas de jouer au spéculateur en essayant de jouer aux arts divinatoires en devinant le niveau de la bourse dans 6 mois ou 3 jours. Il s’agit d’investir à long terme dans le capital d’une entreprise, c’est à dire acheter des actions pour 10 ans ou 15 ans et se contenter de faire confiance au modèle économique de l’entreprise et aux compétences et savoir faire de ses salariés pour créer de la valeur à long terme.
Il s’agit de mettre en application la théorie que nous vous proposons depuis de nombreux mois lorsque nous vous invitons à faire la distinction entre « Investir dans le capital des entreprises » et « spéculer ». Voici les quelques articles dans lesquels je vous présente cette différence fondamentale :

Bref, après la théorie, la pratique. Il est temps d’essayer de vous montrer la justesse de la théorie (ou pas). On verra bien. Il s’agit d’une expérience en temps réel. Pas de trucage, on verra bien.
 

Comment choisir les entreprises dans lesquelles investir lorsque l’on y connaît rien ?

Pour construire ce portefeuille, je me suis comporté comme un épargnant débutant, naïf et sans connaissance financière.
J’ai juste fait confiance à mon bon sens. Bref, je n’ai fait aucune étude financière des entreprises, aucune analyse. Je me suis juste demandé si l’entreprise dans laquelle je voulais investir pour les 15 prochaines années pouvais répondre à ces questions  :

Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ?

Bien évidemment, ne souhaitant pas prendre le risque d’investir dans le capital d’entreprises trop petites pour ne pas risquer l’absence de liquidité, j’ai construit un portefeuille d’entreprises cotées dans le CAC40, c’est à dire de très grande capitalisation.
Pour construire le portefeuille, j’ai donc regardé la liste des entreprises cotées sur le CAC40 et me suis posé la question : « Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ? »
 
J’ai donc procédé par élimination. J’ai listé les 40 entreprises du CAC40 et j’ai retiré :

– Les entreprises dont je ne comprenais pas le modèle économique ou la capacité à créer de la valeur dans le cycle de production (comme nombre de société de conseil ou d’ingénieur type ATOS ou cap Gemini ou encore vivendi) ;

– Les entreprises dont le modèle économique repose sur un secteur que je crois contesté dans les prochaines années telles que les entreprises de l’automobile ou le pétrole mais aussi l’aviation et la consommation de masse ;

– Les entreprises du luxe car trop exposé à la croissance Chinoise que je crois contestable dans les prochaines années ;

– Toutes les entreprises liées au secteur bancaire et assurance. J’aime pas le modèle économique qui consiste à utiliser la spéculation sur les marchés pour générer des bénéfices ;

 
Comme vous le constatez, une analyse simpliste et basique qui repose sur des compétences que nous possédons tous. Chacun doit être capable de faire son tri en fonction de son expérience et de sa lecture de l’avenir du monde. Il s’agit là de ma vision, elle est par nature fausse et sans intérêt ! Chacun doit réfléchir à ses propres critères de sélection. 
 
Au final, il reste 17 entreprises dans lesquelles le portefeuille est investi de manière équi-pondéré :

Investissement initial le 30/03/2020
LibelléQté.Prix revientCapitalDate
AIR LIQUIDE45112.6005 067.00031/03/2020
BOUYGUES18227.5305 010.46031/03/2020
DANONE8857.1205 026.56031/03/2020
DASSAULT SYSTEMES38132.9005 050.20031/03/2020
ENGIE5309.4505 008.50031/03/2020
ESSILORLUXOTT5199.4205 070.42031/03/2020
L’OREAL20246.3004 926.00031/03/2020
LEGRAND8757.5805 009.46031/03/2020
ORANGE44611.2104 999.66031/03/2020
SAINT-GOBAIN23321.4504 997.85031/03/2020
SANOFI62,180.5104 999.67131/03/2020
SCHNEIDER EL6379.2204 990.86031/03/2020
SODEXO8559.4805 055.80031/03/2020
STMICROELECTR26019.4005 044.00031/03/2020
TOTAL14833.5704 968.36031/03/2020
VEOLIA ENVIRONNEM25319.7304 991.69031/03/2020
VINCI6973.0005 037.00031/03/2020

 
Une fois par mois, en début de mois, je vous proposerais la synthèse du portefeuille, son évolution à la hausse et à la baisse. L’objectif est simple : NE RIEN FAIRE ! ET SE CONTENTER DE TOUCHER LES DIVIDENDES (s’il y en a) et on verra bien dans 10 ou 15 ans ce qu’il en ressort.
Bien évidemment, il ne s’agit pas d’investir en une seule fois dans ces actions. L’investissement devra se faire de manière progressive afin d’éviter d’investir au mauvais moment.
A suivre …
 
ps : Il s’agit d’une expérience et en aucun cas d’un conseil en investissement financier.
Je ne suis pas CIF mais simplement conseil en gestion de patrimoine indépendant. Mon expertise c’est la capacité à chercher (et essayer de trouver) des stratégies patrimoniales d’enrichissement, de valorisation mais également d’organisation qui permettront d’atteindre vos objectifs de vie. Il ne faut pas confondre le métier de conseil en gestion de patrimoine avec le métier de conseil en investissement financier qui consiste lui à apporter un conseil sur la sélection des produits financiers et autres support d’investissement de manière personnalisé. Je n’ai pas cette compétence. – cf « Conseil en stratégie et optimisation patrimoniale ». 

Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Assurance-vie et gestion de patrimoine

55 commentaires