Depuis des mois, si ce n’est pas des années, nous ne cessons pas de vous répéter que votre épargne, en tant que stock de monnaie en attente d’investissement, est en danger ! La valeur de votre épargne baisse depuis de nombreuses années sans que vous vous en rendiez compte à cause d’un rendement trop faible car inférieur au taux de croissance nominale de l’économie (PIB + Inflation).
Votre épargne augmente grâce à un taux d’intérêt, mais l’économie réelle augmente plus plus et réduit donc la valeur relative de votre capital. Il est très simple de comprendre cette idée.
Souvenez vous de la situation en 1998/2000. A l’époque, celui qui vendait une maison 1 000 000 de Francs touchait une somme d’argent considérée comme très importante. 1 000 000 de Francs était, à l’époque une somme considérable. Placée au taux du fonds euros du contrat d’assurance vie, produit d’épargne par excellence, cette somme est aujourd’hui devenue  -+ 300 000€ (rendement de 3.5% entre 1999 et 2019).
Considérez vous aujourd’hui que 300 000€ est une somme « considérable ». Oui, c’est une belle somme, mais peut on vraiment qualifier de considérable ? Préférez vous détenir 1 000 000 de Franc en 1999 ou 300 000€ en 2019 ? La maison vendue 150 000€ en 1999 vaut probablement aujourd’hui plus de 550 000€ au regard de l’explosion des prix de l’immobilier sur la période).
Voilà, comment nous pouvons illustrer la question de la perte de valeur de votre épargne : Le montant de votre capital augmente, mais pas assez vite pour maintenir votre train de vie et sa valeur relative.
 

Ce phénomène d’appauvrissement des épargnants est aujourd’hui en train de s’accélérer avec la généralisation des taux d’intérêt négatifs.

Les épargnants subissent une taxation de leur épargne au profit des emprunteurs qui eux bénéficient de taux d’intérêt excessivement faibles.
Les épargnants s’appauvrissent pour que les emprunteurs aient moins d’intérêt à payer et puisse continuer à s’endetter !
La question est alors de savoir si les épargnants vont longtemps accepter de se faire tondre de la sorte ? Vont ils durablement accepter de s’appauvrir pour permettre aux emprunteurs de s’endetter, toujours un peu plus ? (cf’Ce nouvel impôt sur l’épargne qui profite au budget de l’état et appauvrit les épargnants. »)
Les taux d’intérêt négatifs pourraient profondément obliger les épargnants à trouver de nouvelles stratégies pour investir leur épargne. Si leur capital est en danger, il faut l’investir différemment pour le protéger de cette dévaluation annoncée. C’est alors que l’investissement immobilier retrouve toute sa place d’éternelle valeur refuge.
Demain, ne pouvons nous nous attendre à une nouvelle fièvre de l’immobilier valeur refuge comme nous l’avons connue en 2009 ! Lorsque la valeur du papier vacille (monnaie, bourse, …), celui qui a de l’argent cherche à transformer son argent dont la valeur est en danger dans un actif tangible dont l’usage incontestable apportera une valeur à long terme. L’investissement immobilier est alors une première cible par excellence !
Prenons un exemple concret. Vous avez entre 55 et 65 ans. Au terme d’une vie de labeur, vous êtes à la tête d’un jolie capital financier de 200 000€ à 350 000€. Ce capital est majoritairement placé sur le fonds euros d’un contrat d’assurance vie dont vous ne pouvez que constater la chute du rendement années après années. Aujourd’hui, le rendement est péniblement au dessus de 1% net et vous avez l’impression que votre fonds euros ne rapporte plus rien.
Vous avez alors l’option suggérée par votre vendeur d’assurance vie (courtier, cgpi, assureur) de diversifier votre épargne sur les unités de compte ou les SCPI. Cette option séduisante, a priori, sera vite balayée lors de la prochaine crise boursière. Car s’il est facile de vendre du risque dans une période ou celui ci ne se matérialise pas… l’exercice est nettement plus délicat lorsque l’épargnant comprend ce que cela veut dire que de prendre des risques !
Il ne vous reste alors plus que l’investissement immobilier. L’épargnant cherchera donc à utiliser son capital pour investir dans un bien immobilier qu’il pourra utiliser pour lui et sa famille (résidence principale ou secondaire) ou pour louer.
 

Et vous ?! Combien de temps encore allez vous accepter de vous appauvrir avec votre épargne ? Qu’allez vous faire avec l’argent accumulée sur le fonds euros de votre assurance vie ?

Que ferez vous lorsque le rendement de votre assurance vie sera inférieur à 1% ?

Pour aller plus loin :
Conseil personnalisé 
Assistance patrimoniale
Bilan patrimonial
Accompagnement patrimonial
Livres / Formations 
Investir dans l'immobilier
Crédit immobilier 
Comparateur de crédit immobilier
Comparateur d'assurance de prêt
Expertise comptable 
Expert-comptable spécialiste
en location meublée et SCI

69 commentaires