Vous ne connaissez strictement rien aux marchés financiers pourtant vous sentez bien qu’il y a là matière à investir à long terme. Je vous propose donc une nouvelle expérience : Nous allons nous constituer un portefeuille d’action que nous allons choisir selon une objectivité assumée. L’objectif est ici de profiter des niveaux relativement bas des marchés financiers pour investir à long terme dans le capital d’entreprises que l’on juge capables de générer toujours plus de bénéfices à long terme et capables de s’adapter à une conjoncture en pleine mutation.

Attention, il ne s’agit pas de jouer au spéculateur en essayant de jouer aux arts divinatoires en devinant le niveau de la bourse dans 6 mois ou 3 jours. Il s’agit d’investir à long terme dans le capital d’une entreprise, c’est à dire acheter des actions pour 10 ans ou 15 ans et se contenter de faire confiance au modèle économique de l’entreprise et aux compétences et savoir faire de ses salariés pour créer de la valeur à long terme.

Il s’agit de mettre en application la théorie que nous vous proposons depuis de nombreux mois lorsque nous vous invitons à faire la distinction entre « Investir dans le capital des entreprises » et « spéculer ». Voici les quelques articles dans lesquels je vous présente cette différence fondamentale :

Bref, après la théorie, la pratique. Il est temps d’essayer de vous montrer la justesse de la théorie (ou pas). On verra bien. Il s’agit d’une expérience en temps réel. Pas de trucage, on verra bien.

 

Comment choisir les entreprises dans lesquelles investir lorsque l’on y connaît rien ?

Pour construire ce portefeuille, je me suis comporté comme un épargnant débutant, naïf et sans connaissance financière.

J’ai juste fait confiance à mon bon sens. Bref, je n’ai fait aucune étude financière des entreprises, aucune analyse. Je me suis juste demandé si l’entreprise dans laquelle je voulais investir pour les 15 prochaines années pouvais répondre à ces questions  :

Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ?

Bien évidemment, ne souhaitant pas prendre le risque d’investir dans le capital d’entreprises trop petites pour ne pas risquer l’absence de liquidité, j’ai construit un portefeuille d’entreprises cotées dans le CAC40, c’est à dire de très grande capitalisation.

Pour construire le portefeuille, j’ai donc regardé la liste des entreprises cotées sur le CAC40 et me suis posé la question : « Est ce que l’entreprise X sera capable de générer toujours plus de bénéfices après le règlement de la crise ? Est ce qu’elle sera capable de faire évoluer son modèle économique ? Son marché sera t’il toujours porteur dans 20 ans ? »

 

J’ai donc procédé par élimination. J’ai listé les 40 entreprises du CAC40 et j’ai retiré :

– Les entreprises dont je ne comprenais pas le modèle économique ou la capacité à créer de la valeur dans le cycle de production (comme nombre de société de conseil ou d’ingénieur type ATOS ou cap Gemini ou encore vivendi) ;

– Les entreprises dont le modèle économique repose sur un secteur que je crois contesté dans les prochaines années telles que les entreprises de l’automobile ou le pétrole mais aussi l’aviation et la consommation de masse ;

– Les entreprises du luxe car trop exposé à la croissance Chinoise que je crois contestable dans les prochaines années ;

– Toutes les entreprises liées au secteur bancaire et assurance. J’aime pas le modèle économique qui consiste à utiliser la spéculation sur les marchés pour générer des bénéfices ;

 

Comme vous le constatez, une analyse simpliste et basique qui repose sur des compétences que nous possédons tous. Chacun doit être capable de faire son tri en fonction de son expérience et de sa lecture de l’avenir du monde. Il s’agit là de ma vision, elle est par nature fausse et sans intérêt ! Chacun doit réfléchir à ses propres critères de sélection. 

 

Au final, il reste 17 entreprises dans lesquelles le portefeuille est investi de manière équi-pondéré :

Investissement initial le 30/03/2020
Libellé Qté. Prix revient Capital Date
AIR LIQUIDE 45 112.600 5 067.000 31/03/2020
BOUYGUES 182 27.530 5 010.460 31/03/2020
DANONE 88 57.120 5 026.560 31/03/2020
DASSAULT SYSTEMES 38 132.900 5 050.200 31/03/2020
ENGIE 530 9.450 5 008.500 31/03/2020
ESSILORLUXOTT 51 99.420 5 070.420 31/03/2020
L’OREAL 20 246.300 4 926.000 31/03/2020
LEGRAND 87 57.580 5 009.460 31/03/2020
ORANGE 446 11.210 4 999.660 31/03/2020
SAINT-GOBAIN 233 21.450 4 997.850 31/03/2020
SANOFI 62,1 80.510 4 999.671 31/03/2020
SCHNEIDER EL 63 79.220 4 990.860 31/03/2020
SODEXO 85 59.480 5 055.800 31/03/2020
STMICROELECTR 260 19.400 5 044.000 31/03/2020
TOTAL 148 33.570 4 968.360 31/03/2020
VEOLIA ENVIRONNEM 253 19.730 4 991.690 31/03/2020
VINCI 69 73.000 5 037.000 31/03/2020

 

Une fois par mois, en début de mois, je vous proposerais la synthèse du portefeuille, son évolution à la hausse et à la baisse. L’objectif est simple : NE RIEN FAIRE ! ET SE CONTENTER DE TOUCHER LES DIVIDENDES (s’il y en a) et on verra bien dans 10 ou 15 ans ce qu’il en ressort.

Bien évidemment, il ne s’agit pas d’investir en une seule fois dans ces actions. L’investissement devra se faire de manière progressive afin d’éviter d’investir au mauvais moment.

A suivre …

 

ps : Il s’agit d’une expérience et en aucun cas d’un conseil en investissement financier.

Je ne suis pas CIF mais simplement conseil en gestion de patrimoine indépendant. Mon expertise c’est la capacité à chercher (et essayer de trouver) des stratégies patrimoniales d’enrichissement, de valorisation mais également d’organisation qui permettront d’atteindre vos objectifs de vie. Il ne faut pas confondre le métier de conseil en gestion de patrimoine avec le métier de conseil en investissement financier qui consiste lui à apporter un conseil sur la sélection des produits financiers et autres support d’investissement de manière personnalisé. Je n’ai pas cette compétence. – cf « Conseil en stratégie et optimisation patrimoniale ». 

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 250€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 

– La gestion conseillée – Un service de conseil financier indépendant pour vous accompagner dans la gestion financière de votre épargne ou de votre assurance-vie. Comment diversifier votre épargne sur les marchés financiers ? Quelles unités de compte choisir ? Comment prendre du risque pour espérer améliorer le rendement de votre épargne ?

Découvrir notre service de gestion conseillée

 


55 Comments

  1. Pas d’entreprise dans le domaine du pétrole ? Que fait Total dans le portefeuille du coup? Sauvé à vos yeux par sa diversification dans l’électrique, le solaire et les batteries ?

  2. Nous partageons la même impression 😉

  3. chysalide says:

    moi aussi je n’y connais rien en bourse et ce que je connaissais dans les années 80 (seule fois de ma vie ou j ai crée pendant un an un mini mini portefeuille boursier, 15% en un an) n’a malheureusement plus de sens aujourd’hui et encore moins que demain…
    SI je devais « tenter « l’affaire, j’irais du côté des entreprises qui s’occuperaient des logements (pourquoi pas bouygues) du loisir , des chercheurs (genre Sanofi ou fondation recherche médical si elle était cotée), et pourquoi pas une entreprise qui travaillerait sur la fabrication de méthane à partir des déchets humains pour l’énergie….. bien certaines entreprises vont émerger APRES le confinement grâce à toutes les idées qui vont sortir de cette expérience que nous donne le covid 19!!!

  4. Bravo pour la démarche de sélection.

    Toutefois, j aurais préféré dans la démarche d investissement qu on attende un vrai signe de rebond ou d apaisement de la crise sanitaire.
    Trop précipité à mon sens.
    Ou, au moins, utiliser votre technique d investissement par tiers (30 % maintenant, sur le point bas actuel, et on attend la suite des événements…).

    Force est de constater que cette crise économique et financière à venir sera de forte puissance…
    On parle d une chute du PIB de l ordre de 5 à 8 %…. C était 2,5 % pour 2009…

    Un nouveau point bas est donc fortement probable. Allons y doucement….

    On a aucune idée pour l instant de la suite de la crise sanitaire, on ne sait même pas quand le confinement va cesser…..

    Ne nous precipitons pas !

    Bravo pour vos articles intéressants.

    Flo

  5. Johannes says:

    Cher Guillaume,

    Ces derniers temps, tout seul dans mon coin, j’en étais arrivé à peu près aux mêmes conclusions que vous (sauf pour Vinci et Véolia que je trouve trop dépendants de décisions politiques).

    Bonne journée,

  6. Pas mal vu, mais je suggère d’ajouter un filtre: exclure toutes les entreprises dans lesquelles se trouve l’Etat (stratège spécialiste de la bataille perdue) au capital

  7. bonjour,je pense pour ma part qu’il serait peut-être plus judicieux de diversifier à l’international car il devrait y avoir un reset général pour tous les pays
    on ne doit plus raisonner franco français !

  8. Innocent says:

    Je partage vos réflexions.
    Pour ma part, je n’exclurais pas les entreprises positionnées sur le secteur de l’économie de la connaissance en lien avec la révolution technologique et écologique. Je pense donc à Capgeminie, Atos et Véolia environnement.

    J’ai aussi un doute sur le fait de tout miser sur le CAC 40 et plus généralement la seule zone euro dont les turbulences pourraient sur le temps long conduire à sa dislocation à défaut de vision politique partagée sur le « vivre ensemble » dans cette zone afin de relever les défis à venir face aux ruptures écologiques, économiques, technologiques et philosophiques de la société d’aujourd’hui et de demain.

  9. Tembusu says:

    Bonjour Guillaume,

    Je me permets de vous proposer une solution plus simple à mettre en oeuvre, qui a fait ses preuves en terme de « back test », et qui me parait au moins aussi adaptée au profil que vous décrivez (novice en terme d’analyse financière, ne souhaite pas forcément investir beaucoup de temps dans la gestion de son portefeuille) : au lieu d’investir dans 17 entreprises, vous pouvez acheter des parts d’un ETF MSCI World, un indice qui regroupe 1643 entreprises. En effet, certains sont éligibles au PEA (je pense notamment CW8 d’Amundi, avec 0,38% de frais annuels, et dividendes réinvestis).

    Pour les lecteurs du blog qui seraient intéressés, je vous redirige vers le blog et le livre « Epargnant 3.0 » d’Edouard Petit sur le sujet : https://www.epargnant30.fr/

    Par ailleurs, je pense que raisonner uniquement en terme de secteur a ses limites ; la solidité du bilan d’une entreprise est pour moi au moins aussi importante. En effet, certaines entreprises de la sélection (Vinci, Bouygues, Schneider) sont assez endettées, ce qui, en temps de crise, est une situation qui peut se révéler dangereuse (j’avais fait une petite analyse la semaine dernière pour profiter des soldes).

    Au plaisir d’échanger,

    Tembusu

    • Patrick D says:

      D’accord avec Tembusu.
      Je suis néophyte mais je pense les ETF plus simples même s’il y a un peu de frais.
      Sortir du CAC 40 pour prendre aussi sur Etats Unis ou d’autres secteurs me parait aussi intéressant.

  10. Tout ceci repose sur le fondement de la monnaie telle qu’on la connaît mais je ne suis pas sûr que cela soit durable
    on pourrait très bien en effet se retrouver avec des billets de Monopoly !
    Quid de la valeur des actifs et même du travail ?

  11. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Si j’étais Michel ( je parle à sa place et il me contredira si je ne traduis pas sa pensée) je vous dirais qu’il ne faut surtout pas investir en bourse maintenant.
    En effet dans les crises passées, l’ampleur de la baisse des indices boursiers est proportionnelle à la baisse du PIB pendant la crise.
    Je passe les calculs, mais en gros cela devrait amener le CAC vers 1500 d’ici 2 ans.

    Mais comme je ne suis pas Michel, je trouve la liste pas mal. Je rajouterais quand même du LVMH

  12. Bonjour. Suivre les idées et arguments.

  13. Quand même, ce qui est intéressant dans la liste de Guillaume c’est que ce sont des sociétés bien connues et il sera intéressant de voir comment chacune aura évolué au point de vue boursier. Que ces sociétés soient françaises ou non, elles agissent toutes sur le marché mondial et à mon avis seules celles qui sauront s’adapter survivront.

  14. Pour moi toujours le même PF : ORANGE, TOTAL, ENGIE.

    ORANGE et ENGIE continuent leur business en temps de confinement, et TOTAL est un pari sur le retour à la normale (+ faible endettement).

    Tous les mois, j’investis toutes mes payes en actions, mais j’ai remboursé mon dernier crédit immo il y a 6 mois.

  15. Polaris says:

    Bonjour Guillaume,

    autant en matière d’investissement immobilier nos convictions respectives sont diamètralement opposées (je n’y reviens pas 😉 ), autant sur le plan des grosses valeurs mobilières, je constate que nos sélections sont assez semblables; nous sommes plutôt « old school » :-).

    A côté de ces « gros paquebots », je pense cependant qu’il est également pertinent de diversifier son PEA avec quelques valeurs européennes – Allemandes notamment, mais on trouve aussi de beaux dossier en Espagne, en Italie et aux Pays Bas – analogues aux françaises que vous citez, quelques belles ETI (qui ont généralement plus de potentiel de croissance sans être pour autant des startups) et quelques sociétés plus petites (donc plys risquées) qui interviennent dans des secteurs d’avenir et aux revenus récurrents, je pense notamment aux ENR.

    Après il y a aussi les foncières cotées (non éligibles au PEA mais avec le PFU le CTO est redevenu attractif); mais là je subodore que nous allons à nouveau être en désaccord ;-)…

    • Les actions étrangères (européennes bien sur) dans un PEA, c’est moyen car on ne récupère pas le prélèvement à la source sur les dividendes.

      • Polaris says:

        Ce que vous écrivez est exact, bien que tous les pays européens ne pratiquent pas le prélèvement à la source. Et personnellement, j’accorde une importance élevée à la diversification géographique; même si les économies européennes sont évidemment très interconnectées, leurs marchés gardent des spécificités assez marquées, et se cantonner aux actions côtées en France me paraît dangereux.

    • « Après il y a aussi les foncières cotées »… vous voulez évoquer ces centres commerciaux qui n’ont plus de clients ?

      • Polaris says:

        Non, justement pas (je la voyais venir, celle-là 😉 . Je parlais des foncières investies en bureaux (Ok je connais votre avis là-dessus), en immobilier de santé (ICADE, AEDIFICA), en logements – au moins partiellement – (GECINA, COVIVIO, DEUTSCH WOHNEN, VONOVIA), en résidences étudiantes (XIOR), en immobilier logistique (ARGAN) etc…

  16. Un chinois en france says:

    La publication des chiffres du PIB en glissement mensuel et annuel , la très prochaine dévaluation du RMB ne sont pas encore pricé .

  17. laurent says:

    Le mensonge Chinois sur l’impact réel du nombre de morts (60 000) n’est pas encore price par les marchés….
    Beaucoup trop tôt pour revenir

  18. Un chinois en france says:

    Autrechose que l’on ne savait pas déja depuis longtemps ? Tout le monde joue avec les chiffres et certains dans une moindre mesure mais la réalité est loin de ce qu’on entend partout demandez a Raoult !

  19. LYONNAY says:

    En ce moment des milliers de malades luttent contre la mort.
    Des milliers de médecins, de soignants, de pompiers, de policiers, de petites mains luttent pour tenter de les sauver et pour que nous nous en sortions, si possible, et dès que possible.
    Des milliers de familles pleurent un proche.
    En temps normal je vous lirais.
    Mais maintenant je trouve vos préoccupations obscènes,
    elles sont à vomir.
    Et puis le monde de demain sera-t-il encore celui que vous croyez devoir advenir?
    Non, décidément, faites une pause, par respect, par simple dignité.

  20. Un chinois en france says:

    C’est vrai respect ,

  21. julien bonnetouche says:

    Laurent,

    Le nombre de morts en Chine n’a pas d’importance, puisque la Chine est sur la voie du redressement.
    Ce qui est une bonne chose d’ailleurs, car cela évitera les ruptures de stocks lorsque le monde repartira.

    Pour le moment, le plus important c’est ce qui va se passer aux USA.
    tout le monde en bourse s’en inquiète, puisque Wall street est le marché directeur.

    Je suis plutôt optimiste pour les US. Ils ont déjà montré qu’ils étaient capables de mobiliser leur industrie rapidement.

    Mon pari ( ou mon estimation déjà connée, ) est que le CAC navigue quelques temps entre 3800 et 4500.

    Mais il y a une différence entre acheter à 3800 et à 4500. cela fait plus de 20% de différence. Et même si l’on a un objectif de long terme…

    Nous vivons une époque formidable ( au sens littéraire). J’ai hâte de voir comment Trump va s’y prendre pour avoir un DJ au top en novembre !!!!

    • Le Mecreant says:

      « Le nombre de morts en Chine n’a pas d’importance, puisque la Chine est sur la voie du redressement. »
      Ca c’est la version officielle. Et vu la crédibilité des infos que nous avons (et pas que pour la chine) il me semble téméraire d’affirmer quoique ce soit.
      A ce stade, en gros on ne sais a peu pres rien de la suite des évenements. a commencer par les recontaminations, la durée d’une hypothétique immunisation ( ace stade elle semble précaire) Nous ne savons rien sur les conséquences a long terme pour ceux qui ont été infectés (Il y a une serieuse suspicion de sterilité masculine dont a ce stade on a aucun element pour savoir si elle est temporaire ou définitive) On ne sais pas quelles seront les conséquences psychologiques, les mutations societales etc… On nous parle de 15 jours encore de confinement, les chinois en sont a 3 mois, les anglais parlent de 6 mois, d’autres de 2 ans pour la sortie de crise sanitaire. On a fait tout un plat sur la chloroquine, je crains fort que ce ne soit qu’un pétard mouillé. Je pense qu’il convient de ne pas confondre vitesse et précipitation. Toute action actuelle relève du « pari sur l’avenir » mais ce n’est qu’un pari.
      Et je n’ai abordé ni la crise economique, ni la crise politique, parce qu’il ne fait pas croire qu’apres ça on va repartir comme en 14.

  22. Vincent says:

    Bonjour

    Si Total is « ton Big to Fail «  pourquoi ne pas réserver une part de cette allocation directement sur un ETF petrole BRENT à 22 dollars au cours d’aujourd’hui ?

    À vous lire

    • Ca existe dans le PEA ??
      Quel code?

    • Guillaume FONTENEAU says:

      Parce que je ne suis pas un spéculateur… je suis un investisseur de très long terme. 😉

      • Vincent says:

        Est ce incompatible, de booster son allocation moyen et long terme , en incorporant 30 % de fonds spéculatifs ?
        Le pétrole brent a 22 dollars le baril , représente t il un risque dans une allocation moyen terme ( 3 a 5 ans ) ???

        • patrick says:

          Quel ETF par exemple ? Souvent les ETF sont composés d’un panier d’action mais pas de la matière première non ?

    • Le Mecreant says:

      J’aurais tendance a dire que Total sera encore la, quand il n’y aura plus aucune goutte de petrole…

      • Vincent says:

        Ok 👍
        Cependant , je ne vois pas TOTAL multiplier son cours de bourse par 4 même à moyen terme ?

        Un baril de brent à 80 euros d’ici 3 à 5 ans me semble plus atteignable ( surtout en partant de 22 à ce jour ) ????

        • Le Mecreant says:

          Je crois bien que « a moyen terme » avoir gardé le pouvoir d’achat de son portefeuille au point ou il est aujourd’hui, c’est déjà plus qu’honorable. Alors la valeur multipliée par 4… (pour mémoire le cac 40 n’a jamais rattrapé ses valeurs de l’avant crise de 2008.)
          Mais je me place en investisseur a long terme , pour la spéculation j’ai l’euro-million 🙂 je mise 3 euros, et je ne perd que 3 euros en général, il y a mêm des fois ou je suis remboursé 🙂

  23. julien bonnetouche says:

    LYONNAY,

    Vous ne trouverez personne ici qui ne compatisse avec une famille perdant un proche, et en tout premier lieux avec les personnels soignants puisque particulièrement exposés à des charges virales plus importantes que les autres.

    Mais c’est un sujet différent de ceux qui appellent des commentaires sur ce blog consacré à l’économie.

    Nous sommes ici pour essayer de comprendre les conséquences économique d’une crise humanitaire, justement sans se laisser influencer par l’effet de loupe des médias.

    L’émotion, toute justifiée qu’elle soit par ailleurs, en matière boursière est mauvaise conseillère.

  24. Bonjour

    Je comprends LYONNAY……………..mais

    j’ai un très proche qui a été atteint. Il s’en est sorti . La trouille oui !! mais quoi faire.

    En ce moment je ne suis pas investisseur et je ne pense pas l’être demain. Alors pourquoi je suis là sur ce site. ça m’intéresse, ça ne m’empêche pas de penser, mais je pense que dans ces cas là il ne faut pas faire un malade de plus ou des malades en plus. Chacun vit le confinement à sa manière.
    Certes, remettre un peu d’économie au service de l’humain serait nécessaire, mais de toute manière il faut que l’économie continue de tourner sinon on en pâtira tous et ce sera même pire.

    DE grands responsables ont agi par le passé. A les voir qui aurait pensé que dans leur vie privée ils faisaient face à leur impuissance dans l’aide qu’ils essayaient de porter à un proche très malade. Par pudeur ils taisaient leur souffrance morale.
    Oui je comprends et je compatis mais il ne faut pas penser que tous ceux qui interviennent sur ce blog sont des insensibles. Nous ne connaissons la vie de personne et il ne faut pas se fier à certaines apparences.

  25. Badtimes says:

    LYONNAY ,
    Les temps sont tristes, durs et douloureux pour beaucoup de monde, mais ce n’est pas pour ça qu’il faut s’arrêter de vivre et de ne pas aborder tous sujets même celui de ce blog, d’ailleurs leur combat ne servirait à rien si nous ne faisions pas ça.
    Continuer à vivre ne veut pas dire manque de respect, de compassion ou de solidarité au contraire.
    Certains chantent, d’autres jouent de la musiques, d’autres jouent sur internet, d’autres font des choses qui leur plaisent, etc., cela ne les empêchent pas de penser à tous ceux qui souffrent, c’est la vie et vive la vie.

  26. Score invest says:

    Les chiffres de l emploi américain le PIB , la baisse des taux en chine nous sommes très très loin du point bas !

  27. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Deux sujets me parlent ce matin et qui sont liés :

    D’abord le Plaquenil.
    Il existe de plus en plus d’indices en faveur d’une efficacité du Plaquenil à condition d’être pris au tout début de la symptomatologie.

    C’est à dire que si nous traitons tout le monde en médecine de ville (et pas seulement à l’hôpital) la situation globale serait considérablement améliorée, et ce même si le médicament n’améliore pas tout le monde.

    J’espère que par anticipation, les pouvoirs publics ( et Sanofi ) ont pris les dispositions à tous niveaux pour que cela soit mis en place facilement et rapidement dès confirmation de l’efficacité !!!!

    Car de toutes façons, une reprise de l’activité, progressive sans doute, va devenir indispensable après fin avril. Et partout dans le monde.

    Rappelons que le confinement est l’ennemi N1 de l’immunisation collective, seul vrai rempart contre le virus.
    le confinement ne sert qu’à réduire l’embouteillage aux urgences, mais pas à lutter contre la maladie.
    1 mois de confinement coûte 3 points de PIB. au 15 mai nous en serons donc à 6 points de PIB.

    Le confinement est une sorte de pari : le pari qu’ assez rapidement on enraye l’épidémie. mais si au bout de 2 mois ce n’est pas fait il faudra quand même reprendre la vie économique.

    Tuer l’économie serait pire que quelques dizaines de milliers de morts supplémentaires.

    Il y aura donc pour les gouvernants un choix difficile à faire, et expliquer qu’il est nécessaire de rouvrir les entreprises en prenant quelques précautions naturellement.

    Si le Plaquenil donne des résultats, Raoult finira au Panthéon !!

  28. julien bonnetouche says:

    Je suis d’accord l’anticipation ce n’est pas leur fort.
    Mais là tout de même ça fait un bon mois qu’on en parle et le produit est facile à faire et ne coûte quasiment rien pour une fois…..

    • Badtimes says:

      Ce qui expliquera peut être la non décision !……avant de trouver l’autre remède nouveau qui lui ne sera pas fourni au même prix.( je sais c’est machiavélique mais vu mon âge et mon expérience tout est possible dans ce bas monde surtout en période de guerre…)

  29. loliGun says:

    Pouvons nous avoir le CODE pour ses actions ? car en recherchant par nom, on tombe sur plein de ligne avec parfois l’incapacité de savoir laquelle prendre.

    cordialement

  30. François says:

    A priori les industries Automobiles montrent qu’elles peuvent muer.
    Quant au domaine aérien, les progrès devraient permettre de trouver d’autres énergie que le pétrole (avec quand même plus de 10 ans de réserve me semble-t-il ?).

  31. M.FONTENEAU je croyais que vous aviez investi par 1/8 depuis plusieurs semaines (cf votre article du 17/03), l’investissement dans ces 17 actions en date 30/03 est-il un investissement purement fictif ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez nos conseils pour gérer votre patrimoineInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine