Leblogpatrimoine a soufflé ses 12 ans le 15 Février 2020. Que de chemin parcouru depuis les premiers articles. En 12 années, j’ai écrit 3734 articles, et vous avez déposé 74640 commentaires !

Aujourd’hui, leblogpatrimoine.com, c’est environ 1 300 000 pages vues par mois depuis le début de l’année 2020, en hausse de 30% par rapport à l’année 2019.

En Février 2008, je lance leblogpatrimoine en parallèle de mon activité salariale. J’étais à l’époque conseiller en gestion de patrimoine au service du notariat au sein de leur filiale dédiée à la gestion de patrimoine UNOFI et c’est dans perspective d’une installation en tant que conseiller en gestion de patrimoine que je lance leblogpatrimoine.com ;

Ce sont ensuite 12 années pendant lesquelles je n’ai jamais cessé d’écrire des articles pour vous aider dans la mise en place de votre stratégie patrimoniale, commenter l’actualité juridique et fiscale, mais aussi essayer de comprendre la complexité du monde dans lequel nous évoluons.

Ensemble, nous avons construit un outil dont je suis très fier aujourd’hui. « Ensemble », car nous avons avancé ensemble, construit ensemble ce qu’est devenu leblogpatrimoine… et nous allons continuer ensemble à inventer l’avenir de la gestion de patrimoine.

Tout au long de ces 12 années, j’ai tâtonné pour essayer de trouver un modèle économique qui soit à la hauteur de mon obsession de rendre la véritable gestion de patrimoine accessible à tous.

Dans mon esprit, aucun compromis n’est possible ! On ne peut pas vendre de produits financiers ou immobiliers lorsque l’on prétend exercer le métier de conseiller en gestion de patrimoine ! Il n’est pas possible d’être à la fois « conseiller » et « vendeur ». 

Depuis la fin de mes études de master en Gestion de Patrimoine de l’université de Clermont Ferrand, je cherchais le modèle économique me permettant de « vendre du conseil » et non vendre des « produits financiers ou immobiliers ». Il n’est pas possible de se prétendre conseiller indépendant et d’être rémunéré par la vente de produits financiers ou immobiliers.

Il me fallait donc inventer le métier qui me permettrait de sortir d’un modèle économique qui trompe le client sur la réalité du conseil.

Aujourd’hui, je crois avoir trouvé le modèle économique que je cherchais depuis longtemps. Il m’aura tout de même fallu chercher pendant 10 ans pour réinventer l’eau chaude. En effet, le modèle économique était d’une telle évidence et d’une telle simplicité, qu’il m’était impossible de le voir. (et c’est quand on trouve le bon modèle économique que l’on se dit : « mais pourquoi ne l’ai je pas fait avant ? Quel idiot ! »).

Ce modèle économique repose sur trois piliers :

  • Une activité éditoriale et la rédaction d’articles rémunérés par la publicité. Par volonté d’indépendance, je ne choisis pas les annonceurs et laisse la régie publicitaire « google » sélectionner les publicités en rapport avec le contenu ou avec vos centres d’intérêt. La publicité est également la forme de rémunération choisie pour l’activité crédit immobilier et assurance de prêt, deux activités pour lesquelles ma rémunération est fonction de la transformation (si les prospects envoyés au courtier en crédit immobilier ou au courtier en assurance de prêt sont transformés en clients par ces derniers, je suis rémunéré).

 

  • 3 Livres : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . J’ai rédigé ces trois livres avec l’obsession du conseil ! Ce sont des livres pratiques, accessibles à tous dans lesquels, j’écris et détaille les conseils que je donne à mes clients. Ils permettent à chacun de bénéficier de mon regard et de mon expertise pour un budget raisonnable.

Des livres qui semblent vraiment répondre à un besoin tant les ventes se maintiennent à un niveau élevé.

 

  • Et surtout, l’activité de conseil en gestion de patrimoine, ce troisième et finalement nouveau pilier pour lequel je me dis tous les jours : « Mais pourquoi ne l’ai je pas fait avant ! C’est tellement le pied ! ». Depuis fin septembre 2019, j’ai totalement revu ma manière de vous conseiller. Fini, les rendez-vous à 300€ de l’heure et autres bilans patrimoniaux à 1500€ ou plus. Je propose dorénavant mes conseils indépendants sous forme d’assistance patrimoniale à 89€ tout compris ou d’accompagnement patrimonial sous forme d’abonnement à 350€ / mois (cf « Conseil en stratégie et optimisation patrimoniale » pour découvrir ces deux offres).

Depuis le lancement, c’est un succès immédiat. Plus de 450 rendez-vous en 8 mois. Quel bonheur !

 

Et maintenant ? Que sera leblogpatrimoine dans 10 ans ?

Je ne sais. Il va falloir s’adapter aux mutations de la société pour proposer des services toujours plus adapté à notre exigence d’un conseil indépendant.

On va construire le chemin en avançant…

Et vous, comment voyez vous l’avenir de la gestion de patrimoine ?

Besoin d’un conseil ?

Vous rêvez d’un conseil en gestion de patrimoine qui n’a rien à vendre à part ses conseils ? Ça tombe bien, c’est notre métier !

Qu’il s’agisse d’une simple question ou d’un audit complet de votre situation patrimoniale, nous sommes en mesure de vous accompagner au gré de vos besoins et de vos projets de vie. Pour bénéficier de nos conseils, trois solutions :

 

 

L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour bénéficier de notre expertise pour gérer votre patrimoine ou trouver les réponses à vos questions fiscales, juridiques, financières. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes à 1 heure pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 89€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Nouveau ! L’accompagnement patrimonial PREMIUM– Un abonnement mensuel pour bénéficier à tous moments des conseils de votre conseiller en gestion de patrimoine indépendant ! – Un service proposé au prix de 350€ TTC / mois (sans engagement de durée – 1 mois, 3 mois, 6 mois, 10 ans, c’est vous qui choisissez pendant combien de temps vous avez besoin de nos conseils).

 

Découvrir notre service d’accompagnement patrimonial

 


50 Comments

  1. Avec le reset monétaire, la catastrophe économique qui s’annonce d’ici 2 ans, l’hyper inflation ou l’hyper déflation, y aura t’il encore des patrimoines à gérer dans quelques années ?

    • Quel humour.

      J’ai souvent ces remarques noires de la part de lecteurs effrayés de la situation. Ma réponse est alors systématiquement la même : La grand-mère de mon épouse était résistante à 16 ans. En 1941, elle avait le droit de croire que la fin du monde approchait, pourtant elle ne l’a pas fait avec raison.

      Aujourd’hui, nous vivons au paradis par rapport à ce qu’a vécu cette génération. Arrêtons de jouer à nous faire peur pour rien.

  2. Guillaume G. says:

    Bonjour Monsieur Fonteneau,
    Félicitations pour votre parcours exemplaire quoique atypique.
    Ces questions existentielles que vous vous posez à juste titre témoignent de la complexité (finance, fiscalité, droit, économie, etc.), mais aussi et surtout de l’intérêt, du conseil en matière patrimoniale.
    C’est un plaisir de lire quotidiennement ces lignes écrites sous votre plume.
    Cordialement,

  3. Cher Monsieur
    Votre site est très intéressant et Je m’inspire de vos conseils et de vos idées.
    J’ai fait le même portefeuille de le vôtre en même temps et conclusion même résultat.
    À vous lire régulièrement, on ne loupe rien et l’aventure est passionnante.
    À bientôt Cdt

  4. Patrick D says:

    Bravo Mr Fronteneau pour cette réussite.
    Je crois que ceux qui réussissent sont les premiers qui voient un problème, un excès ou un manque dans un domaine qu’ils connaissent bien. Puis ils ont le courage de prendre des risques pour trouver une solution et l’appliquer. A ce moment ils sont seuls à vouloir remettre en question toutes les habitudes prises … et toujours enseignées.
    C’est un parcours que peu de gens font car il faut souvent risquer plus que du temps et de l’argent.
    Bravo à vous.

  5. Christian says:

    Bravo pour votre réussite. En tant que « vieux CGP » j’aime bien nuancer vos propos. Et faire comme certains magasins de produits très techniques: apporter un conseil judicieux puis proposer le produit avec le SAV. Si le produit n’était pas bon, le client sait où revenir chercher un conseil ou obtenir réparation (ce qui n’est jamais arrivé en 17 ans). D’autre part vous gagnez votre vie avec des publicités, dont certaines sont parfois contraires à tout ce que vous écrivez. Un de mes clients s’est fait « attraper » grâce à la confiance accordée à vos publicités. Il ne reverra jamais son argent investi sur un parking à forte rentabilité. Dommage. Comme dans toute chose, il y a toujours du bon et du moins bon.

    • Il ne s’agit pas de « ses » publicités puisque que les espaces alloués sont en open bar pour les annonceurs. Voilà une piste d’amélioration: filtrer les arnaques et les annonceurs qui utilisent votre travail et notoriété pour chasser le pigeon qui se sent en confiance ici…
      Pour le reste, lecteur depuis environ 3 ans, j’apprécie bcp vos articles qui m’ont permis d’ouvrir mon esprit sur des sujets qui m’étaient totalement inconnus.

    • Permettez-moi de m’étonner de la naïveté de votre client :
      – alors même qu’il bénéficie des conseils d’un CGP,
      – que s’il suit ce blog il doit être suffisamment averti des arnaques des vendeurs de rêve,
      – qu’on a déjà plusieurs fois expliqué comment fonctionne une revue pub sur le net.

  6. Damien B says:

    Bonjour M. Fonteneau, je lis avec grand intérêt vos articles depuis plusieurs années. J’apprécie beaucoup votre esprit critique, votre bon sens et vos analyses distanciées, qui ne cèdent jamais aux idées passagères ou à la mode. C’est rare de nos jours et d’autant plus apprécié.

    Bien cordialement.

  7. julien bonnetouche says:

    Bonjour,

    Oui leblogpatrimoine, devient une réussite parce que Guillaume a délibérément choisi de rester indépendant de toutes pression commerciales.

    Il traite de sujets qui intéressent la majorité des épargnants avec les détails juridiques et fiscaux souvent dignes d’un expert.

    Mais (je plaide un peu pour ma paroisse) le développement avenir sera plus important encore :

    En effet, Guillaume aborde librement de plus en plus des sujets d’actualité économique générale pointus, sur lesquels les »experts » divergent souvent.

    Et comme le monde de l’économie est en voie de mutation accélérée, le buzz généré par ces articles devrait lui valoir encore de plus en plus de lecteurs.

  8. chrysalide says:

    Je vous ai découvert pendant le confinement, donc toute nouvelle, j’adore y donner mon avis et recevoir ceux des autres, alors bonne continuation.
    par contre vous m’avez « re « donner envie de tenter un compte action, alors je vais voir avec ma banque ….en attendant je reste sur la pierre pour mes revenus….
    longue vie a vos projets… et en effet améliorer ou filtrer les pubs çà sera pas du luxe

    • « vous m’avez « re « donner envie de tenter un compte action, alors je vais voir avec ma banque »

      Attention, les frais de gestion risquent d’être élevés et la réactivité faible. Faites le tour des plateformes avant de vous décider (bourse direct, degiro, Fortuneo, Boursorama, …) et choisissez celle qui vous convient le mieux.

  9. Bonjour,
    La gestion de patrimoine étant de nature pluridisciplinaire,ce blog remarquable ne fait l’impasse sur aucun sujet fût il tabou, et permet donc d’avancer dans une réflexion se devant être objective et constructive.
    La confrontation de divers points de vue d’excellent niveau quant à des questions techniques souvent complexes est passionnante et enrichissante.
    Bonne continuation et merci pour votre travail sérieux.

  10. Bonjour
    « J’ai souvent ces remarques noires de la part de lecteurs « —->remarque de personnes imbues d’elles mêmes et surtout sarcastiques.
    Laissons les chiens aboyer au passage de la caravane qui poursuit son chemin.

  11. No Comment says:

    Bonjour,

    Ce que je lis ci dessus confirme mes propos d’hier sur le buz…

    Mais vous avez le mérite de la transparence.

    Votre modèle éco se respecte mais n’est pas exclusif, je pense, de certains autres bons CGPI qui font parfaitement, honnêtement et en toute transparence leur métier de Conseil et d’accompagnement de leurs clients.

    Le commentaire de Christian ci dessus laisse songeur…
    Vous semblez si puriste…Comment accepter des annonceurs très douteux non maîtrisés ? Il me semble qu’il y a une incohérence si je peux me permettre…un filtre éthique et de conformité réglementaire s’impose sans doute à minima et la remarque de Solvinz est pertinente quand à l’amélioration.
    Cdt

    • Julien bonnetouche says:

      Ici encore vous vous faites plus idiot que vous l’êtes : La régie publicité de Google est utilisée par tout le monde et c’est un algorithme qui choisit. Il est impossible de filtrer. Même si il y aura toujours des béotiens, le blog s’adresse tout de même à des gens qui ont une culture économique minimum. C’est à eux de ne pas croire au père Noël sans quoi la vie devient impossible !!

    • @No Comment
      il serait intéressant que vous précisiez un peu plus l’adjectif « Puriste »très dans l’air du temps.
      La publicité fait partie intégrante de notre quotidien que l’on puisse ou non le déplorer,et personne n’est dans l’obligation,(en tout cas, pour l’instant et dans notre pays),d’y prêter la moindre attention.
      Comme dans tous les domaines il existe le meilleur et le pire !
      Les nouvelles technologies de l’information ne permettent-elles pas de trier le bon grain de l’ivraie,y compris pour le béotien?
      La gestion de patrimoine n’est en rien antinomique avec la publicité puisqu’il ne vous aura pas échappé que tous les gestionnaires ne se valent pas.
      La publicité permet des éléments de comparaison et à ce titre est indispensable.
      Qu’en pensez-vous?

      • Christian says:

        Je pense que les publicités trompeuses sont le fait de commerciaux très aguerris dans l’art de la manipulation, il n’est pas étonnant que de nombreuses personnes tombent dans le panneau. Les différents sujets (diamants, manuscrits, forex, vins, parkings…) ont fait des milliers de malheureux, particulièrement en temps de confinement. Que ceux qui les prennent pour des béotiens, tombent un jour dans le panneau et on pourra leur retourner le même qualificatif.

        • @CHRISTIAN

          C’est exact et j’abonde dans votre sens, car il est toujours possible d’être trompé lorsque l’on confie son argent à quelque intermédiaire que ce soit : Le mot « béotien est sans doute excessif,et « candide » conviendrait mieux !
          -Comment par ailleurs faire autrement puisque la loi oblige de faire appel à l’intermédiation pour investir?
          il est vrai que des investisseurs d’un excellent niveau peuvent être abusés par des promesses fallacieuses.(C.F. : investissements à l’étranger difficiles à identifier précisément).
          La technique employée par les escrocs est souvent très simple : l’autorité devant laquelle nous avons l’habitude de nous incliner inconsciemment depuis notre plus jeune âge fait force de loi,et comme il est impossible de tout connaître et d’être spécialiste dans tous les domaines,il est normal d’accepter humblement les connaissances que nous ne pouvons posséder,notre raison étant alors supplantée par une mise en condition psychologique basée sur la confiance imposée par les circonstances.
          Moralité : il est donc nécessaire de parfaire ses connaissances dans quelque domaine que ce soit avant tout projet,et cet excellent blog ne peut que contribuer à une meilleure information quant au domaine complexe de la gestion patrimoniale.

          • Christian says:

            Pour information, les escrocs usurpent l’identité de CIF et rassurent avec leurs agréments. Il est très difficile de s’en apercevoir, tant que l’AMF n’a pas été avertie! Et elle l’est souvent avec du retard,notamment pendant le confinement.

            • @Christian, J’oubliais en effet votre remarque essentielle : l’usurpation d’identité qui représente bien le b.a.-ba utilisé dans le domaine trop répandu de l’escroquerie financière.
              Certes,les escrocs rassurent avec de faux agréments,(notamment s’ils sont basés à l’étranger où il est facile d’indiquer » l’agrément » d’un grand réseau bancaire, avec le web rien de plus simple!)
              Mais la méthode principale pour une mise en confiance totale est dans un premier temps un phishing très efficace consistant à une distribution récurrente de revenus confortables d’origine douteuse, incitant l’investisseur à augmenter sa mise qu’il ne reverra évidemment jamais.
              Malgré les mises en gardes très nombreuses,il est surprenant que nombre d’investisseurs avertis,( et pas simplement candides),puissent être abusés !

  12. Bonjour

    « Votre modèle éco se respecte mais n’est pas exclusif, je pense, de certains autres bons CGPI qui font parfaitement, honnêtement et en toute transparence leur métier de Conseil et d’accompagnement de leurs clients. »

    Bien évidemment et c’est heureux.

  13. Bonjour M. Fonteneau,

    Je me permets de copier/coller mon message du 18 mars, suite à votre article : « Les épargnants sont perdus face à la crise ! Ils ont besoin d’un conseil INDÉPENDANT pour gérer leur patrimoine ».

    Pourriez svp arrêter de publier des articles laissant croire systématiquement que le conseil des cabinets de gestion de patrimoine (CIF ou non) est soit dépendant soit indépendant. Cela est FAUX et vous le savez, contrairement à vos très nombreux lecteurs. De plus, vous utiliser cette fausse information pour valoriser votre conseil. Avez-vous réellement besoin de cela pour maintenir ou développer votre modèle économique ?

    A nouveau, vous laissez entendre le contraire :
    « Dans mon esprit, aucun compromis n’est possible ! On ne peut pas vendre de produits financiers ou immobiliers lorsque l’on prétend exercer le métier de conseiller en gestion de patrimoine ! Il n’est pas possible d’être à la fois « conseiller » et « vendeur ».  »

    Cela nuit à la profession et à la qualité de vos articles. Je ne pense pas que le modèle économique de qualité que vous poursuivez apparemment brillamment nécessite d’induire en erreur vos lecteurs, professionnels ou non. Inutile que Christian PIRE réponde à mon commentaire avec un débat philosophique très loin de mon propos simple et clair.

    Bien à vous

  14. Thibaud, les cgip sont rémunérés en partie par le client en partie par les « fournisseur «   des produits qu’ils conseillent à leurs clients. Des lors comment voulez vous qu’ils ne soient pas sensibles au % de rémunération ? Et même si essayent d’en faire abstraction le plus possible ?

    • Julien bonjour,

      Je ne suis pas d’accord avec vous. Je copie colle ma réponse du 18 mars sur le même sujet qui répond en partie à votre question.

      Bonjour Christian,
      Je suis d’accord avec vous sur le premier paragraphe, et la notion réelle d’indépendance. L’analyse de la situation dans votre second paragraphe est la vôtre, et j’en partage une bonne partie.
      Mon commentaire a surtout pour objectif de rappeler une vérité, qui elle est unique, à savoir que les cabinets de CGP peuvent produire des conseils indépendants.
      La notion de dépendance ou indépendance que M. Fonteneau relève systématiquement pour légitimer tout ou partie de ses propos et rémunération, est uniquement liée à la rémunération, qui doit être claire, transparente et non trompeuse, c’est tout. Ainsi, et contrairement à ce qu’il laisse entendre dans ses différents articles, de qualité par ailleurs, un cabinet dit « dépendant » peut parfaitement produire et être rémunéré pour un conseil « indépendant ». Allons même plus loin, et en respect avec les règles de notre profession : un même client peut parfaitement avoir au sein d’un même cabinet, un conseil « dépendant » pour la mise en place d’une solution et un conseil « indépendant » pour l’étude ou l’analyse d’une autre situation ou solution. Il suffit que le conseiller ne soit pas le même et/ou que le conseil indépendant rémunéré n’implique pas la mise en place de solution pour lequel le cabinet sera rémunéré.
      La notion de conseil indépendant n’est donc pas une exclusivité du blog du patrimoine, et il devient extrêmement agaçant de lire des phrases (que j’appellerais plutôt des leçons) telles que :
      « Abandonnez le camp des financiers », « Abandonnez l’idée d’être un commercial… redevenez un conseiller ! », « Faites comme moi ! », « Amis CGP, amis CIF, copiez nous ! Proposez vous aussi un conseil INDEPENDANT à vos clients » : c’est délirant.
      Enfin, et fondamentalement, un conseil réellement indépendant et de qualité comme indiqué, peut-il continuer à répandre de fausses vérités pour vendre ce même conseil ?

      • Effectivement, j’ai travaillé chez UNOFI, mais aussi en banque privée ou pôle de gestion de patrimoine. Et dans ces établissements, mes employeurs me payaient pour vendre de l’assurance vie !

        J’étais un vendeur d’assurance-vie. Mes compétences patrimoniale n’avaient qu’un seul intérêt : Permettre de collecter toujours plus d’épargne en assurance-vie.

        C’est justement parce que je connais parfaitement le métier que j’ai ce regard dur et probablement injuste à l’égard du tout petit nombre (dont vous faires vraisemblablement partie) qui fait bien son métier de conseil.

        Lorsque j’étais salarié dans ces établissements, j’étais le même avec la même compétence, même conviction … mais je n’étais pas de bon conseil, car rémunéré pour vendre, je me devais satisfaire ma hiérarchie et vendre à mes prospect ce que mon directeur commercial me demandait de vendre.

        C’est ça la réalité du métier. Et vous le savez parfaitement.

        • No Comment says:

          Bonjour G,
          Vous étiez salarié !!, soumis au lien de subordination comme les nombreux banksters, et non pas chef d’entreprise qui assume ses engagements et prend ses risques avec son capital, y compris humain, prend ses risques de conflits sociaux avec ses propres salariés… et n’a pas droit au chômage même partiel, quand ça va mal.
          Et oui, quand on passe de l’autre coté de la barrière, la vision n’est plus la même !

  15. julien bonnetouche says:

    thibaud,

    Soit, je veux bien que cela existe, mais ce n’est pas l’expérience que j’ai des CGIP.

    Tous ceux que je connais, aspirent à « gérer » un capital cumulé maximum.
    Ainsi tous savent que si ils parviennent à gérer au bout de quelques années 100 millions€ leur chiffre d’affaire sera minimum de 1 million/an souvent plus.
    Cela devient alors une rente, et le rôle du CGIP s’apparente alors d’avantage à celui d’un commercial qu’à celui d’un conseil.

    Je cite ces chiffres car ce sont ceux dont certains CGIP m’ont parlé.

    • Tout à fait. La réussite d’un CGP est jugée par ses pairs par sa capacité à collecter de l’épargne et selon l’importance de ces encours sous gestion.

      C’est là, un critère incompatible avec l’idée d’un conseil déconnecté de l’acte de commerce.

      En réalité, les CIF sont des commerciaux indépendants car ils peuvent vendre le produit le plus adapté à la situation de leur client. Il est alors normal que la réussite d’un commercial soit apprécié au regard de sa capacité à vendre.

      Le conseil en gestion de patrimoine n’est alors qu’un outil marketing au service de la vente de produit financier ou immobilier. Celui qui n’a rien à acheter ne pourra être conseiller. Ce sont justement ces derniers qui souscrivent à l’offre d’assistance patrimoniale.

      • M. Fonteneau,
        Merci de prendre part à cet échange. Merci également pour la qualité de vos très nombreux articles. Je n’ai jamais émis de critique ou avis sur vos articles, bien que je ne partage pas toujours votre vision. Excepté sur ce point.
        Un « prospect » ou une « recommandation » m’appelle pour un RDV (j’ai tous les statuts), je lui explique en toute transparence les tarifs pour du conseil indépendant (décoléré de la notion direct ou indirect de produit) et ceux pour du tarifs sur une mission de CGP (donc dépendant et relié à la rémunération direct ou indirect sur produit). Il prend sa décision (qui peut être les 2 si il y a plusieurs missions par exemple).
        => Ou est « outil marketing au service de la vente de produit financier ou immobilier »
        => « CIF sont des commerciaux indépendants car ils peuvent vendre le produit le plus adapté à la situation de leur client » : vraiment ?
        => « critère incompatible avec l’idée d’un conseil déconnecté de l’acte de commerce » : cela ne démontre t il pas le contraire ? Ah oui, une mission de conseil, n’est pas un acte de commerce ?
        Vous avez souvent dans vos articles le soucis de la précision, je me permets donc d’essayer de me mettre à votre niveau sur ce point précis, ni voyez aucune attaque personnelle.
        Bien à vous,

        • Merci pour ces précisions; Je comprends votre propos et suis d’accord avec votre approche et suis même certain que vous le faites avec beaucoup de professionnalisme.

          Mais combien sont comme vous ?

          Récemment un ami CIF – CGP a pris sa retraite. Il avait une activité de conseil très développé avec beaucoup d’honoraire de conseil.
          Pendant des mois, il a chercher à vendre son activité à un CIF-CGP qui poursuivrait son activité de conseil. Il a refusé de nombreuses propositions puis a finalement trouvé la perle rare.

          Malheureusement, cette perle rare n’en était pas unes. Depuis bientôt 2 ans, ses anciens clients n’ont reçu aucun appel de ce racheteur pourtant bien heureux de toucher ses commissions sur encours.

          Comme vous le savez, la valorisation financière d’un cabinet de CGP est fonction des encours. C’est un multiple de 2 ou 3 années de commissions.

          L’activité de CGP « conseil indépendant par honoraire » n’a aucune valeur. Personne ne veut racheter un cabinet de conseil. Les acheteurs de cabinet cherchent des encours !

          Mon propos est lapidaire et injuste à l’égard de ceux qui essaient de bien faire le job. Malheureusement, avons nous d’autres alternatives ? En effet, à faire croire qu’il est possible d’être indépendant tout en vendant des produits… vous légitimez l’activité commerciale de ces vendeurs de Pinel qui se prétendent cgp.

          • Bonjour M. Fonteneau,
            Nous sommes donc en accord.
            Je constate malheureusement, comme vous, que les « défiscalisators » se prétendent CGP, ce qui nuit à notre profession. Seule une réglementation extrêmement claire et précise de notre profession et des différents statuts rattachés permettrait de résoudre ce problème, qui comme toujours, pénalise le client. Néanmoins, je remarque que les vrais CGP ou CGPI, ne travaillent que sur recommandation contrairement à beaucoup d’autres, qui paient pour avoir des prospects…n’est pas là la plus belle des réussite et le plus beau des modèles économiques ?
            Félicitation pour votre travail, dont la réussite n’est que le fruit logique.
            Au plaisir d’échanger un jour.
            Bien à vous,

            • « seule une réglementation extrêmement claire et précise de notre profession et des différents statuts rattachés permettrait de résoudre ce problème, qui comme toujours, pénalise le client. »

              C’est bien parce que je n’y crois plus que je ne vois pas d’autre solutions que l’exclusivité des honoraires pour faire le ménage.

              Les CGP ont perdu la maitrise de leur métier depuis l’adoption du statut CIF en 2006 qui oblige à se concentrer sur la distribution indépendante et non plus sur le conseil indépendant.

              • N’oubliez pas que les syndicats représentatif de la profession ne sont pas des syndicats de CGP, mais des syndicats de CIF.

                Demain, lorsque les courtiers en assurance auront l’obligation de devenir CIF que restera t’il de la qualité de conseil du CGP.

                • Entièrement d’accord…la réglementation du statut CIF, qui a tout emporté sur son passage, était initialement une bonne chose pour les clients et permettait d’éviter de trop nombreuses dérives.
                  L’idéal serait peut être de créer une chambre/syndicat par activité (réglementée ou non). L’activité de conseil pur, pourrait alors avoir son propre syndicat, qui serait alors déconnecté du statut CIF.
                  Je suis sûr que si une majorité de cabinet des différentes chambres remontait ce type de demande, cela serait possible…j’anticipe votre réponse, et vous confirme que cela sera compliqué, puisque cela est certainement à l’opposé de la volonté de trop nombreux cabinets. Néanmoins, le développement du conseil « indépendant », encore marginal, ne pourra qu’améliorer dans le temps cette réglementation à créer.

    • Julien,
      Je suis d’accord sur le fait que de nombreux CGP utilisent ce modèle, mais cela doit il en faire une « règle » pour tous les CGP ? A leur décharge, ce modèle (rémunération sur encours) était quasiment la seule pratique pendant de nombreuses années…d’ailleurs, M. Fonteneau a indiqué avoir travaillé pour l’UNOFI, qui comme tout le monde le sait, vit essentiellement sur la rémunération sur encours. De plus, en terme de transparence, de modèle économique et commercial, de « gouvernance » et surtout compte tenu de la relation « étroite » et contraire à la déontologie de la chambre des notaires, l’UNOFI est l’opposé parfait du conseil indépendant !! Mais vous devez le savoir…
      Le seul message, amical, que je souhaite passer :
      – Un cabinet peut être « dépendant » ET « indépendant »
      => Donc, non, il n’y a pas que le CGP « I » qui délivre du conseil « indépendant »…
      Et comme je l’ai déjà dit, les différentes chambres sont d’accord sur le sujet, ce n’est pas rien !!
      La qualité du travail de ce blog et les activités annexes (livre, conseil etc…), mais surtout le modèle économique, n’a pas besoin d’instaurer de fausses vérités pour fonctionner, n’est ce pas ?
      Je suis ravi de vous dire que vous connaissez désormais, en plus de M. Fonteneau, un CGPI ou CGP (en fait, cela n’est lié qu’à la méthode de rémunération pour une mission et/ou un client, cela n’a rien à voir avec la notion de conseil) dont le modèle économique ne repose pas sur les encours gérés.
      Bien à vous

      • No Comment says:

        Merci et bravo Thibaut pour vos commentaires ! Ils sont cognés du bons sens ! mais semble t’il vains…
        Je ne comprends pas Guillaume et julien B (son client et avocat fidèle): Ils ont manifestement trouvé LA vérité; vous n’arriverez pas à grand chose…peine perdue avec ce type d’approche aux autres, assez extrémiste finalement…et de moins en moins objective.

        Nous le voyons, les 300 000 familles environ accompagnées par des CGP qui entreprennent sont d’ailleurs toutes très en colère ou en procès contre leur conseil ! Tout est perdu !…;)

        Il vous faut peut être investir le conseil pur sur la toile à votre tour, pour une plus grande pluralité…et faire le buzz, (comme nous le faisons d’ailleurs en ce moment pour le plus grand bénéfice de ce modèle, (en soit tout à fait respectable…, tant qu’il respecte les autres modèles lui même).

        Quel dommage car nous reconnaissons tous que les travaux de Guillaume sont dans la très grande majorité excellents, mais chacun en ce bas monde doit faire sa place au soleil…Ensuite, tout est dans l’art et la manière.
        Espérons que Guillaume, qui n’est pas dénué d’intelligence ou de sens du business, le comprenne un jour.

        Bonne continuation à tous, dans la diversité qui garantie, elle, la richesse 🙂

        • « les 300 000 familles environ accompagnées par des CGP  »

          A peine 300 000 ?

          Et les autres ?
          Pas de besoin ?
          Pas l’idée qu’ils ont besoin d’un CGP ?
          Pas confiance ?
          Trop cher ?

  16. François says:

    Merci M. Fonteneau pour cet espace d’échange qui permet de confronter des avis et points de vue.
    Découvert récemment, j’espère qu’il permettra encore longtemps de décrypter nombres de concept, parfois simple, sous des aspects complexes

  17. Miss Tip says:

    Pour les futurs contenus :
    I/ les articles de « prévention » des erreurs de gestion de patrimoine :
    – décryptage des « bons plans »/ « mode du moment »/ »argumentaires de vente »/ »politiques » à fort risque de ne pas être du tout dans l’intérêt du client/citoyen…
    – questionnaires du style « questions patrimoniales à se poser avant d’acheter sa résidence principale », « questions patrimoniales à se poser avant de faire tel ou tel investissement », « questions patrimoniales à se poser avant le (re)mariage », « questions patrimoniales à se poser vers XX ans »
    – démarche à faire si l’on veut réaliser ceci ou cela que cela soit une négociation/renégociation d’un crédit, l’achat d’un bien immobilier avec travaux, la reprise lors d’un héritage d’un patrimoine complexe, la résolution des problèmes de mésententes entre héritiers, la conclusion d’un fermage, les successions internationales…

    II/ La vie du patrimoine
    – les questions à se poser régulièrement
    – racheter / revendre / restructurer son patrimoine
    – explorer des solutions non conformistes (du moins dans nos sociétés) mais salutaires pour les personnes aux revenus modestes ou privées d’accès au crédit (tontine, habitat inter-générationnel intrafamilial, choix de vie aux conséquences patrimoniales (divorce, arrêt du travail rémunéré de l’un des membres du couple pour éviter des frais de garde d’enfant et des frais d’EHPAD pour les vieux parents)
    – faire intervenir des professionnels pour des articles pointus sur des cas de figure où souvent les personnes peinent à trouver des informations : ex. la gestion de biens de personnes séniles ; les exploitations agricoles déléguées (fermage, métayage, sylviculture…) et les points à surveiller lors de la rédaction d’un contrat ; la succession des entrepreneurs ; les successions internationales…

    III/ La gestion du patrimoine professionnel, intellectuel et social (trop souvent on limite la gestion du patrimoine à la gestion du patrimoine purement économique… oubliant que les biens à haut potentiel sont souvent vendus avant de passer par une agence, que certains ont fait fortune dans l’immobilier locatif des quartiers populaires grâce à leur réseau de « pauvres, mais honnêtes et bons payeurs »…

    IV/ affiner les simulateurs et en développer de nouveaux…

    V/ continuer les analyses des tendances de fonds

    VI/ Un challenge : développer la gestion du patrimoine pour les classes populaires grâce à de courtes vidéos de « bons conseils » visant les personnes dont les revenus relèvent du 1er et du 2e décile ou sont irréguliers. Ayant grandi dans une famille dont tous les membres sont « pauvres » vu leurs revenus (petits agriculteurs, commerçants ambulants, ouvriers, saisonniers…), non seulement tous ses membres sont à l’abri du besoin, mais ils ont développé un patrimoine conséquent honnêtement, grâce à des stratégies peu conventionnelles et parfois au bout de quelques années découvrent un truc : être imposable !…
    En allant vivre en ville ou en côtoyant d’autres milieux, j’ai découvert que ce que j’avais appris depuis l’enfance, n’allait pas de soi et que des gens étaient dans le besoin alors qu’ils avaient les mêmes revenus, voire plus que mes proches (et à 70 ans n’avaient aucun patrimoine !)…
    But de ces vidéos : contrer tous ceux qui promettent la lune à ces personnes ou les maintiennent dans le besoin… ; transmettre une sagesse « populaire », mais solidement étayée sur le plan juridique, fiscal, mathématique, notarial…

    Un grand merci pour tout votre travail.

    • IV/ affiner les simulateurs et en développer de nouveaux…

      Oui oui oui 😀

    • Merci Miss Tip pour vos suggestions pour les futurs contenus.
      Puis je me permettre de rajouter d’aborder de façon plus marginale les produits risqués,(Monep,Forex,contrats à terme,etc…),qui intéressent une frange d’investisseurs trop souvent incompétents et obnubilés par une espérance de gain très forte?
      Ce secteur à part de la finance concerne t il les CGP et CIF ?

  18. Innocent says:

    Tout simplement MERCI pour ce partage quotidien et ces réflexions prospectives qui nous rappelles tous les jours que rien n’est acquis d’avance, tout est fragile et ainsi, le propre de l’Homme et de l’investisseur est de s’adapter sans cesse .

  19. Hagiographie, quand tu nous tiens… allez un couplet souvenir souvenir…

    Lecteur depuis ma tendre enf…. depuis l’origine antédiluvienne de ce blog – 12 ans- gasp, nous avons pu échanger Guillaume, en direct ou en écrit, sans que je vous épargnasse parfois, en bon…épargnant que je ne souhaite pas gnangnan.

    Il est intéressant de noter l »évolution corrélée de la vie personnelle /professionnelle de l’auteur, avec la recherche, -parfois putaclic allez-, de sujets « poupée russe » posant question posant question posant question, à la limite de la redite, afin de valider sans doute des virages cognitifs qui s’annonçaient, et faire le deuil léger de naïvetés socio-politiques que d’aucuns condamnèrent, bien au tiède, derrière l’écran de leurs nuits blanches….

    Après avoir dans un premier temps assez long et redondant, théorisé sur le « vrai CGP de vos rêves, Mesdames et Messieurs », il est essentiel de voir que l’esprit est descendu dans la matière et que Guillaume s’est incarné en ce qu’il appelait de ses voeux prospectifs parfois bravaches.

    Alléluia

    Continuons, comme par le passé à prendre en tenaille les Mar…tha et autres « German Immobilien » et manuscrits divers à ne pas nommer, afin que les gens plus démunis ne se fassent point plumer, et pour ne pas perdre la main au sabre intellectuel des pourfendeurs de produits merdiks.

    Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage vers lui-même, car c’est ainsi qu’il rencontrera vraiment les autres, ce blog l’illustre encore à ce jour.

  20. Toujours autant de plaisir à lire vos articles et questionnements Guillaume
    12 ans déjà !
    Toutes mes félicitations pour ce bel anniversaire !

    Je vous souhaite prospérité des réflexions, conseils et échanges constructifs pour les années à venir
    Et au plaisir de vous croiser sur l’eau !

  21. Guillaume, plus aucun article sur le crowdfunding immo depuis 2 ans, si je ne me trompes pas. Une petite mise à jour sur les évolutions rapides et importantes du secteur, sur son avenir, entre deux piqués de tête dans l’océan ?

  22. Bonjour,

    Pour ma part j’apprécie ce blog et la lecture des commentaires, où toutes les sensibilités s’expriment. Seul regret, le coté parfois « verbeux » des articles, qui me découragent de tout lire. J’ai l’impression que, souvent, vous pourriez tenir le même propos en 2 fois moins de lignes.

    En tout cas, merci pour votre regard, et je vous soutiens tout à fait dans votre quête d’indépendance.

  23. La Commission des sanctions de l’AMF vient de sanctionner un conseiller en gestion de patrimoine pour défaut d’information. Ces abus sont-ils fréquents ? Comment se prémunir contre ce genre d’affaire ? Les conseils de Frédéric Lorenzini, journaliste chez Patrimoine24. Ecorama du 3 juillet 2020, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com

    https://www.boursorama.com/videos/actualites-amp/placements-attention-aux-conseillers-financiers-qui-vous-menent-en-bateau-ca6c934758585b2229cfee1f54a508b3

  24. FR781239 says:

    Bravo Guillaume pour tout ce travail, et cette réussite.

    Si je vois un axe vers lequel vous devriez vous orienter, c’est la création d’une plateforme en ligne de conseil en gestion de patrimoine véritablement indépendante. La popularité du blog pourrait vous assurer une crédibilité et une notoriété certaine.

    L’intéressé pourrait renseigner son patrimoine sur son compte ligne, et vous pourriez alors fournir des bilans ponctuels lorsque le client le demande, ou encore proposer une sorte de « gestion pilotée » mensuelle du patrimoine, avec un abonnement et une récurrence des revenus.

    Bien entendu, vous allez commencer à manquer de temps, et cela demandera certainement de faire grossir la structure, et donc de déléguer certaines choses.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement à la lettre du patrimoine