S’il y a un bien un secteur qui est affecté par la crise sanitaire du coronavirus, c’est le secteur du tourisme. Il n’y a tout simplement plus de tourisme depuis 2 mois en France, et surtout, un retour à la normal ne semble pas probable à court terme, au moins pour le tourisme international.
C’est alors tout un marché de la location meublée saisonnière qui doit s’adapter, s’ajuster pour trouver de nouveaux locataires. En effet, depuis quelques années et le boom de la location saisonnière, de nombreux propriétaires bailleurs avaient abandonné la location à l’année (meublée ou vide) au profit de la location meublée saisonnière. La rentabilité de la location saisonnière via AirBnb, Abritel et compagnie semblait vraiment supérieure, notamment dans les très grandes métropoles et dans les zones très touristiques.
Malheureusement, depuis 2 mois, il n’y a plus aucun client ; La saison 2020 semble de plus en plus compromise pour les locations saisonnières, et c’est tout une stratégie d’investissement à cash flow positif qui disparaît.
Nombreux sont les propriétaires bailleurs, très endettés, qui sont paniqués à l’idée de ne pas avoir éternellement les moyens de rembourser leur mensualité de crédit immobilier dont les montants sont fixés par rapport à la forte rentabilité prévisionnelle de leur investissement. Lorsque le remboursement de vos crédits immobilier est assuré par les revenus locatifs saisonnier et que ceux-ci disparaissent, c’est la faillite qui menace si vous n’avez pas suffisamment de trésorerie personnelle.
La situation pourrait rapidement devenir inextricable si le marché de la location saisonnière devait être à l’arrêt pendant toute une saison estivale qui concentre parfois jusqu’à 70% des recettes de location saisonnière de l’année. 
Ainsi, les propriétaires bailleurs vont devoir trouver une solution pour trouver de nouveaux locataires si les touristes ne réapparaissaient pas d’ici la rentrée de septembre.
Dès Juin/Juillet 2020, de nombreux propriétaires de logement AirBnb devraient prendre la décision sage d’arrêter la location meublée saisonnière afin de proposer de la location meublée à l’année aux étudiants qui devraient arriver en masse en septembre. La rentabilité locative sera moindre, mais ce sera toujours mieux que rien.
Ce sont alors des milliers de logement disponibles qui pourraient réapparaitre sur le marché de la location à l’année. L’offre de logement pourraient alors augmenter réduisant ainsi la tension locative du marché immobilier.
Et c’est tout l’équilibre du marché de la location meublée qui pourrait alors vaciller avec l’arrivée massive de nouveaux logements. La question est alors celle du nombre de mois avant un retour à la normale ? Si l’année 2020 semble bien compromise pour l’activité de location saisonnière, l’année 2021 sera déterminante et l’importance de la crise économique qui devrait prendre le relai de la crise sanitaire fixera la perspective du rebond du marché de la location saisonnière.
 

Un marché immobilier de la location meublée qui doit trouver un nouvel équilibre entre location saisonnière et location meublée à l’année.

Le marché de la location meublée est un marché locatif spécifique. C’est le marché des locataires qui n’ont pas de meubles, c’est à dire pour une grande majorité des étudiants, des jeunes qui commencent à travailler dans une grande ville et qui cherchent un logement temporaire le temps de trouver leur marque, des jeunes divorcés ou séparés qui doivent trouver un toit rapidement et de manière temporaire.
C’est un marché étroit qui va devoir rapidement s’ajuster face à cette arrivée massive de nouveaux logements.
Les colocations, très à la mode depuis 2 ans pourraient être les premières victimes avec un nombre de logements en colocation qui commencent à devenir important sur ce marché.
En Février 2020, lors de la rédaction de cet article « La colocation : Le fantasme de l’investisseur locatif qui veut devenir rentier ou marché immobilier d’avenir ? », il y avait 13900 annonces d’offre de colocation sur leboncoin. Au moment, ou je rédige ces lignes, il y en a presque 18 000, soit une hausse de l’offre disponible 30% en deux mois ; Soit c’est normal avec le départ prématuré des étudiants en fin d’année scolaire et donc un marché qui n’est plus équilibré par une offre importante soudaine alors que la demande est très faible ; Soit, ce sont là les premiers signes d’un marché qui doit s’ajuster pour trouver un nouvel équilibre.
Il est bien évidemment trop tôt pour en tirer des conclusions définitives ; Les prochaines semaines et prochains mois seront instructifs.
 

 
A suivre …
 

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Succession
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

148 commentaires