Mince ! Nous serions nous encore collectivement trompés sur la question des taux d’intérêt négatifs ? Alors que depuis des semaines la perspective de taux d’intérêt durablement négatifs hante les esprits, voilà que les taux d’intérêt remontent sérieusement depuis le début du mois d’Octobre pour retrouver un niveau proche de 0%.

Depuis trois mois maintenant que les taux d’intérêt sont négatifs, nous vivons un grand bouleversement : Les taux de crédit immobilier atteignent record sur record de faiblesse comme le démontre la dernière mise à jour des meilleurs taux de crédit immobilier pour Octobre 2019, les compagnies d’assurance vie commencent à bloquer l’accès au fonds euros (cf »L’assurance vie sans fonds euros a t’elle encore de l’intérêt ? »), certaines banques se mettent à taxer les comptes courant dont l’encours est trop élevé, … Bref, c’est le grand branle-bas de combat devant cette perspective de taux d’intérêt durablement bas !

Pourtant, hier, le TEC 10 (indice synthétique de l’OAT 10 ans) est ressorti à -0.05% alors qu’il était à -0.20% au début du mois d’Octobre et même -0.41% le 16 Août dernier.

Serions nous en train de vivre la fin des taux d’intérêt négatifs alors même que nous sommes collectivement persuadés qu’ils devraient s’installer durablement ?

Voici le graphique de l’évolution de l’OAT 10 ans sur les 12 derniers mois.

 

Les banques centrales ont t’elles toujours la confiance des investisseurs ? J’ai l’impression que nous allons rapidement avoir la réponse ! A ce titre, le moment est peut être venu de relire notre analyse sur le moment que nous vivons  et qui devrait se prolonger en 2020 : « En 2020, les marchés actions chutent face à l’impuissance des banques centrales et la grève du consommateur »).

 

A suivre …

 

ps : Le consensus à toujours raison, jusqu’au jour ou l’on s’aperçoit qu’il avait tort.

Besoin d’un conseil pour gérer votre patrimoine ?

Leblogpatrimoine.com, au delà d’un site d’informations sur la gestion de votre patrimoine, est la vitrine de la société de conseil en gestion de patrimoine Guillaume FONTENEAU Conseil.
 
 
Ce sont trois livres de conseils pour vous permettre d’optimiser la gestion de votre patrimoine : « Investir dans l’immobilier » ; « Succession » et « Assurance vie et gestion de patrimoine« . Déjà des milliers d’exemplaires vendus à ceux qui veulent comprendre comment investir, valoriser leur patrimoine ou le transmettre !
 
 
Le cœur de notre métier est le conseil en gestion de patrimoine indépendant. En accord avec nos convictions d’indépendance du conseil, nous ne sommes pas intermédiaire financier ou immobilier. Nous sommes rémunérés exclusivement par honoraires de conseil :
 

Nouveau ! L’assistance patrimoniale – Une solution rapide et efficace pour répondre à vos questions, lever un doute ou simplement solliciter notre avis sur votre situation patrimoniale. L’assistance patrimoniale, c’est un rendez vous téléphonique d’une durée moyenne de 45 minutes pendant laquelle nous travaillons ensemble sur votre situation patrimoniale – Un service au tarif unique de 69€ TTC –

 

Découvrir en détail notre offre d’assistance patrimoniale

 

Le bilan patrimonial – L’analyse exhaustive et approfondie de votre situation patrimoniale. – Tarif variable selon la complexité de votre situation / En moyenne, ce service est facturé 590€ TTC.

 

Découvrir notre offre de bilan patrimonial


15 Comments

  1. P'tit Louis says:

    Juste simplement un lien avec un peu moins d’aversion au risque depuis fin août ? Les courbes sont symétriques avec les marchés actions…

    L’OAT 10 ans devrait être à minima de inflation + Croissance soit aux environs de 2 ou 2,5%. on en est loin….. pour le moment

  2. Serge NUSS Richemond Conseil & Finance says:

    Du bruit, encore du bruit, toujours du bruit… chaque fois qu’il y a des variations de cours, les chroniqueurs s’agitent et annoncent l’apocalypse. Mais à qui profite le crime (de l’annonce) ? Au chroniqueurs essentiellement. Sinon de quoi vivraient-ils ? Ne nous précipitons pas. On verra bien si une tendance se dessine. Mais pas aussi vite de grâce !

  3. Riche&Célèbre says:

    Gérard Bekerman, président de l’Afer, voyait, seul contre tous, les taux négatifs comme un phénomène très passager ne justifiant pas la mise à mort du fonds euros. S’il a raison et que les taux se normalisent ou en tous cas quittent la zone complètement zinzin, les assureurs auront au moins profité de la grande peur montée en épingle pour raser d’un peu plus près les épargnants.

  4. L’opposition de plus en plus forte des conservateurs Allemands à la politique de laisser faire de la BCE y est peut-être aussi pour quelque chose ? Easy Chrissie ne sera peut-être pas aussi easy qu’attendu.

  5. Serge NUSS Richemond Conseil & Finance says:

    Mais une baisse s’accompagne TOUJOURS d’un rebond technique. En octobre 2016, l’OAT est passé de 0.15 à 1.15 en 4 mois. Et après ? Le rebond était il annonciateur d’une remontée ? Non. La tendance reste baissière. AUCUN signe technique de remontée. Donc attendons patiemment encore quelques mois. Et si depuis 10 ans l’Allemagne avait eu droit au chapitre, malgré leurs menaces constantes et récurrentes, cela se saurait. La BCE est toujours dirigée par un citoyen d’un pays très endetté. Cela n’a échappé à personne. Apparemment non.

  6. Serge NUSS Richemond Conseil & Finance says:

    Pour changer la tendance baissière, il faut casser durablement 140 bps. Nous en sommes encore très loin.

  7. Bien moins rassurant même beaucoup plus grave que la légère remontée des taux, les banques sont dans une situation très très préoccupante, peut-être, surement même à cause des taux bas et négatifs.
    En effet plus d’une sur 3 dans le monde est menacée de faire faillite dit Mc Kinsey

    https://www.rtl.fr/actu/conso/une-banque-sur-trois-est-menacee-de-fermeture-dans-le-monde-7799294670

    [ McKinsey & Company est une société de conseil auprès des directions générales. En 2018, McKinsey a été classé à la première position du classement Vault des cinquante meilleurs cabinets de conseil mondiaux, et a été jugé l’employeur post-MBA le plus attrayant par les diplômés des dix programmes MBA les plus sélectifs.
    Siège social : New York, État de New York, États-Unis]

    • Serge NUSS Richemond Conseil & Finance says:

      Oui, il y en a beaucoup trop. Une importante consolidation va avoir lieu. Les plus solides vont racheter les plus fragiles. Et les économies d’échelles vont faire le reste. Classique dans la vie de l’entreprise.

  8. Pas de fleurs, pas de couronnes

    Elles en auront bien profité

    Faites désormais place nette.

  9. Il me semble qu’historiquement, on va vers de moins en moins de banques. Au XIXe siècle, elles étaient plus nombreuses qu’au XXe, …

    Néanmoins, ces derniers temps, on a vu la création de (pas si) nombreuses banques en ligne, organismes de paiement, systèmes de financement nouveaux…

    • Serge NUSS Richemond Conseil & Finance says:

      Bonjour, le banques en ligne sont majoritairement des filiales de grandes banques de réseau : Fortuneo – Arkéa / Boursorama – SG / BforBank – BNP
      The révolution, c’est la création de monnaie virtuelle désintermédiée des banques, y compris des banques centrales. Et là, toutes ont du retard. Et ne pourront rivaliser avec Facebook qui a des moyens financiers beaucoup plus importants. C’est l’Uberisation de l’économie, même des banques…
      La banque subit le même sort que la sidérurgie en Europe. C’est l’industrie qui licenciera le plus dans les prochaines années. C’est déjà écrit, pas la peine de feindre d’ignorer.
      Pour le financement de l’entreprise ou de l’immobilier, on aura des plateformes privées mais régulées qui s’en occuperont. Peut-être des filiales de banques, si elles existent encore….

      • Oui, je sais bien que la plupart des banques en ligne sont des filiales de groupes bancaires. Pas toutes, mais la plupart. Néanmoins, on a vu ces dernières décennies les distributeurs (Carrouf, Auchan…) créer leurs propres banques. Aujourd’hui, c’est Orange qui s’y colle. Pourquoi pas d’autres ?

        Au delà de la « désintermédiation », ou de l’uberisation, c’est surtout le manque de vision stratégique et le fait de ne faire sa transition numérique qu’à reculons qui tue les banques. Sinon, ils auraient pu éviter de se faire mettre sur la touche par les vendeurs de solution de paiement en ligne (PayPal, Adyen, Stripe, braintree,…), et leur tentatives actuelles d’empêcher Linxo ou Bankin’ d’agréger les comptes n’aura pour résultat que de faire place nette à un gros agrégateur US ou EU qui leur bouffera un peu plus de marge. Et ce ne sont que deux exemples.

        « Pour le financement de l’entreprise ou de l’immobilier, on aura des plateformes privées mais régulées qui s’en occuperont. « . Les plateformes de crowdfunding en sont un exemple, non ?

        Je ne crois pas que Facebook pourra créer sa monnaie. Les États ont déjà compris la menace et l’empêcheront. Les dictatures sont déjà en train de créer leurs monnaies virtuelles, en tout cas elles l’annoncent. Les démocraties vont devoir rapidement suivre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

NewsletterInscrivez vous gratuitement pour recevoir nos articles par mail.